Nouvelle Capenna : Episode 1 : Retour à la maison - Magic the Gathering

Nouvelle Capenna : Episode 1 : Retour à la maison



Articles

Drark Onogard, le , 97 consultations

La Nouvelle Capenna : ville d’anges et de démons, couverte de chrome et submergée de merveilles. C’est exaltant, mais Elspeth découvre que les anges ne sont plus et que seuls les démons demeurent.

  La storyline de Magic / Les rues de la Nouvelle Capenna

La Nouvelle Capenna : ville d'anges et de démons, couverte de chrome et submergée de merveilles. C'est exaltant, mais Elspeth découvre que les anges ne sont plus et que seuls les démons demeurent. Traduit en étroite collaboration avec Adette, contributrice émérite de la Secte. Vous trouverez l'article original ici.

Episode 1 : Retour à la maison



TEMPLE DES DIEUX

La victoire et la trahison ont le même goût, celui du sang. Il remplit la bouche d'Elspeth, en déborde, à sa stupéfaction. Elle agrippa la lance familière comme si elle pouvait la prendre des mains d'Héliode et se libérer de sa lame. Mais sa force quittait ses doigts plus vite que la vie quittait son corps.

Ajani rugit au loin, trop loin pour les atteindre. Mais que ferait-il s'il le pouvait ? Ils étaient tout deux blessés et fatigués de la bataille contre Xénagos, et même s'ils ne l'avaient pas été, cela n'avait plus d'importance maintenant. Sa vie avait été perdue au moment où elle avait conclu un accord avec Erébos, le dieu des morts, ennemi juré d'Héliode, pour ramener son amour perdu, Daxos. Elle avait déjà troqué sa vie. Héliode facilitait simplement le processus et cimentait sa vengeance pour toutes ses transgressions.

« Ramène-la dans le royaume des mortels, Léonin. Livre-la à Erébos », le dieu ordonna-t-il à Ajani. D'une torsion, Héliode retira Don du Ciel – l'arme qu'elle avait trouvée à l'origine comme une épée tombée des cieux et qu'Héliode avait transformée en lance, qui faisait sa responsabilité, son fardeau. Sans son soutien, Elspeth s'effondra, ses genoux heurtant la pierre du Temple des Dieux. Elle sentit tout le poids de sa mortalité, l'écrasant alors que son corps succombait lentement à ses blessures.

« Si elle meurt ici, elle se dispersera dans le néant. » Les yeux d'Héliode se rétrécirent, leur lueur divine s'estompant avec son dédain. Elspeth chercha ses mots. Mais elle n'en trouva pas. Ajani et elle s'étaient frayé un chemin vers Nyx pour tuer Xénagos et réparer les torts qu'elle avait causés. Ils avaient gagné.

Mais sa victoire n'annulait pas ses manquements et ne faisait que consolider le froid mécontentement d'Héliode. Il lui en voulait pour les mystères de ses pouvoirs, pour ses affaires, pour avoir tué un dieu. Héliode n'était plus chaleureux envers elle désormais.

« Elspeth ! » La grâce habituelle d'Ajani céda la place à des mouvements précipités et saccadés alors qu'il fonçait vers elle.

Elle pressa sa main contre la blessure mortelle aussi désespérée soit-elle. L'instinct. « Ajani, » murmura-t-elle, essayant de lever la tête. Mais c'était trop lourd. Son corps se plombait.
Ses bras s'enroulèrent autour d'elle. Le monde tourna lorsqu'Ajani la porta à travers un portail hors du domaine des dieux et retourna sur le plan mortel de Theros. Son ami la reposa avec précaution.

« Attends, l'exhorta Ajani en saisissant sa main. Je vais trouver de l'aide. »

Elspeth cligna des yeux ; chaque clignement était plus lent que le précédent. Ajani était là et puis ne le fut plus. Sa vue devenait trouble, oscillant entre flou et netteté douloureuse. Son absence devenait plus douloureuse de seconde en seconde. Froid. Reviens. Elle ne voulait pas mourir seule, mais elle n'avait même plus la force de crier.

Des cris lointains l'envahirent. Une grande bataille avait-elle lieu ? Ou était-ce des échos de leur lutte contre Xénagos qui assaillait ses dernières pensées ? Rien de tout cela n'avait d'importance maintenant. Ses jours de bataille s'éclipsaient, coulaient sous elle.

Avec ses dernières forces, Elspeth tourna son regard vers le ciel. Ce qu'elle cherchait, elle ne le savait pas. Peut-être qu'elle ne cherchait rien. Une tache d'obscurité entre les étoiles sur laquelle se concentrer. Silence. Paix.

Une douce expiration glissa entre ses lèvres. Elle avait passé si longtemps à chercher un endroit pour se reposer, pour simplement être ; peut-être que la mort était la façon dont elle finirait par la trouver.

