Les vieux contes : Dernier jour - Magic the Gathering

Les vieux contes : Dernier jour



Articles

Drark Onogard, le , 836 consultations

Les guildes n’ont pas l’apanage des génies, car on en forme aussi sans elles – il existe des lieux où le fanatisme est absent. L’Académie de la Fontaine du Foyer et de ceux-là.

  La storyline de Magic / Le Labyrinthe du Dragon

Les guildes n'ont pas l'apanage des génies, car on en forme aussi sans elles – il existe des lieux où le fanatisme est absent. L'Académie de la Fontaine du Foyer et de ceux-là. Vous trouverez l'article original ici.

Dernier jour



L'Académie de la Fontaine du Foyer était l'une des écoles les plus exclusives de Ravnica. Elle était respectée pour l'ampleur et la qualité de son programme d'études, et unique en ce sens qu'elle était gratuite. Les bourses étaient accessibles à tous les enfants, de toutes les espèces et de tous les coins, et n'étaient attribuées qu'aux esprits les plus brillants de chaque génération. AFF n'était pas une école préparatoire pour les guildes ; les éloges étaient mérités pour le travail acharné, pas pour le fanatisme, et si les étudiants n'étaient pas dévoués, ils ne duraient pas.

Mais c'était le dernier jour avant les vacances d'été et, comme d'habitude, les enfants devenaient un peu fous.

Liric s'assit sur un banc de pierre au bord du jardin de sculptures de l'école et regarda des centaines d'enfants danser autour de la Fontaine du Foyer, qui explosa de lumière. La plupart d'entre eux portaient des costumes de guilde faits maison, et les grades les plus bas jetaient des glamours colorés dans l'immense bassin pendant que les aînés criaient les ordres. C'était sa cinquième année en tant qu'instructeur à AFF, et cette journée sur le terrain était aussi poignante que la première. Non, encore plus. Pour un seul battement, son cœur se cognait dans la poitrine ; si ce soir ne se passait pas comme prévu, il ne reviendrait pas l'année prochaine.

« Professeur L ! Professeur L ! » Liric prit une profonde inspiration puis se retourna. « Professeur L ! J'ai quelque chose pour vous ; je voulais vous donner ceci ! » C'était Skrygix, une gobeline de son cours d'histoire spécialisé. Elle courait, tirant son petit frère de la main gauche, tenant une feuille de papier roulée dans sa droite.

Son frère était habillé en hussard Azorius et son casque en carton pressé était suspendu sur ses yeux. Il se mordait le nez. « Je veux aller à la Fontaine ! » Il repoussa le casque.

« Ok, va jouer. » Skrygix le laissa partir et il s'éloigna dans la foule. Elle l'appela, « Ne te mouille pas ! » Elle portait une robe blanche avec une frasque noire peinte sur l'encolure, mais le point d'exclamation était son choc de cheveux orange taillés dans la forme d'une coiffe d'aristocrate d'Orzhov.

« Je l'ai fait pour vous ! » Elle donna un coup de poing dans son bras et tendit le rouleau à Liric. Il le prit, puis l'a déroulé avec les soins exercés par un enseignant. C'était une peinture de sa classe, mais avec le plafond ridiculement haut, et Liric lui-même représenté comme un géant Gruul à lunettes, accroupi à sa taille et pointant vers le tableau avec un bâton de craie de la taille d'une bûche. Liric se mit à rire.

Skrygix eut un petit sourire moqueur, mais détourna rapidement les yeux quand Liric réenroula le tableau.

« Merci, Skrygix, c'est une bonne ressemblance. Je l'encadrerai, puis l'accrocherai dans mon bureau ici à l'école. » Il ouvrit son sac et plaça le tableau à l'intérieur, en veillant à le ranger dans l'un des compartiments rigides afin qu'il ne se plie pas.

« Que faites-vous pendant vos vacances, Professeur L ? »

« Je serai parti pendant un jour ou deux, puis je reviendrai pour le reste de l'été. Jardiner autant que possible avant qu'il ne fasse trop chaud, puis préparer le plan de leçon de l'année prochaine. Rien d'excitant. »

« Où allez-vous ? »

« Hmm ? »

« Vous avez dit que vous seriez parti pour quelques jours. » Skrygix inclina la tête et l'étudia ouvertement. Elle était grande pour un gobelin, grande pour son âge.

Liric referma son sac et sentit les attaches métalliques se rapprocher, puis se refermer d'un clic inaudible. Fabriqué par Izzet, le sac rétrécit ses poches autour de leur contenu et se resserrait sur son dos lorsqu'il se bousculerait. C'était la deuxième chose la plus chère qu'il possédait. Liric se leva et tapota Skrygix sur son épaule.

