Tout le lore de Theros par-delà la mort - Magic the Gathering


Tout le lore de Theros par-delà la mort

Articles



Drark Onogard, le , 1465 consultations , 3

Si vous voulez savoir ce qui arrive côté histoire dans cette édition, c'est par ici que ça se passe !

  Theros par-delà la mort / La storyline de Magic

Malheureusement, nous n'aurons ni livre ni histoire sur le net pour cette édition. Toutefois, j'ai réuni ici toutes les informations que nous avions sur le lore de l'édition. Vous trouverez un résumé des événements ainsi qu'une petite histoire, carte par carte, avec les potentielles références mythologiques ou à la storyline.

Résumé de l'histoire



Elspeth était morte.

Mais nous devons remonter bien plus loin que ça, des siècles en arrière. Avant que les dieux de Theros ne prennent le pouvoir, les titans, incarnations des besoins primaires, erraient dans le royaume des mortels, semant mort et destruction sur leur passage. En ces jours sombres, les mortels, impuissants, se tournèrent vers la prière. De cette prière, de ce concentré de dévotion, naquirent les dieux en personne.

Empreints d'incroyables pouvoirs grâce à la foi des mortels, les dieux enfermèrent les titans dans le Monde souterrain. Klothys, déesse de la destinée, se porta volontaire pour monter la garde et s'isola dans le Monde souterrain pour l'éternité. Bien que ce soit Érébos le maître de ce royaume par-delà la mort, c'est Klothys qui garda ce lieu scellé, s'assurant que les titans y resteraient piégés.
Et ainsi, les dieux régnèrent, dans l'assurance que leur position était légitimement méritée, jusqu'à ce que le satyre Xénagos présente une nouvelle menace. En exploitant ce même pouvoir de dévotion, il s'éleva au niveau des dieux, révélant à ces derniers une vérité peu plaisante : ils étaient remplaçables.

Héliode, le dieu du Soleil, envoya sa championne, la Planeswalker Elspeth, anéantir Xénagos. Et elle y parvint. Cependant, Héliode restait hanté par le fait que Xénagos était devenu dieu. Si le peuple de Theros se mettait à admirer Elspeth plutôt qu'Héliode, elle risquerait de prendre sa place au panthéon. Par crainte, Héliode décida d'abattre Elspeth dans son heure de gloire, la congédiant dans le Monde souterrain et la condamnant à l'oubli.

Elspeth était morte.

Mais son histoire n'était pas encore terminée. Un autre Planeswalker rôdait dans l'ombre de Theros, Ashiok, le mage des cauchemars. Ashiok était obnubilé par la peur, considérant que toutes les choses étaient égales devant elle. Ainsi, alors qu'Elspeth aurait dû recevoir le repos éternel dans l'Ilysée, le havre des héros tombés du Monde souterrain, elle fut à la place persécutée encore et encore par des cauchemars de son passé. De Daxos, son ancien amour, qu'on l'avait poussée à tuer. D'Héliode, qui l'avait terrassée de la lance qu'elle avait portée en son nom. Et des tourments de son enfance aux mains des abominables Phyrexians.

Deux choses se produisirent. Les visions d'Ashiok étant plus réelles que les autres, dans l'une d'entre elles, Elspeth saisit Khrusor, la lance d'Héliode. Une fois cette vision passée, une copie déformée de la lance persista, de laquelle émanait une puissance sombre. En parallèle, Ashiok découvrit l'existence des Phyrexians et se transplana immédiatement pour en apprendre plus sur ces véritables cauchemars vivants.

Pendant ce temps, le dieu Héliode songeait à la fragilité de son immortalité. Personne ne devait prendre sa place au panthéon, pas même les autres dieux. À cette fin, il récupéra l'âme de l'oracle Daxos et en fit son champion dans le royaume des mortels. Devenu demi-dieu, Daxos eut pour tâche d'éradiquer toute trace des autres dieux à la grande cité de Mélétis.

Les autres dieux, refusant de tolérer un tel affront, appelèrent leurs propres champions depuis le Monde souterrain. C'est ainsi que les dieux entrèrent en guerre. Et quand les dieux entrent en guerre, ce sont les mortels qui en paient le prix. L'une des conséquences fut l'apparition de failles dans le Monde souterrain d'où d'innombrables monstres émergèrent. Érébos, dieu du Monde souterrain, fut particulièrement rongé par ce conflit. Il détestait Héliode par-dessus tout et, dans sa rage, il relâcha son étroite surveillance des âmes sous sa responsabilité.

Les nouvelles allant vite, même dans l'au-delà, