La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 2 - Antiquités - Magic the Gathering

La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 2 - Antiquités

La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 2 - Antiquités

Saheeli tente de déchiffrer le puzzle du voyage dans le temps, tandis que Kaya cherche pourquoi les tentatives de la brillante artificière demeurent sans succès.

  La storyline de Magic / La guerre fratricide

Saheeli tente de déchiffrer le puzzle du voyage dans le temps, tandis que Kaya cherche pourquoi les tentatives de la brillante artificière demeurent sans succès.

  La storyline de Magic / La guerre fratricide



Articles

le , par Drark Onogard
560

Saheeli tente de déchiffrer le puzzle du voyage dans le temps, tandis que Kaya cherche pourquoi les tentatives de la brillante artificière demeurent sans succès. Vous trouverez l'article original ici.

Chapitre 2 : Antiquités



Après que Kroog eut été détruit, tandis que la plupart de ses défenseurs étaient à ses côtés, Urza jura qu'aucun de ses alliés n'aurait plus jamais à craindre pour sa propre défense, même en assiégeant une ville loin de chez eux.
—D'après une annotation anonyme dans La Guerre des Antiquités, par Kayla bin-Kroog, édition folio

Dominaria, aujourd'hui

Saheeli avait perdu le compte du nombre de fois qu'elle avait testé l'Ancre Temporelle, en commençant peu de temps après son arrivée sur Dominaria quelques semaines plus tôt. Ce premier prototype, d'après en grande partie des plans que Jodah lui avait donnés, avait été un désastre absolu. Apparemment, les plans avaient appartenu à un vieil ami artificier de Téfeiri dont, selon ses dires, l'engin avait fonctionné. Saheeli ne voyait pas comment. En moins de cinq minutes, elle avait repéré des défauts flagrants dans la conception, dont beaucoup étaient liés à un manque alarmant de protection pour l'occupant. Alors, elle le mit à la casse et recommença. Malheureusement, sa chance n'avait pas beaucoup changé avec sa propre conception.

Mais elle ne pouvait pas abandonner. Ce n'était pas une option.

Saheeli s'éloigna de sa dernière version de l'Ancre Temporelle, en forme de bobine comme les volutes d'éther qui dansaient haut dans le ciel de Kaladesh. Elle bascula l'interrupteur de son tableau de commande, complétant le circuit de la lithoforce – autrefois la source d'alimentation d'un vaisseau céleste légendaire appelé Aquilon – à la jonction centrale de l'Ancre. La lithoforce, vibrant d'une lumière blanche intense, scintillait à mesure qu'elle envoyait de l'énergie à travers des bobines de cuivre étroitement enroulées dans chaque sous-système.

L'attention de Saheeli restait fixée sur le sous-système clef au cœur de l'Ancre, un artefact que Téfeiri appelait en plaisantant un « cercueil » qui préservait les opérations corporelles d'une personne en stase. Contrairement au dispositif original détaillé dans les plans de Jodah, l'Ancre temporelle de Saheeli ne transmettait pas de matière à travers le flux temporel. Au lieu de cela, elle projetait l'esprit d'une personne en arrière dans le temps, une fonction sur laquelle Téfeiri insistait pour empêcher le chrononaute – lui-même – d'interférer dans les événements passés.

Séparer un corps et une âme en toute sécurité était une tâche difficile, une tâche pour laquelle Saheeli n'avait aucune expérience. Heureusement, elle avait Kaya aux alentours. En étendant sa forme fantôme sur le cercueil avec Téfeiri à l'intérieur, Kaya pourrait le rendre entièrement incorporel, parfait pour que l'Ancre fasse son travail.

« Prête ? » demanda Saheli.

Kaya hocha la tête et entra dans l'atrium où le cercueil était suspendu. Les deux Planeswalkers gardaient les yeux rivés sur le réseau d'antennes au sommet de l'Ancre, un assemblage qui concentrait les énergies temporelles sur un autre des artefacts de Téfeiri, celui qu'il appelait la Clé d'argent de lune. Aucun de ces noms n'avait d'importance pour Saheeli. Les artefacts étaient simplement des composantes qui contribuaient à un ensemble plus vaste.

La température de la pièce grimpa et l'humidité augmenta à mesure que le courant circulait dans l'ancre. Une odeur douce et piquante emplit l'air, comme après un orage. De minuscules éclairs d'électricité dansaient sur les bords filigranés de l'ancre, s'élevant lentement vers le réseau d'antennes comme un essaim de vers luisants. Un conduit d'énergie, pareil à un rayon de lumière à travers la fumée, commença à se former entre le réseau et la clé d'argent de lune.

C'était le signal de Kaya. Sa forme devint floue alors que des vrilles violettes d'énergie magique s'enroulaient autour d'elle, s'étendant sur le cercueil et tout ce qui serait contenu à l'intérieur. Un instant plus tard, un mince faisceau rouge d'énergie jaillit de la clef vers le cercueil, le remplissant d'effluves cramoisis.

« C'est stable ! » s'écria Saheeli. Mais elle avait parlé trop vite. Une pluie d'étincelles jaillit d'un banc de circuits où les fils de lithoforce étaient connectés à l'Ancre. Non non non ! Pas encore !

Saheeli appuya sur l'interrupteur pour éteindre l'Ancre, mais il était trop tard pour arrêter la réaction en chaîne. Kaya sauta à l'écart de l'Ancre et se mit à l'abri derrière une ancienne épave que Saheeli avait transformée en bouclier thermique.

« Saheeli ! cria Kaya. Éloigne-toi de là ! »

Saheeli ne l'entendit pas. Il y avait encore une chance de sauver ce prototype. Si elle pouvait rapidement comprendre ce qui n'allait pas, elle pourrait le réparer et cimenter la viabilité de l'Ancre. Tendant la main avec ses capacités de travail du métal, elle laissa sa conscience parcourir les fils à l'intérieur de la machine, le parcourant comme un guerrier fougueux, pour trouver l'endroit exact où la perturbation avait commencé.

