L'univers de Magic : Kamigawa

Articles
par Tybalt, le , 42107 consultations , 18

  Connaisseur / L'univers de Magic







Les chutes d'eau de Kamitaki, où siège Minamo, école de la Cascade.

"The Land of Ten-Thousand Legends", dit un article de présentation de Kamigawa sur le site de WotC. Et en bouclant cet article, je peux vous dire que même s'il n'en contient pas dix mille, ce bloc, que l'on pourrait prendre pour une pâle tentative de faire un Magic japonisant, décrit l'un des mondes les plus foisonnants de Magic en termes d'ambiance.

Après les graphismes chromés de Mirrodin, Magic revient à une ambiance médiévale-fantastique a priori moins surprenante. Guerriers de Kamigawa, dixième extension autonome du jeu, et ses deux suites, Traîtres de Kamigawa et Libérateurs de Kamigawa, explorent de nouveau un plan du multivers de Dominia jusque là inconnu et sans rapport direct avec le monde de Dominaria.
L’originalité de Kamigawa réside dans son inspiration résolument japonisante, qui rompt franchement avec l’imaginaire jusque là majoritairement occidental de Magic pour la première fois depuis les Mille et une nuits d’Arabian Nights (est-ce pour concurrencer un autre jeu de cartes à succès dans l’esprit de Magic, Le Livre des Cinq Anneaux (Legend of the Five Rings) dont le monde, Rokugan, s’inspire lui aussi du Japon médiéval ?). Le plan de Kamigawa est totalement indépendant de celui de Dominaria et sans doute aussi ancien, et contrairement à l’histoire de Mirrodin, il n’y a plus de connexion possible entre les deux mondes via un personnage déjà connu, même dans les romans.

Logique narrative

Wizards of the Coast poursuit avec Kamigawa la même logique de développement de l’univers que celle adoptée à partir de Mirrodin : les cartes décrivent un monde dans sa structure, avec ses forces en présence, ses héros, ses légendes, et des allusions à une intrigue générale, mais sans détails narratifs ni groupe de personnages récurrents autres que les auteurs des citations dans les textes d’ambiance, dans un esprit proche d’un Fallen Empires, contrairement à l’histoire que l’on apercevait encore dans les blocs Odyssée et Carnage. Les joueurs désirant une véritable histoire continue, dévoilant l'intrigue principale, sont entièrement renvoyés aux romans. En revanche, le mini-site du bloc Kamigawa sur le site de Wizards of the Coast, propose une série de 20 nouvelles se déroulant en marge de l'histoire principale, dans le contexte général de la guerre des kami, et s'inspirant chacune d'une carte de personnage légendaire, autour duquel elles bâtissent une petite histoire. On en revient ainsi au principe de Legends, qui voulait que chaque carte de légende ait sa propre histoire - mais le développement d'Internet et une dizaine d'années d'expérience dans la conception et la promotion du jeu sont passés par là entre temps, et le résultat est un univers foisonnant dont les cartes amorcent toutes sortes d'intrigues peu ou pas rattachées à l'intrigue principale détaillée par les romans.
Les peuples correspondant aux différentes couleurs font preuve d’une certaine originalité et marquent la volonté de respecter l’esprit des contes japonais (l’unique peuple de fantasy générique conservé, les gobelins, adopte un visuel très particulier). L’emploi de nombreux termes japonais sur les cartes, susceptible de désorienter les joueurs, est contrebalancé par des articles explicatifs sur le site officiel du jeu. Il apparaît clairement que Magic ne mise plus désormais son succès sur les aventures d’un groupe de personnages récurrents mais sur sa capacité de renouvellement dans l’invention de cadres de jeu originaux.


Les montagnes de Sokenzan. Au loin, ce sont probablement les Pics du Tendo.

Les mécanismes

Sur le plan des mécanismes, Guerriers de Kamigawa se caractérise par des règles en rapport étroit avec son univers :
- Les règles concernant les légendes, introduites dans Legends, sont légèrement modifiées : « légende » n’est plus un type de créature mais un super-type, tout permanent pouvant être « légendaire » en plus de son type normal ; et lorsqu’un deuxième exemplaire d’un permanent légendaire arrive en jeu, tous les exemplaires vont au cimetière. Les trois extensions Kamigawa comprennent de nombreuses cartes légendaires (créatures, terrains, artefacts, et même, plus original, des enchantements), en accord avec leur esprit particulièrement épique. Ce qui est moins en accord avec l'esprit épique, par contre, et qui a déplu à certains joueurs à la sortie de ces extensions, c'est la présence de cartes de légendes non plus seulement parmi les rares, comme d'habitude, mais aussi parmi les cartes inhabituelles, voire communes. Une légende commune est-elle encore légendaire ? That is the question...
- Certaines créatures « héroïques » ont des cartes en deux parties (V.O. flip cards) qui peuvent être inversées à certaines conditions, les caractéristiques figurant sur leur partie inférieure étant bien sûr plus avantageuses.
- Le bushido est une capacité de combat qui renforce plus ou moins la puissance d’une créature chaque fois qu’elle bloque ou devient bloquée.
- La vigilance regroupe sous un mot-clé une capacité jusque là donnée sur les cartes comme « attaquer avec cette créature ne la fait pas s’engager ».
- Certains sorts sont des arcanes en plus de leur type normal, et les sorts dotés de la capacité Imprégnation d’arcane (Splice onto Arcane) peuvent être lancés sans quitter la main du joueur au moment où celui-ci joue un autre sort d’arcane, s’il paye le coût de la capacité et révèle le second sort depuis sa main.
- De nombreuses créatures ont comme type « esprit » (spirit), en accord avec l’intrigue de Kamigawa, qui raconte la guerre entre le monde matériel et le monde spirituel.
- La transmigration (soulshift) est une capacité réservée à certains esprits, qui permet au joueur, lorsque l’esprit en question est mis au cimetière, de récupérer dans son cimetière une autre carte d’esprit d’un coût en mana plus ou moins élevé.

Le monde de Kamigawa

L'intrigue du bloc Kamigawa se déroule "bien longtemps avant que le monde de Mirrodin soit ne serait-ce qu'une étincelle dans l'oeil de son créateur", ce qui suffit à la placer bien avant l'Apocalypse de Dominaria. Scott McGough, auteur des romans Kamigawa, a indiqué que la guerre des kami commençait en 3730 A.R., donc quelque part pendant l'intrigue de La Destinée d'Urza ; elle se termine vingt ans plus tard, en environ 3750 A.R. L'intrigue principale du bloc et des romans se déroule pendant la vingtième année de guerre.
Le monde de Kamigawa est partagé entre deux dimensions superposées : le monde matériel et le monde spirituel, où vivent des esprits, les kami, les dieux de Kamigawa, très nombreux, tous liés à un aspect particulier de la nature ou de la culture, et capables de s’incarner sous les apparences les plus surprenantes. La magie des sorciers de Kamigawa est d’ailleurs entièrement fondée sur l’adoration des esprits. Les deux mondes sont séparés par un voile, plus ou moins palpable et résistant selon les endroits (Ouvrir le voile). Dès le début de la guerre, les humains et les kami tentent de le retourner à leur avantage, chaque camp à sa façon (les sorciers de l'académie de Minamo utilisent par exemple un Champ de réalité pour rendre leurs guerriers insensibles aux attaques des esprits).

