Vieux conte : Prisonnier du Skep - Magic the Gathering


Vieux conte : Prisonnier du Skep

Articles

Drark Onogard, le , 295 consultations , 3

Prisonnier du Skep ; ou comment j’ai rencontré les slivoïdes… et vécu pour en conter l’histoire ! Vous assisterez ici à la découverte sur Shandalar de l’engeance la plus métamorphe du Multivers.

  La storyline de Magic / Magic 2014

Vous assisterez ici à la découverte sur Shandalar de l'engeance la plus métamorphe du Multivers. Vous trouverez l'article original ici.

Prisonnier du Skep ; ou comment j'ai rencontré les slivoïdes... et vécu pour en conter l'histoire !



« L'un d'eux a émis une étrange série de clics assourdissants et de commandes gutturales, puis des bras griffus ont émergé d'eux. N'y a-t-il aucune limite à leurs adaptations ? »
—Hastric, éclaireur thunien



Rapport sur une menace urgente pour toutes les nations civilisées
par Hastric, éclaireur à l'emploi d'Ardestan


Une éternité apparente de lutte à travers la sauvagerie d'un pays maudit m'amena enfin aux frontières du territoire que je cherchais depuis si longtemps. Déguenillé, affamé et harcelé par la vermine sanguinaire de toutes sortes, je ne ressemblais plus à cet audacieux aventurier qui s'était mis en quête de gloire et de fortune dans le vaste désert. Le logement et la subsistance étaient mes principaux besoins maintenant.

J'inspectai les environs. J'étais enfin arrivé sur les rives de la mer de l'Est, un royaume né sous une mauvaise étoile qui avait connu de nombreux conflits ces derniers temps. Les échos d'anciennes guerres de mages résonnaient encore ici, conservés dans d'étranges formations de pierres non naturelles et de formes ambrées qui poussaient comme une forêt profane des falaises battues par les vagues. Chaque roche, semblait-il, renfermait d'anciens monstres nés dans un chaos primordial, maintenant préservés comme des ombres éternelles dans la terre torturée.

Des marques étranges ont marqué les pierres et le sol fin et aigre. Elles ressemblaient aux cicatrices laissées par les bêtes pour marquer leur territoire, comme les ours griffent les arbres. Mais celles-ci ne ressemblaient à aucun des terrains que j'avais rencontrés au cours de mes nombreuses expéditions et je commençais à craindre d'être parmi des êtres qui ne ressemblaient à rien de familier. La notation semblait changer à mi-chemin du passage d'un individu, devenant de plus en plus éloignée, puis disparaissant presque à mesure qu'elle devenait plus fine et plus petite. Je m'étais accroupi près d'une falaise pour examiner de plus près une série de pistes et m'arrachais pour extraire mon carnet de notes et mon stylo afin de les enregistrer avec la plus grande exactitude possible, lorsqu'un son venant d'en haut m'avertit du danger. Je commençai à lever les yeux.

Trop tard.

Je fus frappé par tout le poids d'un gourdin de défonceur, et toute sensibilité s'enfuit pour un temps.

La conscience revint, accompagnée d'un mal de tête impie et d'un baragouin étrange et criard. J'ouvris les yeux pour me retrouver à moitié enseveli au milieu d'une terre meuble, de dalles de schiste et d'autres détritus, au fond d'une caverne souterraine. La lumière tamisée filtrait à travers une petite ouverture en hauteur, là où la terre avait apparemment cédé. Ma petite lame, la seule protection que j'avais apportée lors de mes voyages, était introuvable et était très probablement ensevelie sous la chute de pierres.

J'avais apparemment sombré dans une sorte de nid bête. Sur toutes les surfaces, des êtres essaimés sortaient du cauchemar, avec des yeux brillants comme des pierres précieuses et des "cheveux" qui ressemblaient davantage à des tentacules tremblants d'une méduse ou d'un polypode. Beaucoup étaient d'apparence bestiale, mais quelques-uns pouvaient être considérés comme humanoïdes. Tous étaient recouverts de plaques chitineuses qui scintillaient et glissaient comme des machines huilées. Les créatures se chamaillaient dans une raquette sans fin alors qu'elles poursuivaient des tâches par cœur sans aucun but apparent.