Qu'est-ce que ?...

Les couplages de puissance n'avaient pas simplement éclaté. Ils avaient été déchirés. L'énergie brute s'écoulait des circuits, contournant les résistances qui assuraient le bon flux d'énergie. D'accord. Il ne me reste plus qu'à réparer le circuit. Elle courut jusqu'à la section endommagée et concentra ses pouvoirs sur la réparation des fils.

Soudain, une impulsion de lumière blanche engloutit toute la zone. Au même moment, Saheeli sentit tout son corps devenir glacé. Elle ne pouvait pas respirer mais découvrit qu'elle n'avait pas à le faire. Elle baissa les yeux pour voir Kaya saisir sa main, étendant sa forme fantôme pour les protéger tous les deux de l'explosion. Une fois sa perplexité initiale passée, Saheeli remarqua quelque chose d'autre, une chose qui planait à quelques mètres de là. Elle ne le voyait pas autant qu'elle ne le sentait, une présence qui lui inspirait une profonde mélancolie.

Puis Kaya la lâcha, laissant Saheeli étourdie et à bout de souffle. Elle s'assit sur le sol devant l'Ancre essayant d'intégrer ce qu'elle venait de vivre. Rien de tout cela n'a de sens. Elle avait vérifié tous les systèmes de l'Ancre avant de l'allumer. Pas envisageable qu'un dysfonctionnement comme celui-ci se soit produit. Et puis il y avait cette chose.

« Kaya, tu vas penser que je suis folle...
– Tu n'es pas folle, dit Kaya. Je l'ai vue aussi.
– Vraiment ? Qu'est-ce que tu penses que c'était ?
– Je sais ce que c'était, et je sais ce qui l'a causé. » Elle conduisit Saheeli, prenant soin de contourner les éclats de métal qui avaient autrefois fait partie de l'Ancre, jusqu'à une caisse d'apparence anodine enfoncée sous l'un des établis. « Là. »
Saheeli sortit la caisse et la découvrit pour révéler un orbe de cristal noir enfermé dans une cage d'argent. Cela ne faisait que la rendre plus perplexe encore. « Teféri me l'a donné avec les autres artefacts pour créer l'Ancre. Il a insisté sur le fait que c'était important, mais je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il faisait ou même ce que c'était. Alors je l'ai rangé.
– Allons le chercher, dit Kaya. Parce que je veux savoir pourquoi cette chose crée des fantômes. »

Kaladesh, des années auparavant

Saheeli reconnaissait une pièce de Shanti Makam dans le coin le plus éloigné de la pièce, une sculpture de métal vivant de la taille d'un chat qui changeait de forme en réponse aux sons qui l'entouraient. Au centre de la belle table en bois d'ébène où elle était assise se trouvait un prototype du creuset d'éther de Jitya Reyath, un filet régulier d'éther bleu brut bouillonnant de son centre. Les deux pièces uniques avaient été volées à l'Institut d'Art et de Science de Ghirapur un mois auparavant. D'autres babioles, marques d'une opulence similaire, décoraient la pièce, toutes teintées du fait qu'elles avaient été libérées de leurs propriétaires légitimes à travers la ville.

Les voyous l'avaient prise au bon moment – pour eux du moins. Comme la plupart des habitants de la ville, elle avait assisté au festival du printemps, rempli de danseurs en tenues fluides à motifs qui faisaient déborder les rues de spirales de mousseline violettes, roses et oranges. Toutes les couches de la société inondaient les places publiques pour partager de la nourriture et des commérages tandis que des flottes de cerfs-volants flottaient au-dessus de leurs têtes. Ses ravisseurs n'avaient qu'à attendre au milieu du chaos rauque jusqu'à ce qu'elle s'avance devant la ruelle de droite.

La prochaine chose qu'elle sut, c'est qu'elle s'était réveillée attachée à une chaise dans cet endroit. La lumière était rudimentaire – de petites lanternes ornaient le dessus des tables à côté de canapés luxueux qui coûtaient probablement plus cher que sa maison. Les deux hommes qui l'avaient attrapée se tenaient de chaque côté d'elle, et en face d'elle était assis l'ancien hôte de cette soirée privée, tout de noir vêtu à l'exception d'un masque en or finement incrusté. D'un geste de la main, l'hôte ordonna aux hommes de partir. Saheeli tourna la tête pour voir où ils allaient quand l'hôte l'arrêta.

