La Guerre Fratricide : Episode 3 - Épée n°1 - Magic the Gathering

La Guerre Fratricide : Episode 3 - Épée n°1



Articles

Drark Onogard, le , 158 consultations

L’Orniaire. Cadet Sanwell. Épée n°1. Jours de fête. Le Dragon. Les dieux de Yotia. La guerre commence. Pas encore.

  La storyline de Magic / La guerre fratricide

L'Orniaire. Cadet Sanwell. Épée n°1. Jours de fête. Le Dragon. Les dieux de Yotia. La guerre commence. Pas encore. Vous trouverez l'article original ici.

Episode 3 : Épée n°1



28 AR

Kroog mourut un matin cramoisi.

Pour Sanwell, cela ressemblait à un jour de fête, à cela près que les foules applaudissaient dans une tonalité mineure, et les explosions n'étaient pas des feux d'artifice qui éclataient, et la fumée qui montait au-dessus de la ville puait l'industrie en feu et les briques fumantes.







La cour principale de l'Orniaire bourdonnait d'activité. Les techniciens et les artificiers se précipitaient en arrière et en avant pour transporter des flèches anti-blindage, des lithoforces et des épées de vengeur. Des piétineurs et d'autres automates attendaient en rangs, prêts, encombrant la place. Des tas de munitions, de pièces de rechange et d'autres matériaux étaient empilés à la hâte. Les cinq élèves-pilotes et leur instructeur se tenaient devant les ravitaillements recouverts de toile, face à une rangée de vieux vengeurs remis à neuf.

Le soleil du matin était bas et chaud dans le ciel ; il consumait le reste de la pluie chaude et sanglante de la nuit. Sanwell, au garde-à-vous, chancela, étourdi. Son estomac se noua et il vomit sur la brique brûlante entre ses bottes.

« Pilote Sanwell, vous devrez renforcer votre constitution, » hurla Llora. L'instructrice des cadets avait un visage rouge et sévère, vêtue d'un uniforme impeccable et propre malgré l'heure matinale et le rassemblement pressé.
« Désolé, madame, » dit Sanwell. Il cracha le dernier de ses miasmes sur la place aux pierres chaudes et essuya sa bouche du dos de sa main. Il n'avait rien à cracher que de l'eau et de la bile ; l'attaque était survenue avant le petit déjeuner.
« Ça va, San ? » murmura Rica.

Le visage de Sanwell brûlait d'embarras. Rica se tenait, inébranlable, à ses côtés, aussi stoïque que s'il avait été taillé dans la brique rouge de Kroog elle-même.

« Ouais, » dit Sanwell. Il voulait mourir. « Je pense que quelque chose n'est pas passé. »

Rica ne répondit pas. Les cloches d'alarme de Kroog retentissaient dans toute la ville. Le bruit remuait l'estomac de Sanwell presque autant que la non-reconnaissance raide de Rica.

« Je m'inquiète pour mon frère, lâcha Sanwell. Rendall est dans la capitale proprement dite – c'est un volant, il n'est pas fait pour se battre.
– Regard en avant ! » aboya Llora, interrompant la conversation unilatérale de Sanwell avec Rica. La vieille Suwwardi faisait les cent pas devant la courte file d'apprentis vengeurs, les regardant tour à tour. La femme était dure comme du cuir neuf et dure comme la chaux qui le guérissait, mince comme un roseau et pointue comme une aiguille.

Sanwell se sentait faible. Il se plongeait dans la métaphore, réalisa-t-il, pour s'éloigner de l'instant.

« Vous cinq, cadets, commença Llora, vous avez l'honneur d'être les seuls marteleurs de la ville capables d'équiper un vengeur tout en gardant la tête sur les épaules. » Llora désigna le sol sous ses bottes. « Vous êtes appelés, les gars. L'entraînement est terminé. C'est aujourd'hui que vous sauvez Kroog. »

Sanwell regarda entre ses propres bottes les briques cramoisies, soigneusement disposées en spirales en forme d'étoiles. Il avait fallu un certain temps pour que Sanwell s'y habitue – les Yotiens décoraient tout. Cela signifiait que tout, de la cuisine à la construction, prenait un peu plus de temps, mais pour le jeune Sanwell, cela en valait la peine. À Kroog, comme dans une grande partie de Yotia, même les rues étaient de l'art. Contrairement aux maisons stoïques de son Penregon natal, Sanwell pouvait marcher la tête basse ou les yeux levés, et de toute façon, il trouverait un peu de majesté. C'était ainsi qu'une ville devait être, en venait à penser Sanwell : pleine de petites merveilles, de délices bien cachés, le tout surveillé par de puissants triomphes.

Était-il prêt à se battre pour la défendre ?

Pas une question rhétorique. Llora venait de se pencher, face à face, pour lui demander.

Sanwell cligna des yeux et hésita.

« J'ai dit, grogna Llora, es-tu prêt à te battre pour Kroog ?
– Euh, oui, je le suis, affirma Sanwell.
– Oui, madame, le corrigea Llora. Tu es sur le front maintenant, Sanwell. Plus d'entraînement, plus d'entraînement. Tu es prêt à te battre ?
– Oui madame, » dit Sanwell, plus fort.
Llora hocha la tête. « Montre-moi, » dit-elle. Elle pressa un appareil mince dans la main de Sanwell et recula. Les quatre autres élèves – pilotes, se corrigea Sanwell. Mentalité. Change d'avis, changez le monde. Tu es pilote maintenant — les quatre autres pilotes se dirigèrent vers Llora, prenant des positions détendues mais attentives derrière l'instructrice.

Sanwell prit l'appareil portatif – une manette de commande, mais un nouveau modèle – et le vérifia. Il était la longueur de son avant-bras, gravé à une extrémité pour la prise, légèrement effilé à l'extrémité opposée, lisse. Un petit interrupteur tactile reposait sous son pouce lorsqu'il tenait la manette. Sanwell mit le pouce sur la manette et un léger bourdonnement réchauffa l'outil. Une bascule et une gâchette reposaient sous son pointeur et son annulaire ; plus de contrôles. Sanwell actionna la bascule et écouta le léger changement de hauteur dans le vrombissement la manette. Il pointa la manette vers sa main, appuya sur la gâchette et vit le bref éclair de lumière sur sa paume.

« Vérifié, » dit Sanwell. Il leva la manette de commande. S'arrêta. « Euh, madame, dit-il à Llora. À quelle unité suis-je jumelé ? »
Llora pointa du menton. « Celle-là, » dit-elle.