Au milieu des montagnes de Sokenzan, parmi les Pics du Tendo, se trouve un pic de pierre qui s'élève à une hauteur vertigineuse : c'est Untaidake, gardien des nuées, qui monte jusqu'au ciel.
La forêt de Jukai abrite Boseiju, celui qui abrite tout, un énorme cèdre recourbé sur lui-même : c'est le plus vieil arbre du plan de Kamigawa.



Dans les plaines de Towabara vivent les humains du clan du daimyo Konda (Konda, seigneur d'Eiganjo), qui mène la guerre contre les kami depuis le château Eiganjo . Le château se dresse d'ailleurs au centre d'un espace désolé, une sorte de no man's land criblé de ruines et de cratères et que l'on nomme l'Araba (c'est cet endroit qu'on peut voir sur les Plaines Kamigawa).
Konda dirige une puissante armée de samouraïs (Hatamoto de Konda, Argousins samouraïs) secondé principalement par le généralTakeno (Takeno, général samouraï - c'est à lui qu'appartient Gardefoi, le daisho de Takeno, un daisho désignant la paire d'armes traditionnelle du samouraï, qui comprend le katana - épée longue - et le wakisashi - courte dague).
La conseillère du daimyo, Masako la Taciturne, est redoutée par tous les occupants du château, qui savent qu'elle est les yeux et les oreilles de Konda (dans Traîtres... apparaît son Kanzashi orné, et l'on voit que même ses parures féminines sont des outils d'espionnage).
Parmi les rangs des valeureux bushis (guerriers) de l'armée de Konda combattent de nombreux héros en devenir : ainsi la double-carte Bushi pied-tendre devient-elle, une fois retournée, un héros légendaire, Kenzo l'Impitoyable. Un autre héros notable est Nagao, lié par l'honneur. Dans Traîtres de Kamigawa apparaîtra Kentaro, le chat grimaçant, samouraï et recruteur de troupes pour le compte de Konda.
L'armée des bushis combat à pied, guidée par la bannière de Konda, mais on trouve aussi de curieux samouraïs montés sur des phalènes (V.O. moths), des créatures volantes : Samouraï chevauche-phalène.
Outre le daimyo Konda lui-même, Konda, seigneur d'Eiganjo, nous trouvons la carte de son chien (Isamaru, chien de Konda). Traîtres de Kamigawa montre son yojimbo (garde du corps), Oeil d'opale, yojimbo de Konda, un kitsune. Quant à sa fille, qui joue un rôle central dans l'histoire, au moins parce qu'elle cherche à découvrir la nature exacte du crime qu'a commis son père contre les kami, elle n'apparaîtra que dans la troisième extension du bloc : c'est Michiko Konda, chercheuse de vérité.
Autres informations : sur Takeno, général samouraï, voyez la nouvelle d'Ed Stark "Duty Bound".



Les kitsune sont des hommes-renards figurant eux aussi sur les cartes blanches. Depuis des siècles, ils ont prêté serment d'allégeance à la lignée des daimyo d'Eiganjo, et continuent de prêter leur aide à Konda pendant la guerre. A leur tête se trouve le Sensei Queue-Dorée. Un prêtre kitsune fameux, qui apparaît à plusieurs reprises sur les textes d'ambiance, est Huit-queues-et-demi.
Autres informations : sur Huit-queues-et-demi, voyez la nouvelle de Rei Nakazawa "Eight and a half tales".



L’académie de Minamo (Minamo, école de la Cascade), qui flotte au-dessus de la Grande Cascade de Kamitaki (les plus grandes chutes d'eau de Kamigawa, sur le fleuve Yumegawa), abrite les sorciers de Kamigawa. Ils sont dirigés par Hisoka, Sensei de Minamo, dont le savoir rend possible une résistance durable des humains contre la magie des kami (Résistance d'Hisoka). De nombreux textes d'ambiance comprennent des passages de la correspondance entre Hisoka et le daimyo Konda ; dans ces lettres, malgré son soutien au camp humain dans la guerre, Hisoka se montre extrêmement pessimiste sur l'issue du conflit entre humains et kami.
A l'école de Minamo réside également Azami, dame des parchemins, qui assiste Hisoka dans ses recherches (elle-même assistée par une charmante bête : Demain, familier d'Azami, qui apparaît dans Traîtres de Kamigawa). Dans Libérateurs de Kamigawa on découvre une dernière grande figure de l'école, Kaho, historienne de Minamo. Les sorciers de l'école sont appelés des jushis, et la guerre donne à certains d'entre eux l'occasion d'acquérir un renom légendaire : tel cet Apprenti jushi qui deviendra Tomoya le Révélateur une fois retournée sa double carte, ou l'Etudiant des éléments qui devient Tobita, maître des vents.
Autres informations : sur Azami, dame des parchemins, voyez la nouvelle de Gwendolyn Kestrel "Everything".



Dans le ciel, sur les nuages dans et autour du palais d'Oboro (Oboro, le palais dans les nuages, qui n'apparaît que dans Libérateurs de Kmigawa), vivent les soratami, des lunaréens (V.O. moonfolk, également bleus), des humanoïdes pâles pratiquant une magie "météorologique" : voyez par exemple Forge-pluie soratami, Pastenuage soratami. Leurs figures marquantes sont Meloku le Miroir voilé , magicien soratami expert en illusions, descendu parmi les hommes pour conseiller les sorciers de l'académie de Minamo, et Uyo, prophétesse silencieuse, qui, comme son nom l'indique, est muette.



Dans les marais de Takenuma et la cité de Numai vivent les hommes-rats nezumi, dont le chef est Ronge-moëlle. Les premiers shamanes nezumis apprirent la magie à partir de parchemins dérobés dans l'académie de Minamo (Déchiffre-os nezumi). Ces marais abritent aussi des créatures démoniaques, les oni (par exemple Bourreau oni), des kami maléfiques dont le culte reparaît et attire les ogres des montagnes vers les marécages. Deux grands seigneurs onis sont Kuro, seigneur des fosses et Seizan, corrupteur de la vérité. Les ogres et les oni apparaissent aussi sur certaines cartes rouges. L'un des pires endroits de Takenuma est Shizo, la réserve de la mort, lieu hanté par les esprits de 891 samouraïs morts lors d'une seule bataille. Dans les marais de Takenuma rôde enfin Kiku, fleur de la nuit, une maîtresse assassin qui attaque les voyageurs en animant contre eux leurs propres ombres (voyez donc Ombre de Kiku dans Libérateurs...).



