La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 4 - Ténèbres - Magic the Gathering

La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 4 - Ténèbres



Articles

Drark Onogard, le , 218 consultations

Elspeth, pour défendre ses alliés, doit se dresser face à ses cauchemars d’autrefois.

  La storyline de Magic / La guerre fratricide

Elspeth, pour défendre ses alliés, doit se dresser face à ses cauchemars d'autrefois. Vous trouverez l'article original ici.

Chapitre 4 : Ténèbres



Baignés de lumière sacrée, les infidèles regardèrent les impuretés de leurs âmes et désespérèrent.
—Le Livre de Tal

Très chère Elspeth,
Il est tout à fait naturel d'oublier. Le secret de la survie réside l'oubli. Se souvenir de toutes choses dans un ordre parfait demande tant d'attention et d'énergie. Trop. C'est l'objet de cette missive pour toi : alléger le fardeau de l'oubli ou de la mémoire, car tous deux te privent des avantages de l'autre. Au lieu de cela, laisse ces mots rester proches de ton cœur.


Elspeth avait eu du mal à dormir depuis son arrivée sur Dominaria presque une semaine auparavant. Elle s'était reposée, avait pris le temps de se baigner dans les installations de cette tour solitaire, et avait médité en récitant ses anciens vœux chevaleresques. Mais même le crépitement régulier de la pluie ne pouvait pas lui faire franchir la porte des rêves.

Pour remplir les heures apathiques entre le crépuscule et l'aube, elle s'entraînait dans le grand hall de la tour, se déplaçant à travers les positions de combat qu'elle avait apprises en tant qu'écuyer à Valeron. Lorsqu'elle était arrivée sur le plan pour la première fois, le hall était vide, lui laissant tout l'espace dont elle avait besoin pour brandir son épée. Mais en quelques jours, la salle était devenue de plus en plus encombrée par les soldats métalliques de Saheeli. Elspeth accepta le commandement de cette garnison mécanique à la demande de Téfeiri. C'était un choix logique – elle avait la plus grande expérience du champ de bataille, parmi tous les Planeswalkers de la tour. Pourtant, ces constructions étaient de piètres substituts aux vrais chevaliers. Que savaient-ils des blessures subies pour la défense d'autrui, des prières prononcées en faveur d'autrui pour... eh bien, quelque être divin ?

Rien. L'acier ne connaissait que l'acier.

Elspeth positionna la lame en forme de bêche de l'un des soldats, une construction qui ressemblait à un scarabée bipède en armure. Puis elle s'installa en position de prime, tenant un bouclier qu'elle avait arraché à l'un des bras des soldats. De prime en seconde. Elle lança un coup de revers depuis la gauche, sa lame cogna contre son adversaire silencieux, puis remonta jusqu'à sa tempe. De seconde à tierce. Elspeth se balança de nouveau, ramenant son épée, la lame si près de son oreille qu'elle l'entendit chanter. De tierce à quarte. Levant son épée haut une fois de plus, elle tapota la tête du soldat de métal. De quarte à quinte. Finalement, elle abattit son épée d'un coup sec, décrivant de la pointe de sa lame un arc de cercle au-dessus de sa tête.

Acceptable. Maintenant, recommence.

Prime, seconde, tierce, quarte, quinte.

Encore. Plus vite.

Prime s'conde tierce quarte quinte.

Pas assez vite ! Refais-le !

Primescondetierce...

Elspeth trébucha, lâcha la prise de son épée qui cliqueta contre le sol. Exaspérée, elle jeta le bouclier aussi fort qu'elle le put à travers la pièce. Il fut un temps où elle n'avait pas à réfléchir à la façon de se battre. Les mouvements étaient greffés sur ses muscles, gravés dans ses os. Aucune réflexion supplémentaire nécessaire, aucune hésitation concédée. Mais après toutes ses expériences sur la Nouvelle Capenna, ses mouvements avaient semblé lents, son bras armé tremblant.

« Votre bibelot, » déclara Wrenn trempée, sortant de la pluie. Sept, l'arbre partenaire de la dryade, également dégoulinant d'eau, lui tendait le bouclier d'Elspeth.
« Merci, » dit sèchement Elspeth. Elle prit le bouclier et récupéra son épée, puis reprit sa position face au soldat métallique pour recommencer la séquence. Wrenn restait suspendue, les yeux fixés sur elle.« Y a-t-il quelque chose dont vous avez besoin ? demanda Elspeth.
– Vous habitez deux mélodies. Comment est-ce possible ?
– Que voulez-vous dire ?
– Chaque être fait partie d'une chanson, expliqua Wrenn. Une mélodie qui contribue à l'ensemble. Mais vous... il y a deux mélodies en vous. L'une est d'une seule note, constante et infaillible. L'autre est fendue, une aria étranglée à mi-chemin.
– Je... commença-t-elle. Vous devez vous tromper.
– Il n'y a pas d'erreur. C'est comme si vous viviez deux vies séparées. Une dans la lumière, une dans l'ombre.
– Vous vous trompez, cingla Elspeth en replaçant son épée dans son fourreau.
– Très bien, » dit Wrenn, puisque Sept l'obligeait à s'éloigner pour donner de l'espace à Elspeth.

Elspeth grimaça. Elle n'avait pas voulu être aussi sèche, mais elle n'aimait pas la façon dont la dryade proclamait des choses à son sujet, comme si une poignée de jours suffisait à disséquer son âme.

« Wrenn, pardonnez-moi. Je...
– Attendez, dit Wrenn. Il y a une perturbation dans le rythme de la pluie. Quelqu'un est dehors. »

Elspeth dégaina son épée et s'approcha de l'entrée massive à l'avant de la tour. Elle regretta l'existence d'un tel passage ouvert à l'intérieur de la tour. Un pont-levis aurait été tactiquement supérieur. Une barbacane avec un fossé encore mieux. N'importe quoi pour barrer la route à une armée en marche.

« Pouvez-vous dire combien ? demanda Elspeth.
– Deux. De taille humaine. »

Deux personnes n'étaient pas une force d'invasion. Néanmoins, Elspeth préférait pécher par excès de vigilance.

« Réveillez les autres, Wrenn. Je vais enquêter.
– Nous sortirons ensemble. Je soupçonne que le bruit agira comme une alarme appropriée. »

Elspeth et Wrenn marchèrent sous la pluie, passèrent devant la cour, descendirent les escaliers festonnés peu profonds et empruntèrent le chemin de pierre qui avait été reconquis par l'herbe et la terre.

« Montre-vous ! hurla Elspeth. « Qui va là ? »

Pas de réponse. S'il y avait danger, Elspeth ne voulait prendre aucun risque.

« Restez près de moi, Wrenn, dit Elspeth en jetant un sort de lumière sur son bouclier. Puis, avec la pointe de son épée, elle traça un cercle autour de Wrenn et d'elle-même, prononçant un mot de pouvoir. Au premier signe d'agression, elle pouvait habiliter le cercle à se prémunir contre toute magie hostile.

Elle fit briller son bouclier dans l'obscurité, révélant deux silhouettes qui s'approchaient. Ils s'avançairent sans armes dégainées, sans une démarche menaçante. Non seulement cela, mais Elspeth pouvait sentir la présence de la magie – mise en évidence par la faible lueur verte entourant les personnages – ainsi que le trait subtil des étincelles de Planeswalker.