Alors que ma tête s'éclaircissait, je commençais à me demander : Comment avais-je survécu à mon arrivée fâcheuse ? Je me concentrai un instant sur ma condition physique et ne sentis rien de plus grave que quelques égratignures et un gonflement de la taille d'un œuf à la base de mon crâne. J'essayai de lever expérimentalement un bras à moitié épinglé et constatai avec horreur qu'au cours de mon état inconscient, mon inclinaison naturelle avait façonné mon corps de façon à ressembler à ceux de mes étranges compagnons - le membre incliné par un membre griffé et articulé. Instinctivement, je commençai à ramener ma forme à son état le plus typique. Au fur et à mesure que je le faisais, les picotements devenaient de plus en plus forts et excités, et les membres supérieurs des créatures les plus proches commençaient à onduler et à se reformer. Devant mes yeux, ils devinrent tentaculaires, puis arborèrent des mains à cinq doigts qui s'agrippaient dans les airs.







Apparemment, les choses m'avaient pris pour un membre de leur famille et m'avaient laissé à moi-même. Bien qu'ils aient clairement eu une sorte de changement de forme, je sentis qu'un changement trop rapide ou extrême de ma part pourrait être perçu comme une menace. Je me détendis à nouveau dans la forme des autres et me reposai doucement. Le bruit incessant revint à son rythme normal, et les créatures se concentrèrent à nouveau sur leur travail incessant. Je me rendis compte que ma situation offrait une occasion unique d'explorer et d'approfondir nos connaissances sur cette étrange colonie, tant que je pouvais éviter toute attention hostile.

En regardant plus attentivement mon environnement, je remarquai autre chose. Partout, dans les dalles de pierre de schiste qui formaient la caverne, je pouvais voir une myriade de créatures fossilisées. Elles étaient écailleuses, plaqués, avec des griffes de crabe, de longues queues, des probosces allongées. Quelque chose à leur sujet était inévitablement familier et, dans un éclair d'intuition, je réalisai que ces spécimens conservés devaient être proches des êtres qui m'entouraient. Qu'est-il arrivé pour les changer si fondamentalement ?

Peut-être que mon enquête pourrait en dire plus sur leur histoire et leur origine. Heureusement, mon journal était toujours à portée de main, la plume courbée encore coincée au milieu de ses pages. Si je pouvais garder ma posture et garder mon corps détourné en partie des autres, je pourrais peut-être enregistrer subrepticement mes expériences.

Je commençai à me déterrer des décombres avec précaution, tout en essayant d'imiter les mouvements extraterrestres de ceux qui m'entouraient. Leur battement surnaturel dépassait mes capacités, cependant. Il y avait plusieurs ouvertures dans la caverne et je commençai à avancer lentement vers l'une d'entre elles, lorsque la ruche fut désorganisée par la soudaine apparition d'un spécimen monstrueux de ce type. Il frappa impérieusement les petites créatures qui se ruèrent en une formation à ses pieds. Alors que je restai, irrésolu, le géant tourna vers moi son visage horrible et répéta son ordre terrible. Je décidai de rejoindre le mouvement général plutôt que de risquer la suspicion.







Le grand se dirigea délibérément dans un tunnel, suivi du groupe de petits êtres et de moi-même. Je perdis rapidement la trace des nombreuses méandres que nous suivions jusqu'à ce que nous arrivions enfin dans une autre chambre. Je louchais à la lumière qui, bien que faible, était néanmoins plus lumineuse que mon emplacement précédent. Autour de moi se trouvaient des objets sur des étagères construites dans un mur incurvé apparemment fabriqué à partir de dalles ambrées. Une lueur jaune maladive filtrait à travers ces plaques dans lesquelles étaient suspendues des formes inhumaines. Une myriade d'ouvertures se creusaient dans toutes les directions, y compris de haut en bas.

Lorsque mes yeux se sont ajustés, je vis que des dizaines d'autres créatures remplissaient l'endroit. Beaucoup ressemblaient aux drones (ou "thrums", comme j'avais commencé à penser à eux) qui m'entouraient. D'autres, un peu plus grands, étaient accroupis contre ses murs, grattant la pierre tendre, tandis que d'autres encore craquaient et claquaient dans ce qui ressemblait à un chant. Au-delà, il y avait des formes qui confondaient mon œil : des globes translucides qui se développaient comme des pustules sur les murs, des formes de cauchemar qui se tordaient dans leurs membranes. Ils ne ressemblaient en rien à des œufs, mais quels embryons allaient-ils faire éclore ? D'autres thrums rampaient au-dessus et entre les gousses gonflées, les soignant comme des abeilles ouvrières dans une ruche.

