Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Epilogue 1 : Mener à sa fin - Magic the Gathering

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Epilogue 1 : Mener à sa fin

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Epilogue 1 : Mener à sa fin

Jace, au bout du Multivers – ou comment lui et Vraska ont survécu à la phyrésie.

  La storyline de Magic / Les Hors-la-loi de Croisetonnerre

Jace, au bout du Multivers – ou comment lui et Vraska ont survécu à la phyrésie.

  La storyline de Magic / Les Hors-la-loi de Croisetonnerre



Articles

le , par Drark Onogard
453

Jace, au bout du Multivers – ou comment lui et Vraska ont survécu à la phyrésie. Vous trouverez l'article original écrit par Alison Lührs ici, et un résumé à la fin de cette traduction opérée par les petits soins de votre humble serviteur.

Cet épilogue vient expliquer comment Jace et Vraska ont pu survivre alors qu'ils étaient parachevés, et fait donc référence à l'histoire de l'Invasion des Machines, dont vous trouverez un résumé ici et . Le rapport avec Les Hors-la-loi de Croisetonnerre ? Allez lire de ce pas les histoires ou leurs résumés, déjà publiés sur notre site !

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre. Épilogue 1 : Mener à sa fin



Un an plus tôt. À l'Arbre d'Invasion.

Tout ce qui reste à la fin du voyage, c'est une catastrophe : Jace a mis la main sur le sylex, Phyrexia va réussir son invasion, et il ne lui reste plus qu'à essayer désespérément d'expliquer à ses amis pourquoi l'anéantissement est le seul chemin vers la paix.

Ils essaient de l'en dissuader, mais ils ne voient que ce qui leur semble juste et non ce qui est vrai. Ils n'écoutent pas. Le cœur de Jace souffre pour les milliards et les milliards de personnes qui survivront pour souffrir et assister à leur propre anéantissement, et il aimerait que la seule personne dont le sens moral est aussi inébranlable que la pierre soit là pour défendre son argument : le Multivers ne peut pas perdurer si Phyrexia survit. Nous devons le laisser repartir à zéro.

Même si nous gagnons, des milliers de plans mourront. Si nous perdons, toute existence est abandonnée. Nous devons aux plans et aux générations suivantes de leur offrir un Multivers non pollué par Phyrexia.

Ils doivent agir. Jace sait qu'il est une bombe. Il est seize tonnes de pyrite, un champ de couteaux retournés, un marteau entouré de toiles d'araignée, et en ce moment, il tient sa main tremblante à cinq centimètres du bord du sylex. Les câbles qui se tordent dans son bras, les appendices sont les siens, mais ils reculent devant l'artefact. Ce qui reste de lui est fasciné par le réflexe ; même la phyrésie ne peut exterminer l'instinct de conservation. Ce qui n'est pas l'idéal. Il faut qu'il meure rapidement pour qu'Elesh Norn ne puisse pas le faire sauter.

La transformation est presque achevée ; seule une grande maîtrise de soi l'a maintenue à distance. À chaque heure qui passe, un nouveau câble sort de ses bras et s'insinue dans l'esprit de ses amis, et à chaque fois, il s'efforce de le faire sortir et de le faire taire. L'apparition du premier câble était déjà inquiétante, mais ce qui l'était encore plus, c'est que s'il fermait les yeux, il pouvait encore voir à l'extérieur. Il regarde maintenant ses amis, observant chacun de leurs visages devenir un masque de rage, de déception, de blessure. Jace peut sentir leur sentiment de trahison.

Il sait à quel point il sera dangereux quand – et non pas si – Phyrexia gagnera. Après tout, ils ont déjà transformé l'une des personnes les plus puissantes qu'il ait jamais rencontrées. Même avec ses capacités, quelles sont ses chances ? Même maintenant, Jace sent son don se répandre sauvagement, il sent l'odeur du pétrole aussi chaude et accueillante qu'une source d'eau thermale. Il sent l'attraction, l'odeur du soufre, l'avertissement de sa mort. La Vraska qu'il connaît est morte, et il sera mort, et tout sera réuni, alors il est logique de redémarrer le Multivers à zéro ; sacrifier le peu pour le bien de l'infini, n'est-ce pas, Gideon ?

Mes amis ne comprendront pas, reconnaît Jace. Leur sentiment d'être trompés ne durera pas longtemps, du moins. Le sylex ne mettra que quelques instants à faire effet. Jetant un dernier regard à ses alliés, ses amis, Kaya et Kaito, il songe un instant à leur donner un répit, à leur ordonner de fermer les yeux et de dormir jusqu'à ce que mort s'ensuive, mais il se souvient qu'il n'est plus ce garçon-là. Sa dernière gentillesse dans tous leurs derniers souffles leur permettra de retrouver leur cohésion.

