Dominaria Uni : Episode 4 - Un coup brutal - Magic the Gathering

Dominaria Uni : Episode 4 - Un coup brutal



Articles

Drark Onogard, le , 102 consultations , 1

Jodah voyage jusqu’aux jungles reculées de la Yavimaya afin d’avoir le soutien d’un allié isolé. Pendant ce temps, Jaya et Ajani rejoignent Danitha Capashen tandis qu’elle traque ceux qui ont enlevé son père – et fait une découverte glaçante.

  La storyline de Magic / Dominaria Uni

Jodah voyage jusqu'aux jungles reculées de la Yavimaya afin d'avoir le soutien d'un allié isolé. Pendant ce temps, Jaya et Ajani rejoignent Danitha Capashen tandis qu'elle traque ceux qui ont enlevé son père – et fait une découverte glaçante. Vous trouverez l'article original ici.

Episode 4 : Un coup brutal



Se trouver sur le pont de l'Aquilon rendait Karn nostalgique. Même si un équipage différent grouillait le long de son gréement, riait en travaillant sur le pont et bricolait ses mécanismes rutilants, les parfums et les sons semblaient agréablement éternels. Une lumière dorée se dispersait parmi les nuages ??blancs sous eux et brillait sur les ponts cirés. Le ciel bleu s'étendait jusqu'à l'horizon. La brise marine refroidissait son corps de métal. Quelques heures auparavant, tous les quatre – Téfeiri, Jaya, Jodah et Karn lui-même – avaient été tirés un par un de l'étage supérieur de la tour de guet d'Argive, suspendus à une échelle de corde comme des insectes au-dessus de la vaste ville en contrebas.

« Shanna attend, dit Jodah. Nous devons définir le cap de l'Aquilon. »

Karn hocha la tête et Jaya leur emboîta le pas, ses cheveux blancs flottant derrière elle comme un fanion. Ils entrèrent dans la cabine. Shanna se tenait près d'une table ovale, les bras croisés sur sa cuirasse en cuir bruni. Arvad, sa peau déjà blanche teintée de la pâleur de son vampire, restait dans l'ombre derrière elle. Téfeiri était allongé sur un lit à proximité, les yeux fermés. Raff avait tiré un tabouret un mètre à côté de lui. Il avait étendu ses mains sur la plaie au ventre de Téfeiri et l'éclat argenté de sa magie flottait de ses paumes comme des vagues de chaleur. Fongepied les rejoignit, avec des chiots ressemblant à des champignons qui gambadaient autour de son pied. Tiana serra ses ailes contre son corps pour passer la porte.

Shanna sortit un bol de fruits que Karn avait pensé être décoratif et s'assit. « Je suis peut-être capitaine, Karn, mais c'est toi qui décides du cap. Dis-moi où doit s'envoler l'Aquilo.
– Nous devons forcer les Phyrexians à mener une guerre ouverte, décréta Karn, avant qu'ils ne gagnent en force et ne convertissent plus de populations. Nous le ferons en les appâtant avec les trois choses que les Phyrexians veulent plus que tout autre chose : le Sylex, la Plate-forme de Mana, et... moi. »
Jodah regarda Karn, les yeux éclairés d'inquiétude. « C'est un plan risqué. Une défaite signifierait que nous perdrions les artefacts les plus précieux de Dominaria – et toi, Karn. Je n'aime pas l'idée que tu sois dans un tel danger.
– J'aime prendre des risques, tempéra Jaya. Si nous les attirons, si nous gagnons, nous tuons les Phyrexians à la racine. Ils sont comme le lierre : il faut l'arracher tôt. Une fois qu'il est établi, il se répandra.
– Si les événements d'Argivia nous ont appris quelque chose, dit Karn, c'est que nos forces sont plus grandes ensemble que séparément. Les tactiques phyrexianes reposent sur la division, sur le travail secret que les agents en sommeil peuvent effectuer dans l'ombre. Si nous sommes séparés, nous sommes vulnérables. Ensemble, nous le sommes moins.
« Pourtant, répondit Jodah, nos alliés sont étendus à travers tout Dominaria. Avec la chute d'Argivia, la force armée la plus puissante de ce continent n'est plus la nôtre, c'est la leur. Nous devons recruter tous les alliés possibles pour mener notre combat.
– Alors séparons-nous, proposa Jaya. Recrutons des alliés et amenons-les à la Plate-forme de Mana. »
L'équipage de l'Aquilon était resté silencieux pendant cette discussion, mais à ce moment Raff soupira. La magie disparut de ses doigts. Il leva les yeux vers Karn. « Ma sœur se battra pour vous.
– Je vais chercher Danitha, décida Jaya.
– La Yavimaya a également été attaquée, informa Jodah. Les elfes vont nous aider. Je peux aller vers eux, les recruter pour combattre à nos côtés.
– J'irai directement à la Plate-forme de Mana, dit Karn, pour parler à Djoïra. Je suis le seul à avoir lu et à me souvenir de la clef du Sylex que j'ai trouvée. Je dois mettre cette information sur papier pour que d'autres puissent l'examiner.
Téfeiri sortit de sa stupeur. « J'y vais avec toi, Karn. J'ai besoin de temps pour récupérer, et je peux aussi recruter nos alliés de Shiv pendant que la Plate-forme de Mana et le Sylex t'occupent.
– Tu n'as pas de chance, déplora Karn au sujet des blessures de Téfeiri.
– Je pense que j'ai une excellente chance, rétorqua Téfeiri. J'ai survécu, n'est-ce pas ?
– Si nous nous séparons, demanda Jaya, ses cheveux en rafales autour de son visage, comment saurons-nous si l'un d'entre nous a été compromis ? Stenn ne savait même pas qu'il était l'un d'entre eux.
– Le scrutateur a du mal à se concentrer sur les Phyrexians, répondit Karn. Si je ne peux pas vous voir, je supposerai que vous avez été compromis.
– C'est une bonne chose que tu ne dormes pas, dit Jaya.
Shanna regarda son équipage, qui avait écouté patiemment. « C'est décidé. Mettons les voiles. »



Les Montagnes de Fer Rouge étaient si belles que planifier une guerre ici semblait irrévérencieux. Non pas que Jaya soit du genre dévot, mais ces pics déchiquetés et durs, avec leur schiste tombant en cascade dans les ravins, blanc à la lumière, et les fleurs alpines tombant des prairies dans des gerbes de pourpre et d'or, et cette énorme statue androgyne d'un héros dont l'histoire avait été perdu dans le temps...