La dernière chose qu'elle vit fut un éclair de lumière, coupant le ciel en deux.

MUSÉE DES MAESTRO

Somptueux désordre : à la fois une esthétique et un mode de vie sur la Nouvelle Capenna.
La cité impossible s'abandonnait en de puissantes lignes dorées, s'élevaient vers les cieux et se brisaient en délicate ferronnerie. Les décorations reflétaient les paysages aquatiques et la faune des jardins-terrasses, signatures des Hauts-Parcs. Si Xander pouvait le capturer d'un coup de pinceau ou de stylo, il le ferait. Mais hélas, ses talents n'avaient jamais reposé sur la réalisation de paysages sur toile.







Et pourtant, la ville connaissait sa marque autant que celles des créateurs les plus célèbres. Il l'avait peinte dans le sang assez souvent.

Xander caressa sa barbe, un léger sourire narquois courbant ses lèvres. C'étaient une époque amusante, en effet. L'époque d'un homme plus jeune, un homme sur qui il avait maintenant assez de recul pour remarquer son manque de... délicatesse.

Comme il souhaitait pouvoir revenir en arrière et répéter certains de ces premiers assassinats. Pour les améliorer. S'il avait la compétence et le contrôle durement gagnés qu'il possédait maintenant avec le corps qu'il avait alors – libre de toutes ses vielles blessures et de ses maux actuels – la Nouvelle Capenna connaîtrait la vraie peur. Mais le temps avait continué sa marche, entraînant lui et la Nouvelle Capenna avec lui. La ville dans laquelle il avait autrefois rôdé était en train de disparaître sous ses yeux et, ces jours-ci, il préférait de loin la compagnie des toiles et des sculptures à la lame et à la marque.

C'était un miracle, vraiment, que la ville soit encore debout. Elle s'érigeait sur un vaste vide et de cantons longtemps abandonnés, un témoignage de la puissance – ou peut-être de l'orgueil – de ses fondateurs oubliés depuis longtemps. Seule la barrière laissée par ces bâtisseurs restait, un dernier bastion d'espoir contre un grand mal aujourd'hui oublié. Mais le danger auquel la Nouvelle Capenna était désormais confronté n'était pas une menace extérieure, mais une pourriture intérieure. Les alliances fragiles qui favorisaient la paix entre les cinq familles qui dirigeaient la ville étaient tendues à un point de rupture à partir duquel il n'y aurait probablement pas de retour. Certaines relations, une fois brisées, ne pourraient jamais être réparées. Tout ce que Xander pouvait faire maintenant était de s'assurer que lui et sa famille finissent du côté des vainqueurs.

Un coup à la porte interrompit les pensées qui l'avaient préoccupé toute la soirée. Xander sortit une montre à gousset et vérifia l'heure. Quelques minutes de retard. Admissible. « Entrez.
– Mes excuses, » déclara Anhelo en inclinant la tête. Il continua sans relever le visage ; cela le faisait paraître presque petit sous les lustres et l'opulence écrasante de la pièce. « Les affaires ont mis un peu plus de temps que prévu à se résoudre. » L'inquiétude alourdissait ses propos.
« Tu n'as pas été retardé. Tu me laissais le temps d'apprécier le nouveau paysage. » Xander fit signe vers la fenêtre. Les ouvriers étaient sortis dans les jardins-terrasses qu'il admirait tant toute la journée. La verdure était à couper le souffle, entremêlée de ruisseaux et de cascades surréalistes, chutant sur le côté du bâtiment en face du musée.
« Quand même, ce n'est pas...
– Ce n'était pas un problème, » déclara Xander avec un ton plus ferme à la fin de la déclaration. Il n'avait pas besoin des prosternations ni des maladresses verbales d'Anhelo. Tout ce que Xander exigeait de son diacre était la loyauté. Une fidélité inconditionnelle, inébranlable, inflexible. Et cela, il en avait déjà bien assez. « Maintenant, reste ici, je dois apporter quelques modifications à votre ensemble avant votre prochaine mission. »

Anhelo traversa la pièce jusqu'à un petit piédestal. Xander fit de même, ignorant la canne appuyée contre son bureau. Les vieilles blessures ne lui faisaient pas aussi mal aujourd'hui, ce qui était une chance puisqu'il avait besoin de ses deux mains pour prendre les mesures d'Anhelo.