Il connaît également le nom de la dernière personne à avoir utilisé le sylex. Il sait quel genre d'homme il était. Liliana lui a un jour marmonné un vieil adage dominarian dans un moment de colère, sifflant un nom qu'il ne connaissait pas avec le venin d'une malédiction : « Garde tes paupières ouvertes, ou tu verras avec les yeux d'Urza. »

Jace savait qu'il s'agissait d'une insulte, mais n'avait jamais compris le contexte. Maintenant, avec ses mains sur le sylex, ses doigts littéralement à côté de cet Armageddon, cette ligne entre ce qui est bon et ce qui est juste semble imaginaire. Urza n'était pas un homme juste, et lui non plus. Mais ce qui est juste n'est que parfois, dans l'instant, bon. Peut-être que seul quelqu'un comme eux pourrait faire quelque chose comme ça.

Tant que nous serons tous ici, nous ne pourrons qu'aggraver la situation.

Jace saisit le sylex et, quand il le fait, il cède.

« Nettoie la terre. Mène-la à sa fin, murmure-t-il. Je suis désolé. »

Il se coupe et déverse dans le sylex tout le malheur qu'il peut ressentir, les amis et les plans perdus à cause de Phyrexia. Seule une véritable oblitération peut tout nettoyer.

Le corps de Jace convulse, ses yeux s'illuminent, et l'emprise qu'il avait sur la matière et sur lui-même est rompue. Il panique, tente de reprendre le contrôle, d'attraper les rênes de son propre corps, mais le parachèvement est définitif – le Jace phyrexian est ici et n'a pas de place pour les trivialités de la chair.

Un mur s'effondre, et son esprit conscient se ferme au monde éveillé, l'étouffant dans l'obscurité familière.

C'est comme une chute, cette déconnexion. Il se demande vaguement si le sylex a fonctionné alors qu'il cède, part vers l'intérieur, vers le bas, nageant dans l'accueil chaleureux de la phyrésie et se retirant ; pas vers la mort, pas vers un nuage brillant avec Gideon et Kallist qui l'attendent, mais dans le vaste intérieur de son esprit.

Son corps demeure, mais Jace n'est plus là.

En tombant à l'intérieur de son esprit, il s'enferme, se déconnecte de la surface. Il ne peut dire s'il a voulu se retirer ou si la version phyrexiane de lui-même l'y a contraint.

C'est étrange, c'est à ça que ressemble le parachèvement ? C'est familier. C'est comme l'oubli.



Jace s'éveille dans quelque chose qui ressemble à une conscience dans la plaine vide de son esprit, sans aucune ligne d'horizon au loin, juste une pierre d'albâtre sans soudure avec un simple puits en son centre. Il est déjà venu ici tant de fois.

Le puits de l'esprit de Jace est familier mais troublant ; s'il pose sa paume sur la structure, elle est aussi chaude que son sang. Il s'approche, malheureux (pas encore ça), et donne un coup de pied sur le rebord, se laissant tomber plus loin.

Vers l'intérieur.

Vers le bas.

Sans risque, il entre en collision avec la surface d'une mer chaude. Il nage jusqu'à la surface, crache du sel et cligne des yeux sous le soleil. La marée le pousse doucement vers les hauts-fonds. L'eau est turquoise et accueillante ; autour de ses pieds, il voit le scintillement des poissons, et sous ses orteils, il sent le sable grossier et le corail réduit en poussière. Une douce brise porte un albatros solitaire dans les hauteurs, qui ne dit rien mais dont la présence indique que Jace ne peut se trouver qu'à un seul endroit.

Juste derrière lui, un sosie de l'île Inutile se dresse comme un phare d'un vert tendre. La vue pourrait être alarmante, mais au grand soulagement de Jace, il ne semble pas amnésique cette fois-ci. Il sait qu'il est dans son esprit. (Comment une bulle ? Une partie de sa conscience à l'abri de la phyrésie ? Cela semble normal, il a suffisamment manipulé de monstres). Et il sait que cette version de lui-même est intacte. Jace regarde vers le bas. Il n'a ni câbles ni blessures, il semble entier. Il regarde l'océan calme et limpide ; il semble qu'il ait créé, au plus profond de lui-même, un refuge pour son esprit – un petit morceau intact, caché du pétrole luisant.

Mais le moment qu'il a pour contempler son existence est interrompu par une immense force d'attraction.

Un raz-de-marée qui le ramène violemment sur ses pas.

L'île Inutile se rétrécit sous lui, la mer s'étend et s'éloigne. Il hurle de surprise et de colère lorsqu'il est soulevé. Attendez, non, c'était bien là-bas...

Hors du paradis liminal dans lequel il s'était réfugié dans son esprit.

Loin.

Vers le ciel.

Jusqu'à un trou en haut, une caverne ronde et sombre qui ne peut être que la base du puits.

Jace est toujours tiré vers le haut, se heurtant aux parois du puits, fermant les yeux au fur et à mesure qu'il est bousculé par la glace et le pétrole, et il est soudain... réveillé.

