Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Epilogue 2 : Mener à sa fin, partie 2 - Magic the Gathering

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Epilogue 2 : Mener à sa fin, partie 2

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Epilogue 2 : Mener à sa fin, partie 2

Jace et Vraska planifient leur cambriolage.

  La storyline de Magic / Les Hors-la-loi de Croisetonnerre

Jace et Vraska planifient leur cambriolage.

  La storyline de Magic / Les Hors-la-loi de Croisetonnerre



Articles

le , par Drark Onogard
403

Jace et Vraska planifient leur cambriolage. Vous trouverez l'article original écrit par Alison Lührs ici, et un résumé à la fin de cette traduction opérée par les petits soins de votre humble serviteur.

Cet épilogue vient expliquer comment Jace et Vraska ont pu survivre alors qu'ils étaient parachevés, et fait donc référence à l'histoire de l'Invasion des Machines, dont vous trouverez un résumé ici et . L'épisode précédent de l'épilogue sera quant à lui ici.

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre. Epilogue 2 : Mener à sa fin, partie 2



Sur Vryn.

En clignant des yeux, Jace essuie la sueur et le pétrole qui y tombent et frissonne de fièvre. La petite pièce sent à la fois la hantise et la nostalgie, comme s'il s'agissait d'un fantôme venu lui rendre visite longtemps après sa sortie. La lumière d'une lampe voisine l'éblouit et le révèle ; elle fait se tordre les quelques câbles qu'il lui reste. Il se sent gêné que son retour chez lui se fasse dans un état aussi peu naturel. Jace s'émerveille de voir sa mère entrer en action ; elle s'engage sans pause ni question.

Ranna Beleren s'agenouille, la main sur la joue de son fils, l'autre main pressant un pan de son gilet contre la blessure à sa poitrine. Jace gît à côté de Vraska sur le sol de sa mère, tous deux ensanglantés et brisés. Il respire d'une respiration sifflante et sent les mains de sa mère sur son front moite de fièvre. Il est à la fois adulte et enfant, et se souvient qu'il était tout petit la dernière fois que sa mère guérisseuse s'était occupée de sa fièvre. Jace se rend compte qu'il glisse, sentant la dissonance cognitive de sa mère à travers le contact de sa main. Il s'éloigne prudemment.

Pendant un instant, il s'inquiète de ce que sa mère va faire en réaction à Vraska – une gorgone phyrexiane sanglante et mutilée vient d'atterrir dans son salon. Il faut un moment à Jace pour se rappeler sa grande chance : sa mère n'a aucune idée de ce qu'est une gorgone. Il n'y en a pas sur Vryn. Au mieux, sa bien-aimée ressemble à un monstre-serpent, et au pire, elle ressemble à un monstre-serpent phyrexian. S'il n'était pas en train de mourir, il rirait.

« Sauvez-le d'abord, » râle Vraska, et Jace la voit incliner la tête pour établir un contact visuel stable et confiant avec sa mère. « Je m'appelle Vraska. Votre fils est plus précieux que ma vie. S'il vous plaît, aidez-le. » Bien sûr, elle se souvient de sa mère. Jace oublie parfois qu'elle a tout vu de sa vie.

Les sourcils de Ranna sont bas, son expression est concentrée et inquiète. Ses yeux se posent sur ceux de Jace (il voit ses propres yeux dans les siens, leur bleu est un lac clair et infini) et il entend dans son esprit une question diffusée.

Est-ce ta femme ?

C'est une question si énorme que Jace tousse devant son poids. Sa femme. Il n'avait jamais osé penser à elle dans un si petit contenant. Mais quand il l'imagine portant les couleurs de sa famille, s'aventurant à travers les plans avec les boucles d'oreilles de sa grand-mère sur une chaîne autour de son cou, les bracelets nuptiaux vryniens sur leurs deux mains ridées et arthritiques... pendant un instant, Jace se perd dans l'espoir. Sa bouche est une ligne dure lorsqu'il lui répond à son tour.

Elle est mon monde, mère.

Ranna prend un moment et acquiesce. « Pas besoin de martyrs, vous allez tous les deux être soignés. Maintenant Vraska, j'ai besoin que tu comptes à rebours à partir de dix pour moi, peux-tu le faire ? »

La douleur est maintenant écrasante. Elle s'empare des muscles de Jace et le tire vers le bas. Sa poitrine est en feu, ses plaies ouvertes hurlent au contact de l'air froid. Vraska compte d'une voix faible à côté de lui.

« Dix ... neuf ... »

Alors que Jace anticipe le huit, il voit Ranna jeter un sort sur le bout de ses doigts, un léger éclat cyan qui scintille dans la lumière rasante de la pièce. Elle lève les mains, et son fils et sa bien-aimée se lèvent en même temps qu'elle. Jace veut la remercier, mais il se sent sombrer dans l'inconscience alors que Ranna leur murmure à tous deux un chant de sédation, chantant pour la première fois depuis des décennies à son fils pour qu'il s'endorme.



Il se réveille dans un brouillard d'encens et de fumée. L'expertise de sa mère a soigneusement réparti aux points nodaux de son corps : un crâne de cheval à ses pieds, des pierres de rivière à chaque plaie ouverte par les câbles, une cloche retournée sur les bandages de sa poitrine. Jace n'est pas un guérisseur, mais même lui peut sentir le flux d'énergie de chaque objet vers chaque point.

Et en tournant la tête d'un air fatigué et angoissé, il comprend où il se trouve. Ranna les a installés tous les deux dans une salle de soins qu'il reconnaît comme son ancienne chambre d'enfant. Il y a la tache sur le plafond qu'il fixait tous les soirs ; il y a, haut sur l'étagère, un fer à cheval du premier Étain. La pièce lui semble tellement plus petite maintenant qu'il est adulte. Ranna est agenouillée au-dessus de Vraska, une lumière vive éclairant la peau de sa bien-aimée, tandis que sa mère s'agenouille, les mains illuminées.

