Vieux conte : La Poursuite - Magic the Gathering


Vieux conte : La Poursuite

Articles

Drark Onogard, le , 261 consultations

Retour sur Ravnica, dans le Labyrinthe du Dragon. Les Izzet ne sont pas les seuls à mener des expériences dérangeantes et dérangées ! Madarrak, ghildmage, en fera l’expérience amère.

  La storyline de Magic / Le Labyrinthe du Dragon

Les Izzet ne sont pas les seuls à mener des expériences dérangeantes et dérangées ! Madarrak, ghildmage, en fera l'expérience amère. Vous trouverez l'article original ici et ici.

La Poursuite : partie 1



Une couche de tension imprégna le laboratoire qui fit même siffler la signature d'Izzet et le craquement d'innombrables pièces en mouvement sembla lointain. Pour le ghildmage vieillissant, Madarrak, rien n'existait à ce moment-là, sauf par anticipation.





L'anticipation et bien sûr l'expérience. Il y a toujours une expérience. Celle-ci se dressait au milieu du laboratoire, une construction mécanique énorme qui ressemblait à une armure qui aurait pu être façonnée pour un ogre. Mais à la place de la tête ou du heaume se trouvait un ensemble de leviers de commande, de manomètres et un siège sur lequel était assis un gobelin nerveux. Il regarda le gobelin effectuer une séquence de commandes en tournant les interrupteurs. Madarrak n'avait besoin que d'une percée.

Un léger ronronnement rompit le silence. Cela commença comme un léger bourdonnement mais gagna en intensité jusqu'à devenir un grondement, plus ressenti qu'entendu. L'air devint sensiblement sec. « Ça vient ! » dit Castan, une préposée vedalken aux côtés de Madarrak, qui s'efforça de se faire entendre par-dessus le vacarme. Elle passa ses lunettes de protection de son front à ses yeux, comme un éclat d'électricité bleue brillant, suspendue entre deux bobines de conducteur qui dépassaient des épaules de la construction, à proximité du pilote gobelin. Le courant électrique dansa frénétiquement, et bientôt, d'autres éclairs apparurent dans le laboratoire, obligeant Madarrak et son accompagnateur à regarder la présentation de derrière une lourde table de travail en bois.

Le gobelin actionna un levier. La carcasse fit un pas en avant, son pas lourd résonna comme le succès des oreilles de Madarrak. Il fit un autre pas. Et un autre. Il marchait et était stable, travaillant exactement comme il l'avait conçu pour fonctionner.

Puis quelque chose d'inattendu se produisit. La construction prit de la vitesse et, en un instant, Madarrak la vit traverser le labo. Avant d'être renvoyé de son siège, le pilote gobelin la dirigea vers la porte. Sortant du laboratoire à une vitesse de plus en plus rapide, la construction dévala le couloir du sous-sol en pierre et disparut. Madarrak grimaça à chaque pas et Castan courut à la porte ouverte à temps pour voir la construction défoncer tout droit à travers le mur de pierre à l'autre bout du couloir et s'effondrer au sol, immobile, dans le tas de décombres qu'elle avait créé. Des éclaboussures d'énergie électrique sporadiquement craquaient sur son châssis.





Le nettoyage fut rapide, la destruction étant une routine dans les installations d'essais de l'Izzet. Avec la force d'une douzaine de gobelins et de Yzaak, le colosse cyclope au service de Madarrak, la construction fut renvoyée au laboratoire.

« Vous étiez très proche ce coup-ci, Mentor, » dit Castan en fouillant dans les décombres de la pièce. « L'appareil de transport à deux pédales attirera l'attention des Izmagnus. »

« L'Izmagnus ne signifie rien pour moi. Seule l'attention de Niv-Mizzet compte. Mais nous sommes proches. Nous devrons simplement, euh... » Madarrak s'éloigna. Quelque chose dans les débris attira son attention. Dans la fente formée par deux pierres de mur tombées, une lumière clignotait.

