Nouvelle Capenna : Episode 2 - Linge sale - Magic the Gathering

Nouvelle Capenna : Episode 2 - Linge sale



Articles

Drark Onogard, le , 229 consultations

Dans la ville, et pourtant pas de la ville, Elspeth cherche à comprendre comment la cité fonctionne. Pas besoin d’être un génie pour comprendre que c’est une longue ascension de Caldaïa aux Hauts-Parcs ; dans ce cas, avoir des amis haut placés peut se montrer utile.

  La storyline de Magic / Les rues de la Nouvelle Capenna

Dans la ville, et pourtant pas de la ville, Elspeth cherche à comprendre comment la cité fonctionne. Pas besoin d'être un génie pour comprendre que c'est une longue ascension de Caldaïa aux Hauts-Parcs ; dans ce cas, avoir des amis haut placés peut se montrer utile. Vous trouverez l'article original ici.

Episode 2 : Linge sale



GARE DU MEZZIO

La Nouvelle Capenna était floue. Elspeth était accrochée à une barre dans le train tandis qu'il se bousculait sur les voies, mais cela n'était pas nécessaire car elle était si serrée aux côtés des autres navetteurs qu'il était impossible de se déplacer. Avec une embardée et un gémissement, le train s'arrêta à la gare principale du Mezzio - le cœur battant de la ville – et exhala de la fumée et des gens.







De cette station, des ascenseurs dorés en forme de coquilles de coléoptères géants transportaient les riches jusqu'aux Hauts-Parcs. Les ouvriers montaient de Caldaïa par des cages d'escalier remplies de vapeur. Elle s'intégrait plus facilement à ces derniers qu'aux modes scintillantes des premiers.

Elspeth évalua ses vêtements. Son pantalon était uni et solide, et elle avait retroussé ses manches et laissé sa veste ouverte pour lutter contre la chaleur du train. Même si le dôme entourant la Nouvelle Capenna maintenait la ville constamment tempérée, l'air était étouffant parmi tous ces corps. Ses travaux maintenaient également sa température élevée tout au long de la journée. Aussi désireuse qu'elle soit de se livrer aux modes les plus fantaisistes de la Nouvelle Capenna, la survie était son premier objectif.

Et la survie signifiait des vêtements pratiques dans lesquels elle pouvait travailler.

Elle gardait la tête baissée et vivait de petits boulots dans toute la ville comme elle pouvait en trouver. En surface, elle n'était pas différente des autres. Et encore... Elspeth frotta légèrement son abdomen. Il y avait encore un sentiment de vide qui avait été creusé en elle par la lame de Don du Ciel quand Heliod l'avait empalée. Elle avait espéré guérir de cette douleur à la Nouvelle Capenna, mais elle ne se sentait toujours pas bien dans ce nouvel endroit.

Elle était tellement perdue dans ses pensées qu'elle ne vit pas le léonin se précipiter, jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

L'homme fonça droit sur elle, et ils tombèrent tous les deux au sol. Elspeth cligna des yeux, étourdie. Les navetteurs s'écoulaient autour d'eux.

« Les anges vous bénissent ! Arrêtez de traînasser et regardez où vous allez ! » grommela-t-il, lissant sa fourrure brune tachetée et rassemblant les morceaux de tissu qu'il avait auparavant glissés sous son bras avant qu'ils ne puissent être piétinés de façon irréparable.
« Désolée pour ça. » À en juger par ses vêtements, il semblait n'avoir aucun lien avec l'une des familles qui semblaient diriger la Nouvelle Capenna, et de cela, elle lui était reconnaissante. Quel que soit le gouvernement en place, il n'était pas très efficace puisqu'elle ne pouvait même pas le nommer, mais elle pouvait nommer de mémoire les Obscura, les Cabaretti, les Maestros, les Courtiers et les Riveteurs.
« Pfff, quelqu'un vous a déjà dit de regarder devant vous ? » Le léonin se leva et la dépassa.

Les mots résonnèrent à ses oreilles, la retenant. La mettre à la terre. Les navetteurs de la Nouvelle Capenna continuaient à circuler autour d'elle, certains lui lançant des regards frustrés ou confus, d'autres l'ignorant complètement.

Mais Elspeth était à peine consciente des gens. Dans son esprit, elle n'était pas seulement dans un endroit différent, mais dans un autre temps...

DOMINARIA, AUPARAVANT

« Tu es en vie ! » Ajani courut vers elle. Son étreinte protectrice l'écrasa.

Elspeth enroula ses bras autour de lui, tenant son ami avec autant d'énergie. La fourrure autour de son cou lui chatouillait le nez et la joue, amenant un sourire sur ses lèvres. Bonheur. Soulagement. Sécurité . Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas ressenti d'émotions aussi agréables qu'il était étonnant qu'elle puisse encore les ressentir.

« Je n'ai pas cru que tu marchais dans le royaume des vivants jusqu'à ce que je te voie moi-même. » Ajani s'écarta, posant ses mains sur ses épaules. Ses yeux brillaient d'émotion.