« Oh, ne regarde pas derrière toi, conseilla l'hôte dans un baryton profond et résonnant. Peu importe la difficulté de la situation, on ne doit jamais se détourner de ce qui est le plus important.
– Ou le plus dangereux.
– Saheeli Rai, la plus jeune artificière jamais invitée à l'Institut. Fille d'Aarav et de Ruby, sœur de Sheela, Amika et Sahil. Une citoyenne respectable et respectueuse de la loi de Ghirapur à l'exception de quelques petites violations courantes chez les jeunes. Tout cela est-il correct ?
– Vous en savez beaucoup sur moi.
– Non, je sais toutsur toi, rectifia l'hôte. Mais mes manières... une telle disparité entre nous est incivile. Laisse moi me présenter. Je suis...
– Gonti, seigneur du marché nocturne.
– Ah. Je savais que j'avais choisi la bonne personne pour ce travail. Mais alors, qui je suis n'est pas vraiment un test pour ton intellect. Laisse-moi t'en donner une meilleure. » Se penchant en arrière, Gonti détacha les boutons de leur chemise, de haut en bas, exposant leur poitrine à la vue de Saheeli. Elle avait déjà vu de près de la peau d'éthérien, trouvant qu'elle avait l'aspect et la sensation d'une craie lisse. Mais ce n'était pas ce qu'elle vit sous la chemise de Gonti. Sa « chair » avait l'apparence d'une pierre fissurée, dure et solide, et incrustée dans sa poitrine se trouvait un dispositif métallique composé d'engrenages rotatifs. « Qu'en penses-tu ? »
Oui, elle pensait. Il y avait toujours eu des conjectures sur qui était Gonti, puisque son règne sur le monde souterrain de Ghirapur avait duré bien plus longtemps que la durée de vie d'un étherien. Maintenant, elle avait la réponse. « Suis-je ici pour rester bouche bée ?
– Pas vraiment. » Gonti mit sa main sous la table pour en sortir un petit sac, qu'il fit glisser vers Saheeli. Elle regarda à l'intérieur pour découvrir une suite d'outils dont n'importe quel artificier serait envieux : des pincettes à pointe de diamant, une gamme de loupes, de pinces, de couteaux et d'étaux optimisés pour les tâches délicates. « Mon cœur, expliqua Gonti, tapotant le mécanisme dans sa poitrine. Il a commencé à avoir des problèmes. Je ne crois pas pouvoir décrire de manière adéquate ce que c'est que de se sentir dépérir en temps réel. Tu es ici pour y remédier. »
C'était là que se trouvait le cerveau criminel de la ville, responsable de vols, de corruption et de meurtres – et il l'avait amenée ici pour lui sauver la vie ? Non. Ce n'était pas possible. Saheeli pourrait apporter plus de paix à Ghirapur que le Consulat n'avait jamais fait en se contentant de ne rien faire. « Je pense que c'est au-delà de mes connaissances d'aider, tenta-t-elle. Je suis désolée.
– Tu me déçois. Je pensais que tu serais impatiente d'explorer une invention aussi rare. Mais je ne peux pas dire que ce n'était pas prévu. » Gonti fouilla dans la poche avant de sa chemise, en sortit une fine chaîne dorée et la fit glisser sur la table. Saheeli l'attrapa et le leva pour le regarder. Or façonné en lierre avec des fleurs d'améthyste. C'était le bracelet de sa mère. Elle le reconnaîtrait n'importe où.
« Qu'est-ce que cela veut dire ?
– Ne fais pas l'idiote, répondit Gonti. C'est assez évident. Mes associés ont déjà rassemblé les membres de ta famille à l'intérieur de ta résidence. Si je ne leur envoie pas de nouvelles dans le temps imparti, leurs instructions sont d'exécuter tout le monde. À commencer par ta mère. »
Saheeli saisit le bracelet de sa mère et le pressa contre son front. « Vous êtes un monstre.
– Quelqu'un qui a peu de temps à perdre. Un peu comme toi. »

Dominaria, aujourd'hui

Téfeiri était introuvable, mais Saheeli et Kaya avaient pu retrouver Jodah dans l'une des nombreuses chambres inutilisées à l'intérieur de la tour. Il était assis sur le sol, les jambes repliées, parlant dans ce qui ressemblait à un nuage de mercure qui scintillait, suspendu dans les airs.

« Tu es vraiment une maman, » disait-il à la personne apparaissant à l'intérieur du nuage, une femme à la peau bronzée et aux cheveux noirs striés de rouge. « Téfeiri va bien. Mieux que bien, tout bien considéré.
– Il est toujours décidé à revenir ? » demanda la femme.
Jodah leva les bras. « Il n'y a pas beaucoup de choix.
– Le voyage dans le temps... dit-elle en secouant la tête. J'espère qu'il sait ce qu'il fait.
– Ça aurait pu être pire. Il aurait pu décider de revenir en arrière et de parler à... »

Debout dans l'embrasure de la porte avec Kaya, Saheeli s'éclaircit bruyamment la gorge. Jodah leva les yeux de sa conversation. Il adressa un sourire gêné à son interlocutrice et leva la main dans un geste qui signifiait : « un instant ».

« Djoïra, je dois y aller, dit-il en se levant. Envoie tout mon amour à Adeliz.
– Tu pourrais la contacter toi-même, tu sais.
– Oui, mais nous devrions alors trouver le moment et expliquer nos projets en cours. Quelque chose arriverait inévitablement, coupant court à notre conversation, et le temps que nous puissions reprendre, il se serait passé tellement de choses que nous devrions le faire encore une fois.
– Vous vous ressemblez tellement. C'est ennuyeux.
– Tu veux dire attachant, n'est-ce pas ?
– Non, rétorqua-t-elle alors que le nuage commençait à se dissiper. Prends soin de toi, Jodah.
– Toi aussi. » Jodah se tourna vers les Planeswalkers qui attendaient à la porte. « Mes excuses. Que puis-je faire pour vous deux ? »
Saheeli ne mâcha pas ses mots : « Nous croyons qu'un esprit a saboté l'Ancre Temporelle et qu'il est créé par cet orbe noir que Téfeiri m'a donné.
– Attendez, attendez. Ralentissez, dit Jodah. Exactement comment crée-t-on des fantômes ? Je veux dire à part la manière évidente de, tu sais, de tuer des gens.
– Peut-être que ‘créer' n'est pas le bon mot, clarifia Kaya. Plus comme renforcer un esprit qui est déjà là. Plus un esprit est laissé longtemps sur un plan physique, plus il devient indistinct, comme un brouillard dans une brise, à moins que quelque chose ne se produise pour lui donner assez d'énergie pour se reformer complètement. J'ai vu une corde d'argent qui s'étendait de l'orbe à l'esprit. Un canal direct d'énergie psychique.
– En supposant que vous ayez raison, commença Jodah, ne pourriez-vous pas simplement déplacer l'orbe hors de l'atelier ? Même l'emmener dans un autre plan ?
– Il existe depuis des semaines, expliqua Kaya. L'esprit s'est gavé pendant tout ce temps. Cela pourrait prendre des siècles avant qu'il ne se dissipe suffisamment pour nous laisser tranquilles. »