Mais étaient-ils amis ou ennemis ?

Elspeth tenait fermement son épée. Elle serait prête de toute façon. Lorsque les silhouettes ne furent qu'à quelques mètres du cercle, l'une d'entre elles – une femme aux cheveux roux de feu – leva la main et cria : « Êtes-vous Elspeth ? »



Solide. Constant. Loyal. L'engagement dans un écuyer est louable, surtout lorsque la compétence fait défaut. Plus d'une fois, tu as réprimandé Aran pour son maniement de la lame. Tu savais qu'il ne pourrait jamais être un vrai chevalier de Bant. Fort de bras, bon pour quelques coups d'épée bien placés dans une arène. Mais un membre de la caste Sigillée ? Il n'en serait jamais digne.

Tu l'as quand même laissé aller sur le champ de bataille. Pas étonnant qu'il soit mort, le garçon qui jouait à être un homme. Lorsque tu l'as ramené avec ta magie de guérison, il te considérait comme une déesse cachée.
Vous nous avez donné de l'espoir, t'a-t-il dit lors de votre passage dans son lit de convalescence. Je vous fais confiance. Et pourquoi pas ? Les mentors n'abandonnent pas leurs pupilles lorsqu'ils ont le plus besoin de conseils.

Mais tu l'as fait. Tu as jeté ton épée, jeté ton armure, renié ton devoir. Ces jours-ci, il passe ses matinées à clopiner dans les jolies allées du jardin du monastère où il sert. La douleur qui ronge son corps n'est rien comparée au vide de son âme. Il a finalement appris ta vraie leçon
: N'espère pas. Ce n'est pas pour toi.



Nissa Revane et Chandra Nalaar avancèrent dans la lumière. Deux personnes de plus sur la liste de ceux qui en savaient plus sur Elspeth qu'elle-même sur eux, grâce à Ajani. Elle et Wrenn les accueillirent dans la tour, leur permettant de se sécher et de prendre leurs marques. À leur crédit, elles étaient gentilles, dégageant autant de chaleur que quiconque ne lui en avait jamais montré. Mais elles n'étaient pas ses amies, bien qu'elles semblassent le désirer. Peut-être un jour, mais ce moment n'était pas encore venu.

Alors, Elspeth souriait. Elle souriait, sans rien dire, et après les avoir remises à une Kaya aux yeux troubles pour une séance de débriefing, elle ne regarda pas en arrière pour dire au revoir. Elle avait ses devoirs, après tout, qui n'incluaient pas de s'asseoir dans des réunions en sirotant du thé. Lorsqu'elle sortit de la tour, celle-ci était en effervescence, puisqu'une grande partie de son activité était localisée dans le grand hall où une équipe de serviteurs automates faisait briller et polissait les rangs des guerriers mécaniques.

Dehors, l'averse de tout à l'heure s'était suffisamment calmée pour qu'Elspeth se rendît aux tours de guet situées le long du périmètre de la vallée, vestiges d'une ancienne grille de défense. Elle avait effectué des mises à niveau au cours des derniers jours au nom de Saheeli, qui était heureuse d'avoir de l'aide supplémentaire afin de pouvoir se concentrer sur le travail avec Téfeiri, Kaya et l'Ancre Temporelle. Le travail convenait parfaitement à Elspeth. Être loin des bruits et des discussions de la tour pouvait la laisser ruminer sur tout ce qui lui était arrivé en une courte succession – remonter du monde souterrain de Theros, trouver son plan d'origine, perdre Ajani.

Non. Pas simplement le perdre.

Il est l'un d'entre eux – un Phyrexian, avait dit Téfeiri. Je suis désolé.

Chassant cette pensée de son esprit, Elspeth jeta son sac sur son épaule et escalada l'affleurement rocheux au pied de la tour de guet. Elle se reposa brièvement une fois atteints les marches de pierre taillés dans le côté de la tour elle-même, puis elle grimpa tout le long de la balustrade sur un petit rebord tout en haut. Au centre de la plate-forme couverte se trouvaient les restes d'une tourelle qui tirait autrefois des projectiles semblables à des harpons sur tous les intrus à portée. Il ne restait plus que sa base, un tas de pierres en ruine.

Elspeth sortit un cylindre recouvert d'acier de son sac, puis se retourna pour donner quelques coups de pied rapides à la vieille tourelle, la renversant facilement. Elle mit le cylindre de Saheeli à sa place et inséra un petit cristal jaune dans une cavité sur son dessus. En quelques instants, le cylindre roula de lui-même et se déplia deux fois, formant une base de trépied et un canon court à partir duquel des éclairs d'énergie pouvaient partir.

« C'est ça, » se dit-elle, et elle s'assit contre le mur de la chambre de la tourelle. Elle ferma les yeux, respira l'air froid et vida son esprit. Par habitude, elle se mit à réciter la Prière d'Asha, l'ange gardien de Bant.

« Ne vous égarez pas dans le péché », commença Elspeth. Puis elle s'arrêta. Peu importe à quel point elle s'entraînait, peu importe le nombre de mantras qu'Elspeth récitait, Asha n'avait aucune obligation de l'écouter. Elspeth avait renié son serment lorsqu'elle avait déserté Alara. Alors qu'en était-il de son autre mécène, Héliode ? Un petit tyran, un malfaiteur et un meurtrier indigne de sa dévotion, maintenant enchaîné à juste titre à un rocher dans le monde souterrain de Theros. D'autres dieux attendaient dans les coulisses – Serra ici même sur Dominaria, pour n'en nommer qu'un – tous promettant une faveur si on leur donnait sa foi.

Et c'était le problème. Quelle foi dois-je donner ? Tout ce que j'aime a disparu. Tout le monde est parti. Rien en quoi croire. Puis elle se souvint que ce n'était pas tout à fait vrai. Il en restait. Koth était vivant. Vivien avait prouvé qu'elle était une véritable amie. Et puis il y avait Giada. Elle se demanda si Giada pouvait la voir maintenant, d'une manière ou d'une autre. S'il y avait une chance...

« Tu m'as dit que j'avais tout ce dont j'avais besoin, dit doucement Elspeth. Mais les Phyrexians – tout ce qu'ils font, c'est prendre. Prendre, vriller et détruire jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de toi que de la haine et du désespoir. Et je les déteste tellement pour ce qu'ils ont fait à Ajani. Tu as dit que mes échecs ne définissent pas qui je suis, mais quand je pose ma tête pour dormir, tout ce que je vois, ce sont ceux que je n'ai pas pu protéger. »

Si Giada l'avait entendue, elle ne répondit pas. Elspeth ne s'attendait pas à ce qu'elle le fasse.



Combien donnerais-tu par amour ? Demande à Daxos de Mélétis, car il a tout abandonné. Qui il était, ce qu'il représentait, ce qu'il adorait, rien de tout cela n'est plus à sa portée. Pour lui, il n'y a qu'Héliode, son seigneur déchu dont la punition n'a pas donné congé à Daxos de son devoir. Le jour, il est contraint d'accomplir la volonté du soleil, et sa vie restaurée n'est qu'un joug éternel. Mais la nuit, dans ses rêves, il erre sans entraves, criant ton nom dans les prés infinis d'asphodèles à six pétales d'Erébos, les asphodèles faites du verre le plus pointu. Pendant que leurs bords tranchent ses jambes, que coule le sang comme des larmes, il s'arrête pour ressentir la douleur, car dans sa vie éveillée, il ne ressent rien du tout.