Sanwell se retourna. Sa mâchoire tomba.

Un nouveau vengeur brillant, l'un des prototypes du modèle à épée, toujours recroquevillé sur son chariot de transport. Sanwell n'avait vu que leurs plans, passés dans la foulée pendant les repas. Ils étaient plus grands, plus légers, plus rapides, plus puissants – impossibles à tuer, se vantaient les artificiers. Le meilleur qu'ils aient fait à ce jour.

Derrière ce vengeur en attendaient quatre autres. Techniciens et artificiers se dépêchaient d'enlever les déchets d'emballage – paille, gaines de toile, coussinets de cuir et huiles de protection – des machines en attente, les préparant pour l'activation.

Sanwell sourit, les nerfs momentanément réprimés par l'excitation.

« Vous trouverez ces modèles d'épée beaucoup plus intuitifs que les unités avec lesquelles vous vous êtes entraîné, même pour les prototypes, » dit Llora. Sanwell crut entendre de la fierté dans la voix de son instructeur.
« Quel est son nom? demanda Sanwell à Llora.
« Épée n°1 », répondit Llora.

Sanwell leva sa manette de commande et cliqua sur le bouton de transmission. La manette se cabra.

« Épée n°1, garde-à-vous ! »

Épée n°1 se déploya, debout sur son traîneau. La machine était humanoïde, d'environ quatre mètres et demi de haut à l'épaule. Le prototype de vengeur ressemblait selon Sanwell à un chevalier agile animé par un feu magique : une cuirasse polie comme un miroir recouvrait son noyau central d'alimentation, des ouvertures d'échappement flottaient, évacuant l'excès de chaleur de son moteur thoracique. Le rugissement de son noyau énergétique envoya une ruée vers Sanwell. C'était ça, le pouvoir, et il attendait ses ordres.

« Épée n°1. » Sanwell parlait fermement et clairement, car il avait été formé. Les manettes de commande elles-mêmes étaient de petites merveilles, capables de capter la voix de son opérateur à travers le chaos d'une bataille ou d'une foule. « Prêt ! »

Le vengeur se déplaça dans une torsion fluide et silencieuse dans une position basse prête, positionnant un manipulateur sur la poignée de sa lame principale, l'autre en équilibre. Sanwell se balança en arrière, les cheveux ébouriffés par la ruée d'air déplacé par la vitesse de la manœuvre de Épée n°1.

« Épée n°1, dégaine et en garde ! »

Épée n°1 dégaina sa lame principale, la balançant dans une garde médiane, un manipulateur sur le pommeau de la lame pour la guider et la stabiliser contre les attaques entrantes. La lame était plus grande qu'une personne, deux mètres et demi de long et une trentaine de centimètres de large à la base. Comme sa cuirasse, elle était reluisante comme un éclat de miroir et attirait le soleil, clignotant en se déplaçant.

Sanwell ne pouvait réprimer son excitation. Avec un seul de ce modèle, ils pourraient inverser la tendance. Avec cinq ? Il leva la manette une dernière fois.

« Épée n°1, ordonna Sanwell. A moi ! »

Le vengeur se précipita vers Sanwell, s'arrêtant en position défensive au-dessus de lui, l'épée au poing.

« Bon travail, Sanwell. » Une autre voix.

Sanwell se retourna et vit Tavnos, l'apprenti chef d'Urza, debout avec Llora et les autres pilotes.

« Monsieur, » salua Sanwell. Il fit un double tour sur la manette de commande et, comme pour les piétineurs plus âgés, Épée n°1 quitta sa position défensive, se remettant à l'aise.
« Je vois que tu connais déjà ton nouveau modèle, » s'amusa Tavnos. Il parlait avec un sourire, bien que Sanwell ait lu à travers ce sourire le visage courageux de l'apprenti chef.
« C'est un rêve, chef, s'émerveilla Sanwell. La fidélité au mouvement se sent dans le moindre détail – comment Urza a-t-il fait ?
– Plus tard, gamin, » dit Tavnos. Il était essoufflé, comme s'il venait de s'arrêter de courir.

Sanwell se rendit compte que c'était probablement le cas : la cause de cette promotion n'était pas heureuse. Kroog était attaqué. Il se dirigea vers le groupe d'étudiants et s'aligna avec eux.

« Vous cinq êtes les meilleurs de notre corps étudiant, » déclara Tavnos, s'adressant à Sanwell, Rica et les autres. « Llora m'a dit que chacun de vous possédait les compétences, le tempérament et l'intelligence nécessaires pour commander nos vengeurs à épée, et c'est donc avec une grande fierté que je vous promeus officiellement pilotes à part entière. »

Les cadets se regardèrent avec enthousiasme à l'idée de voir leurs promotions confirmées – et par le propre assistant d'Urza, rien de moins !

« Nous ne pouvons pas passer par la cérémonie habituelle pour le moment, ni nous soucier du placement des unités, » continua Tavnos. Il se pencha légèrement en parlant, en signe d'excuse, une formalité rigide à propos de sa présentation. Il le pensait vraiment, pensa Sanwell, il était vraiment désolé qu'il n'ait pas pu y avoir de cérémonie ce jour-là. Le cœur de Sanwell se gonfla – Urza était peut-être le plus brillant, mais Tavnos était presque aussi intelligent et il se souciait d'eux. Cela faisait toute la différence.

« Kroog est attaqué, expliqua Tavnos. Les premières vagues des forces de Mishra ont traversé le Mardun ; elles contrôlent les quartiers fluviaux. Le fer de lance de leur attaque est un détachement de dragons-machines – de gros automates capables de cracher du feu. Nous pensons qu'ils sont sans pilote. »

Les étudiants – les pilotes, se rappela Sanwell, et pour de vrai cette fois – échangèrent des regards inquiets. Rica, Sanwell le savait, était yotien, tout comme Carlo, qui venait des quartiers fluviaux de Kroog. Sanwell regarda Carlo et vit qu'il avait pâli, un regard sans effusion de peur et d'inquiétude tombant sur lui. Sanwell posa une main sur son dos, espérant le stabiliser.