Jodah les accompagna sur les lieux de l'incident pour donner ses propres impressions. Quand ils furent arrivés, Saheeli conduisit Jodah avec précaution autour des débris tranchants pour lui montrer l'orbe mystérieux de Téfeiri. Il toucha la cage d'argent avec ses doigts et poussa l'orbe de cristal à l'intérieur avec le bout de son bâton. Des lumières douces à l'intérieur de l'orbe clignotaient et disparaissaient. Il poussa un peu plus avant de prendre l'orbe et de le retourner pour regarder son dessous. Il passa ses doigts sur la même petite pièce d'argent encore et encore.

« Merde, Urza, dit-il, baissant la tête. Qu'as-tu fait là ?
– Qui ? demanda Kaya.
– Urza, répondit-il. L'homme qui a construit cette tour. Le Planeswalker qui a vaincu les Phyrexians lorsqu'ils ont envahi ce plan il y a des millénaires. Le professeur de Téfeiri. Et mon ancêtre.
– Et tu n'as rien dit à ce sujet parce que ?
– Parce que les affaires familiales sont rarement simples. » Jodah plaça l'orbe sur la table, prononça un sort et rassembla les autres autour pour voir une partie de la cage d'argent de l'orbe commencer à briller en rouge. « Je suppose que vous n'avez pas remarqué le script caché dans le filet d'argent. »

Pas Saheeli. Mais avec le sort de Jodah, elle pouvait clairement voir une faible inscription. Même si elle l'avait vue auparavant, elle aurait rejeté la série de formes géométriques posées les unes sur les autres – des carrés, des triangles et des cercles se répétant et se chevauchant sans motif discernable – comme la signature d'un artisan.

« C'est la langue écrite des Thrans, une ancienne civilisation sur ce plan, exposa Jodah. Peu de personnes vivantes au cours des cinq derniers millénaires ont pu lire leur langue. J'en suis capable. Urza et les Tolarians sous sa tutelle le pourraient également. Je n'ai aucun doute que cet orbe soit de son fait.
– Que dit le message ?
– Revenez-en au début et saluez-moi correctement.
– Qu'est-ce que cela signifie ? demanda Saheeli. Serait-ce Urza qui perturbe l'Ancre ?
– Pour de nombreuses raisons, je suis convaincu qu'Urza n'est pas l'esprit en question, répondit Jodah. Quant à la signification du message, tout ce que je sais avec certitude, c'est que si Urza est impliqué, c'est probablement un problème. »

Une autre réponse évasive, nota Saheeli. Bien qu'elle ne connût pas Jodah depuis aussi longtemps que Téfeiri ou certainement les membres des Sentinelles, elle aurait aimé penser que les dernières semaines ensemble avaient engendré une sorte de rapport entre eux. Ils avaient mangé ensemble, bavardé autour d'un thé, échangé des histoires. Ils étaient sur Dominaira travaillant apparemment dans le but commun de contrecarrer les Phyrexians – une menace qui mettait en danger d'innombrables plans, y compris le sien. Il n'y avait pas de place pour cacher des informations aussi importantes.

« Raison de plus pour s'occuper de cette chose rapidement, en conclut Kaya. Et définitivement.
– Attends un instant, la coupa Saheeli. Cet esprit était autrefois un être vivant, n'est-ce pas ? Ne serait-il pas mieux si nous pouvions découvrir ce qu'il veut ? »
Kaya s'enfonça dans son siège. « Les esprits persistants ne veulent que peu de choses, la plupart mauvaises. Mais je vais t'écouter. Que proposes-tu ?
– De la façon dont tu en parlais auparavant, c'était comme si c'était un être énergétique.
– Bien sûr, dit Kaya. Qu'est-ce que l'âme sinon de l'énergie conduite par la volonté ?
– Exactement. Je pense que j'ai quelque chose qui pourrait nous aider à gérer notre visiteur. »

Kaladesh, des années auparavant

« Incroyable, » laissa échapper Saheeli avant qu'elle ne puisse s'en empêcher. La dernière chose qu'elle voulait donner à Gonti était la satisfaction d'avoir raison à son sujet. Malgré les circonstances, une partie d'elle était ravie d'examiner de si près une telle merveille d'ingénierie. Le cœur ne faisait pas que prolonger l'existence de Gonti – un exploit certes, mais rien comparé à ce qu'il constituait. Au centre du cœur se trouvait un module en forme de nid d'abeille qui tirait l'éther directement de l'atmosphère. De l'éther, brut, frais, circulait continuellement à travers Gonti, renouvelant son corps. Pour toujours.

Bref, Gonti était immortel.

« Encore combien de temps ? » demanda Gonti. Il gisait immobile, en patient modèle, sur son opulente table de réunion. Gonti ne trembla même pas pendant qu'elle le sondait et poussait du doigt des composantes du cœur.
« C'est un processus délicat, » justifia Saheeli, en soulevant des membranes légères et semi-transparentes à l'intérieur du cœur avec des pincettes effilées. « Cela demande toute ma concentration.
– Pas toute entière, corrigea-t-il. « Ton dévouement – à ton métier, à ta famille – est certain. Mais je peux aussi sentir ta rébellion, un parfum de clou de girofle fraîchementcoupé. » Saheeli maudit silencieusement. Comme tous les autres étheriens qu'elle avait rencontrés, Gonti avait la capacité de lire les émotions et de les interpréter comme diverses odeurs. Ici, sans personne d'autre autour, il était impossible de cacher même ses pensées les plus profondes. « C'est compréhensible. Le conflit est l'état naturel des choses, même au sein d'un individu.
– C'est facile à dire quand tu voles et tues pour gagner ta vie.
– Que tu es naïve. »