« Comment se porte le Mezzio aujourd'hui ? » Le ruban glissait entre les doigts de Xander, toujours agile après tout ce temps, alors qu'il confirmait le dernier des chiffres.
« Comment savez-vous que j'étais dans le Mezzio ? » Anhelo semblait plus amusé que troublé.
« Qu'est-ce que je ne sais pas ? » En vérité, c'est l'odeur. Les huiles des cireurs de chaussures combinées aux arômes des marchés ouverts, à l'encens des diseuses de bonne aventure superposées et aux notes de sueur des salles de danse ; c'était un parfum unique qui collait aux vêtements et sentait distinctement le Mezzio. Il s'accrochait aux gens comme s'il s'agissait d'une carte de visite envoyée pour les attirer vers le centre de la ville, chuchotant doucement le danger et la décadence.
La bouche d'Anhelo se souleva d'un côté, un sourire narquois caractéristique qui révéla l'un de ses crocs vampiriques. « Et c'est pourquoi vous dirigez cette ville. »

Xander gloussa, posa son ruban et fit courir ses doigts sur l'assortiment d'épaulières qu'il avait sélectionné dans sa collection. La tenue vestimentaire d'Anhelo manquait depuis quelques semaines maintenant, et il ne pouvait en être ainsi. De plus, il avait besoin de quelques changements s'il voulait se fondre correctement dans la plèbe des niveaux inférieurs.







Chaque niveau de la Nouvelle Capenna avait son propre... charme, des échelons les plus bas de l'utilitaire Caldaïa, réinventée à son horrible manière par Ziatora et ses Riveteurs, au centre-ville animé du Mezzio imprégné du crime et des opportunités promis par les Cabaretti. Le niveau préféré de Xander était, de loin, son musée dans les étendues paradisiaques des Hauts-Parcs. Ce qui était l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il s'en allait rarement et qu'Anhelo venait toujours à lui.







« Si seulement je dirigeais cette ville, » songea Xander, choisissant finalement sur une parure pour l'épaule qui se clipserait dans un haut col d'acier. C'était plus près du menton que ce qu'Anhelo préférait habituellement. Mais le diacre portait ses chemises ouvertes beaucoup trop basses de l'avis de Xander, et en matière de mode, personne n'avait un meilleur œil que Xander.
« Quelque chose vous pèse. » Anhelo garda les yeux vers l'avant alors qu'Alex posait l'épaulière sur son épaule, testant l'ajustement.
« Beaucoup de choses.
– Puis-je demander leur nature ? » Les yeux pâles d'Anhelo fouillaient son visage. En attente, mais pas exigeants.
« Où commencer ? » Xander était revenu à la table, l'épaulière de retour à sa place parmi la liste. Il examinait maintenant des poignards, des anneaux empoisonnés, des anneaux qui fonctionnaient également comme des poings américains, et ses manchettes silencieuses préférées qui réduisaient le son et l'éclair de la magie à presque rien, l'outil parfait pour un assassin. « Ça, je suppose, Xander choisit à la fois une manchette et une pensée. L'équilibre des pouvoirs dans cette ville est en train de changer.
– J'ai entendu les rumeurs – l'Adversaire, qu'ils l'appellent.
– Je suis moins préoccupé par un parvenu ténébreux que par la fourniture en Halo. L'Adversaire est une brute et un symptôme. Ce n'est pas le problème. » Le Halo – la substance magique qui maintenait le pouvoir et la vie à la Nouvelle Capenna depuis des années – avait une source décroissante. Le désespoir du pouvoir rendait les hommes maladroits et impétueux. Et il n'y avait pas de plus grand pouvoir que Halo. S'il venait à s'épuiser, cela signifierait sûrement l'anarchie pour la Nouvelle Capenna.
« L'Adversaire est en train de prendre pied dans la ville. Il est plus qu'un simple parvenu. »
Xander ne savait que trop bien l'emprise que prenait l'Adversaire. L'homme avait lentement siphonné les rangs des Maestro, leur promettant un approvisionnement régulier de Halo en retour. Xander ne se souciait guère de voir les déloyaux éliminés sous lui. Mais où cet Adversaire acquérait la substance magique était un plus grand mystère. Un mystère que Xander était déterminé à résoudre.
« Peut-être que oui, céda Xander alors qu'il attachait le brassard autour du poignet d'Anhelo. Mais l'Adversaire n'obtiendrait pas ce pouvoir sans un accès régulier à Halo.
– Pensez-vous qu'il soit de mèche avec les Cabaretti ? Ils ont amassé de grands stocks. » Anhelo enroula et déroula ses doigts, testant sans aucun doute sa magie avec le brassard.
« Les exigences des Cabaretti sont élevées en préparation de leur Crescendo. Si l'Adversaire avait accès à Halo et travaillait pour eux, les Cabaretti auraient déjà consommé son approvisionnement. » Anhelo y réfléchit et, dans son silence, Xander poursuivit : « Ce qui m'inquiète le plus, en ce qui concerne les Cabaretti, c'est cette rumeur de leur ‘nouvelle offre' qu'ils prévoient de dévoiler lors des célébrations de Crescendo. C'est ce que je vais avoir besoin de vous pour vous concentrer sur – rassembler les informations sur ce qu'est cette source par tous les moyens nécessaires.
– Espionner ? Cela ressemble à un travail pour les Obscura, non ? »

