Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Épisode 4 : Trouver Damnation - Magic the Gathering

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Épisode 4 : Trouver Damnation

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre - Épisode 4 : Trouver Damnation

Kellan et Annie Flash parlent de famille. Le gang se veut composé de hors-la-loi ; qu’est-ce qui pourrait mal se passer ?

  La storyline de Magic / Les Hors-la-loi de Croisetonnerre

Kellan et Annie Flash parlent de famille. Le gang se veut composé de hors-la-loi ; qu’est-ce qui pourrait mal se passer ?

  La storyline de Magic / Les Hors-la-loi de Croisetonnerre



Articles

le , par Drark Onogard
340

Kellan et Annie Flash parlent de famille. Le gang se veut composé de hors-la-loi ; qu'est-ce qui pourrait mal se passer ? Vous trouverez l'article original écrit par Akemi Dawn Bowman ici, et un résumé à la fin de cette traduction opérée par les petits soins de votre humble serviteur.

Pour rappel : Kellan est une jeune homme originaire du plan d'Eldraine, qui mêle contes de fées et ambiance arthurienne. Ayant appris que son père n'est autre qu'un fae, le Planeswalker Oko, il a décidé de se mettre en quête de ce dernier, profitant des percées de présage pour explorer le Multivers. Après Ixalan et Ravnica, le voici sur le tout nouveau plan de Croisetonnerre. Tout nouveau, en effet : ce plan d'ambiance Far West n'était pas habité avant que les percées de présage n'y amènent des flots d'aventuriers, en mal de découvertes ou désirant fuir leur passé. Un monde plein de possibilités, de richesses, mais aussi sans foi ni loi : voici ce dans quoi vous allez être plongé dans un instant.

Si vous avez raté les premiers épisodes, pas de crainte : le premier est juste là, le deuxième juste ici, le troisième .

Les Hors-la-loi de Croisetonnerre : Épisode 4 : Trouver Damnation



Cela faisait des heures que l'équipage d'Oko avait échappé à la société Argenfin, mais Kellan n'arrêtait pas de s'agiter. Il enfonçait ses mains dans ses poches doublées de laine, les genoux rebondissant d'inquiétude. Une marmite de ragoût mijotait sur le feu de camp devant lui, chaque flamme projetant des ombres sur la paroi rocheuse voisine.

Le Réprouvé était assis au loin, gardé par Kaervek et Rakdos. Son manteau était composé de plusieurs couches de fourrure, de mousse et d'armure en cactus, et sa moustache râpeuse s'enroulait dans tous les sens. Un tissu épais couvrait ses yeux et ses mains étaient liées par une corde, sans qu'il en ait besoin. Les charmes d'Eriette l'avaient rendu presque euphorique, et sans aide extérieure, Nolan n'avait nulle part où s'enfuir.

Les Réprouvés étaient des ermites notoires. Si quelqu'un devait venir le chercher, il était plus probable que ce soit une bande de coyotes, un troupeau de vautours ou un puma particulièrement loyal. Mais avec la vue d'Annie et la capacité de Malcolm à patrouiller dans le ciel, ils verraient le danger arriver à des kilomètres. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

Et pourtant...

Kellan s'enfonçait les ongles dans les paumes. Oko avait volé Bertram Eaugrise – deux fois – ce qui faisait de tous les membres de l'équipe des cibles de choix. Non seulement pour la société Argenfin, mais aussi pour tous les hors-la-loi qui espéraient profiter de la prime qui serait inévitablement placée sur leurs têtes. L'idée d'être un criminel recherché faisait frémir l'estomac de Kellan.

Une cuillère en bois atterrit dans le ragoût, le faisant sursauter. Braies en versa une partie dans un bol en fer blanc, trop distrait pour remarquer que Titos était derrière lui, fouillant dans les poches de son manteau à la recherche d'une flasque. Lorsqu'il la trouva, il ouvrit le couvercle et renversa le contenu. Un liquide ambré s'écoula dans sa cage thoracique et s'accumula aux pieds de Braies.

Ce dernier poussa un grognement d'alarme, renversant son ragoût par la même occasion. Ses narines s'enflammèrent et les griffes du gobelin s'agitèrent de rage. Il se rua sur Titos, dont les os frémissaient jovialement en bondissant sur les rochers.

Le hurlement étouffé d'Umezawa résonna dans la colline abritée. « Qu'est-ce qui te prend tant de temps ? Ma grand-mère cousait un édredon plus vite que ça ! »
Geralf tintait, les yeux fixés sur sa concentration. Ses doigts dansaient sur la blessure d'Umezawa comme s'ils enfilaient une aiguille invisible. « Tisser de la chair est une forme d'art. Maintenant, ne bougez pas. »
Umezawa serrait les dents. « Tu t'amuses beaucoup trop.
– Je ne vois pas ce que tu veux dire, » répondit Geralf, mais le ravissement dans ses yeux était indéniable.
Gisa feignit la détresse. « Tu tortures ce pauvre homme. Et même pas de manière amusante ! » Elle se pencha vers Umezawa, sa voix prenant des intonations de chanson. « Je peux te soulager de ta douleur. »
Geralf roula des yeux, la repoussant d'une main. « Le but est de le soigner, pas de le tuer. »
Un autre point de suture traversa la peau d'Umezawa, qui ferma les yeux. « Si je m'évanouis, ne laisse pas ta sœur s'approcher de moi. »

Gisa fit la moue.

