Dominaria Uni : Episode 3 - La tour fermée - Magic the Gathering

Dominaria Uni : Episode 3 - La tour fermée



Articles

Drark Onogard, le , 145 consultations

Karn, Téfeiri, Stenn, Jaya et Jodah ont échappé au chaos du sommet diplomatique en se téléportant dans une tour de guet de la Nouvelle Argive, mais sont-ils vraiment en sécurité quand l’un d’eux pourrait être un agent en sommeil ?

  La storyline de Magic / Dominaria Uni

Karn, Téfeiri, Stenn, Jaya et Jodah ont échappé au chaos du sommet diplomatique en se téléportant dans une tour de guet de la Nouvelle Argive, mais sont-ils vraiment en sécurité quand l'un d'eux pourrait être un agent en sommeil ? Vous trouverez l'article original ici.

Episode 3 : La tour fermée









Karn aurait voulu être seul. Il aurait voulu faire des recherches – si seulement il avait pu se perdre dans la netteté d'une formule mathématique, si seulement il avait pu oublier ce que cela faisait d'avoir de l'huile et du sang qui séchaient sur son corps. Mais il ne pouvait pas s'échapper. Il était enfermé dans la tour de guet de la Nouvelle Argive, dans une petite chambre haute circulaire entourée de fenêtres aux volets d'acier. La faible lueur jaune de la lithoforce accrochée au plafond éclairait un piédestal avec un panneau de contrôle en dessous. Lui seul avait la clé qui mettrait fin au verrouillage de la tour, et il ne l'utiliserait pas, pas avant qu'ils n'aient capturé le Phyrexian, et pas avant d'être certain que ses compagnons – Jodah et Jaya, Téfeiri et Stenn – étaient libres de New L'influence de Phyrexia.
« Où est le Sylex ? demanda Jaya.
– En sécurité, » répondit Karn.

Il se détourna pour que les autres ne puissent pas voir son visage. Il avait besoin d'un tissu mais ne pouvait pas en générer un. Il tendit les mains et aspira des particules de l'éther, créant une petite brosse métallique, identique à celle qu'il avait utilisée il y a tant d'années, pour se nettoyer après qu'Urza l'avait envoyé à la guerre. Ses paumes pétillaient de magie alors que le métal s'accumulait.

« Pourquoi ne pas nous dire où il est maintenant ? » demanda Jaya.

Téfeiri tendit la tête comme s'il cherchait toujours au plafond l'espion phyrexian. ‘Même les Planeswalkers peuvent être corrompus maintenant. Karn est le seul à être immunisé contre le pétrole. »

Alors que Karn appréciait que Téfeiri le défende, il n'aimait pas qu'on parle de lui comme s'il n'était pas dans la pièce, comme s'il était un objet. Mais il supposait que les vieilles habitudes avaient la vie dure. Téfeiri avait été l'élève d'Urza avant la naissance de Karn.

« Je ne suis pas un mouchard. » Jaya paraissait insultée.
« Vous ne le sauriez pas si vous l'étiez, a rétorqua Stenn.
– J'ai un plan pour trouver et vaincre Sheoldred, déclara Karn. Je vous dirai ce qu'il en est une fois que nous aurons sécurisé la tour. »
Jodah se frotta les tempes, l'air irritable et les traits tirés. Karn soupçonnait que les portails avaient tous mis à rude épreuve la capacité du mage. Jodah dit : « Je te fais confiance. J'aurais dû le faire plus tôt, de toute façon.
– Je ne peux pas dire que j'aime l'idée de sauter à travers des cerceaux pour faire mes preuves après de toi, Karn, admit Jaya. Je peux comprendre pourquoi tu penses que nous devons le faire. Mais je n'aime pas ça. Mes jours de cirque sont terminés, et je n'ai jamais été très intéressée par l'idée de faire des tours.
– Nous devons d'abord trouver la créature phyrexiane, dit Jodah.
– Se séparer sera le moyen le plus efficace de rechercher la créature, proposa Karn.
– Jaya et moi pouvons prendre les étages supérieurs, déclara Jodah. Téfeiri et Karn peuvent prendre le bas.
– Cela me laisse seul pour le sous-sol. » Stenn grimaça. « Je suppose que c'est aussi bien. C'est surtout une grande chaufferie. J'aime de moins en moins ce plan. »



Karn conduisait Téfeiri dans l'étroit escalier métallique. La grille grinçait sous ses pieds, conçue pour accueillir une silhouette humaine légère, pas une tonne de métal.

Le couloir du troisième étage était étroit, la pierre grise.

Un déclic, et des lampes mécaniques s'allumèrent. « La manette qui contrôle les lumières est à côté de la porte, dit Téfeiri, ravi.
– C'est peut-être allé au-delà, dans cette direction. » Karn posa ses doigts sur une traînée de sang et de bave sur le mur à hauteur de ses épaules. « Suivons-le. »

Le sentier se terminait à une porte étiquetée « STOCKAGE : STATION HYDRAULIQUE». Des gouttes de bave recouvraient la charnière comme si la créature s'était faufilée à travers l'interstice. Téfeiri s'accroupit. Il n'y toucha pas, mais sa main plana au-dessus de la bouillie. Il leva les yeux vers Karn. « Devrions-nous appeler les autres ?
– Pas encore. » Karn s'arrêta. « Nous ne savons pas si la créature est toujours là. »

Téfeiri entrouvrit la porte, puis s'arrêta.

