L'ultimatum du Sphinx #13 : Puissiez-vous être gracié !

Articles
par Pit142857, le , 8780 consultations , 16

  Quiz / Connaisseur / Theros / Puzzle



Bonjour et bienvenue à ce nouvel Ultimatum du Sphinx !



Voici la solution du précédent Ultimatum (Ultimatum #12) :

Spoiler: Montrer
Dans le précédent Ultimatum, vous aviez en main un carte nommée Croisé céleste. Cette carte était censée être une "carte-piège", c'est-à-dire une carte qui ne devait pas intervenir dans la solution et qui était censée aiguiller le lecteur dans une mauvaise direction. Seulement voilà, il se trouve que Croisé Céleste permet quand même de résoudre l'Ultimatum, alors que j'aurais voulu qu'elle permette seulement de faire descendre l'adversaire à 1 Point de Vie. Du coup, il existe deux solutions : la mienne, dans laquelle la Croisé Céleste n'intervient pas ; et celle trouvée par un sectateur des plus malins, qui consiste à gagner en utilisant la Croisé Céleste, alors que j'aurais voulu que cette solution ne soit pas possible.

Cependant, plutôt que de vous montrer les deux solutions possibles, je vais juste décrire la mienne de la manière la plus précise possible. Si vous voulez jetez un coup d'œil à l'autre solution, il vous suffit de regarder dans les commentaires de l'Ultimatum #12

Voici donc ma solution, c'est-à-dire la solution initialement prévue et qui était censée être unique :



Que commence le défi !

Vous participez à l'Avant-Première Théros, et vous êtes en train de disputer la première partie du premier match de l'AP. Pour cet AP, vous avez choisi vert comme couleur de d'AP, et après avoir reçu vos boosters et votre carte promo Anthousa, héroïne setessienne jouable à cet AP, vous vous êtes rendu compte que vous n'aviez dans vos boosters que très peu de cartes vertes, que vous alliez devoir jouer un deck si vous voulez avoir plus de 0% de chance de gagner, mais que de toute façon, ça vous étiez égal, puisque la carte promo que vous venez de recevoir n'est même pas traduite correctement...

Vous êtes donc au main d'un deck rempli de carte avec la nouvelle mécanique Théros Grâce, que vous avez jugé comme très puissante. Cependant, votre adversaire possède une carte avec une mécanique encore plus puissante que la Grâce : les Dieux. Votre adversaire joue en effet un deck , et a posée quelques tours plus tôt son Purphoros, dieu des Forges, vous faisant ainsi descendre très rapidement à 3 Points de Vie.

Actuellement, c'est votre tour. Au tour précédent, votre adversaire a engagé tout ses terrains afin de lancer la dernière carte de sa main : une Gorgée de ciguë, tuant votre Médomai le Sans-âge fraîchement posée ainsi que vos derniers espoirs de victoire. Comme nous le disions, c'est le début de votre tour, et vous venez juste de piocher une Eidôlon optimiste. Vous l'ajoutez à votre main qui contient déjà À la grâce des dieux, un Verdict divin et des Tactiques tritonnes. Afin de pouvoir lancer ces cartes, vous disposez de 4 Plaines et de 3 Îles. Pour vous aider à faire perdre les 8 Points de Vie restant à votre adversaire, vous contrôlez une Artisane des formes enchantée d'une Alséide observatrice, ainsi qu'un Soldat du panthéon enchanté d'une Naïade des nimbus. Votre adversaire, quant à lui, contrôle un Marteau de Purphoros et Purphoros, dieu des Forges lui-même. (Oui oui, votre adversaire contrôle un Dieu qui, selon certaines mythologies, est censé être plus puissant que n'importe qui ! ). Purphoros est engagé car il attaqué au tour précédent. Afin d'assurer la défense, votre adversaire contrôle également 3 créatures dégagées : Tymaret, le Roi assassin, un Minotaure brisecrâne et un Centaure reparu.

Arriverez-vous à manipulez correctement vos cartes afin d'arracher à votre adversaire la si précieuse victoire ?




(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)


La solution de ce défi sera donnée le mois prochain, avec le prochain défi.
Vous pouvez également proposer vos défis ici, rubrique L'Ultimatum du Sphinx.

Que Novembre vous éblouisse de ces Chatfeu incandescents !

