La guerre des prix aura bien lieu - Magic the Gathering


La guerre des prix aura bien lieu

News



ylloh, le , 1858 consultations , 5

L'annonce de WotC de ne plus imposer de prix conseillé pour la vente de ses produits est passée comme un épiphénomène pour une grande partie des joueurs de la communauté, un pet de gobelin fumeux parmi tant d'autres...

  1er Avril

Hé ben oui ma pauv' dame, aujourd'hui il n'y a plus d'autorité, plus d'ours polaire, plus de saison et bientôt plus de prix. L'annonce de WotC de ne plus imposer de prix conseillé pour la vente de ses produits est passée comme un épiphénomène pour une grande partie des joueurs de la communauté, un pet de gobelin fumeux parmi tant d'autres.

Et pourtant les conséquences sont loin d'être anodines, très loin. Car bien malin est celui qui a vu l'objectif caché derrière cette annonce : ouvrir une guerre des prix chez les revendeurs qui n'a qu'un seul but, qu'un seul idéal : faire payer plus cher le consommateur.

Vous ne le savez pas encore mais vous êtes déjà pigeonnés. Explications.

Étape 0 : S'il n'y a plus de prix de vente conseillé, c'est qu'il n'y a plus d'accord sur un prix de vente "minimal" qui permet aux revendeurs notamment les plus humbles (par exemple votre boutique de quartier ou votre webzine communautaire) d'avoir une marge décente donc de payer un salaire décent à leurs employés et de ne pas travailler à perte (commerce équitable quand tu nous tiens).

Étape 1 : Les revendeurs géants (dont principalement les boutiques en lignes et bientôt les géants de la grande distribution) lancent une politique de baisse de prix ultra agressive pour s'accaparer le marché. Seuls ceux qui font du volume pourront suivre et survivre. Votre boutique locale et votre petit site web avec leur visibilité limitée ne pourra rien contre le marketing à outrance et fermera ses portes faute de client.

Étape 2 : Regroupement des revendeurs Magic autour de quelques supers acteurs, qui plus est, internationaux par mort des petits revendeurs. Les clients sont désormais captifs.

Étape 3 : Accord sous le manteau sur les prix de vente entre ces super-vendeurs et leur fournisseur (WotC).

Étape 4 : Augmentation progressive des prix, sur le long terme, de quelques centimes par an (c'est l'inflation ma pauv' dame) pour arriver quelques années plus tard à un prix de vente supérieur à ce qui était pratiqué avant.

Le consommateur n'y a vu que du feu, il a eu l'impression d'être le roi de la bonne affaire au départ, mais il finira dans leurs filets, son porte monnaie soumis à leurs caprices.

Vous criez à la vision apocalyptique, au sophisme et on aurait souhaité vous donner raison. Malheureusement les géants de la distribution lorgnent depuis des années sur le marché des jeux de cartes à collectionner parce qu'il leur échappe totalement et qu'il pourrait pourtant arrondir leurs fins de mois qui commencent à devenir difficiles face aux nouveaux modes de consommation.

Car oui, acheter un booster c'est un acte noble, un plaisir d'esthète. Psychologiquement, un joueur digne de ce nom ne peut le mettre dans le même panier que la brandade de morue ou la savonnette à foufoune. Les grandes surfaces le savent et n'ont que l'argument du prix pour appâter le chaland.

Croyez-nous, ils tiennent là une occasion unique de prendre leur revanche et la guerre est déjà déclarée : depuis ce matin par exemple chez Auchan Direct, on brade les boosters :





Allez y faire un tour, il y a des affaires à faire sur les boosters (et sur la Contrex).

E.Leclerc a répondu du tac au tac :





Amazon ne va pas rester de marbre et se prépare à dégainer sa promotion de masse. On parle même de boosters à prix coutant.

Quid des autres ? Quid des "petites" boutiques en ligne comme MagicCorporation, Parkage ou Magic Bazar ? Tout ce qu'on peut dire pour l'instant, c'est que ça sent la fin de l'été. Malgré vos achats, ils peinent à rentabiliser leurs coûts de fonctionnement notamment le développement et la maintenance des sites Web. Comme vous avez pu le voir, MagicCorporation ne sponsorise plus la SMF, faute de moyens financiers. Les bruits de couloir font état d'un rachat d'une grande partie des sites français par Cardmarket, le leader européen qui a déjà siphonné l'échange de cartes en ligne. Les discussions sont en cours. Jusqu'à ce qu'il soit lui-même victime d'une OPA d'Amazon et consorts.

Hé bien oui ma pauv' dame, aujourd'hui le moteur de recherche, c'est Google, le réseau social c'est Facebook et le vendeur de Magic c'est Amazon.

Est-ce vraiment le monde que vous voulez ? Un conseil, ne plongez pas dedans.

Edité 3 fois, dernière édition par ylloh le 17/05/2019

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  5

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

5 Louange(s) chantée(s) en coeur



aritchi
Le 02/04/2019

Exact et c'est très malheureux pour notre petite boutique du coin
Déjà que ces magasins ont du mal à s'en sortir avec internet et la vente entre particulier...alors ouverture au géant commercial et c'est fini.... enfin nous sommes aussi responsable (card market et autre)

bientot peut etre la vente direct sur le site officiel wizard...qui sait ?


Seb_Cmkt
Le 04/04/2019

WotC veut déjà lancer un site depuis lequel offrir les produits les plus "Premium", pour éviter les fiasco genre Hasbro Toy Shop ou Ebay avec les Mythic Edition.

De la même façon qu'Amazon a tué Toys'r'us, la petite boutique devra soit survivre en tant qu'espace de jeux soit trouver d'autres revenus. Internet c'est la mort du petit commerce depuis le début.

Répondre

Shagore
Le 01/04/2019

aritchi a dit :
beau poisson l'ami.... je te met un marqueur +1/+1

C'est probablement notre AFA 2019, mais malheureusement, une bonne partie de ce qui est dit dans la première moitié de l'article peut s'avérer vrai.

aritchi
Le 01/04/2019

beau poisson l'ami.... je te met un marqueur +1/+1

Drark Onogard
Le 01/04/2019

Voilà un vrai dilemme moral. Mon salaire est pas des plus élevés, donc je consomme finalement assez peu de Magic... Et ce genre d'opportunité me permettrait de me mettre à fond dedans. Mais d'un autre côté, déserter les boutiques qui me fournissent des moments de plaisir juste pour une question de prix paraît franchement moyen. Question : vais-je trouver un moyen de bouffer à tous les râteliers ?