Eh bien, peut-être qu'elle vieillissait, mais Jaya se voyait se détendre à l'extérieur d'une petite cabane dans une baignoire en bois de cèdre, au fond de l'une de ces vallées ombragées où les machines de guerre pourrissaient, oubliées sous les mousses émeraude et les fougères dressées, inertes comme des rochers. Peut-être du thé glacé à la menthe à la main. Ce serait une façon relaxante de passer une décennie ou deux.

Elle renifla d'elle-même. Ce n'est pas comme si tu allais un jour prendre ta retraite !

« Jaya ! » Ajani sortit des ombres profondes des arbres, et sa fourrure blanche scintillait dans la lumière pendant que son manteau ondulait derrière lui. « Danitha m'a dit que tu étais arrivée. J'ai cherché des cerfs pour nourrir le camp. La chasse est bonne ici. »







« Du genre chanceux ? » demanda Jaya.
Ajani lui offrit un sourire féroce qui révéla ses dents. « Toujours. Les millénaires de Llanowar se souviennent bien de l'invasion phyrexiane, et ils ont déjà envoyé des éclaireurs pour nous rejoindre. Certains des meilleurs archers de Dominaria. »
Lorsqu'il avait sauté à la suite d'Aron Capashen, Jaya s'était inquiétée. « On dirait que tu n'as pas récupéré Aron ? »

Ajani tourna son regard vers le campement de Danitha, établi au bord d'un lac glaciaire d'un vert nuageux. Ses chevaliers bénalians avaient dressé des tentes de toile blanche. En plus de la fière tour de la maison Capashen et ses sept fenêtres, le drapeau de la maison Tarmula flottait, surmonté d'une étoile à sept branches. Une marmite parfumait l'air d'une odeur d'oignons cuits.

« Ils m'ont semé, et au moment où j'ai fait le tour, vous étiez partis. Alors j'ai commencé à les suivre et j'ai rencontré Danitha. »

Danitha Capashen traversa le camp à grands pas en direction de Jaya et Ajani. Sa peau hâlée brillait de santé et ses cheveux, rasés sur les côtés, avaient été ramenés pour former un panache serré. Son armure brillait d'argent et des rubans d'or croisés sur sa poitrine comme la ceinture de Gerrard, incrustée de vitraux qui rayonnaient de pétales rouges, écarlates et jaunes.

« J'ai suivi les Phyrexians jusqu'à une base au sud d'ici, dissimulée dans des grottes, expliqua Ajani.
– Mon père doit être là. » Danitha se tourna vers Jaya. « Danitha Capashen, fille d'Aron Capashen, héritière de la Maison Capashen. Et vous êtes ? »

Bien bien... cela faisait un moment que quelqu'un ne l'avait pas reconnue.

« Jaya Ballard. » Ajani s'éclaircit la gorge. « Elle se bat aux côtés de Jodah l'Éternel.

Jaya renifla. Jodah collectionnait les surnoms comme certains petits garçons collectionnaient les billes. « Je suis ici pour vous inviter à apporter des renforts à Shiv.
– Tout ami d'Ajani est le bienvenu ici, affirma Danitha. Mais malheureusement, je ne peux pas engager mes troupes à combattre à Shiv avant d'avoir sauvé mon père.
– Le délai...
– Ça vaut le coup, et si vous voulez m'aider, j'apprécierais votre aide, la coupa Danitha. Si mon père est vivant, vous aurez ma gratitude et les chevaliers de la Maison Capashen sur qui compter. Et s'il ne l'est pas... eh bien, le nouveau chef de la maison Capashen aurait une dette envers vous. »
Jaya étira ses doigts, tirant la flamme de l'air. La chaleur rayonnait sur sa peau. « Eh bien, un moyen sûr de faire sortir quelqu'un d'une grotte est la fumée. »



S'il y avait un endroit sur Dominaria où Jodah se sentait jeune, c'était bien dans les ruines de Kroog, à Yavimaya. L'antique bâtiment en forme de dôme, son toit voûté ouvert sur le ciel, sa pierre dorée drapée d'arums traînantes, semblait retenir les couleurs du couchant comme un trésor gardé jalousement par un dragon. Exposée lorsqu'un immense sylvin s'était déraciné et avait migré dans la mer, elles sentaient encore la terre.

« Jodah ? »

Il ne reconnut pas la voix. Un papillon céruléen lançait ses éclairs sur son épaule. Il bougea pour l'enlever, puis hésita.

Une elfe le fixait, sa peau claire tachetée d'or autour de ses yeux brillants et intelligents. Même si Jodah n'aurait pas pu dire pourquoi, elle semblait jeune. Elle portait une armure de guerrière en cuir ; écarlate, ocre et orange, mais contrairement à l'armure qu'il avait vue sur d'autres elfes yavimayans, elle avait intégré une technologie Thran réemployée.







« Tu es Jodah l'Éternel ? Demanda-t-elle. L'archimage Jodah ? »

Jodah toussa. Pour une raison quelconque, avec l'elfe qui le fixait, il se sentait particulièrement gêné par le papillon qui battait paresseusement ses ailes de la taille d'une assiette près de son visage.

