Dominaria Uni : Episode 2 - Le temps du sablier - Magic the Gathering

Dominaria Uni : Episode 2 - Le temps du sablier



Articles

Drark Onogard, le , 170 consultations , 1

Libéré de la caverne écroulée par le Planeswalker Ajani, Karn se dépêche de prévenir de l’arrivée prochaine de Sheolred. Saura-t-il convaincre de vieux ennemis de mettre leurs différends de côté et de s’unir contre la menace ?

  La storyline de Magic / Dominaria Uni

Libéré de la caverne écroulée par le Planeswalker Ajani, Karn se dépêche de prévenir de l'arrivée prochaine de Sheolred. Saura-t-il convaincre de vieux ennemis de mettre leurs différends de côté et de s'unir contre la menace ? Vous trouverez l'article original ici.

Episode 2 : Le temps du sablier









Le temps s'écoulait plus lentement que les grains de sable qui se déposaient entre les rochers. Les fines particules s'incrustaient dans les articulations de Karn. Il ne savait pas combien de temps il était resté là, coincé dans le noir. Étaient-ce des jours ou des semaines qui s'étaient écoulés ? Et si des mois s'étaient envolés, comme un petit oiseau effrayé ? Et si c'était plus long ? Des années, des décennies, des siècles...

Non, il n'était pas en état d'y penser.

Il ne manquerait à personne. Personne ne savait où il était allé. Il aurait dû le dire à quelqu'un. Il aurait dû au moins le dire à Djoïra. Ou Jaya. S'il le leur avait dit, elles auraient su où chercher et l'auraient soit libéré, soit elles auraient vu les Phyrexians eux-mêmes.

Et si les Phyrexians étaient ceux qui le trouvaient ? Serait-ce pire si personne ne le trouvait ? Il pourrait attendre seul, pour toujours dans l'obscurité. Dans le silence.

Du sable s'écoula. Un grattement. Peut-être des griffes qui grincent sur de la pierre brute.

Un poids s'enleva de sa main, l'exposant aux courants d'air froid. Il pouvait bouger ses doigts. Le soulagement le traversa, une sensation plus puissante que celle des Éternités Aveugles. Il tendit les doigts, s'émerveillant de la liberté de ce petit mouvement, la liberté de faire n'importe quel mouvement. Quelque chose de chaud et de doux toucha le bout de ses doigts. Organique, impénétrable à ses sens. Pas un Phyrexian. Doux. Réfléchi.

Il était retrouvé.

La chaleur quitta ses doigts. Son sauveur était-il parti ?

Le grattement s'accéléra. Roches grattées. Cailloux en cascade. Claquements des gros rochers qui, jetés, atterrissent. Le fardeau qui pesait sur lui s'allégea. Karn se tendit. La matière autour de lui bougea, bougeant sous la pression de son énorme force. Karn exerça les puissants mécanismes de son torse, se redressant. Des pierres se déversèrent. Il se redressa lentement. Il voulait faire attention à ne pas blesser son sauveur avec des pierres perdues.

Au fur et à mesure que ses efforts augmentaient, le bruit de grattement cessa. Les bruits de pas se reculèrent alors que son sauveteur s'éloignait. Karn devait croire qu'il s'était déplacé d'une distance de sécurité.

Karn se redressa sur ses pieds. De la pierre se déversa de lui et il était libre. L'air chaud caressait son corps. Il roula des épaules, se délectant de leur mouvement. La roche qui s'écroulait souleva une brume grise. Il secoua les fines particules de son corps et essuya ses yeux.

Ajani se tenait dans le tunnel, sa fourrure rayonnant d'un blanc saisissant à la lueur des torches. La pupille de son œil d'un pur bleu pâle brillait de la teinte nocturne d'un prédateur nocturne. Ses épaules étaient droites et fières, comme s'il était content d'avoir trouvé Karn. Il accorda à Karn un sourire fin mais amical.

Karn hocha la tête, hésitant. Il n'avait rencontré Ajani que quelques fois. Pour l'espèce d'Ajani, montrer les dents était une action hostile, donc ce petit sourire était plus amical qu'un large sourire humain.

« Comment m'as tu trouvé ? » Karn s'éclaircit la gorge. Elle aussi était poussiéreuse. Le mécanisme à l'intérieur cliquetait désagréablement. « Je n'ai dit à personne que j'étais ici. »

Ajani toussa, maladroitement, profondément dans sa poitrine. « Après que tu n'as pas répondu aux lettres, Djoïra est devenue... inquiète pour toi. Elle a demandé à Raff de placer un sort de suivi sur les lettres, un qui ne s'activerait que lorsque toi – et toi seul – ouvrirais l'enveloppe. C'est ainsi que j'ai localisé ton camp. »

Karn s'immobilisa, embarrassé. Djoïra avait-elle su chaque fois qu'il lisait une lettre et la laissait sans réponse ? A chaque fois qu'il avait écarté les tas de papier sur son plan de travail pour faire place à un nouveau projet ? Ajani avait-il vu l'encombrement chaotique qui peuplait son espace de travail ? Karn n'aurait jamais laissé son camp tomber dans un tel état s'il s'était attendu à un visiteur.

Il évita le regard d'Ajani et chercha les dommages sur les articulations de son corps. Ah, le fer de lance. Il avait oublié qu'il avait laissé cela logé en lui.

« Chaque fois que tu déplaçais les lettres, Djoïra savait que tu étais en vie, déclara Ajani, et refusait de parler. Elle était déterminée à te donner le temps dont tu avais besoin et à ne pas te presser. Elle sait à quel point tu peux être taciturne quand tu es... bouleversé. »

Karn travailla sur le fer de lance, essayant de le retirer de son corps. L'éboulement l'avait enfoncé encore plus profondément en lui.

« Mais quand tu as arrêté de déplacer les lettres, poursuivit Ajani, elle s'est inquiétée. Et me voici. »
Karn grogna. Il remuait le fer de lance d'avant en arrière, pour essayer de le desserrer d'entre les plaques de son torse. Ses doigts émoussés, bien que capables du travail le plus raffiné, ne pouvaient pas creuser assez profondément. Il n'arrivait toujours pas à croire que Djoïra avait su combien de fois il avait regardé ces lettres, envisagé d'y répondre, puis les avait mises de côté. Trop de fois. « Djoïra va bien ?
– Elle est dans son atelier sur la Plate-forme de Mana. » Ajani haussa les épaules.
« Et l'Aquilon ?
– Elle a rendu l'Aquilon à sa propriétaire légitime, déclara Ajani. Shanna en est la capitaine.
– Ah, bien. Shanna sera à la hauteur de la tâche. » Karn avait servi avec Sissay et était ravi de voir le dirigeable entre les mains de sa descendante. « Ça ne te gêne pas si je ?... » Ajani hocha la tête en direction la pointe de la lance.