« Je ne peux pas faire baisser sa fièvre, » dit-elle.
Oh, c'est moi qui l'ai causée, lui dit Jace en guise de réponse.
« Tu es devenu guérisseur toi aussi au cours des treize dernières années ? » demanda-t-elle avec une habileté acerbe.
C'était le mieux que je puisse imaginer. J'ai ordonné à nos corps de produire de la fièvre pour brûler la phyrésie.
Ranna acquiesce. « Ton ordre a augmenté les défenses de vos deux corps pour faire ce qui m'aurait pris deux jours de traitement. » Il y a un « bon travail » quelque part dans sa voix, Jace le sent. Sa mère s'est endurcie pendant son absence. Elle lève la tête et fixe Jace. « Est-ce qu'Alhammarret n'a pas réussi à te protéger ? »
Il ne comprend pas. Me protéger ?
« De ce qui l'a tué. Nous pensions tous... » Ranna marque une pause. Elle a l'air tellement plus âgée maintenant. « Nous pensions tous que tu étais morte avec lui. C'est ce que les deux armées ont rapporté. Alors, qu'est-ce qui l'a tué ? »

Il n'y a pas d'expiation qui puisse apaiser les traits du visage de sa mère. Vryn a passé treize ans à penser qu'il était mort alors que la vérité était bien plus insignifiante. Quel enfer lui avait-il fait subir ?

La poitrine de Jace lui fait mal. Sa lèvre tremble.

Ranna plisse les yeux. « Montre-moi ce qui s'est passé. »

Sa demande fait mal au cœur de Jace, non pas à cause de la blessure qu'Elspeth a laissée dans sa poitrine, mais parce qu'elle le connaît encore. Après tout ce temps, sa mère connaît son fils et ses dons.

C'est ce qu'il fait, d'un seul coup. Tout ce qui s'est passé la nuit où il a marché pour la première fois, un aperçu des treize dernières années. Ranna sursaute et se laisse tomber sur son siège. Ce qu'il lui montre est un résumé accéléré : Alhammarret, trahison, oublier, oublier, oublier la honte, se souvenir de l'amour, de l'amour, maman, c'est mon amour, sauve-nous, on n'a pas demandé cela.

Ranna déglutit. « Il t'a menti et tu as tout oublié ? Même nous ? »

Jace n'a pas la force de hocher la tête. Sa mère cligne des yeux, visiblement en train de réfléchir, le regard fuyant comme si elle lisait quelque chose dans l'air, et Jace se rend compte qu'il fait la même chose lorsqu'il travaille sur de nouvelles informations – la ressemblance lui fait mal.

Mais c'est la question suivante de Ranna qui le prend au dépourvu. Elle appuie fortement avec son chiffon emmitouflé sur la blessure de sa poitrine et lui demande d'une voix ferme et mortelle : « L'as-tu tué ? »

Il ne peut pas répondre, il ne peut pas bouger, mais l'expression de Jace s'assombrit tout de même.

Ranna lui fait un signe de tête. « Bien. »



Jace se réveille, les bras bandés, la poitrine baignant dans une compresse à l'odeur florale mais astringente. La douleur est sourde, diffuse et difficile à cerner ; un sort doit la masquer. Il prend une inspiration rauque et cligne des yeux ; la fièvre est toujours là, mais le petit tas de métal et de câbles dans le coin indique que son corps lutte encore contre la phyrésie.

Vraska est endormie sur la table à côté de lui. Jace sent quelque chose à proximité, une énergie frénétique et vivante, comme le soleil d'été, et remarque une longue plume orange posée sur le front de la jeune femme. Il peut en voir les bords scintiller, une boucle de plasmide qui se prolonge sur les bords de la plume comme une bougie longuement allumée. Il la regarde brûler sans se consumer lorsque Ranna entre, une teinture dans une main et un bol de soupe dans l'autre.

« Qu'est-ce que ça fait ? » croasse-t-il en remarquant la rémige.
– C'est une plume de phénix. Tu la sens ? Elle était sur toi avant, quand tu étais inconscient. » Ranna sourit. « C'est une alternative au remplacement d'organes que j'ai développée. Elle renouvelle complètement les tissus vivants, détruit les organes affectés, accélère la nécrose, puis transforme ces tissus morts en un substitut vivant. Je parie que tu pensais être le seul prodige de la famille.
– Je ne savais pas que j'avais une famille depuis treize ans.
– Eh bien. Tu en as une. » Ranna fait une pause, réfléchit. « Et tu as bien réussi. Vraska est belle, » dit Ranna en la regardant avec un sourire. « Est-elle gentille ? »
Jace sourit. « Elle est gentille avec ceux qui le méritent.
– Alors elle est sage aussi. » Ranna dépose la soupe et les médicaments à ses côtés. « A ce rythme, je pourrai la réveiller demain. Continue à faire ce que tu as à faire, petite. Ça aide. »

Jace n'avait pas cessé de leur donner des ordres mentaux à tous les deux. Tu as un virus. Brûle, combats. Élimine le virus. Les ordres tournent en boucle au fond de son esprit. Cela le fatigue, mais il essaie de ne pas y penser.

« Je suis désolé de ne pas être venu plus tôt, dit-il doucement. J'avais honte de vous avoir oubliés. »
Ranna acquiesce, la bouche serrée. « J'ai honte de ce que je suis devenue après ta mort, ton départ. »

Jace est heureux que ses parents aient supposé un instant qu'il était mort. Il remarque la bouteille d'alcool vide sur la table derrière elle.

Elle extirpe une autre plaque de métal de la peau de Vraska et pose rapidement une main sur l'endroit pour le baigner de lumière. « Je pense que ça veut dire qu'on est quittes. »
Elle enferme ses sentiments si facilement, pense Jace, mais peut-être qu'il l'a toujours su. « Où est papa ? » Demande-t-il.

