[NON-ELIGIBLE] Méryon - Magic the Gathering

[NON-ELIGIBLE] Méryon

[NON-ELIGIBLE] Méryon

Le dragon de mon histoire s'installe au-dessus dans les montagnes qui surplombe la ville de Roc. La cohabitation n'est pas pacifique, empêchant la ville de continuer a prospérer grâce à son commer...

  Realcard pure / Créature / Autre

Le dragon de mon histoire s'installe au-dessus dans les montagnes qui surplombe la ville de Roc. La cohabitation n'est pas pacifique, empêchant la ville de continuer a prospérer grâce à son commer...

  Realcard pure / Créature / Autre



Funcards

le , par maitredragon

Cet élément fait partie du Funcards Contest : [FCC-Contexte] S2024E8 Il était une fois

Le dragon de mon histoire s'installe au-dessus dans les montagnes qui surplombe la ville de Roc. La cohabitation n'est pas pacifique, empêchant la ville de continuer a prospérer grâce à son commerce. Je voulais retransmettre ça dans ma carte. Comme les habitants n'arrive pas a le déloger a part en explosant sa tanière, je me suis dit que parade c+ sacrifice de terrain était cohérent. Pour la capa anti-jeton je pensais surtout aux jetons trésors et nourritures. Mais ca aurait été trop restreint ^^

Le texte en entier :

Ilas jeune garde de la ville de Roc patrouillez sur les murailles du château avec son acolyte Yéro. Deux amis d'enfance ayant grandi ensemble au sein de cette charmante ville. Roc est surplombée par une grande montagne au milieu des plaines faiblement vallonnée de la région. La ville aurait pu être construite n'importe où ailleurs mais l'emplacement avait été choisi pour ses avantages stratégiques. Étant engoncé dans un creux rocheux toutes tentatives de siège ne pourrait être réalisé que de front. De plus la ville était bâtie à l'intérieur de murailles hautes et épaisses. Pour couronner le tout, les habitations étaient dominées par un grand château, offrant de nouvelles séries de remparts en cas de prise de l'entrée de la ville. Autant dire que toute tentative d'invasion se solderait irrémédiablement par un échec. Certains ennemis pourraient avoir l'idée d'attaquer en hauteur par les montagnes qui surplombent la ville. Cette tactique se solderait elle aussi par un échec, la pente et la nature de la roche ne permettant aucune ascension suffisante pour avoir un avantage stratégique sur la ville. Roc a d'aussi loin que s'en souvienne le jeune Ilas, toujours jouit de la réputation d'être imprenable. Le genre de réputation qui permet de développer de puissantes alliances et échanges commerciaux avec ses voisins. Comble du bonheur pour le commerce, les plaines environnantes sont fertiles et la montagne recèle plusieurs richesses minières qui ont fait de Roc une ville prospère.

C'est dans cette prospérité que Yéro et Ilas ont grandi. Ilas est le fils du forgeron seigneurial. Sa mère est morte en le mettant au monde, il a donc été élevé uniquement par son père dans les vapeurs de la forge. Yéro quant à lui a grandi dans le luxe du château, car il est un proche cousin du seigneur. Il rencontra Ilas pour la première fois à la forge, alors qu'il demandait une épée de combat, lui qui n'avait jamais mis un pied sur un champ de bataille. Devant la futilité de sa demande le père d'Ilas refusa, sans craindre la moindre représailles, après tout c'était le meilleur forgeron de la ville. Ilas qui était apprenti forgeron depuis qu'il pouvait tenir un marteau, accepta la demande du jeune noble. Il lui forgea une épée magnifique qui ravi Yéro durant de longues années. Même s'il ne voulait reprendre l'entreprise familiale, Ilas avait hérité du don de son père. Pas une personne dans Roc ne forgeait mieux que lui hormis son père. Il était très fier de ce don, tout comme son père a qui il rendait service maintes fois. Yéro apprécia le geste du jeune forgeron et resta en contact avec lui. Ce dernier gérait les livraisons au château pour pouvoir aller voir son ami. Ils firent ainsi tourner en bourrique nombres de valets, cuisiniers et gardes, nouant une solide amitié. De bonne nature et peu timide, Ilas était apprécié de toute la ville de Roc. Yero, lui, jalousait son aisance. Il était très fier et revendicatif de ses origines seigneuriales, mais restait d'un naturel peu ouvert et ne savait pas vraiment comment s'y prendre avec les autres. Fort heureusement son ami compensa ce manque d'assurance en lui faisant découvrir la ville. Leurs sorties nocturnes finirent par arriver aux tavernes et autres lieux de plaisir de la ville. Plutôt beaux garçons, ils s'attirèrent les charmes de nombreuses demoiselles. Étant des amis d'enfances, ils avaient toute confiance l'un en l'autre et faisaient tous ensemble.