Castan tenta d'achever la pensée de son mentor : « Oui, nous allons y remédier. Je pense que le problème est de savoir comment la consommation de mana est réglementée. Il est clair que le système ne pourrait pas s'en occuper, mais j'ai quelques idées sur la manière de remédier à cela. Mentor ? » Madarrak tenait dans ses mains une planche de bois qu'il utilisait pour tenir l'une des pierres de côté. La lumière, émanant d'un disque de la taille d'une paume, continuait à clignoter à intervalles réguliers, et Madarrak la ramassa des restes éclatés d'une petite boîte en bois brisée lors de l'effondrement. « Qu'avez-vous trouvé ? »

« Je ne le sais pas », déclara Madarrak.

Le mentor et son accompagnateur restèrent debout et observèrent la lumière clignotante suffisamment longtemps pour discerner un motif simple dans ses impulsions régulières, qu'il parcourait encore et encore.

Madarrak retourna l'objet dans sa main et vit l'icône du dragon d'Izzet gravée à cet endroit. Au-dessous du dragon étaient gravés trois petits cercles, disposés de manière à former chacun un coin d'un triangle inversé. Alors qu'il étudiait attentivement les formes, dans l'espoir de deviner leur sens, ou peut-être de se rappeler d'une information lointaine pertinente, l'objet se redressa brusquement et le frappa au front.

« Mentor ! »

Le vieux mage tourna en arrière et, avec une force propre, l'objet glissa vers le trou dans le mur. Avant que ça puisse aller loin, Castan la plaqua sous sa botte.



Madarrak était assis sur un tabouret, penché en avant, les mains sur ses genoux. C'était l'endroit le plus haut qu'il avait connu depuis plusieurs années à Nivix, l'imposant hôtel de ville de la ligue Izzet. Niv-Mizzet, le Cérébropyre, le Dracogénie, discutait de l'objet qu'il avait trouvé, peut-être même en train de discuter avec lui. Les doigts du vieil homme tapaient pendant qu'il attendait.

Il entendit une porte s'ouvrir, puis se fermer. Il se leva pour voir un homme vedalken, orné des rayures bleues et rouges d'Izzet, adossé à une canne Mizzium. Le vedalken parla alors qu'il fermait la distance entre Madarrak et lui. « Avez-vous déjà entendu parler d'un objectif à focale hypermana ? »

« Pardon, Chambellan Pelener ? »

« Peu importe. Je ne le pensais pas. » Le vedalken, préposé principal de Niv-Mizzet, atteignit Madarrak. "Mais vous avez entendu parler du chimiste, Erno Zslod, n'est-ce pas ? »

« Bien sûr, » dit Madarrak. « J'étais nouveau dans la ligue quand il a disparu alors qu'il menait une expérience. J'ai entendu dire qu'il avait du talent. »





« Tout à fait vrai. Il a disparu en testant un objectif à focale hypermana, et après un certain temps, il était évidemment présumé que quelque chose s'était mal passé. » Le chambellan mit la main dans sa poche et sortit l'objet clignotant. « Il s'est avéré que ce n'était pas une erreur, mais un succès inattendu. Vous voyez, Niv-Mizzet l'a reconnu. Le Dracogénie a expliqué qu'il s'agissait d'un mécanisme de réceptacle, d'un récepteur, créé pour localiser quelque chose, même sur de très grandes distances. Vous avez vu ce mouvement, apparemment de sa propre volonté, correct ? »

Madarrak toucha son front meurtri et acquiesça. « Vous voyez, » continua le Chambellan, « celui-ci appartenait à Erno Zslod. » Il indiqua les trois cercles sur l'objet. « Apparemment, il a été scellé par ses assistants avec une grande partie de son équipement, et il serait resté caché si vous n'étiez pas au bord d'une catastrophe. Niv-Mizzet a été bouleversé par cela plus qu'un instant, Madarrak. Il a dit que la seule façon dont cela pourrait continuer à fonctionner était s'il restait quelque chose à trouver. Erno Zslod n'a pas disparu. Il s'est téléporté. Niv-Mizzet veut que vous trouviez Erno Zslod et tout ce qui l'a transporté, et il veut que vous les rapportiez. » Le Chambellan Pelener rendit l'objet palpitant à Madarrak.