Elle hausse un peu les épaules. C'est un petit geste vide de contenu. Il comprend.

« Nous nous sommes séparés. Il est parti à la frontière en tant qu'ingénieur de l'anneau mage. Je me suis engagée dans l'armée en tant qu'infirmière de terrain. Soigner les vivants me semblait plus utile que de développer la théorie de la guérison. Ça a été un Armageddon après l'autre par ici. Toutes sortes de milices qui prennent le pouvoir, puis se font tuer, puis une autre prend le pouvoir... » Elle s'arrête, secoue la tête, expire d'un souffle encore plus tremblant. « Jace... cette guerre t'est tombée dessus trop tôt. Je n'aurais jamais dû laisser t'approcher ce sphinx. » Elle lui prend la main. Ils partagent un regard chargé. « Mais même si tu n'étais pas devenu son apprenti, la guerre serait venue pour toi aussi. Les guerres viennent toujours. »

Il sait. Il sait. Il sait.



Il va maintenant assez bien pour marcher jusqu'au lit que sa mère a installé dans le salon. Cela fait peut-être deux jours, ou peut-être deux mois. Il ne peut pas vraiment le dire. La plupart du temps, il dort, d'un sommeil profond et réparateur. Il n'a jamais aussi bien dormi de sa vie. Il cligne des yeux pour se réveiller après sa deuxième sieste de la journée, rappelant automatiquement à son corps d'éteindre l'alerte de la douleur causée par ses blessures encore en cours de guérison. La voix de Vraska, assise à la table, le fait sursauter.

« Je ne comprends pas comment ils ont pu savoir que c'était lui. »
Sa mère fait un bruit neutre. « Le général l'a reconnu, il était... influent, quand il était plus jeune. On ne peut pas le laisser dans la rue, ou alors il faut qu'il se déguise. Il y a un mandat d'exécution. »

Ils parlent de lui. Ce qu'il a fait. Jace décide de se taire et d'écouter.

« ... ce n'était pas nous, Ranna. » Vraska est calme, mais il entend sa colère face à l'injustice. « Nous n'avions pas le contrôle. Comment sommes-nous censés être tenus responsables d'actions que nous n'avons pas choisies ?
– Ce n'est pas le cas. Je pense qu'il suffit de recommencer. » Sa mère marque une pause. On entend le bruit de l'eau qui coule, du sucre qui tombe dans une tasse. Vraska murmure un remerciement. « Comment as-tu rencontré Jace, Vraska ? »

S'il te plaît, ne dis pas la vraie réponse, désire-t-il.

« Sur une île. »

Il soupire de soulagement.

« Il était beau, drôle. Curieux à souhait. »

Jace se sent rougir.

« Il a toujours été curieux, dit Ranna. Une fois, il voulait savoir ce que je faisais à l'hôpital, alors il m'a suivie en cachette. Je ne l'ai découvert que lorsqu'il est tombé sur moi en pleine opération, mon repas dans les mains. »
Vraska sourit avec hilarité, toutes dents dehors. « Quelle crapule ! »

Jace ne peut pas les voir clairement sous cet angle, mais il voit la fatigue dans leurs silhouettes respectives, la façon dont leurs ombres s'étendent largement et solidement le long du mur dans la lumière de la lampe. Même dans les silences de la conversation, ces deux femmes dominent tout l'espace.

« Il a toujours voulu bien faire. Nous ne l'avons compris que bien plus tard, mais il utilisait sa magie bien plus tôt que nous ne le pensions. Une fois, quand il était jeune, il était si contrarié que le cheval de notre quartier soit malade, qu'il a créé une copie du cheval et a essayé de le harnacher. Bien sûr, nous ne savions pas que c'était Jace qui l'avait fabriqué. C'était avant que nous ne sachions qu'il était télépathe, et encore moins illusionniste. Nous l'avons trouvé avec le cheval et avons supposé qu'il était tombé sur un sort d'espionnage. Pauvre Jace, il était fou de rage quand la selle lui tombait sur le dos.
– Il a créé une illusion cohérente quand il était enfant ? »
Ranna hoche la tête, un sourire aux lèvres. « Oh, oui, le cheval du quartier s'appelait Étain. Jace était tellement bouleversé quand il est mort. Il a gardé ce double pendant des semaines. Je crois qu'il aimait la copie d' Étain plus que le cheval lui-même. »
Vraska se tait. « Ranna, merci pour tout ça.
– Comment ça va aujourd'hui ? » Sa mère posait toujours cette question pour demander aux patients quel était leur niveau de douleur. Jace se souvient qu'elle lui demandait la même chose chaque fois qu'il rentrait de l'école.
Vraska se fait toute petite. « ... Je me souviens de trop de choses. Ce n'était pas moi, mais j'ai... tué, blessé, tant de gens. Je ne sais pas comment redevenir chef de guilde. »
Ranna lui prend la main. « Je vais te dire ce que je n'ai jamais pu dire à mon fils, entend Jace, invisible dans l'autre pièce, l'ancien toi est mort. Tu ne pourras plus jamais être cette personne. »

Le souffle de Jace se bloque dans sa poitrine.

« Vous êtes bien la mère de votre fils, dit doucement Vraska. Merci, Ranna. »

Vraska a l'air rassurée, mais Jace ne l'est pas du tout. L'ancien lui est mort, sa mère a raison. Le Pacte des guildes vivant, le preneur de serment, le pirate, l'arme de guerre du sphinx. Cette personne est morte lorsque Phyrexia a volé son corps pour tuer ses compatriotes.

Il est quelqu'un d'autre.