« Merci, dit doucement Carlo.
– La garde de la ville et la garnison de Kroog ont tracé une ligne défensive autour du quartier de la capitale, poursuivit Tavnos. Les évacuations des autres quartiers sont en cours.
– Cela signifie-t-il que nous avons abandonné la ville ? s'inquiéta Carlo, la voix tremblante. Qu'en est-il des quartiers fluviaux ?
– Cela signifie que nous défendons ce que nous pouvons tenir, rétorqua Tavnos en ignorant la deuxième question de Carlo. Mais rester au même endroit ne va pas nous gagner la journée, c'est là que vous et vos nouveaux vengeurs entrez en jeu : nous allons monter une contre-attaque pour gagner plus de temps pour les évacuations. » Tavnos fit signe à Llora, qui souleva une longue caisse au milieu du groupe. Elle ouvrit la caisse, révélant quatre manettes de commande emballées dans de la paille.
« Chacun de vous en prend un et s'associe, ordonna Llora. Sanwell, tu restes avec Épée n°1. » Elle passa à Sanwell un étui vide.
« Nous avons besoin de vous et de vos vengeurs pour démonter les dragons-machines, rappela Tavnos. Une fois les dragons hors d'état de nuire, nous avons une chance de repousser les forces de Mishra. »
Sanwell écoutait le briefing de Tavnos tout en attachant l'étui. La manette de commande s'insérait parfaitement dans le fourreau en cuir. Cette correspondance a rendit ce moment réel, réalisa Sanwell. Il regarda les autres cadets – les pilotes – il les regarda faire équipe avec leurs vengeurs. Rica prit 2, Carlo se jumela avec 3. Les autres étaient des cadets d'une année différente, celle juste après celle de Sanwell, et qu'il ne connaissait pas. Ils se jumelèrent avec 4 et 5.

« Bien, dit Tavnos lorsque tous les pilotes furent jumelés. Je dois y aller, mais j'ai laissé ici des instructions à Llora pour votre déploiement. » Il regarda les cinq pilotes avec hésitation. « Nous aurons des soldats qui vous escorteront, alors ne vous inquiétez pas d'être exposé aux combats, » les rassura Tavnos. Sa voix était rauque, comme s'il avait crié, même s'il ne faisait que parler. « Avec ces vengeurs, votre portée visuelle fera l'affaire – tout ce que vous direz dans la manette de commande, ils pourront le capter. Ne vous approchez pas trop près, visez avec la manette et n'oubliez pas de rester derrière vos escortes. Bonne chance, cadets..., conclut Tavnos. Pilotes, se corrigea-t-il. « Bonne chance, pilotes. Restez en sécurité, et si vous êtes en danger, ne réfléchissez pas, fuyez. Hench, à l'est, est l'endroit où l'on m'a dit que l'armée se rassemblerait. »

Le visage de Tavnos était un masque pâle, grisonnant comme blessé. Sanwell recherchait l'optimisme qui animait habituellement Tavnos mais ne put le trouver. Un éclair d'inquiétude lui vrilla les tripes : Tavnos avait peur. Le calme et le tranquille Tavnos, celui qui venait s'embêter et rigoler avec les cadets, avait peur. Il ne pouvait même pas les regarder. L'inquiétude se transforma en peur, une petite peur qui le rongeait. À quel point la situation là-bas était-elle mauvaise, vraiment? Une poussée soudaine d'adrénaline, et Sanwell tressaillit, bougeant pour lever la main comme s'il était encore en classe.

« Maître Tavnos, monsieur ? demanda Sanwell. Mon petit frère, Rendall, est cadet dans le corps des ornithoptères, stationné au palais.
– Rendall, dit Tavnos en fronçant les sourcils. Je le connais peut-être, mais ne vous inquiétez pas – tous nos ornithoptères sont déployés avec les forces d'Urza ailleurs ou sont sur le point de partir, dit Tavnos. S'il est dans le corps des ornithoptères, il sortira d'ici bien assez tôt. »

Sanwell exhala un long souffle dont il ne s'était pas rendu compte qu'il le retenait. Il n'eut cependant pas le temps de remercier Tavnos, car une explosion soudaine et formidable se produisit de l'autre côté de la ville, le long du Mardun, là où les combats étaient les plus violents.

L'agitation dans la cour de l'Orniaire s'arrêta lorsque tout le monde se retourna pour regarder, même Tavnos et Llora, la calamité lointaine.

Une fumée cramoisie tourbillonnait et s'élevait dans le ciel. Tout un pâté de maisons de la ville était embrasé. Sanwell pouvait voir une forme plus sombre se déplacer au centre de ce brasier montant, une conflagration si grande que les flammes engloutissaient le sommet des clochers restés debout. Ils s'effondrèrent lorsque la forme sombre se déplaça et qu'un autre rugissement fendit le ciel, une goutte de fumée et de feu traversant les pâtés de maison le long du Mardun.

Un dragon-machine.

Tavnos jura. Il pressa un petit rouleau d'ordres dans les mains de Llora, avec des instructions à remettre au capitaine à son poste. Il quitta la cour avec un salut rapide aux pilotes, se dépêchant juste avant de se mettre à courir.

« D'accord, dit Llora en le regardant partir. Allons-y, et vite, vengeurs en ligne et vigilants. » Sanwell remarqua que Llora s'était ceinturée d'une épée à un moment donné lors du briefing de Tavnos.

Comme une unité, les cinq pilotes et leurs vengeurs sortirent de la cour. Sanwell regarda par-dessus son épaule alors qu'ils partaient ; derrière, les équipages se dépêchaient de réutiliser les chariots de transport pour transporter les marchandises, les matériaux, les châssis et les fournitures qu'ils pouvaient contenir. Ils s'apprêtaient à évacuer l'Orniaire.

Un cri de Llora. Sanwell prenait du retard.

« Avec moi, 1, » dit Sanwell à son vengeur. Ensemble, tous deux se dépêchèrent de rattraper le reste des pilotes alors qu'ils descendaient dans la ville.









Kroog brûlait et les gens étouffaient les rues, car ils fuyaient le feu. Sanwell ne pouvait s'empêcher de penser aux jours de festival, où les défilés concurrents des nombreux dieux de Yotia grondaient sur les larges boulevards de briques et où les foules enthousiastes se pressaient dans les rues latérales. La sonnerie des cloches du festival résonnait à travers la ville, un son aigu et brillant de joie chaotique qui propulsait et s'entrelaçait avec la musique qui remplissait l'air. Sanwell avait été submergé lors de sa première saison de festival à Kroog ; dès sa deuxième année dans la ville, il en était tombé amoureux. Loin des cérémonies pesantes d'Argive, les fêtes de Kroog et de tout Yotia étaient bouillonnantes, vivantes. Jamais dans sa prime jeunesse Sanwell n'avait vécu dans un endroit où les dieux étaient si proches – et jamais il ne s'était imaginé devenir quelqu'un qui aimait cette proximité.

Mais aujourd'hui, dans les rues de briques rouge sang, les dieux se sentaient assez distants. Cette journée était un sombre miroir de ces jours de fête, et chaque pâté de maisons à travers lequel les pilotes avançaient les plongeait plus profondément dans cet horrible miroir ; les cloches qui sonnaient aujourd'hui étaient les mêmes cloches qui sonnaient les jours de fête, seulement à présent elles criaient.

« Écoutez, » ordonna Llora à Sanwell et au reste des pilotes. Restez près de moi et ordonnez à vos vengeurs de faire de même – ils éviteront mieux les civils si vous les laissez naviguer seuls dans la foule. Vous vous concentrez sur le fait de rester près de moi. »

Llora et les pilotes se ruaient dans les rues de la ville, se frayaient un chemin à travers la foule en fuite en se dirigeant vers le quartier nord. Sanwell peinait sous le poids de son kit de pilote, enfilé à la hâte ce matin-là. Pas deux pâtés dans la ville proprement dite et sa combinaison était trempée de sueur sous la légère cuirasse. Les sacoches qu'il transportait – des lithoforces de rechange pour Épée n°1, une paire d'outils, de petites pièces de rechange délicates – ressemblaient au poids d'une enclume sur ses épaules. Les quelques cris d'encouragement que Sanwell enregistra dans le pandémonium général ne firent rien pour le réconforter ; au contraire, ils semblaient des cris minces et sans espoir. Il y avait un deuxième ton plus bas, qui bouillonnait à travers les foules qui se bousculaient et se précipitaient, une peur plus terrible sous leur panique immédiate. Ce n'était pas qu'une attaque : c'était le début d'une guerre, et ils perdaient. Kroog pourrait mourir, et avec lui, toute Yotia.

Plus ils se rapprochaient des quartiers nord, plus les foules étaient rares et plus le bruit des combats était fort. Moins de cloches sonnaient ici, mais elles étaient toujours audibles, faisant écho dans les autres quartiers qui se dépêchaient toujours d'évacuer. Plus les pilotes se rapprochaient du district nord, plus ils rencontraient de cadavres. Au début, c'étaient les formes froissées de personnes qui avaient été piétinées dans la première fuite ; au moment où les pilotes eurent atteint leur point de rendez-vous, ils commencèrent à rencontrer des morts sanglants et brûlés – des soldats et des civils à la fois.

« Attendez ici, pilotes ! » cria Llora en les appelant à s'arrêter. Les cinq pilotes et leurs vengeurs se bloquèrent sur une place de marché abandonnée. Des étals renversés et des stands éparpillaient leurs gerbes lumineuses d'épices, de fruits et de légumes sur le sol. Un petit incendie léchait les ruines carbonisées d'une devanture de magasin où le chariot d'un primeur s'était renversé, renversant des charbons ardents dans l'intérieur sec du magasin. Les gens avaient fui au milieu de leurs routines matinales, laissant tout derrière eux.

À l'extrémité de la place se trouvait une barricade hâtive mais substantielle, défendue par au moins deux douzaines de soldats yotiens, tachés de suie et ensanglantés après avoir repris la place. La barricade ne retiendrait pas un dragon-machine, mais elle dissuaderait tout soldat humain d'attaquer. L'escadron yotien regardait les vengeurs avec espoir et leurs pilotes avec inquiétude. Sanwell essaya de ne pas regarder le tas de Yotiens morts, civils et soldats, qui gisaient en tas à côté de la petite fontaine au centre de la place. Des débris flottaient dans le vent chaud, agité par les incendies qui faisaient rage. Un groupe de soldats fallaji morts s'étalait sans ménagement à l'extrémité de la place, des flèches dépassant de leur corps.

Llora s'entretenait avec l'officier supérieur qui s'y trouvait – un lieutenant, de par ses galons ; le capitaine auquel Tavnos avait assigné les pilotes avait été tué. Sanwell pensait que le lieutenant n'avait qu'un an de plus que lui, même si c'était difficile à dire sous sa lourde armure.

Sanwell entendit le lieutenant dire qu'il s'agissait d'un poste médical de deuxième ligne avant qu'un combat acharné ne conteste la petite place. Les Yotiens prévoyaient maintenant d'utiliser la place comme terrain de rassemblement pour la contre-attaque : des piles de bombes incendiaires, de flèches et de fléchettes se tenaient près de la barricade. De temps en temps, un coureur arrivait sur la place, marchandait avec l'officier de ravitaillement, puis repartait en courant avec un paquet de bombes incendiaires jetées par-dessus son épaule ou un guérisseur en remorque.

« Pilote Sanwell, appela Llora en lui faisant signe d'approcher. Sanwell, c'est le lieutenant Markos... » L'introduction de Llora fut étouffée par un rugissement assez fort pour envoyer tout le monde sur la place plonger à l'abri. Une longue et bourdonnante série d'explosions suivit quelques instants plus tard, des détonations en écho dans toute la ville.







Les cloches à proximité se turent. Sanwell et le reste des pilotes, y compris Llora, restèrent couchés, leurs vengeurs veillant sur eux. Certains des soldats se levèrent, rassemblant leurs lances et ajustant leurs fourreaux, regardant par-dessus la barricade, rampant jusqu'à leurs postes.

La brique était sèche et chaude. Sanwell serra la manette de contrôle contre sa poitrine. Le battement de son cœur contre le sol correspondait au grondement du dragon-machine qui bougeait à proximité.

Les cloches recommencèrent à sonner et Llora se leva, criant aux pilotes de se lever. Le lieutenant Markos hurla au reste de ses soldats d'atteindre les murs. Sanwell se tenait sur ses jambes tremblantes, aidé par Rica et Carlo. Les deux pilotes plus jeunes se collaient à Llora et avaient déjà envoyé leurs vengeurs à la barricade.

De grosses explosions retentirent sur la place, envoyèrent des éclats de métal sifflants et tremblotants dans les airs. Sanwell tressaillit lorsqu'un éclat de brique de la place bondit et lui coupa la joue, projeté en lui par quelque chose qui rebondissait sur le sol alors qu'il passait devant lui.

Du shrapnel – les Fallaji attaquaient !

Sanwell, enraciné sur place, regardait les soldats yotiens lancer des bombes incendiaires par-dessus la barricade vers les Fallaji invisibles qui chargeaient. De la fumée et des éclairs lumineux suivirent, des explosions tonnaient et résonnaient sur les devantures des magasins, des pluies de verre et des nuages de poussière s'élevaient dans la rue en face de la barricade. Des cris se mêlèrent au cri de guerre des Fallaji qui chargeaient tandis qu'ils ripostaient avec de lourds carreaux d'arbalète et des flèches sifflantes sur les Yotiens. Sanwell se baissa juste à temps derrière le bras étendu de Épée n°1, reculant à chaque coup gémissant qui secouait l'armure du vengeur.

Au-dessus de tout cela se dressait le dragon-machine. La machine de Mishra. Sanwell vit à travers la fumée le visage déformé par la chaleur de la machine titanesque, reptilienne, une bête d'artifice et de guerre dominant les sommets des immeubles du quartier nord. Elle rugit, affamée, cruelle, vivante, et s'avança vers eux, enveloppée une fois de plus dans l'épaisse fumée.

« Sanwell ! cria Llora pour être entendue par-dessus la cacophonie des combats. Emmène Rica et Carlo dans cette rue latérale, ordonna-t-elle en pointant son épée vers une ruelle étroite. Trouve un moyen de flanquer le machine et de l'abattre, pilote !

– Oui madame ! » Sanwell salua. Il commença à demander des précisions, mais Llora s'était déjà précipitée vers le mur, une cartouchière de bombes incendiaires jetée sur son épaule. « Prenez vos Épées, ordonna Sanwell à Rica et Carlo. On va tuer du dragon. »

Sanwell menait la charge dans la rue latérale derrière Épée n°1. Rica et Carlo suivaient derrière, Épée n°2 et 3 sur leurs talons. Le bruit de la bataille à la barricade de la place couvrait sûrement leurs mouvements. Ils se déplaçaient rapidement, pas tranquillement.

Ils parvinrent à mi-chemin de l'allée avant que le dragon-machine ne tire sur la place derrière eux.

Un rugissement comme le ciel qui s'ouvre, un crescendo ondulant d'explosions. La brume rouge bouillante parcourut la place, faisant exploser la barricade yotienne et incinérant ses défenseurs.

Sanwell, Rica et Carlo se retournèrent, avec un regard d'horreur sur le souffle cramoisi qui balayait leur vue étroite de la place. Llora et les autres pilotes, le lieutenant Markos et leurs soldats, disparus en un souffle.







La fumée s'attardait, elle ne bougeait pas malgré le hurlement puant du souffle de fournaise. L'air lui-même grésillait, se tordait de douleur, crépitait d'éclairs torturés par la chaleur.

Un corps titubait dans l'allée depuis la place en flammes. Aucun des pilotes ne put dire de qui il s'agissait. Le pauvre soldat se cognait contre le mur de la ruelle, trébuchait comme un ivrogne, et s'effondra, puis se dispersa en cendres au contact du le sol. Toutes les pensées de vengeance et de gloire quittèrent alors Sanwell ; l'inquiétude cessa de le ronger et commença à le consumer.

La place résonnait du bruit des bottes qui chargeaient : les soldats émergeaient de la fumée bouillante, les heaumes se refermaient contre l'air brûlant, leurs lances anti-mécha levées vers Épée n°4 et n°5. Leurs pilotes disparus, soufflés et déformés par l'haleine brûlante du dragon-machine, les robots tinrent bon néanmoins, les épées clignotantes. Une poignée de soldats mourut, mais les vengeurs furent démolis sous les acclamations. Ils avaient ralenti la machine de Mishra pendant un moment ; la plus grande part de ses forces, pas du tout.

Un instant. Sanwell se souvint des années d'entraînement ; cela avait demandé à ces autres pilotes, dont il n'avait jamais su les noms, un instant.

Carlo commença à crier et ni Sanwell ni Rica ne purent le calmer. On ne savait pas si les Fallaji pouvaient les entendre, mais ils ne pouvaient pas prendre le risque. Rica arracha un pansement en lin de sa trousse médicale et l'attacha autour de la bouche de Carlo pendant que Sanwell le maintenait fermement. Tous les deux entraînèrent Carlo dans l'obscurité de la ruelle, priant pour que le dragon-machine ne les suive pas.

Leurs vengeurs à l'épée suivaient, de la cendre empilée sur leurs épaules blindées.



Sanwell et Rica, accompagnés alternativement d'un Carlo muet ou hurlant, suivaient leurs vengeurs à travers l'allée jusqu'à une autre petite place sans nom. Celle-ci était un carrefour muré par des bâtiments à deux et trois étages de tous côtés. Leur allée continuait à travers la place ; le chemin de traverse était une véritable chaussée, assez large pour que trois charrettes passent de front. À un moment donné dans la matinée, elle avait été fortifiée par une barricade à la sortie nord de la place, bloquant l'accès au reste de la ville à toute personne venant du Mardun. Maintenant, la barricade était en ruine. Les Yotiens et les Fallaji gisaient morts sur l'épave fumante, les mouches en faisaient déjà leur repas. Un chien errant s'enfuit lorsque les vengeurs et leurs pilotes arrivèrent en courant sur la place.

Sanwell et Rica ordonnèrent à leurs vengeurs de monter la garde au carrefour du côté du Mardun, puis titubèrent jusqu'au bout de la place en face de la barricade, entraînant Carlo avec eux. Son vengeur se tenait immobile au bout de l'allée, attendant les ordres. Tous trois s'assirent sur un chariot renversé et reprirent leur souffle. Le dragon-machine ne les avait pas suivis. Pour le moment, dans ce coin tranquille de Kroog assiégé, ils étaient en sécurité.

« Qu'est-ce qu'on fait ? demanda Rica.
– Nous ne pouvons pas lutter contre la machine, déplora Sanwell. Pas même avec nos Épées – nous aurions besoin d'une armée pour combattre ça.
– Alors qu'est-ce qu'on fait ? » demanda à nouveau Rica.

Sanwell lança un regard dans la ruelle de laquelle ils venaient de sortir, vers la place cramée. Il leva les yeux vers le ciel assombri par la fumée. Le soleil, si éclairé par l'Orniaire, brûlait d'un orange pâle et malade. Des cendres tombaient, noires et grises.

« On court, déclara Sanwell. Comme Tavnos nous l'a dit, si nous sommes en danger, on s'enfuit. »
Rica lança son propre regard périphérique sur leur environnement. « Où ? »

Le dragon-machine rugit à nouveau, assourdissant, bouleversant la vision. Sanwell et Rica plaquèrent leurs mains sur leurs oreilles, les yeux en larmes au bruit du rugissement. Il passa, et comme le tonnerre d'un orage en mouvement, les deux garçons écoutèrent sa source ; il semblait que le dragon-machine s'éloignait d'eux et de leurs vengeurs, en direction du cœur de la ville.

