Zendikar vit ses derniers instants, emporté par une peste corruptrice dévorant son mana. - Magic the Gathering

Zendikar vit ses derniers instants, emporté par une peste corruptrice dévorant son mana.



Funcards

Newall SombreLame, le , 1198 consultations , 1

Ulamog se dirigeait vers Porte des Mers, meneur d'une corruption crayeuse nécrosant le plan. Mais il se retrouva pourtant piégé à son seuil par le Réseau ordonné d'hédrons, emporté par l'énergie rét...

  Realcard pure / Créature / Funcard Contest

Cet élément fait partie du Funcards Contest : [FCC] Je vous parle d'un temps...

Ulamog se dirigeait vers Porte des Mers, meneur d'une corruption crayeuse nécrosant le plan. Mais il se retrouva pourtant piégé à son seuil par le Réseau ordonné d'hédrons, emporté par l'énergie rétentrice des pierres. L'espoir, quasiment oublié, presque éradiqué, renaquît pourtant dans les coeurs des zendikaris. Ils étaient sauvés ! Ils avaient enduré bien des souffrances, perdus bien des terres et des compagnons, mais ils avaient gagné !

Mais Ob Nixilis ravivé n'était pas de cet avis. Son ombre ténébreuse planait sur la cité, telle les ailes sombres de noires destinés. Il souhaitait la perte de Zendikar, sur lequel Nahiri, la lithomancienne l'avait jadis restreint, emprisonnant son étincelle dans un hédron, et son corps sur le plan. Il s'élèva au-dessus d'Ulamog, au-dessus de tout ces visages vainqueurs. D'un geste, il déplacea un hédron. D'un geste, il ruina ce renouveau, et condamna le monde à sa perte. Le réseau brisé, Ulmog fut libéré, prèt à déchainer sa faim sur le plan. Mais ce n'était pas suffisant.
D'un appel, il réveilla Kozilek, qui s'était enterré dans les sous-sols du plan. Personne ne pouvait prévoir le retour de Kozilek... ni son effet sur la nature du monde et de ses habitants.
Si Ulamog, l'Épicycle infini, Ulamog, la Voracité Insatiable, est la fin de toute vérité, dissolvant vie et mana de son sillage crayeux, Kozilek est tout autre. Il est Kozilek, Boucher de la Vérité, Kozilek, la Grande Distorsion. Il distord l'essence même de la réalité, de l'espace et du temps. Sa corruption transforme le paysage en une myriade de formes géométriques irisés, aussi insondable que les pensées de l'Eldrazi. Il est apte à posséder toute vie, car toute vie n'est qu'une réalité qui ne demande qu'à s'altérer...

Le décor est posé, la folie insistente. Les dieux sont de retour, la scène va pouvoir se jouer.
Personne n'est prêt à faire l'expérience de tout son passé, son présent et son futur. Pourtant, beaucoup de membres de l'armée menée par Gidéon, allié de Zendikar et la générale Tazri subirent cette ultime folie en succombant à l'effet distordu de Kozilek sur la vérité et la réalité. Tazri elle-même subira cet assaut de sa sanité. Elle reverra sa carrière, comment elle a perdu toute possibilité de ressentir le moindre espoir le jour où elle a accepté de tuer un ange pourchassé par des vampires, par miséricorde. Elle vit...

Spoiler: Montrer
Tazri hurla tandis que la réalité s'effondrait. Elle revivait chaque souvenir... Non, chaque véritable instant de son passé avait lieu maintenant, simultanément, tel un kaléidoscope sans fin. Le halo qu'elle portait au cou, celui de l'ange, était à présent d'un blanc incandescent et la brûlait. Et alors même que son esprit tentait de trouver refuge pour échapper à l'assaut du passé, il était attaqué par l'avenir...

Un scintillement

Tazri eut un large sourire. Son maître tenait Gideon. Le Planeswalker hurla et un bouclier doré l'enveloppa brièvement avant de disparaître. Son maître était le seigneur du temps et de l'espace, et il n'autorisait pas ce genre d'insulte à l'ordre des choses.

Les cadavres des autres importuns jonchaient le sol. C'était ici qu'ils avaient décidé de monter leur ultime assaut, et il avait été aussi bref que risible. Les restes cendreux de la mage de feu fumaient encore après qu'elle eut essayé futilement de blesser le maître de Tazri. La coque desséchée de l'elfe, qui avait tenté de fusionner son essence avec le monde et qui du même coup, avait partagé son sort, gisait un peu plus loin. Et il y avait aussi le corps mutilé du mage de l'esprit. Il avait conjuré des centaines d'illusions dans un ultime effort, et avait vu avec horreur ses propres créations se retourner contre lui, lui transperçant le corps de leurs épées illusoires. À chaque coup d'épée, elles criaient son nom, « Kozilek. »

Kozilek. Le nom emplissait son esprit, le vide qu'elle avait en elle... Il avait redonné un sens à sa vie. Elle se rappelait à peine la vague scintillante qui l'avait enveloppée, qui avait tué tous ses faux amis mais maintenue en vie, sans aucun souvenir. Quand elle avait repris conscience, elle ne connaissait plus que ce nom, résonnant comme un doux carillon dans son âme. Kozilek. Kozilek. Kozilek. Tout était maintenant si clair. Elle avait combattu pour Kozilek et suivi la marche inexorable de l'armée, culminant par cette grande victoire.