16 Louanges

Panic, le 04/11/2013

Il faut sortir l'Eidolon pour son coup de grâce sur l'Artisane des formes, qui devient une copie de Naïade des nymbus, donc avec le vol. Une attaque avec les 2 créatures et voilà 9 points de vie en moins.

Pit142857, le 04/11/2013

Ça ne marche pas, car Naïade des Nimbus est, à ce moment là, un « enchantement : aura », et non une créature. Or, l'Artisane des formes ne peut devenir la copie que d'une créature, ce qui n'est pas le cas à ce moment là.

Répondre

Vognar, le 30/10/2013

thekraid :Ma solution :
Spoiler: Montrer

On attaque tout d'abord avec le Soldat du panthéon qui a le vol et 4 de force. L'adversaire passe à 4 pv faute de bloqueur avec le vol.

Lors de la seconde phase principale, on lance Tactiques tritonnes pour sur l'Artisane des formes et on lui fait copier le gros Purphoros, dieu des Forges.

On lance ensuite A la grâce des dieux pour sur le Soldat du panthéon pour lui donner la protection contre le bleu. La Naïade des nimbus s'en détache et arrive en jeu en temps que créature, infligeant 2 blessure à l'adversaire grâce à la capa du dieux. L'adversaire descend à 2.

On l'achève en jouant Eidôlon optimiste pour , qui en arrivant sur le champ de bataille inflige les 2 dernières blessures.

Il reste 3 mana non-utilisés, me serais-je trompé quelque part ?

Me serais-je trompé quelque part ?

Oui !

Spoiler: Montrer
La Naïade des nimbus n'arrive pas sur le champ de bataille, elle y reste, sous un statut différent. Donc elle ne déclenche pas la capacité de Popos.

thekraid, le 30/10/2013

Ma solution :

Spoiler: Montrer

On attaque tout d'abord avec le Soldat du panthéon qui a le vol et 4 de force. L'adversaire passe à 4 pv faute de bloqueur avec le vol.

Lors de la seconde phase principale, on lance Tactiques tritonnes pour sur l'Artisane des formes et on lui fait copier le gros Purphoros, dieu des Forges. Elle devient un enchantement qui n'est pas une créature, à cause de notre dévotion au rouge insuffisante. Les SBE sont vérifiés et l'Alséide observatrice s'en détache, arrivant en jeu sous forme de créature et déclenchant la capacité activé de notre copie de dieu : 2 blessures pour l'adversaire.

On lance ensuite A la grâce des dieux pour sur le Soldat du panthéon pour lui donner la protection contre le bleu. La Naïade des nimbus s'en détache et arrive en jeu en temps que créature, infligeant 2 blessure à l'adversaire grâce à la capa du dieux. L'adversaire descend à 0.

On aurait pu également jouer Eidôlon optimiste pour , qui en arrivant sur le champ de bataille inflige les 2 dernières blessures.

Il reste du mana non-utilisés, me serais-je trompé quelque part ?



Edité 1 fois, dernière édition par thekraid le 30/10/2013

Pit142857, le 30/10/2013

Voyons un peu toutes les solutions que vous avez proposées :

Erin :
Spoiler: Montrer
On joue Eidôlon optimiste en grâce sur l'artisane des formes et on utilise son héroique pour qu'elle copie Naïade des nimbus elle est donc au total 5/5 vol/lien de vie/vigilance.
On attaque ensuite avec elle et Soldat du panthéon enchanté qui a lui aussi le vol ce qui donne 9 d'attaque imblocable par l'adversaire ?


Comme cela a déjà été dit, quand la capacité d'Héroïsme de l'artisane des formes se déclenche, Naïade des nimbus est un « enchantement : aura ». Comme ce n'est pas une créature, l'artisane des formes ne peut pas la copier.

Balou, première proposition :
Spoiler: Montrer
-On attaque avec l'Artisane des formes et le Soldat du panthéon.
-A la fin de l'étape de déclaration des attaquants, on lance un Verdict divin ciblant le Soldat du panthéon, la Naïade des nimbus se détache et redevient une créature. On lance A la grâce des dieux ciblant l'Artisane des formes, et on la fait copier la Naïade des nimbus.
-A la fin de l'étape de déclaration des bloqueurs, on lance Tactiques tritonnes ciblant l'Artisane des formes, qui copie Purphoros, dieu des Forges. L'adversaire prend ensuite 8 et perd la partie.