Naïve ? Où était-il lorsque le Consulat raflait les sans-abri pour satisfaire les aristocrates à la recherche de boucs émissaires pour les crimes commis par Gonti et ses acolytes ? Combien d'innocents avaient été pris dans les feux croisés entre les factions belligérantes des sbires de Gonti lui-même qui se disputaient les profits ? Et combien d'autres vivaient dans la peur de perdre leur maison et leurs moyens de subsistance à cause de sa cupidité ? Elle se tourna vers le cœur, mais comme avant, elle ne put s'empêcher de dire ce qu'elle avait en tête. « Je souhaite que nous puissions vivre en paix sans que tu détruises nos vies. »
Le ton de Gonti devint sombre. « Je me souviens d'une époque où les miens étaient chassés comme des animaux. Les gens savaient ce que nous étions, ils étaient juste très irrités que nous le soyons. Ne parle pas de vies détruites quand tu n'as aucune idée de ce que cela signifie. »

Saheeli voulut réfuter Gonti, mais que pouvait-elle dire ? Il avait raison. Les premiers éthériens avaient été chassés et tués par des ingénieurs qui les avaient rejetés comme un effet secondaire du raffinement de l'éther. Une erreur. Oui, les choses avaient changé pour le mieux, mais qu'en était-il du passé ? Comment une société répare-t-elle ce genre de dommage ?

Elle n'avait pas les réponses, et ce n'était pas à elle, encore moins à ce moment-là, de les rechercher. Tout ce qu'elle pouvait faire était de protéger sa famille du mieux qu'elle pouvait. Creusant profondément dans la poitrine de Gonti, elle localisa le problème. Le noyau du cœur d'éther était composé d'un filament d'argent tournant, pas plus gros qu'un ongle. Le mouvement du filament régissait la cadence avec laquelle les engrenages brassaient l'éther, un peu comme un cœur humain pompait du sang à intervalles réguliers. Une petite fracture dans le filament s'était développée au fil du temps – la réparation la plus simple à effectuer. Saheeli tapota son doigt sur le filament, sa surface ondulant comme de l'eau jusqu'à ce que la fissure soit cicatrisée.

« J'ai réparé les dégâts, déclara Saheeli. Tu te sens différent ? »
Au début, Gonti resta silencieux. Lentement, il s'assit et se tourna vers elle. « Je me sens magnifiquement bien.
– Alors dis à tes hommes de se retirer.
– Je l'ai déjà fait, rétorqua Gonti en boutonnant sa chemise. Ces deux que j'ai envoyés avant que nous commencions à parler ont transmis le message. Ta famille n'a jamais été en danger. Considère cela comme un acte de foi. En toi. »

Saheeli commença à trembler, non pas de colère, mais de soulagement joyeux.

Gonti sauta de la table, s'arrêtant pour déplorer une éraflure sur sa surface. Il tendit la main à Saheeli, qu'elle prit, assez réticente à l'idée d'irriter Gonti pour remettre sa famille en danger. Il la conduisit à une fenêtre au fond de la pièce. Tirant les rideaux, Gonti révéla une vue imprenable sur Ghirapur, ses hautes flèches décorées de lumières pour la fête du printemps. En bas, des milliers de personnes se délectaient dans les rues. « Ma ville. Belle, n'est-ce pas ? Nous sommes alliés maintenant, mais ne t'y trompe pas, elle m'a d'abord apporté sa guerre, comme elle l'a fait pour tous les éthériens. Au lieu de m'effondrer, j'ai embrassé sa peau épaisse et épineuse. Pour gagner la guerre, tu dois devenir la guerre. C'est ainsi.

Dominaria, aujourd'hui

Saheeli appuya sur l'interrupteur d'alimentation de l'Ancre temporelle pour la deuxième fois ce jour-là. L'appareil se chargea normalement : l'énergie acheminée de la lithoforce jusqu'au reste de l'Ancre, Kaya en place, attendant de jouer son rôle. En regardant autour de l'atelier, elle se demanda si l'esprit se cachait sans être vu, observant chacune de ses actions.

Elle l'espérait.

« Kaya, es-tu prête ? l'appela Saheeli.
– Oui, dit-elle en posant ses mains sur le cercueil. J'espère que ça marchera. »

Le conduit d'énergie commença à se matérialiser entre le réseau d'antennes et la clé d'argent de lune. Saheeli resta immobile, son regard fixé sur Kaya. Le seul mouvement qu'elle osa faire était de faire glisser son doigt de l'interrupteur d'alimentation de son tableau de commande vers un second. Kaya devint incorporelle, remplissant l'atrium de l'Ancre de volutes violettes de magie. Tout devait donner l'impression qu'ils essayaient juste un autre test. C'était l'appât.

Où es-tu ? se demanda Saheeli.

« Il est là ! cria Kaya. Fais le maintenant ! »

Saheeli actionna le deuxième interrupteur, transférant l'alimentation des opérations normales de l'Ancre vers un sous-système nouvellement construit. Au lieu d'absorber et de diriger le signal de l'antenne, la clé d'argent de lune commença à tourner, ce qui épaissit l'air de la pièce. Un brouillard verdâtre s'éleva du sol alors qu'une nausée soudaine montait de son estomac, la forçant à s'appuyer sur sa table de travail.

Là, devant l'Ancre, une forme grise commençait à prendre forme comme du givre sur une vitre. Les membres se définissaient, tout comme la tête et le torse. Et plus encore – le visage d'un homme, usé et fatigué, la barbe hirsute ; une lourde armure ornée d'une tête de lion.