« Joyeux dernier jour, Skrygix. Amuse-toi bien l'été. »

Quelques heures plus tard, Liric regardait le coucher de soleil depuis la boucle d'un zeppelide alors qu'il descendait dans l'enceinte d'Ismeri. La plupart des passagers de la bête se tenaient à côté de lui sur le rail ouest et, pendant un moment, il imagina qu'ils ne devenaient qu'une seule et même personne : toutes les soirées de Ravnica commençaient, comme une couverture à leurs pieds.





Après leur ancrage, Liric prit son temps pour parcourir la promenade. Les devantures des magasins fermaient leurs fenêtres, les lampes étaient allumées et la circulation nocturne s'infiltrait dans les rues. Il avait grandi ici à Ismeri et, bien que les façades aient changé, cela semblait plus familier que jamais. À l'extérieur d'une salle de danse, deux videurs de Rakdos comparaient leurs tatouages ??tandis qu'un vendeur de boulettes garait sa charrette. Quelques pâtés de maisons plus tard, un trio de durs se moquait d'un moa jusqu'à ce qu'il se cabre, en bute un et le fasse tomber à terre. Au coin de 12 et Veil, Liric s'arrêta et tourna lentement en cercle. Il avait d'abord embrassé une fille ici, Mareena, dont la large bouche et les grands yeux rappelaient quelque chose de grenouilleux, mais le souvenir était toujours chaud, radieux. Il se sentait étourdi. Il était à la maison.

Liric trouva une salle de bain publique et se changea. Son cardigan avec l'emblème AFF entra dans le sac Izzet et son manteau de guilde fut sorti. Dans le miroir, Liric s'admirait et comptait à partir de onze. Lorsqu'il atteignit zéro, son reflet s'estompa jusqu'à devenir presque transparent.

Dans la rue, le chaos était à son comble et Liric pénétra dans un bâtiment qu'un observateur pourrait penser avoir été choisi au hasard. Il n'était jamais allé à cet endroit auparavant, mais vu de l'extérieur, il était identique à toutes les autres maisons d'opérations dans lesquelles il avait travaillé. C'est-à-dire que cela ne ressemblait à rien de spécial. La porte extérieure était déverrouillée et, lorsqu'il se trouva à l'intérieur du vestibule, Liric mit ses mains dans les poches de son manteau de guilde.

Son toron était là. C'était un lacet, un ruban ou une longueur de ficelle. Plus vous étiez proche, plus cela semblait ordinaire, jusqu'à ce que vous cessiez de le voir. Il l'enroula autour de son poignet et, avec son index, il traça le signe d'inclusion sur la porte intérieure. La poignée de porte disparut et elle s'ouvrit du côté opposé.

Il traversa le coin petit-déjeuner de l'immeuble et s'arrêta dans la cuisine. Dans la pièce vide, il dit : "Je suis ici maintenant. Où est mon accueil ?"

L'air devint fragile et, d'un petit coffre caché au-dessus des placards, un oculus apparut. Il descendit et déambula sur l'égouttoir avant de sauter sur la table.







C'était ça. Toutes les nuits passées à agoniser à cause de son plan, de la tension et de l'anxiété des derniers jours, tout se jouait maintenant. Liric se pencha en avant. La créature posa ses mains sur ses épaules puis le fixa. Ça sentait le salé.

Comme s'il avait toujours été là, la voix du gardien de la mémoire se propagea à travers le sol carrelé et pénétrant dans la pièce, une collection de bruits de cuisine accumulés arrangés comme une question.

« Avez-vous apporté une énigme ? »

« Non, » répondit Liric, « je n'en ai pas. » De la magie noire lui piquait la peau, et sa mèche bourdonnait, se tortillait contre sa paume comme un être vivant, le protégeant de la sonde du gardien. Il réprima l'envie de frissonner.

« Et pourquoi pas ? » La question était posée, un cliquetis d'assiettes dans le placard, le "pas" un son de dent de bébé tombé dans une tasse. Liric se redressa et l'oculus se redressa, perché sur ses pattes postérieures.

« L'énigme est finie. Je l'ai résolue. »

Il y eut une pause terrifiante avant que le gardien éclate de rire, sans âme. « Faites comme vous voulez, agent. »

Le soulagement l'envahit : il n'avait pas été reconnu. Dans le coin où il y avait eu un balai, il y avait maintenant un escalier étroit qui descendait.

Au fond, l'interprète Dimir était assis, dos à la porte, manipulant le mur de sable. Construit à partir d'un nombre incalculable de souvenirs, le mur rappelle les événements passés sous tous les angles qu'il contient. Liric se sentait picoté et détaché, comme il l'avait toujours fait en présence du mur. Une partie essentielle de lui disparut soudainement. Il était une poupée, dans un monde de poupées, effectuant une pantomime mécanique de la vie. Ces souvenirs ne sont pas les miens, se dit Liric. Pourtant, l'interprète cherchait toujours dans la maison de poupée à travers le mur de sable.