Lorsque Madarrak est retourné à son laboratoire, il ne perdit pas de temps à se préparer à partir en mission pour le chef de la guilde. « Castan », dit-il, « prépare mes affaires. »

Castan sortit la tête de derrière un livre colossal. « Hmm ? Oh, pendant que vous parliez avec Niv-Mizzet, j'ai pu réparer... »

« Je ne lui ai pas parlé directement, mais nous sommes maintenant sur sa course et nous devons partir immédiatement. Vite maintenant ! »



C'était calme en dehors de la cacophonie du Nivix, mais dans les tunnels humides de la Citerraine de Ravnica et des égouts, le calme était palpable. Les murs étaient glissants avec des algues qui avalaient tout bruit, donnant à l'air une certaine épaisseur. Avec une grande détermination, Madarrak s'avança dans l'obscurité. Castan, un vedalken dégingandé, et Yzaak le Cyclope avaient du mal à suivre.





L'égout s'étendait sur des kilomètres et descendait toujours, les pas du trio guidés par les pulsations régulières du récepteur qui luttait contre la prise de Madarrak. Ils passèrent par les tunnels qui s'ouvraient parfois dans de vastes cavernes, où les ténèbres les envahissaient. Là où la lumière de leurs lampes perçait l'obscurité, l'architecture ressemblait à des reflets tordus des cathédrales Orzhov.

L'humidité coulait du plafond invisible. Une goutte tomba sur la tête de Castan et glissa le long de son cou pour couler dans son dos. Elle frissonna. « Mentor, vous ne dites rien depuis des heures. »

« Avec raison ! » Madarrak lança un murmure. « Nous sommes proches maintenant. Raison de plus pour garder le silence. » Avec un coup de force soudain, le récepteur sortit de la main du membre de la guilde, tomba sur le sol. « Ahh ! » Il se précipita après, mais il glissa hors de sa portée et traversa les pierres par petits mouvements. Yzaak bondit en avant pour protéger son maître, jetant Castan de côté avec son poids. Elle trébucha, perdit pied et le poids de son sac la ramena au sol, qui la rejoignit avec un squish doux. Elle se déplaça rapidement pour se tenir debout avec ses mains, mais lorsqu'elles se pressèrent contre le sol, une substance graisseuse coula entre ses doigts et lui recouvrit les mains. Les yeux s'élargirent, elle inspira brusquement pour crier, mais elle inspira seulement dans une fumée putride quui l'étouffa et la fit doubler dans la crasse.





« Lève-toi ! » beugla Madarrak. « Vite maintenant ! » Il avait repris possession du récepteur, qu'il agrippait maintenant à deux mains. Castan regarda son mentor qui se tenait debout, regardant dans l'obscurité. « Il faut bouger. » Ses yeux suivirent le faisceau de lumière projeté par la lampe de son mentor. À l'autre bout, les yeux se retournèrent. Castan se leva.

« Un putré-fermier. Il n'est peut-être pas intéressé par nous. Continuons d'avancer. » Madarrak suivit de nouveau l'avance du réceptacle. Le cyclope tomba en ligne derrière. Castan s'attarda un instant, juste le temps de saisir une seconde paire d'yeux dans l'obscurité. Elle accéléra le pas.

Le récepteur insistant les conduisit vers une arche de pierre qui était différente des passages précédents, en ce que gravait sur la clé de voûte le symbole insectoïde de la guilde Golgari. Madarrak plaça une main sur l'épaule du cyclope, une habitude clairement répétée, car Yzaak se baissa sans instruction verbale pour que leurs visages soient au même niveau. « Yzaak », dit Madarrak, « attends ici. Garde cette voie en sécurité pour nous. »

« Mentor ? » dit Castan, « Nous ne savons pas ce qui nous attend. Ne serait-il pas plus sage de garder Yzaak près de nous ? »

« Foutaises. Nous savons ce qui nous attend. C'est ce que nous sommes venus chercher, et nous en sommes très proches maintenant. Je ne veux pas que cette saleté de Golgari nous suive." Madarrak marcha sous la voûte et de nouveau dans des ténèbres inconnues qui l'auraient avalé tout entier si ce n'était de la lumière pulsée du récepteur qui illumina son cadre. "En outre, nous sommes des mages de la ligue Izzet, pas des chiots tapis de peur », rappela-t-il. Castan se prit la mâchoire, prit une profonde inspiration et suivit la lumière de sa lampe après son mentor, laissant Yzaak derrière.