Puisque rien ne sautait par la brèche, Téfeiri l'ouvrit et franchit le pas. Karn le suivait. De grandes étagères de tuyaux en cuivre inutilisés se dressaient d'un côté. L'autre côté avait des étagères en acier qui contenaient des caisses en bois débordant d'engrenages, de brides et de vannes. Karn ne voyait aucun autre signe du passage de la créature.

Néanmoins : « Téfeiri, fouillons la pièce. »

Les passages étroits entre les étagères de stockage étaient conçus pour admettre des humains. Karn se sentait grand et peu maniable. Ses coudes cognaient contre les tuyaux, et il bousculait les cartons lorsqu'il se faufilait dans les allées étroites. Il fit une pause, puis s'agenouilla, s'accroupissant maladroitement sous un tuyau de vapeur bas. Du sang coulait du dessous d'une étagère.

Il remonta le cours du fluide, jusqu'à sa source. Il semblait que plusieurs tuyaux... saignaient ? Un morceau de viande palpitant s'était attaché, tel une bernacle, au cuivre. Il libéra une goutte d'acide, dissolvant le métal, puis il régurgita un barbelé métallique de son côté. Karn tendit la main vers le dépôt charnu et l'écrasa.

« Karn, j'ai besoin que tu viennes par ici. »

Karn suivita la voix de Téfeiri et le trouva debout dans le coin près d'un support en bois avec des pots de mastic empilés dessus. Téfeiri pressa ses doigts sur ses lèvres et inclina la tête dans un geste d'écoute.

« Je n'aime pas ça. » La voix de Jodah était claire à travers les tuyaux.
« Tu n'aimes pas quoi ? » dit Jaya.

Karn fronça les sourcils à l'intention de Téfeiri. Téfeiri désigna un conduit d'aération.

« Ce Karn nous fait chercher avant de nous dire son plan. » Jodah avait l'air agacé. « Ne devrions-nous pas en parler ensemble, régler les détails en équipe ? »

Karn suivit l'évent du regard. Les tuyaux disparaissaient dans le plafond.

Malgré l'objection précédente de Jaya à sauter à travers des cerceaux, Karn l'entendit rire bas. « Oh, donc tu supposes que ta méthode est la seule façon de faire ça ? Ça te rappelle quelqu'un ?
– Jaya, ce n'est pas comme...
– Continue. » Le rire de Jaya retentit. « Proteste un peu plus. Cela plaidera vraiment ta cause. »

Les voix s'estompèrent.

Karn contempla la bouche d'aération. « Il semble possible que l'espion phyrexian puisse utiliser ces évents pour voyager entre les étages. »

Téfeiri pointa, sans le toucher, le pétrole noir sur le coin de la bouche d'aération, puis vers une bouche d'aération au sol. Karn s'accroupit pour le voir. On aurait dit que le métal avait été cannibalisé, ou peut-être transformé, en un globe oculaire, entouré de petites dents vicieuses plutôt que de cils. De petits yeux supplémentaires nichés à côté s'ouvraient et se fermaient. Au-dessus de la tête, un bruit de crépitement, puis le claquement de griffes métalliques résonnait le long des bouches d'aération.

Téfeiri se tendit. « Que penses-tu que nous devrions faire ? »
Karn pivota, cherchant la source du bruit. Il s'arrêta. Il l'avait perdu. « Contrairement aux autres, tu ne sembles pas contester mon élaboration unilatérale d'un plan.
– Urza t'a utilisé comme un outil, dit Téfeiri. Je ne l'ai jamais remis en question. J'aurais dû, et récemment... Niambi m'a fait réfléchir. J'aurais aimé être plus réfléchi quand j'étais plus jeune. Plus observateur. Et mieux te traiter. »

Karn entendit un ting-ting-ting le long des tuyaux. Il le poursuivit jusqu'au coin de la réserve et trouva un petit évent dans le sol. De la vase et du sang glissaient entre les fentes métalliques, épais et coagulés. « Nous devons retourner aux escaliers, puis descendre au premier étage. »

Karn reconduisit Téfeiri dans la cage d'escalier. Le métal grinçait sous son poids mais sans plier. Les boulons qui le fixaient à la pierre tenaient.

Les mots de Téfeiri n'étaient pas des excuses mais sincères. Karn comprit que ce qu'il s'apprêtait à faire était de la manipulation compte tenu de leur conversation actuelle. Mais il sentait qu'il n'avait guère le choix. « Merci, Téfeiri. J'ai besoin de ton aide. Même moi, je ne peux pas regarder le Sylex en continu en utilisant le scrutateur. Je l'ai caché dans une grotte marine près de l'Ouest de Tolaria. »
Téfeiri hocha la tête, solennel. « J'honore ta confiance en moi. Je peux t'aider à le garder. »

Un cri retentit dans la cage d'escalier : Jodah.

Karn fit marche arrière. Il monta les escaliers en courant, la grille cliquetant sous ses pas. Téfeiri courut après lui, un peu plus lentement en raison de ses limites humaines.