Karn haussa les épaules.

Ajani n'était pas aussi grand que Karn, mais il était assez grand pour devoir baisser la tête pour inspecter le fer de lance. Il inséra ses griffes dans les articulations de Karn avec une délicatesse surprenante. « Tu sais, chaque Planeswalker passe par des phases comme celle-ci. On se retire, surtout si on a joué un rôle dans le changement du destin d'un plan. Je l'ai vu maintes et maintes fois. Après une grande chasse, on festoie et on dort. C'est naturel, et il n'y a pas de honte à cela.
– Je ne festoie pas et je ne dors pas, déclara Karn.
– Cela ne signifie pas que tu n'as pas besoin de récupérer. » Ajani retira le fer de lance du corps de Karn.

Karn n'avait jamais été autorisé à « récupérer » quand Urza l'avait lâché en tant que machine de guerre. Urza avait expliqué que c'était inutile et, indifférent à la lassitude de Karn, avait tourné son attention vers d'autres projets plus intéressants.

Ajani examina la pointe de lance. Son métal scintillait d'un vert maladif dans l'obscurité. « Tu as rencontré plus qu'un éboulement. Que s'est-il passé ici, mon ami ? »
Karn ne souhaitait pas répondre à la question – pas avant de savoir s'il pouvait faire confiance à Ajani. La vision qu'il avait eue en touchant Sheoldred résonnait toujours en lui – des agents phyrexians partout, cachés à travers Dominaria. A attendre. « Depuis combien de temps suis-je enterré ?

– Quelques mois, admit Ajani. Il a fallu du temps pour te localiser. »

Des mois perdus. Des mois qui auraient pu être consacrés à la préparation.

Les parties segmentées de Sheoldred avaient glissé le long de ses bras paralysés, le long de son dos ; comme des araignées, elles s'étaient déversés sur lui. Elle aurait eu amplement le temps de se ressaisir. Rona aussi, il en était sûr.

« Tu t'es endommagé. » Karn fit un signe de tête à Ajani, dont la griffe avait déchiré la cuticule, une blessure qui s'était très probablement produite lorsqu'il avait déterré Karn de l'éboulement. « Retournons à mon camp pour nous ravitailler. Je dois également vérifier l'équipement sensible qui s'y trouve pour vérifier qu'il est toujours fonctionnel. »

Karn n'exprima pas ce qu'il craignait le plus : avait-il encore le Sylex et la tablette d'argile ?



Pendant les mois où Karn avait été enterré, son campement était resté intact mais pas inchangé ; les petites tentes étaient souillées de moisissure.

Ajani haussa les épaules. Il avait un dégoût de planeswalker pour ces cavernes. Même si l'on ne pouvait pas sentir directement les technologies interplanaires, leur façon de déformer le temps rendait l'espace propre à la claustrophobie. Karn aussi pouvait sentir la pression.

Karn conduisit Ajani à travers son camp encombré, puis s'enfonça dans sa tente principale. La boîte contenant le Sylex et la tablette restait là où il l'avait laissée et semblait verrouillée. Karn l'ignora, conscient des yeux d'Ajani rivés sur lui.

Karn trouva un tonneau avec de l'eau – potable, bien qu'il l'utilisât normalement à des fins de nettoyage – et un chiffon. Il tendit le chiffon à Ajani, pour laver et panser sa blessure.

« Pourquoi étais-tu ici, Karn ? » Ajani se rinça la main, évacuant le sable qui s'était logé dans sa blessure.

Karn inventoriait son équipement à la recherche de dommages pendant qu'il répondait. « À la recherche d'artefacts. En raison des propriétés uniques des cavernes de Koïlos, même les archéologues les plus entreprenants ou les chercheurs enthousiastes ne les ont pas pillées. Il se dirigea en circuit autour de la tente, vers la boîte où il avait caché le Sylex et sa tablette, mine de rien. La boîte semblait intacte, mais il n'osa pas l'ouvrir. Il tendit la main en usant de ses sens particuliers. La tablette ressemblait à de l'argile, une combinaison d'aluminium, de silicium, de magnésium, de sodium et d'autres oligo-éléments. Le Sylex bourdonnait dans sa direction : présent mais indéchiffrable en raison de sa puissante magie.

Karn posa la boîte de côté. Il fit face à Ajani et raconta tout ce qu'il avait vu.

« Sheoldred s'est échappée ? » Ajani arpentait l'enceinte de la tente. « Karn, nous devons avertir...
– J'ai essayé, le coupa Karn. Plusieurs fois.
– Maintenant, tu as vu Sheoldred. »
Karn souhaitait pouvoir faire confiance à Ajani, mais il secoua la tête. « Les cavernes où j'ai découvert le terrain de rassemblement des Phyrexians ne sont plus accessibles. Je n'ai aucune preuve que les Phyrexians soient revenus à Dominaria.
« Vraiment ? » Ajani montra le fer de lance. « Karn, il y a un sommet de la paix entre les Keldes et les Bénaliens. S'il y a des nations qui prendront au sérieux le retour des Phyrexians, ce sont boen ces deux-là. Je propose que nous parlions à leurs dirigeants. »
Ajani avait raison. De toutes les nations de Dominaria, Keld et la Nouvelle Bénalia étaient les plus susceptibles d'écouter l'avertissement de Karn. Radha, cheffe des Keldes, avait reforgé cette rude nation de guerriers en une force militaire dévastatrice. Aron Capashen dirigeait les chevaliers de la Nouvelle Bénalia, dont la passion pour la justice faisait que chacun valait une douzaine de combattants. « Laisse-moi rassembler mes trouvailles et mon équipement sensible avant de partir. »
Ajani tapota une amulette accrochée à sa ceinture. « Djoïra m'a donné un dispositif d'invocation pour l'Aquilon avant de m'envoyer. Shanna l'honorera.
– L'Aquilon est peut-être un vaisseau rapide, mais il n'est pas assez rapide. » Karn empila plusieurs appareils sur le coffre contenant le Sylex et la tablette et chargea le tout dans un sac à dos. « Je propose que nous nous transplanions. »



Karn ne savait pas comment les autres Planeswalkers percevaient les Éternités aveugles, mais pour lui, cet espace interminable était comme du velours écrasé, son picotement tiède frisant parfois la douleur. Le vertige qui traversait Karn contrastait avec le sentiment qu'il ne bougeait pas du tout, ce qui était en contradiction avec le sentiment qu'il se tirait le long d'une corde vers une destination inconnue. Il jaillit à travers une entaille de soie dans l'air frais.

Karn se tenait jusqu'aux genoux dans les herbes sauvages, les coquelicots orange et les chardons à fleurs violettes. À l'intérieur des terres, les fermes semblaient jeunes, des terres récemment défrichées contenant des champs jaunes de colza en fleurs. Les fermes, comme des taches de sang, rougissaient les montagnes, les forêts pluviales tempérées brumeuses ponctuées de prairies alpines émeraude.