« Loin, dit Sanwell, un peu trop fort alors que son ouïe lui revenait lentement. N'importe où sauf ici. Tavnos n'a-t-il pas parlé d'une ville ? Hinge ?
« Hench, le corrigea Rica. Une ville caravanière, je pense. Un endroit où les chevaux peuvent s'abreuver.
– Peut-être là-bas, déclara Sanwell.
– Il faudrait traverser la ville, dit Rica en se mordant la lèvre. L'ouest serait peut-être mieux – nous pourrions courir jusqu'aux portes ouest et nous diriger vers la côte, trouver un navire. »

Sanwell baissa la tête. Il pensa à son frère, Rendall – était-il déjà dans les airs ?

« Où enverraient-ils les évacués ? demanda Sanwell à Rica. Korlis ou Penregon ?
– Korlis est plus proche, analysa Rica. Mais ce sont des marchands, et ils sont neutres. De plus, ils n'ont pas d'armée permanente, juste des mercenaires. Je suppose que c'est Penregon. C'est plus loin, mais c'est là qu'Urza et... »

Un fracas soudain et un cri retentirent de l'entrée nord du carrefour, du côté du Mardun, là où leurs vengeurs montaient la garde.

Sanwell et Rica se retournèrent pour voir un rang de heaumes Fallaji s'approcher du carrefour. Derrière eux, Sanwell pouvait voir ce qui ressemblait à une forêt de piques sous laquelle brillaient les casques de cuivre poli de toute une colonne de soldats en marche.







« Sanwell, » dit Rica en se levant. Il n'appelait pas l'attention de Sanwell, il prononçait seulement son nom. Un halètement réflexif, prononcé avec incrédulité face à ce qu'il vit : l'armée Fallaji, sans entrave, qui marchait vers eux.
« Épée n°1 », cria Sanwell. Il pointa sa manette de commandement vers les Fallaji et appuya sur la gâchette. Un mince faisceau de lumière visible seulement dans la fumée qui passait éblouissait le premier rang des heaumes. « A l'attaque ! »

Épée n°1 bondit vers les Fallaji, suivi une seconde plus tard par Épée n°2. Carlo, catatonique, déclencha sa manette de commande, faisant clignoter le sol à ses pieds. Épée n°3 ne bougea pas ; la machine était tombée au ralenti, l'épée prête mais pas levée.

Les soldats en marche furent incapables de former un mur de piques avant que les deux vengeurs ne s'écrasent sur eux. Les premiers rangs moururent dans le chaos, leurs piques glissant sur le blindage des vengeurs. Les deux vengeurs manœuvrèrent leurs grandes épées avec l'efficacité d'un boucher, bloquant l'avancée des Fallaji jusqu'à la barricade effondrée.

Sanwell regarda avec horreur et admiration les vengeurs couper les calottes. Leurs épées bourdonnaient dans l'air, dans un bruit lourd et humide, leurs lames heurtaient et séparaient la chair, brisaient les os, écrasaient la fière et brillante armure des Fallaji comme si elle n'était rien de plus qu'une mince feuille. Sanwell ne pouvait que reculer, définir le niveau de la commande et viser, et regarder le vengeur interpréter sa commande la plus élémentaire. Épée n°1 fendit les soldats devant lui avec des frappes rapides. Leurs coups étaient courts, un manipulateur sur la poignée de l'épée et un le long de la lame pour la guider.

Rica pilotait n°2 avec précision, il dirigeait son vengeur vers les officiers et les cibles qui présentaient une menace pour leurs machines. Des soldats avec de lourdes lances et arbalètes à pointe explosive, des officiers avec leurs drapeaux de commandement et des voix régulières – Épée n°2, sous le commandement de Rica, les chassait à travers le chaos créé par l'assaut d'Épée n°1.

Qui avait appris à Épée n°1 à se battre ?

Sanwell donna un coup vif de sa manette de contrôle vers une paire de heaumes qui avaient entouré de Épée n°1. Il déclencha la manette, éblouissant les soldats de son rayon, et Épée n°1 intercéda immédiatement, les empalant tous les deux d'un seul coup. Épée n°1 les souleva et les balaya de son arme, envoyant leurs corps tomber dans la colonne qui avançait toujours.

À un moment donné, Épée n°1 avait dû apprendre à se déplacer comme ça, pensa Sanwell, en touchant une autre cible. Il fit marche arrière, de même que Rica reculait, et ils entraînaient Carlo, pour mettre de la distance entre eux et le combat.

Qui avait appris à Épée n°1 à interpréter sa première commande simple et la traduire en mouvements que Sanwell ne pouvait pas faire lui-même ? Il avait vu l'intérieur des modèles plus anciens dans le cadre de sa formation – eux, comme Épée n°1, n'étaient pas vivants. Comme il le comprenait, ils ne pouvaient pas penser. C'étaient des machines, des assemblages humanoïdes de mille calculs complexes et de délicates compositions ; des milliers d'heures de génie, de perspicacité technique et de travail humain dans un seul but, réalisé avec une grâce étonnante : brandir une épée et mettre fin à une vie.

Génie. Folie.

Épée n°1 donna de l'estoc sa lame émoussée vers les heaumes qui avançaient, puis sortit un nouveau rasoir du chargeur sur son dos. Le vengeur se déplaçait si doucement que Sanwell pouvait presque croire qu'il s'agissait d'une personne géante en armure, d'un guerrier qui ne pouvait être arrêté par la peur, la pitié ou la fatigue. Des lances et des carreaux d'arbalète se brisaient sur les jambes de Épée n°1 et déviaient de ses plaques d'armure brachiales et thoraciques, chaque coup d'œil révélant à quel point le vengeur était indestructible.

Autre sentiment se mêlant à la peur de Sanwell : le soulagement. Soulagement que les Épées soient de son côté.

Une explosion retentit sur la moitié supérieure de Épée n°2, renversant le vengeur contre Épée n°1. Épée n°1 évita gracieusement son camarade, et Épée n°2 retomba sur la place, atterrissant assez fort pour casser la pierre.

Rica jura et Sanwell comprit pourquoi : une bombe avait soufflé le bras droit de n°2. Des fluides hydrauliques et de l'huile noire giclèrent de l'équipement endommagé, pompant dans l'air jusqu'à ce que les systèmes internes de n°2 coupent le débit. Tirant une nouvelle lame avec son bras restant, Épée n°2 peina à se remettre debout, mais il était trop tard. L'écart était fait.

