Nouvelle Capenna : Le camp de la liberté - Magic the Gathering

Nouvelle Capenna : Le camp de la liberté



Articles

Drark Onogard, le , 363 consultations

Vivien suit Tezzeret jusqu’à la racine de la Nouvelle Capenna, où de nouveaux mystères l’attendent…

  La storyline de Magic / Les rues de la Nouvelle Capenna

Vivien suit Tezzeret jusqu'à la racine de la Nouvelle Capenna, où de nouveaux mystères l'attendent... Vous trouverez l'article original ici.

Le camp de la liberté



PROFONDEURS DE CALDAÏA

Dans le camp de la liberté, Vivien répétait silencieusement les paroles de Tezzeret.

Cela pouvait signifier beaucoup de choses, surtout venant d'un homme comme Tezzeret. Ils s'étaient battus dans des camps opposés pendant la Guerre des Planeswalkers, et bien qu'elle ne l'ait jamais connu personnellement, elle avait entendu suffisamment d'histoires pour se faire une idée générale de l'homme.

Tezzeret était connu pour s'occuper avant tout de lui-même, ce qui signifiait qu'il y avait des risques inhérents au fait de le suivre alors qu'ils venaient à peine de se rencontrer.

Vivien ajusta sa poigne sur son arc, bras tendu pour évaluer son équilibre alors qu'ils atterrissaient sur une poutre inférieure suspendue à travers l'abîme apparemment sans fin de fumée rouge et d'industrie qui était le ventre de la Nouvelle Capenna. Tezzeret jeta un coup d'œil derrière lui alors qu'elle tombait avec légèreté, silencieuse par rapport au bruit métallique lourd qui retentissait à chaque fois que lui tombait sur un échelon inférieur. Son long manteau cachait la majeure partie de son corps, mais étant donné les bruits, Vivien soupçonnait qu'une bonne partie de son corps était enfermée dans une sorte de métal. Elle essayait déjà de trouver le meilleur endroit pour lui tirer dessus si cela devait arriver.







« Veux-tu me dire où tu m'emmènes ? » Alors qu'ils s'éloignaient même des confins de la ville, Vivien devenait plus curieuse et plus consciente de la distance qui les séparait de toute autre âme.Serait-ce un piège ?
« Vous verrez bien assez tôt. Il continua à descendre le long d'une longue poutre, ses cheveux gris tressés se balançant derrière lui.
« Es-tu toujours aussi bavard ?
- Est-ce que j'ai l'air d'être du genre à bavarder ? » Non, il n'en avait pas l'air. « Et je ne pensais pas que vous le soyez non plus.
- Qu'est ce que tu sais de moi ? » Elle ne prit même pas la peine d'essayer d'avoir l'air désinvolte.
- Je me fais un devoir de savoir des choses sur les gens, en particulier sur les autres Planeswalkers. Pourquoi ne disons-nous pas que j'en sais assez ? » Et c'était trop.

Elle était toujours méfiante, mais pas sur ses gardes : malgré sa concision, elle ne sentait pas d'animosité ou de danger venant de lui. Ses sens avaient été durement acquis et aiguisés par le temps et l'expérience – Vivien faisait confiance à son instinct et le suivait plus encore dans le ventre de cet étrange et nouveau plan.

Une toile d'acier constituée de poutres titanesques se resserrait autour d'eux, ralentissant leur allure. Des barres d'armature, facilement quatre fois plus épaisses que ses cuisses croisées, étaient recouvertes de la saleté et de la crasse qui s'étaient accumulées dans les montagnes au cours de ce qui devait être des siècles. La lumière filtrée s'affaiblissait et prenait des teintes de rouille, donnant à tout un ton inquiétant.







Enfin, les bâtiments métalliques et leurs supports cédèrent la place à la roche. La ville de la Nouvelle Capenna avait un fond, et il semblait qu'ils l'avaient enfin, enfin, atteint. À cette profondeur, il n'y avait que le murmure de la lumière qui bourdonnait depuis des ampoules oubliées il y a longtemps, qui scintillaient comme les fantômes déterminés des ancêtres de la ville. Les poutres qui soutenaient la Nouvelle Capenna étaient ancrées dans des ruines et fixées par des rivets et des vis au sommet rocheux de ce qui semblait être un plateau géant.

Ces ruines devaient être la première Capenna. Son humble origine avait été enterrée par le « progrès » qui avait poussé son peuple vers les cieux. La façon dont un mur s'était effondré, des marques de griffes encore creusées dans la pierre, attira l'attention de Vivien. Peut-être que tout n'avait pas été un progrès. Peut-être s'agissait-il d'une reprise après une autre dévastation.

Vivien s'arrêta au bord d'une poutre où elle rencontra un tas de gravats. Agenouillée, elle toucha la terre. Il était condensé, sec et mort.

Cela faisait longtemps que les habitants de cette ville n'avaient pas été en contact avec la terre qui s'efforçait encore de les soutenir.

Tezzeret ne dit rien et l'entraîna encore plus profondément. Sur un chemin sinueux qui coupait le plateau lui-même, il la conduisit à travers rochers et cavernes. Juste au moment où toute lumière disparut, Tezzeret enleva son manteau et un éclat cramoisi fleurit contre les murs rugueux qui les entouraient. La lueur venait de devant lui – de lui – décrivant sa forme avec un rouge sinistre. Il teignait sa peau pâle presque de la même teinte. Vivien tira une flèche de son carquois. Sa brume verte se mêlait au vermillon de Tezzeret alors qu'il se retournait.

« Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle.
- Une preuve de confiance et de bonne foi. » Il désigna la source de la lumière dans sa poitrine. Elle suintait entre les rainures des plaques métalliques qui recouvrait son corps comme des bandages placés au hasard, remplaçant entièrement la chair à certains endroits. Le plasma qui remplaçait les os et les tendons était à peine contenu par les lamelles de métal. « Le Pont planaire.
- C'est vrai, il n'a pas été détruit. » Elle n'avait jamais entendu que des rumeurs.
Tezzeret eut un sourire narquois. « Je vois que ma réputation me précède.
- Plus que tu ne sais. »  Elle garda sa flèche encochée.
« C'est inoffensif pour toi. » Tezzeret haussa les épaules. « Mais ça a l'air assez inquiétant, n'est-ce pas, la façon dont ça brille ? » Il inspecta son bras comme si c'était celui de quelqu'un d'autre, cousu à son corps. « Il a changé après les avoir transportés à travers les plans. Corrompu, peut-être... Le processus est devenu assez désagréable pour tout autre que moi, réfléchissait-il à voix haute.
- Les ?... »
Tezzeret est revenu au présent. « Les praetors.
- Qui ? » Elle n'avait jamais entendu le titre auparavant.
« Les chefs de la Nouvelle Phyrexia. »
Les petits poils sur la nuque de Vivien se dressèrent. « Tu travailles pour la Nouvelle Phyrexia ? »  Kaya avait combattu l'un d'eux sur Kaldheim, et Vivien avait entendu parler de leur présence sur Kamigawa. Ils étaient un virus, une menace, et Tezzeret leur principal vecteur.
« Je travaillais, affirma Tezzeret. « Je travaille. Je suis aux prises avec l'architecte de la destruction du Multivers, l'être qui verrait toute vie s'incliner devant Phyrexia et devenir Phyrexia par la force – Elesh Norn. »

La corde de l'arc fut à sa joue en un battement de cœur, son bras opposé tendu. Tezzeret eut l'audace de sourire face à la pointe de sa flèche.

« Une telle hostilité soudaine. Comment vas-tu te faire des amis, Vivien ?
- Je ne sais pas si je veux être ami avec mes ennemis. » Les mots étaient durs. Il n'y avait pas de plus grand crime contre l'ensemble du Multivers que d'aider les horreurs que Phyrexia déchaînait.
« C'est une nécessité regrettable. »
Elle mordit à l'appât. « En quoi travailler avec Elesh Norn pourrait-il être une 'nécessité' ?
- Je n'ai pas encore ce qui m'a été promis.
- Le fait qu'Elesh Norn t'ait fait une promesse ne justifie ou n'excuse l'occupation, la violation ou la destruction de la vie. » La poigne de Vivien se resserra davantage.
« Je suis complètement d'accord. » C'était la seule chose qu'il aurait pu dire pour l'empêcher de décocher sa flèche et toute une ménagerie de bêtes avec. Comme pour se rendre encore plus inoffensif, Tezzeret croisa les mains derrière le dos. « Je ne peux pas utiliser correctement ce que Norn m'a promis si la vie telle que nous la connaissons cesse d'exister, ou si je suis transformé. Mais j'en ai quand même besoin. »

Il jouait double jeu. La tension dans ses épaules se détendit un peu. Il n'était peut-être pas un allié pur et simple, mais il n'était pas non plus uniquement un ennemi. Elle pourrait négocier ainsi, espérait-elle.

« Mon complice n'est plus loin maintenant, Urabrask pourra t'en dire plus. » Tezzeret recula d'un demi-pas. « J'ai bien peur de ne pas avoir le temps de tout expliquer. Je ne peux pas me permettre de m'attarder. Norn se demandera où je suis si je pars trop longtemps. »
Vivien fit un pas en avant et demanda : « Parle-moi d'Urabrask.
- Je vais te dire ce que tu dois savoir : il ne représente aucune menace pour toi. Dans son état actuel, tu pourrais même probablement le tuer à mains nues. » Les yeux de Tezzeret brillaient de la même teinte que la magie tourbillonnant en lui. « Vas-tu me tuer, ou vas-tu continuer, Vivien Reid ? »

Son nom sur la langue de Tezzeret fit frissonner son échine vertébrale. Ses yeux étaient pleins de pouvoir, pleins de savoir. On ne pouvait en aucune façon lui faire confiance. Vivien le savait, et pourtant...

« Vas-y. » Elle était venue jusqu'ici. Elle irait jusqu'au bout.

Ils poursuivirent leur descente à travers les tunnels. Immédiatement, l'espace s'ouvrit sur une immense caverne. Au fond se trouvait une bête blessée, grande même lorsqu'elle se recroquevillait et luttait pour chaque souffle qu'elle inspirait à travers son bec luisant. Dans la lumière cramoisie du Pont planaire de Tezzeret, le corps de la bête semblait d'autant plus maltraité. Sa chair avait été séparée de ses composants inorganiques avec une précision terrifiante. Vivien pouvait imaginer que la bête avait été imposante, létale, autrefois. Un superprédateur. Un pincement de pitié la traversa pour sa magnificence perdue.

« Vivien, voici Urabrask, » déclara Tezzeret. « Praetor du Calme Fourneau. »







Malgré l'état d'Urabrask, Vivien gardait ses distances. En partie pour permettre une évasion rapide. Mais aussi parce que ses muscles s'étaient bloqués sous le choc. La bête blessée devant elle était un Phyrexian.