Une fois par lune, son esprit est davantage libéré pour pénétrer plus profondément dans le royaume de Kruphix. Et que lui montrent ses yeux d'oracle ? Ils le mènent jusqu'à toi – une copie bien sûr, mais assez réelle pour Daxos – debout sur le cadavre à plusieurs têtes de Polukranos, le mangeur du monde, son sang noir encore frais sur tes mains.

« Pourquoi est-ce que toi, tu mérites une vie sans souffrance ? » cherche-t-il à savoir. Tu réponds en te moquant de ses larmes, puis tu plantes ton épée dans sa poitrine, dans son cœur.

Daxos se réveille peu après et se prépare pour l'aube.




La pluie recommença juste au moment où Elspeth revenait à la tour. Elle traversa le hall sous les regards des guerriers de métal silencieux jusqu'à sa chambre mais s'arrêta net quand elle entendit des voix qui venaient du couloir devant sa porte. Regardant au coin de la rue, elle reconnut deux personnes assises sur le sol du couloir. Chandra. Jodah. Une cruche de vin entre eux.

« Elle était tellement en colère, racontait Chandra. Elle m'a menacé de me noyer ! Je n'ai même pas brûlé toute la forêt ! Juste un tout petit bout. Je veux dire, les arbres repoussent... à la fin. Oh, et ne dis rien de tout ça à Nissa.
– Te noyer. Elle m'a volé cette menace, rit Jodah. Ah, Jaya. Toujours douée pour détruire. Pas aussi douée pour la création. » Il but une longue gorgée au pichet. « Dieux, tu n'as pas goûté sa cuisine, n'est-ce pas ?
– Pouah. » Chandra arracha la cruche de Jodah et en avala plusieurs goulées. « Ne me lance pas sur la quiche. »
Jodah éclata de rire. « Elle a fait la quiche ? Encore ?!
– Après ça, les œufs ont été interdits à moins de sept kilomètres de la Forteresse de Keral Keep. Je ne plaisante pas – on a payé un prêtre de Zinara pour lancer une protection pour éloigner les poulets de l'endroit.
– Laisse-moi faire un tour sur la machine à remonter le temps de Saheeli, et je reviendrais... » Une brusque humeur maussade le saisit, et il resta silencieux pendant un moment avant de reprendre la parole. « Je reviendrais et je mangerais tout. »

Elspeth regarda Chandra placer son bras autour de l'épaule de Jodah et le serrer contre elle, tentant en vain d'empêcher ses propres larmes de couler. Il n'était pas nécessaire de savoir qui était cette Jaya pour comprendre ce qu'elle signifiait pour Chandra et Jodah. Une amie proche.

Maintenant qu'ils étaient distraits, Elspeth bougea. Elle espérait apparaître en un éclair, passer devant sa porte et disparaître derrière avant que Chandra ou Jodah ne réalisent qu'elle était là. Une attente stupide.

« Elspeth ! cria Chandra en essuyant ses dernières larmes sur sa manche. Hé, ça te dit de nous rejoindre ? Crois-moi, tu nous rendrais service. »
Elspeth se détourna de la poignée de porte et esquissa un demi-sourire. « Non merci. J'ai besoin d'étudier la carte de la région, m'assurer que tout est pris en compte.
– Étudier ? demanda Chandra. Qu'est-ce que tu racontes ?
– Elspeth a développé des actions défensives au cas où nous serions attaqués, expliqua Jodah. C'est une stratégie assez audacieuse, à mon avis. »

Audacieuse ? Elle n'en était pas si sûre. Désespérée semblait plus juste. En plus de mettre en place les tours de guet, elle avait travaillé avec Jodah, Kaya et Saheeli sur les mesures à prendre en cas d'assaut contre la tour. Cela finirait par arriver, c'était certain. Il était donc impératif d'avoir un plan en place. Même un plan qui avait une faible chance de réussir valait mieux que de n'en avoir aucun.

« Merci. » Elle appuya sur le loquet et sentit le loquet de sa porte céder. « Quoi qu'il en soit, je suis désolée de vous interrompre.
– Attends, dit Jodah, soudain sérieux. Je sais que les choses ont été... bizarres pour toi ici. » Il montra l'espace vide de l'autre côté du couloir. « Tu es avec des amis. S'il te plaît. »

Il y avait quelque chose chez Jodah qu'elle ne pouvait nier – une étrange familiarité qu'elle ne parvenait pas à identifier mais qu'elle attirait néanmoins vers elle. C'était peut-être aussi simple que sa gentillesse envers elle quand elle était arrivée à la tour, le simple fait de lui dire qu'elle était la bienvenue quoi qu'il arrive, que quelles que soient les difficultés qu'elle rencontrait, elle avait l'espace pour les gérer selon ses besoins. Pour cela, Elspeth pouvait céder. Elle ferma sa porte et s'assit par terre en face de lui.

« Je suis désolée pour votre amie, dit-elle. Avec toute cette folie qui se passe, ça doit être difficile de faire le deuil.
– Nous ne sommes pas en deuil, dit Chandra en offrant du vin à Elspeth. Nous célébrons celle qu'elle était. C'est comme ça que Jaya l'aurait voulu. »
Elspeth repoussa la cruche. « Je ne la connaissais pas.
– Alors parle-nous de quelqu'un que tu connaissais, dit Chandra. Quelqu'un qui est parti trop tôt. »

Elspeth réfléchit aux noms. Il y en avait beaucoup. Certains qu'elle ne supportait pas de considérer comme morts. D'autres dont elle ignorait le sort. Et d'autres encore dans l'entre-deux trouble. Un nom émergea des profondeurs de son esprit, un nom qu'elle n'avait pas prononcé depuis qu'Héliode l'avait frappée.