« Je n'y aurais pas cru non plus, si j'étais toi. » Elspeth lui adressa un sourire fatigué. « Je suis si heureuse de t'avoir trouvé. » Dominaria n'était pas l'un de leurs repaires habituels. Ils s'étaient rencontrés ici une fois, il y a longtemps. Elle était soulagée qu'il n'y ait pas si longtemps qu'elle ne puisse plus retrouver son vieil ami dans ce pays pour la plupart inconnu. « Qu'est-ce qui t'amène ici ? Je m'attendais à te trouver sur Naya.
– Après avoir vaincu Bolas, je suis venu ici pour rencontrer Karn et les Sentinelles afin de discuter de la menace phyrexiane. Mais nous aurons assez de temps pour parler affaires plus tard. » Ajani secoua la tête, comme s'il rejetait l'idée. « Comment es-tu arrivée ici ?
– C'est une longue histoire... » Elspeth lui raconta son séjour dans le monde souterrain après sa mort aux mains d'Héliode et comment elle avait trompé le dieu du soleil dans une autre confrontation. Ce faisant, elle avait donné à Erébos, le dieu des morts, l'occasion d'emprisonner Héliode. « Erébos m'était tellement reconnaissant de l'avoir aidé à régler ses comptes avec son ancien rival qu'il m'a laissée partir. »

Ajani resta silencieux pendant un long moment après qu'elle ait terminé. Il contemplait intensément le vide. Elle avait vu le regard de son vieil ami plusieurs fois et savait qu'il ne fallait pas le sortir de ses pensées quand il était comme ça. Cependant, généralement, cette expression ne l'impliquait pas elle . Pour aussi excitant que c'était de le revoir... une petite partie d'elle avait peur.

Ils étaient séparés depuis si longtemps et tant de choses leur étaient arrivées à tous les deux. Elle était revenue d'entre les morts. Il avait commencé à travailler en étroite collaboration avec les Sentinelles et Karn qui enquêtaient sur une menace imminente. Et s'il la voyait sous un jour différent maintenant ? La jugerait-il pour les choses qu'elle avait faites ?

Il se déplaça sur le banc sur lequel ils étaient assis et lentement, délibérément, prit ses mains dans les siennes. La regardant droit dans les yeux, il demanda : « Comment vas-tu ?
– Quoi ? » Elspeth était assise un peu plus droite.
– Elspeth, comment vas-tu ? Tu es peut-être l'une des personnes les plus fortes que je connaisse. Mais je ne peux pas imaginer ce que tu as dû endurer avec ton corps et ton esprit. Le bouleversement quand tout ce que tu as voulu pendant si longtemps était la stabilité. Et Daxos... Je sais combien il comptait pour toi. »

Ce fut à son tour de détourner le regard. Sinon, il verrait, à travers tous ses gardes, la douleur profonde qu'elle nourrissait encore. Elspeth voulait être forte. Elle voulait mettre tout ça derrière elle. Mais Ajani la connaissait trop bien pour cela. Il savait à quel point elle avait voulu que Théros soit chez elle, son rocher, une certaine stabilité dans un Multivers en constant bouleversement. Combien elle avait sacrifié pour son amour perdu seulement pour le faire revenir comme un homme qu'elle ne reconnaissait plus.

« Le plus dur, commença-t-elle lentement, c'est de n'avoir nulle part où aller. Calix me chasse, et même si je pense que je peux le secouer... où irais-je quand je le ferais? Il n'y a pas d'avenir avec Daxos, pas tel qu'il est maintenant. Aucun plan ne me mettra jamais en sécurité. » Et sans sécurité, il ne pouvait y avoir de chez-soi. C'était une leçon qu'elle avait apprise dès son plus jeune âge. Mais si les dieux n'étaient pas synonymes de sécurité... alors qu'est-ce qui le pourrait ?