Comme tu l'as dit toi-même après coup, « Purphoros n'est pas une créature sous notre contrôle, parce qu'on n'a pas la dévotion suffisante. »

Zefty, première proposition :
Spoiler: Montrer
  • Lancer pour son coût de grâce en ciblant l'artisane des formes. L'héroïque se déclenche et on cible Purphoros, dieu des Forges.

  • Comme notre dévotion au rouge est inférieure à 5, Purphoros n'est pas une créature et les enchantements sont détachés. On récupère deux créatures et on inflige 4 blessures grâce à notre Purophos qui n'est pas détruit grâce à la nouvelle règle de légende

  • Attaquer avec le soldat du panthéon 4/3 vol.

  • L'adversaire n'a aucune créature avec le vol, prend 4 et perd la partie.


Voici ce qui se passe exactement quand tu lances l'Eidôlon optimiste pour son coût de Grâce en ciblant l'artisane des formes et en la faisant devenir une copie de Purphoros, dieu des Forges :
- Eidôlon optimiste est lancée et est mise sur la pile.
- La capacité d'Héroïsme de l'artisane des formes se déclenche et est mise sur le dessus de la pile. Elle se résout donc en premier : Eidôlon optimiste devient une copie de Purphoros, dieu des Forges.
- Avant que Eidôlon optimiste ne se résolve, les Action basée sur un état s'applique : Puisqu'on a un dévotion au rouge inférieure à 5, notre Purphoros n'est pas une créature. Alséide observatrice devient donc illégalement attaché à notre Purphoros. Comme elle a la Grâce, elle se détache de Purphoros, devient une Créature-enchantement et reste sur le champ de bataille. Puisqu'elle est reste sur le champ de bataille, elle n'arrive pas sur le champ de bataille, et donc elle ne déclenche pas la capacité de notre Purphoros.
- Enfin, Eidôlon optimiste se résout. Puisque la créature que cette aura ciblait n'est plus une créature, et puisque Eidôlon optimiste a la Grâce, elle arrive sur le champ de bataille comme une Créature-enchantement. Elle déclenche donc la capacité de Purphoros, qui inflige 2 blessures à l'adversaire.

Pour répondre à ta question sur le mal de l'invocation :
- Pour Alséide observatrice, elle n'a pas le mal de l'invocation. En effet, on la contrôle depuis le début de notre tour et à aucun moment elle n'a quitté le champ de bataille. Elle est juste passée du type Enchantement au type Créature-enchantement. Cela n'est pas pris en compte pour savoir si une créature a le mal de l'invocation ou non (C'est exactement comme quand on anime un Mutecaveau)
- Pour Eidôlon optimiste, elle a le mal de l'invocation. En effet, tu l'as jouée ce tour-ci. Elle ne peut donc pas attaquer ce tour-ci.

Zefty, deuxième proposition :
Spoiler: Montrer


Oui, c'est la bonne solution.
Pour titiller un peu, quand tu lances Verdict divin sur l'artisane des formes, et que cette dernière devient une copie de Purphoros, dieu des forges, ce n'est pas que Verdict divin ne détruit pas notre Purphoros parce qu'il est indestructible, c'est plutôt que Verdict divin est contré par les règles parce que notre Purphoros n'est pas une créature à cause de la dévotion. Mais bon, je me suis aussi fait avoir au début quand j'ai rédigé l'Ultimatum.

Balou, deuxième proposition :
Spoiler: Montrer
-On cible le soldat du panthéon avec A la grâce des dieux, et on lui donne la protection contre le bleu. La naïade des nimbus est donc détachée et redevient une créature.

-On cible l'Artisane des formes avec Tactiques tritonnes, et on la fait copier la naïade. On attaque avec l'artisane et la naïade pour 6.

-Durant l'étape de fin de combat, on lance Verdict divin en ciblant l'artisane, et on la fait copier Purphoros, dieu des forges. Vu que Purphoros n'est pas une créature sous notre contrôle, le verdict est contrecarré par les règles et n'a aucun effet.

-On joue l'Eidôlon optimiste et l'adversaire prend 2 à cause de la capacité déclenchée de notre Purphoros. On a gagné !