La famille Obscura était spécialisée dans les illusions, les distractions et les manipulations. C'était une question naturelle et s'avérait curieuse plutôt qu'accusatrice, alors Xander permit l'affront aux capacités de son clan. Très peu de Maestro possédaient le rapport avec lui pour s'enquérir avec autant d'audace. « Pour les questions impliquant le Halo, je préfère garder les choses en interne et avec l'homme en qui j'ai confiance par-dessus tout. Personne ne sera au courant de cette tâche à part vous. »

Le sourire narquois d'Anhelo tomba. Il savait que quelque chose de plus profond n'allait pas, Xander pouvait en être sûr. Anhelo était son bras droit, son diacre, et il n'avait pas atteint ce rang par inconscience.

« Il y a autre chose que tu ne me dis pas.
– N'y en a-t-il pas toujours ? » Xander retourna à la table d'outils assortis, prêt à s'éloigner de la conversation. Pour tout ce qu'il faisait confiance à Anhelo, l'information était comme le Halo lui-même – y goûter rendait un homme fort et trop le rendait téméraire. « Je pense que c'est juste ce qu'il faut pour compléter ton ensemble. » Il tendit une bague à Anhelo.
« Qu'est ce que ça fait ?
- Ça donne l'air terriblement à la mode. »
Anhelo gloussa à côté de lui. Mais le ton de Xander redevint rapidement sérieux. « Nous devons garder une longueur d'avance. Les pouvoirs de la Nouvelle Capenna changent, et si nous ne faisons pas attention, notre position nous échappera. Nous, Maestro avons conservé notre influence bien trop longtemps pour la laisser partir maintenant...
– Je ne vais pas vous laisser tomber.
– Veille à ne pas le faire. » Xander s'écarta alors qu'Anhelo descendait du piédestal. Sa tenue finale n'était pas ce que Xander aurait généralement approuvé, mais c'était ce à quoi le Mezzio s'attendait – pratique tout en conservant juste assez de style. Avant-gardiste sans effort. « J'ai entendu dire que les Cabaretti étaient implacables dans le Mezzio dans leur recherche de Halo. Retournez-y et voyez ce que vous pouvez trouver. »

Anhelo partit, et plutôt que de retourner à sa fenêtre, Xander se dirigea vers le coin le plus éloigné de la pièce. Derrière un rideau se trouvait une porte verrouillée pour laquelle il n'y avait qu'une seule clef, et elle était perpétuellement dans une poche cachée sur sa personne. La petite réserve était rempli de toutes sortes d'anciennes reliques. Des statues d'anges ailés étaient enfermées dans une prière de pierre, gardant les textes pour lesquels Xander avait tué afin de les collecter et protéger.

C'étaient les dernières histoires restantes de la fondation de la Nouvelle Capenna, une époque dont il devrait se souvenir mais qui était devenue trouble après son accord. Xander souleva deux gants de coton, les enfila avant de feuilleter le premier texte. Il avait lu ces mots plusieurs fois mais n'avait pas encore abandonné l'espoir que quelque part dans les annales du passé, il pourrait bien trouver la clef de leur avenir.







BUREAU DE GRAND-PERE CABARETTI

Une mélodie entraînante s'élevait jusqu'aux arcades supérieures du Vantoleone. La chaleur des cuivres se mêlait aux fleurs tressées suspendues comme des lustres. Le pied de Jinnie tapait légèrement contre la moquette du bureau de Jetmir, en rythme avec le tempo irrésistible et le martèlement des pieds des clients alors qu'ils dansaient sur la piste de danse en dessous.

« Va les rejoindre. » Jetmir gloussa et s'appuya contre le dossier de sa chaise. « Ces affaires peuvent attendre. Il y a une fête.
– Il y a toujours une fête, sourit Jinnie avant de caresser légèrement le chat recroquevillé sur ses genoux. Mais il n'y a qu'un seul Crescendo, et je veux m'assurer que tout soit absolument parfait pour lui.
– Il y aura un autre Crescendo l'année prochaine aussi, répliqua-t-il avec espièglerie. En supposant que le plan n'arrive pas à sa fin d'ici là et qu'il reste encore de nouvelles années à célébrer. »

Jinnie faillit rouler des yeux. Jetmir avait toujours su quels boutons appuyer et comment la taquiner. Mais c'était ce que les pères étaient censés faire, même les pères adoptifs.