« L'ancien druide Jenson Carthalion m'a tout dit sur toi. Certaines personnes disent qu'il y avait beaucoup de Jodahs différents qui ont pris ton nom comme titre, mais j'ai toujours pensé qu'il n'y en avait qu'un seul.
– Je suis ici pour négocier avec Méria, déclara Jodah, pour recruter des troupes pour combattre pour la Nouvelle Coalition à Shiv.
– Tu dois avoir quatre mille ans ! » Elle le regarda de haut en bas comme si elle regardait un artefact archéologique. Le papillon s'envola. Jodah s'éclaircit la gorge. Il se sentait jugé sous toutes ses coutures, une sensation qu'il n'appréciait pas.
Puis l'elfe soupira. « J'aimerais pouvoir t'aider, Jodah. Depuis que je suis enfant, je rêve de me battre à vos côtés, de conduire mon peuple à ton aide... de sauver Dominaria ensemble. Mais je suis désolée. Je dois penser à mon peuple. »
Jodah sourit. C'était donc Méria. Seuls des siècles d'entraînement à la diplomatie lui permirent de dissimuler son choc. Les elfes suivaient rarement quelqu'un avec la fraîcheur de la jeunesse imprimée sur ses traits – une des raisons pour lesquelles il avait pensé qu'il valait mieux qu'il mène ces négociations lui-même. Mais aussi, les elfes cherchaient rarement refuge dans de vieilles ruines, des bâtiments de pierre et de métal. Dominaria changeait. « Les Phyrexians nous envahissent, Méria. Ce n'est pas une question de savoir si vous vous battez. C'est une question de quand, de comment vous le ferez – et les réponses à ces deux questions, si nous sommes unis, détermineront si nous remporterons la victoire. »
Méria baissa la tête en signe de reconnaissance solennelle. « Tu es sage, Jodah l'Éternel. Je suis honorée de te rencontrer. Vraiment, je le suis. Mais ni tes paroles ni ton nom ne m'influenceront. Je ne vois aucune raison pour que mes guerriers abandonnent leurs maisons pour ta cause. Oui, si les Phyrexians faisaient de l'ombre à notre canopée, nous nous battrions – sur notre terrain, avec l'avantage. Mais voyager à Shiv ? Non, je ne pense pas.
– Les Phyrexians peuvent créer des agents en sommeil, appuya Jodah. Ils peuvent s'infiltrer...
– Nous le savons, dit Méria. Mais quand la Yavimaya permettra à mon peuple de revenir, Multani triera le bon grain de l'ivraie.
– Préférez-vous que le combat arrive jusqu'ici?demanda Jodah. Mieux vaut étouffer la menace phyrexiane maintenant que de laisser la Yavimaya brûler. »

Les yeux de Méria brillaient. Elle n'était pas en colère. Elle n'avait pas peur. Elle n'était même pas implacable. Elle était amusée, et Jodah était surtout confus. Il n'était pas habitué à ce que quelqu'un qui avait une fraction de son âge se moque de lui.

« Des arguments très convaincants. » Méria sourit et lui tapota l'épaule. Mais Jodah pouvait dire, en se détournant, qu'elle avait pris sa décision.

Jodah avait échoué. Méria ne conduirait pas son peuple à Shiv.



Jaya était recroquevillée derrière un affleurement de pierre qui surplombait toute la vallée. Pas la position la plus confortable, mais elle ne pouvait pas se plaindre de la vue. Au fond d'un ravin qui se rétrécissait, la grande bouche triangulaire de la grotte s'ouvrait. Deux Phyrexians gardaient l'ouverture, des monstruosités ressemblant à des mille-pattes avec des corps humains massacrés comme noyaux. Leurs membres multiples brillaient au soleil, agités.

De son point de vue, Jaya pouvait voir ce que les monstruosités phyrexianes ne pouvaient voir.

Ajani dirigea une demi-douzaine d'éclaireurs de Llanowar pour nettoyer les gardes du périmètre, éliminer les créatures qui se cachaient dans les bois ombragés. Il avait réussi, jusqu'à présent. Aucune créature n'avait crié d'alerte en mourant.

Danitha dirigeait l'essentiel de ses forces. Ses chevaliers attendaient près de l'entrée de la grotte, dissimulés dans les ravins, derrière les buissons et les arbres, dans les recoins moussus derrière les rochers de granit. Danitha leva la main, ce qui voulait dire : Jaya, c'est le moment.

Jaya distilla sa concentration jusqu'à ce qu'elle soit aiguë comme une lame en elle. Elle plissa les yeux vers la grotte. L'air lui-même brûlant, explosant en flammes. Le gazon couvert d'aiguilles de pin devenait une épaisse fumée, de gros nuages envoyés vers le ciel.

Les gardes phyrexians entrèrent en action, se mirent à grouiller dans les broussailles. Danitha désigna trois chevaliers, qui chargèrent, fendant la monstruosité la plus proche avec leurs épées larges. Elle tomba en morceaux sanglants, dont chacun développa des dizaines de petites jambes. Danitha leva à nouveau la main, et elle envoya un autre détachement pour conduire les pièces phyrexianes vers la position de Jaya.

Une fois qu'ils furent assez près, Jaya envoya des panaches de feu après chaque segment. Cette fois, lorsque les chevaliers poignardèrent les morceaux de Phyrexian en train de cuire, et ils restèrent morts.

« Bon débarras, » marmonna Jaya.

À l'entrée de la grotte, une épaisse fumée enroulait ses volutes dans l'air. D'autres Phyrexians sortirent de la grotte, bien plus de deux douzaines d'abominations humanoïdes.

« Par le feu de l'Enfer, » marmonna Jaya. Les chevaliers s'étaient révélés trop tôt. Leur inexpérience s'était manifestée : ils s'étaient battus comme si leurs adversaires étaient des soldats ordinaires, plutôt que des horreurs interplanaires.

Protégée par un vortex de flammes, Jaya descendit la colline. Alors qu'elle faisait exploser les Phyrexians, elle entrevit de brèves horreurs derrière ses gouttes de feu : une femme parachevée, du cœur de laquelle des bobines de fer s'échappèrent, dépouillant un chevalier bénalian de son armure comme un enfant arrache les membres d'un insecte ; une enfant parachevée, plongeant ses fils sous l'armure d'un autre chevalier, le faisant éclater de l'intérieur. Danitha se battait dos à dos avec son commandant en second, le visage sombre.

Les Bénalians étaient submergés.

Ajani mena ses éclaireurs Llanowar dans la mêlée, fendant les monstruosités phyrexianes avec sa hache à double tranchant. L'avancée phyrexiane s'arrêta, bloquée.







Jaya pensa, pendant un instant plein d'espoir, que le léonin avaient renversé la bataille en leur faveur, jusqu'à ce qu'un nouveau Phyrexian émerge de la grotte, d'autres monstruosités à sa suite. Il était de forme humaine, large et musclé, avec une armure pâle fondue dans son torse. Des pointes de métal s'incurvaient dans ses cheveux blond pâle comme des cornes et ses yeux aux iris orange lançaient de l'huile noire sur ses joues d'un blanc de glace. Il leva sa double paire de bras, qui fusionnait au niveau des biceps, en signe de bienvenue ironique. « Et ici, j'espérais que certains membres de mon ancien équipage pourraient être dans l'équipe de sauvetage. Dommage – j'avais tellement hâte de rattraper mon retard. »

Jaya, malgré le feu dans ses mains, se refroidit jusqu'aux tripes. Ertaï. Elle avait entendu parler de lui, bien sûr – un membre de l'équipage original de l'Aquilon. Il était mort depuis des siècles – et avait toujours la pâleur de la mort, bien qu'une certaine force ait ranimé ses traits tremblants. Ses yeux possédaient une intelligence terrible.