Karn localisa Jodah et Jaya au troisième étage dans un petit bureau situé à côté du couloir principal. Jodah jeta le Phyrexian ressemblant à un calmar au-dessus de lui, et il s'écrasa contre un mur. Jaya joignit ses mains et le fit exploser avec une flamme chauffée à blanc – et la créature se divisa en deux, évitant le feu. Chaque moitié vit pousser plusieurs jambes multiarticulées de ses entrailles sanglantes. Des bouches affamées fleurissaient le long de sa carapace, entourées de minuscules dents acérées comme des rasoirs.

Jaya sépara ses mains, divisant sa flamme, pour poursuivre chaque moitié. La créature se divisa à nouveau, cette fois en quatre petites bêtes piaillantes avec des dizaines de pattes poussant à partir de morceaux de chair centraux enroulés avec des câbles. Les créatures dispersèrent, chacune allant dans une direction différente.







Karn en piétina un, qui tentait de passer devant lui par la porte.

Jaya joignit ses mains, emprisonnant l'une d'elles entre des gouttes de flammes grésillantes. « Je ne les mangerais pas, plaisanta-t-elle, mais ils arrivent à bien frire. »

La créature criait en mourant, un bruit aigu qui se transforma en un gémissement bouillonnant. Jodah rassembla plus d'énergie blanche entre ses mains, mais les autres créatures s'étaient éloignées.

Téfeiri arriva, haletant, à la porte, les mains tendues, juste à temps pour voir les créatures se faufiler entre les fissures de la pierre, ne laissant derrière elles que du pétrole luisant et du mucus comme signe de leur fuite.

Tous les quatre fixèrent le bureau détruit : les papiers fumants, la chaise brisée. Stenn arriva, dégoulinant de sueur. Il essaya de jeter un coup d'œil autour de Téfeiri, puis recula en se penchant. Il s'essuya le front contre sa manche.

« Trop d'escaliers, souffla-t-il.
– S'ils se séparent comme ça, lâcha Téfeiri, alors nous ne pouvons pas savoir combien il y a dans le bâtiment. »
Karn leva le pied pour examiner la pulpe en-dessous. « Intéressant.
– Pendant que certaines personnes pourraient trouver intéressant de combattre un nombre inconnu d'adversaires qui peuvent s'infiltrer à travers les murs et attaquer à tout moment, commença Jaya, je peux penser à une bonne centaine d'autres façons dont j'aimerais passer la soirée.
– Karn, dit Jodah, s'il te plaît... Dis-nous simplement ton plan et l'emplacement du Sylex. »
Téfeiri, prudemment, ne regarda pas Karn. « Après toutes ces années, Karn, dit Jodah, peux-tu faire confiance à aucun de nous ?
– Non.
– Sage décision, dit Stenn. Si Sheoldred connaissait l'emplacement du Sylex, elle ne reculerait devant rien pour l'atteindre. Puisque n'importe lequel d'entre nous pourrait être un agent dormant, nous ne pouvons pas risquer que cela devienne de notoriété publique – et nous ne savons pas à quel point cela... cette chose peut écouter.
– Tu dois être le plus têtu, le plus inflexible... entama Jodah.
– Comme certaines personnes que je connais, soupira Jaya. Le moins que nous puissions faire est de développer un moyen de localiser la créature. Cela ne nous sert à rien de la chercher aveuglément.
– Nous avons des échantillons biologiques, » déclara Karn.
Jodah s'agenouilla pour examiner la boue et soupira. « Si je développais un... traqueur, en quelque sorte, en utilisant ce matériau, il pourrait suivre des organismes avec des tissus similaires. Mais ce ne serait pas non plus une sorte de... détecteur à Phyrexians. Il ne serait capable de localiser que cette créature et ce en quoi elle est divisée.
– C'est mieux que rien, » reconnut Jaya.
Jodah leva les yeux vers Karn. « Pourrais-tu générer des coquilles métalliques impénétrables autour du matériau ? Je ne veux pas risquer de le manipuler, mais nous aurons besoin d'avoir la matière organique avec nous pour guider et alimenter le sort.
– Oui, dit Karn. « As-tu d'autres conseils concernant la construction de l'objet ? »
Jodah réfléchit, puis ajouta : « Mets une aiguille dessus. Je vais l'enchanter directement pour nous guider.
– Semblable à une boussole, » remarqua Karn.

Jodah hocha la tête.

Karn créa les objets en métal selon les spécifications de Jodah. Il créa chacun pour qu'il ait la taille d'un coquillage, assez petit pour tenir dans des mains humaines, et le construisit autour d'une bouchée de la chair du Phyrexian. Il les remit à Jodah.

Tandis que Jodah les saisit et marmonnait, tissant ses sorts rayonnants, Karn se mit sur le côté. Dans un petit coin entre les caisses, il tourna le dos aux autres et généra un dispositif de détection miniature, similaire à celui qu'il avait fabriqué à Huîtrebaie mais plus petit. Quand il aurait fini, il avait l'intention de l'accrocher à la chaîne autour de son cou à côté de la balise pour appeler l'Aquilon. Ajani lui manquait et il aurait souhaité que le léonin soit là pour l'aider.