« Tu sais ce que je veux dire. » De l'endroit où elle était assise de l'autre côté du bureau de Jetmir, elle ne pouvait voir que le plafond de verre du Vantoleone et les silhouettes en miroir qui brillaient dessus. Ce soir était une fête normale, aussi bonne que n'importe quelle autre selon les standards des Cabaretti. Mais Jinnie voulait que tout se passe bien pour que le Crescendo se déroule sans encombre. C'était sa priorité absolue. « J'ai reçu des réponses de presque toutes les familles, à l'exception des Maestro.
– Et de l'Adversaire. »
Jinnie écarta l'idée d'un geste de la main, ce qui fit que le félin sur ses genoux lui lança un regard très offensé. Elle recommença rapidement à gratter Muri entre ses oreilles. « L'Adversaire ne vaut pas la peine d'être invité. Le faire serait une preuve de respect qu'il ne mérite pas.
– Il est parfois préférable de montrer du respect avant que cela ne soit dû. On ne sait jamais comment un ami de petite importance peut devenir un grand allié plus tard.
– Tu penses réellement qu'il pourrait former une nouvelle famille ? demanda-t-elle, incrédule.
– Je pense que tout est possible à la Nouvelle Capenna. » Le ton de Jetmir absorba la légèreté de l'air et demanda l'attention de Jinnie. Elle le connaissait depuis longtemps – bien avant qu'il ne soit le riche chef des Cabaretti, et assez longtemps pour savoir quand une affaire exigeait son attention. « Il commence à accumuler du pouvoir, attirant des loyalistes avec des promesses de richesse et Halo.
– Ceux qui trahiraient leurs familles existantes parce qu'ils pensent qu'avoir du Halo permet de fonder la leur ne valent pas le sang dans leurs veines. » Ses paroles étaient venimeuses, manquant d'une once de compassion. La seule chose pour laquelle les traîtres étaient bons était d'être transformés en exemples pour d'autres transfuges potentiels.
« Je ne suis pas en désaccord.
– De plus, au moment où la Fontaine sera révélée, tout à la Nouvelle Capenna changera et les Cabaretti seront au plus haut. » Le simple fait de le dire à haute voix envoya un picotement dans sa colonne vertébrale. Le plan était sur le point de subir un changement fondamental, et elle, en tant que personne qui avait grandi forte et influente malgré la négligence et l'abandon, serait au centre.
« Comment se porte la Fontaine ? » Jetmir croisa les doigts, ses griffes tapotant légèrement sur le bureau. La lumière brillait sur sa chevalière, celle que Jinnie avait embrassée de nombreuses fois.
« En main. Aucun problème, » se réjouit Jinnie. « Tout est comme nous l'espérons, et personne n'est au courant de la Fontaine au-delà du conseil intérieur des Cabaretti.
– Alors le Crescendo sera une fête pour la postérité. » Jetmir pencha la tête en arrière et laissa échapper un éclat de rire. Il était généralement de bonne humeur. En tant que grand-père des Cabaretti, il avait toutes les raisons de l'être. Jetmir s'était assuré que le monde autour de lui soit une fête, remplie de nourriture, de boisson et de danse. Il n'avait jamais été difficile pour Jinnie de lui jurer sa fidélité à vie.
« Sans aucun doute.
– Maintenant, tu devrais aller rejoindre les festivités de la soirée. Nous discuterons des autres détails plus tard. Tu es bien trop adorable pour être enfermée dans ce bureau toute la soirée.
– Je pourrais dire la même chose pour toi. » Jinnie se pencha, attrapant son sac à main. Il portait le même cimier que l'anneau de Jetmir et les lourds anneaux d'or qu'il portait comme ornement sur ses deux cornes en forme de croissant. Muri sauta de ses genoux et dans le sac. Son autre familier, un chien nommé Régis, leva le museau de ses puissantes pattes et la regarda avec curiosité. Elle se leva et la bête refléta ses mouvements. Jinnie contourna le bureau qui se trouvait entre elle et Jetmir, posant sa main sur l'écharpe en cachemire autour de son cou alors qu'elle se penchait en avant pour embrasser légèrement sa joue.
« Je ne suis pas adorable. Je suis un vieil homme.
– Tu n'es pas si vieux ! » Elle lui frappa l'épaule avec espièglerie. « Et tout le monde sait que tu es toujours la vie de toutes les fêtes. C'est pourquoi tout le monde veut être un Cabaretti.
– Ils ne pensent cela que parce que je finance ces soirées. » Jetmir eut un sourire narquois. Elle pouvait dire qu'il plaisantait. Les Cabaretti étaient le cœur battant de la ville. Ils étaient la joie. Ils étaient la vie. Ils étaient rythme et musique et son et couleur. Et bientôt, ils seraient responsables de donner à la Nouvelle Capenna la Fontaine et tout le Halo dont les gens pourraient rêver.
« Ce n'est pas vrai, et tu le sais. » Elle retourna à sa chaise, jetant un châle orné de bijoux sur ses épaules. Ses fils de gaze scintillaient à la lumière, comme si elle était enveloppée dans une toile d'araignée faite de diamants. « Mais tu as raison, je devrais y retourner. Je ne veux pas quitter Kitt ou Giada trop longtemps.
– Donne-leur de mon mieux. » Jetmir s'éloigna de son bureau, plaçant sa propre ceinture autour de ses épaules et prenant son sceptre. Au sommet se trouvait le visage d'un léonin couronné, symbole des Cabaretti.