« Tu m'as trahi, » siffla Urabrask à Tezzeret. Il semblait que Vivien n'était pas seule à ne pas faire confiance à Tezzeret.
« Calme-toi, Urabrask, » soupira Tezzeret. La vue d'un homme principalement en métal secouant la tête à un Phyrexian à peine vivant, comme si ce dernier était un petit enfant à gronder, fit chanceler Vivien devant la pure bizarrerie de tout cela. Elle avait vu beaucoup de choses merveilleuses et horribles au cours de ses voyages, mais celle-ci était peut-être la plus étrange. « Au contraire. Je nous ai apporté un nouvel allié.
- Je n'ai rien promis de semblable. » Vivien jeta un coup d'œil entre Tezzeret et Urabrask, passant le bout de ses doigts sur l'empennage de ses flèches. Si elle devait tirer, elle tirerait entre eux, envoyant des loups spectraux sur tous les deux.
« Vous considérez la Nouvelle Phyrexia comme votre ennemi, n'est-ce pas ? dit Tezzeret.
C'était un euphémisme. « Tu n'es pas le seul à penser que la prise de contrôle du Multivers par les Phyrexians est une mauvaise idée, Tezzeret. En fait, bienvenue dans la majorité.
- Alors nous sommes tous dans le même camp. L'ennemi de mon ennemi est mon ami.
- Pourquoi travailleriez-vous contre la Nouvelle Phyrexia ? » Vivien se concentra sur Urabrask. Elle pouvait comprendre pourquoi Tezzeret, un sous-fifre, un auxiliaire non Phyrexian, pouvait travailler contre Elesh Norn. Mais un praetor Phyrexian ?

Urabrask lutta pour s'asseoir plus droit, comme pour gagner un peu de la hauteur et de la férocité, perdues à cause de la cruauté qui avait été si clairement subie. Que s'était-il passé pour blesser si gravement un Phyrexian ?

« Elesh Norn a soumis toute la Nouvelle Phyrexia. Jin-Gitaxias, Vorinclex et de nombreux Thanes Noirs se sont engagés eux-mêmes et leurs cercles sous sa grande vision. Mais je ne sers personne, et ceux que je dirige souhaitent être laissés seuls. Nous ne partageons pas la vision de Norn. » Les griffes d'Urabrask raclèrent doucement le sol pierreux dans un mouvement que Vivien supposa être de la frustration. « Norn veut que le Multivers soit une seule et même chose, que toute vie soit Phyrexiane, et que tous les Phyrexians soient sous Norn. Nous ne considérons pas cela comme un progrès. Je ne lui donnerai pas le Calme Fourneau. »

Vivien remit lentement sa flèche dans son carquois tandis qu'Urabrask parlait. Son bon sens lui disait de tirer dessus. Tue-les tous les deux pendant que vous le pouvez. Phyrexia était l'antithèse de tout ce qu'elle représentait – une parodie corrompue de la fusion de la nature et de l'artifice qu'incarne son arc.

Mais... un autre instinct lui disait le contraire. Ou peut-être était-ce une curiosité dangereuse qui s'épanouissait.

Urabrask était peut-être un praetor, et agissant au seul profit d'Urabrask, tout comme Tezzeret l'était. Mais si Urabrask disait la vérité, alors ce praetor était aussi l'ennemi de son ennemi. Et, peut-être même y avait-il ici une opportunité pour faire le bien. Ça n'a jamais fait de mal d'avoir des alliés à l'intérieur. Mieux encore, Urabrask n'était pas intéressé par la recherche l'expansion à tout prix.

« Tu penses vraiment que tu peux arrêter Norn ? demanda Vivien.
- Oui. Je guiderai un défi nécessaire face au contrôle de Norn. » Une révolution, en un mot, pensa Vivien. Elle trouvait intéressant que le Phyrexian ne l'ait pas formulé comme tel.
« Comment allez-vous gagner ?
- Peut-être que je te le dirai quand je saurai qu'on peut te faire confiance. » Urabrask retomba lentement dans une position affaissée, comme si s'asseoir droit était pour lui trop d'effort.

L'ironie du fait qu'elle était celle des trois qui était considérée comme indigne de confiance n'échappait pas à Vivien. « Très bien. Comment puis-je faire mes preuves ?
- Tu nous rendras service, bien sûr, dit Tezzeret. Je suis limité dans mes mouvements et dans ce que je peux faire sans éveiller les soupçons. De plus, Norn exige toujours que je transporte des troupes et des praetors phyrexians ; je ne peux pas risquer d'être absent trop longtemps. Ainsi, je ne peux pas rester avec Urabrask tout au long de sa récupération du prix du voyage jusqu'ici. »

Le Pont planaire a fait ça à Urabrask ? Vivien évalua le Phyrexian de la tête aux pieds. Il semblait que le Pont planaire était d'une puissance redoutable, avec toute la finesse d'un hachoir.

« De quoi avez-vous besoin ? demanda-t-elle directement à Urabrask.
- Du temps pour guérir et du Halo. C'est une substance magique de ce plan que j'ai besoin d'étudier. Apporte-moi le Halo, sois patiente, et je te dirai comment nous allons faire tomber Norn du trône, » répondit Urabrask.

Un simple accord. Vivien pouvait repartir à tout moment avec ce qu'elle savait déjà et transmettre les révélations d'Urabrask aux autres. Mais si Urabrask ne mentait pas, s'il y avait plus à savoir juste avec une fiole ou deux de Halo...

« Marché conclu. » Vivien se retourna, prête à entamer la longue ascension vers la ville proprement dite.
« Encore une chose, dit Urabrask, l'arrêtant dans son élan. « Pendant que tu chasses Halo, il y a quelqu'un d'autre dont j'ai besoin. Même si j'avais la force de la chercher, je ne peux pas me déplacer librement sur ce plan sans méfiance.
- Qui ?
- Elspeth, l'une des vôtres. Une Planeswalker. Tezzeret l'a repérée à la surface mais n'a pas pris le risque de l'approcher en raison de son histoire.
- Elspeth, répéta Vivien, mémorisant le nom. Que veux-tu d'elle ?
- Norn la craint. C'est tout ce que je sais. »

Et un ennemi d'Elesh Norn était le genre de personnes que Vivien voulait connaître.