Ils se tiennent à la limite de l'étrangeté, un large triangle bleuté dont l'aspect, la sensation et l'odeur sont si familiers que leurs cœurs battent au même rythme que son pouls. C'est nouveau et familier à la fois, et l'étrangeté de voir une manifestation physique de ce qui était autrefois privé et individuel leur semble corrompue, perverse. Jace sent Vraska se raidir et se sentir mal à l'aise au fur et à mesure qu'ils se rapprochent. Ranna leur a parlé du portail, rentrée à la maison toute excitée pour parler du très gentil kor qu'elle a rencontré à l'hôpital, et maintenant ils se trouvent devant lui, une Percée de présage. Jace leur a donné un autre visage pour éviter les soupçons (et son mandat d'arrêt).

Vraska regarde la Percée de présage avec dédain en inspectant les bords. « Ce n'est pas censé exister. »

Jace s'attendait à trouver de l'optimisme dans le portail, un moyen de connecter davantage le multivers, mais maintenant, debout devant lui, tout ce qu'il voit, c'est la conséquence. « Tout ce que nous avons fait en tant que Sentinelles, nous n'avons pu le faire que parce que les menaces étaient contenues. Regarde ce que Bolas et Tezzeret ont fait avec un seul portail. Et maintenant, ça... ?
– À cette échelle, il y aura des conquérants qui collectionneront des plans, des crétins qui répandront la violence dans le multivers, et il n'y aura aucun moyen de les arrêter. Pas de moyen de les retenir et de les freiner. Aucun moyen de les punir. » Vraska le regarde. « Jace. Nous devons faire quelque chose. »
Jace comprend, mais son épuisement pèse trop lourd. Les blessures sont trop fraîches. « Pourquoi nous ? »

Elle a l'air exaspérée, mais tout ce que Jace peut faire, c'est prendre sa main, la serrer pour lui rappeler ce qui est réel, ici, maintenant.

« On s'en est sortis vivants, Vraska. Ça me suffit. Je veux réfléchir à ce qui nous attend. »

Leurs regards se croisent.

Et la suite ? Jace se souvient de la question de sa mère : « Est-ce ta femme ? » La vision qu'il a d'elle en costume vrynien, les bleus et les motifs de sa famille complétant le vert de sa peau. Il imagine qu'ils ont un enfant. Le regard de la jeune femme indique qu'elle imagine un avenir similaire.

« Tu ferais un très bon parent, dit-elle.
– Toi aussi.
– Nous aurions besoin de...
– D'adopter, » dit rapidement Jace. Puis il sourit en rougissant. « Je ne pense pas que ça marcherait autrement.
– Adopter, » acquiesce rapidement Vraska en grimaçant, « Je pense qu'on le saurait déjà si c'était le cas. »

Elle se fend d'un rire rauque. Jace ne peut s'empêcher de sourire à son tour. Ça fait du bien de la voir rire à nouveau, surtout de la voir rire de l'impossibilité de leur descendance. Le multivers n'est qu'une misérable entropie, mais il y a un sens dès qu'ils se serrent les mains.

Comme si elle lisait dans ses pensées, les lèvres de Vraska se pincent. « Cela a-t-il un sens d'élever un enfant dans ce multivers ? dit-elle, inquiète. Est-ce qu'on peut y réparer quelque chose ?
– J'en ai marre des réparations, soupire Jace. Quel est l'intérêt de réparer quand tout va s'écrouler de toute façon ? »
Sa bien-aimée, celle qui allait devenir sa femme, regarde la Percée de présage avec une expression hantée. « Le multivers est trop brisé pour être réparé. »
Jace pense au feu. À la plume de phénix qui lui a ramené Vraska. « Et si nous faisions autre chose que de le réparer ? »



Une idée tentante et odieuse bat en arrière-plan de leur monde comme un battement de cœur. Elle est urgente et implacable, et une fois qu'ils ont tous deux réalisé que l'autre y pensait, il est devenu impossible de détourner le regard de cette contagion. Ils rêvent d'abominations, de révolution. De la facilité et de l'attrait des plumes de phénix.

Pendant les mois qu'ils passent sur Vryn, Jace et Vraska discutent et, avec le temps, acceptent que leurs anciennes vies soient terminées.

Ils parlent du fait qu'une guerre suivra toujours les autres, et que le multivers ne se plie qu'à la souffrance. Une souffrance que les leurs accélèrent.

Et ils parlent du fait que parfois, la nuit, Jace sent encore le pouvoir du sylex danser sur ses nerfs.

Ils conviennent que l'option la plus juste est celle qui ouvre un avenir à tous, et ils déplorent que le coût de cette liberté soit élevé. Réparer ne lave pas. Restaurer n'efface pas. Mais renaître... renaître fait les deux.

Le télépathe et la gorgone rêvent de plumes de phénix.

Rien ne meurt, dit-elle, tout ne fait que se transformer...
... car le changement est la seule constante,
termine-t-il.

Leur intention crépite dans les braises et déploie ses ailes depuis les cendres.



Il y a neuf ans, sur Croisetonnerre

Jace est douloureusement jeune, à peine vingt ans, il erre sur la terre rouge à l'ombre d'une grande amarante, dont les courbes s'étendent très haut dans un large ciel. Des chevaux sauvages broutent au loin, ce qui lui donne un sentiment de vide.Il cherche un plan qui lui rappelle un endroit qu'il devrait connaître mais dont il ne se souvient pas.

Tezzeret l'a envoyé ici pour trouver quelque chose dont le grand dragon Nicol Bolas avait peur. D'après le ton de la mission, Jace a compris que Tezzeret n'a pas pu entrer sur le plan.

Jace se tient donc devant l'entrée principale de la chambre forte des Fomori. Il ferme les yeux et pose une main sur la porte, incertain de l'utilité de la télépathie là où la télékinésie semble plus utile.

Et pourtant, à sa grande surprise, il sent un esprit au fond de la chambre forte, en pleine torpeur, juvénile et silencieux. Il y a une barrière entre les deux, quelque chose qui l'empêche d'atteindre psychiquement l'intérieur.

Lorsque Jace revient pour annoncer à Tezzeret ce qu'il a trouvé, le chef du Consortium Infini se contente de se moquer.

