Nouvelle Capenna : Episode 4 - La Fontaine - Magic the Gathering

Nouvelle Capenna : Episode 4 - La Fontaine



Articles

Drark Onogard, le , 234 consultations

Sous couverture chez les Cabaretti, Elspeth se prépare pour le Crescendo. Certainement, ce ne sera pas une fête ordinaire – et c’est précisément ce qui l’inquiète.

  La storyline de Magic / Les rues de la Nouvelle Capenna

Sous couverture chez les Cabaretti, Elspeth se prépare pour le Crescendo. Certainement, ce ne sera pas une fête ordinaire – et c'est précisément ce qui l'inquiète. Vous trouverez l'article original ici.

Episode 4 : La Fontaine



MUSEE

Ces hautes salles qui lui étaient familières, polies et soigneusement conservées, étaient aussi sacrées qu'une église pour Xander. Ce soir, à la veille du Crescendo, il était déterminé à les parcourir toutes une dernière fois et à savourer leur splendeur. Les moments de paix étaient éphémères, et si ses informateurs et ses hypothèses étaient corrects, il y aurait du sang avant l'arrivée de la nouvelle année.

« C'est l'une de mes préférées. » Xander s'arrêta devant la statue d'un ange berçant un bébé. « Chaque fois que je le regarde, je pense à ma propre mère. » Si seulement il pouvait se rappeler quoi que ce soit d'elle.
« C'est beau. » Anhelo le brossait dans le sens du poil. Xander pouvait sentir la confusion de son général alors qu'il suivait Xander dans le musée. Anhelo vérifia sa montre. « Sire, si nous voulons participer au Crescendo à temps, nous devrions commencer à préparer notre départ. »

Xander ne bougea pas. Au lieu de cela, il continua à fixer le visage paisible de la femme. Y avait-il jamais eu un moment sur la Nouvelle Capenna où une telle paix et une telle tranquillité existaient vraiment ? Y avait-il déjà eu un tel moment dans sa propre vie ?

Il gloussa doucement pour lui-même et murmura, « Je deviens sentimental dans ma vieillesse.
– Vous disiez ?
– Rien. » Xander croisa les deux mains sur le pommeau de sa canne. Les griffes d'or dont il avait orné ses doigts ce soir crissaient contre le métal. « Tu devrais aller au Crescendo et surveiller Elspeth à ma place. »

Selon la dernière mise à jour que Xander avait reçue d'elle, elle avait bien réussi à infiltrer le Cabaretti. Mais pas encore de mot sur la Fontaine. Pourtant, il avait toute confiance en elle. Il y avait quelque chose d'unique chez Elspeth. Il avait rapidement compris qu'elle ne ferait jamais vraiment partie de la famille. Il y avait un air autour d'elle d'un plus grand but. C'était peut-être pour cela qu'il avait finalement décidé de lui ouvrir ses archives.

« Vous ne serez pas présent ?
– Pas cette année.
– Mais la Fontaine...
– Je voudrais rester ici, le coupa Xander.
– Xander, qu'est-ce qui vous trouble donc ? » Anhelo posa légèrement sa main sur le coude de Xander. Ce contact trahit sa profonde inquiétude. « Vous n'êtes pas vous-même ce soir.
– Tu t'inquiètes trop. » Xander tapota la main d'Anhelo. « Tu me seras plus utile en allant à ma place au Crescendo. Nous ne voudrions pas que les Cabaretti prennent mon absence pour une agression des Maestro.
– Ils le prendront ainsi de toute façon, puisque je ne suis pas le chef des Maestro.
– Mais un jour prochain, tu le seras.
– Pardon ?
– Vas-y. Nous discuterons davantage de ces questions après la nouvelle année, » l'encouragea Xander. Il n'avait jamais carrément planifié la succession avec Anhelo. Cela avait toujours été présupposé, mais de manière lointaine, lointaine. Mais il n'avait plus le temps de se préparer, et Xander ne pouvait qu'espérer qu'Anhelo était prêt. « Ce soir, tu dois aller t'amuser au Crescendo et rapporter tout événement étrange, c'est un ordre.
– Vous en êtes sûr ?
Xander regarda la statue, utilisant le mouvement pour jeter un coup d'œil du coin de l'œil sans qu'Anhelo ne s'en aperçoive. Ils sont proches. « J'en suis plus que sûr. Maintenant, vas-y, Anhelo. Utilise la porte de réception pour partir. » La porte dérobée à laquelle la plupart ne pensent pas ou qu'ils ne connaissent pas.
« Comme vous voudrez. » Anhelo baissa la tête et partit. Xander le regarda partir avec un soupir de soulagement qu'il ne prit pas la peine de cacher.

Il fixa la statue en attendant. Retrouverait-il sa mère une fois qu'il aurait quitté ce tourbillon de la vie mortelle, longtemps occupé et douloureux ? Y avait-il même assez d'âme dans ce vieux vampire-démon pour qu'il puisse seulement y avoir un « après » pour lui ?