LES RUES DE LA NOUVELLE CAPENNA

Des trois niveaux de la Nouvelle Capenna, le Mezzio était celui que Vivien aimait le moins.

Les profondeurs de Caldaïa étaient chargées de la brume et du chœur de l'industrie, mais le bourdonnement constant avait l'air de rendre la ville vivante. Il y avait un battement de cœur. C'étaient les gémissements, les déchirements, les bruits épuisés de la croissance, même si elle était industrielle. Et, bien sûr, loin dans les profondeurs se trouvait la terre elle-même, le lien le plus étroit que la Nouvelle Capenna avait avec la nature.

Les Hauts-Parcs étaient une croissance forcée et une nature soigneusement entretenue. Mais il y avait des parcs contenant de vrais arbres dignes d'une promenade chaque fois qu'elle avait envie de quelque chose de vert et de vivant.

Pris en sandwich entre eux, elle aurait pu penser que le Mezzio trouverait l'équilibre des deux mondes. Mais il n'avait ni l'un ni l'autre. Il avait toute l'agitation de Caldaïa, mais rien de son âme. L'indulgence et la surconsommation du travail des autres régnaient en maître. Et tout le monde allait beaucoup trop vite pour s'arrêter et apprécier un pissenlit jaillissant, aussi déterminé que l'espoir, d'une fissure de trottoir.







Cependant, un avantage de tout ce mouvement était que personne ne lui prêtait jamais attention. Elle pourrait mettre à profit ses compétences de pistage et de chasse pour entendre et voir des choses. Un instant, elle était présente, et l'instant d'après, elle était partie, sans que personne la remarque. Cette compétence était la façon dont elle avait fini comme informatrice pour un espion Obscura.

Vivien s'appuya contre une vitrine au rideau fermé dans une section plus discrète du Mezzio. Il y avait suffisamment de monde pour que flâner ne paraisse pas suspect. Assez de silence pour que deux personnes puissent parler sans élever la voix.

Des pas s'approchèrent.

« Flèche, » murmura doucement une femme plus petite à la peau rousse et au chapeau melon bleu marine posé sur des tresses courtes, soyeuses et noires.
« Marine, » répondit Vivien sans regarder.

Leurs noms l'une pour l'autre étaient intentionnellement sans originalité, inspirés par leurs tenues afin qu'ils ne puissent pas être retrouvés. Vivien avait trouvé un superbe manteau doré et vert Chasseur qui contrastait bien avec sa peau brun foncé. Il s'ouvrit pour révéler une chemise et une cravate d'un blanc immaculé qui rappelaient une pointe de flèche.

« Dis moi quelque chose de bien. » Marine s'appuya contre la balustrade en face de Vivien et sortit un petit carnet de sa poche de poitrine. Vivien l'avait vue plusieurs fois – un livre de secrets, avait-elle supposé.
« J'ai beaucoup entendu parler du fait que les Cabaretti déplacent régulièrement la Fontaine. » Vivien s'était d'abord intéressée à la Fontaine en tant que source possible de Halo pour Urabrask. Mais les Cabaretti la gardaient d'une surveillance trop serrée pour que tenter de l'enlever en vaille la peine et, de plus, tout le monde à la Nouvelle Capenna cherchait des informations sur la Fontaine. Ce qui attirait leur attention ailleurs et permettait à Vivien de chaparder plus facilement un peu de Halo, ici et là, sans se faire remarquer. Heureusement, Urabrask ne voulait pas de grandes quantités de la substance.

« A quelle fréquence ?
- Chaque jour. »
La femme lâcha un « Hm. » pensif. « Rien d'autre ?
- On parle d'un salon tenu par l'Adversaire. Il l'utilise comme base d'opérations. » Cet Adversaire avait également attiré l'attention de Vivien très tôt. Les Obscura déclaraient qu'ils régnaient sur les ombres, gouvernant les secrets de la ville. Mais pour autant que Vivien puisse le dire, c'était l'Adversaire qui détenait le véritable contrôle.
« Tu sais où ?
- Pas encore, mais je vais me renseigner, » mentit Vivien. Elle avait absolument découvert où se trouvait le salon de l'Adversaire. Mais elle n'allait pas partager tout ce qu'elle avait trouvé, juste assez pour obtenir les informations dont elle avait besoin en retour. Devenir trop ancrée dans la famille Obscura – ou n'importe quelle famille ici dans la Nouvelle Capenna – était là où Vivien a tracé la limite. Elle était une visiteuse et une passante dans ce plan. Elle n'avait aucun intérêt à s'en mêler davantage.
« Fais-moi savoir si tu le en apprends plus.
- Bien sûr. » Vivien s'éloigna de la vitrine. « Tu as quelque chose pour moi ?
« Aucune voie solide pour une quantité substantielle de Halo. Je serais une femme riche et puissante si j'avais ce genre d'informations. J'ai entendu dire qu'un petit endroit appelé le Souffle de l'Ange en bas ,du côté ouest de la ville recevait un réapprovisionnement des Cabaretti plus tard dans la journée, tu pourrais peut-être en chiper une bouteille, si tu fais attention. » Marine griffonnait toujours furieusement dans son carnet alors que Vivien partait.
« Oh, j'ai une piste sur ton personnage d'Elspeth, cependant. » Vivien s'arrêta. « J'ai entendu dire qu'une femme faisait des petits boulots dans tout le Mezzio, principalement dans la rue principale près de la gare. Elle semble privilégier la construction, le ménage ou les cuisines – de simples travaux manuels, des emplois de jour – rien de stable et reste sans famille. Difficile à cerner. Je dirais qu'elle est probablement celle que tu recherches. Il n'y a plus trop de personnes portant ce nom. Bonne chan... »

Vivien n'entendit pas la suite. Elle était déjà partie, courant à travers les ruelles et les passerelles désormais familières de la forêt industrielle. Elle s'arrêta à tous les chantiers de construction qu'elle connaissait, femmes de ménage, et aux cuisines. Juste au moment où elle pensait qu'elle avait perdu la seule piste possible qu'elle avait, aussi mince soit-elle, de la magie explosa, suivie de cris et de hurlements.