C'est la même solution que la deuxième proposée par Zefty, à l'exception que la minuscule reproche que je lui ai faite est corrigée. C'est donc, tout comme lui, la bonne solution.

gaborzak :
Spoiler: Montrer
Tout pareil au début que balou, c'est à dire :
-On cible le soldat du panthéon avec A la grâce des dieux, et on lui donne la protection contre le bleu. La naïade des nimbus est donc détachée et redevient une créature.

-On cible l'Artisane des formes avec Tactiques tritonnes, et on la fait copier la naïade. On attaque avec l'artisane et la naïade pour 6 de dégat.

- Après le combat, on lance Eidôlon optimiste pour son cout de grace sur l'Artisane des formes. C'est là que ça se complique...
On résout les effets comme suit :
1- On déclenche d'abord l'effet heroique avant de résoudre le sort d'aura, donc on copie Purphoros, dieu des forges avec l'artisane
2- Comme on n'a pas la dévotion rouge nécessaire, la copie de purphoros est un enchantement ce qui détache tous les auras sur lui.
3- On résout maintenant l'arrivée de Eidôlon optimiste en tant qu'aura qui n'a plus de cible valide ce qui fait qu'il arrive en jeu en tant que créature et non en tant qu'aura. Donc paff, 2 PV dans la vue grace à la copie de Purphoros.
Et voila 8 PV en tout et ça fait game.

Mais bon, je ne suis pas sur de tout cela. Quelqu'un peut confirmer?


Que dire ? Cette solution est valide, et elle encore mieux que celle que j'avais prévue ! Je n'avais même pas envisagé ce cas de figure. Bravo !

Et pour répondre à ta question ; si, on a le droit de lancer un sort à la fin du combat, c'est-à-dire pendant l'étape de fin de combat. Et si on le souhaite, on peut même lancer un sort pendant l'étape des blessures de combat, c'est-à-dire après que les blessures ai été infligées. Ce n'est donc pas un problème de lancer un Verdict divin après que les blessures ai été infligées, et avant que les créatures ne soient plus considérées comme étant attaquantes ou bloqueuses, c'est-à-dire au moment où l'étape de fin de combat se termine. Pour schématiser (parce qu'un schéma est toujours plus clair qu'un long discours) :

Début de l'étape des blessures de combat
|
| - Les blessures sont infligées
|
| - Les joueurs peuvent lancer des sorts (comme par exemple Verdict Divin)
|
Fin de l'étape des blessures de combat

Début de l'étape de fin de combat
|
| - Les joueurs peuvent lancer des sorts (comme par exemple Verdict Divin)
|
| - Les créatures sont retirées du combat, elles ne sont donc plus ni attaquantes,
| ni bloqueuses. Les Planeswalkers sont également retirés du combat.
|
Fin de l'étape de fin de combat

Aktarus006 :Ma solution :

Spoiler: Montrer

On commence par jouer à la grâce des dieux sur notre artisane des formes.

On lui donne la protection contre le rouge ou le noir, peu importe. Ici disons Rouge, on active la capacité de l'artisane et on lui fait copier une des créatures adverses avec 2 d'attaque (ici aussi peu importe laquelle).

On se retrouve avec une 4/4 avec protection contre le rouge et une 4/4 vol. On attaque avec les deux créatures et l'adversaire ne pourra bloquer qu'avec son centaure reparu.

Il ne nous reste qu'à utiliser notre verdict divin sur celui-ci pour que nos deux créatures puissent infliger leurs dégâts à notre adversaire, lui faisant perdre ses derniers points de vie.




Malheureusement, ça ne marche pas. En effet, quand tu lances verdict divin sur centaure reparu qui bloque ta 4/4 avec la protection contre le rouge, le centaure reparu est détruit, mais ta 4/4 avec la protection contre le rouge est toujours considérée comme étant bloquée. Quand elle doit infliger ses blessures, elle doit les infliger à la créature qui la bloque. Puisque aucune créature ne l'a bloque, elle n'inflige des blessures à aucune créature. Elle n'inflige donc aucune blessure de combat.
Le seul moyen de passer outre cette règle qui peut sembler un peu étrange, ce serait que ta 4/4 avec la protection contre le rouge ait le piétinement. Dans ce cas, les blessures de combat seraient effectivement infligées à l'adversaire.