Du mouvement mit fin à ses rêveries.

Xander se tourna pour faire face aux ombres vivantes au fond du couloir. Dans cette obscurité, il demanda : « Es-tu enfin venu me tuer, Adversaire ? »







CRESCENDO

Elspeth se tenait sur la piste de danse du Vantoleone avec un plateau à la main. Jinnie avait tenu parole. Après quelques tâches subalternes – pas très différentes des tests que Xander lui avait fait subir – elle avait confié à Elspeth un poste pour aider au Crescendo.

En tant que membre de l'équipe au sol, Elspeth était bien placée pour tout voir et tout entendre. De plus, elle pouvait bouger sans être dérangée. Personne ne prêtait attention au personnel en uniforme. Ils étaient aussi insignifiants que les pennons accrochés aux piliers ou les pots de fleurs surchargés, posés à la base de chacun.







Enfin, elle ne passait pas totalement inaperçue.

« Elspeth, » s'approcha Jinnie, son entourage habituel de Kitt et Giada la flanquant. « Je suis contente que nous t'ayons rencontrée. J'espère que tu trouves que le Crescendo vaut tes efforts ?
– Et plus. » Elspeth se força à sourire.
« Attends un peu, le vrai plaisir n'a même pas encore commencé. » Jinnie se servit deux des pâtisseries fourrées au fromage sur le plateau d'Elspeth et en tendit une à Giada. Comme d'habitude, l'adolescente resta silencieuse, ses yeux avides de quelque chose que sa bouche ne pouvait pas saisir.
« J'ai déjà vu la performance de Kitt, déclara Elspeth.
– Et ? Quelle est ta critique ? Ne m'épargne aucun détail ! » Kitt se redressa.
« C'était charmant.
– Ce n'est pas du tout une critique, gémit Kitt.
– J'ai bien peur de ne pas bien connaître la musique donc je ne peux pas te donner beaucoup plus que ça. » Elspeth offrit un sourire encourageant pour l'apaiser.
« En parlant de performances, je dois vérifier quelque chose pour les nôtres, déclara Jinnie à Giada avant de se tourner vers Kitt. « Je pourrais utiliser tes mains, si cela ne te dérange pas ?
« Pour vous ? Jamais.
– Ça te dérangerait de garder un œil sur Giada un moment ? » demanda Jinnie à Elspeth.

Giada n'était pas jeune au point d'avoir besoin d'une nourrice constamment. Mais Elspeth avait vu au cours des dernières semaines comment Jinnie adorait et choyait Giada. C'était une relation qu'Elspeth n'avait pas encore complètement établie. Elle trouverait cela doux et fraternel, n'était l'inconfort perpétuel qui émanait de la jeune femme.

« Ce n'est pas un problème, répondit Elspeth.
– Merci, tu es vraiment une crème. » Jinnie lui serra l'épaule et commença avec Kitt.
« En voulez-vous un autre ?  demanda Elspeth en tendant le plateau à Giada.
– Non, merci. » Ainsi, elle pouvaitparler. « J'ai peur qu'en mangeant autre chose, je sois malade.
– Vous ne vous sentez pas bien ? » Elspeth éloigna le plateau.
« Nerveuse, admit Giada. Cette performance signifie tellement pour Jinnie, pour les Cabaretti, pour tout le monde.
– De quel type de performance s'agit-il ? » Elspeth s'efforça d'avoir l'air décontracté. Une question anodine, rien de plus.
Giada la regarda de travers. « Vous verrez bientôt.
– Mes excuses ! » Jinnie revint rapidement et prit la main de Giada. « Es-tu prête à changer le plan ? » Giada n'eut pas la chance de répondre avant que Jinnie ne la tire.

L'appréhension glaça l'estomac d'Elspeth. Quelque chose n'allait pas. Chaque fibre de son être le lui disait. La sensation s'aggrava encore lorsqu'elle vit les Maestro commencer à se déplacer derrière Jinnie et Giada. Elle reconnaissait le regard dans les yeux pâles des vampires. Ils étaient assoiffés de sang.

Elspeth s'éloigna rapidement du rez-de-chaussée et pénétra dans une arrière-salle où elle posa le plateau. Quelques-uns des autres membres du personnel de l'étage lui lancèrent des regards interrogateurs, mais aucun ne l'arrêta alors qu'elle se précipitait dans le hall principal du Vantoleone.

Giada était déjà sur scène, Jinnie derrière elle. Quatre hommes des Cabaretti manœuvraient une grande bouteille vide sur scène, l'amenant devant Giada. Le récipient était presque aussi grand que Giada elle-même.

« Cette année, les Cabaretti ont promis un Crescendo pas comme les autres. Maintenant, nous allons tenir cette promesse, » annonça Jinnie.