« Super, encore un gamin bizarre. »

Ils ne reparlèrent plus jamais de la chambre forte des Fomori.



Il y a deux ans, sur Ravnica

Mais des années plus tard, dans un moment de curiosité, Jace se souvint de ce qu'il ne fallait pas oublier et trouva la réponse qu'il cherchait dans les mois qui suivirent la Guerre des Planeswalkers, autour d'un thé avec une amie très chère.

« J'ai entendu parler de cette chambre forte, oui. Il y en a d'autres semblables, sur des plans de tout le multivers. Des reliques d'un ancien empire oublié depuis longtemps. Oublié pour la plupart, en tout cas, dit Tamiyo en posant sa tasse et en sortant un parchemin de sa sacoche. Veux-tu entendre son histoire ? »



Les trois conspirateurs, Ranna, Vraska et Jace, se tiennent dans le salon. Ils sont guéris et débordent d'énergie, bien décidés à atteindre leur destination.

Jace embrasse sa mère et sent l'alcool dans son haleine.

« Une fois par semaine, dit Ranna en serrant la main de son fils.
– Une fois par semaine, » confirme-t-il en lui serrant la main à son tour, une grande tristesse dans les yeux.
Vraska serre Ranna dans ses bras : « Je suis si heureuse de vous avoir rencontrée. Vous nous avez donné une seconde chance. Merci. »
Elle donne un coup de coude à Jace. « Je te laisse un moment, » dit-elle avant de se diriger vers la cuisine, pour laisser seuls Jace et sa mère.
« Merci, maman. Tu nous as sauvé.
– Tu m'as sauvée, répond-elle en serrant à nouveau la main. Et tu m'as abandonnée... Je ne sais pas si je peux te le pardonner. Mais je sais que ce n'était pas ta faute.
– Alors qui est à blâmer ? Pour mon oubli, pour le départ de papa, pour la guerre... »
Ranna hausse les épaules. Elle a l'air si fatiguée. « Il n'y a ni faute ni raison. Je suis désolée, mon enfant. Le monde se plie au malheur. »
Il la serre à nouveau dans ses bras. « Pas cette fois. Nous allons tout arranger, maman.
– Si quelqu'un peut le faire, c'est toi, mon miracle. » Elle l'embrasse sur le front.

Vraska revient, et ils se serrent la main, prêts à transplaner pour la première fois depuis des mois.

« Prêt ?
– Prêt. »

Jace s'avance dans l'oubli et Vraska fait un pas sur le tapis.

Ses yeux sont écarquillés. Jace a l'impression d'avoir les oreilles qui se bouchent, comme si la pression était montée et qu'un espace avait été laissé en l'air à l'endroit où se tenait Vraska. Il recule vers Vryn, tâtant l'épaule de Vraska. Elle s'avance, portant la main à son cœur, à sa gorge, à sa tête, tapotant et tâtonnant pour trouver quelque chose qui n'est pas là. Elle titube, grimace sous l'effet de la douleur, et au moment où Jace se penche pour l'aider, elle laisse échapper un sanglot haletant.

« Je ne peux pas la sentir. Je ne peux plus la sentir.
– Sentir quoi ?
– Je ne peux pas transplaner ! Tu peux ? »

Instantanément, il laisse son corps se déplacer, se tenant à moitié à l'intérieur et à moitié à l'extérieur des Éternités aveugles, ses pieds et ses jambes vibrant de sa propre lueur céruléenne. Vraska ferme les yeux, se concentre et halète. « Elle n'est plus là. »

Elle s'effondre sur une chaise voisine et Jace se rapproche d'elle pour l'étreindre.

Vraska respire trop vite, ses bras tremblent de peur. Soudain, elle appuie son front sur le sien. « Trouve-la, » ordonne-t-elle.

Jace comprend tout de suite ce qu'elle veut dire. Il ouvre l'esprit de Vraska au sien et y plonge.

Il cherche, scrute chaque partie de chaque porte qu'elle laisse ouverte, mais rien. Cette chose, son étincelle, quoi que ce soit qui lui permette d'user du don qu'ils partagent, elle n'est pas là.

Lorsqu'il émerge, ce sont ses larmes qui signalent à Vraska qu'elle n'est plus là.

Elle pleure ouvertement, et c'est la première fois que Jace l'entend pleurer. Il pense à ses collections, à toutes les merveilles qu'elle aime de ses voyages, et à tous les endroits où ils étaient censés aller ensemble.

« Je ne sais pas qui je suis sans ça, » murmure-t-elle entre ses bras.

L'ancien toi est mort.

Nous ne pourrons plus jamais être ces personnes.


Jace pleure avec elle l'absence de sens de tout cela et se promet de donner un sens à leur vie.



Ranna refait leur lit. Vraska déballe son sac. La calamité qu'ils conspirent prend une nouvelle urgence.

Elle transforme son chagrin en but avec une alchimie furieuse, s'empare du mur près de la bibliothèque et complote comme si sa vie en dépendait.

Et Jace, chargé d'intentions secrètes, se met au travail.

Il y a douze mois, sur Eldraine

Jace aime Eldraine ; les règles qui régissent ce plan sont rieuses et chaotiques à première vue, mais elles se cristallisent en un sens parfait quand on apprend à les regarder. Il admire la logique qui se cache derrière cette fantaisie.

Il est venu dans cette prison pour trouver une prisonnière – assommer les gardes est assez facile, si facile qu'il n'a même pas besoin d'être invisible pour le faire. Les armures des gardes s'entrechoquent alors qu'ils s'effondrent dans un rêve commun. Enjambant un corps, Jace fait courir le bout de ses doigts le long des murs de pierre. Il parcourt la longue rangée de portes scellées et jette une illusion pour emprunter un visage, ses traits se brouillent et s'effacent pour laisser place au visage le plus effrayant et le plus utile qu'il connaisse.