Les heaumes Fallaji s'avancèrent, poussés par leurs officiers derrière, acclamaient de leurs voix rauques, réconfortés par le coup porté à Épée n°2. Épée n°1 tentait d'intercéder mais ne pouvait pas tenir la route par lui-même. Au début, seule une poignée de heaumes réussit à passer ; Épée n°2 essaya de les repousser, mais les Fallaji tirèrent une grêle de boulons explosifs sur sa tête et ses jambes. Les compartiments explosèrent les uns sur les autres, des ondes de pression ramenant la machine blessée au sol. Pendant qu'il tombait, les soldats encerclèrent Épée n°2, glissant des bombes dans ses articulations et entre ses plaques de blindage, bloquant son mouvement. De l'autre côté de la cour, d'autres heaumes amenaient Épée n°3, inactif, au sol, des piques anti-mécha poignardant et tranchant les organes vitaux, les articulations et les mécanismes.

Sanwell cria quelque chose de muet, un mélange de terreur et de fureur, donnant des coups violents de sa manette de commande en direction des Fallaji, leur lançait un faisceau éblouissant encore et encore. Aucune commande, rien de son entraînement, il ne donnait la parole qu'à une panique brute alors que l'ennemi envahissait le carrefour. Épée n°1 combattait, comme il avait été conçu pour le faire.

Les heaumes firent exploser leurs lances à bombes et tuèrent Épée n°2. La lithoforce du vengeur éclata, un éclair brillant qui aveugla la place d'une lumière blanche.

Sanwell décolla, aveuglé par l'explosion. D'une manière ou d'une autre, il s'accrochait à sa manette de commande, et alors qu'il était allongé sur le dos, sa vision oscillait, entre brûlée et floue. Il pouvait voir Carlo allongé, immobile, près du chariot renversé, l'uniforme fumant. Il regarda Rica se relever, les pommettes et le nez à vif et brûlés. Un vent comme de papier de verre fouettait les rues de Kroog, balayait le visage et les mains brûlés de Sanwell. Il cria de douleur, la voix étouffée alors que son ouïe tardait à revenir.

Les cloches s'écrasaient et sonnaient toujours. D'autres explosions retentissaient dans toute la ville.

Au loin, des cris.

Au loin, le rugissement des dragons-machines.







Le monde de Sanwell était une brume de fumée grise et nuageuse sous un ciel ocre. Le soleil au-dessus n'était qu'un souci mourant, gros et proche, menaçant de glisser du ciel, un jaune d'œuf se détachant de son blanc. Tout sentait le bois brûlé, l'huile brûlée, la chair brûlée. La cendre tombait comme de la neige.

Lorsque Sanwell était nouveau à Kroog, envoyé là avec son frère dans son enfance pour apprendre l'artifice à l'Orniaire, il avait été éduqué dans la coutume et la croyance yotienne. L'éducation culturelle, lui disaient ses parents. Nécessaire pour tout enfant de l'Orient, pour que les jeunes rejetons de la civilisation comprennent le monde qu'ils étaient destinés à gouverner ; dans cette éducation, Sanwell avait appris que des nombreux dieux de Yotia et de leurs domaines, aucun ne régnait sur un monde souterrain ou un au-delà maudit. Les âmes humaines était trop nombreuses pour être jetées en enfer sur la parole d'un seul dieu : la damnation pour les Yotiens n'était pas si simple. On avait plusieurs âmes tout au long de sa vie, et chacune d'elles recevait son propre jugement.

Sanwell savait maintenant que les Yotiens avaient raté un aspect. Ils avaient oublié un dieu quelque part dans leurs célébrations : celui qui avait condamné son âme vivante à cette cité infernale. Sanwell imaginait cette divinité morbide volant au-dessus de la ville avec des ailes déchirées, crachant une brume cramoisie dans ses rues brûlantes.

« Épée n°1, murmura Sanwell dans la barre de commande. A moi. » Que ce soit l'enfer ou un cauchemar, Sanwell voulait en sortir.

Des formes sombres traversaient la brume, bien qu'aucune ne soit le profil rassurant de Épée n°1. Des silhouettes amoncelées se courbaient sur leurs longues lances, tournaient lentement leurs larges heaumes, écoutaient, cherchaient.

Sanwell s'accroupit et s'éloigna des formes mouvantes. Il passa devant Rica et lui siffla de le suivre.

Rica secoua la tête et posa un doigt sur ses lèvres. Il pointa du doigt, dirigeant le regard de Sanwell.

Carlo. Il rampait vers Sanwell et Rica. Les brûlures sur son dos et ses jambes étaient terribles, le transformait en un amas de chair cloquée et d'acier fondu.

« San ? criait Carlo en sanglotant. Rica ? »

Rica amorça un mouvement vers Carlo, mais Sanwell l'attrapa et le repoussa.

Les formes sombres dans la brume couleur de briques s'arrêtèrent pour tendre l'oreille. Leurs larges têtes se tournèrent. Leurs lances sondaient la cendre qui tombait doucement.

« Où êtes-vous, les gars ? » criait encore Carlo.

Une rafale de carreaux d'arbalète s'abattit sur le dos de Carlo et le tua. Une deuxième volée le poignarda quelques secondes plus tard, des coups perdus résonnant et ricochant sur le sol couvert de cendres. Les heaumes criaient, s'appelant l'un à l'autre l'emplacement du pilote mort.

« Épée n°1, tue ! cria Sanwell dans sa manette de commande, la voix cassée. Tue ! »

Rica se retourna, attrapa Sanwell et le poussa à courir. Par-dessus son épaule, Sanwell entendit des soldats Fallaji hurler de terreur sous le gémissement croissant d'une machine blessée en marche. Il se tourna, faisant trois pas en arrière, et vit la grande forme blindée d'Épée n°1 s'élever de l'obscurité.

Épée n°1 était un chevalier déformé par la chaleur dans une lumière jaune fade, une mort dorée éclaboussée de suie et de cendre. Bien qu'horriblement blessé, Épée n°1 n'était pas mort, et jusqu'à ce qu'il le soit, il obéirait au dernier ordre de Sanwell. Éclaboussée de sang, intrépide, la terrible machine était peut-être un autre dieu yotien oublié : celui de la guerre et des carrefours, des machines et de l'ère à venir.

Sanwell jeta sa barre de contrôle. Il n'y avait plus rien à commander.