Elspeth attrapa le couteau que Xander lui avait donné, caché dans son manteau. C'était la seule arme qu'elle avait, et la seule chose qu'elle pouvait dissimuler dans la tenue vestimentaire que les serveurs devaient tous porter. Elspeth espérait qu'elle n'en aurait pas besoin.

Jinnie dit quelque chose à Giada, et l'adolescente s'avança vers l'énorme bouteille. Elle prit une inspiration vivifiante, et un regard de pure détermination submergea son expression. Giada le toucha des deux mains.

Une lumière jaillit.

La salle laissa échapper un hoquet collectif de surprise. Comme les autres, Elspeth se retrouva à chasser la brume bleue que la lumière aveuglante laissait derrière elle. Alors que la scène redevenait visible, des murmures se répandirent dans la foule. Personne ne pouvait croire ce qu'ils voyaient, y compris Elspeth.

La bouteille vide était maintenant remplie de Halo. De minuscules bulles dorées montaient d'un fond céruléen à un sommet rose. Des courants plus sombres tourbillonnaient à l'intérieur, comme le crépuscule filtrant à travers l'eau, et une brume distincte assombrissait l'air autour de lui, comme si la puissance condensée à l'intérieur pouvait à peine être contenue par son récipient en verre.

L'horrible vérité de ce dont elle venait d'être témoin commença à poindre sur Elspeth. Il n'y avait aucun moyen que la bouteille ait pu être échangée. C'était beaucoup trop massif pour ça. Il faudrait beaucoup plus de temps qu'un flash de lumière pour la remplir.

« Vos yeux ne vous trompent pas. » Jinnie répondit au scepticisme collectif de la salle une fois qu'elle eut réussi à stabiliser Giada sur ses pieds, même si la jeune femme se balançait toujours légèrement, visiblement fatiguée. « Devant vous tous, sans tours ni jeux, nous avons créé du Halo à partir de rien. Vous êtes les premiers témoins d'un nouvel ordre, un ordre qui ne connaît plus de limites et n'est plus freiné par la diminution de l'offre. » Elle s'arrêta pour appuyer ses propos ; la salle était ravie. Jinnie fit signe à Giada. « Voici la Fontaine ! »

La foule éclata d'acclamations. Ces personnes y voyaient une ressource, un outil, une solution à un problème qui les tourmentait. Tout ce qu'Elspeth voyait était une jeune femme épuisée et piégée.

Leur « nouvelle ère » se ferait au prix de la vie de Giada.

MUSEE

Des ombres restaient accrochées à l'homme qui s'approchait de Xander. Elles étaient suspendues à chaque pli de son costume à fines rayures immaculé, à chaque ornement martelé de la plaque renforcée qui encadrait ses épaules et sa poitrine. D'anciens préposés et alliés que Xander aurait pu penser comme sa propre famille se précipitaient autour des ailes en forme de chauve-souris de l'Adversaire, armes dégainées.

La première chose qu'il offrit aux transfuges en retour fut un sourire amer. Ensuite, il offrirait leur propre cœur.

Les derniers officiers fidèles à son service avaient déjà été abattus, sans aucun doute. Qu'importent les vieilles blessures et les os douloureux, il rendrait cette faveur en nature, même si c'était la dernière chose qu'il ferait jamais. Il s'était préparé pour ce soir. Quoi qu'il advienne, il ne tomberait pas sans se battre.

Le premier de ses anciens assassins chargea.

Xander reporta entièrement son poids sur sa bonne jambe, rejeta une main en arrière, lança sa canne avec l'autre et la rattrapa par le bout. L'acier sonna contre l'acier alors qu'il déviait le poignard de l'assassin. Les yeux de l'autre vampire s'écarquillèrent sous le choc.

« C'est moi qui t'ai donné ce poignard, gronda Xander. Ne pense pas que je t'aie donné un outil que je ne savais pas utiliser au mieux. » Avec une torsion de son poignet, il se dégagea de la lame et amena le manche de sa canne dans le cou de l'homme avec un craquement satisfaisant.

Un autre venait le chercher. Xander fit glisser sa prise vers l'avant sur la canne. Il agita son pouce et désengagea un mécanisme de verrouillage secret. La poignée de la lame cachée se détacha de son fourreau. Xander l'attrapa, fendant l'air et envoyant un jet de cendre à travers la pièce.

Il utilisa cette mort comme une distraction, se retirant stratégiquement dans son musée. D'autres partaient déjà à la poursuite. Mais Xander connaissait les chemins mieux que n'importe lequel des siens. C'était lui qui avait construit cet endroit. Il était son père. Son conservateur.

Dans les étroits couloirs d'accès entre les galeries, il pouvait s'empêcher d'être flanqué, les cueillant un à un au fur et à mesure qu'ils venaient à lui. Il pouvait les faire battre en habileté, mais il était quand même un vieil homme. Il pouvait tolérer la douleur, mais il n'avait pas l'endurance nécessaire pour les affronter tous en même temps.