Elspeth rit, une note d'amertume s'insinuant dans le son alors qu'elle pensait à quel point tout cela semblait désespéré à cet instant. « Je me suis battue si fort pour échapper aux griffes d'Erébos, et tout ça pourquoi ? Certains jours, je ne connais pas la réponse. »
Ajani soupira. « Elspeth, chez-soi, ce n'est pas un endroit, c'est un sentiment. Ce sont les gens qui partagent tes rêves et ceux en qui tu as confiance.
– C'est facile à dire pour toi.
– Tu penses ? » Il semblait légèrement offensé.
« Tu es chez toi où que tu ailles. J'ai toujours dû chasser et me battre pour mon chez-moi.
– Je suis chez moi partout où je vais parce que je suis avant tout chez moi dans ma propre fourrure. Tu dois d'abord...
– Je ne m'attends pas à ce que tu comprennes, » l'interrompit-elle en retirant ses mains des siennes. Elle ne pouvait supporter la conversation une minute de plus. Il était vain même d'espérer qu'il comprenne la douleur d'être un enfant perdu.
« Tu as raison, admit Ajani. Je ne comprends peut-être pas la profondeur de ta douleur aussi profondément que tu pourrais l'espérer. Mais tu restes ma chère amie, et je n'ai pas besoin de connaître toutes les nuances de ta souffrance pour voir la plaie et vouloir t'aider à la panser.
– Il n'y a rien que tu puisses faire."
– Je peux vous encourager à regarder devant toi . Regarde vers l'avenir. Ne laisse pas les démons de ton passé te consumer.
– Je n'ai pas de démons. » Le dire aurait été beaucoup plus convaincant pour eux deux si elle n'avait pas semblé aussi amère et sur la défensive.
« Ton foyer viendra de l'intérieur, lorsque tu auras récupéré ton objectif – regarde à l'intérieur et fais-toi confiance. Sinon, tu ne deviendras jamais qui tu es vraiment censée être. Tu ne trouveras jamais la paix, et il n'y a pas de chez-soi si tu ne peux pas trouver le contentement en toi-même.
– Je ne suis pas venu te voir pour une conférence. Elle s'éloigna du banc, enroulant ses bras autour d'elle et s'éloignant. Regarde à l'intérieur. Trouve la paix, puis trouve chez-toi. Ce n'est pas un endroit. Les mots lui restèrent, la mettaient mal à l'aise. Elle ne pouvait pas leur échapper en quelques pas ; elle ne pourra peut-être jamais leur échapper. Elle avait besoin de s'évader, de se vider la tête et d'espérer acquérir une nouvelle perspective à distance.

« Elspeth ».
Elle pouvait aussi l'entendre se lever sans se retourner. « Je vais réfléchir à ce que tu as dit, mais je ne peux pas en parler maintenant. C'était bon de te revoir. »
Ajani continua quand même. « Pendant que tu étais – » il lutta clairement avec le mot « morte » et dit à la place « – partie, j'ai continué ta recherche de ton chez-toi... » Il inspira profondément, comme s'il se préparait. « Je l'ai trouvé. »

NETTOYEURS DU MEZZIO, DANS LE PRESENT

Elle s'arrêta devant son lieu de travail actuel. L'odeur du savon flottait dans l'air aussi brillante et nette que les vêtements finement repassés aux fenêtres. Son reflet était déformé dans le verre, à peine reconnaissable.

Ajani avait-il raison à propos de tout ce qu'il lui avait dit ? Était-elle bien dans sa peau ? Elspeth secoua la tête et essaya de repousser ses pensées en entrant dans la laverie. Elle devait survivre au jour le jour. Tout le reste viendrait en temps et en heure... ou jamais.

« Tu es en retard, dit le commerçant au moment où il posa les yeux sur elle. C'est un bon travail et vous tu ne le garderas pas si tu n'es pas à l'heure. » Elspeth jeta un coup d'œil à l'horloge murale, confirmant ce qu'elle savait déjà : elle était là exactement au moment promis. « Ne regarde pas l'horloge. L'horloge ne t'aidera pas. Le seul moment qui compte est celui que je dis, et je dis que tu es en retard. Être à l'heure, c'est être en retard.
– Excusez-moi, murmura Elspeth. Elle n'avait même pas pris la peine d'apprendre le nom de son patron actuel. Son employeur changeait régulièrement dans cette ville. Personne ne voulait d'elle longtemps quand il était clair qu'elle n'allait pas jouer à leurs jeux déloyaux et de coupe-gorge. Il semblait inutile de s'attacher trop. « Cela ne se reproduira plus.
– Il vaudrait mieux. Je peux utiliser mes muscles comme toi. » Il désigna la porte arrière d'un violent mouvement du pouce. « Maintenant, j'ai six sacs à apporter aux trains de marchandises. Vas-y, et tu gagneras le salaire d'aujourd'hui. »

Elspeth ne perdit pas plus de temps ni de mots avec l'homme et fit ce qu'on lui demandait. L'arrière-salle des nettoyeurs était séparée en six segments – un pour chacune des cinq familles criminelles et un pour la population générale. Car les anges interdisent que même leur linge les effleurent.

Elle hissa une panière par-dessus son épaule et repartit, le traînant jusqu'à la gare centrale du Mezzio avant de repartir. Pendant tout ce temps, Elspeth écoutait les citoyens autour d'elle. Personne ne lui prêtait attention, même lorsqu'elle s'attardait un peu trop longtemps, ou ralentissait son allure lors d'une conversation particulièrement passionnante. Elle utilisait chaque nouvel emploi comme une opportunité d'apprendre tout ce qu'elle pouvait sur la Nouvelle Capenna. Peut-être finirait-elle par entendre juste ce dont elle avait besoin pour être certaine que c'était chez elle.

La porte de la boutique était entrouverte lors de son dernier retour, suffisamment pour qu'elle puisse partiellement entendre la conversation qui se déroulait à l'intérieur.