Elle fit irruption dans une artère principale de la ville. Les gens se précipitaient vers elle, se pressant vers les bords de la rue alors qu'une femme s'élançait dans une ruelle latérale, des agents de la police Maestro sur ses talons. Les combats n'étaient pas rares dans le Mezzio. Mais la façon dont la femme bougeait... pivoter, esquiver leurs coups, les tenir à distance, même désarmés et en infériorité numérique, tout en évitant les citoyens. La femme était meilleure que tous les bagarreurs de rue que Vivien avait jamais vus.

Ce n'est pas possible, n'est-ce pas ?

Vivien la poursuivit. Elle escalada le côté d'un bâtiment avec la facilité qu'elle avait pour grimper à un arbre et se percha sur un toit plus bas. Au moment où elle put voir qu'une bagarre avait éclaté, la femme avait déjà rendu ses agresseurs inoffensifs.

Elle parlait maintenant avec un vampire impatient. Mais Vivien ne pouvait pas comprendre leur conversation depuis le toit. Se déplaçant sur le côté, Vivien tira une flèche de son carquois et décocha vers le côté opposé du toit, où ils ne pouvaient pas voir. Un écureuil spectral jaillit et descendit rapidement dans les gouttières, se cachant juste hors de vue des deux. À travers la créature magique, Vivien pouvait entendre leurs paroles comme si elle était juste à côté d'eux.

« ... Vous serez ravie de savoir que tous les jeunes membres de la famille commencent au musée des Hauts-Parcs. » Le vampire s'arrêta, tendant la main. « Attendez, où sont mes manières ? Pardonnez-moi. Je suis Anhelo. » Vivien avait déjà entendu le nom chuchoté et avait vu le musée – il faisait partie des Maestros.
La femme ignora le geste, continuant à marcher avant de dire « Elspeth ».

Vivien l'avait trouvée ; elle en était certaine. Mais maintenant, elle avait le choix. Retournerait-elle directement à Urabrask ? Ou en apprendrait-elle d'abord plus sur qui était cette Planeswalker ?

Urabrask était encore loin d'être suffisamment guéri pour être à nouveau transporté par le Pont planaire. Ce qui signifiait que Vivien attendrait encore et rassemblerait Halo pour lui pendant au moins quelques semaines encore. Elle avait le temps de se faire sa propre opinion sur ce personnage d'Elspeth avant de l'amener au praetor.

Vivien voulait découvrir par elle-même ce qui rendait Elspeth si spéciale.

UN SALON OBSCUR

Vivien n'avait pas encore réussi à trouver un moment avec Elspeth. Anhelo l'avait emmenée directement au musée des Maestros après qu'Elspeth eut accepté de rejoindre la famille, ce que Vivien trouva être une curieuse décision pour un Planeswalker. Vivien l'avait traquée dans le musée, se cachant du mieux qu'elle pouvait et tirant parti des informations de Marine pour essayer de trouver un moyen d'entrer. Mais les Maestros étaient doués pour garder leurs nouvelles recrues sous clef jusqu'à ce qu'elles soient jugées « prêtes » à prendre en charge l'entreprise familiale.

Mais, avec un peu de chance, Elspeth était enfin prête, permettant à Vivien de l'attraper enfin seule pour une conversation.

La dernière information de Marine indiquait que l'Adversaire organisait un rassemblement ce soir et qu'un Maestro serait présent. Elle avait également laissé entendre que les Obscura avaient récemment vu Elspeth sur le terrain pour les Maestros. Vivien espérait contre tout espoir que le Maestro ce soir serait Elspeth – cela semblait une mission assez bonne pour qu'un nouveau Maestro se fasse les dents – et elle ne pouvait penser à aucun meilleur endroit pour que l'Adversaire se produise que le salon que Vivien avait découvert comme l'une des bases d'opérations de l'Adversaire.

Et si Elspeth ne venait pas, Vivien pourrait au moins trouver un peu de Halo supplémentaire pour qu'Urabrask l'étudie. Le praetor avait commencé à mieux paraître au fil des semaines. Mais il était encore loin d'être en bonne santé.

Vivien était assise au comptoir, une lueur violette écœurante transformant tout en couleur prune, sa boisson incluse. Ils lui avaient offert du Halo – une démonstration manifeste de pouvoir à l'avoir avec tant de désinvolture au menu – mais Vivien avait refusé. Elle avait essayé le Halo une fois pour sa propre curiosité et pour recueillir des informations, et après que cela lui fut monté directement à la tête avec une poussée de magie sauvage, elle n'en avait plus eu besoin. C'était une fausse force qui risquait de la rendre trop confiante. Un surplus de confiance conduisait à des erreurs, et Vivien avait besoin de ses meilleurs sens avec elle.







La substance était puissante et efficace, en effet. Elle comprit pourquoi elle tenait la Nouvelle Capenna sous son emprise. Mais elle ne savait pas encore pourquoi Urabrask la voulait. Le simple fait de le tenir semblait le faire grimacer. Ou, eh bien, elle supposait que le changement d'expression était une grimace. Ce n'était pas toujours facile de mesurer ses émotions, étant donné son bec et ses yeux creux.