Le passage s'étrécit, même si le plafond restait suffisamment haut pour être d'une distance inconnue. Le sol ici était divisé en plusieurs crevasses d'où s'échappait une épaisse vapeur vert-gris. En suivant un chemin étroit entre les trous, Madarrak et Castan se frayaient un passage à travers la surface inégale.





À l'autre extrémité du passage, où elle divergeait dans des directions opposées, la lumière du récepteur s'intensifia soudainement pour devenir une luminance presque aveuglante. Il se libéra de l'emprise de Madarrak et s'en alla sur le chemin à gauche. Le vieux ghildmage fit irruption dans un sprint. « Vite maintenant, Castan ! » Ils coururent après le disque incandescent, qui fut balayé par le vertige des murs, du sol et du plafond. La respiration de Madarrak devint laborieuse, il lutta pour garder le récepteur en vue, mais il ne brisa pas son rythme. Castan était juste derrière lui et ils furent conduits à travers différents rebondissements dans leur poursuite. Il n'y avait pas de temps pour marquer leur chemin.

La poursuite prit fin brutalement lorsque le récepteur s'immobilisa sur un tas de détritus et de boue accumulée dans une alcôve taillée dans le mur de pierre de la chambre. Les poursuivants le rattrapèrent. Les mains sur ses genoux, Castan prit un moment pour reprendre son souffle. Son mentor, cependant, descendit sur la pile, y a creusé, s'efforçant furieusement de déterrer le contenu.

« Mentor », Castan posa sa main sur l'épaule de Madarrak. Le mot vint au vieil homme comme un murmure lointain. « Mentor. Madarrak ! » Farfelu, comme réveillé au beau milieu d'un rêve, Madarrak se tourna vers Castan, qui se dirigeait vers le mur où une série de marques rudimentaires avait été griffonnée. Madarrak était désintéressé, écartant la distraction avec le geste d'une main couverte de boue. À ce moment-là, rien d'autre n'existait, à part sa rédemption, son acceptation dans l'Izmagnus. Il était enterré sous la crasse. Il devait juste creuser. Ses doigts grattèrent le métal. Ses yeux s'écarquillèrent et, dans une frénésie, il nettoya assez de boue pour révéler les contours d'un casque. Il ressemblait à celui de Yzaak, avec un seul verre de vision circulaire qu'il essuya avec une manche. Hypnotisé, il fixa sa propre image qui se reflétait sur le verre.

Après un moment, une lueur rouge commença à gonfler derrière la vitre. Peu à peu, il prit la forme d'un visage humain déformé par l'angoisse.

Le visage parla. Sa voix était assourdie à travers le verre, mais les mots étaient toujours clairs. « Tu n'aurais pas dû venir. »

« Erno Zslod ? »

« Tu n'aurais pas dû venir. »

La Poursuite : Partie 2



« Tu n'aurais pas dû venir. »

Les mots restèrent pendant un moment dans l'air vicié de la chambre d'égout humide.





Madarrak s'agenouilla en face du costume de mizzium qu'il avait découvert dans la boue. Sa préposée vedalken, Castan, jeta un coup d'œil par-dessus son épaule dans les profondeurs du casque à cloche sphérique de la combinaison d'où provenait la phrase troublante. Elle regardait dans les yeux ardents d'un visage humain rougeoyant qui lui renvoyait le regard derrière le verre épais de l'objectif de la combinaison.

Madarrak tapa le verre avec son index. « Es-tu Erno Zslod ? » demanda le mage vieillissant d'Izzet, un soupçon d'impatience dans sa voix.

Le visage se dispersa dans un nuage tourbillonnant d'énergie et se reforma soudainement. « Je suis damné. »

Madarrak tendit le récepteur vers le verre. « Cela nous a amenés à toi. Nous recherchons Erno Zslod, le chimiste d'Izzet qui a disparu de son laboratoire il y a plus de trente ans. »

« Je nous ai tous damnés. »

Madarrak se releva brusquement de frustration et se déchaîna. Castan prit la position de son mentor, face à face avec l'occupant du costume. Elle prit le casque à deux mains et dit : « Nous sommes là pour t'aider. » Après un moment, Castan sentit le mizzium se réchauffer.

« Nous sommes au-delà de l'aide. »

« Que s'est-il passé ici ? » le pressa-t-elle.