Dans le monde physique.

De retour dans son corps. Ses pieds reposent sur de la vraie matière, sa peau frissonne de panique. Il respire de l'air pur, cligne de ses (deux) yeux tout en continuant à percevoir la périphérie à travers les maudits câbles dans ses bras.

Il est à l'Arbre d'Invasion ? Que s'est-il passé ? Combien de temps s'est-il écoulé ?

Son corps n'est plus le sien, il est maintenant parachevé. Il y a du tumulte et des cris, ses alliés crient à proximité – Jace en conclut que quelques instants seulement se sont écoulés depuis qu'il a activé le sylex. Il est réveillé, et il n'est pas censé l'être. Panique – tout est sur le point de trouver sa fin, alors pourquoi pas lui aussi ?

Jace jette un coup d'œil vers le bas et voit une épée plantée dans sa poitrine, le Halo à l'intérieur suintant de la blessure qu'elle vient de creuser.

Oh.

Alarmé, alors qu'une douleur fulgurante envahit tout son corps, il suit son instinct et s'entoure d'une illusion. S'il n'est pas mort, la meilleure option est de faire le mort. Son double illusoire retire facilement l'épée tandis que le vrai Jace, douloureusement conscient de ses propres facultés, tombe au sol, l'épée toujours dans son sternum. Il vomit de la bile noire. Crachant, frissonnant, son cœur bat la chamade. Il s'accroupit, les mains sur la poignée, et avec un courage pragmatique retire l'épée, invisible et angoissé, faisant tout ce qu'il peut pour rester silencieux (bien qu'il étouffe les sons qui émergent avec une onde psychique). L'épée atterrit sur le sol, et il s'écroule à côté d'elle, tremblant, crachotant, le Halo de la lame clouant sa psyché au contrôle de son corps phyrexian. Il observe, invisible.

Jace envoie l'illusion du côté d'Elesh Norn et est reconnaissant que malgré sa domination, elle reste une amatrice au plan psychique. La Mère des Machines s'exprime avec poésie : « Ils ne font qu'Un. Vous aussi, vous pouvez ne faire qu'Un. Il suffit de céder, et ce sera vite fini. »

Il joue l'illusion du calme, du contrôle, de l'arrogance et de la soumission, un outil commode pour les plans de quelqu'un d'autre, et Elesh Norn ne remarque rien. C'est ainsi que tu me vois, n'est-ce pas, petit télépathe ? L'illusion sourit d'un air arrogant tandis que le vrai Jace vomit une fois de plus. Le pétrole suinte à travers ses dents serrées. C'est une arrogante, une cible facile. S'il n'était pas transpercé de part en part, il frapperait Norn.

Tyvar refuse. Kaito passe avec une désinvolture que Jace aimerait avoir. Kaya crache plus ou moins sur l'invitation. « Ennemis, donc, » conclut Elesh Norn.

Il sent le temps passer et le Halo couler à flot. Jace ne sait pas s'il sera guéri ou si cet antidote lui permettra juste d'être conscient de sa mort. Il est trop faible pour se défendre, la fin est toujours là. Mais il y a de l'espoir dans la blessure de sa poitrine – Jace ne peut plus sauver le Multivers, mais il peut la sauver, elle.

Vraska serait d'accord si c'était Norn, se justifie-t-il en parcourant comme un intrus l'esprit d'Elesh Norn, rapidement. L'expérience est désagréable, c'est comme se laver les mains dans la bave filandreuse du liquide céphalo-rachidien. Mais c'est la mission de Norn qui l'arrête.

Rentrez chez vous, commande la Mère des Machines, rentrez chez vous.

Il faut un moment à Jace pour déchiffrer l'ordre. Elle n'est pas une médium, ni la moitié du chercheur qu'était Bolas ; les désirs de Norn sont simples et directs. Mais Jace entend encore les murmures de la façon dont son moi phyrexian traduirait le souhait – retourner à Vryn. Répare ce que tu as brisé. C'est ton expiation.

(Car Jace se souvient, maintenant, de ce qu'il doit expier.)

(Même après avoir retrouvé ses souvenirs, Jace a enfermé Vryn derrière un mur. Avec des yeux d'adulte, il était tellement plus clair ce qu'Alhammarret lui avait fait faire, l'influence de leurs crimes. L'ampleur de la guerre qu'ils avaient enflammée, le plaisir qu'avait le sphinx à effacer l'esprit de Jace pour que le garçon puisse produire une nouvelle allumette).

L'effort de lecture de l'esprit d'Elesh Norn le déconcentre – Jace sent la marée de tout à l'heure commencer à le tirer en arrière, à l'abri et à l'écart, et il sent sa conscience commencer à se retirer dans le puits. Il s'accroche mentalement, s'époumone, et sent son corps commencer à planer vers l'endroit que Norn lui a assigné.