Une brume remplit la surface cristalline de l'amulette. Karn fronça les sourcils. Ajani – où était-il ? Le scrutateur hésita, puis l'image se résolut. Ajani semblait se battre. Karn ne pouvait pas distinguer les formes ombragées avec lesquelles Ajani échangeait des coups, mais il les soupçonnait d'être phyrexianes, ce qui expliquait la difficulté du scrutateur à se concentrer sur elles. L'image se clarifia et Karn vit Ajani parler avec un jeune chevalier Capashen, une femme aux épaulières bigarrées.

Il chercha ensuite les grottes marines de l'Ouest de Tolaria. Aucun Phyrexian ne fouillait la côte ; la région semblait sereine. Si Téfeiri était un espion, il ne l'avait pas encore signalé à Sheoldred. Karn fronça les sourcils.







« Karn, je... » Jaya s'arrêta. La frustration assombrit son visage. « Qu'est-ce que c'est ? »
Stenn regarda vers elle. Oui, qu'est-ce que c'est ? »
Karn l'accrocha à son collier. « Ça n'a pas d'importance.
– Jodah a terminé ton amulette. » Jaya le lui tendit. « Il a presque fini. »

Karn l'inspecta. Son aiguille de repérage se balançait, oscillant entre deux points comme si elle était confuse.

Jodah empocha le sien. « Je vais retourner vérifier les étages supérieurs. »

Jaya s'avança pour le poursuivre, mais Karn leva la main pour l'arrêter. « Ton amitié de longue date mise à part, je ne pense pas que ton bagou ait un effet calmant.
– C'est vrai, concéda Jaya. Stenn, étant donné que cette créature peut suinter à travers les murs, y a-t-il des zones d'entretien que nous devrions vérifier pour l'infestation ? Des vides sanitaires ?
– Oui, c'est vrai, dit Stenn. Il existe un système de ventilation élaboré pour permettre à l'air de s'échapper des niveaux inférieurs, si la ville devait se retirer dans le sol pour des raisons défensives. »
Téfeiri siffla, clairement impressionné. « J'irai avec Jodah.
– Alors je m'occuperai du sous-sol seul, déclara Karn.
– Mieux vaut toi que moi, dit Stenn, fervent. Cette pièce est déconcertante. Il y a tellement de bruit provenant des chaudières que vous ne pourriez jamais entendre quelque chose se faufiler vers vous. »

Karn attendit que Stenn, Jaya et Téfeiri aient quitté la pièce. Il descendit au sous-sol, le localisateur dans la paume.

Si Jodah était compromis, l'enchantement fonctionnerait-il ?

Le sous-sol se composait d'un couloir court mais large bordé de tuyaux. Contrairement aux tuyaux stockés au-dessus, ceux-ci étaient sous tension : sifflant avec de la vapeur, leurs robinets d'arrêt étaient ouverts, leurs vannes fuyaient. Les pièces contenaient des chaudières et des systèmes hydrauliques construits avec une beauté complexe de cuivre et d'acier, chaque rivet étant réglé avec amour et intégré à la technologie Thran.

« Ah, Karn ! » Jodah entra dans la chaufferie, criant pour se faire entendre par-dessus le vacarme. Téfeiri le suivait. « Je te cherchais. Je pense que je dois recalibrer les localisateurs pour que l'aiguille ne pointe que vers la créature la plus proche. Elle a aussi du mal à différencier le haut du bas. Si tu pouvais... »

Jaya et Stenn ouvrirent la porte.

« Juste celui que je cherchais, se réjouit Jaya. Cette chose que tu as faite ne marche pas, Jodah. Elle est inutile. Elle n'arrête pas de pointer, puis de bouger, comme si elle n'arrivait pas à se décider. »
Mais Jodah la dévisagea. Est-ce que tu saignes ? »
Jaya agrippa son bras. Ses yeux se rétrécirent. « Tu n'as jamais vu d'éraflure ?
– Pourquoi ne nous l'as-tu pas dit ? » demanda Jodah. Il jeta un regard significatif à Karn.

Karn tendit à Jodah son localisateur.

« Pourquoi je l'aurais fait ? Je n'ai pas cinq ans. » Jaya semblait insultée. « C'est juste une égratignure.
– Ce n'est pas ce que je voulais dire. » Jodah étendit ses doigts sur le localisateur, extrayant un réseau de sorts maillé de l'appareil et le peaufinant. Il fit glisser ses doigts vers le bas et le sort se réinstalla dans le métal. Jodah rendit le localisateur à Karn. « Et si de le pétrole luisant s'est infiltré en toi ?
– Ce n'est pas arrivé, dit Jaya, glaciale.
– Si c'est vrai, dit Jodah, alors pourquoi le cacher ?
– Je ne le cachais pas, affirma Jaya. C'était tout simplement sans importance. »

Dans les étages supérieurs, un râle, puis un fracas. On aurait dit que quelque chose avait renversé l'un des casiers remplis de tuyaux. Karn calcula que plusieurs dizaines de tuyaux devaient rouler sur le sol pour créer un tel vacarme. « Ça doit être à l'étage. Téfeiri, Stenn, vous enquêtez avec Jaya. »

Téfeiri hocha la tête, son visage solennel et ses yeux sur Jaya. Peut-être pensait-il que Karn voulait qu'il surveille Jaya, à cause de sa blessure. Karn ne pensait pas que le pétrole luisant puisse infecter si rapidement, et pourtant... comment pourrait-il en être sûr ?