« ... assurez-vous de payer ce que tu dois, grondait un inconnu.
– Je vous promets que je vous apporterai l'argent. » La voix habituellement sévère et confiante du commerçant tremblait. « Donnez-moi juste une autre semaine.
– Une autre semaine ? » Un rire de femme résonna. « Tu as eu un mois. Nous avons été plus que généreux.
– Un autre jour – deux jours – s'il vous plaît, je vous en supplie. »

Elspeth n'avait jamais entendu le commerçant avoir l'air si effrayé. Si doux. Un nœud dans son ventre tira ses épaules vers le bas, un accablement avec un léger arrière-goût de dégoût au fond de sa gorge. Ces gens s'en prenaient aux habitants de la ville qui travaillaient dur.

Dois-je intervenir ? Non, ce n'était pas son affaire. Pour autant qu'elle en sache, le commerçant avait fait quelque chose pour mériter ce sort. Elle devrait simplement l'ignorer et...

« Deux jours ? Je suis sûre qu'il y a de l'argent qui traîne. » Un fracas d'objets cassés fut suivi de rires bourrus.

Le gémissement d'un homme, interrompu par un bruit sourd et plus de caquètements.

Elspeth poussa la porte en quatrième vitesse, voyant le carnage que les étrangers avaient provoqué. Des mannequins sans tête étaient brisés au sol. Les vêtements autrefois immaculés qu'ils avaient portés gisaient en tas. La caisse était brisée autour du corps ensanglanté et disloqué du commerçant, trois hommes et une femme le surplombant.

Les yeux pâles des quatre assaillants se tournèrent vers elle.

« Qu'avons-nous ici ? » dit un homme aux cheveux noirs. Il avait été la première voix qu'elle avait entendue. Le chef, supposa Elspeth.
« C'est... c'est juste une cliente. » Le commerçant se battait contre chaque mot. Il était la dernière personne qu'elle aurait attendue pour essayer de la protéger.
Elspeth leva les yeux sur le chef du groupe. « Partez. »
– Plutôt osé pour quelqu'un qui est « juste » une cliente. » Sa bouche se tordit en un sourire sinistre. « Pourquoi est-ce que tu te soucies de ce vieux schnock ? »

C'était une bonne question, celle qu'Elspeth ne doutait pas qu'elle se poserait plus tard en soignant les blessures qu'elle était sur le point d'endurer. Mais pour l'instant, elle se concentrait uniquement sur l'idée d'éloigner ces personnes du commerçant blessé. C'était déjà allé trop loin ; ils allaient le tuer s'ils continuaient.

« Quiconque trouve un plaisir sadique à tabasser un homme désarmé devient mon affaire.
– Elle pense que nous sommes sadiques. » La femme gloussa et fit craquer ses doigts. « Peut-être devrions-nous lui montrer à quoi ressemblent de vrais sadiques.
– Des mots audacieux à dire à propos d'argousins des Maestro, » ajouta un homme dont les côtés de la tête étaient rasés.

Les Maestro. Elspeth en savait peu sur la famille si ce n'est que chaque fois qu'ils étaient mentionnés par les citoyens, c'était dans le contexte de l'art ou de la mort, et que leur linge puait toujours l'odeur métallique du sang.







« Je me sens généreux aujourd'hui. » Le chef s'éloigna du commerçant. « Je te pardonnerai ce mauvais choix de mots et ferai que ce ne soit pas la dernière erreur que tu commettes sur cette terre si tu vides le contenu de tes poches.
– C'est drôle, je me sens généreuse aussi. Je suis prête à vous laisser tous sortir d'ici avec vos rotules intactes si vous partez maintenant, » rétorqua Elspeth. Des gens comme ça ne comprenaient que la violence. Donc, si les menaces étaient ce qu'il fallait pour les attirer, alors elle serait l'appât.
« Oh toi... » grogna un homme aux gants rouges.
« Suffit. » La femme se précipita, mais son chef l'attrapa par l'épaule et la retint.
Il lança un regard noir, se penchant vers sa subordonnée, leurs nez se touchant presque. « C'est moi qui commande ici, et nous n'attaquons personne à moins que je ne le dise.
– Mais...
« Et je dis que nous peindrons les rues avec son sang. » Il relâcha la femme et Elspeth n'attendit pas que l'attaque vînt. Ils avaient réagi à ses incitations. Elle les avait suffisamment distraits du commerçant, et maintenant il était temps de sauver sa propre peau. Quatre adversaires ne seraient généralement pas un problème pour elle, mais étant donné qu'ils étaient armés jusqu'aux dents, une retraite tactique était la meilleure option.

Elspeth se précipita dans la rue, les quatre Maestro sur ses talons. Elle se baissait et se faufilait dans les rues bondées du Mezzio. La plupart lui lançaient des regards dédaigneux mais continuaient à vaquer à leurs occupations, le combat et le bain de sang constituant un événement bien trop courant pour les citoyens de la Nouvelle Capenna.

« Tu penses que tu peux nous distancer ? » La femme l'avait rattrapée, poussant un couple au sol dans sa poursuite. « Nous nous sommes entraînés pour ça, et tu n'es qu'un aide-linge. »

Elle sortit une épée de contre sa hanche, donnant un coup d'un large arc vers Elspeth et faillit entailler trois passants. Elspeth esquiva, se laissant tomber pour laisser la lame voler au-dessus de sa tête. Le bras de la femme était en travers de son corps, l'élan portant toujours la lame. Elspeth s'avança et combla l'écart, donnant de son poing dans le ventre de la Maestro.