« C'est un tel plaisir d'être de retour, dit-il. Et j'ai tellement, tellement appris pendant mon absence. Vous voulez voir ? »

Et Aron Capashen sortit de la gueule de la grotte.



Karn sortit son croquis de la tablette d'argile qu'il avait trouvée dans les cavernes de Koïlos, puis perdue à Huîtrebaie. Il traça les symboles en forme d'arc. Bien qu'il se souvienne parfaitement de ce qu'il avait trouvé, il ne pouvait pas en comprendre le sens.

« Karn ? » Téfeiri jeta un coup d'œil dans l'atelier de Djoïra, que Karn, en son absence, avait coopté. « J'ai parlé avec Darigaaz, mais les dragons sont toujours en train de délibérer.
– Et les Guitûk ?
– Les Guitûk ne s'engageront pas tant que les dragons ne le feront pas. C'est la politique du conseil.
– Les viashinos ?
– Même histoire. » Téfeiri inclina la tête. « Seuls les gobelins se sont manifestés.
– Les gobelins ? C'est une surprise, admit Karn.
– Ils voulaient être les premiers, expliqua Téfeiri. Ils sont convaincus que les dragons, les Guitûk et les viashinos viendront se battre lorsque les Phyrexians attaqueront, mais les gobelins voulaient pouvoir dire qu'ils ‘se sont joints en premier' afin qu'ils puissent l'utiliser comme levier dans relations futures. » Téfeiri s'allongea sur le lit de Djoïra. Il ferma les yeux d'épuisement. Bien que la magie l'ait guéri, il était toujours convalescent.

Un cri strident rompit le silence de l'atelier, si fort que les béchers les plus fins de Djoïra se brisèrent. Téfeiri se redressa, maintenant alerte. Une seconde plus tard, un impact s'abattit, secouant la poussière sur les appareils délicats, ruinant les expériences. La puanteur sulfureuse qui flottait à travers la porte fit tousser Téfeiri, bien que les sens de Karn lui aient dit que sa concentration n'était pas assez élevée pour nuire à la vie humaine.

« Qu'est-ce que... » commença Téfeiri.

Karn pressa son doigt contre sa bouche pour demander le silence. Il écoutait. L'Aquilon. Karn quitta l'atelier. Bien que fatigué, Téfeiri le suivit.

Dans les cieux de Shiv – si chauds qu'ils n'étaient pas bleus mais d'un blanc brûlant – l'Aquilon tournoyait dans le ciel, drapé dans les détritus pourrissants qu'il utilisait comme camouflage contre les Phyrexians qui les chassaient. Il semblait qu'ils avaient échoué pour l'un d'eux, cependant, qui les encerclait comme un prédateur. Déployé, le Phyrexian dominait le ciel. Ses fines ailes en forme de chauve-souris avaient des dents métalliques griffues avec de trop nombreuses d'articulations, et son corps était une masse de fibres. L'Aquilon luttait contre lui, tirant des harpons sur la bête, mais les pointes tombaient au travers du maillage lâche des fibres, inutiles. La magie clignotait dans le ciel, mais même Karn pouvait voir que cette créature surpassait sans effort l'Aquilon.

Mais alors une petite ombre dans le ciel blanc de Shiv se rapprocha, déployant deux ailes massives : un dragon. Même Karn savait apprécier un dragon adulte : aucun être plus puissant n'existait sur Dominaria, le sommet de la violence et de la sagesse. L'ombre s'éclaircit, étincelante tandis que le soleil frappait ses écailles. Darigaaz était venu à leur secours. Il abaissa son vol, plongea et prit de la vitesse, jusqu'à ce heurter la monstruosité.

Le Phyrexian explosa à l'impact, se sépara en une masse tordue. Toujours en vol, son corps fragmenté drapé par ses ailes. La monstruosité tenta de se ressaisir. Des fibres de fer lisses se sont tissèrent et s'entrelacèrent.

Mais Darigaaz avait déjà pivoté en l'air. Il exhala une flamme si blanche sur la monstruosité phyrexiane qu'elle ne brûla pas : elle se vaporisa. Des gouttelettes de métal en fusion plurent sur le pont de la Plate-forme de Mana, suivies par Darigaaz lui-même. Les gens se dispersèrent, se retirant à une distance respectueuse.

« Planeswalker Téfeiri. » Darigaaz baissa la tête. « J'accepte votre proposition de combattre ici à Shiv. Je défendrai nos cieux – sans aucun doute, mes frères me rejoindront. De même que ceux des autres nations qui siègent au conseil shivan. »
Téfeiri s'avança vers le dragon. Il s'inclina. « Nous acceptons l'allégeance des dragons de Shiv. Respectueusement, bien sûr. »

Darigaaz baissa la tête, solennel. Il se jeta dans le ciel, son décollage une économie de puissance, et s'envola dans le bleu.

Dans le silence, Djoïra glissa une corde le long du pont de l'Aquilon sur la Plate-forme de Mana. Sa chouette descendit en piqué et atterrit sur son épaule, son corps de métal brillant au soleil. « C'est un acte difficile à suivre. »



Aron Capashen sortit de la grotte. Les lignes chirurgicales sur son visage avaient encore des bords bruts, mais elles ne pleuraient pas de sang : à la place, de l'huile noire brillait près des sutures. Les lignes avaient l'air... astucieux, Jaya devait l'admettre, comme si Ertaï avait soigneusement examiné chaque coupe en arc sur les pommettes d'Aron, puis l'avait délibérément contrastée avec la ligne dentelée sur son front. Mais sinon, Aron semblait terriblement humain. Son expression était angoissée - contrairement aux autres Phyrexians, il semblait conscient de lui-même. Il était toujours Aron Capashen, et il savait ce qu'on lui avait fait, ce que cela signifiait. Ses lèvres forment les mots : s'il te plait, ne me regarde pas. Mais il ne les a pas, ne pouvait pas les exprimer.

« Père. » Le halètement de Danitha était rauque, mais si douloureux. Jaya souhaitait pouvoir apporter un peu de réconfort.
« Qu'avez-vous fait ? demanda Ajani.
– Sheoldred m'a appris que la beauté réside dans le changement, déclara Ertaï. C'est une dure leçon, lorsqu'elle est appliquée à soi-même. Mais lorsqu'elle est appliquée aux autres, la beauté du changement devient plus apparente, son esthétique une révolution. Regardez. »

Le visage d'Aron s'ouvrit le long des lignes d'incision chirurgicale, se déployant pour révéler que son crâne avait été remplacé par de l'acier, son œil par une lentille de cristal et que son cerveau était protégé sous du verre. Contrairement à d'autres monstruosités phyrexianes, les changements d'Aron avaient une complexité d'horlogerie, chaque mécanisme tic-taquant avec délicatesse, vrombissant. Cela rappelait à Jaya une carte des étoiles.