Il ne peut pas y aller.

Il doit y aller.

Le souffle de Jace se comprime et se condense tandis qu'il s'enfonce invisiblement dans les Éternités aveugles, repoussant l'illusion qu'il laisse derrière lui, et tandis que son corps s'élève et que son esprit s'éloigne. Il ressent les sens de son corps lointain et est saisi par la terreur de la nostalgie : l'odeur du pétrichor, de l'ozone chargé, de la pluie sur les broussailles, le clapotis de la brume sur l'immense courbe d'un Anneau du Mage.

Il parvient à crier « Non ! » lorsque la phyrésie reprend le dessus et arrache la broche de Halo. Son corps quitte l'éther des Éternités aveugles et s'avance sur le sol humide d'un plan qu'il n'a pas vu depuis des années. La vague de fond emporte l'esprit de Jace une fois de plus, loin de la conscience, dans le vaste océan intérieur de sa psyché.

La phyrésie l'éloigne encore plus et il perd le contrôle, repartant dans les recoins de son esprit et s'éloignant de son corps – Jace s'écrase dans les eaux mentales de cette mer peu profonde.

Il se lève, halète, crache du sel et frappe la surface de l'eau avec colère. Il patauge jusqu'à la plage, en jurant, et sort de l'eau, submergé par la fureur. Il ne sait pas ce qu'il peut faire ; le Halo lui a permis de reprendre conscience une fois, mais c'était une solution temporaire. Ici, il ne peut contrôler que son esprit, pas son corps.

Jace s'accroupit sur le sable, cherchant désespérément une solution. Comment un prisonnier peut-il s'échapper d'une cellule sans porte ?

Il y met le feu, suggère son esprit.

Un souvenir lointain remonte à la surface et il l'entend à côté de lui sur la plage. « Le cerveau est le siège du corps, et le corps guérit ou se flétrit sous l'impulsion du cerveau. »

C'est un vieux souvenir, un souvenir compliqué, lointain et répercuté à travers des décennies et des couches d'oubli, mais sa sagesse lui fournit la réponse. Il doit se rendre malade, il doit forcer son corps à combattre ce que son esprit ne peut pas faire.

Jace se lève, plante ses pieds dans le sable de la plage, doux comme de la farine. Il resserre ses muscles, expire et sent ses yeux s'enflammer tandis qu'il tend les mains vers l'horizon en signe de commandement télépathique.

LE PÉTROLE DANS TES VEINES EST UN VIRUS.

Rien ne se passe immédiatement, mais il voit au bord de l'horizon que le ciel commence à se creuser et à se déformer, turbulent et pervenche.

TU ES FIÉVREUX. TU ES MORTELLEMENT MALADE.

Un éclair crépite dans le ciel, et Jace se sent tiré vers l'avant, ses orteils raclant le sable tandis qu'il est soulevé et tiré. Il redouble d'efforts, concentrant toute sa volonté sur sa tâche. S'il veut survivre, il doit forcer son corps à combattre le virus de la phyrésie. Il le presse de lui permettre de retourner à l'intérieur...

TU RESPIRES ET TU ES VIVANT.

TU LUTTES CONTRE UNE INFECTION ET TU GAGNES.

Jace cligne des yeux, un instant conscient de ce que son corps est en train de faire à l'extérieur...

... ses oreilles ne retentissent pas tout à fait, mais elles bourdonnent d'électricité statique.

... son corps est sous un ciel turbulent, serré dans une foule, ses oreilles bourdonnent, et il est pressé contre une longue file de ses compatriotes phyrexians. Il voit des centaines et des centaines de personnes de tous les côtés, ses propres câbles regardent, scannent et concentrent une impulsion de dommages psychiques vers l'extérieur, son corps sent le clapotis de la pluie et entend un étrange grondement, un étrange battement de cœur planaire, et reconnaît avec une culpabilité profonde et passionnée qu'il s'agit du bruit des Anneaux du Mage. Il ne l'a pas entendu depuis son enfance. Mais c'est en levant les yeux qu'il se rend compte du contexte dans lequel il se trouve : les Phyrexians à ses côtés avancent, un chemin de corps s'est ouvert pour eux, et c'est lui qui l'a ouvert.

Au-dessous de lui, sur le champ de Vryn, il y a des gens qui se tortillent, qui halètent, dont les membres heurtent le sol, comme un grand mal multiplié. Une vingtaine de soldats s'emparent de lui, leurs esprits chantant avec celui de Jace dans une cacophonie statique. Le volume mental est trop important, trop fort, et il faut un moment à Jace pour réaliser que le bourdonnement, les parasites, le sort qui a déclenché les crises sont venus, venaient de lui.

Il annule le sort et inspire malgré la nausée. Son cœur se brise et ses mains tremblent. Hanté, Jace voit sa vérité dans la souffrance qu'il a devant lui. C'est ce qu'il est vraiment, une puissance inarrêtable, sans vergogne, c'est ce qu'il aurait toujours pu être.