Une brise déferla sur les collines, faisant trembler le feu. Des ombres s'amoncelèrent derrière Kellan, et il se retourna pour voir Ashiok se diriger vers le Réprouvé.

Ashiok leva les mains au-dessus de la tête du Réprouvé, à la recherche de secrets grâce à l'attrait de la magie. Ses doigts se déplaçaient lentement et délibérément. Des souvenirs furent arrachés à l'esprit de Nolan, laissant des traînées de fils d'argent dans l'air.







La peau de Kellan se hérissa d'inquiétude.

« Ne t'inquiète pas, » dit Oko. Il prit place à côté de Kellan, se penchant en arrière jusqu'à ce que la lumière du feu passe sur ses traits acérés. « Ashiok est parfaitement capable d'obtenir les réponses dont nous avons besoin sans le blesser. »

Kellan enfonça ses talons dans le sol. Depuis combien de temps son père l'observait-il ?

« Je n'ai pas donné mon accord, dit-il. Tu avais promis qu'aucun innocent ne serait blessé. Et ce n'est pas parce qu'il a été charmé qu'il n'a pas peur. Ashiok n'est pas quelqu'un en qui tu – ou n'importe qui – devrais avoir confiance. » Il jeta un coup d'œil à Ashiok, frissonnant au souvenir de leur affrontement sur Eldraine. Mais quant à Ashiok, il semblait à peine avoir remarqué la présence de Kellan.
« Ce n'est pas ma faute si le plan a mal tourné. Et le Réprouvé savait dans quoi il s'engageait en acceptant d'aider Eaugrise. S'il ne voulait pas d'ennuis, il n'aurait pas dû s'en mêler.
– Il était entouré de gardes armés. Pour autant que nous le sachions, il était dans ce train sous la contrainte, rétorqua Kellan. Je ne suis pas sûr qu'il ait eu le choix.
Les yeux d'Oko s'illuminèrent. « C'est ce que tu ressens ? Comme si tu n'avais pas eu le choix ? »
Le sang monta à la tête de Kellan et ses joues s'assombrirent. « Je n'ai jamais dit ça. »
L'air de défi disparut du regard d'Oko comme s'il n'avait jamais existé. Il sourit et saisit l'épaule de Kellan. « Tout le monde a réussi à quitter ce train. Tu penses peut-être que j'ai laissé ces gens derrière moi, mais je savais que tu pouvais t'en sortir – tu es mon fils, et j'ai confiance en toi. »

La tension ne quitta pas Kellan, même si Oko avait retiré sa main. Il voulait croire son père. Il voulait son approbation. Mais il avait vu le visage d'Oko dans le train. Oko n'avait pas cru en lui, il était prêt à l'abandonner.

Peut-être n'était-ce qu'un malentendu, se dit Kellan, plein d'espoir. C'est ton père. Même s'il avait voulu quitter ces gens, il ne t'aurait pas abandonné.

Des rubans de fumée rampèrent sur le sable et Kellan se leva brusquement. Ashiok attendait, les mains croisées, les ombres s'échappant de ses cornes.

Oko se leva, avide d'informations. « Qu'avez-vous trouvé ? »
Ashiok inclina la tête, les lèvres serrées. « L'artefact est une clef, comme nous le pensions. Mais il y en a six. »
Oko passa un doigt sur son front. Kellan comprit que c'était un signe, quelque chose qu'il faisait pour cacher sa frustration. « Où sont les autres ?
– Akul a les cinq autres. Il les porte en médaillon autour de son cou, expliqua Ashiok, et l'équipe à côté marmonna de mécontentement. Mais il y a autre chose que j'ai trouvé dans l'esprit du Réprouvé. Une carte de Damnation existe, et elle est enterrée à la Sottise du Voleur. »

De l'autre côté du feu de camp, Gisa poussa un cri de joie.

« Tu en as entendu parler ? » demanda Oko, perplexe.
Geralf fredonnait en finissant de coudre la blessure d'Umezawa. « C'est un cimetière pour les prospecteurs. »
Gisa montra les dents, les yeux pétillant d'une faim venimeuse. « Tant d'os. Tant de beaux cadavres à déterrer. »
Oko étudia chaque membre de l'équipage avant de s'arrêter sur la fratrie de nécromanciens. « Êtes-vous tous les deux prêts pour une petite mission secondaire ? »

Gisa frappa ses mains l'une contre l'autre avec impatience, et Geralf fit un signe de tête sec.

« Parlons-en quand nous serons de retour au saloon. » Oko se tourna vers Titos, qui était en train de se servir une portion de ragoût ; elle dégoulinait au creux de sa cage thoracique. « Peux-tu faire signe à Annie et Malcolm ? Plus vite nous sortirons d'ici, mieux ce sera. »

Les autres commencèrent à ranger leur matériel, quand les mots de Kellan jaillirent, trop importants pour être retenus. « Et Nolan ?
– Et lui ? » demanda Oko, croisant à peine son regard.
Kellan leva les épaules, penaud. « Eh bien, je veux dire, est-ce que quelqu'un va le ramener à la maison ? »

Quelques-uns ricanèrent.