Edité 1 fois, dernière édition par Pit142857 le 30/10/2013

Aktarus006, le 30/10/2013

Ma solution :

Spoiler: Montrer

On commence par jouer à la grâce des dieux sur notre artisane des formes.

On lui donne la protection contre le rouge ou le noir, peu importe. Ici disons Rouge, on active la capacité de l'artisane et on lui fait copier une des créatures adverses avec 2 d'attaque (ici aussi peu importe laquelle).

On se retrouve avec une 4/4 avec protection contre le rouge et une 4/4 vol. On attaque avec les deux créatures et l'adversaire ne pourra bloquer qu'avec son centaure reparu.

Il ne nous reste qu'à utiliser notre verdict divin sur celui-ci pour que nos deux créatures puissent infliger leurs dégâts à notre adversaire, lui faisant perdre ses derniers points de vie.

Balou, le 29/10/2013

On a bien le droit de lancer des sorts et d'activer des capacités pendant l'étape de fin de combat. Je pense que ta solution fonctionne aussi, elle a l'avantage de coûter un mana de moins.

gaborzak, le 29/10/2013

Balou, je ne suis pas sûr que tu puisses lancer un sort pendant l'étape de fin de combat...

Par contre j'ai une autre solution, un peu tirée par les cheveux :

Spoiler: Montrer
Tout pareil au début que balou, c'est à dire :
-On cible le soldat du panthéon avec A la grâce des dieux, et on lui donne la protection contre le bleu. La naïade des nimbus est donc détachée et redevient une créature.

-On cible l'Artisane des formes avec Tactiques tritonnes, et on la fait copier la naïade. On attaque avec l'artisane et la naïade pour 6 de dégat.

- Après le combat, on lance Eidôlon optimiste pour son cout de grace sur l'Artisane des formes. C'est là que ça se complique...
On résout les effets comme suit :
1- On déclenche d'abord l'effet heroique avant de résoudre le sort d'aura, donc on copie Purphoros, dieu des forges avec l'artisane
2- Comme on n'a pas la dévotion rouge nécessaire, la copie de purphoros est un enchantement ce qui détache tous les auras sur lui.
3- On résout maintenant l'arrivée de Eidôlon optimiste en tant qu'aura qui n'a plus de cible valide ce qui fait qu'il arrive en jeu en tant que créature et non en tant qu'aura. Donc paff, 2 PV dans la vue grace à la copie de Purphoros.
Et voila 8 PV en tout et ça fait game.

Mais bon, je ne suis pas sur de tout cela. Quelqu'un peut confirmer?

Balou, le 29/10/2013

Cette fois là, je pense que c'est bon :

Spoiler: Montrer
-On cible le soldat du panthéon avec A la grâce des dieux, et on lui donne la protection contre le bleu. La naïade des nimbus est donc détachée et redevient une créature.

-On cible l'Artisane des formes avec Tactiques tritonnes, et on la fait copier la naïade. On attaque avec l'artisane et la naïade pour 6.

-Durant l'étape de fin de combat, on lance Verdict divin en ciblant l'artisane, et on la fait copier Purphoros, dieu des forges. Vu que Purphoros n'est pas une créature sous notre contrôle, le verdict est contrecarré par les règles et n'a aucun effet.

-On joue l'Eidôlon optimiste et l'adversaire prend 2 à cause de la capacité déclenchée de notre Purphoros. On a gagné !



Edité 3 fois, dernière édition par Balou le 29/10/2013

gaborzak, le 29/10/2013

La solution de Zefty me semble fausse car les enchantement-créatures qui redeviennent enchantement ne sont pas considérés comme arrivant en jeu. Elles le sont déjà donc elles ne déclenchent aucun effet d'arrivée en jeu.
Dites moi si je me trompe...

Zefty, le 29/10/2013

Je crois également que la solution d'Erin ne fonctionne pas. Ma solution :

Spoiler: Montrer
  • Lancer l'Eidôlon optimiste por son coût de grâce en ciblant l'artisane des formes. L'héroïque se déclenche et on cible Purphoros, dieu des Forges.

  • Comme notre dévotion au rouge est inférieure à 5, Purphoros n'est pas une créature et les enchantements sont détachés. On récupère deux créatures et on inflige 4 blessures grâce à notre Purophos qui n'est pas détruit grâce à la nouvelle règle de légende

  • Attaquer avec le soldat du panthéon 4/3 vol.