« Qui es-tu ? » cria Saheeli en se relevant.

Le choc traversa le visage de l'esprit. Il se retourna pour fuir, mais se retrouva ralenti, incapable de s'éloigner de plus de quelques pas hésitants de l'Ancre. Le piège de Saheeli avait fonctionné ! En reproduisant la cadence de l'énergie pompée dans le cœur d'éther de Gonti, Saheeli avait réussi à donner à l'esprit un semblant de solidité. Sans sa capacité à se dissoudre ou à traverser des barrières solides, il n'aurait d'autre choix que de communiquer avec elle.

« Nous ne voulons pas te faire de mal ! Dis-nous ce que tu veux ! »

L'esprit hésita, lui permettant de tendre la main en signe d'amitié. Il répondit en la poussant au sol, d'un toucher glacial, comme de la terre fraîchement retournée sur une tombe. Débouclant une lame fantomatique de sa ceinture, l'esprit leva son arme au-dessus de sa tête. Kaya entra en action, plongeant au sol pour tirer Saheeli hors de danger. Mais Saheeli n'avait jamais été sa cible. La lame heurta l'Ancre, creusant une profonde entaille dans son flanc. Kaya lança une lame sur l'esprit, mais il s'était déjà enfui par la porte de l'atelier.

« Est-ce que tu vas bien ? demanda-t-elle à Saheeli. L'inquiétude de Kaya ne masquait pas complètement sa frustration. Elle avait douté de la tentative de communication de Saheeli et il s'était avéré qu'elle avait eu raison.
« Je ne suis pas blessée.
– Bien. Assure-toi que l'Ancre est en bon état. Je vais le chercher. »

Kaya verrouilla la porte, laissant Saheeli évaluer l'ancre. Alors que les dégâts étaient graves – le sous-système de stabilisation de puissance avait été découpé en morceaux – la clé et le cercueil étaient intacts. Les réparations seraient importantes mais faisables. Saheeli soupira, mais le soulagement fut de courte durée. Elle se précipita vers la porte pour retrouver Kaya, espérant l'atteindre avant l'assassin fantôme. Il l'avait comprise. Si la situation était plus calme, un dialogue était possible.

Saheeli courut à travers les tunnels reliant l'atelier à la tour proprement dite, débouchant dans le couloir qui entourait le hall principal. Elle repéra Jodah en face. Pendant qu'elle et Kaya travaillaient à modifier l'Ancre, il s'était enfermé avec l'Orbe de champ d'étoiles pour glaner toutes les réponses possibles.

« Où est Kaya ? cria-t-elle.
– Je l'ai vue monter, répondit Jodah. Suis-moi ! »

Saheeli et Jodah coururent jusqu'au deuxième étage de l'orniaire où ils virent Kaya, des poignards à la main, face à face avec l'esprit partiellement solide, sa propre lame épaisse et carrée tenue prête.

« Il se désintègre rapidement, déplora Kaya. Si nous ne nous en occupons pas maintenant, il sera beaucoup plus difficile à cerner. » Kaya avait raison si le but était de détruire l'esprit. Mais Saheeli s'accrochait à l'idée qu'une paix pourrait être atteinte. Elle savait que c'était stupide. Elle savait que cela leur avait coûté un temps précieux. Mais l'idée d'infliger des dommages inutiles ne lui plaisait pas.

« Je m'appelle Saheeli Rai, se présenta-t-elle. Quel est le tien ?
– Sharaman, dit l'esprit, l'arme toujours levée.
– Général Sharaman, souffla Jodah. Le chef des armées d'Urza.
– Êtes-vous ici au nom de ce serpent ? dit Sharaman dont la forme vacillait.
– Votre guerre est terminée depuis près de cinq mille ans, expliqua Jodah. Si c'est une question de vengeance...
– Pas de vengeance. Préservation. Tu relancerais la machine de guerre d'Urza.
– Je suis désolé pour ce qui vous est arrivé, assura Saheeli. Mais les ennemis que nous combattons sont une menace pour tous les habitants de Dominaria et des plans au-delà.
– J'ai servi Urza fidèlement pendant des décennies... Mes neveux. De bons garçons. J'ai bercé leurs cadavres disloqués par les dragons-machines de Mishra. » Sa forme devenait plus floue à mesure que les effets du piège de Saheeli s'affaiblissaient. « Je suis resté là pendant qu'il ordonnait le pillage de Sardia et d'autres provinces qui ne céderaient pas leurs ressources. Je pensais que l'histoire nous pardonnerait parce que nous étions du bon côté. » Il regarda directement Saheeli. « Je ne laisserai personne répéter les erreurs que j'ai commises. Si cela signifie vous arrêter, je le ferai.
– Je... » Elle ne savait pas quoi faire. Sharaman n'était pas seulement un esprit capricieux. Il avait tant perdu – sa famille, sa vie. Elle devait le convaincre que leurs efforts étaient nécessaires. « Sharaman, il doit y avoir un moyen... »

Kaya n'attendit pas que Saheeli finisse. Alors que Sharaman disparaissait de la vue, elle activa sa forme fantôme et se jeta sur l'esprit, sa forme éthérée se transformant en une vague de mort. Elle se lança avec son poignard, parant un coup qu'elle seule pouvait voir, puis se retourna avec un coup de poignard dans le dos. Saheeli regarda Kaya laisser tomber son arme et s'agenouiller. Les lèvres de Kaya remuèrent, mais Saheeli n'entendit aucun son. Elle se dirigea vers l'endroit où Kaya était agenouillée et attendit qu'elle se rematérialise.