Xander traversa le hall principal du musée. Des coups de feu retentirent et des éclairs de magie chassèrent ses talons, laissant des marques sur son sol en marbre. Les carrières de cette pierre n'étaient plus en activité ; son havre immaculé ne serait plus jamais le même après ce soir.

Il se dirigea vers une cage d'escalier, serrant les dents et montant aussi vite qu'il le pouvait. Les assassins se précipitaient derrière lui, mais la connaissance que Xander avait du musée continuait à porter ses fruits et il a réussi à rester en tête. Il fit irruption à travers une porte, le vent frappant son visage au moment où il respira l'air vif des Hauts-Parcs. À bout de souffle, Xander se retourna et barricada la porte du pont d'observation.

Il n'y avait pas beaucoup d'espace sur le balcon. C'était censé être un petit jardin de sculptures, un répit pour admirer la splendeur de la ligne d'horizon parmi certaines pièces de la collection du musée. Xander marcha jusqu'au bord, reprenant son souffle.

Comme il aimait cette vue.

De puissantes ailes battaient derrière lui. Avec un grondement, l'Adversaire atterrit.

« Pensais-tu vraiment que tu pouvais m'échapper ? Sa voix était comme du gravier frotté contre de la haine pure. « Un balcon ! » Il hurla de rire, aspirant de l'air dans ses poumons pour étirer sa poitrine et déployer ses ailes en emphase.
« Difficilement. » Xander se tourna pour lui faire face. « Je pensais que sans l'aide que tu as débauchée, nous pourrions avoir un combat équitable.
– Je ne suis pas fair-play. »

Xander non plus. Il se précipita en avant sans avertissement. L'Adversaire alla dévier l'épée de sa main nue, la bouche tordue en un sourire narquois de joie. Xander fit une feinte, se dégagea sous le poignet de l'Adversaire et se tordit pour amener la pointe juste dans le point faible sous la mâchoire de l'Adversaire – la seule chair vulnérable exposée sur son corps en armure.

Mais l'Adversaire était plus rapide. Peut-être amélioré par le Halo. Peut-être par un mal plus grand que Xander ne pourrait jamais l'imaginer.

Xander ne vit jamais l'Adversaire lever son autre main pour le désigner.

L'explosion de magie se répercuta dans les Hauts-Parcs. Mais la dernière chose que Xander entendit alors qu'il s'éloignait était le claquement de son épée de confiance, l'outil de son infamie, glissant de ses doigts pour la dernière fois. Son pied rencontra l'air libre et il plongea dans les nuages ??en dessous.

CRESCENDO

Les acclamations des masses se transformèrent en cris. Tout autour d'eux, les fêtards jetaient les couleurs et les sceaux de leur famille et attrapaient leurs armes. Aucune famille n'était exempte d'infiltration par l'Adversaire.

Elspeth sortit le couteau que Xander lui avait donné et commença à se faufiler dans la foule. Les Cabaretti sur scène laissèrent tomber la grande bouteille de Halo, la précieuse substance déversant une cascade arc-en-ciel autour des pieds de Jinnie. Le Halo bouillonnait comme s'il était en ébullition, s'évaporant sous forme d'éclats d'étoiles et d'anneaux.

« Jetmir ! » cria Jinnie au-dessus de la foule. Giada, oubliée, se dirigea vers le fond de la scène, les mains gantées couvrant sa bouche sous le choc.

« Jetmir ! » Les yeux de Jinnie se posèrent sur un point éloigné, à mi-chemin de la pièce. Elspeth suivit son regard, voyant le léonin cornu qui régnait sur les Cabaretti, acculé et en infériorité numérique. Jinnie sauta dans la mêlée, armes au poing, abandonnant Giada.

Le choc et la rage traversèrent Elspeth, et elle canalisa ses émotions dans un coup rapide à un agresseur potentiel, le rendant inoffensif en un instant. Giada était leur chère Fonraine. Elle donnait sa vie pour les Cabaretti et leur Halo. Et pour quoi? Être abandonnée. Bien sûr, Jinnie avait laissé des agents de Cabaretti avec elle. Mais ils n'étaient pas suffisants pour gérer les sept autres qui se précipitaient sur la scène.

Jouant des coudes, pressant les gens, sautant par-dessus les corps, Elspeth se fraya un chemin à travers le sang et le chaos jusqu'à la scène. Elle sauta sur la plate-forme alors que le dernier des gardes des Cabaretti tombait, transformé en pelote à épingles par les loyalistes de l'Adversaire qui avançaient maintenant sur Giada. Elspeth ne perdit une seconde. Elle abattit la crosse de son couteau sur la nuque de l'un d'entre eux à sa droite. L'homme à sa gauche essaya de la frapper d'estoc, mais Elspeth s'y était préparée et l'attrapa par le poignet, le serrant de telle manière que ses doigts devinrent lâches. Elle se retourna alors que le troisième se précipitait vers elle, jetant l'homme dans le nouvel attaquant.