  • L'adversaire n'a aucune créature avec le vol, prend 4 et perd la partie.

Mais je me méfie parce que ça semble étrangement simple...

EDIT : gaborzak dit que les enchantements avec la grâce n'arrivent pas en jeu. Est ce qu'il sont affecté par le mal d'invocation ou est-ce-que on peut attaquer le tour de leur destruction et réincarnation ?

EDIT 2 : voici une deuxième solution au cas ou la première ne fonctionnerait pas :

Spoiler: Montrer



Edité 2 fois, dernière édition par Zefty le 29/10/2013

gaborzak, le 29/10/2013

A priori, tu te trompes en effet. Naïade des nimbus ne copie que la carte brut mais pas les auras qui sont attachées à la carte copiée.
Donc, tu ne peux pas faire game comme cela...
Bon, c'est bien tout ça mais je n'ai pas encore trouvé...

Vagabond, le 29/10/2013

Erin :Je dois probablement me gourer mais ça a l'air assez simple à première vue :
Spoiler: Montrer
On joue Eidôlon optimiste en grâce sur l'artisane des formes et on utilise son héroique pour qu'elle copie Naïade des nimbus elle est donc au total 5/5 vol/lien de vie/vigilance.
On attaque ensuite avec elle et Soldat du panthéon enchanté qui a lui aussi le vol ce qui donne 9 d'attaque imblocable par l'adversaire ?


je ne crois pas que artisane des formes puisse copier le Naïade des nimbus car elle est un enchantement aura, et pas une créature à se moment... il me semble

Balou, le 29/10/2013

Sauf erreur de ma part, ta solution ne marche pas Erin : la naïade n'est pas une créature tant qu'elle est une aura, tu ne peux donc pas la copier directement avec l'artisane. Ma solution :

Spoiler: Montrer
-On attaque avec l'Artisane des formes et le Soldat du panthéon.
-A la fin de l'étape de déclaration des attaquants, on lance un Verdict divin ciblant le Soldat du panthéon, la Naïade des nimbus se détache et redevient une créature. On lance A la grâce des dieux ciblant l'Artisane des formes, et on la fait copier la Naïade des nimbus.
-A la fin de l'étape de déclaration des bloqueurs, on lance Tactiques tritonnes ciblant l'Artisane des formes, qui copie Purphoros, dieu des Forges. L'adversaire prend ensuite 8 et perd la partie.


EDIT : Ah, je me suis trompé aussi. Purphoros n'est pas une créature sous notre contrôle, parce qu'on a pas la dévotion suffisante.



Edité 1 fois, dernière édition par Balou le 29/10/2013

LDSTal, le 29/10/2013

Erin :Je dois probablement me gourer mais ça a l'air assez simple à première vue :
Spoiler: Montrer
On joue Eidôlon optimiste en grâce sur l'artisane des formes et on utilise son héroique pour qu'elle copie Naïade des nimbus elle est donc au total 5/5 vol/lien de vie/vigilance.
On attaque ensuite avec elle et Soldat du panthéon enchanté qui a lui aussi le vol ce qui donne 9 d'attaque imblocable par l'adversaire ?


C'est ce que je pensais faire mais la Naïade des nimbus n'est pas une créature mais un enchantement à ce moment là, donc impossible à copier par l'artisane

Erin, le 29/10/2013

Je dois probablement me gourer mais ça a l'air assez simple à première vue :

Spoiler: Montrer
On joue Eidôlon optimiste en grâce sur l'artisane des formes et on utilise son héroique pour qu'elle copie Naïade des nimbus elle est donc au total 5/5 vol/lien de vie/vigilance.
On attaque ensuite avec elle et Soldat du panthéon enchanté qui a lui aussi le vol ce qui donne 9 d'attaque imblocable par l'adversaire ?

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Partenaire Magic ATP

Hour of Devastation / L'Age de la Destruction - Lot 10 Boosters De 15 Cartes - (en Français)

40.00 € 28.50 €

Juzám Djinn (Oversized 6x9 Promos Arena League) (en anglais)

14.00 € 7.00 €

Deck Magic - Commander : Anthology - (EN ANGLAIS)

149.00 € 125.00 €

Sondage

L'hiver arrive, comme disait l'autre. La solution au froid c'est :

Résultats
(déjà 125 votes)