Oko fronça un sourcil, comme si Kellan suscitait une étrange curiosité. « C'est un Réprouvé. Ils s'épanouissent dans la nature.
– Mais nous ne pouvons pas le laisser ici, dit Kellan. Duresoie est à plusieurs jours d'ici. Et il n'a ni vivres, ni eau, ni... »
Ashiok s'approcha d'un pas, les ombres grondant sur le sol du désert comme si elles étaient mises à l'épreuve. « Tu crains pour sa vie. Ce n'était pas une question. »

Kellan ouvrit la bouche, mais les mots étaient trop embrouillés pour qu'il puisse les démêler.

« Ne crains rien, dit Ashiok en recourbant ses longues griffes. Je ne souhaite pas la mort de cet homme.
– Quel bonheur de voir que nous sommes tous sur la même longueur d'onde, dit Oko avec une pointe d'irritation.
La voix d'Annie sortit de l'obscurité. « Je peux accompagner Kellan et escorter le Réprouvé jusqu'à l'oasis la plus proche. Je suis sûre qu'il pourra rentrer chez lui à partir de là. »

Kellan sourit faiblement en signe de reconnaissance.

La bouche d'Oko se contracta. « Je suis sûr que tu sais à quel point il est important pour la mission que tu ne te fasses pas prendre – ou suivre. »
Annie acquiesça. « Nous resterons à l'abri des regards. »
Kellan la suivit en s'éloignant du feu de camp. Lorsqu'il fut certain que le reste de l'équipage était hors de portée de voix, il dit : « Cela fait deux fois que tu m'aides. Merci. »

Annie ne répondit pas. Elle poursuivit son chemin et fit claquer sa langue contre le palais, attirant ainsi l'attention de Fortune. Il s'éloigna de la brise du soir, le corps détendu, signe de confiance.

« Qu'est-ce qui t'a poussée à t'engager avec Oko ? demanda Kellan.
– C'était le moindre mal.
Il n'arrivait pas à savoir si elle plaisante ou non. « Tu ne lui fais pas confiance ? »
Annie grimaça. « La confiance, c'est pour avoir des faveurs. C'est un travail et je pense que je ne fais confiance à personne qui engage des hors-la-loi pour faire leur sale boulot. »
Kellan fixa le sol. « Je n'étais pas sûr que tu sois une hors-la-loi, pour être honnête. Tu n'as pas l'air comme les autres. Je pensais que... eh bien, je ne sais pas.
– Que j'étais plus comme toi ? »

Kellan ne répondit pas.

Elle secoue la tête comme pour se débarrasser d'un souvenir. « Il y a quelque temps, j'étais avec les Liberatos. Nous avons commis l'erreur de voler Akul et les Enferéperons. Il nous a traqués pendant des semaines, sans relâche. Nous avons perdu de bons éléments à cause de ça. Et lorsque nous avons essayé de conclure un marché et de rendre ce que nous avions volé, mon neveu a été gravement blessé au cours de l'échange. Nous nous sommes échappés de justesse. Après cela, mon neveu n'a plus jamais été le même. Il est revenu rejoindre notre peuple il n'y a pas si longtemps. » Son regard était dur. « Akul n'a jamais eu l'intention de nous laisser partir. Je ne suis même pas sûre qu'il se soit soucié de ce que nous avions volé. Il voulait juste du sang, et il s'est servi de notre confiance pour l'obtenir.
Je ne dis pas que je suis meilleur que l'équipe autour de ce feu. Je sais ce que je suis et ce que j'ai fait. Mais Akul est un hors-la-loi d'un autre genre. Du pire. Je ne veux pas que quelqu'un soit blessé comme mon neveu l'a été. S'il y a vraiment du pouvoir dans ce coffre et qu'Akul s'en empare ? » Son expression se durcit. « Je ne peux pas laisser cela se produire. »

Kellan regarda le feu de camp au loin, observant son père en pleine conversation avec Vraska et Ashiok.

Le pire genre de hors-la-loi...

Ses yeux restaient rivés sur Oko, suffisamment longtemps pour qu'Annie s'en aperçoive.

« La famille, c'est dur, qu'elle soit de sang ou non, dit-elle doucement. Il n'est pas toujours facile de connaître le cœur de quelqu'un. Mais d'après mon expérience ? » Elle haussa les épaules. « Le temps aide, mais une intuition vaut toujours la peine d'être prise en compte. »

Kellan cligna des yeux pour cacher son embarras.

Annie prit les rênes de Fortune. « Je pense que c'est assez d'histoires pour aujourd'hui. Et si on allait chercher le Réprouvé et qu'on le remettait sur le chemin du retour ? »

Ils se dirigèrent vers Nolan et l'aidèrent à se mettre en selle avant d'emprunter le chemin sinueux qui descendait à flanc de colline. Kellan volait à leurs côtés, veillant à ne pas se laisser distancer. Même s'il voulait jeter un dernier coup d'œil au feu de camp, il ne le fit pas.

Il était trop inquiet à l'idée de voir son père l'observer et de ne voir que le doute.



Les portes du saloon claquèrent, et Gisa et Geralf entrèrent dans la pièce en titubant, les yeux écarquillés de délire. Ils firent quelques pas à l'intérieur, leurs bottes claquant lourdement contre le parquet. La lumière du plafonnier éclairait leurs visages, montrant un fouillis de bleus et de coupures sanguinolentes.

Geralf tira sur la lanière de cuir autour de son œil, s'assurant qu'elle était bien droite. Gisa passa une main sur ses cheveux ébouriffés et noués.