« Je connaissais un homme, dit-elle. Un artificier d'Urborg qui avait combattu à mes côtés sur la Nouvelle Phyrexia. Il était exaspérant et prétentieux. » Elle ne put s'empêcher de sourire en pensant à lui. « Mais il était aussi brillant, courageux et loyal – le genre de personne qui s'aventurerait à travers les plans sur la moindre information qui lui laisserait penser que ses amis étaient en difficulté.
– Venser, dit Jodah en prenant le vin et en en buvant un peu.
– Tu le connaissais ?
– Il y a longtemps, quand il était très jeune et que j'étais... un peu plus jeune. J'ai honte de dire que je l'ai frappé pour des circonstances qui n'étaient pas de sa faute. Je lui ai dit que j'étais désolé, mais ça n'a pas arrangé les choses. J'aimerais qu'il soit là pour raconter ses blagues idiotes. Je ferais même semblant de rire.
– On pourrait penser qu'après des décennies de combats... tant de morts... je serais habituée à la perte, s'ouvrit Elspeth. Mais je ne peux pas échapper aux noms de ceux qui sont tombés pour me sauver. De ceux dont le sang est sur mes mains à cause de mon échec. Leurs fantômes hantent mes rêves.
– Eh bien, ça fait des siècles pour moi, et je m'accroche à peine.
– Des siècles ?
« Personne ?... » Jodah se redressa et s'éclaircit la gorge. « Vous êtes en présence d'un homme de quatre mille ans. Je sais, je sais – je fais à peine deux-mille cinq-cents. »
Deux-mille cinq-cents ? Il n'avait pas l'air d'avoir plus de vingt-cinq ans ! « Comment est-ce possible ?
– Oh, tu sais – comme d'habitude. Une très, très, très longue histoire que je n'ai pas le temps et pas la patience de raconter. » Jodah la regarda avec nostalgie. « À mon époque, j'ai perdu des gens que j'aimais. Tellement maintenant. Comme toi, je peux fermer les yeux et les voir encore.
– Alors, ça ne devient pas plus facile.
– Non, dit-il. Pas si tu te laisses aimer. »
Chandra arracha la cruche de vin à Jodah et la leva. « C'est une fête, n'est-ce pas ? Alors, on porte un toast ! À Venser ! À Jaya ! À Gideon et... » Sa bouche était grande ouverte avec le nom final, celui qu'Elspeth n'eut pas même à deviner. Ajani.
« Ça va, dit Elspeth. Tu peux le dire.
– Non. Non, ça ne va pas, trancha Chandra. Nous allons le sauver. Et après cela, nous allons cramer chacun de ces bâtards de Phyrexians sur n'importe quel plan où nous les trouverons. Tu as ma parole là-dessus. »
Elspeth hocha la tête et prit la cruche de vin des mains de Chandra. « A Venser, Jaya et Gideon. A ceux que nous avons perdus et aux courageux qui ne sont pas encore tombés. Jusqu'à ce que tous aient trouvé leur place. »



Les constructions peuvent-elles rêver ? Calix, s'il connaissait le mot « rêver », te dirait qu'il le peut. Mais à quoi rêve la marionnette quand ses ficelles sont coupées, quand les mains qui dirigent ses gestes lui sont enlevées ? La réponse est simple. Il rêve de sa carrière dictée par Klothys, sa vie consumée par la poursuite d'Elspeth Tirel. Plan par plan. Hanter pour hanter. Il n'arrêtera jamais de te poursuivre, ni lorsqu'il est éveillé, ni lorsqu'il dort.

Tu vois, Calix doit dormir pour reprendre des forces, et quand il dort, il rêve. Il rêve des batailles que tu as menées, étudiant chaque mouvement que tu as utilisé contre lui pour concevoir le contre parfait. L'homme qui n'est pas un homme peut aspirer à cela – être parfait, réaliser son but. Mais il est plus qu'une marionnette, tu le vois. Il craint aussi son propre succès. Une fois qu'il t'aura eue, une fois qu'il t'aura ramenée pour partager le destin d'Héliode, que lui restera-t-il ? Quelle est l'essence de Calix une fois ses objectifs atteints ?

Il connaît la réponse et en est terrifié. Même un agent du destin ne peut échapper au destin.




L'attaque phyrexiane survint en pleine nuit.

Elspeth était encore en train d'attacher les sangles de son armure tandis qu'elle courait dans les couloirs de la tour. Toutes les deux secondes, une explosion retentissait, se répercutant sur les murs, de sorte que chaque éboulement résonnait comme s'il s'était produit juste au-dessus d'elle. Atteignant la porte de l'atelier de Saheeli, elle fit irruption sans s'annoncer.

L'Ancre Temporelle sifflait et remuait. Saheeli faisait des allers-retours, pliant et tordant des parties de sa machine avec ses capacités de métallurgiste pour garder une longueur d'avance sur ses secousses. Kaya projetait une brume violette sur toute la scène, luttant pour maintenir sa magie fantomatique sur elle-même et sur la chambre en forme de cercueil qui abritait Téfeiri.

« Nous sommes attaqués ! cria Elspeth. S'il vous plaît, dites-moi que vous avez ce dont vous avez besoin.
– Pas encore, dit Saheeli qui peinait à reprendre son souffle. Mais Téfeiri est si proche. Si nous fermons maintenant, nous n'aurons plus aucune chance de revenir. S'il te plaît... Nous avons juste besoin d'un peu plus de temps. »

C'était en train de se passer. Elspeth ferma les yeux et, pendant un instant, tous les sons s'éloignèrent. Elle se souvint de ce qu'elle avait dit à Téfeiri : Si les Phyrexians sont toujours sur ce plan, ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne trouvent cet endroit. Vous aurez besoin de quelqu'un pour vous défendre si cela se produit, s'ils nous traquent. Maintenant, c'était exactement ce qu'ils faisaient. Elle resserra son bouclier sur son bras et desserra le fermoir qui retenait son épée dans son fourreau. Elle chercha le petit flacon de Halo glissé dans sa poche de ceinture. Puis elle prit une inspiration.

C'est l'heure.

« Barre la porte quand je pars, » ordonna-t-elle, avant de rebrousser chemin, de faibles cris et des cliquetis accentuant chacune des explosions assourdissantes. Lorsqu'elle arriva dans le grand hall, Wrenn et Nissa étaient déjà là, regardant par l'une des fenêtres en forme de cathédrale des tourelles de la tour de guet tirer des éclairs d'énergie bleu-blanc sur une forme sombre flottant sous les nuages ??d'orage.

« Qu'est-ce que c'est ? demanda Elspeth.
– Un vaisseau aérien, dit Jodah, qui sortait d'un portail magique pour entrer dans la chambre. Regardez là, nos mécanoptères. »

Les mécanoptères – visibles uniquement grâce à leurs feux de position – apparurent alors qu'ils se dirigeaient vers le vaisseau aérien. Tout le monde regarda les mécanoptères bourdonner autour de l'ombre comme autant de moucherons, lançant des charges explosives qui ne réussissaient qu'à révéler ce à quoi ils avaient affaire. Pas tant un navire qu'une monstruosité flottante de cornes effilées et de pointes dentelées, le navire se maintenait en l'air par des voiles qui ressemblaient à des ailes écailleuses pareilles à celles des chauves-souris. Lentement, il changea sa trajectoire pour diriger sa quille vers le bas, en s'alignant avec la tour centrale. Le feu de la tourelle s'intensifiait au fur et à mesure que le navire descendait, seulement pour que les tours de guet arrêtent de tirer une par une.

« La grille de défense, » dit Jodah d'une voix caverneuse. Le navire s'abaissa sur le sol pour se reposer sur un ensemble d'épines s'étendant de sa coque comme les pattes d'un insecte géant.
Elspeth en avait assez vu. « Ils sont en route, lâcha-t-elle. Wrenn et Nissa, protégez Téfeiri à tout prix. » Parmi les soldats, elle jeta un œil sur une paire de dromadaires mécaniques, des coursiers en filigrane construits par Saheeli pour ce moment précis. « Jodah, es-tu prêt ? »
Jodah lança un regard à Elspeth. « Je suppose qu'il est trop tard pour demander que ton plan soit un peu moins audacieux.
– Tu as eu ta chance, rétorqua Elspeth. Maintenant, nous partons à leur rencontre. Pour gagner du temps, pour Téfeiri. »

Ils montèrent et s'armèrent de lances à lithoforces, également préparées par Saheeli. Jodah avait raison d'avoir des doutes. Lors d'un siège, l'avantage des défenseurs venait de leurs murs. La doctrine leur demandait de se cacher à l'intérieur de la structure principale, d'installer des archers ou d'autres unités à distance pour attaquer et de briser toute attaque par attrition. Mais il y avait deux problèmes avec cela dans ce scénario. Premièrement, la tour n'était pas un château – sa nature ouverte l'empêchait de se défendre contre une intrusion si l'ennemi l'envahissait. Et deuxièmement, les Phyrexians ne formaient pas une armée normale. Leur moral ne serait pas brisé par un assaut raté. Quelque part dans l'obscurité, ils se faufilaient et complotaient. Ce qu'Elspeth devait faire, c'était les inciter à obéir aux règles de la guerre conventionnelle en leur offrant une chance irrésistible de semer la discorde et de semer la peur.