« Toujours. » Jinnie lui adressa un sourire éblouissant et sortit.

Le bureau de Jetmir était à l'étage du hall principal du Vantoleone. Des rideaux d'un vert éclatant imprimés de fleurs dorées et de formes rappelant les plumes de paon qui bordaient l'ourlet de sa robe étouffaient la musique en dessous. Mais les sons revinrent en entier lorsque Jinnie émergea dans l'entrée qui menait à la piste de danse.

Deux femmes étaient allongées sur un canapé voisin, là où Jinnie les avait laissées. Les oreilles poilues de Kitt se contractèrent, tournant dans la direction de Jinnie avant sa tête. Kitt pouvait la reconnaître à ses pas.

« Et comment se passent les préparatifs du Crescendo ? » Une simple question de Kitt avait un caractère lyrique, comme si sa voix était toujours à un souffle de la chanson.
« À merveille.
– Est-ce que j'aurai mon solo ? » La bouche de Kitt se courba en un sourire.

« Ma chérie, y a-t-il jamais eu le moindre doute ? »L'attention de Jinnie se fixa sur l'adolescente à côté de sa chère amie. « Et toi, Giada, es-tu pressée ? »

La jeune femme se força à sourire, mais il n'atteignit pas ses yeux désireux ; son expression presque torturée était toujours étrange pour Jinnie. Giada ne manquait de rien, Jetmir lui offrait de la nourriture, un abri et des produits de luxe. L'air qui l'entourait était empli des parfums les plus raffinés. Ses ongles étaient perpétuellement manucurés. Jinnie était toujours présente pour s'assurer que personne ne poserait jamais le doigt sur les courts cheveux noirs de Giada, actuellement épinglés avec des plumes rares. Elle avait tout ce qu'elle pouvait souhaiter, à part de partir.

« Je le suis, » dit-elle. Même si les mots manquaient de sincérité.
Jinnie s'agenouilla devant elle, prenant les mains de Giada. « Bien, parce que dans peu de temps, nous allons changer le plan. »

PROFONDEURS DE CALDAÏA

Vivien Reid était en chasse. Pas pour une proie, mais pour quelque chose qui pourrait ne pas exister. Pour un équilibre qui pourrait enfin accorder le repos aux fantômes de Skalla qui la hantaient à chaque pas. Elle cherchait un lieu – un peuple – où les mondes du construit et du naturel seraient en harmonie.

Mais elle apprenait rapidement que la Nouvelle Capenna n'était probablement pas cet endroit.

Au-delà de cette ville se trouvait un plan dépourvu de nature et de vie, tombé en ruine. Dans ses murs se trouvait une métropole synthétique d'acier. Un temple de l'industrie. Les motifs trouvés dans l'architecture étaient assez naturels. Vivien pouvait distinguer la forme des palmiers dans les fenêtres ventilées ; le métal avait été martelé et poli pour rappeler des chutes d'eau. Mais lorsqu'il y avait de la verdure réelle, elle était encapsulée dans du béton et du fer, soigneusement sculptée et cueillie pour ressembler aux motifs en zigzag que l'on retrouve dans de nombreux vêtements des citoyens.

La nature existait peut-être ici, mais elle n'était pas réelle. Ce plan était désaligné, dissonant et lesté à chaque pôle, synthétique et naturel, et elle ne donna pas longtemps à la Nouvelle Capenna avant qu'elle ne se fende au niveau des coutures. C'était toujours le cas lorsque la balance penchait trop dans une direction.

Elle était entrée dans la ville dans un endroit central au moyen de l'un des nombreux trains et s'était dirigée de là, loin des flèches élancées et des reliefs sculptés des anges qui regardaient la ville avec leurs yeux vides. Au lieu de cela, Vivien s'était plongée dans la brume rougeâtre des niveaux inférieurs, à la recherche d'une connexion perdue depuis longtemps avec la terre en dessous, cachée profondément sous la fumée et la crasse. Des racines oubliées, mais qui perduraient néanmoins.