Jodah remit un localisateur à Karn. « Pourrais-tu changer l'aiguille pour qu'elle repose sur un roulement ? Ou au moins quelque chose qui puisse pivoter ? Je pense qu'elle devrait pouvoir pointer vers le haut et vers le bas ainsi que dans un mouvement circulaire. »

Karn hocha la tête et se mit au travail pour modifier les mécanismes. Jodah se pencha sur les localisateurs. Il passa ses mains dessus, tirant les sorts pour qu'ils flottent dans les airs dans de délicats réseaux magiques brillants. Il bricola la façon dont les nœuds et les couleurs se connectaient.

Normalement, Karn aimait travailler aux côtés de quelqu'un sur une tâche mécanique. C'était paisible. Mais ce n'était pas le cas avec Jodah.

Jodah s'appuya sur ses talons et repoussa ses cheveux négligés de son visage. Il portait une expression triste, le fait qu'il soit sans âge en contradiction avec son apparente jeunesse. « Tu m'as semblé... différent depuis ton retour de la Nouvelle Phyrexia. »

Quand Karn était revenu pour découvrir que Jodah et Djoïra avaient été ensemble pendant son absence, il avait été... surpris. Et mal à l'aise. Même si la relation de Jodah et Djoïra n'avait pas continué, ses séquelles restaient. Karn envisagea de répondre avec plus de tact. Mais qui savait ce qu'un moment d'honnêteté pourrait révéler ici ? « Récemment, la façon dont tu donnes des conseils m'a rappelé Urza.

– Ah, et moi, l'ancien, sage et puissant sorcier... peut être devenu arrogant au fil des époques. » Jodah pressa ses mains sur les sorts, repoussant la magie dans le métal. « Djoïra te voit comme vulnérable. Cela m'a fait sentir que je devais veiller sur toi, pour elle. »

Les aiguilles des localisateurs tremblèrent. Chacun se balançait sauvagement, tournoyant dans des directions différentes.

« Je préférerais être ton partenaire dans cette entreprise, avoua Karn.
– Les partenaires se confient l'un à l'autre, » rappela Jodah.
Karn fit semblant d'hésiter. Il hocha la tête, lentement. "Si tu étais compromis, je ne crois pas que tu serais si découvert dans ta colère et ton impatience. Le Sylex est situé dans un entrepôt à Estark. »
Jodah se mit à rire. « Eh bien. Merci pour ça, je suppose. »

Les aiguilles pointaient dans des directions différentes. Toutes les directions.

Jodah fixa les localisateurs, consterné. « Comment ai-je pu me tromper deux fois ?
– Ce n'est pas le cas, » répondit Karn.

Les murs bruirent d'un mouvement soudain.

Des créatures se jetèrent sur Karn et Jodah, les câbles tendus et les gueules lancées en recherche de chair. Jodah tenta de préparer sa magie, mais la lumière autour de ses mains était faible, vacillante. Il s'était épuisé avec les portails vers la tour, puis à nouveau à créer les localisateurs.

Une demi-douzaine d'autres créatures se lancèrent sur Jodah, mouillées et flottantes. Karn ajusta sa position pour défendre Jodah. Il saisit une créature dans les airs et la déchira en deux. Il la lança vers les autres créatures. Il en balaya une autre dans les airs. Mais il y en avait trop, certaines réussirent à l'atteindre.

Jodah en brûla une d'un éclat de lumière pâle, puis tomba à genoux d'épuisement. Des créatures avaient commencé à grimper sur son corps, leurs bouches exploratrices cherchant sa peau. Même si les instincts de Karn lui imposaient de surveiller les murs, il se tourna vers Jodah. Il décolla les créatures, déchirant les tentacules accrochées dans le processus, et les jeta de côté. Les tentacules déconnectés liés à Jodah n'étaient plus que caillots sanglants. Mais sur ces caillots se mettaient à pousser des bouches suceuses.

La flamme rugit dans toute la pièce. Son rugissement assourdit Karn. Sa chaleur se précipita à travers la pièce, la stérilisant, et se déversa sur son corps par vagues. C'était agréable, chaud et ça le chatouillait un peu. Les flammes se déversaient et léchaient Jodah, doucement. Les créatures logées sur son corps bouillonnaient.

Karn tendit la main, et cette fois fut capable d'enlever les créatures accrochées restantes une par une. Les membres s'affaissèrent. Il se mit à extraire du corps couché de Jodah le reste des créatures, puis se tourna pour faire face à leur sauveur : Jaya. Son feu était centré autour d'elle, chauffé à blanc, et illuminait son visage. Sa lumière mettait en relief les lignes tracées sur sa peau, et la chaleur ondulant dans l'air faisait fouetter ses cheveux blancs autour d'elle. Ses yeux reflétaient la lumière du feu. Elle sourit, les lèvres serrées.

Stenn courut dans la pièce. L'explosion de Jaya s'enroula autour de lui, ne le touchant pas, mais repoussant ses assaillants phyrexians. Il poignarda une petite créature rampant en crabe sur le sol, la fichant entre les dalles. Elles se tordait, les pattes tendues et tremblait, et il utilisa un poignard pour le couper en deux.