Ulamog et ses engeances avaient disparu. Peut-être avaient-ils étés tués, ou étaient-ils partis... Cela n'avait aucune importance. Il ne restait sur le champ de bataille que les armées loyales de son maître. Et le dernier ennemi. Le dernier envahisseur étranger à éliminer, Gideon Jura.

Dans son ancienne vie, avant d'être sauvée par Kozilek, elle n'avait pas aimé Jura. Mais elle avait maintenant encore plus de raisons de le détester. Sa simple présence était une offense. Comment un vaisseau aussi frêle pouvait-il avoir la témérité de défier le seigneur de la réalité en personne ? Gideon Jura devait être puni.

Kozilek serra, et nulle forme mortelle n'aurait pu résister à une telle pression. Gideon Jura explosa. Un sac sanguinolent de chairs déchirées et d'os brisés tomba sur le sol crayeux, rejoignant les cadavres de ses amis. Tazri applaudit et sautilla, extasiée d'être le témoin d'une telle gloire.

Un étrange bourdonnement monta dans ses oreilles. Il ne venait ni de l'air, ni du sol. Il provenait du plus profond d'elle-même. Le bourdonnement se fit plus fort encore, et peu à peu, la militaire devina ce que c'était.

Il ressemblait à un rire. Le rire de Kozilek.

Le bourdonnement résonna dans toute la sphère. Tazri partageait la joie de son maître, mais elle ignorait quelle en était la cause. Kozilek leva un bras. Il y eut une ondulation dans l'espace, et Gideon Jura réapparut, indemne, en vie. Il était une fois de plus empoigné par Kozilek, mais à en juger par sa terreur et ses cris, il était évident que Jura se rappelait. Il se souvenait de sa mort, et savait qu'il allait mourir à nouveau. Kozilek serra et le Planeswalker succomba une fois de plus à l'étreinte de la mort.

Tazri gloussa de délice. Maintenant, elle comprenait la cause de la joie de son maître. Il manipulait le temps et l'espace. Quelle était la conséquence de manipuler une partie infime de ce pouvoir pour assurer les souffrances d'un ennemi ? Encore, et encore, et encore.

Un autre sursaut, une autre ondulation, et Gideon Jura renaissait, et ses hurlements de terreur étaient délicieux.

Un scintillement

La tempête faisait rage. Des nuages de bismuth en fractales explosaient en hèdrons enchantés, tandis que les équisingularités pleuvaient sur des asymétries défiant la gravité.

Cela ne fonctionnait pas. Rien ne fonctionnait.

Pendant les premières dix mille années qui avaient suivi la disparition de Kozilek, Tazri avait utilisé ses nouveaux pouvoirs pour tenter une reconstruction. Mais Kozilek était un piètre créateur, contrairement à son frère plus âgé, et les dons de Tazri n'étaient qu'une pâle imitation de ceux de son maître.

Au départ, elle avait pensé que ce n'était qu'un problème de talent, d'expérience. Bien sûr, elle ne pouvait pas recréer Zendikar dans ses moindres détails dès sa première tentative. C'était impossible. Mais la centième fois ? La millième ? Si elle continuait ses efforts, éventuellement, inévitablement, elle pourrait recréer Zendikar, et ce parfaitement, dans ses moindres détails.

Puis il reviendrait. Zendikar reformé l'appellerait, comme il l'avait fait la première fois. Il le fallait.

Il faudrait seulement du temps, et le temps jouait en sa faveur.

Finalement elle réalisa son erreur de logique. Elle était encore trop humaine, même après des millénaires. Bien que son corps et son esprit eurent subi d'importantes transformations pendant le règne glorieux de Kozilek, elle était encore trop imparfaite, trop faible. Après la disparition du titan, sa puissance et son contrôle étaient certes immenses, car le contrôle de toute la strate des automates lui appartenait. Mais bien sûr, sa volonté n'était pas suffisante pour accomplir sa quête : elle était humaine.

Les humains ne pouvaient jamais aspirer aux ambitions des dieux.

Mais si au lieu de vouloir diriger le changement, elle fournissait simplement le bon environnement pour le déclencher ? Si elle parvenait à établir les bonnes conditions de départ, le bon Zendikar finirait par se créer de lui-même, probablement de la même manière que le Zendikar d'origine s'était formé.

Une fois de plus, il fallait juste du temps.

Sa dernière obsession en date était les intempéries. Mais même ses expériences les plus simples n'avaient pas les résultats attendus. Et tout effort qu'elle faisait pour créer des systèmes plus complexes dégénérait rapidement en chaos aléatoire. Il n'y avait aucun modèle, aucune beauté, aucune chance de faire réapparaître Zendikar.

Elle prit une grande inspiration (pourquoi es-tu encore aussi humaine, cesse de respirer, tu n'en as pas besoin) et se remit au travail.

Elle voulait qu'il revienne. Pourquoi m'as-tu quittée ? N'étais-je pas un bon soldat ? Nous avions gagné. Où es-tu maintenant ? Est-ce que je te manque ? Elle voulait à nouveau entendre son rire, sa présence réconfortante. Elle voulait que ce vide en elle soit à nouveau rempli. Elle continuerait d'essayer, de s'améliorer, de comprendre. Elle leva le visage vers l'étrange pluie, sentant ses formes géométriques couler sur ses joues simulées.

Un scintillement

Les étoiles et le soleil étaient morts et noirs depuis longtemps, et rien ne bougeait, rien ne vivait.

Tazri était ensevelie profondément sous terre, enveloppée dans des cocons d'énergie et de matrice. Elle avait stocké toute l'énergie possible des milliards d'années auparavant, déterminée d'attendre le plus longtemps possible.

Kozilek reviendrait. Elle le savait. Il fallait juste qu'elle soit là quand il le ferait.

La plupart du temps, elle dormait, mais elle devait s'éveiller de temps en temps pour réajuster ses cocons et s'assurer qu'elle ne périrait pas pendant sa prochaine période d'hibernation. Elle devait conserver toute l'énergie qu'elle pouvait. Pour se divertir, elle se racontait des histoires. Généralement, elle choisissait sa préférée : le jour où Gideon était mort.

Elle se la racontait, encore et encore, s'attardant sur la mort de chaque étranger, puis sur toutes les manières dont Jura périssait lors de cette journée sans fin.

L'histoire était si longue, mais quand elle avait terminé, elle recommençait. Chaque fois qu'elle prononçait les mots, elle se souvenait de la chaleur du rire de Kozilek, du sentiment de plénitude qui l'envahissait en sa présence.

Bien qu'elle ne l'eût pas vu depuis des billions d'années, elle savait qu'il reviendrait. Et tout irait bien.

Et pour combler le néant qui la séparait de cet instant, elle avait son sommeil et ses histoires. Cela lui suffirait jusqu'au retour de Kozilek.

« C'est l'histoire du jour où Gideon est mort. »

Un scintillement... Puis un autre


--Extrait de l'histoire officielle, par Ken Tropp


Finalement, Tazri est sauvé par l'ange qu'elle a tué, et dont elle porte le collier. Mais si cela n'avait pas été le cas ? Kozilek aurait pu vaincre. Et alors... Tazri, générale de Kozilek.

Tout d'abord, pourquoi ces divers anachronismes (courronne légendaire, créer, etc.) ? Eh bien, par ce que c'est une réédition !
Bon, ce détail réglé, intéressons-nous à la carte :
très inspirée de la générale Tazri, nous avons donc :
- un effet de tuteur de créature du type associé
- un effet propre à ce type de créature.
- (petit bonus) un effet pour l'ange, qui succombe lui aussi à Kozilek (désolé, je n'ai pas eu le temps de faire le jeton)

Le coup est de 8, mais très (non-)coloré, principalement à cause du premier effet, même si e trouve toujours la carte vraiemnt très, voire trop forte, mais bon... Je fais mon Vorthos !
Le premier effet permet donc de tutoriser un eldrazi. La clause en plus représente l'attente de Tazri du retour de Kozilek (que l'on va chercher). Le fait de ne pas mélanger vient de là : des billions d'années, c'est vraiment long ! On a le temps de connaître le contenu de sa bibliothèque.
Le second permet de mettre un ange pour le tour, qui est l'ange du collier de Tazri, touché par l'altération de Kozilek. l'effet ne dure que pour le tour, car cet ange est quand même normalement mort !
Enfin, dernière capacité : pour 8 (toujours en rapport avec la véritable carte de Tazri, qui coute 5, tout comme sa capa), on crée des Eldrazi et Scions, capacité typiques des eldrazis du bloc.

Pour finir, le TA est simple, mais résume pour moi très bien le pourquoi du comment de cette carte.


(Petit jeu : saurez-vous retrouver les 4 cartes utilisées pour faire l'illustration de cette FC ? Attention, l'une est vraiment dure à trouver...)

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

1 Louange(s) chantée(s) en coeur


Drark Onogard, Le 25/02/2019

Il est vrai que ne pas mélanger sa bibliothèque donne tant d'information que je me demande si cela n'est pas trop puissant. Les autres effets conviennent, parce que c'est vrai qu'il en faut des vrais eldrazis pour faire mana infini... Mais celui-ci me fait douter.

Originalité : 9/10 Qualité : 9/10 Fun : 8/10

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.