Les montagnes, principalement les montagnes de Sokenzan et les Pics du Tendo, abritent les akkis, des gobelins à peau de roc (Akki lance-charbon, Akki languepierre...). Parmi leurs grandes figures, citons les shamanes Kiki-Jiki, brise-miroir et Ben-ben, ermite akki, et le chef de guerre Zo-zu le châtieur. Les montagnes abritent aussi des ogres, par exemple l' Adepte de sang, qui peut devenir Goka l'Injuste, la corruption des ogres se faisant toujours par l'intermédiaire des oni du culte du sang, dont le seigneur est Shimatsu à l'habit de sang. Il y a aussi les ogres qui habitent les montagnes de Sokenzan, peu peuplées (Cogneur de Sokenzan). Dans les montagnes se trouve Shinka, forteresse sanglante, dont le texte d'ambiance laisse penser qu'elle est habitée par des ogres (dans l'extension suivante apparaissent Hidetsugu le malfaisant, seigneur de Shinka, et le Gardien de la porte de Shinka). Les montagnes de Sokenzan abritent aussi des ronins, des samouraïs sans clan car chassés de leur clan d'origine (Ronin enragé par la bataille, Ronin maître-chien)... et aussi des bandits, ronins et bandits étant dirigés d'une main de fer par Godo, seigneur de guerre bandit, dont l'arme de prédilection est le massif Tenza, le lacérateur de Godo - on apprendra dans Libérateurs... le secret de sa force : il boit du Vin de sang et de fer ! C'est probablement à lui qu'appartient la Salle du seigneur bandit. Les Frères Yamazaki sont deux samouraïs jumeaux généraux de Godo (celui-ci les appelle d'ailleurs Vladimir et Estragon parce qu'ils ne font jamais rien sans lui et que donc quand il n'est pas là ils attendent Godo... désolé, pas pu m'empêcher !).
Autres informations : sur Kumano, maître yamabushi, voyez la nouvelle de Jay Moldenhauer-Salazar "Mountain Secret". Sur Kiki-Jiki, brise-miroir, voyez la nouvelle d'Alexander O. Smith "The Dragon's Errand, or How Kiki-Jiki, Mirror Breaker, got his name". Sur les Frères Yamazaki, voyez la nouvelle de Jay Moldenhauer-Salazar "Bonds of Ice and Fire".



La forêt de Jukai est peuplée par des moines humains et par des hommes-serpents nommés orochis.
Au cœur de la forêt se trouve Okina, le temple des ancêtres , lieu de méditation pour les nombreux moines et ermites qui se sont retirés dans la forêt, par exemple ceux de l' Ordre de la Cloche sacrée, qui gardent la Cloche de Junkyo. Dosan la feuille tombante, qui réside en permanence dans la forêt de Jukai (Aperçu de la nature), accueille les nouveaux venus en quête de sagesse (Humble budoka). Chacun peut y accomplir son parcours spirituel : ainsi le Jardinier budoka peut devenir Dokaï, tisserand de la vie. Une figure solitaire originaire de Jukai est Azusa, égarée mais en quête, qui a quitté sa forêt natale pour voyager à travers tout Kamigawa.



Les orochis, hommes-serpents à quatre bras (Ranger orochi, Leurreur de la tribu Matsu), qui naissent dans des couvoirs de forme ovoïde (que l'on peut voir sur Couvoir orochi et sur les Forêt Kamigawa). Trois tribus sont citées sur les cartes de l'extension : la tribu Kashi (Guerriers de la tribu Kashi), la tribu Matsu (Leurreur de la tribu Matsu) et la tribu Sakura (Ancêtre de la tribu Sakura). Parmi leurs figures marquantes, citons Seshiro l'Oint (et là on se rend compte qu'avoir quatre bras c'est pratique pour pouvoir tirer à l'arc avec deux arcs à la fois) et Sosuke, fils de Seshiro (tiens, lui c'est plutôt l'escrime...).
La faune de la forêt de Jukai comprend par exemple des kumos, qui ne sont autres que des araignées géantes : Vénérable kumo, Kumo tisse-orbe. Mais elle abrite surtout de très nombreux esprits et kami de toutes tailles et de toutes puissances.

Parmi les artefacts, la Carapace du dernier kappa fait référence aux kappas, des créatures connues du folklore japonais qui possèdent une carapace de tortue et ont un caractère malicieux. Il semble donc que des kappas aient vécu autrefois sur Kamigawa, mais aient fini par disparaître pour une raison qui n'est pas précisée.

Les kami

Les kami, sous la forme de créatures légendaires ou de créatures portant le type "Esprit", sont extrêmement nombreux et variés, et sont présents dans toutes les couleurs du jeu.

Les kami légendaires

Parmi les kami légendaires, on peut citer plusieurs cycles de cartes :
Les Myojins, des esprits liés chacun à l'un des cinq Honden, les anciens reliquaires des kami (voir plus loin), sont les plus puissants des kami immédiatement en dessous de l'O-kagachi : Myojin du feu purificateur, Myojin des vents témoins, Myojin des confins de la nuit, Myojin de la rage infinie et Myojin de la toile de vie.
Cinq kamis dragons : Yosei, l'étoile du matin, Keiga, l'étoile des marées, Kokusho, l'étoile du soir, Ryusei, l'étoile descendante et Jugan, l'étoile ascendante.
Les Kodamas, des esprits de la forêt (merci Princesse Mononoke !) : Kodama de l'arbre du nord, Kodama de l'arbre du sud, auxquels se joindra dans l'extension suivante le Kodama de l'Arbre Central. (Voyez aussi Portée du Kodamaet Puissance de Kodama).
Iname, kami de vie et de mort, qui apparaît sous deux aspects : Iname, aspect de la vie et Iname, aspect de la mort. Dans Libérateurs... ses deux aspects fusionnent en Iname Unifié (mais pourquoi diable me fait-il autant penser au Dieu-Cerf, toujours dans Princesse Mononoke ?).
Hikari, vigile du crépuscule : c'est le kami qui garde la frontière entre le jour et la nuit.
L'Innommable, gardien du savoir immémorial des kami, qui rend fou tous ceux qui ont le malheur d'entendre sa parole. Azami, dame des parchemins mène ses propres recherches à son sujet.
Horobi, gémisseur de la mort, kami macabre de deuil et de plaintes - voyez plus loin "La bataille de Reito".
Celui qui a faim, sur lequel je n'ai pas trouvé d'histoire particulière.
Dans Libérateurs de Kamigawa, dernière extension du bloc, apparaît un dernier kami légendaire, le Kami du croissant de lune.
D'autres kami légendaires n'ayant pas leur propre carte apparaissent sur différents sortilèges : Terashi, kami du soleil, sur Cri de Terashi (puis, dans l'extension suivante, sur Emprise de Terashi et Verdict de Terashi).
Autres informations : A propos de Jugan, l'étoile ascendante voyez la nouvelle de Jay Moldenhauer-Salazar "The Dragon Shield". A propos d'Iname sous ses deux aspects, voyez la nouvelle de Rei Nakazawa "Thankless Child - A Story of Iname, Kami of Life and Death". A propos de L'Innommable, voyez la nouvelle de Rei Nakazawa "Told in Whispers" sur le mini-site des Champions de Kamigawa.

Les kami non légendaires

Parmi les séries de kami, les Zuberas, gardiens des cinq Hondens, ne sont pas légendaires, ce qui laisse supposer qu'il n'y en a pas un par Honden mais plusieurs : Zubera au chant silencieux, Zubera aux rêves flottants, Zubera à la peau cendreuse, Zubera aux poings de braise, Zubera à la langue baveuse.
Libérateurs... montre ensuite deux nouveaux zuberas : Zubera aux marées impétueuses et Zubera à l'oeil brûlant.