« Mon père n'est pas ton jouet. » La voix de Danitha sous le choc était monocorde, mais ses yeux brûlaient de rage. Ses mains sur sa large épée, elle se dirigea vers Ertaï et Aron. Son père la regardait avec un espoir peiné – pourquoi, Jaya ne savait pas.

Aucun Phyrexian ne se déplaça pour l'intercepter.

Ertaï regardait avec fascination. « Aron ? Fais ton devoir. »

Aron se jeta en avant. Il leva les mains d'un mouvement saccadé, et tira son épée. Il se jeta sur Danitha. Elle para, l'air surprise. Ses mouvements semblaient bizarres, nerveux et peu maniables, comme s'il résistait à ses propres mouvements. Ou résistait à l'ordre d'Ertaï ? Il glissa de nouveau vers le bas, et cette fois Danitha capta son coup sur son épée. Elle le força à reculer, le rejetant. Son œil intact suintait de pétrole luisant alors qu'il marchait à nouveau vers elle.

« Danitha, dit Aron d'une voix étrange et déformée. Fais ton devoir. » Ses paroles étaient un écho déformé de celles d'Ertaï.
La dévastation traversa le visage de Danitha si rapidement que Jaya, à cette distance, faillit la manquer. Mais alors les lèvres de Danitha se raffermirent. Son regard devint à la fois dur et apitoyé. « Oui, père. »

Cette fois, quand il abattit son épée sur elle, Danitha fit un pas de côté. Elle leva son épée et l'abaissa en un arc gracieux, séparant la tête d'Aron de ses épaules.

Ertaï observait tout cela avec impatience. « Aucun respect pour l'art. Mais je suppose que je peux toujours recoudre ça. »

Il agita une main à trois doigts.

Les montagnes tremblaient. La pierre se brisait et les décombres s'effondraient. Du schiste pointu tournoya devant Jaya, lui coupant la joue. Elle haleta et s'agrippa à sa blessure. Une monstruosité phyrexiane se libéra de la montagne devant eux, la brisant en décombres. Le rugissement de la roche glissant de son corps fit monter les larmes aux yeux de Jaya. La monstruosité s'élevait dans le ciel, si grande qu'elle masquait le soleil. Son corps composé de plaques s'élevait, débordant de mécanismes et d'armes complexes, perché sur d'immenses jambes d'une minceur trompeuse. Sa tête était celle d'un bélier et sa queue se terminait par un dard, dégoulinant de venin huileux.

« Par les cornes à la con de Faible-Bulbe... c'est gigantesque, murmura Jaya. Un cuirassé phyrexian. Ce devait être le plus gros qu'elle ait jamais vu. « Comment sommes-nous censés lutter contre ça ? »



Méria fit une pause, la tête penchée. Des oiseaux traversaient le ciel au-dessus de leurs têtes en hurlant. Elle les regarda, un froncement de sourcils marquant son front entre ses sourcils. Des hululements retentirent dans toute la forêt alors que les singes criaient l'alarme, et Jodah entendit même le rugissement rauque d'un félin des forêts.

Méria se tourna pour lui faire face. « Quelque chose arrive. »

Elle fila et s'enfuit du bâtiment. Jodah se mit en marche à côté d'elle. Au loin, des branches d'arbres se balançaient, puis se brisaient, explosant dans un éclat de verdure alors qu'un dragon-machine s'élevait dans le ciel bleu et vide de la Yavimaya.

Jodah n'avait jamais vu un mécanisme aussi vaste. Son crâne de bronze scintillait dans la chaude lumière tropicale, masquant le soleil. Son dos tranchant comme un rasoir s'enfonçait dans la jungle, plus long que la crête d'une colline, et il pataugeait à travers les arbres – vers Jodah, Méria et les elfes.

La bouche dentelée du dragon-machine s'ouvrit dans un rugissement sans voix. Son bourdonnement était si grave que Jodah ne pouvait pas l'entendre : il ne pouvait que le sentir, comme un coup au cœur. Les vibrations parcouraient le paysage, brisaient les branches. Des perroquets tombaient des arbres, étourdis. De petits marsupiaux tombaient, leurs yeux et leur nez saignaient. Jodah toucha son visage, pressa son index sur le filet chaud qui lui chatouillait les lèvres. Lui aussi saignait. Les elfes de la Yavimaya émergèrent de leurs bâtiments, se précipitèrent pour s'armer. Les cavaliers menaient leur kavru depuis les écuries dans la cime des arbres. Un elfe sortit de sa maison en trébuchant, un bébé qui saignait du nez sur les bras. Il regarda Méria avec des yeux suppliants.

Le dragon-machine déchirait la forêt tropicale, déracinant un arbre.

Méria haleta. « Il détruit les Magnigoths. Ces arbres ont résisté pendant des siècles ! »

Jodah commença à catalyser ses sorts. Il pouvait sentir la puissance monter en lui, si brillante qu'elle coulait de sa peau, qu'elle le soulevait du sol, qu'elle le faisait trembler. Pour tenir toute cette magie à portée de main... C'était aussi partie intégrante de son être que ses veines. Il se préparait.

Tout autour de lui, les elfes de la Yavimaya évacuaient leurs maisons, traînaient les enfants et regroupaient leurs biens loin du combat. Jodah entendit des adieux larmoyants mais brefs alors que les guerriers disaient à leur progéniture d'être calme et courageuse, puis embrassaient leurs partenaires avant de se séparer.

Les guerriers à cheval sur leur kavru s'accrochaient à chaque branche d'arbre, leurs arcs, leurs lances et leurs lames tenus prêts. Les lanceurs de sorts se tenaient en phalanges sur le gazon moussu, plus brillants que des fleurs dans leurs parures, leurs doigts entrelacés, leurs lèvres bougeant déjà pour susurrer des chants afin de dissimuler les civils qui battaient en retraite. Méria lança un regard angoissé à Jodah et le conduisit à l'avant-garde de ses guerriers.