Mais Elspeth fut celle qui poussa un grognement de douleur et de surprise.

Ses jointures rencontrèrent du métal. La plaque protégeait l'abdomen de la femme, cachée sous les manteaux finement taillés qu'elle portait. La Maestro sourit largement, montrant ses crocs. En plus de tout le reste, des vampires. Parfait.

« Là, tu regrettes tes choix de vie ? » ricana-t-elle.

La réponse d'Elspeth prit la forme d'un retrait et d'une nouvelle course. Elle massa sa main, scrutant la foule à la recherche d'une évasion. Il y eut une petite explosion et un éclair de lumière. La magie filait dans l'air comme la queue d'une comète en colère. Elle frappa la pierre sous les pieds d'Elspeth avec une petite explosion, laissant derrière elle une marque fumante.

Jetant un coup d'œil par-dessus son épaule, elle vit l'un des hommes baisser son doigt et jurer. Ils étaient prêts à lui tirer dessus de la magie au milieu d'une rue bondée. Ces gens ne se souciaient pas du tout des autres. Ce qui signifiait que s'ils continuaient ici, il y avait une chance qu'un passant innocent soit blessé.

L'homme aux gants rouges leva son doigt, le pointant vers elle. Elspeth se baissa, glissa et se précipita dans une ruelle alors qu'un autre éclair de magie jaillissait au-dessus de sa tête. Elle poussa quelques ouvriers qui lancèrent des malédictions dans son dos. Ils furent rapidement réduits au silence par les quatre à ses trousses.

Elspeth prit un autre virage serré, et un autre. Mais peu importe combien de fois elle revenait sur ses pas ou combien de murs elle sautait, ils n'abandonneraient pas leur poursuite. Elspeth regarda par-dessus son épaule alors qu'elle tournait un autre coin et dérapait jusqu'à s'arrêter.

Le vent hurlait dans le vide devant elle.

La route qu'elle avait empruntée se termina brusquement, un pont à moitié fini s'étendant dans le vide. Plus de construction était de l'autre côté de l'écart entre les bâtiments. Même si ce n'était pas trop loin pour qu'elle saute, les engins de chantier en face ne lui laissaient aucun endroit où elle pouvait atterrir en toute confiance. Une fumée rouge et furieuse s'élevait de l'abîme sous elle, les niveaux inférieurs de la ville se submergeant dans ce qui ressemblait à une mer de feu et de sang.

« Bien, bien. Acculée, je vois. » Le chef apparut. Ses laquais étaient à ses côtés, essoufflés et l'air d'autant plus en colère pour la poursuite qu'elle leur avait donnée. « Où vas-tu courir maintenant ? »

Nulle part. Elle n'avait nulle part où aller. La seule issue était derrière eux, ou en bas. Elle regarda une fois de plus la fumée et le smog de Caldaïa, ne voyant rien qui puisse arrêter sa chute.

« Je me sentais généreux, déclara le chef. J'allais juste te tabasser un peu, casser quelques dents, m'assurer que tu ne pourrais plus dire de mots intelligents. Si seulement tu étais restée sur place. »

Il mentait, sûrement. Pourtant, la culpabilité l'inondait tout de même. Elle avait mis tous ces gens en danger en courant dans les rues. Combien de personnes avaient été blessées parce qu'elle n'avait pas simplement accepté d'être battue ? Ou pire ?

Le chef leva la main, deux doigts pointés vers elle. Des étincelles s'accumulèrent autour de son poignet alors que l'air lui-même se tordait sous une chaleur invisible. « Prépare-toi à mourir. »
Elle poussa un soupir d'amusement. « Malheureusement pour vous, ce n'est pas la première fois. »

Il tira.

Elspeth esquiva d'une roulade. Elle devait retourner en sécurité dans le bâtiment et la route qui coupait à travers. La vampire armée d'une épée donna un coup. Cette fois, elle attrapa le bras armé de la femme, utilisant son élan dans sa direction pour la projeter contre le mur. Le métal résonna contre le béton alors que la tête de la Maestro reculait brusquement.

« Comment oses-tu ! » Gants Rouges se précipita vers elle, l'amenant au sol. Elspeth leva une jambe et pivota pour le dégager. Mais elle avait à peine une chance de se mettre debout avant que l'autre homme ne soit sur elle. Et l'air autour du chef étincelait déjà de magie.

Elle était en infériorité numérique et acculée. Elspeth échangea des coups avec eux, esquivant de côté ou en se baissant. Finalement, ils l'épuiseraient et elle ferait une erreur de fatigue. Elle devait battre en retraite avant.

Ou trouver une arme.

Une pile de longs poteaux en acier attira son attention. Ils étaient identiques au métal dépassant du bord du pont inachevé. Elle sursauta, un autre coup siffla devant sa tête alors que ses mains se refermaient sur l'un des poteaux.