« Levez-vous ! » cria Elspeth. Tout à coup, la centaine de soldats mécaniques s'animèrent, balançant leurs bras aiguisés à l'unisson comme un ensemble de lames de batteur. Derrière leurs rangs, un groupe de dix brutes couvertes d'argile levaient les bras en position de boxe, préparant leurs poings pour écraser tous les ennemis vers lesquels Elspeth les dirigeait. Les yeux fixes des constructions, tous braqués sur Elspeth, pulsaient d'une douce lumière dorée. « Réunion ! » La compagnie marcha en un temps parfait hors de la chambre et dans la cour, formant trois arcs concaves bout à bout. « Marchez ! » Les soldats avancèrent et se déployèrent, descendant les marches centrales et s'arrêtant à l'extrémité de l'allée principale. Les statues d'argile restèrent dans la cour pour absorber tous les ennemis qui dépassaient la ligne de front. Tout était réglé.







« Là, il faut se dépêcher, » dit-elle à Jodah. Tous deux, à cheval, firent par deux fois le tour du côté sud de la tour, restant près du mur jusqu'à ce qu'ils aient atteint un point de vue prédéterminé à partir duquel surveiller la ligne de siège. Elspeth agrippa sa lance, son cœur battant la chamade. « Saheeli a dit que ces lances ne frappaient qu'un seul coup, rappela-t-elle à Jodah. Nous devons faire en sorte que cela compte.
– Les artificiers, grommela-t-il. Ça leur ferait du mal de rendre ces inventions fantastiques utilisables plus d'une fois ? »

Elspeth ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais un bruit détourna son attention. Le bruit arriva comme des chuchotements, suivit le glissement silencieux des choses qui rampent dans la boue. Puis vinrent un battement d'ailes et un grondement sourd et tonitruant qui se transforma en un cri perçant – un cri de guerre phyrexian. L'armée était unie au bord même de la lumière de la tour, pliant la membrane de l'obscurité jusqu'à ce qu'elle se déchire.

Les premiers rangs étaient hérissés de guerriers humanoïdes armés de plaques de métal noir, leurs groupes de bras se rétrécissant en lames aux bords dentelés et en pointes de lance en forme d'aiguille. Derrière eux marchaient des unités montées – ou ce qu'Elspeth pensait d'abord être des chevaliers sur des créatures lupines géantes. Mais ils se déplaçaient trop vite, naviguaient trop bien sur le terrain glissant pour être destriers et cavaliers ; chaque ennemi monté était un seul être, cavalier et monture fusionnés.

Malgré leur nombre et leurs armes redoutables, les troupes terrestres phyrexianes ne refroidirent pas Elspeth autant que ce qu'elle vit ensuite. Le ciel nocturne se mouvait et des chevaliers ailés plongèrent dans la lumière. Ils étaient hideux, leurs corps faits de lames noires en forme de faucille liées ensemble par des brins de tendon. Alors que certains conservaient une forme vaguement humaine, d'autres remplaçaient leurs moitiés inférieures par une poignée de pattes d'araignée ou évitaient complètement les jambes au profit d'une boule à pointes qu'ils pouvaient utiliser pour écraser les ennemis d'en haut.

« Merde, » dit Elspeth. Elle n'avait pas compté sur des troupes aériennes, mais il était trop tard pour ajuster les plans ; la horde qui avançait se rapprochait de plus en plus de leur ligne de siège. Les Phyrexians montés partirent au un galop, coulant autour des flancs du corps principal. C'était une stratégie simple, mais efficace : une manœuvre en pince pour écraser les défenseurs entre des vagues de bêtes métalliques. « Attends.
– Elspeth, c'est maintenant ou jamais. »

Elle le savait, mais il était essentiel de faire en sorte que chaque partie du plan compte. Une seconde de plus pourrait signifier plus d'ennemis pris au piège. Stable, stable. La masse vrillée avait presque atteint la ligne de siège. Un instant de plus, et ils seraient au-dessus des défenseurs de la tour.

« Maintenant, Jodah ! »

D'un mouvement de la main et en prononçant une seule syllabe mystique, Jodah dénoua le sort de terrain fantasmatique qu'il avait jeté la veille, révélant la tranchée jalonnée qui s'étendait de l'extrémité nord du complexe de la tour jusqu'à l'endroit où Elspeth et Jodah s'étaient postés. Trop tard pour arrêter leur élan vers l'avant, l'avant-garde Phyrexian se jeta sur un treillis entrecroisé de bûches aiguisées. Avec un autre mot de pouvoir, Jodah fit exploser toute la barricade en flammes, plongeant l'ennemi dans le désarroi.

Les premières rangées d'infanterie phyrexiane connurent le même sort que les cavaliers, ce qui donna d'abord des espoirs à Elspeth. Mais sans hésitation, la rangée suivante utilisa les corps embrasés de leurs frères comme barreaux pour escalader la barricade de l'autre côté. Les unités volantes suivirent, avançant jusqu'aux premiers rangs pour transporter en toute sécurité des combattants au-dessus des flammes.

Heureusement, ils avaient encore un tour dans leur sac.

« Allons-y ! »cria Elspeth. Elle poussa sa monture sur un chemin perpendiculaire à la force d'invasion, puis se tourna brusquement vers la horde dans une charge de flanc. Elle leva sa lance, sa pointe incandescente à cause de la lithoforce qui s'y trouvait, pour signaler à Jodah de commencer sa propre charge. Alors qu'elle galopait vers les Phyrexians, elle pointa sa lance vers l'ennemi et guida son pouce sur un incrustation de cristal sur le manche. Jusqu'à présent, Saheeli avait plus que prouvé son génie. Mais c'était maintenant qu'Elspeth avait besoin de l'artificière pour surpasser tout ce qu'elle avait créé auparavant.

Elspeth appuya sur le cristal alors qu'elle n'était qu'à quelques mètres de la ligne phyrexiane. Une sensation de brûlure envahit sa main alors que la lithoforce de la lance devenait intolérablement brillante. Puis elle se brisa, sa puissance refoulée faisant irruption sous la forme d'une bande d'énergie qui traversa le champ de bataille pour se connecter à sa paire accouplée – la lithoforce de la lance de Jodah. Elspeth poussa sa monture en avant, gagnant autant de vitesse qu'elle le pouvait avant de percuter la horde, la bande d'énergie déchirant les Phyrexians comme une faux dans le blé. Elle continua d'avancer, n'osant pas ralentir de peur qu'une lame ennemie ne dépasse ses jambières ou qu'une main ne la saisisse et ne la tire de sa selle.