Et comme si la question de Castan était une soupape de décharge pour des décennies de pression, la voix se fit entendre : « L'objectif de focale hypermana que j'avais conçu avait fonctionné. J'étais certain. Mais après les avoir rencontrés, je l'ai altéré. » En un instant, le métal du casque devint extrêmement chaud et Castan dut se reculer. « J'ai modifié le design. Quelque chose m'a poussé à le faire. Lorsque j'ai activé l'appareil, il nous a amenés ici. Je le savais bien. Comment ? Comment le savais-je ? Ils avaient mon esprit en main ! Ils devaient l'avoir. J'avais été malade. Tousser et vomir - du mucus ! Ils l'ont fait. Et nous sommes damnés pour cela. Nous sommes tous damnés ! »

« Qui sont-ils ? Les Izmagnus ? Dimir ? » Castan regarda autour de lui. « Golgari ? Qui ? »

« Golgari ne vient plus ici. Ils savent mieux. »

« Qui alors ? Qui vous a rendu malade ? »

« Les biomanciens. »

Castan jeta un regard interrogateur. « Simic ? »

« Quand nous sommes apparus ici, je me suis transformé en ce que je suis maintenant. »

« L'appareil a réagi avec la combinaison de mizzium », déclara Madarrak. « Où est le dev... »

« La transformation a éclairci mon esprit, m'a guéri. Alors les choses sont venues pour nous sortir de l'obscurité. Ils ne m'ont pas remarqué ; je peux seulement supposer que c'était à cause de ma nouvelle forme. Mais ils ont pris mon accompagnateur, Johrum, qui avait déjà commencé à changer. »

« Changer en quoi ? »

« Qu'à cela ne tienne, maintenant », cria Madarrak. "Nous devons trouver l'appareil. Où est ce qui vous a amené ici ? » Madarrak passa au crible plus de saleté. Une grande boîte cylindrique, moulée en mizzium, se révéla coincée entre la combinaison et le sol de l'égout. « Ce doit être ça ! »

« Mentor", dit Castan, « et maintenant ? »

Madarrak la salua de la main. « Nous récupérons l'appareil. »

« Ce n'est pas ce que je veux dire. Regardez. »

Madarrak regarda. À l'autre bout de la salle, une ombre partiellement dissimulée, une silhouette les fixait. La personne s'avança. Ses jambes n'étaient pas les jambes d'une personne, mais celles d'un insecte. Puis deux autres jambes. À partir de la taille, il était humanoïde, mais protégé par une carapace. Il portait une hache formidable.





« Nous sommes damnés ! » dit la voix dans le casque.

Une autre de ces créatures émergea de l'ombre, suivie d'une troisième. Ils parlèrent en une série de clics, et bien que ces mots soient inconnus des mages d'Izzet, leur intention ne fut pas perdue. La créature de tête leva sa hache vers eux et les créatures chargèrent.

Une énergie bleuâtre et craquante se forma autour des mains de Castan. « Mentor ? » demanda-t-elle.

« Fais-le. »

Castan leva les mains et des éclairs d'électricité tombèrent autour d'elle. Elle les laissa s'en prendre aux assaillants. Les éclairs trouvèrent leurs cibles, se connectant avec des exosquelettes en trois pops distincts. Les créatures s'effondrèrent au sol à mi-foulée sous la forme de trois enveloppes sans vie. La bouche de Castan resta ouverte et elle resta là un moment, abasourdie par sa propre démonstration de pouvoir destructeur.





Madarrak se débattit avec le bidon. « Vite, aide-moi. » Castan vint à son aide et ensemble ils travaillèrent gratuitement.

Un chœur d'innombrables jambes déchaînées et de clics indiscernables imprégna la chambre, devenant de plus en plus fort et résonnant à travers les hauteurs invisibles.

« Mentor ! D'autres arrivent ! »

Madarrak mit la cartouche dans son dos et fut un instant perdu dans son propre monde de rédemption imminente. Les paroles de Castan semblèrent lointaines. Quelque chose de lourd heurta son épaule, ramenant ses sens au présent. « Hein ? » Instinctivement, sa main se dirigea vers l'endroit où il avait été frappé et il sentit une masse épaisse gélatineuse. Il leva les yeux et scruta les ombres qui semblaient s'étirer toujours plus haut.