« Bon retour parmi nous, lança Oko, appuyé au comptoir. Je vois que la Sottise du Voleur vous a plutôt réussi. »
Geralf grattait le sang séché sous ses ongles. « Je préfère ne pas en parler. »

Gisa souffla le sable qui couvrait ses brassards en cuir, et un petit nuage de poussière apparut devant elle. Elle grimaça.

Son frère sortit de son manteau un morceau de parchemin enroulé et le tendit à Oko. « Je crois que c'est ce que tu cherchais. »

Oko mit la carte à plat sur le comptoir, prenant plaisir à la vue de chaque marquage bizarre.

Il l'avait enfin : la route jusqu'à Damnation, Maag Taranau.

« Est-ce que c'est ce que je pense ? » demanda Vraska. Elle s'éloigna d'un pas des ombres en volutes d'Ashiok et se pencha sur le comptoir. « Donc... la chambre forte flotte au-dessus de la ville. »
Les pensées d'Oko se déplaçaient déjà en hyper-attention. « La chambre forte n'importe pas si nous ne pouvons mettre la main sur les clefs. Et afin d'obtenir le médaillon, on devra être dans la même pièce qu'Akul. » Il leva les yeux, à la recherche d'Annie, qu'il trouva assise avec Kellan à une table lointaine. Ils étaient devenus presque inséparables depuis l'incident du train.

Oko fit la moue. Il n'était pas opposé à ce que son équipe entretienne des rapports amicaux – mais c'était plus facile de contrôler des gens qui connaissent leur place. L'amitié bourgeonnante de Kellan pourrait être un problème. Il n'aimait pas ça. Ça ne lui inspirait pas confiance.

Ça ne l'empêcha pas de lancer un faux sourire. « Annie ! Tu reconnaîtrais des Enferéperons du cercle proche d'Akul, non ? »
Elle tapa d'un ongle sa bouteille en verre. « Je suppose.
– Si je devais en filer un jusqu'à Damnation, est-ce que tu supposes qu'il nous mènerait aussi au QG d'Akul ?
– Peut-être. Mais tu ne peux pas juste entrer à Damnation comme dans un camp de vacances, répondit Annie. Il y a une raison pour laquelle les Enferéperons savent comment trouver la ville. Ils ne laissent pas entrer les étrangers – et surtout, ils ne les laisseraient pas ressortir.
– On peut tous jouer notre rôle, répliqua Oko. Si on s'habille comme des Enferéperons et qu'on fait profil bas, on peut se cacher dans la lumière.
– Je ne suis pas sûre que notre équipe soit du genre profil bas, remarqua Annie. On a un démon géant et un squelette, déjà. Costume Enferéperon ou pas, ils ne vont pas se fondre dans la masse.
– On divisera l'équipe pour ne garder qu'un petit groupe de quatre personnes qui iront dans la ville, dit Oko comme s'il s'agissait d'une solution simple. Tous les autres peuvent attendre hors de Damnation jusqu'à ce qu'on soit prêts à ouvrir la chambre forte.
– J'en suis, approuva Vraska.
– Parfait, dit Oko. Annie : tu es avec nous, aussi. »

Elle descendit le reste de sa bouteille en signe d'accord.

Oko savait qui serait le quatrième. Il l'avait su depuis que les nécromanciens avaient rapporté la carte. Mais il fit durer l'attente, son regard bougeant d'un membre de l'équipe à l'autre.

« Kellan, » dit-il enfin.
Le choc sur le visage de son fils était clair. « Tu veux de mon aide ?
– J'ai besoin que tu sois avec moi. Tu as des talents qui seront utiles à Damnation, explique Oko. Surtout une fois que nous aurons trouvé Akul. »

Kellan se mordit le bout de la lèvre, mais ce qui pouvait peser sur sa conscience n'importait pas. Oko avait donné à Kellan un rôle nécessaire, et il n'abandonnerait pas son père.

Le garçon acquiesça. « Bien. Je le ferai. »

Oko feignit la gratitude, mais il n'était pas le moins du monde surpris. Kellan avait besoin de son attention. Il voulait de la reconnaissance. La flatterie, apparemment, était la clef pour le garder de son côté.







Il avait besoin de l'aide de ce garçon, de plus de manières qu'il ne pouvait l'expliquer. Et Kellan voulait l'obliger, librement et sans poser de question, tout ça parce qu'Oko était de sa famille. Un étranger de presque toutes les manières, sauf d'après le sang – mais pour Kellan, cela suffisait. Ce genre d'allégeance ? Voilà ce dont Oko était reconnaissant. Il devait seulement s'assurer que ça dure.



Un énorme roc aux angles aigus planait dans le ciel. Des nuages s'enroulaient autour de la plus haute flèche comme s'ils étaient pris dans son orbite, et de la lave coulait du côté, s'écoulant en rivières sinueuses qui dessinaient le territoire de Damnation. Chaque surface en prenait une teinte colérique, brillante comme les braises d'un feu naissant.

Maag Taranau. La chambre forte.

Un labyrinthe de fondations rocheuses déformées serpentait à travers la ville en contrebas, entourée d'un canyon circulaire. Des bâtiments faits de roche de lave solidifiée et de morceaux de bois aiguisés se trouvaient partout, et des os d'animaux encadraient de nombreuses portes et fenêtres, illuminées par les lanternes colorées cachées à l'intérieur.

Kellan ajusta son chapeau, se tenant loin des minces veines de lave en fusion qui s'écoulaient dans la rue. Il y avait de la fumée partout et plus d'Enferéperons qu'il ne pouvait en compter.

Dans la clairière à sa gauche, un combat de rue avait lieu. Deux Enferéperons des montagnes s'affrontaient à coups de hache. Les tranchants flamboyaient sous l'effet du tonnerre, projetant des étincelles à chaque fois que les lames s'entrechoquaient. Une petite foule ricanait et rugissait, et lorsque l'une des haches atterrit dans la poitrine de l'autre homme, les spectateurs levèrent les bras en signe de triomphe. Kellan se sentit mal quand ils traînèrent le corps vers un énorme foyer et le firent rouler sur les charbons ardents.

« C'est une pratique courante ici pour régler les différends. C'est plus civilisé que de tuer toute la famille de quelqu'un, je suppose, » expliqua Oko, remarquant le regard de Kellan. Il poussa un sifflement insouciant et fit signe d'avancer jusqu'à la porte d'un saloon qui brillait de mille feux. Il s'était métamorphosé en une version humaine robuste qui se fondait parfaitement avec le reste de l'équipe d'Akul, et son torse était recouvert d'une armure d'os très élaborée.

Ils avaient déjà visité trois autres saloons, mais jusqu'à présent, il n'y avait eu aucun signe de quelqu'un des hautes sphères des Enferéperons. Près d'eux, Annie ajustait le bandana noir qui couvrait la partie inférieure de son visage. Kellan se demandait si elle avait peur d'être reconnue ou d'affronter enfin les personnes qui avaient blessé son neveu il y a si longtemps.

Lorsque Annie, Oko et Vraska franchirent les portes, Kellan prit une inspiration silencieuse, compta jusqu'à cinq et fit de même.

Le plafond était incurvé comme l'intérieur d'un tonneau. Tout sentait le métal et les fruits acides, ce qui fit reculer Kellan. Il suivit le regard d'Annie jusqu'à une femme assise au bar. Elle portait des épaulettes en fer forgé hérissées de pointes, chaque pointe teintée de braises rouges. Le reste de ses vêtements était en tissu bordeaux, effiloché à chaque bord, avec un petit pistolet à tonnerre et une hachette accrochés à sa ceinture. De la fumée se dégageait de sa peau, comme si elle était prête à s'enflammer à tout moment.

Annie se figea, la voix presque inaudible. « C'est Twist Fandango. Un membre de l'équipe d'Akul. »

Oko fit un bref signe de tête et passa devant Annie pour se diriger vers le bar, Vraska prenant le siège vide à côté de lui. Annie se retira dans un coin de la pièce, mettant autant d'espace que possible entre elle et l'Enferéperon.

Kellan passa une main sur sa cape, évitant les bords brûlés. Il se sentait comme un imposteur. Un épouvantail parmi les soldats. Mais il espérait surtout qu'aucun des Enferéperons ne le remarquerait.

Kellan trouva une cabine au fond et s'assit, les mains agitées sous la table. De l'autre côté de la salle, Oko était occupée à engager la conversation avec le barman, comme si se faire passer pour quelqu'un d'autre était la chose la plus facile au monde.

« Ce n'est pas ta table, » aboya une voix bourrue.

Kellan leva les yeux et découvrit trois Enferéperons qui le fixaient du regard. Celui qui parlait avait une peau brûlante comme de la lave ; les deux autres portaient des plaques de fer qui couvraient tout sauf leurs cheveux enflammés.

« Je suis désolé, » bredouilla Kellan. Il essaya de se lever, mais l'Enferéperon à la peau de lave le repoussa au sol.
« Tu es désolé ? » répéta-t-il en montrant ses dents aiguisées. « Tu n'as pas appris les bonnes manières à Damnation. Je pense que tu n'es pas du tout censé être ici. » Il sortit un pistolet à tonnerre d'apparence lourde et le pointa sur la poitrine de Kellan.
« Je suis juste là pour rencontrer quelqu'un ! dit Kellan rapidement, trébuchant sur chaque mot. Cette personne a des informations dont j'ai besoin pour un travail. »

Le trio ricana.

« Aucun Enferéperon ne te confierait la moindre braise, mon garçon, cracha l'homme. Soit quelqu'un t'a traîné ici pour t'écorcher la peau, soit tu me joues du pipeau. »
Kellan leva les mains. « Je ne veux pas d'ennuis ! »

Leurs rires se poursuivirent, encore plus bruyants cette fois, et Kellan en profita pour se glisser hors de la cabine. Il fit trois pas avant qu'un des Enferéperons ne le pousse au sol, n'envoie son visage contre les planches de bois. Lorsqu'il pressa ses lèvres l'une contre l'autre, il sentit le goût du sang.

« Lève-toi, mauviette, grogna l'Enferéperon. Je ne fais que commencer. »
Les éperons d'Oko tintèrent, bloquant le champ de vision de Kellan. « Laisse le gamin tranquille. »

Kellan se releva en tremblant, la gorge nouée de soulagement.