S'il avait été humain, il aurait pris une seule inspiration tremblante.

De l'autre côté, une grande statue de pierre protégeait un port maritime dont les bâtiments et les rues étaient creusés dans des falaises de craie blanche. Une éternité auparavant, un vaisseau portail phyrexian avait dû décapiter la statue, et la carcasse décrépite gisait sur le cou de la statue. Envahie par le chèvrefeuille, elle faisait de l'ombre aux auvents colorés de la ville. Au centre de la baie, une île lisse et usée dépassait de l'eau – la tête de la statue, qui abritait maintenant des oiseaux marins.

Ajani conduisait Karn sur des sentiers étroits, devant de modestes maisons creusées dans la craie. Celles-ci semblaient petites et bien usées contrairement à l'hôtel de ville nouvellement sculpté, qui avait des dimensions importantes mais trapues, de larges fenêtres et des balcons encadrés de colonnes ornées.

« Sais-tu où se déroulent les pourparlers de paix ? » demanda Karn.
Ajani s'arrêta et inclina la tête. « Suivons le son des disputes, je suppose. »

Karn n'entendait rien. Les sens du léonin devaient être spectaculaires.

Ajani guida Karn à travers une zone de réception grandiose mais vide, puis monta un escalier étroit. Les couloirs reliant les pièces étaient plus qu'étroits, éclairés uniquement par des torches. Ils poussèrent les doubles portes en laiton pour entrer dans une pièce lumineuse dominée par une longue table de granit. Un large balcon surplombait la mer, et une grive mâle – poitrine orange avec un collier noir, un masque noir et une casquette noire, une belle créature – était perchée sur sa balustrade.

D'un côté étaient assis les représentants de la Maison Capashen de Bénalia. Le noble à table – Aron Capashen, un homme d'âge moyen à la peau ocre clair – portait une tour fière avec sept fenêtres colorées brodées sur ses soies. Les chevaliers rangés derrière lui, leurs armures d'argent ciselée d'or, leurs boucliers de vitraux tenus prêts, possédaient le même motif doré sur leurs cuirasses.

De l'autre côté se prélassaient les grands guerriers keldes à la peau grise avec leurs lourdes armures de cuir et leurs armes plus lourdes. Leur cheffe de guerre, Radha, était assis en face du noble Capashen. Elle avait la peau couleur cendre d'un Kelde, une crinière noire et des muscles volumineux, mais les oreilles pointues et les marques bleues d'un elfe de Linciel.

D'autres fonctionnaires, dirigés par un homme de la Nouvelle Argive qui avait la peau claire et une barbiche noire, bordaient les côtés de la table de négociation en granit entre les deux parties en conflit.

Ajani et Karn devaient être arrivés au moment où les négociations devaient commencer, car seulement un instant plus tard, Jodah et Jaya arrivèrent. Jodah entra, franchissant une porte que sa magie tranchait dans les airs. Son bureau, encombré de livres et de bric-à-brac, disparut lorsque le portail se referma. Jaya transplana dans la pièce, apparaissant avec un flash et une odeur de charbon de bois.

« Ça fait longtemps, mon vieux. » Jaya serra Jodah dans ses bras.

Avec ses traits de garçon et ses cheveux bruns hirsutes, Jodah aurait pu être le petit-fils de Jaya, même s'il était son aîné de plusieurs milliers d'années. « Tu viens pour l'argent de la famille ?
– Oh, il n'y a rien d'argenté ici que j'aime tant garder – à part mes cheveux. J'ai déjà vérifié tes poches. Tu as pensé à vous lancer dans la culture du lin ? »
Joda sourit. « Je ne suis pas inquiet. Ta langue est plus rapide que le bout de tes doigts. »
Le regard de Jaya tomba sur Karn et Ajani. « Eh bien, c'est une surprise. Êtes-vous également ici pour travailler sur les négociations ? »
Ajani regarda Jaya, solennel. « Nous devons vous parler de ce que Karn a vu dans les Cavernes de Koïlos. Les Phyrexians sont de retour sur Dominaria. »

La petite conversation oisive à la table des négociations tomba dans un silence choqué. Jodah et Jaya échangèrent des regards, puis tournèrent leur attention vers Karn. Les Keldes, les Bénalians et les Argiviens se disputaient, les dialectes et les accents qui se chevauchaient transformant leurs peurs en babillage. Seuls les chevaliers bénalians restèrent à leurs postes, leur posture rigide témoignant de leur discipline.

Jaya avait pâli. « Cela ne semble guère possible.
– J'ai parcouru ce plan pendant des millénaires, appuya Jodah, et j'ai lu les histoires, examiné les histoires. J'ai visité les ruines : je vous dis cela non pas pour me vanter mais pour que vous sachiez que je dis la vérité – les Phyrexians ne peuvent pas traverser les Éternités Aveugles.
– Sheoldred a voyagé entre les plans... contredit Karn.
– Seuls les Planeswalkers peuvent le faire maintenant. » Jodah se pinça l'arête du nez. « Si je me souviens, Karn, c'est une réalité que tu as contribué à introduire. » Son âge – similaire à celui d'Urza, quand Urza avait créé Karn – écrasait ses jeunes traits d'épuisement. Karn ne pouvait pas croire que Jodah nierait la vérité, pas quand Karn avait vu Sheoldred. Peut-être que la plupart des Phyrexians ne pouvaient pas survivre au voyage à travers les Éternités Aveugles, mais Sheoldred l'avait fait : même si cela avait brûlé ses matières organiques, même si cela l'avait endommagée et affaiblie, elle avait réussi d'une manière ou d'une autre.
Aron Capashen se leva et se mit à faire les cent pas. Il semblait agité. « Les Phyrexians sont de l'histoire ancienne. Je ne vois pas ce que vous auriez à gagner en affirmant cela.
– J'ai localisé un terrain de préparation pour une nouvelle invasion, expliqua Karn, dirigée par l'une des dirigeantes de la Nouvelle Phyrexia, un praetor nommé Sheoldred. La Société de Mishra la sert, et les Phyrexians parachèvent des dizaines de citoyens ordinaires. Nous ne pouvons pas savoir combien de Phyrexians sont stationnés dans les nations de Dominaria. Ils pourraient même être parmi nous maintenant.
– Ne vous ai-je pas prévenu de cela ? » Le jeune noble de la Nouvelle Argive se leva. A en croire sa parure brodée d'or et doublée de fourrure, il devait être un fonctionnaire important. « Les dormeurs phyrexians vont imprégner toutes les couches de la société si nous n'agissons pas maintenant. Pour autant que nous sachions, ils l'ont déjà fait ! »







« Stenn, vos tendances alarmistes n'aident pas, affirma Jodah. Karn, où sont les Phyrexians maintenant ? »

La grive fixa un œil perçant sur lui comme si elle était curieuse de sa réponse.