La marée tire une fois de plus, sa conscience dérive, la version phyrexiane de lui-même remonte à la surface tandis que Jace est ramené en arrière, et pour arrêter le changement, Jace commande à son corps avec autant de force qu'il le peut :

TU DORS. TU DORS. TU DORS.

Et soudain.

Il dort.



Lorsque Jace reprend conscience, c'est comme une collision ; haletant, son corps et son esprit à nouveau réunis, allongé sur le dos dans un ravin. Il y a d'autres corps, principalement des Phyrexians, de tous les côtés. La pluie a pénétré jusqu'à sa peau. Sa poitrine brûle à cause du Halo résiduel, son bras est parsemé d'entailles ouvertes à cause des tubes qu'il a retirés, mais ce que Jace ressent surtout, c'est de la fièvre. Des vertiges brûlants et des hallucinations floues troublent sa vision, ses muscles frissonnent et la sueur de son front se mêle à celle de la pluie. Il a repoussé les limites de son pouvoir, et il est à la fois si fier, si faible et si puissant.

Mais il se souvient alors des rangées de victimes qui meurent sur le sol. Il se souvient que c'était de sa faute. Comme il était facile de s'emparer, de démolir, d'assassiner. C'était facile parce que tu as déjà tué des soldats de Vryn. Alhammarret serait fier. La voix qu'il entend est la sienne, en sortie de maladie, et Jace frissonne en entendant son jugement : as-tu oublié qui tu es ? Tout ce qui ne brûlait pas de fièvre tomba à terre. Jace avait si bien réussi à donner l'illusion d'être un sauveur, à convaincre ses amis qu'il pouvait porter le sylex, qu'ils pouvaient sauver le Multivers, un fantasme plaisant qui contrastait fortement avec la vingtaine de soldats qu'il était capable de saisir avec aisance pour les plonger dans l'abîme et les tuer. Oui. Il avait oublié.

La fièvre arrive comme une vague distincte et nouvelle, et Jace éloigne sa propre voix fiévreuse dans son esprit. Il est glacé, moite de sueur, et dans le délire de l'encéphalite qu'il s'est infligée, il se lève, incertain de la direction à prendre. Il sent son corps se débattre, le pétrole l'appelant à nouveau, mais pas cette fois – Jace enfonce ses talons dans la terre imbibée de pétrole et diffuse à son propre esprit une affirmation : JE CONTRÔLE LA SITUATION.

Il cligne des yeux, respire. Il contrôle la situation. Il est maître de la situation. Et tandis que Jace se délecte de son autorité retrouvée, il saisit un des câbles dans son bras et l'arrache. Il hurle, du sang mélangé à du pétrole s'écoule de la plaie, et il sent sa peau nue brûler de fièvre.

L'attraction du pétrole s'affaiblit, mais aussi son cœur, ses poumons ; la blessure dans la poitrine de Jace laisse maintenant s'écouler du sang plutôt que du pétrole. Il est en train de mourir. Pourtant, plusieurs des corps continuent de s'agiter ; Jace les calme et les plonge dans un sommeil sans rêve. Ils reposent sur le terreau doux d'une terre mouillée par la pluie, les membres repliés dans les armoises voisines, les têtes amorties par des taches de mauvaises herbes profondément enracinées. Jace se souvient vaguement du nom de chaque plante qu'il voit, il se rappelle qu'on lui a appris il y a longtemps quelles plantes guérissaient quoi. Un Anneau du Mage bourdonne loin au-dessus de sa tête, et c'est le seul bruit que fait le vent, les Phyrexians s'étant retirés depuis longtemps. Il est le seul vivant et éveillé sur le champ de bataille et cette sensation le hante, elle lui fait penser au parachèvement, au ronronnement grave et approbateur d'un sphinx.

Un autre souvenir s'empare de son cœur battant pour le ramener au présent.

Vraska.

Contre la raison, la fièvre, les blessures, le pétrole dans ses veines qui l'encourage encore à se retirer dans la mer intérieure et à fermer ses yeux éveillés pour de bon, Jace hurle de douleur et commence à transplaner.

Il doit se rendre à Ravnica. S'il peut se sauver lui-même, il pourra peut-être aussi sauver Vraska.

Jace rentre chez lui, et sa maison est maculée de sang.

Ravnica est à nouveau en guerre, des légions de ses compatriotes se saisissent le visage et prennent d'assaut les rues. Les anges de Boros pullulent dans le ciel comme des frelons, les bêtes de Gruul déchaînées franchissent les barricades et piétinent les Phyrexians sur leur passage, c'est à nouveau la guerre des Planeswalkers, mais au lieu d'un dieu-pharaon à la tête de Ravnica, Jace sait que c'est sa bien-aimée qu'ils vont mener en marionnette jusqu'à la victoire.