« Il va bien ? » Jaya fit un signe de tête en direction de Jodah.
« Oui, dit Karn. La bonne nouvelle est que vos localisateurs semblent fonctionner correctement. »

Karn jeta un coup d'œil aux localisateurs. Ils pointaient vers le haut, mais leurs aiguilles ne tremblaient pas de tension comme elles l'avaient fait dans les instants précédant l'attaque. Il prit son localisateur, puis se tourna vers les murs pour voir comment les créatures phyrexianes s'étaient glissées dessus. Il ne put trouver aucun indice sur le nombre de créatures qui s'étaient approchées sans être détectées. À l'intérieur des murs, la technologie Thran brillait d'or. Elle était probablement connectée à la lithoforce et devait alimenter le système hydraulique.

« Quel soulagement. » Le rire de Jodah se transforma en toux.
« Où est Téfeiri ? demanda Stenn. On pourrait penser qu'il aurait entendu le vacarme. »
Le silence sombra dans l'inconfort. Et si cette attaque massive n'avait été qu'une diversion pour que Téfeiri puisse essayer de transmettre l'emplacement du Sylex aux Phyrexians ? Et si les Phyrexians fouillaient dès maintenant l'Ouest de Tolaria, dévastant sa côte ? Karn voulut regarder dans son scrutateur mais n'osa pas révéler son avantage.
« Je vais aller le chercher, » proposa Jaya.
Karn s'avança pour la rejoindre, se plaçant à ses côtés. Peut-être aurait-il l'occasion d'examiner son scrutateur. « Et moi aussi. »
Stenn s'accroupit près de Jodah. « Je vais rester ici. Il est... il n'a pas l'air si bien. »
Jodah fit signe à Stenn de s'éloigner, faiblement. »"J'ai besoin d'une minute pour récupérer mes forces. Continuez. Si Téfeiri est seul et qu'il subit une attaque comme celle que nous venons de subir, les résultats pourraient être désastreux. Il pourrait être parachevé. Ou tué.
– Et vous êtes trop faible pour repousser une seconde attaque tout seul, dit raisonnablement Stenn.
– Tu es trop fier, vieil homme, dit Jaya. Apprends à accepter de l'aide. »

D'après la façon dont le visage de Jodah se pinça, Karn devina qu'il s'agissait d'une vieille dispute entre Jaya et lui, dont il n'avait pas été au courant. Jaya fit signe à Karn de la suivre, et les deux quittèrent le sous-sol, retournant à l'escalier bruyant. Ils montèrent en silence. Les pas de Karn, malgré ses soins, semblaient bruyants, métal contre métal. Jaya se soulevait avec entrain, comme un chat.

« Ta magie est extrêmement efficace contre les créatures phyrexianes, » dit Karn.
Bien que Karn ne puisse pas voir le visage de Jaya, il pouvait entendre le sourire dans sa voix. « Je dois dire que la pyromancie contrôlée est la meilleure partie lorsqu'on un mage du feu. Vous avez une idée de ce qui brûle.
– Ton feu semble les stériliser, dit Karn. Comme s'il leur était hostile. »

Jaya leva la main, un geste pour obtenir le silence. Karn s'immobilisa. Les épaules de Jaya se tendirent. Il ne pouvait rien entendre. Jaya secoua la tête et continua à monter.

« Je ne peux pas croire que quelqu'un avec une telle magie puisse être un espion phyrexian, » dit Karn, bien qu'il puisse, en effet, le croire. Un Phyrexian serait capable de n'importe quel subterfuge. « Tu as tué plus de ces créatures que nous tous réunis. Si quelque chose m'arrive, quelqu'un doit savoir où se trouve le Sylex, afin qu'il puisse être déployé.
– Tu as finalement décidé que tu pouvais me faire confiance ? » Jaya éclata de rire. « Je suis flattée.
– Oui, dit Karn. Il est caché dans Suq'Ata. »
Jaya ne s'arrêta pas. « Il était temps que tu me dises cela. Garder l'emplacement du Sylex dans un seul esprit est dangereux. Étincelle de Venser ou non, personne n'est invulnérable. Pas même toi. »

Elle avait raison.

Dans les étages supérieurs, Téfeiri cria, et tous les deux partirent au sprint. Ils trouvèrent Téfeiri cloué au sol par une monstruosité phyrexiane qui se dressait au-dessus de lui comme une araignée affamée. Du sang imbibait ses robes depuis une entaille dans son ventre.

Karn arracha la créature du corps de Téfeiri, même si ses griffes, accrochées à sa chair, arrachèrent du muscle en se détachant. Il la plaqua contre le mur, le pulvérisant.

Jaya courut dans la pièce. « Descendez ! »

Karn pivota et pencha son corps sur Téfeiri pour le protéger.

Jaya baigna la pièce dans le feu. Des monstruosités phyrexianes – des dizaines, trop nombreuses – poussèrent des cris d'agonie. Les cris moururent en bouillonnement désespéré, en gémissements, puis en silence. Les flammes rôtirent le dos de Karn, brûlant le sang et les tripes sur son corps de métal.

« Nickel, » dit Jaya.
Karn se leva sur ses pieds.