Karn n'avait pas de réponse. « Ils ont évacué pendant que j'étais en incapacité. Je ne sais pas. »
Joda soupira. « La situation diplomatique est trop sensible pour arrêter les négociations maintenant. Si vous saviez où ils se trouvaient, ce serait une autre affaire, mais sans informations plus solides, comme un emplacement, comment pourrions-nous agir pour les extirper de leur tanière ?
– Et même si les Phyrexians étaient sur Dominaria, déclara Jaya, historiquement, ils ont divisé avant de chercher à régner. Si nous laissons ce conflit entre Bénalia et les Keldes sans solution, nous jouerons directement dans leurs ficelles. »

La grive sautillait le long de la rambarde.

« Karn, tu m'écoutes ? » demanda Jodah.
Karn reporta son attention sur Jodah. Il posa le fer de lance sur la table. « Oui.
– J'ai déjà vu des armes de la Société de Mishra, affirma doucement Jodah.
« Quand Karn a-t-il déjà menti ? grogna Ajani. S'il dit qu'il a vu Sheoldred parachever des gens, alors nous sommes en danger.
– Je te crois, dit Aron. Mais je ne peux pas envoyer mes soldats chasser les rumeurs et les on-dit à travers Dominaria. Entre les hostilités avec les Keldes et la lutte contre la résurgence de la Cabale, je n'ai pas les combattants.
– Ses troupes ont les mêmes engagements que les miennes. » Radha éclata de rire, un bref aboiement. « Je suppose que nous avons trouvé un terrain d'entente là-dessus. »
Jodah regardait entre Radha et Aron. « Les Phyrexians n'ont pas été une menace depuis des siècles. Je sais que ta mémoire est longue, Karn. Tout comme la mienne. Si nous réglons le problème actuel – le conflit entre les Capashen et les Keldes – nous pourrons alors discuter du redéploiement de ces troupes en vue de combattre les Phyrexians. »
Tant de gens avaient crié dans l'antre de Sheoldred, leurs voix ténues et leur douleur aiguë sous les oraisons extatiques à sa gloire. « Qu'en est-il des vies que Sheoldred prend en ce moment-même ? »
Jodah posa sa main sur l'épaule de Karn. « Nous ne parlons peut-être pas de quelque chose d'aussi grandiose qu'une invasion interplanaire, mais des vies sont perdues à cause de ce conflit. Elles comptent aussi.
– Nous te suivrons, Karn, déclara Jaya. Nous allons les chercher. Mais pour l'instant ? Concentrons-nous sur la tâche à accomplir. »

Karn pouvait sentir l'attention de la salle revenir sur la table et les négociations.

La grive s'envola.

« Stenn, dit Jaya, demandez à quelqu'un de conduire Karn et Ajani aux quartiers des invités. »



La chambre de Karn était simple, son mobilier basique mais bien conçu : un lit, une grande table avec deux chaises et un lavabo avec une vasque en porcelaine. Karn poussa le lit d'un côté et plaça la table au centre de la pièce. Il déchargea son sac à dos, en prenant soin de s'assurer que le Sylex, toujours dans son étui, était en sécurité.

« L'argument le plus cohérent que Jodah et Jaya avaient contre notre aide, marmonnait Karn, était que nous ne savons pas où se trouvent les Phyrexians. Si nous pouvons déterminer leur emplacement, nous pourrons alors persuader Jodah et Jaya de nous aider.
– Et peut-être les autres aussi. » Ajani fit une pause, son corps puissant enroulé. « Et comment ?
– Un appareil de regard. » Karn leva la main au-dessus de la table. Il généra d'abord le plan de vision, une feuille de cuivre recouverte de cristal. Il remplit l'étroite couche entre les deux matériaux avec du liquide. Le reste de l'appareil, un assemblage complexe de pièces mécaniques, exigeait sa concentration. Son corps bourdonnait de la magie qui le parcourait.
Ajani l'observait, le bleu pâle de son œil intact attentif. « Qu'est-ce que c'est ?
– C'est pour visualiser des endroits éloignés. » Karn laissait la fierté s'infiltrer dans sa voix. Il en avait élaboré le plan lui-même, et il ne connaissait aucun autre appareil capable de fonctionner de la même manière. Karn se concentra sur Djoïra. Pas sur son visage. Pas sur sa présence physique, mais sur son essence, les qualités qui faisaient d'elle Djoïra. Comment elle voyait toujours à travers les circonstances que vivait une personne jusqu'à leur essence. Comment elle était prête à donner à tout le monde le bénéfice du doute.

La Plate-forme de Mana apparut dans le cristal. D'abord floue, l'image prit de la profondeur, puis de la couleur. Perchée au bord d'une falaise dans le désert brutal de Shiv, la structure métallique avait la taille et la complexité d'une petite ville. L'image se resserrait en un seul lieu, un atelier avec Djoïra dedans. Elle était assise à un établi, la tête penchée, ses cheveux de bronze attachés et tombant entre ses omoplates. Elle basculait un cabillot sans attache d'avant en arrière comme si elle réfléchissait.

« Peux-tu voir Sheoldred ? » demanda Ajani.

Karn pouvait trop facilement visualiser Sheoldred : son torse humanoïde sortant de son corps semblable à celui d'un scorpion ; sa voix, intime et résonnante dans sa tête. Karn... de tels plans.

L'image du scrutateur se dissolut dans le brouillard. Karn s'appuya sur ses talons. Ajani jeta un coup d'œil à Karn. « Ils doivent avoir des protections en place pour nous empêcher de les scruter.
– Une précaution raisonnable. » Malheureusement.
Ajani sortit l'amulette de sa ceinture qui pourrait invoquer l'Aquilon. Il la plaça dans la paume de Karn. « Tu vas avoir besoin de ça. »
Karn examina l'amulette. Cela semblait un appareil simple. « Je peux jumeler ça. »
Ajani sourit, les lèvres fermées. « Encore mieux. »

Karn étendit ses sens jusque dans l'amulette. Il la reproduisit, le métal s'enroulant du bout de ses doigts pour former une amulette identique. Ajani attacha l'original à sa ceinture tandis que Karn fabriquait une chaîne pour sa copie. Karn accrocha l'amulette à son cou, se sentant bizarre à propos de la parure. Normalement, il évitait de telles choses.

Une grive se percha sur le rebord de la fenêtre de Karn, derrière l'épaule d'Ajani.

Si Karn pouvait attirer les Phyrexians, il n'aurait pas besoin de les trouver. Il saurait où ils étaient. Les Phyrexians voulaient neutraliser les armes les plus puissantes de Dominaria. Cela comprenait le Sylex. Il utiliserait la nouvelle de sa présence pour les attirer au grand jour. Mais d'abord, il devait cacher le Sylex dans un endroit sûr.