Elspeth atteignit l'autre côté de la foule, décimant les Phyrexians dans son sillage. Elle fit demi-tour, attendit le feu vert de Jodah de l'autre côté du terrain, puis revint dans la mêlée pour se frayer un chemin à travers davantage d'ennemis. Elle prit un moment pour regarder par-dessus son épaule la ligne de siège. Les automates tenaient bon, des petits groupes d'ennemis grouillant autour d'eux, qui les déchiquetaient avant qu'ils ne puissent contre-attaquer. Les quelques Phyrexians qui avaient traversé la ligne de front commirent l'erreur d'attaquer directement les statues d'argile, ce qui eut pour effet de coincer leurs membres à l'intérieur des corps malléables des statues.

Elspeth avait reporté son attention sur l'élimination de l'infanterie phyrexiane lorsqu'elle aperçut un chevalier ailé fondant du ciel. Elle détourna le coup de sa tête, mais il parvint quand même à renverser sa monture. Elle se releva de la terre détrempée, seulement pour qu'une botte en métal lourd lui donne un coup de pied dans l'estomac, s'abatte sur son dos. Alors que son agresseur se dirigeait péniblement vers elle, levant son bras en forme de hache pour porter un coup fatal, Elspeth vit qu'aucune tête ne reposait sur son cou. Au lieu de cela, il semblait voir et sentir à travers un crâne dépouillé de chair incrusté dans son torse.

C'était juste la bonne distance pour un coup de pied rapide. Il recula, donnant à Elspeth suffisamment de temps pour se remettre sur ses pieds et tirer son épée, déclenchant une impulsion de lumière blanche – du pur Halo – qui fit reculer son adversaire, aveuglé. Son ouverture dégagée, Elspeth repoussa la tête de la hache et enfonça son épée dans sa section médiane. D'un coup de pied, elle repoussa le corps du Phyrexian transpercé par sa lame, avant de lever les yeux vers le chaos pour voir l'ennemi chancelant et désorganisé.

Il était maintenant temps d'appuyer sur l'avantage.
« Chargez ! » cria-t-elle, d'une voix qui résonna par-dessus le vacarme. En entendant le mot d'orde, la légion de métal qui défendait le donjon se transforma en légion d'attaquants, qui chargèrent par-dessus la barricade enflammée et sur le champ de bataille. Bien qu'ils ne fussent pas effrayés, les Phyrexians restants se replièrent pour rétablir une ligne de siège. Ceux qui arrivaient à portée d'Elspeth tombaient sous ses coups comme s'il s'agissait de mannequins faits de chiffons et de sacs. Elle n'était pas la seule à s'en apercevoir – les Phyrexians commencèrent à reculer à l'approche d'Elspeth.

Elle ne leur faisait aucun quartier dans sa mêlée sur le champ de bataille, parant lames et griffes à la recherche de Jodah. Elle le repéra coincé contre la barricade par deux autres Phyrexians volants. Tenant son épée à deux mains, Elspeth se lança dans une charge et prononça un sort. Un instant plus tard, une hélice de lumière entoura son corps, la propulsant assez haut pour abattre l'un des agresseurs de Jodah. Elle pivota en atterrissant devant l'autre Phyrexian, arquant sa lame vers le haut pour le trancher dans les airs.

« Leurs forces diminuent, » constata Jodah.

Elspeth inspecta le champ de bataille. Le dernier des Phyrexians ailés avait été plaqué au sol par des statues d'argile et disloqué. Les soldats mécaniques poursuivaient l'infanterie phyrexiane restante dans la boue et les abattaient. Au-dessus de leurs têtes, des escadrons de mécanoptères chassaient des équipes de scriges, les faisant exploser du ciel. La victoire était fermement en main. Elspeth se tourna et étreignit Jodah, ses genoux fléchissant légèrement à cause de la soudaine vague de fatigue qui l'envahit. Tout ce qu'elle voulait, c'était dormir, rêver de terres pleines de possibilités, puis se réveiller pour se battre pour un nouveau jour.

Rien de ce qui devait arriver.

« Par les culottes salées d'Urza... » dit Jodah, tandis que ses épaules s'effondraient.

Elspeth le lâcha et se retourna. Là, encadrée par la vague de nuages ??vert-noir, la silhouette du vaisseau céleste phyrexian frissonna et commença à bouger – à grandir, à se déployer comme une bête se réveillant d'un long sommeil. Plusieurs autres jambes gargantuesques jaillirent du bas de la coque du vaisseau céleste, élevant son corps plus haut encore que le sommet de la tour. Des sceaux arcaniques rouge sang devinrent visibles sur sa forme noire, des symboles qu'Elspeth connaissait de vue même si elle ne pouvait pas les lire. C'était la langue de Phyrexia, gravée sur le béhémoth pour proclamer l'avènement d'un nouvel ordre.

Il se mit à avancer, secouant le sol pas à pas, colossal.

« Nous ne pouvons pas laisser cette chose près de la tour, dit Elspeth.
– C'est d'accord, répondit Jodah, une résolution ardente remplaçant son acclamation précédente. Mais j'ai besoin de savoir – à quel point crois-tu en ton propre pouvoir ?
– Quoi ? »

Il fouilla dans sa robe et en sortit une petite pochette en cuir qu'il portait autour du cou. Il l'enleva et le tendit à Elspeth pour qu'elle la voie.

« Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle.
– Quelque chose que Jaya a concocté, » répondit-il. Jaya, l'amie pour qui Chandra et lui avaient pleuré. « Tu es puissante, Elspeth. Pas à cause de la force de ton bras armé, ni parce que tu es un Planeswalker. C'est plus profond : ton désir de connexion, d'être la main qui se jette dans les flammes pour en sauver une autre. Avoir la paix , une famille, une maison. Faire partie de quelque chose. »

Comment savait-il ces choses sur elle ? Une semaine auparavant, ils ne s'étaient jamais rencontrés, ils ne savaient même pas encore qu'ils existaient. Mais comme Wrenn, il avait enlevé ses différents masques sans effort. Non, elle n'était pas un chevalier de Bant, ni la championne d'Héliode ou la vengeance de la Nouvelle Capenna. Elle n'était que ce qui restait : Elspeth Tirel.

« Je... Je ne comprends pas.
– Je te l'ai dit, je suis dans le coin depuis un bon moment. Et dans mon temps, j'ai eu affaire à de nombreux mages, certains avec plus d'affinité pour certaines magies que d'autres... Te regarder... c'est comme regarder un soleil chauffé à blanc essayer de se cacher. Plus besoin de te cacher, Elspeth. » Il referma sa main autour de la bourse, la serrant fermement. « Un dernier cadeau de Jaya à Phyrexia. Chandra serait le choix naturel, mais la toute première chose que j'ai apprise sur la magie est que le feu et la lumière ne sont pas si éloignés. Tu peux m'aider à le lancer.
– Que dois-je faire ? demanda-t-elle.
– Suivre mes directives. »

Ils se partagèrent la monture de Jodah, sautèrent dessus et se précipitèrent vers la bête phyrexiane. Alors qu'ils s'en rapprochaient, ils avaient l'impression que le monde entier et eux-mêmes rétrécissaient sous l'ombre oppressante du monstre. L'exaltation qu'elle avait ressentie quelques minutes auparavant s'était évaporée. Qu'étaient-ils pour lui sinon des grains de poussière ? Qu'est-ce qu'elle et Jodah pourraient faire pour le ralentir ?