D'un seul coup, le dragon-machine dégagea le terrain entre lui et le village yavimayan. Des arbres séculaires s'écrasèrent au sol, brisés, les maisons en forme de feuilles écrasées sur leurs branches. La terre assombrit l'air, puis s'installa, révélant un fossé brut entre la Yavimaya et le dragon-machine. Le dragon-machine avait non seulement déraciné des arbres anciens afin que leurs racines encadrent le champ de bataille, exposant la poussière, mais il avait également révélé des artefacts de la ville Thran profondément sous les Ruines de Kroog. L'eau souterraine s'infilitrait à travers le limon riche, s'accumulant autour des objets dorés. Méria haleta.

« Je reconnais ça, souffla-t-elle. De mes études. Oh, ça... Jodah, c'est notre espoir. »

Jodah ne put pas déterminer de quel objet Méria parlait dans le fouillis, mais le fait qu'elle ait remarqué un artefact à cette distance était remarquable. Pas étonnant que les Yavimayans l'aient suivie.

Le dragon-machine tendit la tête comme pour regarder leurs forces armées. Dans son crâne, sa conductrice se tenait comme un bijou dans un écrin, illuminée d'une lumière bleu pâle. Même à cette distance, Jodah pouvait distinguer ses traits, voir la lumière rouge de son œil remplacé. Elle correspondait aux descriptions de Karn : Rona. Ses dents étaient révélées dans un sourire féroce.

Dans un écho au langage corporel de Rona, le dragon-machine s'ouvrit, exposant ses mâchoires dentelées. Dans ses plaques d'armure mécanisées, les restes de petites créatures forestières en décomposition étaient suspendus entre des ligaments huileux. Rona les avait massacrés pour restaurer la masse du dragon-machine.

L'estomac de Jodah se retourna.

« Archers ! » cria Méria.

Les Yavimayans lâchèrent leurs flèches, mais elles étaient inutiles contre les plaques du dragon-machine. Jodah pouvait sentir la machine développer son énergie – et à cette proximité un autre rugissement les anéantirait.



Ertaï rit doucement. Il leva les bras. Sa partie supérieure n'avait que trois doigts tronqués sur chaque main, avec lesquels il faisait signe. Le cuirassé balança sa queue et écrasa les Phyrexians et les chevaliers bénalians en crachant du venin. Le fluide visqueux forma un arc de cercle, si acide qu'il faisait fondre les arbres et faisait bouillir le ruisseau alpin. Le coup fit un écho dans toute la chaîne de montagnes, déclenchant des chutes de pierres et des avalanches lointaines.

Malgré la cacophonie des éboulements, Jaya pouvait encore entendre le rire ravi d'Ertaï. Il agita les bras et les Phyrexians se lancèrent contre les forces bénalianes dévastées. Ajani se battait dans le dos de Jaya, taillant les créatures qui filaient vers elle. Danitha se retira pour aider ses troupes. Elle cria des ordres qui poussèrent les chevaliers bénalians à se reformer autour des archers de Llanowar, se formant en cercles maintenant qu'ils étaient encerclés.

« Feu ! » cria-t-elle, et les elfes de Llanowar lâchèrent les cordes de leur arc. Leurs flèches rebondirent sur les jambes du cuirassé, sans même endommager son armure.

Le cuirassé s'étira et enjamba le champ de bataille. Il arqua sa colonne vertébrale. S'il libérait plus d'acide, ils seraient sûrement condamnés...

« Stop ! » ordonna Ertaï. Ses Phyrexians rebroussèrent chemin, se retirant dans les rochers comme autant de crabes. Les plus grandes créatures ex-humaines coururent vers les jambes du cuirassé et s'y accrochèrent. Quelques chevaliers s'arrêtèrent. « Rappelle tes combattants, Danitha.
– Ou ?... » demanda Danita.

Ertaï sourit. Il pointa le cuirassé d'une main supérieure et les scories fondues de son jet d'acide de l'autre. Il haussa les sourcils. Les poils le long de sa tête semblaient se hérisser de plaisir.

« Ou ça, » dit-il.

Danitha leva une main. Ses chevaliers cessèrent de se battre. Jaya laissa ses flammes mourir, submergée par le surmenage. Ajani se cala, sa hache à deux mains pesait entre ses paumes avec plus qu'une certaine réticence, les dents découvertes. Il croisa le regard de Jaya, et elle lui adressa un haussement d'épaules épuisé. Elle n'avait pas de plan.

« Jaya. Ajani. Si vous ne vous rendez pas, dit Ertaï, je dirai au cuirassé d'éradiquer ces gens. Tous. »



Jodah leva les mains, augmentant son énergie pour former une barrière protectrice. Le bouclier ondulait depuis son point le plus brillant, un éclat blanc qui colorait l'air lui-même. Il ne pouvait pas annuler les effets du rugissement retentissant du dragon, mais il pouvait les adoucir, même si son sort, aussi puissant soit-il, ne pouvait résister qu'à une seule explosion.

« Là. Je dois atteindre ça. » Méria désigna un artefact Thran découvert qui gisait dans la terre entre ses troupes et le moteur du dragon. Elle toucha le bras de Jodah et leva les yeux vers lui avec espoir. « Pouvez-vous laisser ce bouclier là-bas pour protéger mon peuple pendant que vous venez avec moi ? Sur le champ de bataille, je veux dire. »
Jodah hocha la tête. Quelle était la nature de cet artefact, duquel Méria faisait dépendre la survie de son peuple ? « Oui, je peux faire ça. »
Méria éleva la voix dans un cri, qui, supposa Jodah, signifiait « tenez », car il vit les archers passer d'une posture offensive à une posture défensive, les yeux méfiants. Elle hocha la tête de satisfaction, puis reporta son attention sur Jodah. « Prêt ? »

Jodah étendit ses doigts et les pressa en l'air. Le sort scintilla en réponse, puis se stabilisa. Méria lui sourit, le visage aiguisé d'intelligence et d'empressement. Elle tapa sa lance sur le sol, et un entrelacs Thran complexe illumina sa longueur. Des éperons métalliques jaillirent d'une extrémité de la lance, et une sangle translucide se déploya entre eux. Sa lance semblait également fonctionner comme un planeur motorisé Thran.