« Peut-être que si nous pouvions parler à Jaya seule, suggéra Ajani, nous pourrions la persuader. Elle n'est pas diplomate dans l'âme. »
Karn regarda la grive, si immobile, si attentive. « Peut-être. »







Karn se laissa impliquer dans les négociations. Stenn posait un encrier sur la table en granit pendant que Jodah et Jaya donnaient des plumes d'oie à Radha et Aron Capashen. Il n'avait pas voulu interrompre avant qu'ils ne signent. La brise marine soufflait sur le balcon, fraîche avec le printemps qui arrivait.
« Vous êtes une meneuse impressionnante, déclara Aron. Je suis fier d'entrer dans cette nouvelle ère avec vous. »
Radha sourit. « Vous aimez parler chic.
– Et vous aimez être prise pour une brute, rétorqua Aron Capashen. Celui qui vous prend pour une simple guerrière doit vite le regretter. »
Joda sourit. « Radha, Aron apportera cet accord aux autres maisons pour qu'elles le présentent à la ratification. Je l'accompagnerai pour veiller à ce que ce processus soit accompli dans les prochains mois, au cours desquels toutes les hostilités dans les collines de glace cesseront. »
Radha leva les mains, concédant. « Oui, oui. Les sites sacrés ne valent plus la guerre, quels que soient les artefacts qu'ils pourraient contenir. »

Une brise remua la pièce alors qu'une perle de lumière bleu pâle se formait dans les airs. La lumière tourbillonnait vers l'extérieur en un disque qui s'illuminait en azur alors que Téfeiri traversait le vortex. Il avait bien vieilli : ses épaules s'étaient élargies avec l'âge mûr, ses cheveux étaient grisés et sa peau d'ébène portait aussi le rouge chaud de la santé.

« Un autre Planeswalker ? » Aron se renfonça dans son fauteuil, exaspéré.

« Cela doit être un signe de temps intéressants, » s'amusa Radha.
Jodah se leva. « Que s'est-il passé ?
– Ce sont les Phyrexians – ils étaient sur Kamigawa. » Téfeiri ferma les yeux et secoua la tête. « Compte tenu de ce que Kaya m'a dit de ce qu'elle a vu sur Kaldheim...
– Ils peuvent voyager d'un plan à l'autre, » compléta Jaya, les lèvres pincées.
Au bout d'un moment, Jodah dit : « C'est pour le moins alarmant. »

Karn n'avait-il pas expliqué cela à Jaya et à Jodah ? Il l'avait vu, de ses propres yeux. Il avait senti le contact de Sheoldred sur son corps, dans son esprit. Pourtant Téfeiri était arrivé, apportant des nouvelles de seconde main, et Jodah et Jaya croyaient ses affirmations ? Où étaient leurs demandes de « preuve par la localisation » maintenant ?

Karn aurait aussi bien pu être une statue pour tout le respect qu'ils lui avaient témoigné. Et la menace dont Téfeiri les avait prévenus n'était même pas sur Dominaria.

Mais rien de tout cela n'avait d'importance. Un seul fait restait pertinent : « Si les Phyrexians ont voyagé entre plusieurs plans, alors leurs plans d'invasion sont beaucoup plus répandus et bien coordonnés que nous ne l'avions prévu. »
Radha se tendit. « Alors nous devons nous battre. »
Aron secoua la tête. Ses chevaliers semblaient agités, les mains tendues vers leurs épées comme s'ils s'attendaient à se lancer dans l'action. « Je n'aurais jamais pensé que je vivrais pour voir une autre invasion phyrexiane. »
« Le vrai Crépuscule est arrivé, siffla l'un des guerriers de Radha. Comment pouvons-nous combattre de telles créatures ?
– Bien que cela soit terrible, déclara Stenn, ce qui va arriver est pire. »
Jodah accorda à Jaya son expression la plus calme d'à l'aide. Jaya agita la main vers Karn et Ajani, comme si elle leur demandait de se retirer avec Téfeiri, à l'origine de cette perturbation. Radha et Aron n'avaient pas signé - et cela donnait l'impression qu'ils ne le feraient pas. Jodah avait l'air d'avoir mordu un morceau d'aluminium chargé.
« J'ai le sentiment que mon timing n'était pas parfait, déclara Téfeiri.
– Je ne te le fais pas dire, » rétorqua Jaya, en lui lançant un regard significatif.
« Je ne suis pas certain de cette clause de protection mutuelle... commença Aron.
– Il serait peut-être préférable de se tourner vers nos propres rivages, nos propres peuples... » continua Radha.

Karn emmena Téfeiri vers la porte. Téfeiri le laissa faire.



Comme le transplanage avait épuisé Téfeiri, Karn et Ajani le conduisirent dans la suite adjacente à la leur.

Dehors, la pluie printanière s'abattait contre la falaise. Les plants de romarin poussant dans les fissures de la pierre parfumaient l'air qui flottait à travers les fenêtres non vitrées. L'odeur du romarin plaisait-elle à Karn parce qu'il l'aimait ? Ou parce qu'Urza l'avait conçu pour qu'il l'aime ? Karn ne le saurait jamais.

Téfeiri avait toujours poussé Karn à considérer ses origines. Pas toujours agréablement.

« Comment va Niambi ? demanda Karn.
– Elle fournit une aide médicale aux tribus nomades de Djamûraa. » La fierté de Téfeiri envers sa fille rayonnait de lui. « Et Djoïra ?
– Je n'ai pas parlé à Djoïra depuis un certain temps. » Karn souhaita qu'Urza ait fait son visage avec la mobilité humaine et sa subtilité dans les micro-expressions afin qu'il lui soit plus facile de signaler à Téfeiri qu'il ne souhaitait pas en parler.
Ajani jeta un coup d'œil entre Téfeiri et Karn comme si le silence gênant qui s'étendait entre eux était visible, un bout de ficelle suffisamment tendu pour vibrer. « Quelque chose d'autre te trouble.
– Je ne voulais pas dire cela devant les Keldes et les Bénalians, admit Téfeiri, mais ils ont pris Tamiyo. Même les Planeswalkers pourraient être vulnérables à eux maintenant... Nous avons attendu trop longtemps, Ajani. »
Ajani se figea, le choc visible sur son visage. « Tamiyo ? »
Téfeiri hocha la tête avec lassitude. « Nous pourrons en discuter quand je me serai reposé.

Karn regarda les mains d'Ajani se serrer, la colère et le chagrin traversant le visage de son ami. Il ne savait pas qu'ils étaient proches.

« Je devrais me reposer aussi, » dit le léonin après un moment.