Alors, Vivien but un verre de quelque chose de beaucoup moins... passionnant. L'homme derrière le comptoir lui avait fait un petit clin d'œil quand elle avait commandé de l'eau. Mais l'eau était une très bonne boisson pour Vivien, indispensable même.

La porte du salon s'ouvrit et une jeune femme s'y glissa. Pas Elspeth. Mais la femme était sans aucun doute une Maestro – elle avait les yeux d'acier d'un vampire.

Vivien reposa son verre en jurant dans sa barbe. Eh bien, Elspeth n'était pas le Maestro qui venait ce soir. Il est temps pour Vivien d'engager le plan de secours.

« J'ai changé d'avis, mais je vais devoir courir. Pourrais-je avoir un peu de ce Halo pour la route ? »  demanda Vivien à l'homme alors qu'il servait les clients.
Il renifla devant l'audace de la question. « Toutes les boissons restent à la maison, selon les règles du patron. Il aime être là où se déroule la fête.
- Je ne peux pas lui en vouloir pour ça. » Elle afficha un sourire timide. L'homme gloussa ; il ne semblait pas trop méfiant vis-à-vis de sa demande peu conventionnelle. « Je vais en prendre un ici, alors. »  Il attrapa une bouteille de Halo et un verre. « Le patron est là ce soir ?
- Si vous ne connaissez pas la réponse, ce n'est pas votre affaire. » La légèreté avait disparu.
Vivien s'éloigna du comptoir en levant les mains. « J'entends juste des choses, c'est tout.
- C'est une ville d'oreilles ouvertes et de langues déliées si vous voulez mon avis. Occupez-vous de ce Halo avant que je ne doive vous demander de partir. » Il lui tendit un verre qui tourbillonnait avec un arc-en-ciel vivant.
« Santé, » murmura Vivien, le regardant traverser jusqu'à l'extrémité opposée du comptoir pour parler avec d'autres clients. Elle se déplaça pour leur tourner le dos, sortant une petite fiole de la pochette en cuir à sa hanche. Avec une main ferme et un versement prudent, Vivien pouvait sortir une partie du Halo du salon et retourner à Urabrask sans éveiller les soupçons. Elle avait fait ce mouvement suffisamment de fois maintenant pour que ce soit une seconde nature.

C'est à cause de son angle qu'elle v lite Maestro se glisser à l'arrière. Dans la brève fente de la porte, elle vit un chapeau melon familier. Que faisait Marine ici ?

Vivien s'éloigna du comptoir, abandonnant le reste du Halo. Elle ne pouvait pas en prendre plus sans être soupçonnée, et son alarme interne sonnait déjà fort et vrai. Marine avait donné l'impression qu'elle n'avait aucune idée de cet endroit quand Vivien en avait parlé. Jetant un coup d'œil autour d'elle et essayant de paraître aussi discrète que possible, Vivien se glissa dans l'ombre et s'approcha de la porte arrière, toujours entrouverte.

« ... tout est prêt alors ? murmura Marine.
- Oui, les Maestros fidèles au patron seront prêts au Crescendo.
- Bien, il vous récompensera généreusement pour votre aide. Je transmettrai ce que vous m'avez dit. » Marine était un agent double. Vivien se demandait à qui était sa véritable loyauté : l'Obscura ? L'Adversaire ? Ou était-elle comme Tezzeret et seulement fidèle à elle-même ?

Le mouvement à gauche de Vivien la distrayait. Un mur du fond s'ouvrit, révélant une porte cachée. Des hommes et des femmes se déversèrent dans la pièce. Elle entendit un écho de rire profond quelque part dans son dos quelque part. Le son était vaguement familier. Menaçant. Déchirant.

Elle avait déjà entendu ce rire quelque part. Mais où ?

Sa curiosité devrait attendre. Le salon se remplissait. Trop d'yeux pour remarquer qu'elle n'était pas tout à fait à sa place.

Vivien prit une décision hâtive et se glissa par la porte arrière.

Un sifflement aigu la fit s'accroupir. Un éclair d'argent accompagna le mouvement d'une personne se précipitant vers elle. Puis la réverbération d'un bruit sourd alors que le poignard s'enfonçait dans la porte où son cou venait de se trouver.

Marine se pencha sur elle, haletant doucement, la main toujours sur le poignard. Les yeux de la femme s'écarquillèrent de rage d'avoir été découverte. Vivien pouvait presque sentir le Halo sur elle – cela donnait sans aucun doute à Marine le sentiment d'être assez puissante pour attaquer une combattante clairement entraînée comme Vivien.

« Je savais que tu viendrais si j'attendais assez longtemps. Tu es tellement curieux à propos de l'Adversaire et des Maestros. Une fois que tu as parlé de cet endroit, j'ai su que tout ce que j'avais à faire était d'attendre. »

Vivien tendit lentement la main vers les ceintures serrées à sa taille. Elle n'avait pas apporté son arc et son carquois – ils étaient beaucoup trop visibles – mais elle n'était pas venue complètement désarmée.

« Pourquoi en as-tu après moi ? » Elles n'étaient certainement pas amies, mais Vivien n'avait pas pensé qu'il y avait de l'animosité entre eux.
« Tu deviens un peu trop bon dans votre travail, » Marine libéra le poignard. « Et le patron n'aime pas que les gens reniflent si près de sa porte. » Elle abattit le poignard vers la tête de Vivien.

Vivien bondit ; d'une main, elle attrapa Marine par l'avant-bras. De l'autre, elle sortit sa propre dague et, d'un mouvement fluide, la plongea dans le ventre de la femme. C'était horriblement facile. Marine n'était pas une combattante.