Mais la grande majorité des kami non légendaires figurent sur des cartes simplement appelées "Kami (de) quelquechose". Ils représentent les multiples petits dieux de Kamigawa, chacun incarnant un aspect particulier de la nature. Quelle que soit leur aspect, leur taille, leur puissance et leur agressivité à l'égard des hommes, les kami ont tous une chose en commun : une apparence particulièrement bizarre, voire surréaliste, voire loufoque. Voyez donc, à titre d'exemples, le Kami de la loi ancienne, le Kami du reflet perverti, le Kami de la lune descendante, le Kami de souffrance et le Kami des vignes...



La guerre des kami

Vingt ans avant le début de l'histoire de l'extension, le daimyo Konda a commis un crime contre le monde des esprits, en leur dérobant quelque chose. Depuis lors, les hommes se retrouvent en guerre contre les kami, leurs propres dieux, sans même savoir pourquoi.
Les romans correspondant aux trois extensions racontent comment la fille du daimyo, Michiko Konda, s’efforce de mettre fin à la guerre. Tandis qu'elle parcourt Kamigawa à la recherche de renseignements, elle croise sur sa route le samouraï Toshiro Umezawa (dont la carte n'apparaît que dans l'extension suivante). Toshiro est un ochimusha, un guerrier déshonoré. Originaire de la cité de Numai, dans les marais de Takenuma, il est au départ, dans les romans, au service du Myojin des confins de la nuit, kami ambitieux qui a ses raisons de vouloir prolonger la guerre pour son propre profit. Le Myojin dote Toshiro de pouvoirs de magie noire pour l'aider à accomplir sa mission, à savoir s'infiltrer dans château Eiganjo pour dérober au seigneur Konda ce qu'il a pris aux kami... et surtout ne pas le leur rendre ! Mais au cours de sa mission, Toshiro accepte d'aider Michiko Konda à découvrir ce qui s'est vraiment passé, et entame un double jeu fort dangereux avec son employeur kami...

De manière comparable à ce qui apparaissait sur les cartes de Fallen Empires ou d’Ere glaciaire, on retrouve des textes d’ambiance présentés comme des extraits d’ouvrages historiques, comme L’histoire de Kamigawa, Grandes batailles de Kamigawa ou Observations sur la guerre des kami, qui relatent la guerre entre mortels et kami comme appartenant à un lointain passé (contrairement à toute l’histoire de la saga de l’Aquilon, racontée au passé mais qui n’était pas présentée comme enregistrée dans des livres, et dont on ignorait la fin, ce qui autorisait toutes sortes de rebondissements dans une logique de feuilleton). On trouve des citations du seigneur Konda lui-même, mais aussi des passages de lettres adressées à Konda par le sensei Hisoka, toujours en défaveur de la guerre entreprise par Konda, ou de lettres de rapports adressées à Konda par son général en chef Takeno (Takeno, général samouraï), et aussi des paroles de Masako, conseillère de Konda (Masako la Taciturne).

Les reliquaires des kamis

Guerriers de Kamigawa comprend une série de cartes appelées les Honden. Ce sont des reliquaires (Shrine), à raison d'un par couleur : Honden du feu purificateur, Honden des vents témoins, Honden des confins de la nuit, Honden de la rage infinie et Honden de la toile de vie. Au cours de la guerre, Azami, dame des parchemins conseille au sensei Hisoka de faire rechercher et détruire l'ensemble des Honden, ce qui aurait pour résultat d'affaiblir notablement les kami.

La bataille de Reito

La bataille de Reito, évoquée sur plusieurs cartes, fut la première bataille de la guerre des kami. Et ce fut un véritable massacre du côté des humains, incapables de résister à la furie des kami, qui attaquaient pour la première fois le monde matériel (Arracher la chair). Du champ de bataille naquit un nouveau kami, Horobi, gémisseur de la mort, qui devait apparaître par la suite lors de toutes les batailles suivantes.
Autres informations : sur Horobi, gémisseur de la mort, voyez la nouvelle de Gwendolyn Kestrel "Security".

Kumano

Un épisode de la guerre est l'histoire de Kumano. Kumano, maître yamabushi, détient apparemment un secret capable de faire tourner la guerre en faveur des humains : le Bo aux neuf anneaux, une arme puissante contre les esprits. Une lettre anonyme envoyée au seigneur Konda le met sur la piste de cette arme. Le Trembleterre parcourut les montagnes de Sokenzan, où vivait Kumano, pour tenter de percer son secret (le Trembleterre était-il envoyé par Konda ou poursuivait-il ses propres buts ? ce n'est pas précisé sur les cartes), mais disparut en vain, probablement vaincu au combat par le maitre yamabushi...







Deuxième extension du bloc Kamigawa, Traîtres de Kamigawa poursuit la description du monde et de la guerre entre mortels et kami, tout en introduisant de nouvelles règles :
- l’offrande (offering) est une capacité propre à cinq créatures puissantes, les Patrons, représentant les chefs de plusieurs « tribus » de Kamigawa. Au moment d’invoquer un Patron, le joueur peut sacrifier une créature du type propre à la « tribu » du Patron. Le coût d’invocation du Patron est alors réduit d’autant de manas que le coût d’invocation de la créature sacrifiée.
- le ninjutsu est une capacité de créature (propre aux personnages de ninjas) qui permet au joueur de poser la créature en jeu sans payer son coût d’invocation et de la faire attaquer directement à condition de payer le coût de ninjutsu et de renvoyer dans sa main une autre créature avec laquelle il vient d’attaquer et qui n’était pas bloquée.

L'histoire

Tandis que la guerre déchire toujours Kamigawa, Michiko Konda tente de percer à jour le secret du crime commis par son père contre les kami : le vol de… quelque chose, qu’il détient à château Eiganjo et qui est nommé simplement Ce qui fut pris. Dans ce but, elle en vient à s’allier avec Toshiro Umezawa, samouraï solitaire qui poursuit également ses propres buts.
Michiko découvre finalement la nature véritable du crime commis par son père : le daimyo Konda a enlevé et emprisonné un kami à château Eiganjo. Mais ce kami n’est autre que le descendant de l’O-kagachi, le plus grand de tous les kami, et gardien de la frontière entre le monde matériel et le monde spirituel. L’enlèvement et la détention du kami ont provoqué la colère de l’O-kagachi, et menacent de faire sombrer la double réalité de Kamigawa dans le chaos (Conflit de réalités). Lorsque l'O-kagachi en personne se mêle à la bataille, sous la forme d'un être monstrueux doté de huit têtes de serpents, les humains croient leur dernière heure venue (Jugement ultime). Mais même l'O-kagachi redoute d'attaquer directement château Eiganjo, car son rejeton est à la merci du seigneur Konda, qui en utilise les pouvoirs pour se rendre immortel et se protéger des kami (cela explique qu'il soit Indestructible sur sa carte).
Lorsque Toshiro Umezawa parvient à pénétrer dans château Eiganjo et y dérobe Ce qui fut pris, il découvre un disque de pierre sur lequel est gravé l'image d'un dragon : la fille de l'O-kagachi a été enfermé par magie dans l'artefact. Pour réaliser le rituel magique et accomplir son forfait, vingt ans auparavant, le seigneur Konda a mis à profit le moment de la naissance de sa propre fille, Michiko... Toshiro Umezawa remet l'artefact à Mishiko et tous deux tentent de trouver un moyen de mettre fin à la guerre, tandis qu'autour d'eux les alliances se nouent et s'effondrent à un rythme effréné et que le voile séparant le monde matériel du monde spirituel menace de se déchirer complètement, fragilisant dans le même temps les limites du plan tout entier...