Karn accepta cela comme signal de départ. De retour dans sa chambre, il ouvrit la mallette contenant le Sylex et la tablette. Il retira la tablette, referma l'étui et le posa sur la table. Il garderait ça ici, pour faire des recherches. Mais le Sylex... auquel il avait besoin de retrouver une place.

Quelque part en sécurité. Et il connaissait exactement l'endroit.

Karn appuya ses paumes sur le cuivre recouvert de cristal du scrutateur. L'image de Djoïra apparut. Elle n'était plus dans son atelier mais dormait, le visage enfoncé dans son oreiller, ses cheveux châtains noués en une tresse désordonnée sur une joue. Karn laissa son image s'estomper.



Échapper aux gardes d'Huîtrebaie était simple : les gens d'ici avaient peut-être fait autrefois de grands pirates, mais ils n'avaient pas adopté la banale organisation du devoir de garde. Karn, grand dans l'ombre, évitait toute lumière qui émanerait de son corps. Il se glissait à travers les rues sculptées de la ville, collant à l'obscurité, montant et contournant le sommet de la falaise.

Il marchait le long de la colonne vertébrale du vaisseau portail Phyrexian, son métal dégradé adouci par des fleurs sauvages comme des asters violets et des verges d'or, vers une colline recouverte de jeunes érables circinés. Des fougères bruissaient sur les tibias de Karn et l'air humide se condensait sur son corps.

Maintenant à une distance suffisante pour éviter d'atteindre les sens de Jaya et Jodah, Karn traversa les Éternités aveugles brûlantes, y faisant une blessure. Les bords flottaient contre son corps. Il les traversa jusqu'à Shiv et la Plate-forme de Mana, directement dans l'atelier de Djoïra. Il garda un silence haletant, comme si chaque instrument qu'il contenait attendait que Djoïra se réveille.

Karn localisa un placard de fournitures. Il rangea le Sylex et son étui sur l'étagère la plus basse derrière des longueurs de tuyaux dont la poussière promettait que Djoïra n'en avait pas eu besoin récemment. Il généra deux dispositifs : une alarme qui se déclencherait si les tuyaux bougeaient et une autre alarme sensible au poids qui l'avertissait si quelqu'un déplaçait la boîte elle-même. Là. Le Sylex était en sécurité. Ou autant en sécurité que possible. Karn recula dans les Éternités Aveugles.






De retour sur la colline boisée, Karn descendit vers Huîtrebaie. Une lumière scintillait entre les bouleaux pâles au tronc élancé. Une silhouette brandissait une lampe. Karn marqua une pause, mais la lampe avait brillé sur son corps. Il avait été vu. La silhouette se rapprocha. Stenn, le noble de la Nouvelle Argive de la table des négociations.

Un engoulevent appela d'un faible gazouillis qui voyagea entre les arbres.

Et si ses précautions n'avaient pas suffi ?

« Sorti pour vous promener ? l'appela Stenn.
– Oui, dit Karn. Je ne dors pas. Vous veillez tard ?
– Non, je me lève tôt. » À mesure que Stenn s'approchait, ses traits devenaient plus clairs. Sa barbe était taillée et ses cheveux coiffés. « L'aube est le seul moment où je me sens vraiment en sécurité. En paix. Avec l'odeur du pain qui flotte sur la ville, avec les citoyens qui commencent à se réveiller, je peux imaginer que nous ne sommes pas en guerre. »

Le matin avait commencé à blanchir le ciel. L'air avait un goût de rosée et de cannelle.

« J'ai entendu les autres Planeswalkers dire que vous étiez immunisé contre l'influence phyrexiane ?
– En effet.
– Cela signifie que vous êtes peut-être le seul Planeswalker en qui vous pouvez avoir confiance. » Le manteau de zibeline que portait Stenn perlait d'eau. « Vous n'êtes pas le seul à pouvoir lire les signes d'une invasion. Le roi Darien m'a chargé de découvrir les agents phyrexians. De toute évidence, ça ne se crie pas sur tous les toits.
– Que ferez-vous après avoir découvert un tel agent ? demanda Karn.
– Ce qu'il faut faire, affirma Stenn. La seule chose qui puisse être faite. Une fois que quelqu'un est parachevé, il est perdu, qu'il le sache ou non.
– Ils ne le savent pas eux-mêmes ?
– Non, dit Stenn. Je pense qu'ils sont plus utiles aux Phyrexians – et plus difficiles à découvrir – s'ils ne sont pas au courant. »

Il était logique que ceux qui étaient forcés d'agir contre leurs propres intérêts, celui de leurs familles et de leur plan même, soient tenus inconscients de leurs propres actions. Les Phyrexians devaient insérer partout ces dormeurs inconscients. Pourtant, tuer de telles personnes, des personnes qui avaient déjà été si lésées... Le roi Darien avait dû choisir Stenn pour sa cruauté.

« Avez-vous déjà attrapé un tel agent ? demanda Karn.
– Non pas encore. » Stenn regarda la mer aux reflets d'aurore. Les bateaux de pêche glissaient le long des flots, leurs voiles fauves criardes. « La nouvelle de Téfeiri les a effrayés. »
Karn hocha la tête. « Ils ont raison d'avoir peur. Pensez-vous que Bénalia et Keld vont s'unir ?
– Je ne sais pas, admit Stenn, mais je sais que je peux promettre ceci : la Nouvelle Argive se mobilisera. Nous serons à vos côtés pour défendre Dominaria. »
Karn hocha la tête, soulagé que quelqu'un l'ait pris pour une source crédible. Il avait trouvé son premier allié prêt à fournir un soutien militaire. « Nous pourrons discuter des détails plus tard. »

En ville, rares semblaient les éveillés – seuls les boulangers fourraient des pains à la levure dans les fours et les enfants trayaient les chèvres et nourrissaient les poulets. Parfois, Karn imaginait leurs douleurs : perdre un coq de compagnie sur la table à manger, renverser un seau de lait indispensable. Longtemps après la mort de ces personnes, Karn continuerait à réfléchir à leur vie.

Il se sentait vieux. Vieux et fatigué. Et la belle brièveté des enfants semblait un drame insupportable dans cette matinée tranquille.

Lorsque Karn atteignit l'hôtel de ville, Ajani était éveillé, faisant les cent pas entre les rangées de vignes de glycines cordées. Ajani s'arrêta, son corps tremblant de tension, et sa queue fouetta une fois l'air. Karn soupçonnait que ce n'était pas un geste volontaire. Il avait vu comment le léonin semblait étouffer ses manières non humaines lorsqu'il était à proximité d'humains. L'œil bleu d'Ajani capta la lumière dans l'obscurité, sa pupille luisant d'un vert prédateur.