« Giada, » dit calmement Elspeth, malgré le chaos qui montait. Elle s'agenouilla devant Giada, regardant dans ses yeux sombres, un peu comme ceux d'Elspeth. « Veux-tu que je t'emmène loin d'ici ? »
Giada inspira lentement, son souffle tremblant à la fin. « Oui. » Elle parla pour la première fois d'une manière qui ressemblait à de l'espoir. « Je connais une porte dérobée. »

Elspeth hocha la tête et se leva, jetant un coup d'œil par-dessus son épaule à leurs assaillants, qui se réveillaient avec des gémissements. D'autres les avaient remarqués sur scène et commençaient à charger.

« Par ici. » Giada lui tira la main et Elspeth la suivit à droite. Elles passèrent devant les panneaux de rideaux vert forêt et s'enfoncèrent profondément dans les coulisses. Le velours lourd étouffait leurs pas. Mais il cachait aussi ceux qui pourchassaient.

Elspeth tendit l'oreille pour écouter leurs poursuivants. « Descends ! » Elspeth s'appuya sur ses talons, tenant la main de Giada.

Elle tourna l'adolescente vers elle, enroulant un bras autour de ses épaules et amenant Giada au sol avec elle alors qu'une lame déchirait le rideau à leur droite. Elspeth relâcha Giada et se leva. À en juger par le coup, elle pouvait faire une évaluation confiante de la constitution de leur attaquant. Et quand son poignard s'enfonça dans le ventre d'un homme avec un gargouillis, elle sut qu'elle avait raison.

En reculant, Elspeth donna un coup de coude à Giada. « Continue. »

Si Giada était ébranlée, elle ne le montra pas. Elle se précipita dans l'obscurité, Elspeth sur ses talons. Elle supposait que Giada avait vu bien pire tout au long de son séjour chez les Cabaretti. Cette pensée la remplissait d'un profond chagrin.

Giada n'était qu'une enfant. Comment sa vie avait-elle été jusqu'à présent ? Elspeth doutait que cela ait été quelque chose de proche du bien. Elle connaissait une prison quand elle en voyait une, même s'il n'y avait pas de barreaux et que les gardiens étaient vêtus de paillettes et d'or.

« Là-bas, » murmura Giada, pointant vers la gauche alors qu'elles émergeaient des rideaux qui pendaient le long des ailes. Elspeth la suivit à travers des accessoires empilés et des étuis à instruments. Deux autres hommes les rattrapèrent, mais Elspeth s'occupa rapidement d'eux. Si elle avait eu le temps, elle aurait caché les corps pour couvrir leur trace, mais il valait mieux qu'elles continuent à avancer. Une fois sorties, elles pouvaient se glisser dans la ville proprement dite et se perdre parmi la population.

Giada grogna en poussant une lourde porte des coulisses. Elspeth appuya son épaule pour l'aider. La porte n'avait pas été utilisée depuis un certain temps et couina bruyamment car elle leur permettait d'accéder à une ruelle.

La milice au fond les aperçurent avant qu'elles aient fait plus de deux pas, sans doute alertée de leur présence par le bruit des gonds. Elspeth maudit leur malchance. S'ils avaient toujours été dans l'autre sens, elle aurait peut-être réussi à les faire tomber.







« Il y en a plus qui viennent de l'intérieur, » dit Giada, en jetant un coup d'œil vers le théâtre.
« Je sais, reste près. » Elspeth tendit son couteau. Qu'est-ce qu'elle ne donnerait pas pour une lance ou une épée.
« On dirait que nous avons deux évadées, déclara l'un des gardes.
– L'Adversaire nous a dit que personne ne s'en sortait vivant – désolé, mesdemoiselles. » L'autre fit craquer ses doigts.
« Devrions-nous appeler des renforts ?
– Non, je pense que nous pouvons nous débrouiller seuls avec ces deux-là. »
Elspeth pouvait dire à leurs sourires narquois que ces gardes la sous-estimaient. « J'aimerais vous voir essayer. »

Sans avertissement, un éclair vert traversa l'air depuis quelque part derrière eux. Chargée de magie et de flamme verte froide, la flèche se mua avec un hurlement en un loup viridien fantomatique. Il atterrit sur le dos de l'un de leurs premiers agresseurs potentiels, le projetant au sol. L'homme cria une obscénité, essayant de se détourner, mais le loup spectral enfonça ses griffes.







« Qu'est-ce que... ! » Son compagnon n'eut pas le temps de finir sa phrase. Deux autres tirs retentirent, invoquant deux autres loups.