Nouveaux héros du monde matériel

Bien que nettement plus petite que son extension-mère, Traîtres de Kamigawa est toujours aussi féconde en personnages légendaires et en figures héroïques diverses et variées.

Certains viennent renforcer des factions déjà clairement définies dans Guerriers de Kamigawa :
Kentaro, le chat grimaçant est un recruteur de troupes au service du daimyo Konda.
(On pourrait avoir des doutes, mais Miko queue-scindée n'est pas une carte de héros. En effet ce nom n'est pas un nom propre : dans le vocabulaire de Kamigawa, "miko" désigne le gardien d'une relique. Cela explique que cette carte ne soit pas légendaire.)
Yeux d'Encre, servante des oni - comme son nom l'indique...
Fumiko la manante est une ronin au service du seigneur bandit Godo.
Hidetsugu le malfaisant, puissant ogre-mage, adepte du sang et serviteur des oni, est le gardien de Shinka, forteresse sanglante.
Ishi-Ishi, tireur d'élite akki est un héros akki dont la principale occupation consiste à massacrer les kami des montagnes, monté sur une chèvre et armé d'une fronde lançant des projectiles enflammés. Le texte d'ambiance de sa carte ne laisse pas planer beaucoup de suspense sur son destin puisqu'il figure, de façon assez originale, son épitaphe !
Iwamori du poing ouvert, moine-guerrier, s'est taillé une solide réputation dans la défense du Jukai contre les kami... et dans la défense des monastères contre les tribus d'orochi.
Sakiko, mère de l'été et Shizuko, meneuse de l'automne, sont deux shamanes orochi et, contrairement aux apparences, sont rivales, dans la mesure où Shizuko prône l'indépendance des orochi par rapport aux autres peuples mortels et la non-implication dans la guerre contre le monde spirituel.

Mais on trouve aussi des figures solitaires, plus ambiguës :
Higure. le vent immobile est à la tête d'un groupe de ninjas sans pitié qui poursuivent leurs propres buts.
Isao, bushi éclairé était autrefois un samouraï au service du seigneur Konda, mais a préféré quitter son armée pour rechercher la sagesse dans la forêt de Jukai. Il se tient à l'écart de la guerre, mais Konda, qui a besoin de tous les soutiens possibles, ordonne à Takeno de le retrouver coûte que coûte.

...et on trouve surtout Toshiro Umezawa, héros de la trilogie de romans du bloc, ainsi que son arme, le Jitte d'Umezawa, qui a beaucoup fait parler de lui à la sortie de l'extension.

Autres informations : Sur Kentaro, le chat grimaçant voyez la nouvelle de David A. Page "Redemtion Smiles". Sur Higure. le vent immobile voyez la nouvelle de Alexander O. Smith "The Sound of Crickets". Sur Yeux d'Encre, servante des oni, voyez la nouvelle de Jay Moldenhauer-Salazar "A Servant's Mission". Sur Iwamori du poing ouvert voyez la nouvelle de Rei Nakazawa "Personal Battles".



Nouveaux kami de l'armée du monde spirituel

Dans Traîtres... figure le terrain Oeil divin. porte du Reikai, frontière du monde spirituel où vivent les kami.

Kami légendaires :

Les cinq Patrons représentent les kami révérés par cinq peuples de Kamigawa. Ce sont Patron des kitsune, Patron de la lune (c'est le patron des soratami, qui sont des lunaréens), Patron des nezumi, Patron des akki, Patron des orochi.
Cinq kami légendaires sont incarnés dans les corps de simples mortels non légendaires - un moyen comme un autre de s'infiltrer dans le monde matériel. Retourner la carte consiste alors non plus à changer de simples soldats en héros (comme les double cartes de Guerriers de Kamigawa), mais à révéler les kami dont ils sont les hôtes. Ce sont :
- Kaiso, mémoire de loyauté, kami de la droiture, incarné dans l'Ecuyer fidèle.
- Jaraku l'intrus, kami manipulateur, incarné dans le Jushi novice.
- L'Estafileur, kami effrayant incarné dans le Gros bras.
- Azamuki, traîtrise incarnée, kami de la trahison, incarné dans le Bandit rusé.
- Ichiga, celui qui renverse les chênes, puissant kami de la forêt incarné dans l'Elève budoka.
Le Kodama de l'arbre central complète la série des trois Kodamas.
On trouve aussi :
Hokori, buveur de poussière, lié à la sécheresse.
Oyobi, celle qui fend les cieux, kami du ciel et des créatures volantes.
Yomiji, celui qui clôt la voie, kami gardien du passage de la vie à la mort. Pendant la guerre des kami, Yomiji a la facétieuse idée de refuser le dernier repos aux héros du camp adverse, ce qui les force à combattre encore et encore, et met leur moral dans l'état que vous imaginez.
Chisei, coeur des océans, qui, comme son nom ne l'indique pas, est un kami de l'intelligence lié aux formes que prennent les pensées.
Kira. grand fileur de verre, dont on connaît surtout le pouvoir particulier : il utilise des bulles protectrices de verre magique comme armures d'antimagie temporaires pour rendre impuissants les sortilèges lancés contre ses créatures. Cette technique étant sa "signature" en termes de règles, on peut raisonnablement supposer qu'à son entourage appartiennent les escoufleverres : Escoufleverre chatoyant, Escoufleverre jaillissant.
Kyoki, éclipse de la raison, puissant oni adoré par les adeptes du sang ogres, et dont le regard suffit à rendre fou.
Shirei, pourvoyeur de Shizo, kami psychopompe et berger des morts, qui, comme son nom l'indique, est le gardien de Shizo, la réserve de la mort.
Yukora, le prisonnier, autre oni terrifiant, autrefois emprisonné par les pouvoirs conjugués de 99 moines, mais qui, libre maintenant que le dernier d'entre eux est mort, sème de nouveau la désolation autour de lui.
Mannichi, le rêve fiévreux, petit kami des fièvres et des hallucinations. Son texte d'ambiance laisse entendre que c'est une vision inspirée par Mannichi qui donna au daimyio Konda l'idée initiale de son crime contre les kami.
Kaminari, kami de l'éclair et de l'orage, n'a pas sa propre carte mais est mentionné sur la carte Ire de Kaminari.
Autres informations : à propos du Patron des akki, voyez la nouvelle de Jeff Grubb "Patron of the Akki" sur le mini-site Kamigawa.