« Karn. Tu penses que les humains sont déjà réveillés ? demanda Ajani. Jodah et Jaya feront asseoir les représentants à la table des négociations une fois de plus aujourd'hui. »
Karn ne pouvait invoquer aucune patience face à la façon dont Jodah continuait de donner la priorité à ce petit conflit humain par-dessus la menace phyrexiane. « Certains le sont. J'ai rencontré Stenn ce matin, et il a engagé les forces de la Nouvelle Argive.
– Alors parlons à Jaya, décida Ajani, avant que les négociations ne reprennent. »



« Vous deux seriez beaucoup plus compatissants envers moi en ce moment si vous aviez entendu parler de cette substance appelée ‘caféine', marmonna Jaya.
– J'en ai entendu parler, répondit Karn.
– C'est ignoble, » ajouta Ajani.

Téfeiri entra dans la pièce et ouvrit les portes du balcon. La fraîche brise marine rafraîchit la pièce, apportant avec elle le chant des oiseaux du printemps. Une mouette atterrit sur le balcon et pencha la tête, regardant le petit pain de Téfeiri d'une manière évocatrice. Une grive se posa sur la rembarde, puis sauta le long de celle-ci. Serait-ce le même oiseau qu'hier ? Comment un oiseau des bois aussi timide, avec sa poitrine orange, pouvait-il tolérer une mouette ?

« Il n'est pas important de savoir qui peut établir quelles taxes à quelle frontière, déclara Ajani. Nous devrions donner la priorité au combat contre les Phyrexians.
– Effectivement. » Karn regarda la grive. « Et garder le Sylex hors des mains des Phyrexians.
– Le Sylex ? commença Ajani. Tu l'as avec toi ?
– Je l'avais en ma possession, répondit Karn, car je prévoyais de le déployer sur la Nouvelle Phyrexia et d'éradiquer la menace phyrexiane à sa source une fois que j'aurai déterminé son fonctionnement.
– Karn, nous nous sommes mis d'accord pour gérer ça ensemble. Tu ne peux pas y aller seul, dit Téfeiri avec gravité.
– Tu as dit toi-même que nous avons attendu trop longtemps. Vous m'avez tous promis votre aide, puis vous m'avez dit d'être patient. Plus pour longtemps, » martela Karn.

La grive ne faisait même pas semblant de picorer des miettes invisibles.

Karn saisit l'oiseau. « Je sais ce que vous êtes.
– Karn... » dit Jaya.

La poitrine de l'oiseau s'ouvrit et des câbles jaillirent. Les câbles, imbibés de sang et de bave, s'enroulèrent autour de la tête de Karn. De la poix glissa sur sa peau et une gueule au centre du tentacule chercha une prise le long de la joue de Karn, ses dents raclant le métal lisse. Karn réajusta sa prise autour du corps glissant de la créature, essayant de le retirer de son visage. Mais ses fils s'étaient enroulés tout autour de sa tête, s'enroulant en un épais enchevêtrement sur sa nuque. Les dents de la créature s'accrochèrent à la lèvre de Karn. Elle lui enfonça des protubérances en forme d'aiguilles, comme s'il voulait lui injecter une substance, et les aiguilles se cassèrent.

« C'est trop près de Karn, cria Jaya. Je ne peux pas le faire exploser.
– Laisse-moi... » dit Ajani.

Du limon se détacha de la créature et grésilla sur la peau de Karn, corrodant son métal. Ça fait mal. La créature enroula ses tentacules entre les articulations du cou de Karn et autour de ses épaules, comme si elle essayait de le disloquer. Karn grogna et serra ses doigts entre le corps glissant de la créature et son visage. Il la força à s'éloigner de lui, le jetant à travers la pièce où elle heurta le mur opposé et glissa. La créature rampa comme une chenille en direction de la porte.

Téfeiri leva les mains, ralentissant la créature dans un champ flou pour l'empêcher de s'échapper rapidement. Ajani se précipita en avant et perça la créature avec ses griffes, la clouant au sol. Elle criait et se tordait. De l'acide jaillit de la blessure.

Karn, le visage encore fumant de la boue corrosive de la créature, tendit les deux mains, l'une sur l'autre. Il généra une cage à oiseaux, la construisant depuis en le haut jusqu'à ce que les barreaux se réunissent en un dôme. Ajani arracha la monstruosité du sol et la jeta dans la cage.

Elle secouait les barres en vociférant.

Jaya croisa les bras. « Il s'avère que Jodah a de plus gros soucis que les impôts. »



Karn plaça l'oiseau phyrexian sur la table de négociation en granit. Jodah se pencha vers elle, les yeux écarquillés. La créature dans la cage lui siffla dessus. Aron Capashen avait l'air malade. Ses chevaliers bénalians n'avaient pas bougé, leur discipline restée à toute épreuve. Radha le fixait, les yeux brillants. Ses guerriers s'étaient mis à murmurer des prières. Les lèvres de Stenn s'étaient amincies de satisfaction d'avoir fait valoir son point de vue.

« Ils sont là, murmura Jodah. Parmi nous.
– Je vous ai dit... » dit Stenn.

Trois des chevaliers bénalians explosèrent dans leur armure. Leurs yeux s'ouvrirent en une pluie d'huile noire scintillante et leurs mâchoires se dilatèrent, des dents de métal émergeant de leur chair pour clouer leurs gueules béantes. Des fibres métalliques se tortillaient entre les interstices de leur armure. L'une des créatures se tourna vers la table de granit, ses mains griffues jointes en un double poing. Il claqua ses mains sur la table de granit, la brisant en deux.

« Les négociations sont terminées, » dit-il.

Son camarade saisit Aron de ses tentacules tordues, l'enveloppant comme une araignée le ferait d'une mouche.

Karn s'avança à grands pas, Téfeiri et Ajani le flanquant. Jaya leva les mains, invoquant le feu dans ses paumes. Jodah rassembla de l'énergie, déformant l'air autour de lui avec des rubans de couleur, puis le solidifia en un champ de force pour protéger des Phyrexians les soldats bénalians inchangés.







« Pour Gerrard ! » beugla une femme en levant son épée. Elle dépassa la barrière de Jodah pour charger contre ses ex-camarades. Le chevalier phyrexian évita son coup en se divisant en deux : il glissa en deux morceaux charnus, les jambes jaillissant de ce qui avait autrefois été des organes internes luisants. Les deux moitiés attaquèrent.

« Le premier vent d'ascension est Forgeron », appela Radha en reculant vers la porte. Elle – de même qu' Aron – était venue à la table des négociations sans armes.

« Brûlons l'impureté ! » beuglèrent ses guerriers, se mettant en formation autour d'elle pour la protéger. Ils combattaient les tentacules qui les fouettaient et les saisissaient en coupant les membres des Phyrexians. Mais tout appendice qui frappait le sol semblait prendre vie de lui-même, faisant pousser des pattes et des dents, se tortillant vers les Keldes qui battaient en retraite.