Kaya se leva, visiblement secouée. « Je suis désolée. Il ne nous a pas laissé le choix. »



Téfeiri appuya sa tête contre le rembourrage à l'intérieur du cercueil, son visage souriant visible à travers un petit hublot. Il était étonnamment de bonne humeur quand il vint pour le test, bien loin de sa réflexion lors de sa visite du matin. Saheeli espérait qu'elle pourrait trouver le réconfort qu'il avait trouvé d'une manière ou d'une autre. Une promenade tranquille dans les environs de la tour, peut-être. Oui, cela pourrait aider.

Saheeli fit les dernières vérifications sur l'Ancre temporelle. Tous les sous-systèmes extraits, anciens et nouveaux. Elle fit un signe de tête à Kaya, lui donnant le feu vert pour monter à l'Ancre pour ce qu'elle espérait être une course réussie. Depuis la confrontation avec Sharaman, le fanfaronnage habituel de Kaya avait disparu.

« Es-tu sûre que tu es d'accord pour le faire maintenant ? demanda Saheeli.
– C'est trop important pour retarder.
– Ce n'était pas ma question.
Elle sourit. « J'aimerais être plus comme toi, une bonne personne.
– Tu es une bonne personne, Kaya, » affirma Saheeli.
Elle secoua la tête. « Sharaman n'allait jamais céder. C'est comme ça que sont les esprits. Leurs obsessions sont ce qui les enracine dans le monde physique. Ceux avec qui j'avais eu affaire auparavant – c'étaient des tyrans, des vicieux, les pires des pires. eux le châtiment qu'ils méritaient. Mais lui ?
– Est-ce qu'il t'a dit quelque chose à la fin ?
– Il voulait savoir s'il reverrait sa famille, dit Kaya. Je lui ai dit que oui. » Sur ce, Kaya entra dans l'Ancre et se mit en position. « Allons-y. »

Saheeli activa l'Ancre. D'un tourbillon, elle vint à la vie. L'énergie se canalisa vers le haut, jusqu'à l'antenne, puis à travers la clé d'argent de lune, et enfin dans le cercueil qui contenait Téfeiri dans la forme fantôme de Kaya.

L'Ancre allait fonctionner. Saheeli le savait déjà. Se détournant juste un instant, Saheeli laissa vagabonder ses pensées. Elle repensa à cette nuit sur Kaladesh des années auparavant, rentrant à la maison après avoir quitté la propriété de Gonti. Tables de plats chauds et de boissons froides, maintenues par des servos. Une ribambelle de cousins plus jeunes qui, à en croire leurs costumes, participaient pour la première fois aux danses du printemps. La chaleur qu'elle ressentait dans l'étreinte de sa famille... Une chaleur qui l'enveloppait comme un seul coup de doigt sur le dos d'une main, comme des pas mesurés sur les pavés de Ravnica, comme les lèvres de Huatli – les plus parfaites de tout le Multivers – formant les mots, je viendrai danser avec toi.

Contrairement à Gonti, Saheeli n'avait pas renoncé à la paix. Mais si ceux qu'elle aimait avaient besoin d'elle, elle deviendrait la guerre.

Épilogue

Téfeiri avait mentionné l'Orbe de champ d'étoiles à Jodah une fois, expliquant comment il l'avait obtenu dans l'une des caches cachées laissées par Urza pendant l'invasion phyrexiane. Mais il avait minimisé l'importance de l'orbe. Peut-être que cela l'avait-il déconcerté ? Non, il aurait été plus probable que Téfeiri commette une erreur du côté de la prudence en supposant que l'orbe était trop dangereuse pour être manipulée. Jodah aurait fait de même, surtout après avoir détecté l'utilisation de l'énergie d'âme dans les enchantements de l'orbe. Pas étonnant que cela ait affecté les esprits comme cela le faisait. Urza était vraiment tombé dans des pratiques sombres dans ses derniers jours.

Jodah regretta de ne pas avoir été franc avec les autres au sujet de l'orbe – ou d'Urza et de la tour, d'ailleurs. Il l'avait fait pour les protéger, mais il n'aimait toujours pas cacher des secrets à ses alliés, à Saheeli en particulier. De l'avis de Jodah, elle était la collaboratrice parfaite que Téfeiri avait recruté dans leur effort. Adepte, mais compatissante. Contrairement à tant de Planeswalkers qu'il avait côtoyé au fil des siècles – même ceux qui lui étaient chers, comme Freyalise (éventuellement) – l'humanité de Saheeli brillait encore.

Elle était une meilleure personne que lui ou Téfeiri ne l'avaient été dans leur jeunesse.

Des heures après minuit, Jodah était assis à la base de l'une des tours de guet extérieures, l'Orbe de champ d'étoiles sur le sol devant lui. Si quelqu'un devait se mettre en danger pour enquêter sur l'un des nombreux stratagèmes d'Urza, ce serait lui.

Il commença par jeter un sort.

C'était une magie d'enfant. Djoïra avait été la première à la lui montrer à l'époque où ils étaient plus que les amis lointains qu'ils étaient devenus. Elle s'était lassée, comme souvent, de ses plaintes pédantes à propos de tel ou tel professeur de l'Ouest de Tolaria. Alors, elle lui avait jeté un sort, le bloquant dans le silence. Entre deux éclats de rire, elle expliqua que c'était le tout premier sort qu'elle avait appris de Téfeiri, un sort qui secouait une personne avec un choc électrique assez fort. C'était tristement célèbre parmi les étudiants de l'Académie tolariane ; les professeurs aussi avaient finalement appris à s'abstenir de serrer la main de Téfeiri. Oui, cela incluait Urza.

Revenez-en au début et saluez-moi correctement.

Jodah tendit la main, dirigeant le choc vers l'orbe. Dans un éclair bleu, le monde disparut, remplacé l'instant d'après par l'intérieur d'une chaumière austère. La pièce était éclairée, mais il ne semblait pas y avoir d'origine pour la lumière. Jodah se trouvait assis à une grande table. En plus, une vaste gamme de jouets et de figurines presque incroyablement petites – des soldats, certains à cheval, contre un escadron de dragons mécaniques – étaient dans une bataille simulée.