Bien qu'appréciant son travail à la forge, Ilas rêvait de s'engager dans les forces armées de la ville. Il s'y était toujours refusé par considération pour son père. Yéro le poussa à se lancer et même à l'accompagner dans son projet. Lui que la vie à la cour ennuyait au possible, il était ravi de passer plus de temps avec son ami même s'il n'avait aucune idée des corvées qui l'attendaient. Malgré la désapprobation de leurs deux milieux familiaux, ils s'engagèrent dans l'armée. A la base écuyer de la garde, ils en bavèrent pendant plusieurs années. Yéro du fait de ses origines n'avait nul besoin de travailler pour gagner de l'argent, mais être avec son meilleur ami était ce qui lui importait le plus. Ilas était très apprécié des gardes, car il leur confectionnait tous l'équipement de pointe qu'il désirait, quand il revenait régulièrement aider son père à la forge. Ce dernier avait usé de ses relations pour négocier les retours de son fils à la forge. Yéro ne souffrit pas de ses origines et découvrit une franche camaraderie avec les autres membres de la caserne. Ils réalisaient leurs tâches avec rigueur et évitaient les ennuis afin d'éviter au maximum de perdre leurs permissions. Lors de leurs temps libres, ils dépensaient leurs salaires dans les établissements qu'ils avaient l'habitude de fréquenter. Ilas s'était même trouvé un joli brin de fille en la personne de Josie, une fille de joie ma foi, pas vilaine. Yéro désapprouvait cette relation, déjà parce qu'Ilas passait trop de temps avec elle, mais aussi du fait de son gagne-pain. Il n'avait rien contre les filles de joie bien au contraire, mais de là à vouloir se marier avec... Car oui Ilas avait la ferme intention une fois devenu soldat d'épouser sa dulcinée. Yéro quant à lui comptait bien profiter encore de sa liberté et ne se voyait épouser quiconque au grand désespoir de ses prétendantes. En vérité il cherchait surtout un amour sincère et non intéressé. Il avait encore tout le temps devant lui pour penser à ça.

Un matin la prospérité de la ville s'éclipsa lorsqu'un dragon décida d'élire domicile dans la montagne. La plupart des gardes de la ville essayèrent de le déloger, sans résultats à part de nombreuses pertes matérielles et plusieurs gardes en moins pour la ville. Voyant qu'il était impossible de le faire partir, le seigneur décida d'appeler deux membres de la guilde des chasseurs de dragons, malgré le coût exorbitant de leurs services. En effet la ville avait perdu beaucoup d'hommes et les habitants n'osaient plus vaquer à leurs occupations, les ressources s'amoindrissaient et le commerce extérieur avait lui aussi stoppé. La situation était critique. Parmi le vaste bestiaire de ce monde, les dragons étaient une espèce rare, quasiment éteinte à la suite de l'action de la guilde. Jugée comme espèce invasive, il était très rare d'en voir un en vrai. Deux membres de la guilde arrivèrent après plusieurs mois de cohabitation forcée et non pacifique avec la bête. Cette période avait été très difficile pour Ilas et Yéro qui avait vu plusieurs de leurs amis mourir, eux-mêmes subit de nombreuses blessures et vu des pans entier de la ville détruite. L'arrivée salvatrice de la guilde devait sonner le glas de ces mois douloureux, mais lorsque la garnison accompagna au château les deux chasseurs de dragon, tous les soldats ressentirent une certaine désillusion. Seulement deux personnes alors qu'eux même n'avaient rien pu faire avec toutes les ressources d'une ville opulente. Les deux nouveaux venus agirent immédiatement après leur entrevue avec le seigneur. Ils vinrent à la caserne et mobilisèrent les troupes de la ville pour les aider. C'était une femme et un homme. Ilas et Yero purent ainsi participer à la bataille la plus épique de leurs vies. Les deux chasseurs avaient des équipements très spécifiques et chargèrent une équipe de faire sortir le dragon à l'aide de gros baril à mèche, qu'ils avaient apportés avec eux. Le reste de l'équipe était dans la plaine afin de réceptionner et d'immobiliser la bête une fois qu'elle serait au sol. Ilas et Yéro faisait partie de cette équipe, ils ne comprirent toutefois pas qui allait rabattre le dragon au sol. Les hommes sur les flancs de la montagne acheminèrent tant bien que mal les barils. Trois d'entre eux furent allumés et lancés dans l'antre de la bête. Une explosion de flammes violettes jaillie de la montagne suivit d'un hurlement assourdissant. Le dragon fusa hors de son trou encore fumant, visiblement sonné, essayant maladroitement de prendre de l'altitude. A ce moment, les hommes pensèrent leur calvaire terminé. La bête fuyait vers d'autres contrées. Bon débarras ! L'homme de la guilde harcela soudainement la bête de ses flèches. Si les flèches de la garde n'avaient jamais entaillé la peau du dragon, les siennes le blessaient grièvement. L'archer était d'une précision redoutable, faisant mouche a chaque tir sur les ailes et la queue. La bête s'écrasa au sol, permettant au groupe d'Ilas et Yéro d'entrer en scène. Ils essayèrent de maintenir la bête au sol à l'aide de cordes et filets. Ça ne servait à rien elle était bien trop forte, elle commença à reprendre équilibre et attaquer ses agresseurs. Le groupe commença à se faire annihiler quand la femme de la guilde sortie de nulle part, plongea sur le dragon et trancha sa tête d'un puissant coup d'épée.
Ilas et Yéro debout sur la plaine contemplèrent la chute du monstre. Ils réalisèrent assez vite que leurs actions n'avaient été qu'une diversion pour les membres de la guilde. Ils n'avaient jamais eu la moindre chance de l'immobiliser, la guilde s'était juste servit d'eux pour détourner l'attention du dragon. Et à quel prix ! L'équipe qui avait lancé les barils avait était décimé dans l'explosion et la sortie du dragon. Quant au groupe d'Ilas et Yéro initialement une bonne trentaine, il ne restait qu'une dizaine de personnes encore debout. Les deux membres de la guilde furent payés et partirent aussi vite qu'ils étaient venus sans même rester fêter ça. Leur méthode bien que discutable avait porté ses fruits.