Il faut que ce soit quelqu'un en qui personne d'autre ne peut avoir confiance, avait dit Vraska. Quelqu'un sur qui personne ne poserait de questions.

Jace avait rencontré Ashiok une fois. Une fois, c'était suffisant.

Il ralentit sa démarche et simule l'illusion ; un glissement léger, les coudes levés, les mains délicates malgré les griffes, le menton incliné vers le haut. Jace se souvient de ce que Judith, de Rakdos, a confié un jour : un grand spectacle n'est jamais un fac-similé ; il doit toujours être construit à partir d'une vérité. Plus il porte d'illusions, plus il devient convaincant ; Jace a trouvé tant de vérités au cours de l'année écoulée. En cet instant, il fait remonter à la surface un souvenir puissant et virulent, la sensation de savoir que l'on est terrifiant, avec le sang qui coule à flots, dans le blanc des yeux. Il l'a déjà ressentie auparavant, la sensation que les autres ont peur de lui. Jace la détestait à l'époque, mais aujourd'hui, peut-être, il y a du pouvoir dans le fait d'être monstrueux.

C'est un rôle avec lequel il devra se sentir à l'aise – ce ne sera pas la dernière fois qu'il portera ce visage. Enfin, la moitié d'un visage.

Dans la cellule au bout de la rangée de portes se trouve Eriette, la sorcière maléfique.

Jace en Ashiok sourit sans regarder et enroule ses doigts autour des barreaux de sa cellule.

Eriette lui rend son sourire. « Eh bien, mon cher, qu'est-ce qui vous a pris tant de temps ? »



Il y a six mois sur Ixalan

Vraska déteste être ici sans lui. Elle ne restera pas longtemps. Elle avait prévu d'aller à Ixalan. Donnons à nos amis quelque chose à faire, suggéra Jace à son tour. Il avait suivi plusieurs étrangers à travers plusieurs Percées de présage pour trouver celle qu'elle pouvait emprunter en toute sécurité – Vraska s'améliorait pour ne pas être contrariée d'avoir besoin d'aide.

Elle savait que ce plan mènerait ensuite à Croisetonnerre, ce qui était quelque chose à attendre avec impatience – enfin, elle travaillerait aux côtés de son partenaire de crime masqué par une illusion. Quand Jace avait proposé son déguisement pour leur mission, elle l'avait taquiné en lui disant que c'était une physionomie trop drôle pour que ça passe, et bien sûr, après des nuits de répétition dans le salon et de frayeur pour sa mère, ils ont tous été d'accord pour dire qu'il avait fait le bon choix. Il s'avère que c'est un bon acteur. Heureusement, elle aussi.

La ville flottante de La Rade est telle qu'elle s'en souvient, animée, grinçant au gré des vagues. C'est un endroit où elle est heureuse de retourner. C'est ici qu'elle se sent le mieux. Il lui faut moins d'une heure pour trouver la personne qu'elle cherche dans les allées grinçantes et sur les quais. Elle est soulagée ; s'ils n'étaient pas ici, ils seraient sur le Belligérant au milieu de la mer.

Braies est facile à entendre, et Malcolm est facile à repérer.

« CHAMPIGNON GÉANT, hurle le gobelin. CHAMPIGNON GÉANT. TROP D'OPINIONS.
– Conscient, corrige patiemment la sirène. Il était conscient... »
Vraska sourit et sort. « Salut, les gars. On dirait que vous avez besoin d'un travail. »
Leur réponse est enthousiaste, débordante de larmes de joie, un cri égal de la sirène et du gobelin : « CAPITAINE ! »



Le mois dernier sur Ravnica

Jace rôde dans les bas-fonds de la guilde Golgari. Cela fait un moment qu'il suit sa cible.

Proft et Etrata négocient avec Izoni.

Comment pouvons-nous le manifester ? avait demandé Vraska. Il y a un détective chez nous qui peut projeter son empreinte psychique dans la réalité, avait rappelé Jace. Son amour avait acquiescé, épinglant une note au mur. Nous devons discerner en quoi ses capacités diffèrent des tiennes, dit-elle. Entrer dans sa tête.

Jace observe désormais leur conversation depuis l'ombre. Se tenant juste assez loin dans la lumière pour être repéré, il attend comme un leurre. Enfin, le détective lève les yeux, les yeux rétrécis, et Jace s'élance. Il sent l'alarme de Proft, la façon dont il le poursuit derrière lui – Proft est vif, plus rapide que Jace ne s'y attendait, mais il court comme prévu. La cape de Jace s'enflamme derrière lui. Il prépare un tuyau de plomb et s'esquive au coin d'une rue juste au moment où il sent la main désespérée du détective.

Jace se retourne, balance le tuyau du mieux qu'il peut et sent un contact satisfaisant lorsqu'il renverse Proft au sol.

Vraska serait si fière de sa violence. Jace sourit. Il s'agenouille, tend la main, ses yeux s'illuminent, et le lien mental est établi.



Aujourd'hui, sur Croisetonnerre

La chaleur du désert est légère et piquante. Jace se débarrasse de sa cape en guise d'aumône à la roche et au sable. Il la laisse pliée et oubliée sur le bloc de grès sur lequel il s'appuie, sous l'ombre chétive d'un pin pignon odorant. Il n'y a pas de bruit dans le lieu de rencontre qu'ils ont choisi, ou du moins pas de personnes – un mouflon sur la paroi rocheuse au-dessus attire son attention, mais quelques instants plus tard, tout ce qu'il peut entendre, c'est le cœur battant de son impatience. Elle arrive.

Un rocher s'écroule au loin, et Jace voit Vraska qui porte leur rapine sur les rochers et les éboulis d'une colline ombragée.