« Urza, espèce de vieux couillon, dit-il doucement. Une dimension de poche. » Et pas n'importe laquelle. Cette dimension de poche a été conçue pour ressembler à la cabane dans laquelle Urza a vécu plus de mille ans auparavant. Elle était située dans les montagnes d'Ohran sur l'île de Gulmany, un fait que Jodah connaissait parce qu'il y avait déjà rendu une visite.

Il se leva pour regarder par-dessus une grande étagère remplie d'épais manuscrits, reconnaissant les noms de plusieurs volumes que l'on pensait perdus depuis longtemps. L'un d'eux attira son attention. Il le prit sur l'étagère et inspecta la couverture, enfonçant le bout de ses doigts dans les rainures usées du cuir. Cuir de veau orné d'une tête de lion, symbole d'Argive, nota-t-il. Tournant les pages, il s'arrêta sur le schéma d'un ornithoptère, pointant le petit T majuscule dans le coin de la page. Des gravures sur bois estampées d'illustrations originales de l'artificier Tavnos. Puis il se tourna vers la page de titre.

« La Guerre des Antiquités de Kayla bin-Kroog », annonça une voix derrière lui. Jodah se retourna pour voir une femme en armure rembourrée, ses cheveux tirés en arrière de son visage anguleux. « C'est l'édition in-folio, dit-elle. Produite pour commémorer le premier rassemblement des Sages de Minorad. Il y a plusieurs exemplaires de cet ouvrage sur l'étagère, toutes de différentes éditions, du rouleau au tome.
– Je te connais, dit Jodah. Xantcha. Tu étais la compagne d'Urza.
– Dans mes rêves, je suis Xantcha, déclara la femme. Mais je ne suis pas elle. Tout ce qu'elle était est contenu dans le golem, Karn.
– Qu'es-tu alors ?
– Une construction, comme tout ce que tu vois ici. »

Jodah avait brièvement rencontré la vraie Xantcha. Elle était curieuse, presque comme une enfant, et lui posait toutes sortes de questions sur l'histoire dominariane et les terres lointaines. Jodah se souvenait avoir pensé à quel point elle et Urza formaient un couple étrange, mais aussi que sa présence semblait apaiser les parties les plus abrasives de sa personnalité.

Une porte de l'autre côté de la pièce s'ouvrit, et un autre individu pénétra à l'intérieur, celui-ci un homme, corpulent et sévère, avec des cheveux noirs et un front harassé. Revenant à nouveau sur La Guerre des Antiquités, Jodah arriva à un portrait qui correspondait à l'homme.

« Mishra, dit Jodah. Tu es aussi une construction.
– Tu ne corresponds pas à la description de Téfeiri, dit Mishra avant de tirer une épée courte et de la pointer vers Jodah. Tu es un intrus.
– Attends, » ordonna Xantcha, avant de se tourner vers Jodah. « Qui es-tu, et quel est ton but ici ?
– Je m'appelle Jodah, ami de Téfeiri et descendant d'Urza, se présenta Jodah. Sinon, comment aurais-je pu accéder à cet endroit ? »

Cela semblait les satisfaire. Ils se retirèrent, permettant à Jodah de continuer à examiner la bibliothèque. Il replaça La Guerre des Antiquités et prit un dossier de pages grossièrement relié sur l'étagère du bas. C'était une collection de schémas, de plans – toutes les instructions nécessaires pour reconstruire les armées d'Urza de soldats yotiens et de statues d'argile. Un fichier plus petit dans le dossier contenait encore plus d'informations obscures sur les lignées familiales ainsi qu'un grand dessin d'objets disparates tous réunis en une arme singulière.

« L'héritage, souffla Jodah. Tout cet endroit – c'est la sécurité d'Urza au cas où il périrait avant de pouvoir la déployer contre les Phyrexians. » Il rit, se souvenant de ce que Téfeiri avait dit à propos de l'obtention de l'orbe. C'était comme si Urza ciblait chacune de mes faiblesses. Mais je l'ai battu ! Non, personne ne battait jamais Urza à ce genre de jeu mental. Il avait mis des obstacles presque impossibles devant l'orbe parce qu'il savait que seul Téfeiri aurait le courage et l'audace de les surmonter.

Jodah ferma le dossier et posa sa main sur la couverture. Xantcha et Mishra l'avaient observé tout le temps, leurs expressions vides ne changeant jamais.

« Téfeiri a les mains pleines en ce moment, leur dit-il. Mais quand tout cela sera passé, et quand il sera prêt, je lui parlerai de cet endroit. En attendant, ton maître a-t-il laissé un dernier mot ?
– Oui, dit Mishra. ‘Mettons fin à nos conflits. Nous ne pouvons plus nous permettre de différer plus longtemps.' »

Alors c'était comment ?

Vous aussi, louez son œuvre !


Si vous êtes l'une ou l'un de celles et ceux qui ont choisi la rébellion contre le brouillard de la toile qui étouffe les esprits, identifiez-vous pour participer. Sinon vous avez encore une chance d'éveiller vos sens, en rejoignant notre communauté de Magiciens Fous.

Le Dark Mogwaï

Retrouvez le Dark Mogwaï et la communauté des Magiciens Fous sur :

Un grand guerrier ? La guerre personne ne grandit. Et puis très dangereuse elle est.

—Skwi-wi, nobod gob

Proposé par Dark Mogwaï le 19/06/2012

Le sondage du bas d'en bas de la page
Que des petites frappes à Croisetonnerre. Quel·le hors-la-loi aurait dû trainer ses bottes là-bas ?

Résultats (déjà 365 votes)