Un cliquetis retentit lorsque le couteau de Marine toucha le sol ; elle devint molle dans les bras de Vivien. Vivien la fit descendre contre le mur de la ruelle.

« Si tu sors ce couteau, tu vas faire une hémorragie, dit doucement Vivien. Laisse-le à sa place, et tu as environ dix minutes pour trouver de l'aide. » Elle rencontra les yeux de Marine et soutint son regard. La femme était plus jeune que Vivien ne l'avait pensé. Assez jeune pour que Vivien puisse voir la propre mortalité de Marine lui apparaître pour la première fois. « Va voir tes Obscura. Dis-leur que ce sont les hommes de main de l'Adversaire qui ont fait cela ; l'Adversaire n'est pas ta famille, et il te laissera mourir. Le choix t'appartient. »

Le corps de Marine tremblait de douleur et de choc. Mais elle réussit à hocher la tête.

Alors que Vivien relâchait le poignard, elle remarqua le cahier qu'elle avait vu griffonné plusieurs fois dans la poche de Marine. Sans hésiter, elle le prit. Quelle que soit la pensée de l'Obscura suffisamment importante pour être écrite, elle doit être vraiment très importante pour que le risque en vaille la peine.

« Le prix de ta vie. » Vivien leva le cahier. Tout avait un équilibre. Tout avait un coût.

Le bruit croissant de l'intérieur du salon fit se lever Vivien, se retirant dans la nuit.

Les Hauts-Parcs

Il était plus difficile de se déplacer librement après l'incident au salon. Les racines de l'Adversaire étaient profondément ancrées dans le cœur et l'esprit des habitants de la Nouvelle Capenna.

Aucun de ses repaires précédents n'était aussi sûr qu'autrefois. Elle ne pouvait même pas profiter des arbres des Hauts-Parcs. Pas quand il y avait des ennemis cachés dans l'ombre. Gardant la tête basse, Vivien consulta la note qu'elle avait tirée de la poche de Marine.







C'était le point de dépôt pour le Halo, et le sac attendait exactement comme le mémo l'avait annoncé. Maintenant, tout ce qu'elle avait à faire était d'attendre. Soit le Maestro qui viendrait serait Elspeth, soit il ne serait pas, et Vivien pourrait monseigneuriser la substance et se perdre dans la nuit.

Une silhouette émergea de l'obscurité, marchant dans la lumière de la lampe. Vivien immédiatement reconnut ses cheveux noirs, sa peau kaki, ses yeux bruns brillants et sa mâchoire déterminée avec détermination. Il n'y avait aucun doute.

Elspeth.

Ce soir se passait mieux que Vivien aurait pu espérer. Elle se déplaça en même temps qu'Elspeth vers le sac, émergeant de sa couverture en quelques longues enjambées pour saisir le poignet d'Elspeth.

« Je me demandais qui viendrait chercher. » Vivien gardait sa voix basse. Il y en avait d'autres dans le parc, qui s'approchaient. Cela ne lui servirait à rien de les alerter trop rapidement.
« J'ai oublié ça plus tôt », déclara Elspeth. C'était une affreuse menteuse.
« Ne mens pas. Tu ne sembles pas faite pour ça », rétorqua Vivien avec un léger sourire en regardant la femme pour la première fois, de près, essayant de déterminer ce qu'elle avait de si spécial par la seule vue, elle qui arrivait les mains vides. « Tu ne sembles pas non plus faite pour travailler pour l'une de ces familles. »
Elspeth gloussa doucement. « J'ai mes raisons. »
Qu'est-ce que cela pourrait être? Quoi qu'il en soit, elles doivent être importantes pour qu'un Planeswalker se mêle des affaires locales. « Je suis sûre que c'est le cas.
- J'essaie d'en savoir plus sur l'histoire de ce plan, admit Elspeth.
- Pourquoi ?
- C'est peut-être ma maison. » Une pointe de surprise – et de perte – traversa Vivien face au doux sentiment d'Elspeth. Une maison perdue. Elle savait trop bien ce que cela faisait. Elspeth continua. « Mais plus important encore, je pense qu'une menace se profile et j'essaie d'obtenir des informations à ce sujet. »

« L'un est vrai très certainement », déclara Vivien. « Et nous partageons des motivations. »  Elle fut surprise d'apprendre qu'Elspeth ne semblait pas avoir la moindre idée de la présence d'Urabrask. Mais, sans rencontrer Tezzeret, Vivien non plus. Et Urabrask avait dit que Tezzeret avait évité d'approcher Elspeth en raison d'une sorte « d'histoire » entre eux. « Je suis Vivien, au fait. »
- Elspeth ».
Vivien s'abstint de lui dire qu'elle avait depuis longtemps mémorisé le nom d'Elspeth. Cela ne semblait pas être une bonne façon de se faire aimer. « Pour qui collectes-tu des informations ? »

Elspeth hésita.

Vivien était convaincue que la femme, en tant que Planeswalker avait un but plus important que d'être un pion pour l'une des familles en guerre de la Nouvelle Capenna. Mais elle ne travaillait clairement pas non plus pour Urabrask. Cela a laissé... « Laisse-moi deviner, les Sentinelles ?