Méria jeta un bras autour de lui. « Tiens bon ! »

Jodah se raidit, mais trop tard. Le planeur les fit tomber tous les deux de leurs pieds. Il se retrouva accroché sans ménagement à Méria alors que le planeur les propulsait tous les deux dans les airs. Ils traversèrent sa barrière magique. Elle offrit une certaine résistance, fléchit, mais leur permit le passage. La magie chaude bourdonnait le long de leur peau, choquante par sa puissance. Le planeur effectua un virage serré, puis plongea vers la terre. Ils s'écrasèrent dans un cratère qui se remplissait rapidement d'eau saumâtre, juste aux pieds du dragon-machine.

« Couvre-moi, dit Méria.
– C'est pour ça que je suis ici ? » dit sèchement Jodah. Mais il prépara ses sorts. Il pouvait encore sentir le bouclier qu'ils avaient laissé derrière eux pour protéger les guerriers yavimayans, ce bouclier qui l'épuisait. Cela ne l'empêcha pas de faire appel à ses réserves. « Je ferai de mon mieux.
– Bien. » Méria, indifférente à la crasse, tomba à genoux et commença à fouiller les eaux boueuses. « C'est ici quelque part. Je sais que je l'ai vu... »

Le dragon-machine rugit. Jodah lança une bulle blanche rayonnante pour les protéger. La force sonore frappa les deux boucliers de Jodah. Il invoqua plus de force arcanique pour rencontrer et nier l'énergie de commotion ; le rugissement du dragon-machine s'intensifia, puis s'éteignit. Les boucliers de Jodah s'estompèrent avec lui et, épuisé, il tomba à genoux. Son corps entier était comme martelé, comme s'il s'était étiré physiquement derrière ces boucliers pour les tenir. Il n'avait pas la force de le refaire.

Le dragon-machine tendit la tête vers eux. Jodah avait le vilain soupçon que Rona avait l'intention de le cibler lui et Méria plus directement avec son prochain coup. « Dépêchez-vous !
– Ah ! » Méria repêcha dans la boue un globe argenté recouvert de délicats entrelacs Thrans dorés. « Trouvé ! Je savais que j'en avais vu un. »
La vue de Méria devait être excellente pour qu'elle puisse identifier et reconnaître un artefact Thran parmi les racines, la saleté et les débris après l'attaque du dragon-machine. « Qu'est-ce que c'est ? »
Méria tordit le globe, réalignant les symboles dans de nouvelles configurations. Il s'alluma. Une luminosité courut le long de l'équateur du globe à un rythme de plus en plus rapide. Jodah pouvait reconnaître un compte à rebours n'importe où. Méria pencha la tête. « À quelle vitesse penses-tu pouvoir nous sortir d'ici ? »

Jodah serra les dents et prépara un portail. L'effort l'essouffla même s'il avait réglé le portail pour les transporter sur une courte distance. Mais il avait déjà dépensé une grande partie de sa force dans cette bataille. C'était comme s'il ouvrait cette porte en l'air avec ses ongles.

Méria plongea et Jodah bondit après elle. Il se retourna, tendit la main et la serra en un poing. Le portail se ferma, juste à temps. L'artefact Thran clignotait, une lumière rouge vif qui saturait le paysage comme un avertissement, puis au lieu d'un boum, il y eut...

Le silence.

Entre les elfes yavimayans et le dragon-machine, une mince pellicule semblait s'être formé. Mais ce n'était pas une pellicule, pas vraiment. D'un côté – celui où se tenait Jodah – l'air était chargé de pollen nuageux, de poussière soulevée par le dragon-machine et d'humidité. Il n'avait jamais réalisé que l'air avait une couleur : pas avant d'avoir regardé d'une zone avec de l'air à une zone sans air.

L'arme Thran avait créé un vide sphérique. Le dragon-machine se tenait au centre de celui-ci, et il rugissait – et rugissait – dans un silence absolu.

Mais même d'ici, Jodah pouvait voir comment le dragon-machine tombait en panne : les pièces organiques à l'intérieur étaient mortes. Les restes mutilés des créatures des bois, confrontés au vide, se sont figés. À l'intérieur du dragon-machine, les tendons se brisèrent, les organes se transformaient en glace visqueuse ou éclataient et les fibres musculaires se solidifiaient. Les fils du dragon, se tordant sous son armure, semblaient être devenus plus cassants. Plus que quelques-uns se cassèrent. Les lumières du dragon-machine s'éteignirent, diminuant à l'intérieur de son crâne.

« Je ne pense pas que l'artefact soit une arme, vraiment. » Méria posa une main sur sa hanche. « Je pense que les Thrans l'ont utilisé pour mener des expériences scientifiques dans le vide. C'est ce que je ferais. »

Non, pensa Jodah. C'était une arme. Peut-être même une sphère d'amortissement, bien qu'il n'en ait jamais vu auparavant.

Le dragon-machine chancela vers le bord du terrain, puis s'effondra à travers la barrière. Il tomba de sorte que la moitié de son corps était dans les bois et l'autre moitié resta dans le vide. Rona, une marque lointaine dans la tête du moteur du dragon, ouvrit une trappe et tituba hors de sa cavité. Elle mi-glissa, mi-escalada de la tête du dragon-machine le long de son corps incliné. La rapidité avec laquelle elle fit sa descente intimida Jodah, mais il supposa qu'il serait aussi désespéré. Elle s'arrêta à la lisière des bois, les mains sur les genoux pendant qu'elle respirait apparemment.

Méria fit un petit geste d'une main. Des cavaliers de kavru à lance décollèrent, tirant autour de la périphérie vers Rona. Elle jeta un coup d'œil derrière elle, puis s'enfuit. Méria observait la poursuite, solennelle. Son regard se tourna vers les Magnigoths tombés. « Des centaines d'années de vie – perdues en un instant. »

Jodah inclina la tête. « C'est la guerre.
– Ils vont nous trouver, n'est-ce pas ? demanda Méria. « Où que mon peuple aille. »

Jodah hocha la tête. Les yeux de Méria brillaient à la fois de colère et de chagrin.

« Alors il n'y a qu'un seul chemin pour nous. Et il ne se trouve pas dans la Yavimaya. »



« Pourquoi est-ce que je m'inquiète que tu ne les laisses pas partir, même si je me rends ? » demanda Jaya à Ertaï. Elle redressa les épaules. Elle n'avait pas l'intention de se rendre, mais elle n'avait pas non plus d'autre plan. Peut-être que si elle s'approchait suffisamment, elle pourrait invoquer une lance en fusion pour lui transpercer le cœur ou surchauffer l'air autour de la tête d'Ertaï... quelque chose, n'importe quoi qui pourrait les sortir de là...