L'Enferéperon plissa les yeux. « Ce n'est pas un Enferéperon et ça ne te regarde pas. »
Oko ne bougea pas. « Il dit qu'il est ici pour un travail, n'est-ce pas ? Pour ce que tu en sais, c'est Akul qui l'a fait venir. »
L'homme ricana. « Akul pourrait briser cet avorton en deux sans même essayer. Il préférerait embaucher un mulot plutôt que ce sac de brindilles. »
La bouche d'Oko s'ouvrit, moqueuse. « Tu veux prendre le risque de découvrir lequel d'entre nous a tort ? »

Les trois Enferéperons se tournèrent l'un vers l'autre, hésitants.

Oko poussa Kellan sur le côté, l'écartant de la trajectoire de l'Enferéperon. « Laisse-le s'occuper de celui qui l'a invité ici, pour qu'on puisse boire en paix. »
Les yeux de l'homme s'enflammèrent. Il fit un pas en avant. « Qu'est-ce que tu vas faire ? »

Les deux Enferéperons au masque de fer dégainèrent leurs lames.

« Trois contre un ? lâcha Oko. Qui est la mauviette maintenant ? »

L'Enferéperon éclata d'un rire grave et profond, avant de balancer son poing massif vers la tête d'Oko. Oko esquiva, manquant le coup de peu, et donna un coup de coude dans la gorge de son adversaire.

Le chaos éclata dans le saloon, et les musiciens dans le coin accélérèrent le rythme en une gigue endiablée. Le verre se brisait, le tonnerre éclatait, et Kellan se couvrit le visage, trop abasourdi pour bouger. Ses oreilles résonnaient, son regard posé sur son père et Vraska, qui s'attaquaient à tous les Enferéperons autour d'eux.

Vraska était rapide, tranchant chaque Enferéperon avec son long sabre avant même qu'il n'ait eu le temps de tourner ses armes vers elle. Lorsque l'un des assaillants au masque de fer chargea, Vraska lui asséna un coup de crosse de pistolet à tonnerre sur le visage, faisant tomber le masque au sol. Elle poussa sa botte contre leur cou, les clouant au sol, et utilisa son regard pour les transformer en pierre.

Quelques-uns des autres Enferéperons reculèrent en signe d'alarme, mais la plupart n'y virent que de l'huile sur le feu. Ils rugirent, déchargeant leurs blasters à tonnerre sur le saloon, réduisant en miettes le bar en forme de crâne.

Oko se transformait d'un Enferéperon à l'autre, semant la pagaille en alternant coups de poing et transformation en un Enferéperon voisin. Aucun d'entre eux ne regardait de trop près avant de s'élancer vers la mâchoire la plus proche.

Kellan fléchit les mains, prêt à invoquer deux épées d'énergie, quand Annie lui saisit le bras.

« Ne fais pas ça ! dit-elle. Nous devons poursuivre Twist. Si elle s'échappe, nous n'aurons peut-être pas une chance de retrouver Akul. » Elle fit signe aux fenêtres du saloon, qui s'ouvrirent en grand.

« Je ne peux pas le laisser, » dit fermement Kellan.
Les yeux d'Annie s'embrasent. « Il ne te dirait dit que la mission passait avant tout ?
– Je le cherche depuis si longtemps. Je ne l'abandonnerai pas maintenant ! » Kellan lança une liane dorée vers l'Enferéperon dont la hache avait été levée contre la mauvaise garde d'Oko, la faisant tomber à l'autre bout de la pièce.

Oko se retourna, les yeux écarquillés, lorsqu'un coup de tonnerre explosa à travers les portes du saloon, faisant éclater le bois dans toutes les directions. Twist Fandango se tenait dans l'encadrement, les cheveux bouclés par les flammes. Derrière elle, une demi-douzaine d'étrangers armés. Pas seulement des Enferéperons, mais le cercle proche d'Akul.

L'un d'eux saisit Kellan avant qu'il n'ait eu le temps de réagir, lui serrant une paire de menottes en fer aux poignets. Il respira en titubant avant de se rendre compte que sa magie était réduite. Lorsqu'il chercha Oko, Annie et Vraska dans la pièce, ils avaient tous été attrapés.

Kellan sentit son estomac se tordre lorsqu'il réalisa que personne ne viendrait pour eux. Le reste de l'équipe préfererait de ne pas faire irruption dans Damnation pour une mission de sauvetage. Ils étaient des tueurs à gages, pas des amis. Twist s'avança et ricana, tenant sa hachette sous la gorge d'Oko. Il bafouilla lorsque quelque chose pétilla contre sa peau, forçant son illusion à se dissiper.

« Alors, tu es le fae dont nous avons tant entendu parler, dit Twist, étirant ses mots comme un poison lent. Quelqu'un que je connais était très impatient de te rencontrer.
– J'adore mes fans, » répondit Oko, le souffle coupé, tandis que les deux Enferéperons qui le retenaient resserraient leur étreinte.

Twist se tourna vers les autres : « Attachez-les. Ils viennent avec nous. Akul veut traiter personnellement avec ces contrevenants. »

Les orteils de Kellan frôlaient le sol alors qu'il luttait pour garder l'équilibre. Ses bras étaient levés au-dessus de sa tête, enchaînés aux chevrons avec le reste de l'équipe.