Kami non légendaires :

Outre de nouveaux kami personnifiant d'autres aspects du monde de Kamigawa, on trouve plusieurs cycles de kami particuliers.
Les Bakus sont des créatures dont le corps quadripède rappelle vaguement celui d'un fauve, mais pour le reste d'aspect variable (et toujours bizarre, comme pour tout kami qui se respecte). Dans la mythologie japonaise (et dans le monde de Kamigawa), les Bakus sont de petits kami bienveillants qui mangent les mauvais rêves des enfants. Pendant la guerre des kami, ils se retournent contre les humains et dévorent les rêves sans distinction. Il y a un Baku par couleur : Baku crinecire, Baku crinepique, Baku crinecrâne, Baku crinelame, Baku crinefleur. On peut leur adjoindre l'artefact Autel du baku.
Les Genjus sont des auras enchantant des terrains pour leur donner la capacité de se changer en Esprits. En terme d'ambiance, cela correspond à l'action des kami des terrains, qui animent les terrains pour prendre part à la guerre dans le monde matériel. Les Genjus montrent la propagation de la guerre dans tout Kamigawa, puisque les terrains eux-mêmes s'animent pour s'en prendre aux mortels. Les Genjus sont Genju des champs, Genju des cascades, Genju des maremmes, Genju des cimes et Genju des cèdres, auxquels s'ajoute le puissant Genju du royaume pentacolore.







Dernière extension du bloc Kamigawa, Libérateurs de Kamigawa décrit la fin de la guerre entre les kami et les peuples du monde matériel.

Les mécanismes

- l’épique (epic), effet propre à certains sorts, interdit au joueur de jouer d’autres sorts jusqu’à la fin de la partie, mais lui donne droit de copier gratuitement le sort épique au début de chacune de ses phases d’entretien (exemple : Idéal perpétuel).
- le transfert (channel), capacité possédée par certains kamis, donne le choix au joueur entre les invoquer normalement comme des créatures ou les lancer comme des sorts pour leur coût de transfert, en les défaussant depuis sa main (exemple : Garde nimbé de fantômes).
- le balayage (sweep) est un effet supplémentaire utilisé par quatre sortilèges, qui fait dépendre leur efficacité du nombre de terrains que le joueur renvoie dans sa main au moment où il les joue (exemple : Descente du Sokenzan).
- certaines créatures héroïques se changent en enchantements légendaires une fois leur carte inversée (exemple : Sasaya, ascendant orochi).

L'histoire

Le monde de Kamigawa sombre peu à peu dans l’anarchie à mesure que les kami franchissent en nombre toujours plus grand le voile qui sépare le monde des esprits du monde matériel, menaçant de le déchirer irrémédiablement (cf. Onde de choc d’aether et Couper les liens terrestres). Le seigneur Konda persiste dans sa résistance contre les kami (Charge sur l'Araba), assisté dans ses dernières batailles par des cavaliers montés sur phalènes (cf. Libres cavaliers d’Eiganjo et Phalène à ailes de lune), tandis que les différents peuples se jettent à corps perdu dans la guerre.



Plusieurs terrains légendaires représentent les derniers endroits notables de Kamigawa. Le plus important est Oboro, le palais dans les nuages où vivent les soratami, mais on trouve aussi Mikokoro, Centre de la mer qui est une île de cristal située au centre exact de la mer de Kamigawa, Miren, le puits gémissant, un puits hanté dans les marais de Takenuma, et la Tombe d'Urami, Urami étant le nom d'un oni enfermé sous la terre depuis des siècles.

Nouveaux héros de l'armée du monde matériel

Les cinq ascendants sont des sages dont les méditations leur ont procuré de grands pouvoirs. Leurs doubles cartes une fois retournées pour montrer leur ascension spirituelle, ils se changent en enchantements légendaires. Il y en a un par peuple de Kamigawa et par couleur : Queue-de-runes, ascendant kitsune ; Erayo, ascendante soratami ; Kuon, Ascendant Ogre ; Homura, Ascendant Humain ; Sasaya, ascendant orochi .

Michiko Konda, chercheuse de vérité - la fille du daimyo Konda, qui joue un rôle central dans les romans, n'apparaît que dans cette dernière extension.
Kaho, historienne de Minamo, qui n'a pas d'histoire particulière en dehors de son rôle d'historienne de l'académie pendant la première partie de la guerre.
Sakashima l'imposteur, connu pour ses talents inégalés de déguisement.
Maga, traître envers les mortels, sorcier passé au service des oni.
Iizuka l'impitoyable, meneur de ronins passant pour avoir reçu l'enseignement magique des oni.
Reki, l'histoire de Kamigawa - sur le corps de ce moine était tatoué toute l'histoire de Kamigawa, dont celle de la guerre des kami. A sa mort, la transcription par écrit de ces tatouages et des souvenirs des gens qui avaient parlé avec lui fut suffisante pour remplir un énorme livre.

Autres informations : Sur Sakashima l'imposteur, voyez la nouvelle de Rei Nakazawa "The Face Behind the Mask". Sur Iizuka l'impitoyable, voyez la nouvelle de Gwendolyn Kestrel "Iizuka the Ruthless".

Nouveaux kami de l'armée du monde spirituel

Kami non légendaires

Selon l'habitude désormais bien ancrée du bloc, on trouve non seulement des kami individuels non légendaires personnifiant, pour la dernière fois, des aspects de la nature et présentés sous la forme la plus classique "Kami de..." (Kami des tombes vides, Kami du glas, Kami de crosse, Kami de ronces, Kami de terre nocturne, Kami du jardin entretenu), mais aussi des cycles de kami de types particuliers présents à raison d'un par couleur :



Les cinq kami non légendaires dont les noms se terminent en "-onna" sont des kami qui s'incarnent sous la forme de femmes (d'ailleurs "onna" signifie tout simplement "femme") aux apparences diverses, précisées par le début de leur nom. Ce sont Nikko-onna ("femme-lumière"), Kiri-onna ("femme-brume"), Kemuri-onna ("femme-brouillard opaque"), Yuki-onna ("femme-neige") et Haru-onna ("femme-source"). En termes de jeu, elles agissent toutes de la même façon : leur capacité se déclenche à leur arrivée en jeu, et lorsque leur propriétaire joue un sort d'arcane ou d'Esprit (bref, utilise la magie des kami) il peut les renvoyer dans sa main. C'est ce qu'on appelle des apparitions...

Les shinen ("feux spirituels") sont reconnaissables à leur apparence semi-matérielle et à leur corps constitué de feu magique. Ils sont également caractérisés par la capacité Transfert. Ce sont : Shinen de la lumière stellaire, Shinen des ailes du vol (médaille du plus mauvais nom de kami, à mon humble avis !), Shinen du froid de la peur, Shinen du feu de la fureur, Shinen du rugissement de la vie.

Kami légendaires

Les kirin sont des créatures mythiques, à la fois chevaux, dragons, et parfois cerfs ou chèvres, et qui se déplacent en galopant dans le ciel. Avant la guerre, leurs apparitions étaient considérées comme de bons présages. Avant la guerre. En termes de jeu, leurs capacités peuvent être utilisés chaque fois que le joueur lance un sort d'arcane ou d'Esprit - bref, ils sont là pour renforcer la magie des kami. Ce sont : Kirin céleste, Kirin aux sabots de nuage, Kirin infernal, Kirin du feu du ciel, Kirin de générosité.

les cinq kami dont le nom se termine en "-maro" (et qui n'ont pas de rapport avec le Maro de Mirage, ni avec les maro-sorciers de Dominaria) sont tous des humains légendaires des temps passés. Devenus kami après avoir définis des aspects spirituels de l'humanité ("ils furent les premiers qui..."), ils sont révérés comme tels, notamment à travers les lignées de leurs descendants, qui respectent les voies et lignes de conduite tracées par eux, et à travers les sortilèges qui les représentent. Il y a :
Kiyomaro, premier à tenir, kami du premier daimyo de Kamigawa, dont se réclame le Descendant de Kiyomaro ;
Soramaro, premier à rêver, kami d'un légendaire magicien à la fois humain et soratami, dont se réclame le Descendant de Soramaro ;
Kagemaro, premier à souffrir, kami du premier humain à s'être conduit de façon si horrible que son esprit soit devenu un oni, et qui exerce toujours l'Emprise de Kagemaro ;
Adamaro, premier à désirer , kami d'un guerrier réputé qui fut consumé par sa propre colère et sa propre envie, mais qui porte toujours le Regard d'Adamaro ;
Masumaro, premier à vivre, kami du premier homme à avoir vécu dans le culte des kami, et dont est issu le Descendant de Masumaro.



Iname unifié - ses deux aspects séparés étaient apparus dans Guerriers de Kamigawa.
Le Kami du croissant de lune, seul "Kami de..." légendaire de l'extension, apparaît dans les romans, où il est plus ou moins l'ami de Toshiro Umezawa.
Kataki, tribut de la guerre, kami de la rétribution (hein ? oui).
Akuta, né des cendres, kami des cendres et de la ruine.
Jiwari, la terre incendiée, kami des tremblements de terre, dont les apparitions sont toujours précédées par celles de nombreux shinen.
Arachi, le ciel déchiré, kami de la mousson et des typhons, également accompagné de nombreux shinen.
Ayumi, la dernière visiteuse, kami qui réclame la possession des lieux abandonnés.
Sekki, le guide des saisons, kami du cycle des saisons.

Meishin, la caga cérébrale n'est pas un kami mais un enchantement légendaire. Le meishin est une magie dont on dit qu'elle emprisonne les gens dans l'esprit de celui qui en fait usage. Ce n'est donc pas vraiment un personnage, plutôt la carte représentative d'un type de magie très particulier.

Autre informations : Sur le Kirin infernal voyez la nouvelle de Alex Smith "The Meeting" . Sur Kataki, tribut de la guerre voyez la nouvelle de Jeff Grubb "War's Wage" . Sur Ayumi, la dernière visiteuse, voyez la nouvelle de Jay Moldenhauer-Salazar "The Last Visitor".

La fin de la guerre des kami

L’issue finale de l’affrontement entre mortels et kamis n’est pas dévoilée par les cartes. Les romans, en revanche, décrivent la fin de la guerre, qui n'a pas vraiment de vainqueur. Privé de la protection magique de Ce qui fut pris, le seigneur Konda ne résiste plus très longtemps aux assauts des kami et de l'O-Kagachi : château Eiganjo tombe. Le siège du daimyo est rasé, mais Konda tente un ultime assaut pour retrouver Ce qui fut pris. Dans l'intervalle, avec l'aide des pouvoirs magiques de Toshiro Umezawa, Michiko Konda, chercheuse de vérité libère le kami enfermé dans Ce qui fut pris. Ce kami, qui est la fille de l'O-Kagachi, prend le nom de Kyodai. Toshiro, Michiko et Kyodai se retournent alors contre l'O-Kagachi et parviennent à le repousser ; ils capturent ensuite le seigneur Konda, que les kami condamnent à un supplice éternel, forme ironique de l'immortalité qu'il avait usurpée. Hidetsugu le malfaisant, qui avait attaqué l'académie de Minamo et le palais soratami d'Oboro à la tête de son armée d'ogres alliée aux oni, est également vaincu. Michiko Konda fusionne avec Kyodai ; ensemble, ils remplacent l'O-Kagachi, et assurent de nouveau une frontière stable entre le monde matériel et le monde spirituel. Kamigawa est certes dévasté, mais la réalité est à peu près intacte.
Quant à Toshiro Umezawa, il est retrouvé peu après par le Myojin des confins de la nuit, son ancien employeur, qui le punit en l'exilant... sur Dominaria.



Informations supplémentaires : pages consacrées à Kamigawa sur le site de Wizards of the Coast

Les trois mini-sites des extensions du bloc Kamigawa :
Guerriers de Kamigawa : http://www.wizards.com/magic/displayexpansion.asp?set=chk&page=1&lang=en
Traîtres de Kamigawa : http://www.wizards.com/magic/displayexpansion.asp?set=bok&page=1&lang=en
Libérayeurs de Kamigawa : http://www.wizards.com/magic/displayexpansion.asp?set=sok&page=1&lang=en

Kamigawa Block Legend Vignettes - page rassemblant toutes les nouvelles écrites à partir de cartes de légendes de Kamigawa.
http://www.wizards.com/default.asp?x=magic/kamigawa/vignettes

"We Are The Champions, My Friend" - présentation du monde de Kamigawa
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/feature/227

"Behind the Scenes : Creating the World of Kamigawa" - making of du monde de Kamigawa, avec des esquisses des principaux lieux.
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/feature/228

"A Series of Fortunate Events : Kamigawa World Design" - autre making of, avec des croquis des différents peuples.
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/feature/235

"The Creative Side of Kamigawa" - autre making of avec des remarques diverses sur les noms japonais et plusieurs cartes.
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/daily/af54

"Three of Kamigawa's Champions" - détails sur la conception de 3 cartes de légendes de Guerriers de Kamigawa (Godo seigneur bandit, Masako la Taciturne et Myojin des vents témoins).
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/daily/af44

"Land of Ten-Thousand Legends" - making of sur les textes d'ambiance par Jay Moldenhauer-Salazar, un des flavor text writers de Kamigawa.
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/feature/233

"A Flavorful View of Betrayers" - la même chose pour Traîtres de Kamigawa, par le même auteur.
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/feature/251

"Kamigawa Style Guide : Moth Mounts" - guide de style des chevaucheurs de phalènes du daimyo Konda.
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/arcana/799

Kamigawa Glossary - page précieuse rassemblant le vocabulaire du monde de Kamigawa (légendes comprises).
http://www.wizards.com/default.asp?x=mtgcom/arcana/649

Sur MTGSalvation Wiki, une carte du monde de Kamigawa (ironie du sort, elle est présentée...sans légende).
http://wiki.mtgsalvation.com/article/Image:Kamigawa.jpg

18 Louanges

Lecrapo, le 07/05/2013

Merci pour ce résumé de la storyline. Ton article est vraiment bien documenté, et rien que pour le temps que tu as du passer à l'écrire, il mérite vraiment sa note!!

Note : 10/10

Tybalt, le 14/07/2009

@ Methos the Great : Alors, ce n'est pas Toshiro, c'est Tetsuo, mais ils sont effectivement de la même famille. Regarde mon commentaire du 29 janvier 2007, à la page 2 des commentaires ("Page suivante" ci-dessous ^^).

Methos the great, le 14/07/2009

Hou la j'avais pas vu, mais en fait toshiro umezawa est dans Légends (c'est le même ?) et dans le roman Spirale Temporelle on apprend qu'il avait réussi a enfermer Nicol Bolas, planeswalker (libéré par erreur... Il tuera le myojin de la nuit et partira sur Alara... Le myojin avait en fait envoyé Toshiro pour vaincre Bobolas).

Note : 10/10

Methos the great, le 14/07/2009

En attendant Godot... Je suis le seul à avoir remarqué le clin d'œil à la pièce de Samuel Bucket ? : engagez la pièce de théâtre ciblée.