Ils continuèrent à cavaler jusqu'à être presque en dessous. Jodah sauta de la selle et tendit la main pour aider Elspeth à descendre. La lueur rouge des sceaux phyrexians illuminait faiblement la tache de terre boueuse et visqueuse où ils se tenaient. Regardant la monstruosité, Jodah écarta les bras et s'éleva dans les airs, ses robes flottant dans le vent pestilentiel.

Il commença à réciter des mots dans une langue qu'Elspeth ne comprenait pas. Alors qu'elle écoutait, un flot d'images commença à s'infiltrer dans son esprit – une belle femme aux cheveux noirs ; Jodah n'avait pas l'air plus vieux qu'il ne l'était maintenant ; le bruit du verre brisé ; puis du feu. « Lâche prise, dit-il d'une voix qui pénétrait dans son esprit. Lâche ta colère, ta douleur. Lâche tes fantômes – ils te hanteront, mais permets à leurs supplications de ne pas être entendues pour l'instant. Étire ta conscience au-delà d'eux, au-delà du sol, au-delà du ciel, au-delà de toutes les frontières de ta vie éveillée. »

Elspeth suivit les instructions de Jodah. Elle ferma les yeux et se rappela les plaines vallonnées de Bant, les champs de céréales dorés de la Voie des Gardiens à l'extérieur de Mélétis sur Theros. Non, pas seulement l'imagination – en quelque sorte, elle était là, aux deux endroits à la fois. Elle allait plus loin, plus loin, si loin qu'elle se sentait glisser – elle n'était plus tant Elspeth seule qu'elle était devenue tout. Ses yeux s'ouvrirent d'un coup et elle se retrouva au cœur d'un torrent d'énergie déferlant à travers chaque partie de son corps.

« Maintenant, ramène tout cela à l'intérieur de toi, demanda Jodah. Enracine-le aussi profondément que possible jusqu'à ce que tu ne puisses plus le contenir. »

Elspeth envoya la tempête dans son cœur, dans son âme. L'énergie brûlante commença à la déchirer.

« Concentre-toi, Elspeth ! Choisis une chose – la seule chose dans ta vie qui te donne de la force, te donne un but. Canalise-y tout ton être ! »

Ajani. Une partie d'elle voulait le considérer comme mort et parti. Au moins, il serait en paix. Mais une autre partie d'elle avait besoin de lui ici, avait besoin qu'il y ait une chance de le sauver, comme avait insisté Chandra là-dessus. Parce qu'il était la seule personne dans sa vie qui pouvait lui donner de l'espoir, lui donner de la force. Le devoir est un foyer. La famille est ceux que tu choisis de défendre. Tu as toujours eu tout ce dont tu avais besoin. Maintenant, Elspeth comprenait ce que Giada essayait de lui dire, ce que Téfeiri l'avait implorée de faire cette première nuit après son arrivée sur Dominaria. Son devoir n'était pas seulement de protéger les autres ; elle avait besoin de se laisser protéger par ceux qu'elle aimait. Sa famille. De leur faire confiance. Tout comme Ajani lui faisait confiance pour être sauvé.

Elle le ferait. Elle le ramènerait. Elle y croyait.

Une colonne de rayonnement jaillit d'elle, explosant vers le ciel, déferlant sur Jodah en vrilles de puissance qui scintillaient. Elle était connectée à lui, au sortilège de Jaya, son énergie enflammant un maelström de lumière qui tourbillonnait et brillait autour d'eux deux. Elle et Jodah furent consumés par l'incendie, ne firent qu'un avec la tempête. Unis, ils se décidèrent à s'étendre plus large et plus haut que le mastodonte phyrexian, à le faire fondre en scories et en ichor avant de le vaporiser dans un tourbillon glorieux.

Puis la lumière disparut. Elle tomba à genoux, de nouveau Elspeth Tirel. Le sol contre ses paumes était chaud et sec, craquelé. Elle tendit le cou vers le haut, ne voyant aucune trace de la bête phyrexiane géante.

Une pluie fraîche et apaisante tombait sur son visage.



Les noms ne sont que des étiquettes qui nous font croire que nous avons la connaissance et, par extension, le contrôle. Nouvelle Capenna ? Vieille Capenna ? Peu importe. Tu dois comprendre, très chère, que tes maîtres à l'asile souffraient aussi. Ce n'étaient pas tant des « Phyrexians » qu'ils étaient tes voisins, tes familles qui trouvaient le salut dans le pétrole, qui désiraient renaître sous forme de membranes voraces, de villosités fouettantes et de flagelles agités, liés par un métal parfait.

Tu ne le savais pas, et Gamin non plus. Tu te rappelles de Gamin ? Oh, il avait un nom. Tu ne lui as jamais demandé; il est trop tard pour savoir ce que c'était. Vous avez conçu tout un plan, vous deux, au milieu des divagations funestes de vos geôliers. Vous pensiez pouvoir vous cacher parmi les cadavres, vous glisser dans des couvertures de chair et d'abats et attendre que ces restes soient jetés sur les tas de pourriture à l'extérieur de votre prison. Ce que vous ne saviez pas, c'est que vos ravisseurs adoraient ces entrailles. Que la puanteur des viscères était un encens écœurant, qui effaçait leurs souvenirs de fleurs sauvages à l'odeur vive, du pain cuit, du sel de l'océan. Leurs anciens noms, les choses qu'ils aimaient.

C'est comme ça qu'ils vous ont attrapés : vous vous étiez cachés exactement là où ils regardaient. Ils vous ont enchaînés avec l'intention de greffer des lambeaux de votre chair sur leurs os. Grâce à ton étincelle de Planeswalker, tu t'es échappée, mais Gamin n'a pas eu autant de chance.

Tu peux imaginer comment ils ont réagi. Comprends qu'il ne rêvait pas quand son destin lui est arrivé. Ce qu'ils ont fait, ils l'ont fait en souriant, et après, il n'y avait plus de Gamin.

Seulement Phyrexia.


« Elspeth ! » entendit-elle Jodah crier. En cherchant autour d'elle, elle le trouva étendu sur le sol, à peine capable de bouger. « Je n'arrive pas à croire que ça ait fonctionné, » disait-il, sa respiration laborieuse.

Elspeth remit Jodah sur ses pieds, lui permettant de s'appuyer sur elle, et ensemble, ils partagèrent un moment de silence en regardant la tour, sa douce lueur bleue les rappelant à la maison.

« Tu l'as fait, dit-il.
– Nous l'avons fait, corrigea Elspeth, son bras autour de l'épaule de Jodah. Toi, moi et Jaya.
– J'aurais aimé que tu puisses la rencontrer. Elle t'aurait aimé. Ou t'aurais détesté. Un peu à pile ou face, vraiment. » Il sourit. « Je sais qu'elle serait impressionnée, en tout cas. »

Soudain, des éclairs bleu-blanc brillants éclairèrent le ciel près de la tour, suivis peu après par des carillons de tonnerre. Pendant un instant, Elspeth pensa que la foudre avait frappé la tour ou ses environs. Mais elle ne put retracer aucune bifurcation jusqu'aux nuages. Non, les explosions venaient du niveau du sol.