Les bêtes aux teintes vertes ont fait un travail rapide sur les deux miliciens, leurs dents acérées plus efficaces que le couteau d'Elspeth ne pourrait jamais l'être. Giada s'accrocha au côté d'Elspeth, à moitié cachée alors que les créatures se tournaient vers elles deux. Émergeant de leur brume spectrale se tenait Vivien.

« Je t'avais dit que je te retrouverais.
– Vivien. » Elspeth poussa un soupir de soulagement puis regarda Giada. « Vivien est une alliée, on peut lui faire confiance. » Elspeth l'espérait.
L'expression de Vivien effleura brièvement la surprise, mais elle ne s'opposa pas aux affirmations d'Elspeth. « J'ai des nouvelles pour toi, sur le sujet dont nous avons discuté pour la dernière fois. Mais d'abord, allons dans un endroit sûr. »

Elspeth et Giada étaient à mi-chemin dans l'allée, presque à côté de Vivien, quand la porte du théâtre s'ouvrit derrière elles, jaillit de ses gonds. Le métal résonna bruyamment alors qu'il s'arrêtait. Jinnie, Jetmir et un groupe de Cabaretti sont sortis de la porte fumeur.

« Oh, Dieu merci, Elspeth ! » Jinnie poussa un soupir de soulagement. « Merci d'avoir gardé Giada en sécurité. »

Elspeth hocha la tête avec méfiance, continuant à reculer. Giada suivit son exemple, se déplaçant en coordination avec Elspeth. Elle baissa les yeux vers l'adolescente, qui lui lança un regard inquiet en réponse.

La même terreur qui emplissait Elspeth lorsque Giada était montée sur scène revint en force.

« Viens, nous avons un passage secret à travers le théâtre. Amène Giada ici. »

Non. Le mot s'éleva clair et vrai, résonna du plus profond de l'être d'Elspeth. En aucun cas, elle ne devrait ramener Giada à ces personnes qui l'utiliseraient et l'emprisonneraient.

Mais ce n'était pas à Elspeth de faire ce choix.

Elspeth croisa les yeux de Giada, essayant de communiquer sans mots. Je ferai ce que tu désires, pensa-t-elle, sans le dire catégoriquement. Elle n'allait pas affronter hardiment les Cabaretti avant de connaître les souhaits de Giada. Qu'est-ce que tu veux ?

La main de Giada se glissa dans la sienne et elle la tira légèrement, un peu comme elle l'avait fait lorsqu'ils avaient commencé leur fuite.

« Nous allons dans un endroit sûr. Nous reviendrons quand les choses seront calmes, répondit Elspeth.
– Nous sommes un endroit sûr. » La nature habituellement joviale de Jinnie a commencé à s'éclipser. En dessous se trouvait la femme qui avait gagné sa place en tant que fille adoptive de Jetmir et son bras droit. Personne n'avait grimpé aussi haut qu'elle à la Nouvelle Capenna sans laisser une traînée de sang derrière elle.
« C'est mieux si nous nous séparons, pour l'instant.
– Amène-moi Giada. » Jinnie commença à avancer.

La poigne d'Elspeth se resserra sur son couteau. Elle ne voulait pas combattre Jinnie. La femme n'avait pas été méchante avec elle, mais c'était aussi elle qui ferait de Giada un outil. Avant qu'Elspeth ne puisse se décider – combattre ou fuir – une flèche verte se dessina au-dessus de sa tête.

Elle éclata en une bête bien plus grande qu'un loup. Sortant du feu viridien, les boucles d'un dragon écailleux remplissaient la ruelle. Deux ailes puissantes s'étendaient jusqu'au sommet des bâtiments voisins. Elspeth ne pouvait voir que le dos du dragon spectral, mais si son devant était à moitié aussi imposant, il n'y avait aucun moyen pour Jinnie de les atteindre.

Elspeth regarda Vivien par-dessus son épaule, qui baissa son arc. Des flèches vertes brûlaient dans son carquois, illuminant les nattes sur le côté de sa tête.

« On y va ? » Vivien eut un léger sourire narquois.

Toutes trois se mirent à courir dans la nuit.

MUSEE

« Pas tant de mépris maintenant, n'est-ce pas ? » Ob Nixilis essuya la cendre de ses mains. Le puissant chef des Maestro, le tristement célèbre Xander, maître assassin. Il n'était plus le maître de quoi que ce soit maintenant. Ob Nixilis renifla et cracha sur le corps mutilé qui gisait à ses pieds. Le vampire était à peine reconnaissable après la chute, surtout après qu'Ob Nixilis avait exprimé certaines de ses frustrations face à la ténacité frustrante du vampire.