Les allées bien pavées au-dessus avaient cédé la place à des rues suspendues en acier. Vivien traversait des poutres avec des pieds aussi confiants que le faisaient les citoyens. Les habitants semblaient n'avoir aucun problème à se précipiter de faisceau en faisceau – sautant à travers des sections de plein air avec seulement un pas prudent les séparant d'une mort certaine. La ville au-dessus de ce ventre était soutenue par des colonnes taillées en points impossibles, en équilibre sur les pointes des pyramides en dessous.

Elle avait vu de nombreux endroits impressionnants au cours de ses voyages. Mais c'était certainement une merveille en soi... tant qu'elle était disposée à regarder au-delà de ses graves erreurs en rejetant si complètement la nature.







Un rauque tumulte jaillissait des portes ouvertes d'un bâtiment voisin. Abandonnant l'objet initial de sa curiosité – une enclume entourée de flammes sur une plate-forme voisine – Vivien sauta de la poutre qu'elle traversait sur une poutre inférieure qui reliait les portes. La lumière de la pièce à l'intérieur marquait des lignes épurées à travers la fumée et le brouillard. Vivien se glissa à l'intérieur, ses mouvements fluides passant presque inaperçus. Ceux qui la virent n'y prêtèrent aucune attention. Ils étaient trop absorbés par le discours.

« ... ne doivent pas recevoir d'ordres des gens assis dans les bâtoments que nous avons construits, sirotant le Halo qui vient de nos magasins, » tonnait une voix au-dessus de la foule rassemblée, principalement composée de personnes en vêtements de travail. La source des déclarations était une puissante dragonne, perché au-dessus d'eux tous. À en juger par la façon dont la foule s'accrochait à chacun de ses mots, la dragonne était clairement une oratrice habile. « Les Cabaretti exigent trop pour ce Crescendo sans en répandre les bénéfices. Les Courtiers s'imposent dans nos rues. Et je ne doute pas que les Obscura rôdent parmi nous en ce moment, désireux de rendre compte aux plus offrants comme les toutous qu'ils sont. »

Les masses applaudirent en signe d'accord. Quelques uns grommelaient leurs griefs à l'encontre de la dragonne. Une volute de fumée s'échappa de ses narines avant qu'elle ne poursuive : « Ils feraient bien de se rappeler de ne pas marcher sur les mains qui construisent leurs cabarets et leurs salons. Quelques boulons faibles et de vieilles poutres peuvent provoquer de tels accidents intempestifs.
– Vous n'êtes pas d'ici. » Un homme emmitouflé dans de gros manteaux, des gants, des bottes et un chapeau à larges bords s'est approché, perturbant la concentration de Vivien.
– Vous non plus, » évalua-t-elle. Il n'avait rien à voir avec les autres ouvriers de la salle et leur tenue pratique.
Il gloussa. « Au moins, je ne porte pas de vêtements d'un autre plan. »

Vivien s'écarta du mur sur lequel elle s'appuyait. Les yeux de l'étranger étaient clairs et brillants sous l'ombre de son chapeau. Quelque chose dans l'air autour de lui, dans la façon dont il se tenait, lui donnait la chair de poule. Il était différent. Et même s'ils ne pouvaient pas être moins semblables, ils partageaient une parenté distincte.

C'était aussi un Planeswalker.

« Ah, donc vous le voyez maintenant aussi. Viens, partageons un mot avant que la populace ne soit libérée de l'emprise de Ziatora. »

L'homme sortit par les mêmes portes par lesquelles elle venait d'entrer, sans se retourner une seule fois, lui faisant confiance pour le suivre. Vivien jeta un coup d'œil entre lui et la dragonne, qui prononçait toujours son discours. Entre les deux, il avait davantage d'intérêt pour Vivien.

« Je ne pensais pas trouver d'autre Planeswalker ce soir... mais vous êtes une bien meilleure trouvaille que ce que je cherchais. » Il se tenait au bord d'une poutre, regardant par-dessus la fumée et l'acier. « Depuis combien de temps êtes-vous ici ?
– Assez longtemps. » Le bruit du couloir s'estompait à mesure qu'elle s'approchait. Il recommença à marcher, gardant une longueur d'avance. Vivien le laissait diriger, une main prête à atteindre son arc en un instant. Elle n'était pas venue ici pour se battre, mais elle tuerait quiconque serait assez effronté pour en entamer un.
« Assez longtemps pour savoir qu'il y en a d'autres ici comme nous ?
– Des autres ? » Plus de Planeswalkers ? Pourquoi? Elle était venue ici pour des raisons personnelles, mais il semblait maintenant qu'elle était entrée dans quelque chose de plus profond que prévu.
« Que savez-vous du Halo ?
– Pas grand-chose. » Elle en avait entendu parler parmi les citoyens et supposait que cela avait quelque chose à voir avec la substance irisée qui remplissait les flûtes des fêtards qu'elle croisait. Mais Vivien n'avait pas eu le temps d'en apprendre plus que ça.
« Ce plan prospère grâce à lui, et il détient un pouvoir incommensurable. L'homme pour qui je travaille actuellement est en train de l'acquérir. Mais ses véritables objectifs sont ailleurs.
– Et quels sont-ils ?
– Curieuse ? » Il jeta un coup d'œil par-dessus son épaule avec un sourire narquois. Le son d'un cliquetis de métal suivait doucement chacun de ses mouvements.
« Peut-être bien. » Vivien ne savait pas encore si elle lui faisait confiance ou non, mais elle n'avait pas besoin de confiance pour glaner plus d'informations sur lui.
« Bien, venez donc. Urabrask sera impatient de vous rencontrer. »
Elle ne bougea pas cette fois quand il commença à marcher. « Et quel est ton nom ? »
Il marqua une pause, puis parla sans se retourner. « Tezzeret, et j'ai des gens qui m'attendent, alors si vous pouviez vous dépêcher. »