Elspeth leva son arme de fortune. C'était bien loin de la lance divine à laquelle elle s'était habituée. Mais c'était l'avantage qu'elle recherchait.

« Quoi ? Tu vas nous attaquer avec... » L'homme n'eut pas fini sa déclaration que l'acier rencontra sa tempe et qu'il s'effondra.

Les deux autres se figèrent pendant un moment et se contentèrent de la fixer. Fatale erreur. Elspeth balaya le sol de son poteau sur le sol. La femme sauta ; Gants Rouges eut ses chevilles crochés. Elle tira puis tourna, amenant l'extrémité émoussée de l'acier contre sa tempe.

Plus que le chef maintenant.

« Ne soyons pas trop pressés. » Il leva les mains, mais cette fois elles tremblaient légèrement. « On peut parler comme des gens civi... »

Il tira à son mouvement soudain mais sa visée était évidente. Elspeth esquiva, combla l'écart entre eux et le rendit inconscient avec un bruit sourd. La précipitation du combat commença à s'estomper et Elspeth relâcha sa position, vérifiant chacun d'eux. Elle n'enviait pas la douleur qu'ils ressentiraient quand la conscience reviendrait... mais au moins ils respiraient tous. Elle ne voulait pas vraiment tuer qui que ce soit, et la dernière chose dont elle avait besoin était que les Maestro se vengent d'elle.

Ils avaient peut-être été formés pour être les bras forts d'une famille. Mais Elspeth avait combattu des dieux. Ils n'allaient pas avoir raison d'elle aussi facilement.

Juste au moment où elle allait remettre le poteau là où elle l'avait trouvé, un lent applaudissement l'alerta de la présence d'une autre personne.

Elspeth pivota, brandissant la perche d'un coup. Elle arriva à un cheveu du menton d'un homme. Il avait la peau claire et les cheveux noirs plaqués en arrière près de sa tête et enroulés autour de son haut col en acier. Une barbe de trois jours soigneusement entretenue bordait sa mâchoire et sa bouche, accentuant un sourire malicieux. Son armure ressemblait trop à celle des personnes qu'elle venait d'abattre pour être un hasard.

« Vos copains font juste une sieste. » Elle le regarda droit dans ses yeux pâles. « Je ne veux plus d'ennuis.
– On dirait que des ennuis vous ont trouvée aujourd'hui. » Et cela la hantait partout où elle allait. « Ce ne sont pas mes 'amis'. Une responsabilité au mieux. De toute évidence, ils n'étaient pas prêts à être des argousins. Je m'excuse pour leur manque de grâce. » Elle n'était pas sûre s'il s'était simplement excusé qu'ils ne l'aient pas tuée plus vite. Ses yeux brillaient avec ce qui ressemblait à de l'amusement face à son scepticisme. « Dites-moi, si vous êtes si létale avec un bâton en métal, que pourriez-vous faire avec quelque chose de vrai ?
– Vos 'responsabilités' ont de la chance, tout ce que j'avais était ce bâton. » Elle le garda contre sa gorge. Un coup dans sa trachée et il s'effondrerait. Bien qu'Elspeth n'ait pas plus d'intérêt à le tuer qu'elle n'en avait aux autres.
« Je peux voir ça. » L'homme leva les doigts, poussant légèrement sur le bout du bâton. « Pourquoi ne pas ranger ça et discuter ? »
Elspeth tenait bon. « Je n'ai aucun intérêt à parler avec vous. Je veux vaquer à mes occupations en paix.
– Et si j'ai des affaires pour vous ?
– Je ne suis pas intéressée.
– Oh ? Déjà alignée ? » Il la regarda de la tête aux pieds, tapotant du menton l'arme par laquelle il ne se sentait clairement pas menacé.
« Je n'ai d'allégeance pour personne et aucun intérêt à en avoir. J'essaie juste de me débrouiller. Alors, me laisserez-vous partir ? »
Il soupira, un peu dramatiquement. « Bien, même si c'est dommage de voir vos talents gâchés. »

Elle garda les yeux fixés sur les siens alors qu'elle s'éloignait. Mais l'homme ne bougea pas. Elspeth recula vers le tas de poteaux d'acier. Toujours aucun mouvement. Elle remit lentement l'acier à sa place, très consciente qu'elle abandonnait sa seule arme avec un ennemi potentiel toujours devant elle.

Il mit ses mains dans ses poches sans se montrer menaçant. Elspeth détourna ses yeux de lui en passant. Il la laissa partir.

Elle était de retour à l'ombre de l'immeuble quand il reprit la parole.

« Vous savez, si vous vouliez ‘vous débrouiller' un peu plus facilement... il y a beaucoup d'argent à la clef ce travail. » Elspeth lança un regard furieux mais il continua quand même. « Bien, pas motivée par l'argent. Le Halo, alors ? »

Elle s'immobilisa.