« Chef. » Un jeune homme sortit en courant du bâtiment, s'arrêtant net lorsqu'il posa les yeux sur le carnage. C'était un Maestro. Ob Nixilis souhaitait pouvoir entendre ce qui se passait dans la tête de l'homme alors qu'il posait les yeux sur le corps mutilé de l'assassin qu'il avait autrefois tant vénéré.
« Quoi ? demanda Ob Nixilis.
« Je... » Le jeune homme déglutit difficilement et arracha ses yeux des restes de Xander. « J'ai des nouvelles du Crescendo.
Ob Nixilis pouvait dire par le regard changeant de l'homme et sa position incertaine que les nouvelles ne seraient pas bonnes. Et s'il devait recevoir de mauvaises nouvelles, il l'adoucirait d'abord avec un peu de tourment en faisant suer le gamin. « Bien. Parle-moi de mon triomphe.
– Tout le monde était en place, comme vous l'aviez ordonné. Nous avons rapidement pris le contrôle de la situation dans le Vantoleone.
– Mais ? l'encouragea Ob Nixilis, permettant à sa voix d'être dangereusement basse.
– Mais... » Il se battit pour trouver ses mots, s'effondrant sous le poids du regard d'Ob Nixilis. « La Fontaine s'est échappée. »
Ob Nixilis saisit l'homme par la gorge et le hissa dans les airs. Il se balançait comme une poupée de chiffon, donnant des coups de pied impuissants, agrippant instinctivement les brassards que portait Ob Nixilis. « Dis-moi, comment la Fontaine s'est-elle échappée si tout le monde était ‘en place' ?
– Nous... nous n'avons pas... il y en avait un autre... une inconnue, » siffla l'homme.

Ob Nixilis resserra légèrement sa prise et fantasma brièvement sur le fait de serrer si fort que la tête de l'homme sauterait comme un bouchon. Mais il relâcha son emprise. Il avait encore besoin de ces amateurs sans valeur pour faire son sale boulot. L'homme tomba au sol, s'agrippant à son cou déjà meurtri, à bout de souffle.

Ob Nixilis regarda les restes de Xander. Il grimaça, mais pas face au carnage qu'il avait provoqué. Non... il était dégoûté de lui-même. Il avait raté quelque chose. Même outre-tombe, Xander l'avait eu.

« Peu importe, gronda-t-il. Je la trouverai, même si je dois réduire cette ville en cendres.
– Chef, les Cabaretti sont presque neutralisés... » Quatre autres officiers se précipitèrent hors du musée, s'arrêtant à quelques pas de leur ami haletant. « Nous voyons que vous le savez déjà.
– Oui, j'ai été informé de votre échec. » Ob Nixilis força les mots à travers les dents serrées si fort que sa mâchoire trembla. « Les Maestro sont en main. Et les autres ?
– Jetmir s'est échappé mais a été gravement blessé. Les Cabaretti s'effondreront une fois qu'il vacillera – et nous veillerons à ce qu'il le fasse, rapporta l'un d'eux.
– Les Courtiers et Obscura ont rampé jusque dans leurs trous et leurs ombres, même si nous les poursuivons également. Les Riveteurs sont complètement compromis. Les combats sont chauds dans Caldaïa ; nous aurons bientôt la situation sous notre contrôle. »
Ob Nixilis fit craquer ses jointures et roula la tête. « Je veux les chefs de familles. Tous. Apportez-moi la dernière tête, attachée au cou ou non.
– Et la Fontaine ?demanda le seul de ses généraux encore assez courageux pour parler.
– Deux d'entre vous, menez la chasse à Jetmir et Jinnie. Si quelqu'un sait comment retrouver la Fontaine, ce sera eux. Les deux autres forment leurs propres équipes de recherche pour la Fontaine. Et quand vous la trouverez, apportez-la-moi, et vos coupes ne seront jamais vides et vos familles ne manqueront de rien. »

RUES DE LA NOUVELLE CAPENNA

La ville était en feu. Les familles étaient en guerre.







Elspeth, Vivien et Giada s'étaient enfuies dans les rues, se précipitant dans les cages d'escalier en fer et sur les toits alors qu'elles couraient à travers le Mezzio.

« Cela ne manque jamais de m'étonner de la rapidité avec laquelle les choses deviennent incontrôlables une fois qu'un équilibre est rompu, évalua Vivien alors qu'elles reprenaient leur souffle.
– Où allons-nous ? »demanda Giada.

Elspeth se creusa la cervelle. Les premiers endroits où elle s'était enfermée à son arrivée brûlaient maintenant. Les Maestro n'étaient pas non plus une option.