Sous moi se trouvait la pierre, à l'intérieur de laquelle demeurait la forme d'une autre horreur ancienne. Le géant pétrifié ressemblait clairement à ceux qui remplissaient les murs, mais il était encore plus insectoïde et étranger que les fossiles que j'avais vus auparavant. C'était aussi immense, plus grand qu'un dragon. Les lambeaux d'armures et de vêtements, ainsi que les fragments d'os, qui racontaient mutuellement le destin de ceux qui m'avaient précédé dans ce monstrueux repaire, étaient d'une importance plus immédiate.

Je pris conscience d'étranges marques sur les murs de schiste : une sorte de gravure grossière parmi les fossiles toujours présents. Intentionné alors que j'étudiais mon environnement, je n'avais pas compris au début que le chef "s'adressait" à nouveau au groupe. À son signal, les thrums se répandirent à travers la chambre et commencèrent à se balancer au rythme des chants. J'imitai leurs mouvements du mieux que je pouvais, tout en me demandant quel était l'objectif de ce rassemblement.

Les bruits cessèrent. Un nouveau personnage était entré dans la salle, pas aussi grand que celui qui nous avait conduits ici, mais exsudant une autorité évidente. Sa forme était plus proche de l'homme que celles que j'avais vues jusqu'à présent. Tous les yeux étaient rivés dessus alors qu'il commençait à déclamer en cliquetis un discours fluide. Bien que je ne comprenais pas les sons barbares, il existait une organisation évidente suggérant au moins un niveau d'intelligence légèrement supérieur. (J'ai surnommé cette forme « prime » et les versions plus bestiales « prédateurs ».) Elle se retournait et parlait, faisant des gestes à son auditoire, aux murs, à l'horreur dans le sol de pierre. Sa forme se tordait et se déplaçait constamment, ressemblant parfois aux spécimens conservés qui se dressaient dans l'ambre, à d'autres formes variées qui m'entouraient. Il alternait entre plus lourd, plus blindé, avec des griffes et des crocs surdimensionnés ; puis étendu dans une forme plus serpentine ; puis retournant à sa forme originale.







J'ai compris qu'il menait un appel-réponse, les spectateurs se déplaçant selon des schémas précis et répondant à son cliquetis de manière rituelle. Une séquence particulière de clics et de bourdonnements fut répétée à plusieurs reprises. Était-ce une sorte de rituel religieux ? Peut-être l'étrange performance racontait-elle l'histoire de l'origine ou de l'arrivée des créatures sur ce monde. Ou peut-être que c'était une danse de guerre !

Bien que la pensée de l'évasion fût la plus haute des préoccupations dans mon esprit, je réalisai que j'avais le devoir d'avertir le monde civilisé de cette menace surnaturelle. Plus je pourrais en apprendre davantage sur leur histoire et leur nature, mieux je pourrais armer la société contre eux. Ensuite, pendant que la ruche était occupée, je pourrais peut-être mieux en explorer les secrets. Seulement après avoir étudié tout ce que je pouvais, je pourrais retrouver la lumière du jour.

En me balançant du mieux que je pouvais avec la foule, bien que ma gorge ne puisse pas former les sons barbares qu'ils faisaient, je me dirigeai lentement vers l'une des entrées. Je glissai en partie dans le tunnel, apparemment sans attirer leur attention. Je fouillai mon cahier et esquissai rapidement une partie de ce que j'avais vu. Il restait de l'encre séchée sur la plume du stylo, que j'humectai de la langue - suffisamment pour un disque brut. Je l'aurais trempé dans mon propre sang si nécessaire.

Je reculai plus loin de la salle de chant et fus bientôt plongé dans une obscurité sans fin. Je ne pouvais que progresser au toucher, craignant à tout moment que mes mains rencontrent un monstre plaqué. Mes oreilles surveillaient le son du bourdonnement omniprésent, que je me détournais chaque fois que je trouvais un passage approprié. Je sentais le poids du rocher au-dessus de moi, l'air s'épaissir et je sus que je descendais. Peu à peu, je choisis mon chemin vers le bas. L'odeur étrangère de la ruche, dont la saveur avait rempli ma conscience pendant si longtemps que j'avais cessé de le remarquer, commença à se dissiper. À sa place, il y avait une nouvelle odeur : eau salée, varech de mer. Quelque part à proximité, il devait y avoir une issue. Je laissai mes sens me guider, même si je frissonnais encore à la pensée des horreurs à proximité.