« Ah, toujours le Halo, n'est-ce pas ? »
Elspeth avait entendu le mot Halo mentionné, mais elle n'avait pas encore trouvé d'informations solides sur ce que c'était. « Qu'en est-il ?
– Vous pourriez prendre un verre régulièrement, si tel est votre désir. Nous ne sommes peut-être pas les Cabaretti, mais cela ne signifie pas que nos entrepôts sont secs.
– Pourquoi pensez-vous que moi, je le voudrais ? » Elspeth demanda prudemment, essayant de formuler la question pour en révéler le moins possible. Si ses yeux se plissaient légèrement ou si son regard devenait plus curieux que complice ou affamé était une indication, elle avait échoué.
« Vous n'êtes pas d'ici.
– Bien sur que si. » Elspeth haussa les épaules et continua de marcher.
Ses pas étaient rapides derrière elle. « Non, non... n'importe qui de la Nouvelle Capenna sait exactement pourquoi il veut du Halo. Il y a toujours une raison de le convoiter. » Il la regarda avec des yeux neufs. « Vous êtes vêtue la mode de la Nouvelle Capenna, mais vous n'êtes clairement pas l'une des nôtres. »

Pas l'une des nôtres. Combien de fois serait-elle identifiée comme l'étrangère ? Comme celle qui n'appartenait pas au groupe ? Cela n'était jamais aussi simple. À chaque fois, le sentiment était plus profond que le précédent.

« Tout va bien ! » Il avait dû voir son expression alors qu'il suivait son rythme rapide. « Nous commençons tous quelque part. Pourquoi ne commencerais-tu pas par les Maestro ? Nous n'avons pas souvent l'occasion de recruter de nouvelles recrues des ruines extérieures – je suis surpris que quelqu'un vive encore là-bas, franchement – et si vous êtes curieuse de connaître l'histoire de la Nouvelle Capenna, alors vous serez ravie de savoir que tous les nouveaux membres de la famille commencent au musée des Hauts-Parcs Heights. » L'homme s'arrêta en lui tendant la main. « Attendez, où sont mes manières ? Pardonnez-moi. Je suis Anhelo. »







Elspeth considéra sa main avec méfiance. Elle imaginait qu'en la serrant, elle aurait l'impression de passer un marché dont elle ne connaissait pas encore les termes. Au lieu de cela, elle l'ignora, continuant à marcher. Mais elle dit : « Elspeth.
– Elspeth, hein , vous avez quelques générations de plus pour avoir un nom comme ça. » Il gloussa et continua à la suivre alors que la rue s'ouvrait sur une place entre des immeubles. Une fontaine bouillonnait en son centre. Elspeth ralentit pour s'arrêter, fixant les silhouettes qui couronnaient les sculptures de la fontaine.
« Oh, curieuse à ce sujet ? » Anhelo gloussa. « Ils sont partout dans la ville, n'est-ce pas ?
– Ils ? » Elle poussait légèrement plus loin, voyant à quel point il était disposé à lui donner des informations. À sa grande surprise et à sa grande joie, il continua.
« Les anges. » Il fit un signe de tête aux deux personnages, bloqués dans une bataille. Une femme ailée tenait une épée en triomphe sur un ennemi tombé. Mais ce n'était pas elle qui avait attiré l'attention d'Elspeth. C'était la créature voûtée et épineuse qui tendait la main vers la femme de pierre avec ses doigts griffus et osseux et sa gueule ouverte. Une créature d'angles vifs et de cauchemars. « Il y a des sculptures d'anges partout dans la ville, comme si nous étions censés les vénérer pour une bataille ancienne ou quelque chose du genre. Mais la seule chose qu'ils aient jamais faite qui compte vraiment était de disparaître et de nous laisser les miettes pour lesquelles nous battre. »

Une bataille antique. Des anges. Elspeth regarda la créature avec laquelle l'ange était enfermée dans la bataille. Anhelo ne savait peut-être pas ce que c'était, mais elle en était certaine.

Un Phyrexian.