« J'ai une idée. » Elspeth se rappela sa deuxième mission pour Xander. « Il y a un entrepôt pas très loin d'ici, il est abandonné. On pourrait y être en sécurité.
– Je ne sais pas pourquoi tu t'embêtes, dit Vivien dans un souffle pour que seule Elspeth puisse l'entendre. Ces querelles de famille ne sont pas la vraie menace.
– Je ne me soucie pas des familles en ce moment. » Elspeth se tourna pour cacher son visage à Giada afin que leur compagne n'entende pas. « Je me soucie d'une jeune femme qui est en danger. » Qui mérite tellement plus que ce qu'elle a jamais eu. Elspeth aurait donné n'importe quoi quand elle était piégée et impuissante pendant les premières années de sa vie pour que quelqu'un se batte pour elle. Personne n'avait été là, alors. Remplir ce rôle pour Giada ressemblait maintenant à briser un cycle, comme donner de l'espoir à la fille effrayée et piégée qui existait encore au plus profond de l'âme d'Elspeth.
« Ensuite, on la met en sécurité et on part. » Vivien croisa les bras. « Toi et moi avons des affaires plus urgentes à régler. Des choses que seuls des gens comme nous peuvent gérer. »

Elspeth avait mille questions brûlantes sur ce que Vivien avait découvert mais les garda pour elle pour le moment. Il serait temps de demander quand elles ne fuiraient plus pour sauver leur peau.

« Suis-je claire ? demanda Vivien, directe mais pas méchante.
– Parfaitement. Nous mettons Giada en sécurité et ensuite nous passons à autre chose.
– Bien. Maintenant, dirige-toi vers cet entrepôt.
– Je vais le faire, mais d'abord, je retourne au quartier général des Maestro. » Elspeth se dirigea vers une échelle voisine. « J'ai besoin d'une meilleure arme qu'un couteau. Vous deux, attendez ici jusqu'à mon retour. Si quelque chose tourne mal, nous nous retrouvons au banc des Hauts-Parcs.
– Entendu. » Vivien savait exactement ce que signifiait banc pour Elspeth.
« Quoi ? » Giada lui attrapa la main. « Je vais où tu vas.
– Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. C'est trop risqué de t'amener dans l'antre d'une autre famille, » dit doucement Elspeth.
Giada réfléchit un moment, relâcha Elspeth, puis dit : « Tu as raison. J'attendrai ici avec Vivien. »

Elspeth réussit à se rendre à l'un des ascenseurs civils sans problème majeur. Il y avait quelques opportunistes qui firent l'erreur d'essayer de l'attaquer en cours de route, mais Elspeth pouvait les gérer facilement.

Elle sut que quelque chose n'allait pas au moment où elle s'approcha du musée. Il n'y avait pas de gardes devant. La cendre couvrait la cage d'escalier de l'entrée, la rendant aussi pâle que l'os. L'attaque de l'Adversaire n'était pas seulement sur le Crescendo ce soir.

Heureusement, le temps passé à cataloguer toutes les pièces de la collection de Xander lui avait donné une connaissance approfondie du musée. Elle utilisa une porte de réception latérale, brisant la serrure avec son couteau et rendant la lame inutile. Elle s'était engagée à trouver une nouvelle arme, à présent.

Elspeth se glissa dans les couloirs sombres. La puanteur de la mort était lourde dans l'air. Elle pouvait presque sentir une présence inquiétante traquer les couloirs sous la forme d'ennemis qu'elle n'avait pas encore rencontrés et qu'elle était déterminée à ne pas rencontrer. Elle se cacha à la seconde où elle entendit des pas, puis utilisa deux pièces communicantes pour contourner le bruit et pénétrer dans l'une des armureries.

Quelle arme choisir ? Elspeth scruta ses choix. Il y avait des poignards, des fouets, des épées. Des voix la figèrent sur place.

« Tu ne penses pas que c'était vraiment la nouvelle recrue, quand même ? Celle à qui Xander semblait s'intéresser ? »

L'estomac d'Elspeth se retourna. La façon dont l'homme parlait de Xander, l'état du musée... elle savait ce qui s'était passé ici. Ses mains se serrèrent et se firent poings.

« Ça lui ressemblerait, à la nouvelle.
– L'Adversaire l'a considérée comme la cible numéro un, et les Cabaretti aussi disent qu'elle est morte. Peu importe si c'est elle qui a pris la Fontaine ou non, elle n'a nulle part où se tourner ; elle sera morte bien assez tôt. »

Ils étaient tous après elle maintenant, à commencer par les deux qui s'approchaient rapidement de l'armurerie. Elle raffermit sa détermination et se tourna vers les armes. Cacher ou minimiser ses compétences et ses pouvoirs à partir de maintenant serait inutile. Ce serait une épée.

Elle n'eut pas le temps d'évaluer soigneusement quelle épée avait le meilleur poids pour son corps. Elle fit courir ses mains sur les poignées, se demandant si l'une d'entre elles était l'arme à laquelle Xander avait fait allusion la dernière fois qu'ils avaient parlé. Les voix se rapprochaient. Elle en choisit une par instinct et s'enfuit dans la nuit.

La façon dont ces hommes parlaient la faisait passer pour une cible facile.

Elle allait leur prouver qu'ils avaient tous tort.





Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.