Lentement, je pris conscience d'un changement dans la texture de la noirceur primitive. L'odeur de la mer devint plus forte et je commençai à distinguer les formes vagues de mon environnement. Pas à pas, je m'avançai, jusqu'à ce que je parvienne à une ouverture dans une nouvelle caverne, assez différente de celles que j'avais vues jusque-là et visiblement inhabitées. Cela semblait beaucoup plus vieux, en quelque sorte. La lumière bleuâtre éclairait faiblement l'étendue depuis une petite ouverture située de l'autre côté, et j'entendais, dans les lugubres confins, le son des vagues qui déferlaient sur le rivage.

Je me tenais sur un véritable pavé de fossiles comme ceux que j'avais vus suspendus dans l'ambre, ainsi que parmi des tas d'os et de carapaces bien secs et de la forme de mes ravisseurs et de ceux de chauves-souris, de poissons et d'insectes. Sur les murs étaient peintes des formes suggérant des insectes et de petits animaux volants, ainsi que des fossiles omniprésents, dans des dalles aménagées pour les montrer prostrées. Un long intervalle, puis quelques rayures grossières, imprégnées de pigments, qui représentaient des êtres comme ceux qui pullulaient au-dessus. Les premiers de la séquence étaient petits, à quatre pattes, mais avec des vrilles, ces créatures se partageaient toutes, puis de plus en plus de variétés et de tailles, y compris les spécimens bipèdes qui semblent diriger les activités de la colonie. Certaines volaient avec des ailes de chauve-souris, d'autres portaient de grandes cornes, d'autres encore avaient les pattes à ailettes comme celles des grenouilles ; il y avait un nombre incalculable de formes différentes.

Tout ce qui avait transformé la race des géniteurs s'était évidemment produit dans cette grotte en bord de mer - et pour autant que je sache, beaucoup d'autres comme elle. De toute évidence, ces anciens prédateurs avaient mangé les plus petites créatures, mais comment cela s'est-il lié à leur évolution particulière ? La danse étrange que j'avais observée aurait pu être destinée à reproduire cet événement d'une manière ou d'une autre. Peut-être une maladie étrange, ou une malédiction magique quelconque, avait-elle été portée par les animaux d'élevage ? Ou bien les horreurs plaquées pourraient bien être venues ici d'un autre monde - emportées par une tempête d'aether, peut-être - et avoir été irrévocablement modifiées par leur arrivée ici.

Toute ma rébellion contre cette idée, mais une déduction froide et logique m'a conduit à la conclusion inévitable : cette grande ruche était construite, non trouvée, par les choses à la brutalité qui l'habitaient maintenant - ou du moins par leurs ancêtres. Bien qu'ils n'aient manifestement pas d'intelligence sophistiquée, ils étaient suffisamment intelligents et organisés pour présenter une terrible menace.

Ma rêverie fut interrompue par des cris derrière moi, alors qu'un certain nombre d'horreurs se précipitaient dans le tunnel que j'avais suivi. Je n'avais plus le temps d'étudier le mystère et sprintai vers la sortie de la grotte marine, adoptant ainsi une forme plus adaptée à une évasion aquatique. Certaines créatures se hérissaient, comme un hérisson, alors que les différentes plaques et épines de leurs corps s'allongeaient et étaient ensuite lancées en tant que missiles mortels. Des nuages ??de fléchettes volaient autour de moi lorsque je sautais dans l'eau et l'une d'entre elles me transperçait la jambe. Mais mon déguisement me préserva et, alors que je glissais sous les vagues bénies, je ne pouvais plus entendre les cris tremblants.







Je joins à présent pour votre édification un résumé des caractéristiques et des formes des êtres que j'ai rencontrés, ainsi que de la plaque lancée qui m'a blessé, avec son fluide mystérieux toujours présent, même s'il est coagulé. Vous trouverez également des croquis détaillés de ce grand nid ou ruche, qui dans leur langue cliquetante, ils appellent le Skep. J'ai surnommé ces créatures étranges « slivoïdes ». Même si elles sont mal éduquées, elles constituent un grave danger pour les peuples civilisés du monde entier. Plus nous pouvons en apprendre davantage sur elles et sur leurs forces et leurs faiblesses, mieux nous pourrons nous préparer à les exterminer. Pour le progrès.

Edité 1 fois, dernière édition par Arwen le 22/03/2021

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  2

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

3 Louange(s) chantée(s) en coeur


maitredragon, Le 22/03/2021

Il aurait mieux fait des les appeler des predators, ca aurait été plus juste...

2 réponse(s)
Khos le Zémourien, Le 22/03/2021

Yautja, très cher... des Yautjas..

maitredragon, Le 22/03/2021

Soyons précis ^^

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Une boîte à bac Strixhaven ! Vous, vous avez appris la VRAIE magie à :

Résultats
(déjà 165 votes)