Il évite un bataillon d'argousins d'Azorius, s'enfonce dans une ruelle à l'abri des regards d'une vague de srânes d'Orzhov armés de pointes d'or polies. Jace trouve une porte tranquille, ferme les yeux en serrant la blessure à sa poitrine et tend la main. Son esprit contourne les ponts et les passerelles, dépasse le fracas et les sensations de la bataille, esquive habilement la conscience des mourants et se dirige vers l'esprit qu'il aime plus que tout autre. Cela ne prend qu'un instant, mais ce qu'il trouve est une imitation ; c'est elle, mais c'est peu. Un morceau.

Jace porte sa main au trou près de son cœur et s'arrête.

La guerre fait rage, les Phyrexians sont repoussés, un vacarme d'envahisseurs paniqués transmet à son esprit leur inquiétude : le chef est mort, les Ravnicans ont un dispositif qui peut électrocuter le pétrole, ils doivent fuir...

C'est du bruit. Tout ce qui intéresse Jace, c'est le son cristallin et silencieux de l'esprit de Vraska, qui vrombit et s'évanouit au loin. Il grimpe sur les décombres, cherche une maison vide et se précipite dans les escaliers. Son sang coule, il se hisse sur les toits, invoque un drakôn pour qu'il vole assez bas pour qu'il puisse s'agripper. Cela fonctionne à peine. La chose proteste en le portant, mais elle fait suffisamment le travail – Jace voit Vraska étendue sur le toit en contrebas.

Il ne peut s'empêcher de faire un bruit.

Son corps n'est plus qu'un amas de chrome brisé et brûlé. Ce qui n'est pas de la peau est devenu bleuâtre et brûlé, comme du métal fondu de l'intérieur. Ses ongles sont devenus des griffes, ses vrilles un enchevêtrement de fils, chaque partie reconnaissable étant aussi déformée que le corps de Jace. Vraska ne bouge pas, mais Jace sait qu'elle est encore en vie.

Il s'agenouille, la prend dans ses bras et utilise ce qui lui reste de volonté pour la soulever sur ses genoux, paniqué. « Peux-tu ouvrir les yeux pour moi ? » dit-il d'une voix douce et intense. Son inquiétude tremble dans ses mains – elles sont ensanglantées et tachetées de son propre pétrole, mais il lui caresse tout de même la joue. « Peux-tu respirer ? »

Elle ne répond pas, alors Jace se laisse entrer. Juste à la limite de son esprit, au cas où ce serait plus facile pour elle, et il entend en réponse une moquerie familière.

Ne te flatte pas trop, Beleren. Tu ne me coupes pas littéralement le souffle.

Il laisse échapper un rude soupir de soulagement et se serre contre elle. C'est un miracle qu'elle soit encore présente – comment a-t-elle pu survivre à la phyrésie sans dons de télépathe ?

« De quoi te souviens-tu ? »

Elle explique.

Au fur et à mesure qu'elle parle, Jace comprend qu'elle n'est pas consciente de l'extérieur, qu'elle lui parle depuis la même sorte de bulle, comme celle dans laquelle il s'était mis à l'abri.

Il reste un moment avec elle.

Il suit son invitation à pénétrer dans la plénitude de son esprit, s'émerveille de son instinct de conservation et de son ingéniosité inconsciente – il s'avère qu'elle s'est cachée dans le recoin secret qu'il a créé pour elle il y a si longtemps. Vraska s'est sauvée elle-même, parce que, bien sûr, c'était elle qui l'avait fait. Ils se rapprochent, ils se souviennent l'un de l'autre, et comme Jace tient sa bien-aimée dans ses bras, il veut s'accrocher à ce moment pour l'éternité, nier tout le reste sauf l'enroulement de ses vrilles et les rides de joie autour de ses yeux.

Vraska vaut dix mille plans.

C'est décidé. Ça ne peut pas être fini. Jace la repose sur les décombres. Il passe une jambe par-dessus et abaisse son front vers le sien – un canon pointé sur une maison de verre – en tenant son visage entre ses mains. S'il pouvait (en grande partie) inverser sa propre phyrésie, alors il pouvait sûrement le faire pour elle ; c'était son hypothèse, du moins. Ce sera la télépathie la plus difficile qu'il ait jamais faite, et Vraska n'a aucune idée de ce qui l'attend. C'est peut-être mieux ainsi.

Il l'avertit : « Accroche-toi. Cette partie fait mal. »
Elle répond de derrière une porte métaphorique, déconcertée, à peine consciente, chanceuse et naïve : « Tu as toujours pris soin de moi. »
Jace l'embrasse sur le front et sait que pour lui ordonner de se réparer, elle doit être complètement réveillée. Il se souvient de sa promesse d'il y a longtemps, de leur plan de sabotage de Nicol Bolas, du verrou qui retient encore le reste d'elle-même. Il n'y a qu'un seul moyen d'y parvenir, et cela va mettre ses limites à l'épreuve. Il se prépare en respirant bruyamment...