DOMINARIA, AUPARAVANT

« Pendant que tu étais – » il lutta clairement avec le mot « morte » et dit à la place « – partie, j'ai continué ta recherche de ton chez-toi. Je l'ai trouvé.
– Quoi ? » Elspeth pivota, concentrée uniquement sur lui une fois de plus. Son cœur martelait. Chez-moi. L'endroit qu'elle avait quitté lorsqu'elle était enfant et qu'elle n'avait jamais pu retrouver.
« Ça s'appelle la Nouvelle Capenna.
– Nouvelle Capenna, » répéta-t-elle comme si elle essayait les mots pour voir s'ils correspondaient à l'image obscure qu'elle avait dans son esprit à propos de son chez-elle. « Pourquoi ne me l'as-tu pas dit plus tôt ?
– J'étais plus concentré pour voir comment tu allais.
– Ça me fait aller très bien. Nouvelle Capenna ? Vraiment ?
– Oui, et selon Karn, il pourrait y avoir plus dans son histoire que la tienne seule, déclara Ajani avec une note de gravité. Il y a des plans pour attaquer la Nouvelle Phyrexia, mais nous ne voulons faire aucun mouvement avant d'être prêts, avant de savoir que nous pouvons gagner.
– Qu'est-ce que la Nouvelle Capenna a à voir avec les Phyrexians ? L'inquiétude menaçait d'étrangler sa joie. Les Phyrexians semaient la destruction partout où ils allaient. Y avait-il même un foyer où elle pouvait retourner ?
– Il y a des rumeurs d'une incursion passée là-bas, et puisque la Nouvelle Capenna est toujours debout, cela signifie qu'ils ont vaincu la menace précédente.
– Et tu veux que je découvre comment, supposa Elspeth.
– Exactement. » Ajani saisit son épaule alors qu'elle s'apprêtait à partir. « Avant que tu partes... promets-moi que tu réfléchiras à ce que j'ai dit. Je sais que cette mission sera en partie personnelle, et j'espère que tu trouveras ce que tu cherches, ce dont tu as besoin, à la Nouvelle Capenna. Mais s'il te plaît, rappelle-toi que nulle part tu ne seras vraiment chez toi tant que tu n'auras pas fait la paix avec ton passé. Tu as tué un dieu, tu as vaincu la mort, tu as tant accompli, Elspeth. Si tu peux lutter contre tout cela, alors tu peux aussi te battre pour toi-même et trouver en toi la sécurité que tu recherches.
– Je ferai de mon mieux. » C'était vrai, et c'était le maximum qu'elle pouvait lui offrir en ce moment.
« Je sais que tu le feras, et fais attention. » Ajani la rapprocha pour une dernière étreinte. « Ne me fais plus jamais voir ou entendre parler de ta mort.
– J'aimerais éviter ça aussi, mon ami, » dit Elspeth avec un petit rire. L'allégresse la comblait pour ce qui semblait être la première fois depuis des années. Elle ne se retourna pas alors qu'elle s'éloignait, se dirigeant vers ce qu'elle espérait être son foyer.

PLACE DU MEZZIO, AUJOURD'HUI

« Quoiqu'il arrive. Qu'en dites-vous ? » Anhelo a de nouveau appuyé. « De l'argent. Chambre et pension. Et tout ce que vous avez à faire, ce sont quelques travaux ici et là. »

Quelques travaux. Elle savait exactement ce que cela impliquerait. Elspeth n'avait aucune envie d'avoir du sang sur les mains pour les guerres de territoire de la Nouvelle Capenna. Mais si ce qu'il disait était vrai, alors c'était la meilleure occasion qu'elle ait trouvée jusqu'à présent pour en savoir plus sur cet endroit étrange et découvrir ses vérités. Pour savoir si Ajani avait raison et si c'était vraiment son foyer.

« Et le musée des Maestros a plus d'informations sur des sculptures comme celle-ci ?
– Plus d'informations ? » Il rit. « Encore mieux. La famille possède des centaines de sculptures comme celle-ci grâce à notre conservateur.
– C'est d'accord, » accepta Elspeth à contrecœur. Elle ne voulait pas travailler avec une famille, mais c'était un moyen nécessaire pour arriver à ses fins. À tout le moins, ils pourraient avoir les informations sur les Phyrexians dont Ajani et les Sentinelles avaient besoin.
« Vous ne le regretterez pas. » Anhelo enroula son bras autour de son épaule, la guidant. « Les Maestro sont fiers de connaître la Nouvelle Capenna mieux que quiconque. Si c'est une information que vous voulez, cela peut être donné à la pelle. »

Son expression était suffisante. Il pensait avoir trouvé la carotte qu'elle suivrait aveuglément. Et il avait raison, en partie. Mais Elspeth entrait là-dedans les deux yeux ouverts. Elle n'allait pas être utilisée par les forces au pouvoir.

ÉPILOGUE – EN COULISSES

L'Adversaire était assis dans une pièce en miroir, son entrée cachée derrière une bibliothèque de bar. Pour entrer dans l'établissement, il fallait connaître un cognement secret et une touche magique. Pour entrer dans cette pièce, il fallait être prêt à jouer avec sa vie.







Ses fidèles lieutenants et officiers l'entouraient. Moyens en vue d'une fin, chacun d'entre eux. Il les utiliserait tant qu'ils respireraient et se montreraient utiles. Une lumière violette maladive était suspendue au-dessus.

« ... et c'est vraiment ce qu'est la Fontaine, » dit le plus haut placé d'entre eux.

L'Adversaire y réfléchit et laissa échapper un éclat de rire. Vraiment. La Fontaine c'était ça ? Pathétique. Tant de pouvoir, mûr, à être cueilli, et les Cabaretti demandaient pratiquement qu'on le vole.

« Vous savez ce que cela signifie, n'est-ce pas ? » demanda-t-il en débouchant une bouteille de Halo. Les autres le regardaient avec des yeux avides tandis qu'il versait des verres. « Ça veut dire qu'on va faire du Crescendo une sacrée fête. » Ob Nixilis passa des verres à chacun, puis leva le sien pour porter un toast. « À notre conquête du plan. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  4

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.