Tybalt, le 21/05/2009

@ kokuouheida : Mh, ici c'est un article de storyline... ta question aurait plutôt sa place sur le forum Règles :o)

kokuouheida, le 20/05/2009

j'ai une question pour une fun cards que j'essaie de créé

si j'attaque avec une quelquonque creature et qu'elle n'est pas bloquer, que je joue une carte qui a le ninjutsu ET la vigilance

est-ce qu'elle arrive en jeu dégager ou engager ?

Vangel, le 17/01/2009

En tant que japonaisant j'ai doublement apprécié cet article fascinant. Du grand Tybalt!

Note : 10/10

Korael, le 22/07/2008

Alors là je suis vraiment scié!!!!! Ca c'est du boulot!!!!
Tu as dû gagner un beau paquet de $MF avec ça! (si ce n'est pas le cas que le Dark Mogwai maudisse les modos)

En tout cas c'est dommage qu'on ne puisse pas mettre plus de dix parce que ça le meritait largement.
Merci beaucoup pour ce magnifique article qui m'en a éormément appris sur mon édition préférée!!!

Note : 10/10

Crefan01, le 23/09/2007

Bravo!Tres bel article!Tu as du mettre longtemps pour écrire tout ça!En plus l'article est tres bien présenté!Bravo a toi!10
Bonne continuation

Note : 10/10

Frank 07, le 09/09/2007

Wow ton article était magnifique. J'ai maintenant tout compris l'histoire de Kamigawa et ses subtilités.
J'ai adoré ton article.

bobshapeshifter, le 21/04/2007

Visiblement, les kami, n'ont pas envoyé que Toshuro Umezawa sur Dominaria, les autres Legendes a consonnance japanisante, doivent venir d'ancetres exclus de Kamigawa elles aussi: Ayesha Tanaka, Kei Takahashi....
Voila c'est toujours un plaisir de lire tes articles

Note : 10/10

Berganon, le 04/04/2007

banzaaaiiieeee ces un super article hiper bien détailler les illustrastion sont magnifiques ces un super article méme si je préfére largement le block mirondin
Sa mérite une super note!!!!!!
!!!!!!!!!!10!!!!!!!!!!!!!!!

Note : 10/10

iron avatar ange, le 18/03/2007

bravo pour cette exelent arcticle meme si kamigawa n et pas mon edition preferer ge doi dire que cette arcticle ma bien plus

Note : 10/10

gate, le 14/02/2007

Hein! Toshiro est arrivé sur Dominaria! on devrait en entendre palai dans Future sight alors

Et exelent article bien sure^^ comme d'ab^^^^

Note : 10/10

Metis the Darkmind, le 29/01/2007

Puisque qu'un travail aprfait ne nécéssite pas de réel commentaire, je me contenterais de signale run eptit oubli: les kamis ont certes tous un aspect masi étrange mais, fait notable, on remarquera qu'ils sont tous entourés de petites choses volantes dont l'aspect renvoie à la fonction du kami. Ainsi le ""kami de la chasse est entouré de dents en lévitation.

Note : 10/10

Tybalt, le 29/01/2007

@ Vagabond :
- Mais pour le Transfert, je l'avais mis, mon cher : "Les shinen ("feux spirituels") sont reconnaissables à leur apparence semi-matérielle et à leur corps constitué de feu magique. Ils sont également caractérisés par la capacité Transfert. Ce sont, etc." ^_^
- "c'est certain que l'Article est moins fournie que pour les édition concernant Dominaria mais c'est facile a comprendre." Heu, moins fourni en quel sens ? J'ai l'impression d'avoir encore fait un truc super long pour cet article... mais si tu parles de l'histoire elle-même, oui, elle est beaucoup moins présente, mais c'est dû à un changement de politique de la part de Wizards. Maintenant, les extensions se présentent plus comme des structures d'univers, avec plein de détails et de petites histoires, mais plus du tout de grande saga cohérente comme au temps de l'Aquilon. Et je ne sais pas s'ils le referont à un moment donné ou pas.
Actuellement les détails de l'histoire sont dans les romans et ne coïncident pas toujours complètement avec les cartes - et plus on avance, plus on a du mal à trouver des infos sur les romans sur le Web (parce qu'ils sont plus récents donc qu'il y a encore peu de choses dessus sur les sites de fans, et parce que certains omettent délibérémment les détails pour ne pas spoiler les futurs lecteurs).
- Pas sûr que Toshi réapparaisse dans Future Sight... en fait, l'intérêt de ce personnage (mais j'ai découvert ça juste APRES avoir envoyé l'article, grrr) est qu'il permet de situer chronologiquement Kamigawa par rapport à Dominaria : en effet Toshiro Umezawa fonde sur Dominaria la lignée des Umezawa, dont descend... je vous le donne en mille... Tetsuo Umezawa, de Legends ! Mais si voyons vous ne connaissez que lui ! :-D

@ Nowis : Les cartes épiques sont citées dans les mécanismes de Libérateurs, mais effectivement je n'ai pas cherché si la règle de l'épique avait une quelconque signification dans la storyline ; je crois que non, mais je poserai la question quelque part à l'occasion.

Et merci pour vos commentaires sympathiques, ça fait toujours très plaisir :-)

Vagabond, le 29/01/2007

Oui encore un très bon article vraiment intéressant, je m'étais toujours demandé ce qui ce passait dans Kamigawa et j'ai moi aussi bien hate de savoir ce qui se passe dans Ravnica ^^'

J'avais déja lu l'article sur le forum mais la fin de la guerre des kami n'était pas encore écrite, et j'ai comme une grosse desception sur se point, mais c'est pas la faute de Tybalt.

Sinon dans la partie des libérateurs je crois que ça aurait été bien de dire que les shinens ont toute la capacité Transfert

c'est certain que l'Article est moins fournie que pour les édition concernant Dominaria mais c'est facile a comprendre.

... et comme ça Toshiro Umezawa est banni sur Dominaria... Peut-etre une petite apparition dans la prochaine extantion de time spiral :P

Note : 8/10

Nowis, le 29/01/2007

Je pensais que le weekend aurait permis aux magiciens de lire ce nouvel opus du grand historien Tybalt, mais apparement pas de com' pour le moment ! alors c'est l'occasion de saluer une nouvelle fois le courage et la qualité du travail fourni ; on en vient à souhaiter que WotC sorte ses extensions plus vite pour pouvoir en lire les récits et exploits dans les articles de Tybalt ! Vivement Ravnica !

Oh, et puis comment résister au plaisir d'apporter une critique : ma grande fainéantise a été très contrariée de devoir chercher elle-même les cartes Epique ! C'est quand même un comble !
[ mais est-il besoin de préciser ?]

Note : 10/10

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Note :  

Contenus relatifs

Les Arpenteurs

 Articles

Partenaire Magic ATP

Token/Jeton - L'age de la destruction - Championne d'esprit

0.50 € 0.30 €

Vanguard 3 - Set Complet (en anglais)

80.00 € 70.00 €

Petite figurine Funko POP! - Sarkhan

19.00 € 15.00 €

Sondage

L'hiver arrive, comme disait l'autre. La solution au froid c'est :

Résultats
(déjà 134 votes)