« Je t'aime aussi, capitaine. »

Puis, avec la respiration d'un maître, il ferme les yeux et accomplit cinq miracles à la fois.

D'abord, et c'est le plus immédiat, dès qu'il prononce son titre à haute voix, la porte de la psyché de Vraska, qui la tient en sécurité à l'intérieur, protégée de la phyrésie, éclate, sa personne remonte à la surface de la conscience, et dans leur connexion commune, elle s'embrase d'une lumière blanche et brillante. Il la contient, la lumière de son amour est protégée et, grâce à son agilité mentale, Jace la rattrape avant que le reste de son esprit ne puisse l'infecter et s'en emparer. Dans le monde éveillé, les yeux de Vraska s'ouvrent. Elle halète, ses muscles commencent à convulser.

Pendant ce temps, dans son royaume intérieur, il érige une barricade, un long et solide mur entre son esprit et le poison qui a altéré son corps. Le mur est fait de tout ce qu'il aime d'elle : écailles et chitine, tasses de thé d'autres plans et belles robes de celui-ci, planches de voiliers et la pierre qu'elle seule peut générer ; c'est un monument à la force et à la volonté de Vraska, et derrière, il rassemble et agrège les miasmes de la saleté phyrexiane.

Simultanément, une autre partie de lui diffuse le message pour l'aider à sauver sa propre vie, le même ordre hypothalamique qui se répercute dans son propre esprit :
TU LUTTES CONTRE UNE INFECTION.TU ES FIÉVREUSE. TU RESPIRES ET TU ES EN VIE. LE PÉTROLE DANS TES VEINES EST UN VIRUS.

Et une quatrième partie de Jace soulève le corps de Vraska de toutes ses forces, ses muscles cédant enfin à l'épuisement, le trou dans sa poitrine pompant une fois de plus le sang libéré du pétrole, et avec la détermination d'un mourant, l'entraîne dans les Éternités aveugles.Il ne sait même pas où aller, mais il se rend compte, alors qu'ils entrent dans cette zone liminale, que malgré ses efforts, malgré la télépathie la plus complexe qu'il ait jamais pratiquée, ils sont tous deux trop faibles pour continuer. Sans aide, ils mourront.

Enfin, la cinquième partie de l'esprit de Jace se souvient qu'il connaît une guérisseuse et qu'il l'a connue toute sa vie.

Portant sa bien-aimée, il retourne sur le plan qu'il vient de quitter.







Pour Jace, les Éternités aveugles ont toujours ressemblé à un esprit : des couches de verre infiniment complexes, qui se courbent et se chevauchent, à la fois mathématiques et émotionnelles. L'esprit n'est pas un lieu logique ; chacun de nous contient une folie d'impulsions biologiques et de réponses formées par la nature. L'éther du lieu entre les lieux est toujours apparu à Jace de la même manière, comme un lieu chaotique et magnifique, aussi illogique que fragile.

Vraska est dans ses bras, et il la sent ouvrir les yeux alors qu'ils traversent l'éther.

Elle regarde d'abord au-dessus et derrière lui, voyant peut-être pour la première fois sa version des Éternités aveugles, puis ses yeux rencontrent brièvement les siens.

L'agonie de son état physique fait vaciller Jace. Il trébuche sur un câble qui se détache de son dos et hurle quand il lui arrache de la peau. Le sang coule et s'éparpille dans l'éther en contrebas alors qu'il continue à avancer vers le seul endroit où ils seront en sécurité.Le seul endroit où il pourra toujours se retirer, l'endroit auquel il a pensé en premier lorsque Norn lui a dit de rentrer chez lui.

Depuis les Éternités aveugles, Jace franchit une porte qui s'ouvre sur une odeur de violette.

Il trébuche une fois de plus, le câble se détache et le sang gicle derrière eux, et Vraska et lui s'effondrent sur un tapis tissé par une main d'un autre plan.

Le tapis est vieux, tissé à la main en indigo, avec des cercles élaborés et des chevaux simples, et quand Jace roule sur le dos, il s'en veut d'avoir saigné partout. La pièce dans laquelle ils ont atterri est plus petite que dans ses souvenirs : des panneaux de bois blanchis à la chaux, un plafond bas avec des poutres apparentes, et une bibliothèque artisanale qui occupe toute la largeur du mur, en face de laquelle se trouve une longue fenêtre horizontale qui tremble sous l'effet de la pluie. Il y a du désordre partout, et une paire de lunettes sur une pile de livres près de son visage.

Vraska a verdi de douleur, elle respire mais tousse. Jace a une respiration sifflante, accompagnée de sa propre fièvre. Il tente de déplacer sa main pour saisir celle de Vraska, mais un morceau de métal s'échappe de ses doigts. Elle a l'air infernale, et lui aussi, les câbles tombent et les plaies s'ouvrent, mais elle est vivante, donc elle est belle.