Il y avait du mouvement là-haut. Avant que Madarrak puisse traiter sa pensée, c'était sur lui. Le mage Izzet se retrouva soudainement plaqué contre le sol, aux prises avec une silhouette de forme humaine, mais massive et grotesque.





Castan se déplaça pour aider son mentor, mais son chemin fut bloqué alors que des dizaines de guerriers kraul affluaient dans la chambre. Elle était entourée. Et elle ne se retint pas. Les ténèbres cédèrent la place à la lumière crue de l'énergie crépitante qui partait de ses mains.

« Nous sommes tous damnés ! » hurla la voix dans le casque une fois de plus.

Madarrak s'efforça de libérer ses mains pour lancer quelque chose, n'importe quoi. La masse de la chose mutée était trop forte. Elle regarda dans le visage de Madarrak et un gros globule translucide bleu-vert émergea de sa bouche ouverte. Elle glissa, retenu là un moment par des brins de salive collante avant de tomber. Madarrak tourna la tête pour tenter d'éviter le mucus, mais celui-ci le frappa sur le côté du visage et, seul, commença à se diriger vers son nez et sa bouche.

« Johrum ! » Madarrak entendit la voix familière et, du coin de l'œil, il vit un feu se propager sur son champ de vision. Il frappa le mutant, le repoussant du vieil homme. Le feu avait pris la forme vague d'un homme qui tourbillonnait autour du mutant.





Sans perdre un instant, Madarrak leva les mains au visage. Il sentit le mucus qui avait atteint ses narines et le coin de sa bouche. Il laissa l'électricité couler de ses doigts. Au contact, le mucus se recroquevilla et tomba.

Le seul signe de Castan était l'éclairage qui sortait de l'autre côté de la salle. Entre le mentor et l'accompagnant, les krauls étaient innombrables. Le mutant déchira en deux ce qu'il restait d'Erno Zslod. Il n'y avait pas de temps à perdre. Madarrak étendit ses bras et un jet de vapeur bouillante lui échappa des mains, engloutissant complètement le mutant. Des ampoules bouillonnaient à sa surface et celle-ci tomba sur le sol avec un horrible cri. Des krauls se tournèrent vers lui et il ne pensa qu'à une chose à faire.

"Yzaak ! Yzaak, à moi !" La voix de Madarrak était rauque lorsqu'il dévala le passage familier qui menait au cyclope imposant, qui était assis le dos contre un mur recouvert d'algues. Même si Yzaak n'écoutait les appels de Madarrak, le vieil homme trouvait du réconfort dans la vue du cyclope. Lorsqu'il atteignit Yzaak, il s'accorda un moment de repos. Il était à bout de souffle, ses genoux tremblaient sous l'effet de la course et du poids de l'appareil d'Erno sur son dos. "Viens, Yzaak," Madarrak se stabilisa sur le bras à gant de Yzaak. "Nous devons sortir d'ici."

Le cyclope resta immobile.

Madarrak serra le bras de Yzaak et, sous sa main, le gant de Yzaak céda, s'effondrant sur lui-même dans un nuage de poussière brun-rouge. Il fit un bond en arrière avec horreur et monta sa lampe pour éclairer la scène. La lumière qui balayait la scène révéla que le cyclope était en état de décomposition. Les augmentations de mizzium s'étaient corrodées. Là où la chair était exposée, la putréfaction avait commencé et des excroissances fongiques avaient germé.





Il recula et s'effondra sur ses genoux, repoussant son envie de crier ou de vomir. Les Golgari avaient condamné cet endroit et il se souvint des yeux dans l'obscurité. Ils n'étaient pas des putré-fermiers, mais des observateurs. Sentinelles. Lentement, Madarrak leva la lampe dans l'obscurité au-delà du passage.

Les yeux dans les ténèbres. Des yeux qui grossissaient.

Madarrak était seul. C'était juste lui, accompagné seulement du corps en décomposition de Yzaak et du corps d'Erno...

Il se dépêcha de retirer l'appareil de son dos. Un brouhaha se fit entendre dans l'obscurité et, bien que Madarrak sût que des membres de la guilde des Golgari convergeaient vers lui, il s'en fichait. Il avait sa tâche. Dans les brefs instants de lumière, il analysa le dispositif Izzet, permettant à ses doigts de deviner comment cela fonctionnait. L'appareil prit soudainement vie avec un bourdonnement et Madarrak le jeta sur son dos.