« Karn, merci. » Téfeiri tapota le haut de ses cheveux et les trouva non brûlés.

Jodah, son bras en bandoulière autour du cou de Stenn, les rejoignit. Jodah semblait épuisé. Il analysa les débris dans la pièce – c'était autrefois un bureau, avec des classeurs.

« Cela implique bien, bien plus qu'une créature, remarqua Jodah.
– Tu as raison. » Stenn s'affaissa sous le bras de Jodah. « Nous utilisons beaucoup de technologie Thran dans Argivia, et il semble que les Phyrexians aient... coopté en quelque sorte. S'y soient intégrés. Les vrilles de la chose se sont répandues dans toute la tour de guet. »
Karn examina la blessure de Téfeiri. Il avait besoin de soins médicaux. « Peut-être devrions-nous envisager d'abaisser la barrière afin d'obtenir un médecin pour Téfeiri. Il est grièvement blessé.
– Avez-vous déterminé que nous sommes tous en sécurité ? demanda Téfeiri.
– Peut-il se le permettre ? dit Jodah. Il pourrait attendre. Il pourrait se remettre en question pour toujours. Il pourrait nous tester mille fois. Comment pourrait-il jamais savoir ? Comment quelqu'un le pourrait-il ? »
Jaya dit : « Je pense que nous devrions éradiquer tous les Phyrexians à l'intérieur de la tour avant d'abaisser la barrière. Si cette créature s'intégrait si facilement dans une seule tour, qu'est-ce que cela pourrait faire à une ville ?
– Que pensez-vous que nous devrions faire ? demanda Stenn.
– Aller à la lithoforce, déclara Jaya. Déracinons-la. A sa source.
Téfeiri grimaça. « Si quelqu'un peut me faire monter là-haut, je suis prêt à suivre le plan de Jaya. Autant essayer.
– Je peux te porter, » dit Karn.

Téfeiri lui lança un long regard, puis soupira.

« C'est décidé, » affirma Jodah.
Jaya gloussa. « Oh, tu as attendu toute la nuit pour dire ça, n'est-ce pas ? »

Jodah avait encore assez d'énergie en lui pour avoir l'air agacé. Karn secoua la tête à leur échange et s'agenouilla pour soulever Téfeiri – avec précaution.

Dans la chambre la plus haute, la lueur de la lithoforce dominait l'espace restreint, brillant directement dans le panneau de commande du piédestal central et remplissant la petite pièce circulaire de sa lumière jaune maladive. Les fenêtres cintrées autour de la pièce étaient toujours fermées par des volets d'acier. Karn souhaitait pouvoir en ouvrir une et sentir l'air frais de la nuit sur son corps. Il trouva un panneau d'accès en métal et l'ouvrit. La lithoforce semblait intégrée dans un nid de fils, qui était sans aucun doute connecté au système de verrouillage, à la chaufferie, aux évents et à tout le reste de la tour. Stenn se rapprocha du panneau pour regarder. « C'est pire que ce que je pensais. »

Karn jeta un coup d'œil à Stenn. Il avait indiqué à chaque Planeswalker un faux emplacement pour le Sylex, mais il n'avait pas encore testé Stenn. Il parlait assez bas pour que les autres n'entendent pas. « J'ai besoin de confier l'emplacement du Sylex. Si je suis endommagé et que je ne peux pas l'atteindre, la connaissance ne peut pas en être perdue.
– Je comprends, » dit Stenn, solennel. Il ne semblait pas du tout perturbé. Il se concentrait sur les fils dans les murs.

« Si cela devait arriver, dit Karn, vous devez déterminer à qui parmi les Planeswalkers vous pouvez faire confiance afin que le Sylex puisse être amené sur la Nouvelle Phyrexia afin de détruire les Phyrexians en leur centre. J'hésite à poser cette question, car ce serait impliquer de demander à un Planeswalker de se sacrifier pour réparer mon erreur...
– Ce serait une immense responsabilité, » reconnut Stenn.
Karn fit semblant d'hésiter, puis prit la parole. « Je l'ai caché dans les ruines de Trokair, sur Sarpadia.
– C'est tout ce dont j'avais besoin, » déclara Stenn. Sa voix, un sifflement soudain, semblait horriblement familière.

Stenn jeta ses robes de ses épaules. Des lignes de chirurgie, auparavant invisibles, étaient creusées dans sa peau. Les boutons de sa chemise se libérèrent alors que sa poitrine semblait gonfler et gonfler – pour éclater, s'ouvrir en papillon, les côtes écartées. Des cordes de fer coulaient de la cavité de son torse plutôt que des intestins, du mucus et du sang jaillit. Son visage, devant toute cette horreur, semblait extatique, comme s'il avait enfin trouvé son but et l'avait atteint. Il leva la tête, les yeux fixés vers le haut, ses lèvres bougeant comme dans la prière. Des griffes en forme de main émergèrent de ses yeux et atteignirent son crâne pour le saisir. Ses intestins métalliques glissèrent sur le sol, s'accrochant à la lithoforce Thran, et tout son corps se raidit. La lumière de la lithoforce pulsa, puis s'atténua, tandis que Stenn consommait son énergie. Sa bouche s'ouvrit, figée dans un murmure sans voix.