Il est vivant, et c'est incroyable. Ils se doutaient qu'il serait dans un état d'animation suspendue, mais ne s'attendaient pas à ce qu'il soit si jeune. Vraska le porte maintenant, tout rond comme un bambin, et le garçon (le texte de Tamiyo disait qu'il s'agissait d'un garçon) semble tout à fait heureux de découvrir le monde qui les entoure. Il s'accroche désespérément à elle, et Jace se demande s'il ne se souvient pas de ses propres parents.



« Rebonjour, dit Vraska avec un sourire complice. Merci d'avoir enlevé ton masque en caoutchouc.
– Ha, ha, » lâche Jace en souriant bien que son rire fût faux. Ils s'enlacent. « Quoi, tu ne veux pas m'embrasser sans les yeux ? »







« C'est l'absence de nez, j'ai l'impression d'embrasser l'intérieur de ton visage. C'est mieux.
– Bien. Est-ce que c'est...
– Il a eu une grosse journée, » dit doucement Vraska en faisant rebondir le trésor des Fomori sur sa hanche. Elle le laisse descendre, et Jace se retrouve instinctivement à genoux et tend la main.

« Bonjour, » dit-il. L'enfant se réveille en signe d'attention – il le comprend, c'est bien. « Je m'appelle Jace. Comment t'appelles-tu ? » L'enfant gazouille un peu, et Jace est presque sûr que c'est le langage le plus proche de la langue parlée qu'ils auront pour le moment. « Je suis télépathe, ce qui veut dire que je peux lire dans les pensées. Est-ce que je peux lire dans ton esprit pour pouvoir dire ton nom correctement ? »

D'abord incertain, puis heureux d'acquiescer, l'enfant niche sa tête sous la main de Jace.

Les yeux de Jace s'illuminent et il sursaute.

« Qu'est-ce qu'il y a ? » Vraska s'agenouille, inquiète, tandis que l'enfant tressaille légèrement en réponse. Jace secoue la tête en signe d'assurance.
« Ce n'est pas grave ! Je suis désolé. Je ne voulais pas vous faire peur à tous les deux. » Une larme glisse sur sa joue. L'effroi l'envahit. « Il s'appelle Rapine. »
Vraska secoue la tête. « Ses parents s'appelaient Pillage et Saccage ?
– Vraska.
– Désolé, Rapine. » Elle le caresse pour s'excuser, mais l'offense semble être passée au-dessus de son adorable tête. « Tu es toujours là, » dit-elle en faisant référence à la lumière bleue dans les yeux de Jace et à son regard lointain.
« Nous savions que ce serait une carte mais... dieux, je n'avais pas réalisé que ce serait comme ça.
– Tu le vois ?
– C'est... C'est tout le multivers. Je peux voir chaque plan comme un point de lumière, et à l'intérieur de chaque point, d'autres à leur tour où ils se connectent à d'autres endroits ... Ce sont des Percées de présage. Vraska, c'est en temps réel. Je vois des plans naître de l'Arbre-Monde, des plans se dissoudre dans des trous noirs d'éther. C'est le moyen d'aller de chaque point à chaque point. Vraska... Tu peux t'en servir pour voyager à nouveau dans le multivers. »
Il la sent tendue. « C'est la carte du point d'arrivée de chaque Percée de présage ?
– Chacun d'eux. » Il serre sa main avec la sienne. Il frissonne.
« C'est comment ? » demande Vraska.
Un sourire doux et délicat se dessine sur son visage. Il pouffe et ne prend pas la peine de cacher sa vénération. Lorsqu'il répond, son regard la transperce presque. « C'est comme regarder l'éternité. »

Jace termine et s'essuie les yeux. Il garde son attention portée sur Rapine.

« Tu as fait du bon travail. Merci, Rapine. » Il le regarde dans les yeux et Rapine se rapproche. « Rapine, il faut que tu saches que Vraska et moi allons te protéger de toutes nos forces. Nous te protégerons, » promet Jace. Il regarde sa bien-aimée et voit Vraska hocher la tête, chaleureuse et sérieuse. Rapine gazouille avec une affection redoublée. Jace jette un coup d'œil à Vraska. « Et j'imagine que tu as besoin d'un peu de calme.
– Surtout d'un bain, » sourit-elle en l'embrassant.

C'est donc un bain qu'ils cherchent.

Ils le trouvent dans une ville voisine à quatre chevaux, au sein d'une auberge du genre où on ne pose pas de questions.

Dans le calme de leur chambre à l'auberge, Jace tient Rapine, endormi et satisfait sur ses genoux. Il passe affectueusement ses pouces sur le front de l'enfant. L'enfant avait gentiment lancé l'invitation, et Jace s'était assuré qu'il était à l'aise en retour. L'examen de son esprit est bouleversant. Là où l'intérieur habituel était cristallin et délicat, celui de Rapine était vaste, solide comme l'acier et, pour autant que Jace puisse en juger, sans fin. Jace ferma les yeux, parcourant la carte dans l'esprit de l'enfant et interrogeant Vraska sur ses voyages.

«  Et un plan avec un endroit qui s'appelle Qarsi ? Tu y as été ? »
Vraska apporte son café. « Oui, j'y suis allée ! C'est un palais et la colonie qui l'entoure. La bannière violette dans la cuisine. » Elle sourit et, dans un joyeux demi-ton, ajoute à Rapine : « Il sait comment se rendre à Tarkir.
– A quoi ressemble Tarkir ? » demande Jace.
Vraska s'assoit sur le lit à côté d'eux et caresse doucement le museau de Rapine, pour son plus grand plaisir. Elle joue avec sa voix en parlant, frottant ses pieds fatigués mais adressant la réponse à Rapine avec chaleur et une intonation enfantine. « Tarkir est magnifique, massif. Il y a de grandes montagnes, des jungles épaisses, des steppes étendues, et beaucoup de peuples différents. Mais si tu connais Tarkir, c'est que tu sais comment nous réapprovisionner en bon thé.
– Est-ce qu'ils ont du bon café ? »
Elle sourit et ronronne une promesse dangereuse : « Ils ont du café froid.
– Attends, sérieusement ?
– J'en ai eu à Qarsi. Ils utilisent un sort pour le refroidir, puis ils mettent de la crème sucrée dessus. »
Jace plisse les yeux. « Où ? »

Un bref échange mental, deux verres de café pris au bar, une promenade en solitaire, et vingt minutes plus tard, Jace revient de l'éther avec deux verres pleins de café froid et sucré et six paquets de nourriture fraîche. Vraska et Rapine applaudissent à son arrivée, et Jace distribue le repas.