Une douce brise dissipa la puanteur du champ de bataille. Elle apportait avec elle le parfum propre du cuir et de l'huile. L'horizon commença à s'éclaircir – l' horizon ouest – d'un éclat doré. L'air y acquit une qualité particulière, surnaturelle, comme si ses particules bourdonnaient d'une tension ancienne.

Un navire doré, immense mais élégant, fendait les décombres des montagnes, des rochers se soulevant dans son sillage derrière lui. Le vaisseau scintillant tourna en cercle autour du cuirassé phyrexian. Des centaines de guerriers keldes sautèrent du navire, atterrissant sur le large dos écailleux du cuirassé, et ils enfoncèrent leurs lames et leurs bottes à crampons dans la peau de la créature pour se protéger.







Le Galion Doré ! Jaya pensait qu'il avait été perdu dans la légende. Radha avait mentionné qu'elle avait trouvé un artefact lors des négociations à Huîtrebaie, mais Jaya n'avait jamais deviné que Radha avait redécouvert cet ancien navire.

Radha elle-même menait ses guerriers sur la tête de bélier du cuirassé phyrexian. Les monstruosités phyrexianes encore au sol semblaient se rendre compte que le cuirassé était vulnérable à cet assaut. Plutôt que de s'abriter contre les jambes du cuirassé, ils commencèrent eux aussi à l'escalader pour attaquer les Keldes.

« Archers, couvrez-nous. Chevaliers, après moi. » Danitha chargea le cuirassé. « Pour Dominaria ! »

Les chevaliers rugirent et la suivirent, plongeant dans les lignes phyrexianes qui cherchaient à défendre le cuirassé. Le cuirassé, sous l'assaut des Keldes, laissa échapper un gémissement qui secoua tout le paysage.

Ajani beugla, « Archers, à moi ! Feu sur les Phyrexians qui escaladent le cuirassé ! »

Jaya leva les mains. Sa flamme s'illumina, car elle avait repris tous ses esprits, et elle fit exploser les créatures tremblantes qui avaient pivoté pour attaquer les archers. Ajani se serra contre elle, la défendant de tout Phyrexian qui se dirigeait vers elle.

Radha avait percé l'œil du cuirassé, laissant une entaille assez grande pour que Radha puisse se tenir dans l'orbite. Une humeur aqueuse jaillit, suivie par la bouillie claire plus épaisse du gel vitreux. Radha taillait en pièces l'iris musclé. Le cuirassé poussa un cri d'agonie, secouant la tête pour la renverser. Sa mâchoire inférieure béait. Il dégoulinait de sang, de liquide noir et de matière organique rosâtre de sa bouche.

Ertaï beugla, « Sheoldred en entendra parler !
– J'espère qu'elle le fera ! » rétorqua Jaya.

La créature s'effondra, un joint à la fois se détendant dans la mort. Les Keldes sur son dos poussèrent des acclamations puis se mirent à plat ventre, se préparant à amortir sa chute. Les chevaliers bénalians qui combattaient sous le cuirassé se dispersèrent. Jaya et Ajani regardaient tous les deux la masse proche du ventre du cuirassé, comment il maculait le ciel. Jaya s'extirpa de sous le cuirassé, grinçant au-delà de son dernier fracas contre le sol. Le bruit résonna dans les montagnes. Puis, après cela, le rugissement des avalanches et des chutes de pierres, jusqu'à ce que cela aussi se réduise au silence.









Karn leva les yeux lorsque Djoïra entra dans son atelier.

« Te cacher ici n'est pas le moyen le plus intelligent de m'éviter, » lui fit remarquer Djoïra.
Karn lui faisait face. « Je ne me cache pas.
– Tu n'as jamais répondu à mes lettres. » Djoïra n'avait pas l'air blessée – seulement triste.
« Tu voulais parler de Venser, expliqua Karn. Pas moi.
– Mais à présent, tu le veux ? »
Karn baissa la tête. « C'était égoïste de ma part d'être si absorbé par les ramifications personnelles du sacrifice de Venser. C'était aussi ton ami. »
Djoïra inclina la tête. « Oui, je suis peinée aussi. J'étais en deuil. Tu te retirais parce que tu l'étais aussi. Rien d'égoïste à ça.
– Juste des réactions différentes au même stimulus, songea Karn.
– Ah, tu m'as manqué. » Djoïra rit et l'embrassa. Sa chouette mécanique, dérangée, s'éloigna de son épaule et atterrit dans les poutres de l'atelier au-dessus de sa tête.

Karn doutait qu'elle obtienne le confort qu'elle recherchait : même si son corps avait une chaleur similaire à celle d'un humain, il ne pouvait pas lui offrir la douceur de la chair. Il appréciait sa proximité malgré tout. Ses amis étaient si petits et si mystérieux. Il pouvait deviner le fonctionnement interne du quartz, mais il ne comprendrait jamais parfaitement Djoïra.

Djoïra tapota le bras de Karn puis le relâcha. Elle sortit des pièces métalliques scintillantes de sa poche, Thran par l'apparence des entrelacs dorés dessus. « Ça m'aidera à installer un mécanisme d'autodestruction sur la Plate-forme de Mana. Il est trop puissant pour être jamais entre les mains des Phyrexians... Karn, ça fait trop longtemps. Nous n'aurions pas dû laisser la vie se mettre entre nous.
– Ou la non-vie, » dit Karn.
Djoïra éclata de rire. « J'oublie toujours que tu as le sens de l'humour. »

Son amulette de communication avec l'Aquilon sonna sur son cou. Karn, bien que surpris que quelqu'un puisse l'utiliser lorsqu'il ne communiquait pas avec l'Aquilon, le saisit pour l'activer. « J'écoute. »
La voix de Jodah parvint, claire comme s'il se tenait dans la pièce à côté d'eux. « Je me dirige vers Shiv avec les elfes yavimayans. Méria a pu recruter plusieurs groupes voisins. Puisque nous voyageons en forêt, il faudra un certain temps pour t'atteindre. Karn, il y a quelque chose que tu dois savoir.
– Oui ? » demanda Karn.
Jodah hésita. « Il y a un espion dans la Nouvelle Coalition. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

1 Louange(s) chantée(s) en coeur


Khos le Zémourien, Le 19/09/2022

Une sacré boucherie...je m'étonne du manque de puissance globale des personnages principaux par rapport à leurs cartes.
Ils me semblent bien en difficulté par rapport à leur power level in game aprés peut être que les Phyrexians sont vraiment forts....

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.