Liric s'éclaircit la gorge. Les mains qui dessinaient des motifs sans fin et des sceaux dans le sable ralentirent, tombèrent puis tournèrent sa chaise. Il était plus petit que ce dont se souvenait Liric - pas seulement plus mince, mais rétréci. Les yeux de l'interprète se focalisèrent lentement, puis s'élargirent de surprise.

« Liric ? Cela fait-il si longtemps ? Comment as-tu... » L'interprète s'éloigna, trébuchant quand il se leva. Ils s'embrassèrent maladroitement.

« Bonjour papa », dit Liric. « Ça fait longtemps. »

La dernière fois qu'il avait vu son père à l'extérieur d'une maison d'opération, c'était lorsque Liric avait été élevé au rang de Dimir. La cérémonie avait eu lieu dans un atrium à Manteaubrune, avec seulement son père et un membre de la guilde. Le mage avait passé une pièce gravée à l'effigie de Lazav sur le toron de Liric et l'avait scellée bout à bout. Un symbole du cercle vide. Seuls les agents du rang le plus élevé pourraient utiliser un toron transformé de cette manière. C'était un talent qui ne pouvait pas être enseigné. Son père avait pleuré de fierté, submergé de savoir que son fils ne travaillerait jamais comme un comptable dans les entrailles de la ville souterraine. Liric pouvait marcher sur le visage de Ravnica sans être vu, façonner l'avenir de la ville selon les directives de Dimir, et personne ne saurait jamais qui il était.

Mais pas après ce soir. Sept jours plus tôt, Liric avait retrouvé le mage qui exécutait le reste, la seule personne, à part son père, à se souvenir de lui. Liric avait laissé l'homme aveuglé, affalé contre une colonne du Dinrova.

Liric sourit avec une sincère affection et dit doucement : « Pourquoi ne me montres-tu pas sur quoi tu travailles, papa ? »

« Quoi ? Hein, oui bien sûr ! » Son père fit de nouveau face au mur et en tira les souvenirs. » Les guildes sont prêtes à exécuter le labyrinthe implicite. Nous avons récolté autant que nous pouvions sans nous réveiller... ah. Regarde ici ! » Dans le sable, une image vue à travers une arche lointaine : Niv-Mizzet, étudiant un modèle de Ravnica. Le mur se déplaça et devint un mage d'Izzet que Liric reconnut sous le nom de Ral Zarek, riant tandis qu'un élémentaire tapotait sur les ruines d'un bâtiment effondré.

« Lazav pense qu'il y a un prix que Dimir doit avoir. » Son père était excité d'une manière que seul le mur le rendait. « Mais alors, il y a quelque chose de différent ici. Celui-ci, il est important aussi, mais je n'ai pas vu comment... » Une silhouette à capuchon en bleu, avec un regard confus trop familier. Liric fit un pas vers son père, tira sa mèche entre ses deux mains et ferma les yeux.

À combien d'esprits avait-il volé, avait-il disparu de leurs intelligences les plus privées pour les jeter dans des murs comme celui-ci ?

Au début, cela avait eu un sens si grotesque. La conscience collective de Ravnica était convaincue qu'il pouvait rouler à plat et prendre la forme de son choix. Il était amoureux de l'idée, du sombre anonymat, du sentiment qu'il était autre chose, mais c'était fini. Son père serait le dernier, absolument le dernier, et demain, il ne serait plus Dimir.

C'était une chose tellement simple et délicate. Liric passa lentement la mèche sous son pouce et une série de glyphes apparurent un à un. Les scènes traversant le mur tremblaient et disparaissaient. Les mains de son père étaient à nouveau à ses côtés. Il se retourna et fronça les sourcils.

« Je suis désolé agent... j'ai oublié ton nom. Es-tu venu pour faire un dépôt ? »

Liric cligna des yeux plusieurs fois avant de pouvoir parler. « Nous avons déjà effectué le dépôt. Je dois partir maintenant, je suis pressé. »

L'interprète hocha la tête, ouvrit la bouche pour dire quelque chose, puis la referma quand aucun mot ne vint. Il haussa les épaules et s'assit à nouveau devant le mur de sable.

De retour dans la rue, Liric se dirigea vers la bibliothèque puis se dirigea vers une allée. Cette partie de l'enceinte était en grande partie inexplorée la nuit. Il tira sa mèche de sa poche et jeta un coup d'œil par-dessus son épaule, submergé par la peur soudaine d'être suivi. Il n'y avait personne là-bas.





Il la tint devant ses yeux et il retira les perles, les regarda s'allumer et disparaître jusqu'à ce que ce qu'il avait dans les mains ressemble à du fil. Peut-être que cela avait été non tissé à partir d'un accroc dans sa chemise. Il n'était plus qu'un enseignant à présent. Il ne pouvait pas se permettre des vêtements coûteux. De retour à AFF, il l'enterrerait dans le jardin, le recouvrirait de pierre et y planterait une fougère.

Et il accrocherait la caricature que Skrygix avait peinte de lui sur le mur de sa classe.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  2

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.