Le corps du dragon fut exposé à l'intérieur du château. Les gardes eurent une longue permission qui fut dépensé dans le stupre. Plus tard nos deux héros en récompenses de leurs faits d'armes furent nommés soldat de la garde. Les autres survivants bénéficièrent également de promotions. Le soir venue il fêtèrent ça dignement à la taverne, Ilas prit son courage à deux mains et demanda Josie en mariage. Elle accepta et la soirée perdura jusqu'à l'aube.

Le matin commençait à se lever quand ils prirent leur tour de gardes. Ils n'avaient pas dormi et étaient très fatigués mais malgré ça, ils étaient heureux. Les ennuis de la ville étaient terminés, le commerce reprenait timidement mais la nouvelle de la chute du dragon allait se répandre assez vite. Ilas allait se marier et Yéro même s'il n'était pas charmé par cette union, avait accepté d'être le garçon d'honneur de son meilleur ami. Le soleil pointa à l'horizon, la journée s'annonçait très belle pour nos deux héros.


- Alors cette nuit de fiançailles demanda Yéro un sourire en coin ?

- Je n'ai pas dormit répondit Ilas le sourire jusqu'aux oreilles.

- C'est sûr qu'elle sait y faire la Josie.

- Ça c'est sûr. Il va falloir que je le dise à mon père ce soir.

- Boh, de toute façon s'il n'est pas au courant avec tout le tapage d'hier...

- Tu crois ?

- T'inquiètes donc pas va, il sera très content.

- Je n'en reviens toujours pas qu'on soit déjà soldat. Dés fois je me demande si on le mérite vraiment...

- Tu sais s'il y a un truc que j'ai appris à la cour, c'est qu'il ne faut pas hésiter à prendre ce qu'on te donne. Et puis on a tué un dragon quand même !

- C'est vrai... On a tué un dragon
dit-il en souriant.

A ces mots il regarda le soleil se lever et éclairer les plaines. Souriant à la chance qu'ils avaient eue jusque-là, il ne vit pas la boule de feu géante qui s'abattit sur eux, déflagrant tout sur son passage.

La suite à mon prochain FCC ^^

Alors c'était comment ?

3 Louange(s) chantée(s) en coeur



Modérateur

599 points
Patmol25
Le 10/05/2024

Rooohhh, tu exagère pour l'auteur inconnu, je trouve que c'est Anne Stokes en deux clics...

1 réponse(s)

1929 points
maitredragon
Le 10/05/2024

Tain j'ai cherché pourtant !


Modérateur

10188 points
Drark Onogard
Le 09/05/2024

Wow. Le fond d'écran Windows. Je ne crois pas l'avoir jamais utilisé, mais dans ma petite jeunesse, chercher "fond d'écran dragon" et tomber dessus, c'est sûr.

Ce qui est marrant, c'est que ton dragon emmerde un certain nombre de ses congénères qui aiment créer des trésors. Faut dire que la bête est territoriale - assez pour bouffer un terrain en parade.

Vous aussi, louez son œuvre !


Si vous êtes l'une ou l'un de celles et ceux qui ont choisi la rébellion contre le brouillard de la toile qui étouffe les esprits, identifiez-vous pour participer. Sinon vous avez encore une chance d'éveiller vos sens, en rejoignant notre communauté de Magiciens Fous.

Le Dark Mogwaï

Retrouvez le Dark Mogwaï et la communauté des Magiciens Fous sur :

Le booster peut appartenir à n'importe quelle édition de Magic : The Gathering, mais vous devez le fournir. Consultez vos co-conspirateurs pour avoir un conseil.

Si vous utilisez l'Agent of Acquisitions pour drafter un booster contenant le Lore Seeker, et que vous voulez ajouter un nouveau booster au draft, draftez chaque carte restant dans le booster du Lore Seeker. Puis, ouvrez le nouveau booster. Vous pouvez regarder les cartes dans ce booster, mais vous ne pouvez drafter aucune carte. Vous passerez le nouveau booster comme d'habitude. C'était très généreux de votre part.

—Les bonnes paroles des designers, Lore Seeker

Proposé par Drark Onogard le 22/04/2020

Le sondage du bas d'en bas de la page
Que des petites frappes à Croisetonnerre. Quel·le hors-la-loi aurait dû trainer ses bottes là-bas ?

Résultats (déjà 208 votes)