Pour la première fois depuis des décennies, Jace se souvient de la fortune de sa famille. L'odeur du curry de poisson, du porc braisé, du riz gluant et des nouilles fermentées descend les escaliers pour se mêler au tabac, au whisky et au piñon du saloon en contrebas. Jace sourit et embrasse sa bien-aimée tandis que l'enfant dans la pièce rit, n'étant plus seul. Ce moment est un présage. C'est un présage.

Demain, ils traverseront tous les trois un portail qui ne devrait pas exister pour se rendre sur un plan qui ne les verra pas arriver, ce qui est exactement ce que veut Jace. Ils feront leurs bagages, se débarrasseront de la poussière d'un plan et hisseront Rapine sur leurs hanches. Jace et Vraska baisseront leurs manches sur les cicatrices de leur phyrésie, embrassant les plaies cicatrisées de leurs bras. Le tissu cicatriciel est leur pacte. C'est la reconnaissance commune que non seulement les mauvaises choses arrivent, mais qu'elles arrivent aussi sans raison. Ce multivers est un maelström sans fin. Il n'y a aucun espoir d'éliminer la cruauté et l'injustice de l'existence. Mais dans ces cicatrices, dans ce pacte, leur étrange petite famille porte avec elle l'espoir qu'elle a choisi.

Jace s'avancera vers la Percée de présage, plein d'optimisme et de détermination. Il tiendra fermement la main de sa bien-aimée et de leur enfant et marchera dans les Éternités aveugles d'un Multivers misérable en se disant avec résolution et le feu du phénix : La nôtre sera meilleure.

Résumé



La mère de Jace, guérisseuse, s'occupe de lui et de Vraska, bien qu'elle n'ait pas vu son fils depuis treize ans – elle le croyait mort. Incapable d'expliquer ce qui lui était arrivé, le mage de l'esprit lui donne simplement accès à tous ses souvenirs : Alhammaret, grand arbitre qui se sert à répétition des grands pouvoirs du jeune Jace pour attiser la guerre sur Vryn, et lui efface chaque fois la mémoire ; et puis, le jour où il a retrouvé les souvenirs de son enfance, il n'ose pas y retourner.

Vraska et lui, une fois remis, sont désespérés face à l'état du Multivers : la gorgone voudrait faire quelque chose, surtout depuis que les Percées de présage rendent toute menace multiverselle, mais Jace en a assez de combattre, de réparer. Il veut seulement vivre sa vie avec elle ; et vivre sa vie, ça implique d'avoir un enfant – ce qu'ils ne peuvent faire biologiquement. Ils adopteront !

Après avoir contribué à des conspirations sur Vryn, pour mettre le plan entre de meilleures mains, ils décident de partir, de transplaner ; mais Vraska n'y arrive pas. Jace sonde son esprit : elle a perdu son Étincelle. Ils trouveront une solution pour qu'elle puisse se déplacer librement.

Cette solution se trouve sur Croisetonnerre, un plan que Jace avait déjà visité, à l'époque où il était sous les ordres de Tezzeret : il avait sondé, sans l'ouvrir, la chambre forte de Maag Taranau, et y avait senti un esprit, jeune, endormi – puissant ; Tamyio lui avait aussi raconté l'histoire de l'empire oublié des Fomori, dont la chambre forte est une des nombreuses caches. Alors ils échafaudent leur plan pour récupérer cet enfant.

Jace, en maître illusionniste, se donnera l'apparence d'une personne en qui nul ne peut avoir confiance : Ashiok. Sous cette forme, il libère Eriette de sa prison, pendant que Vraska réunit Braies et Malcolm, membres de son équipage alors qu'elle était capitaine sur Ixalan, pour que leur casse ait lieu.

Et comme nous l'avons vu, le casse a été réussi : ils ont récupéré l'enfant, qui se nomme « Rapine », d'après ce que Jace a sondé dans son esprit... et quel esprit. Il y trouve une carte du Multivers entier, tous les plans, qui naissent et disparaissent, et les percées de présage, leur direction... Bref, grâce à lui, c'est presque comme si Vraska allait de nouveau pouvoir transplaner.

Alors c'était comment ?

Vous aussi, louez son œuvre !


Si vous êtes l'une ou l'un de celles et ceux qui ont choisi la rébellion contre le brouillard de la toile qui étouffe les esprits, identifiez-vous pour participer. Sinon vous avez encore une chance d'éveiller vos sens, en rejoignant notre communauté de Magiciens Fous.

Le Dark Mogwaï

Retrouvez le Dark Mogwaï et la communauté des Magiciens Fous sur :

Obscur confident : Je le sens vraiment mal pour ma pomme là, regarde il vient d'engager une montagne !
Détrousseur Ondin : Pas de soucis, j'ai la solution. Druuubb !
Drubb de boue : Coucou, c'est moi les copains !

"CRRRIIIIIISHH"

Obscur confident : Ça sens le cramé la non?
Détrousseur Ondin : Tu aurais voulu être à sa place ?
Obscur confident : Non...
Détrousseur Ondin : Bah voilà.

—Les Keny du Multivers, Dernier chapitre : La fin du Drubb qui voulait s'asseoir

Proposé par Mule41 le 09/01/2014

Le sondage du bas d'en bas de la page
Que des petites frappes à Croisetonnerre. Quel·le hors-la-loi aurait dû trainer ses bottes là-bas ?

Résultats (déjà 228 votes)