- Ajani m'a envoyée. Es-tu également ici en leur nom ?
- A l'origine non. Mais tu sais comment ces choses arrivent. Nous pourrions peut-être... » Vivien hocha la tête vers la droite. Ses yeux se plissèrent légèrement. Leur temps était compté. « Les crétins qui te suivent sont en train de me rattraper. Je devrais y aller avant qu'ils ne posent des questions sur moi. » Vivien relâcha le poignet d'Elspeth. « Mais je pourrais avoir des informations pertinentes pour vous sur cette menace.
- C'est vrai ?  Elspeth fit un pas en avant, sa voix se transformant en un murmure.
- J'ai une piste qui pourrait s'avérer intéressante. Tu pourrais venir avec moi et...
- Je ne peux pas, dit rapidement Elspeth. J'ai une chance d'apprendre comment les Nouvelle-Capennans ont vaincu la menace auparavant. » Avant de ? Quelle menace avant ?Les ruines en contrebas avec les marques de griffes traversèrent l'esprit de Vivien. Il y avait plus à la Nouvelle Capenna que ce qui était à la surface, et les secrets restaient rarement enfouis pour l'éternité. « Je ne peux pas partir avant d'avoir cette information.
- Très bien. Elles étaient en effet sur la même longueur d'ondes. De plus, Vivien était ravie qu'Elspeth apparaisse comme une personne authentique digne de confiance. « J'approfondirai également ces questions et te contacterai lorsque j'aurai plus d'informations.
- Pourquoi m'aides-tu ? demanda Elspeth avant que Vivien ne puisse partir.
- Avant de devenir trop impliquée dans les affaires de ce plan, tu devrais en avoir tous les détails, » déclara-t-elle avec une note grave. Elle avait besoin de trouver plus d'informations sur elle-même avant d'en dire trop. « Jusqu'à ce que nous nous revoyions.
- Quand ?
- Quand j'aurai quelque chose de valable. »  Vivien hocha légèrement la tête. Elle n'allait pas encore amener Elspeth à Urabrask. Elle devait d'abord gagner la confiance de la femme et obtenir plus d'informations sur elle-même. « Ce fut un plaisir de te rencontrer. »

Vivien se retira dans les sous-bois. Elle regarda une fois la femme, puis la main qu'elle avait utilisée pour saisir le poignet d'Elspeth. Des épingles fantômes piquaient la chair de sa paume. Cette femme... Elle se retourna vers le banc pour constater qu'Elspeth avait disparu.

Il y avait quelque chose de spécial chez elle, en effet.

LES SOUS-CAVERNES DE CALDAÏA

« J'ai trouvé Elspeth, annonça Vivien au moment où elle pénétra dans la caverne d'Urabrask, au plus profond de la ville.
- Vraiment ? » Urabrask s'immobilisa. « Pourquoi n'est-elle pas avec toi ?
- Elle n'est pas encore prête à partir..., » expliqua Vivien, racontant son interaction avec Elspeth pour lui.
« Est-ce qu'on ne peut pas la préparer ?
- J'en doute, » dit clairement Vivien. Elspeth ne semblait pas du genre à se laisser facilement influencer quand sa décision était prise.
« Alors nous attendrons, déclara Urabrask. Elle est la clef de notre succès. Je ne partirai pas sans elle. Son Etincelle enflammera mon peuple et les Mirrans.
- Cette ville est presque à son point de rupture. » Vivien sentait l'équilibre changer depuis un certain temps, et les mouvements de l'Adversaire ne faisaient qu'accélérer le processus. « Je soupçonne que lorsqu'elle le fera, Elspeth saura si elle a trouvé ce qu'elle cherche ou non.
- Alors romps-la plus vite. »

Vivien réprima un grognement. Le Phyrexian n'avait clairement pas l'intention d'être comique. Urabrask ne parlait que d'une manière pragmatique, sans sarcasme ni légèreté.

« Je serai prête quand Elspeth le sera. Nous ne tarderons pas, » déclara Vivien avec une note soulignant que tout cela était toujours son choix. Elle ne recevait pas aveuglément les ordres d'un praetor. « En plus, je sais exactement où la trouver le moment venu. »

Les Maestro avaient dit à Marine qu'il y aurait ceux qui s'étaient infiltrés dans le prochain Crescendo, et le carnet que Marine tenait contenait des notes qui corroboraient davantage la révélation. Soit Elspeth serait parmi eux, ce dont Vivien doutait, considérant qu'elle ne semblait pas du genre à s'aligner sur l'Adversaire. Ou bien, elle se battrait contre eux. Quoi qu'il en soit, Vivien parierait qu'Elspeth serait au Crescendo et que ce serait le début de la fin de la Nouvelle Capenna telle qu'elle était.

« L'Adversaire ne sera pas le seul à poser des pièges lors du prochain Crescendo, promit Vivien.
« Je lui conseille la prudence, déclara Urabrask. Tezzeret a affirmé qu'il est aussi un planeswalker. »
Vivien avait des soupçons grandissants. « A-t-il dit qui ?
- Le démon, dit-il sans que ce soit d'une grande aide.
« Démon ? Charmant. » Elle attrapa son arc et son carquois, se creusant déjà la tête pour savoir qui cela pouvait être. Ce rire la hantait toujours. « J'en aurai besoin alors. Quand j'aurai fini et que je reviendrai avec Elspeth, nous finaliserons d'établir comment vous aiderez les Sentinelles, et comment nous vous aiderons avec cette révolution qui est la vôtre. »
Urabrask baissa sa longue tête. « Le Pont planaire détruira mon corps quand je reviendrai en Nouvelle Phyrexia. Il m'a fallu des semaines pour récupérer ici, et je soupçonne que cela prendra autant de temps à mon retour. Mais le moment est presque venu pour moi de faire le voyage.
- Bien. » Vivien commença à sortir des cavernes, passant ses doigts le long de l'empennage de ses flèches par la pensée. Il pourrait en fait y avoir un moyen de contenir l'expansion incessante de la Nouvelle Phyrexia, cela semblait presque trop impossible à comprendre.

Mais, tout d'abord, elle devait retrouver Elspeth, et le Crescendo serait son meilleur coup... et Vivien n'a jamais raté sa cible.





Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  7

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.