Les Argiviens se replièrent, rejoignant les Keldes, combattant avec leurs rapières, les armes de nobles qui n'avaient jamais vu de bataille et ne s'y attendaient pas. Stenn lui-même ne brandissait qu'un poignard. Séparé des siens, il reculait entre les éclats de la table brisée jusqu'à atteindre la couronne de flammes protectrices de Jaya. Karn avait presque atteint Aron.

Le Phyrexian qui le tenait lâcha un rire sourd comme une valve à vapeur qui s'ouvre. Il enroula son corps autour d'Aron et bondit sur un balcon voisin. Ajani grogna de frustration et se lança à sa poursuite.

Ajani ! Karn ne pouvait pas suivre – les balcons se briseraient sous son poids s'il essayait de sauter après Ajani au pied léger. Karn fit un bruit, bas dans sa poitrine, de frustration, et recula d'un pas. Téfeiri jura.

« Je ne peux pas sauter à cette distance, » déplora Téfeiri.

Les Keldes avaient atteint la porte.

« Je ne souhaite pas vous quitter, Archimage, cria Radha. Keld est aux côtés de Dominaria – pour les Dominarians. Nous combattrons ce sacrilège à vos côtés, pour défendre tous les peuples.
– Partez, cria Jodah. Nous nous battrons ensemble un autre jour !
– Il y en a trop, constata Karn. Bloquez-les dans cette pièce ! »

Radha hocha la tête une fois.

Les doubles portes en cuivre se refermèrent en claquant, enfermant les Planeswalkers et le mage dans la pièce avec les Phyrexians.

Jaya fit de hauts cercles avec les mains et, empêchant les Phyrexians d'atteindre Jodah, le protégeait. Sa flamme était blanche d'une chaleur puissante. Karn ne doutait pas que la magie de Jaya puisse vaincre même cela. Il passa à travers la chaleur. Elle brûlait les tentacules essayant de se tortiller dans les articulations de son corps, mettant un terme à leur vie artificielle.

« Autant j'aimerais faire ça toute la journée, commença Jaya, lançant une boule de feu sur un morceau de métal et de chair qui se tordait, Jodah ?
– J'ai invoqué l'énergie. » Les yeux de Jodah en étaient illuminés, sa peau incandescente. « Mais j'ai besoin de savoir où la diriger pour créer le portail. Un endroit sûr.
– Argivia, » haleta Stenn. Il lui enleva un morceau de tentacule avec sa lame et le piétina. Du sang et de l'huile jaillirent sous sa botte, et il se tourna vers le prochain tentacule envahissant et le transperça. « La tour de guet de la Nouvelle Argive.
– C'est un endroit aussi sûr que n'importe quel autre. » Karn se retira vers Jodah, Téféri à ses côtés.

Le portail de Jodah apparut derrière lui. Il s'ouvrit comme une porte taillée dans l'air lui-même, révélant une petite pièce circulaire.

Jodah s'y retira pour le soutenir de l'autre côté.

« Je vais les retenir, dit Jaya, brûlant les câbles qui se tordaient avec son feu. Si vous pouvez passer le portail, je ferai exploser cette pièce avec un tel feu qu'il ne restera plus un seul morceau de Phyrexian. Allez !

– Mes remerciements, » dit Stenn. Il recula également à travers le portail.
« Et le mien aussi, » dit Téfeiri, et il disparut à travers le vortex tourbillonnant.

Jaya sourit de triomphe alors qu'elle levait les mains dans un flamboiement de feu et mettait le feu à toute la pièce. Les cris des Phyrexians, humides et surnaturels, sifflaient.

Karn franchit le portail. La magie chatouilla sa peau et l'avala, le déposant de l'autre côté. Une forme, en l'air, passa devant lui. Karn se retourna pour le chercher. Il ne pouvait voir aucun mouvement dans la petite pièce à part ceux qui étaient arrivés avec lui : Stenn, Jodah, Jaya, Téfeiri et lui-même.

Jaya, la dernière à franchir le portail, rejoignit Karn à ses côtés.

Jodah ferma le portail et s'effondra, s'affaissant au sol. Transporter autant de personnes n'était pas une mince affaire, même pour Jodah.

Les humains étaient tous assis par terre, transpirant, haletant et saignant, tandis que Karn restait debout. Il fouillait la pièce à la recherche de l'ombre vacillante. La salle de la tour avait de minuscules fenêtres cintrées qui l'entouraient et était vide à l'exception d'un piédestal au centre, qui semblait avoir un panneau de contrôle dessus. Au-dessus d'eux, une lumière dorée scintillait à travers un cristal – non, pas un cristal : une pierre d'énergie.

Une ombre passa sur la surface de la lithoforce.

« L'un d'entre eux nous a suivis, prévint Karn.
– Nous ne devons pas le laisser s'échapper. Il pourrait faire des ravages dans la ville. » Stenn actionna une bascule sur le panneau de contrôle central. La tour de guet eut un heurt tandis que les engrenages prenaient vie. L'intérieur des murs résonnait du bruit des chaînes en mouvement. Les volets en acier et les portes anti-souffle claquèrent, bloquant toute lumière. La pièce parut instantanément plus étouffante, plus inquiétante. Stenn tendit la clé à Karn. « Tu es le seul à être incorruptible, donc il est juste que tu l'aies. »
Jaya cogna son épaule contre celle de Jodah. « Tu ne te lasses jamais d'avoir raison, n'est-ce pas ?
– Les millénaires peuvent faire leur effet, mais non. Non, ce n'est pas le cas. » Le sourire de Jodah s'estompa et il se tourna vers Karn.
« Rien ni personne ne peut partir pendant que la tour est verrouillée, » affirma Stenn.
Téfeiri regarda les volets en acier. « Nous devons capturer et détruire le Phyrexian piégé ici. Et nous devons déterminer si l'un d'entre nous a été compromis. Nous devons savoir à qui nous pouvons faire confiance avant de pouvoir planifier comment les vaincre.
– D'accord, » dit Jodah.

Le groupe inspecta la pièce. La petite chose phyrexiane qui les avait accompagnés s'était échappée de la chambre. Karn supposa qu'il devait s'être enfui par une fissure dans la pierre. Il attacha la clé à la même chaîne qu'il avait utilisée pour accrocher le scrutateur et la balise pour invoquer l'Aquilon et se tourna pour faire face à ses compagnons. Un frisson de malaise traversa son corps, comme si un courant électrique le traversait. Jodah, Jaya, Téfeiri, Stenn...Comment pouvait-il déterminer à qui il pouvait faire confiance ?

Si les Phyrexians étaient déjà sur Dominaria, à qui pouvait-on faire confiance ?

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  6

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

1 Louange(s) chantée(s) en coeur


Khos le Zémourien, Le 13/09/2022

Balèze !! On sait que Ajani est compromis...ce n'est qu'une question de temps, ça fait bizarre...
Aprés le récit est agréable. MERCI !!!

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.