Vivien ne se dépêcha pas. Elle ne pas bougea du tout. Bien qu'elle ne l'ait jamais rencontré auparavant, elle avait bien sûr entendu le nom de Tezzeret. Ils s'étaient battus dans des camps opposés pendant la Guerre des Planeswalkers, et elle avait toujours soupçonné qu'il avait accès au Pont Planaire. Tezzeret n'était pas quelqu'un à sous-estimer. S'il était ici, alors il y avait des courants plus profonds, en effet.

« Eh bien ? » Il s'arrêta quand il réalisa qu'elle ne suivait pas.
« Mettons une chose au clair... » Vivien cacha ses inquiétudes et ses soupçons derrière un masque de détermination et franchit l'écart entre elle et Tezzeret en quelques grandes enjambées. Maintenant, elle marchait à ses côtés. C'était serré sur la poutre. Mais elle ne céda aucune place à « Tu n'as pas à me donner des ordres. »
Tezzeret souffla d'amusement. « Entendu.
– Alors, qui est Urabrask ? demanda-t-il. Un ami de Tezzeret la rendait encore plus méfiante.
« C'est compliqué. » Les yeux de Tezzeret étaient distants. Il se concentra sur un point quelque part au-delà de ce que Vivien pouvait voir. Elle ne connaissait que trop bien ce regard ; c'était le regard d'un homme qui s'était glissé entre le voile des plans et avait été témoin de toutes les horreurs que l'on trouvait souvent entre eux. « Cela aura plus de sens une fois que vous l'aurez rencontré. Mais pour l'instant, tout ce que vous devez savoir, c'est qu'il est dans notre camp.
– Et quel camp est-ce ?
– Le camp de la liberté. »

ARRÊT DU MEZZIO

Elspeth sursauta en voyant le transport siffler au-dessus de sa tête, claquant sur des rails suspendus un peu trop bas pour quelque chose d'aussi bruyant. Elle cligna des yeux plusieurs fois, ses yeux toujours en train de s'adapter aux lumières vives de la Nouvelle Capenna par rapport au train sombre. La ville grouillait de gens de toutes formes et tailles, portant toutes sortes de vêtements étranges.







Des bâtiments la dominaient de leur hauteur inconcevable, reliés par un labyrinthe de rails et de passerelles, décorés de balcons et de motifs ornés qui ne parlaient que d'indulgence. Chaque plafond semblait être l'étage d'un autre bâtiment alors que la ville continuait de s'étendre de plus en plus haut, atteignant des hauteurs vertigineuses avant de plonger dans la faible couverture nuageuse.

Elle ajusta le sac sur son épaule. Il contenait les maigres possessions qu'elle avait pu penser à emporter lorsqu'elle s'était transplanée jusqu'à ce plan. Le peu qu'elle avait encore à son nom après tout ce qu'elle avait traversé.

Elspeth ravala le sentiment initial de déception que la ville n'était pas ce à quoi elle s'attendait. Quelles attentes pouvait-elle raisonnablement porter ? Aucune. C'était injuste d'avoir des idées préconçues en cherchant un endroit dont elle avait depuis longtemps cessé de croire qu'il existait.

« Chez moi », murmura Elspeth, voyant si le mot correspondait à la Nouvelle Capenna lorsqu'il était prononcé à haute voix. Ce n'était pas mieux. « Ajani a dit que c'était ça. »

Son ami ne lui avait jamais menti et avait toujours donné de bons conseils, même quand elle ne voulait pas l'entendre. Elle avait toutes les raisons de lui faire confiance. S'il a dit que c'était chez elle, alors ça devait sûrement l'être. Elle cherchait, rêvait et attendait ce moment depuis des années...

Alors pourquoi ne s'était-elle jamais sentie aussi peu à sa place ?





Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.