« Dis-moi que ça faisait partie du plan, siffla Vraska entre ses dents, se balançant sous les chaînes. Ou au moins, qu'il y a un plan B. »
Oko leva les yeux vers le seul rayon de soleil qui traversait le haut plafond et plissa les yeux. La prison était un énorme dôme, jonché de morceaux de roche broyés. « On dirait une ancienne carrière.
– C'en est une, dit sèchement Annie. Ce qui signifie que nous sommes au niveau le plus bas possible. Même si nous parvenons à nous libérer de ces menottes, nous devrons nous frayer un chemin hors de la ville entière. »
Vraska secoua la tête. « Je t'avais dit qu'amener le gamin était une mauvaise idée. Un lapin aurait fait un Enferéperon plus convaincant que lui. »

Kellan ouvrait la bouche pour s'excuser au moment où la pièce trembla, envoyant de la poussière sur les murs. Des pas résonnaient dans l'embrasure de la porte. Akul lui-même traversait la brume sombre, la tête basse et les serres raclant le sol rocailleux. Son équipe le suivait, avide de divertissement.

Akul étudia chacun des prisonniers suspendus, ses yeux dorés scrutant leurs visages, jusqu'à ce qu'il la reconnaisse.

« Annie Flash. » Un grondement sourd sortit du plus profond de sa poitrine. « Je me demandais quand nos chemins se croiseraient à nouveau. Comment va ton neveu ? »

La rage sur le visage d'Annie disait tout ce qu'elle ne pouvait pas dire.

Un grondement sourd sortit de la gorge d'Akul. « Je dois lui reconnaître ceci : c'est un dur à cuire. J'ai vu des enfoirés deux fois plus gros que lui mourir après une de mes piqûres. » Le dragon tourna son attention vers Oko, de la vapeur chaude sortant de ses narines. « Tu as quelque chose qui m'appartient. »
Oko montra les chaînes. « Détache-moi, et je te l'apporterai. »
Akul poussa un grognement guttural. Il plaça une griffe contre le cou d'Oko, s'arrêtant avant d'avoir fait couler le sang, et la fit glisser lentement jusqu'à son cœur. « Je pensais devoir t'arracher la vérité, mais tu as apporté la clef sur le pas de ma porte. » Il plongea la main dans la veste d'Oko, recouverte d'os, et en sortit l'artefact.

Oko serra la mâchoire, regardant Akul attraper la chaîne autour de son cou. Un médaillon était suspendu en son centre, cinq pointes dépassant des côtés à des hauteurs inégales. Au centre se trouvait une étrange sculpture composée de six dômes de verre, tous éclairés d'une couleur différente, à l'exception d'un seul.

Akul inséra la sixième clef dans le médaillon, et les bords devinrent en une autre pointe. Le dernier dôme de verre devint d'un violet irisé. Le médaillon cliqua et bougea, tournant sur lui-même jusqu'à ce que les pointes révèlent un motif.

Les yeux de Kellan s'écarquillèrent. Il ne s'agissait pas de six clefs, mais de six morceaux d'une même clé.

Et maintenant, elles étaient réunies.

Akul rugit, et une lueur venue du plus profond de son être illumina chaque écaille de son torse, comme un éclair lointain dans un sombre nuage d'orage. Des étincelles crépitèrent sur tout son corps, et il étendit ses griffes.

Oko n'avait pas quitté le dragon des yeux. « J'en déduis que tu n'as pas l'intention de nous laisser partir ? »
La voix d'Akul était fatale. « Si c'était le cas, je n'aurais pas le plaisir de vous voir souffrir et j'ai l'intention de prendre mon temps. »

Les yeux de Kellan parcoururent la pièce, affolés. Annie semblait sur le point de vomir, son père, et Vraska...

Non. Je ne peux pas laisser cela être de ma faute. Je ne peux pas les laisser souffrir à cause de moi.

Il repensa à la bataille qu'il avait vue dans les rues, celle qui se rapprochait le plus d'un combat honorable ici. Kellan serra les dents, puisant dans chaque once de courage qui hibernait dans ses veines. « Je te défie en duel, » lança-t-il.

Akul tira la nuque en arrière sous l'effet de la surprise avant de s'esclaffer sombrement. Le mépris se lisait sur son visage. Les Enferéperons derrière lui éclatèrent d'un rire moqueur.

« Qu'est-ce que tu fais ? » murmura Annie, craintive.
Kellan gardait les yeux rivés sur Akul. « Si je gagne, ton équipe doit nous laisser libres, mes amis et moi. »

Les vrilles de Vraska se levèrent avec intérêt.

Oko ne réagit pas du tout. Juste un regard calculateur et pensif.

« Je n'ai pas besoin de me battre en duel avec des prisonniers, dit Akul. Vous êtes êtes déjà à ma merci – et je n'en ai aucune. »
Le cœur de Kellan s'emballa. « Même les hors-la-loi ont un code, n'est-ce pas ?
– Tu sembles vouloir une mort rapide, mais j'ai d'autres projets, dit Akul. Cependant, lorsque le moment sera venu de jeter vos corps dans le bûcher, je m'assurerai que tu sois le premier. Considère cela comme un geste de bonne volonté. » Ses yeux brillèrent. « D'un hors-la-loi envers un autre. »

Kellan regarda autour de lui, désespérément à la recherche d'une idée, ou d'une pensée, ou d'un...

« Je ne m'attendais pas à ce que l'infâme Akul ait si peur d'un enfant, » dit Oko sans sourciller.
Akul tressaillit, aspirant l'air entre ses dents pointues. « Peur ? »
Oko haussa un sourcil. « Ou peut-être que c'est sa magie qui te fait peur. Peut-être préfères-tu une cible plus facile. »

Kellan pouvait sentir la pression changer dans la pièce alors que l'énergie montait encore et encore. Les écailles de la poitrine d'Akul, toutes aussi dures que l'acier, se mirent à briller d'un jaune maladif. C'était comme s'il se gonflait d'énergie, de tonnerre.