« San ! » Les mains de Rica agrippèrent le col de Sanwell, et l'autre garçon essaya de le tirer. Sanwell trébucha sans tomber.

Ensemble, les deux garçons coururent.

Kroog est mort un matin cramoisi ; la guerre commença au lever du soleil.









28 AR

Aiman gisait sur le dos et plissait les yeux face à la lumière blafarde du soleil, ce souci. Le ciel était d'une teinte orange nauséabonde, profonde comme le brun brûlé d'un poivre carbonisé où la fumée des feux encore allumés crachait. Tout puait. Beauté caillée par la mort, doux ciel d'azur rouillé, cloches lumineuses tordues à force de hurler.

Aiman avait besoin d'eau.

Le tonnerre sourd des bottes à clous. Une ruée de bottes. Des centaines, des milliers, un million, le monde entier courant à ses côtés. L'un d'eux lui donna un coup de pied dans la tête assez fort pour le renverser, comme le faisaient autrefois les vagues. Argivien ou Fallaji, il ne pouvait pas le dire. La lanière de son heaume s'était brisée et il avait rebondi. Des renforts, pensa-t-il, qui couraient au combat.

Au combat !

Kroog, ville en feu, ville des envahisseurs, ville des voleurs. Pourquoi étaient-ils là ? Mishra, la langue de serpent, affamée, jalouse. La cupidité du qadir.

Aiman avait besoin d'eau.

Il gémit et essaya de bouger, mais quand il essaya de s'asseoir, toutes ses forces étaient épuisées. Il toussa, grimaçant de douleur. Il ne voyait pas bien. Il regarda son corps.

Aiman laissa échapper un faible cri de peur et de choc. Trois flèches. Il avait été touché. Une dans le haut de sa cuisse, une épinglant son bras à sa poitrine et une autre à travers de ses côtes. Celle dans la cuisse était la plus profonde, jusque dans la chair. Celle du bras le traversait, mais son bras et sa cuirasse en dessous avaient empêché la flèche de le blesser plus profondément. Celle des côtes n'était guère plus qu'une coupure profonde, emprisonnée dans son armure et un tissu rembourré en dessous – une fois la flèche partie, un bandage propre suffirait. Son visage palpitait, et un horrible sentiment de division lui disait qu'il avait été blessé là aussi.

Aiman retomba.

« J'ai besoin d'eau, cria Aiman. De l'eau », cria-t-il, et il réalisa que sa voix n'était qu'une voix parmi tant d'autres qui s'ajoutait à un chœur de blessés gémissant, pleurant et hurlant. Il regarda autour de lui, la lucidité revenant avec la douleur.

Il était en enfer. Des corps remplissaient l'espace entre les bâtiments, remplissaient la route où ils s'étaient battus. Le gosier de la ville, à travers lequel les soldats des deux royaumes étaient réduits à l'état de viande.

Il essaya de se souvenir de ce qui s'était passé. Un énorme chevalier doré, une brillante machine de terreur. La colonne avançait, bousculée par les rangs de derrière, terrifiée par la mort devant et par les officiers de Mishra derrière. Explosions, douleur. Les bateaux avant cela, ses mains tremblantes, la prière silencieuse du soldat à côté de lui, le froid de la rivière alors qu'ils remontaient les berges et les cris, les cris.

Aiman avait besoin d'eau. Il avait besoin de fuir. Des mains l'attrapèrent et un homme mort gémit à son oreille, il implorait sa mère. Aiman écarta les mains de son bras valide, à bout de souffle. Il donna des coups de pied et racla la terre pour s'éloigner du cadavre suppliant.

La respiration sifflante, Aiman rampait, couinait là où les flèches avaient frappé et traînaient contre la brique. Il s'effondra contre le bord de la ruelle, tremblant violemment, la vision grisée.

« De l'eau, » gémit Aiman. Il était mourant. Il pouvait le sentir. Une douleur brûlante et profonde palpitait dans sa jambe, son œil, ses côtes...



Aiman se réveilla. C'était la nuit. Il s'était évanoui.

La ruelle était silencieuse. Les morts recouvraient chaque surface. Des feux éclairaient la nuit, jetaient tout dans la lueur ocre de la fosse. Plus aucune cloche ne sonnait, même si Aiman pouvait entendre la bataille qui faisait toujours rage dans les quartiers lointains de Kroog.

Aiman gémit quand il le vit. Un fantôme. Un revenant, brillant d'un bleu doux alors qu'il traversait la ruelle fétide. Aiman commença à prier.

Le fantôme le regarda.

La prière d'Aiman se coinça dans sa gorge.

Le fantôme s'avança vers lui. Sa forme bleu pâle traçait un écho dans l'air chaud du soir derrière lui. La mort, Aiman, le savait. C'était la mort elle-même, qui réclamait des âmes pour voyager avec elle.

La Mort s'accroupit au-dessus d'un homme horriblement blessé. La poitrine de l'homme montait et descendait, s'accrochait, puis se dégonflait. Aiman pouvait entendre le cliquetis de là où il se cachait.

La Mort était debout. Sa tête traversa l'allée, comme s'il admirait la vue. Une moisson, pensa Aiman. Une moisson pour ce moissonneur froid.

« Pas encore, » dit la Mort. Il s'adressait à l'allée vide, mais Aiman savait que la mort lui parlait. La mort avait un accent étrange, comme quelque chose d'Extrême-Orient. Enfant, Aiman s'était occupé du navire de commerce de son père, qui naviguait tout autour des limites de Terisiare. Le port austère de Penregon avait été une escale assez régulière, et Aiman avait appris un peu d'argivien ; la langue de la Mort y ressemblait.

« Il est trop tôt, déclara la Mort. On en est à des années, des décennies au moins. Ça n'arrive pas ici. »

Le soulagement et la confusion l'inondèrent. Aiman se laissa espérer.

La Mort soupira, puis la Mort disparut.

Deux semaines plus tard, la fièvre d'Aiman baissa enfin. Il boitilla hors de la tente médicale aérée, le côté droit de son corps douloureux et démangeant, mais il guérissant. Il avait perdu un œil ; sans cette blessure, il ne souffrirait que de cicatrices plissées là où les flèches l'avaient transpercé.

La brise sèche du désert rafraîchissait la sueur de son front.

La guerre d'Aiman était finie. Sa vie, il en était certain, ne faisait que commencer. Il leva les yeux vers le ciel bleu pâle, suivit de minces nuages dans leurs hauteurs et regarda les oiseaux tournoyer.

La Mort lui avait dit : pas encore.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  5

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.