Il avait converti tout son corps en antenne, réalisa Karn, et transmis ses connaissances durement acquises à Sheoldred, lui confiant l'emplacement du Sylex.

Son faux emplacement.

« Arrêtez-le, » grogna Téfeiri. Il s'agrippa à sa blessure à l'intestin et ses yeux s'illuminèrent de colère. « Ne le laissez pas... »

Jaya se précipita, les mains tendues. Du feu se mit à flamber.

Stenn ne lui accorda pas même un regard. Ses fils sanglants se soulevèrent du sol, des débris collés aux intestins, et se s'enroulèrent autour d'elle comme des anacondas, lui liant les mains et les épinglant à ses côtés. Jaya, incapable d'utiliser sa magie sans se brûler, lutta contre Stenn pour libérer ses mains. Mais elle ne pouvait pas respirer. Son visage devenait bleu.

Karn chargea dans la direction de la pyromancienne, rapide dans l'arrachage des fibres de son corps, plus tordues en place. De petites lignes serrées se faufilaient entre ses doigts, qui le défiaient. Les yeux de Jaya semblaient si larges, si paniqués.

Téfeiri s'assit et prépara sa magie, mais son sort, alors qu'il était dans un si piètre état, ne fit guère plus que scintiller dans une brume bleue nébuleuse avant de s'estomper. Téfeiri gémit et s'affaissa sur le sol. Le sang qui imbibait ses vêtements devenait de plus en plus coloré à mesure qu'il traversait le tissu. Jodah courut aux côtés de Téfeiri, marmonnant un sort de guérison dans sa barbe.

« Nous devons sortir d'ici ! » cria Jodah.

Karn était d'accord. Le panneau de commande avait une disposition simple. Il inséra la clé que Stenn lui avait donnée dans le piédestal. Il ouvrit un couvercle en métal, puis actionna le levier. Les volets en acier s'élevèrent brusquement, la chaîne à l'intérieur des murs cliqueta et les engrenages grincèrent. L'air frais de la nuit se déversait dans la tour. Mais avec cet air frais arrivaient des bruits : des baragouins et des cris, de la ville en contrebas.

Karn ne put libérer Jaya des câbles qui se tordaient autour d'elle, alors il se retourna. Il démembra Stenn – non, pas Stenn, le Phyrexian qui avait tué Stenn, qui l'avait parachevé et pris sa place – avec efficacité. Il essaya de ne pas penser à ses actions : il enleva les os des alvéoles et jeta les morceaux de côté, aussi facilement qu'on dépouille un poulet lors d'un banquet.

Jaya inspira, son haleine râpeuse traversa l'obscurité, puis souffla anti-Stenn avec une goutte de flamme écarlate. Le feu se déversa sur Karn et grésilla sur la chair d'anti-Stenn, faisant frire ses composants organiques.

Le Phyrexian s'affaissa sur le sol, un amas de métal noirci et de matières organiques croustillantes. Jodah leva les yeux vers Jaya. Ses mains étaient étendues sur le ventre de Téfeiri. « Je suis trop épuisé pour le soigner. Je peux l'empêcher de saigner, mais c'est à peu près tout. Nous avons besoin d'aide.
– Il est temps que j'appelle l'Aquilon, dit Karn.
– Pourquoi ne pas lui donner quelques minutes de plus ? Jusqu'à ce que les choses soient vraiment désespérées ? » dit Jaya.

Karn ouvrit l'amulette d'invocation comme un médaillon. Il actionna le levier à l'intérieur.

La voix de Shanna, calme et nasillarde, s'intensifia. « Qu'est-ce qu'il y a, Ajani ?
– Ici Karn. Jodah, Téfeiri, Jaya et moi devons être mis en sécurité. Téfeiri est blessé. »
Il y eut une pause à l'autre bout. « Votre emplacement ?
– Argivia. Dans la tour de guet. Attaquée par les Phyrexians.
– Les Phyrexians ? » Karn pouvait entendre l'Aquilon grincer dans les vents. Quand elle reprit la parole, sa voix était calme et déterminée : « Tu as de la chance, nous ne sommes pas loin. Si les vents nous favorisent, nous y serons bientôt.
– Entendu.
– A bientôt. Stop. »

Les bruits de Phyrexians semblaient se rapprocher ; ils résonnaient par les bouches d'aération, entre les murs, des grincements et des bourdonnements ponctués de claquements mécaniques et de bruissements charnus. Toute la tour était infestée, peut-être même toute la ville. Stenn avait supervisé l'extirpation des agents phyrexians en Argivia. Il était juste de supposer qu'il avait fait exactement le contraire.

« Téfeiri est trop blessé pour bouger. Nous devons tenir jusqu'à l'arrivée de Shanna, déclara Karn. Jaya, tu sembles être la plus en forme parmi nous. Tu dirigeras. Je prendrai une position centrale car je dois défendre Téfeiri. Jodah, monte la garde à l'arrière. »

Jodah ouvrit la bouche. Jaya alluma deux boules de feu dans ses mains. Elle les soupesa et leva les sourcils à l'intention Jodah. Jodah, décontenancé, ferma la bouche.

Au bout d'un moment, il parla, doux : « J'allais dire que c'est un excellent plan. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.