« La tour est attaquée », dit Elspeth, l'estomac noué. Cette armée, cette créature - c'était une distraction.
– Oui, » Elspeth entendit quelqu'un dire derrière elle. Se retournant, elle vit une jeune femme portant un ensemble de robes comme celles portées par Jodah et Téfeiri. En plus des nuances de rouge, de bleu et d'or, le costume de la femme ajoutait une variation clef : un motif de carte du ciel circulaire arborait son plastron coupé en deux par une ligne continue – le sceau de Phyrexia.
« Rona, dit Jodah. Je ne peux pas dire que c'est bon de te revoir, mais... »

Rona leva son glaive et envoya une explosion d'éclairs d'azur sur Elspeth et Jodah, les projetant en arrière dans la boue. Le monde d'Elspeth s'agitait et faisait des embardées comme un navire qui chavire. Elle chercha son épée à tâtons et, trouvant son pommeau, se redressa à temps pour voir Rona debout au-dessus d'un Jodah faible et impuissant.

« C'est pour les ennuis que tu m'as causés dans la Yavimaya, » dit-elle en plongeant la pointe de son glaive dans son ventre, provoquant un râle écœurant dans la gorge de Jodah.
« Non ! » cria Elspeth. Elle se leva d'un bond, mais la fatigue pesait sur elle comme un titan sur ses épaules. Même si Rona avait l'air plus humaine que les ennemis qu'Elspeth avait affrontés plus tôt, elle était bien pire qu'une monstruosité. Elle avait volontairement abandonné son âme pour la promesse de pouvoir accordée par les Phyrexians.

Elspeth recula, veillant à ne pas perdre de vue le corps de Jodah. Elle tenait à peine debout. Le sort de Jodah l'avait presque laissée s'effondrer, incapable de se ressaisir suffisamment pour lancer des sorts ou transplaner. Tout ce qu'elle avait en ce moment était son épée, qu'elle pouvait à peine soulever. Avec une rapidité étonnante, Rona bondit en avant, balançant un coup de glaive vers le torse d'Elspeth, une attaque qui aurait dû être facile à parer. Mais tout ce qu'Elspeth pouvait faire était d'agiter son bras de bouclier pour repousser le glaive. Rona effectua une deuxième fente qu'Elspeth put à peine esquiver.

« Je ne me rendrai pas, » déclara Elspeth.
Rona rayonnait. « Bien. » Elle jouait avec Elspeth comme un maître-bourreau taquinerait un prisonnier avec le moindre espoir de liberté. Coopère et tout ira bien. Elspeth fit le point sur la distance qui la séparait de Rona. Rona avait la portée ainsi que tous les autres avantages dans ce duel, sauf un. Elspeth connaissait la danse.

Fais confiance, se dit-elle, et avec cela, elle leva son bouclier aussi haut qu'elle le put et s'accroupit en position de prime. Rassemblant chaque parcelle de force qui lui restait, elle la garda en réserve, attendant une autre ouverture.

Rona la lui donna. Elle s'avança impitoyablement, déclenchant une rafale de coups cherchant plus à intimider Elspeth qu'à porter un coup fatal. À la fin de la démonstration, Rona tourna dans un élan en direction de sa tête. Elspeth fit appel à la vigueur qui lui restait pour bloquer la frappe de Rona avec son bouclier, sachant que le bouclier n'était pas à la hauteur d'un coup direct. La pointe de la lance perça le bouclier, transperçant la chair et les os de l'avant-bras d'Elspeth. Hurlant de douleur, Elspeth leva son bras gauche vers le bas – de la quinte à la seconde – arrachant le glaive des mains de Rona et enfonçant son épée profondément dans l'épaule de Rona.

Toutes deux tombèrent, Rona effondrée et Elspeth à genoux. Elle regarda Jodah immobile. Pas trop tard, pensa-t-elle, la tête qui tournait. Le Halo... De sa main libre, elle chercha sa pochette de ceinture. S'il restait de la vie à Jodah, le Halo pourrait le sauver.

« Tirel. Je ne m'attendais pas à te revoir. »

Elspeth serra les dents. Cette voix... Tezzeret. Elle leva les yeux pour le voir s'approcher de l'obscurité. Il s'agenouilla entre Rona et elle, assez près pour qu'elle puisse enrouler ses mains autour de sa gorge – un dernier acte de défi – mais son corps refusa d'obéir. Saisissant son bras empalé, Tezzeret délogea le glaive de Rona d'un seul coup. Puis il se tourna vers Rona pour vérifier sa blessure suintante de sang et de pétrole luisant.

« Elle est toujours en vie. Dommage. La prochaine fois, vise le cou.
– Et toi, Tezzeret ? » l'interpella Elspeth. Elle serra son bras blessé contre sa poitrine. « Toujours rien d'autre qu'un pathétique chien de sac à main pathétique. »

Elle s'attendait à ce qu'il se déchaîne comme elle en avait été témoin lors de ses précédentes interactions avec lui sur la Nouvelle Phyrexia. Mais au lieu de cela, Tezzeret se contenta de secouer la tête, pointant du doigt les détonations clignotantes de la tour. « Je n'ai pas eu le temps de désarmer ce côté de vos défenses. Tsk, tsk. Un vrai bazar. » Il attrapa le col de Rona et se leva. « Quels que soient les efforts dans lesquels votre cohorte est engagée, ils seront arrêtés et détruits avant le matin. Impossible de l'éviter. Mais tu n'as pas besoin de partager leur sort. Je te suggère de saisir cette opportunité pour trouver un endroit éloigné et disparaître.
– Je vais arrêter tes maîtres phyrexians. Et ensuite je vais te tuer.
– Hmm, » dit-il, hissant Rona sur son épaule et ramassant son glaive. « Si tu songes à me frapper maintenant, je te le déconseille. Dans ton état de faiblesse, je gagnerais assurément. De plus, s'occuper de ton compagnon mourant est une meilleure utilisation de ton temps, qu'en penses-tu ?
– Pourquoi ? Pourquoi m'épargner ?
– Des petites craquelures, Tirel, répondit-il. C'est ainsi que même l'édifice le plus puissant commence à s'effondrer. » Il inclina la tête dans ce qu'Elspeth ne pouvait que deviner être un geste corrompu de respect. « Que ce soit la dernière fois que nos chemins se croisent. »

Puis il retourna dans l'obscurité.



Les fins exquises sont les plus belles. Que cette missive se termine donc avec une splendeur onctueuse, avec du mordant et du tranchant, du muscle ondulant et de l'ichor lisse. C'est vraiment un spectacle, ta Phyrexia. Une terre où les cauchemars peuvent faire des cauchemars. Le grand cénobite – elle a la plus agréable de toutes. De telles horreurs à extirper de son esprit et de telles visions à implanter, à commencer par toi, la redoutable dame en blanc qui a défié même la mort pour se venger.

Il y a tant de choses à dire, très chère, mais la plus appropriée est celle-ci : merci. Il y a un nouveau but pour mon travail, tout cela grâce à toi. Ainsi, lorsque tu seras seule dans le noir, rappelez-vous qu'il y en a un parmi les innombrables plans qui pense à toi. Tu auras toujours ton admirateur le plus dévoué à proximité.

Bien à toi,
Ashiok

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  9

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.