Vraska se débattit contre les chaînes. « Tu parles de torture et maintenant tu préfères nous tuer plutôt que d'affronter le gamin ? » Ses mots étaient cinglants. « Pas étonnant que tu aies besoin de ce qu'il y a dans la chambre forte. Sans ton équipe, vous n'êtes rien. »
Annie cligna des yeux, étudiant les autres. « Tu es un lâche, » dit-elle lentement, les yeux brûlant vers Akul. « Tu t'en es pris à mon neveu pour la même raison que tu t'en prends aux civils désarmés et aux hors-la-loi de bas étage. C'est une valeur sûre. Et même si tu aimes causer des ennuis, je ne peux pas imaginer que tu sois heureux quand les ennuis arrivent à ta porte.
– C'est pour ça que tu caches cet endroit, n'est-ce pas ? insista Oko. Pour éviter un combat que tu n'as pas choisi ? »

Akul brûlait de l'intérieur, la fumée s'échappant par les interstices de ses dents à chaque respiration. Le reste de la pièce était devenu silencieux.

Pour un criminel comme Akul, la réputation était primordiale.

Et l'équipe d'Oko venait de remettre en cause la sienne.

Après une longue pause, le dragon baissa la tête vers Kellan, les dents apparaissant en deux rangées tranchantes comme des rasoirs. « Mettez-les en cellule, dit-il aux Enferéperons. Le duel commence à minuit. »

Résumé



En cavale dans le désert, l'équipe d'Oko, accompagnée du Réprouvé, se laisse le temps de souffler. Celui pour qui ils ont attaqué le train n'a pas besoin de passer aux aveux : Ashiok se contente de lui prendre les pensées dont ils ont besoin. Ils découvrent alors que leur clef n'est que la sixième, et qu'Akul a les cinq autres en médaillon, autour du cou. Il leur faudra donc se confronter à lui ; or, il est enfermé dans son bastion de Damnation, ville où se trouve la chambre forte de Maag Taranau. Mais ils apprennent aussi qu'il existe, à la Sottise du Voleur, une carte de Damnation, enterrée.

Alors que le fae voudrait abandonner l'otage de l'Argenfin au désert, puisque c'est là que vivent les Réprouvés, Kellan insiste pour le ramener au moins à l'oasis la plus proche. Contre l'avis de son père, pour qui il ne se rend pas compte qu'il n'est qu'une marionnette manipulée par la reconnaissance qu'il cherche tant, c'est ce qu'il fait, accompagné d'Annie.

Envoyés à la Sottise du Voleur, Gisa et Geralf en rapportent la carte convoitée, qui permet à l'équipe de se rendre dans la ville secrète. Seuls quatre d'entre eux y entreront, déguisés en Enferéperons : Oko, Vraska, Annie et Kellan. Les autres resteront dans les parages, et n'entreront qu'une fois la chambre forte ouverte. L'objectif est en effet de suivre en filature une personne proche d'Akul – Annie les connaît – et de remonter jusqu'à lui, pour lui voler le médaillon.

Évidemment, les choses ne se passent pas comme prévu : Kellan est raillé et frappé dans un bar, ce qui donne lieu, quand Oko s'en mêle, à une bagarre générale. Cela laisse le temps à Twist Fandango, un Enferéperon proche d'Akul, de rassembler assez de monde pour arrêter les quatre infiltrés, maintenant repérés.

En prison, Akul leur rend visite, pour récupérer la sixième clef – en fait, la sixième partie de la clef – et en profite pour leur exposer leur futur supplice. Kellan a alors l'idée de le défier en duel, pour régler cette affaire. Le code d'honneur existe parmi les hors-la-loi ; mais Akul décline. Cela permet à Oko et Annie de mettre en doute son courage, lui qui n'ose se battre contre un gamin : piqué au vif, le dragon-scorpion se voit obligé d'accepter le duel, sans quoi il ne pourrait garder la face devant ceux qui ont été témoins de cet affront.

Alors c'était comment ?

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous êtes l'une ou l'un de celles et ceux qui ont choisi la rébellion contre le brouillard de la toile qui étouffe les esprits, identifiez-vous pour participer. Sinon vous avez encore une chance d'éveiller vos sens, en rejoignant notre communauté de Magiciens Fous.

Le Dark Mogwaï

Retrouvez le Dark Mogwaï et la communauté des Magiciens Fous sur :

The last ability of Queen Marchesa (long may she reign) checks to see if an opponent is the monarch as your upkeep begins. If no opponent is the monarch, Queen Marchesa's (long may she reign) ability won't trigger at all. Queen Marchesa's (long may she reign) ability will also check to see if an opponent is the monarch as it tries to resolve. If no opponent is the monarch at that time, Queen Marchesa's (long may she reign) ability will have no effect.
— Perle de l'Oracle, Reine Marchesa

Proposé par Patmol25 le 06/12/2023

Le sondage du bas d'en bas de la page
Que des petites frappes à Croisetonnerre. Quel·le hors-la-loi aurait dû trainer ses bottes là-bas ?

Résultats (déjà 67 votes)