Il sourit, et c'est le dernier effort de Jace.

« Impossible, » dit une voix qu'il n'a pas entendue depuis des décennies.

Il lève les yeux et voit une femme d'âge mûr aux cheveux bruns frisottés, entremêlés de gris, et aux mêmes yeux d'eau claire. Elle est petite, mince, râblée comme une coureuse, avec un visage aussi tranchant que celui d'une martre. La femme s'arrête, son expression est indéchiffrable, et elle dépose un texte de guérison sur la table. Ranna Beleren, toujours en contrôle, cache son inquiétude devant les monstres sanguinolents qui sont tombés dans son salon.

Ranna s'approche timidement, ses doigts droits pincés sur un amas pointu de lumière azur – un sort de scalpel brandi comme une défense improvisée – mais elle s'arrête lorsque les yeux de Jace se croisent avec les siens.

« Jace ? » Elle murmure son nom comme s'il s'agissait d'une malédiction.

Il est trop fatigué pour parler, alors Jace s'adresse directement à l'esprit de la femme au moment où la fièvre et l'épuisement l'envahissent.

S'il te plaît, aide-nous, maman. Je suis vraiment désolé.

Résumé



Un an plus tôt, pendant les événements de L'Invasion des Machines, disponibles à la lecture ici et . L'équipe des Planeswalkers venus faire détoner le Sylex de filigrane à la racine de la Nouvelle Phyrexia est arrivée à la Drupe, le cœur du plan. Mais Briseroyaume, l'Arbre d'Invasion s'est déjà connecté à une foule d'autres plans, et ils craignent que la détonation n'anéantisse aussi les plans en question.

Jace, l'esprit perfectionné ne partage pas cette crainte. Atteint par la phyrésie, il sait qu'il faut abattre Phyrexia à la racine, dût-ce emporter d'autres plans, qui mourraient de toute façon. Lui-même a du mal à garder le contrôle : régulièrement, il perd conscience et se retrouve à l'intérieur de son propre esprit, incapable de contrôler et même de voir ce que fait son corps. Mais il a assez de conscience pour déclencher le Sylex, avant de la perdre. Une épée de Halo le frappe, et il reprend alors connaissance, et s'efforce de combattre la phyrésie ; mais ce combat est perdu d'avance.

Quand il se réveille de nouveau, il est sur son plan natal, Vryn, la cause d'un massacre terrible – comme il le fut enfant, lorsque Alhammaret, grand arbitre se servait de lui pour déclencher des guerres. Il parvient cependant à garder assez le contrôle pour cesser son sort destructeur, défaire ses câbles, se purifier du pétrole. Une pensée lui donne alors de la force, même s'il se vide de son sang : il doit sauver Vraska, la piqûre de trahison.

Sur Ravnica, il la retrouve à demi-morte, et s'introduit dans son esprit : une part d'elle a pu survivre malgré le parachèvement, car à l'époque où ils luttaient contre Nicol Bolas, Dieu-Pharaon, il avait créé dans son esprit une zone inaccessible sauf à elle-même. Grâce à son pouvoir, Jace parvient à purifier son corps et son esprit de la phyrésie, en la poussant à combattre cette maladie. Mais son corps est toujours souffrant, au bord de la mort, comme lui : ne reste qu'à se rendre chez la seule bonne soigneuse qu'il connaisse. Ranna Beleren, sa mère.

Alors c'était comment ?

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous êtes l'une ou l'un de celles et ceux qui ont choisi la rébellion contre le brouillard de la toile qui étouffe les esprits, identifiez-vous pour participer. Sinon vous avez encore une chance d'éveiller vos sens, en rejoignant notre communauté de Magiciens Fous.

Le Dark Mogwaï

Retrouvez le Dark Mogwaï et la communauté des Magiciens Fous sur :

Les dinosaures n'ont pas simplement disparu à cause d'une pluie de météores particulièrement chargée en mana ou de nombreuses retombées volcaniques successives : ils ont évolué.
Un jour les dieux se dirent que le monde était devenu trop complexe, de trop nombreuses formes de vie coexistaient et on ne s'y retrouvait plus dans les index zoologiques. Alors de nombreux types de créatures disparurent, parmi lequel les dinosaures, qui devinrent de simples Lézards (ce qui, il faut bien l'avouer, est plus sensé que d'en faire des Oiseaux par exemple).

—Psylocibe Ennabar, Du crétinationisme ou La remise en cause du dépassement proprionasal

Proposé par Dark Mogwaï le 19/06/2012

Le sondage du bas d'en bas de la page
Que des petites frappes à Croisetonnerre. Quel·le hors-la-loi aurait dû trainer ses bottes là-bas ?

Résultats (déjà 66 votes)