Un nuage de poussière tourbillonnait autour de lui et en un instant, il était parti.





Avant que la poussière ne retombe, Madarrak était bombardée par le crépitement familier de l'énergie, les sifflements de vapeur et les claquements de métal sur mizzium. Il n'était pas certain de l'endroit précis où il se trouvait, mais au moment où la dernière bouffée d'égout se dissipait, il était au moins certain d'être revenu à Nivix, la tour de guilde de la ligue Izzet. Il n'y avait pas un moment à perdre. L'appareil d'Erno fonctionnait et il devait le signaler à Niv-Mizzet immédiatement.



Madarrak rentra de ses quartiers après avoir rencontré Niv-Mizzet. Ses quartiers n'étaient guère plus qu'un modeste berceau installé dans une alcôve à l'étroit dans un coin de son laboratoire. Il retira les couches de vêtements de son corps fatigué. Le tissu était devenu raide à cause de la boue séchée et de la pourriture. Le vieil homme, de retour dans les bonnes grâces du Dracogénie après avoir livré le portail de téléportation d'Erno, devait revoir son chef de guilde dès qu'il serait capable de se nettoyer et de manger quelque chose. Il resta un long moment à regarder les vêtements souillés froissés entre ses mains. Son front se plissa. Il pensa aux mots qui suivirent dans les égouts: "Il y en a trop, Mentor ! Mentor !" Il y en avait trop. Quel choix avait-il ? Et Yzaak. Les Golgari savaient ce qui était caché dans leur territoire abandonné. Ils voulaient s'assurer que rien n'en sorte.

Il sentit ses doigts se serrer et comme ils se resserraient autour du tissu, ils s'enroulèrent autour de quelque chose de solide. Madarrak sortit ses vêtements en boule, et le combiné tomba sur le sol, la lumière pulsant dans la séquence bien trop familière.

Cela commença à glisser vers la porte.

Pas Erno.

Castan ?

Madarrak remit ses vêtements sales. Il prit le récepteur du sol. Niv-Mizzet devrait attendre. Ou pas. Pour Madarrak, cela n'avait plus d'importance. Il était fatigué, mais il ne laisserait pas sa préposée aux tests tordus de Simic.

Ses yeux se posèrent sur la construction monstrueuse bipède qui avait tout déclenché en se faufilant dans le laboratoire abandonné d'Erno. Il avait été remis en place. Au bas de la construction se trouvait son schéma. Des petits tas de mèches en métal et d'outils à chaque coin l'empêchaient de s'enrouler. Tandis que Madarrak reconnaissait que les dessins lui appartenaient, il remarqua également des notes et de minuscules diagrammes qui avaient été griffonnés par une autre main, celle de Castan. Il regarda du schéma à la construction, et retour une fois de plus. Les ajustements de Castan avaient un sens. Ils semblaient si simples, de les voir tels qu'ils apparaissaient dans sa calligraphie rugueuse, et pourtant ils lui avaient échappé. Pas le temps pour ça maintenant. Ça devait marcher.

Il monta dans le siège du pilote au sommet des épaules du constructeur. Il tourna les boutons et actionna des commutateurs. Le pouvoir entra dans la construction. Tout sonnait bien. Avec cela, il sauverait Castan. Et, à défaut de cela, il amènerait toute la malédiction sur elle-même.

Il se prépara à actionner le levier final lorsqu'il sentit quelque chose éclabousser le dos de sa main. Une autre goutte, celle-ci tombant sur un tableau de jauges. En glissant le long du verre, il découvrit un matériau visqueux bleu-vert. Le visage du vieil homme devint blanc et il leva les yeux, se cachant derrière un bras levé. Rien. Ses yeux se posèrent frénétiquement sur le plafond de son laboratoire. Toujours rien. Une horreur l'envahit et il porta une main tremblante à son nez. Quand il le retira et baissa les yeux, son horreur fut confirmée.

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 03/04/2021

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Une boîte à bac Strixhaven ! Vous, vous avez appris la VRAIE magie à :

Résultats
(déjà 165 votes)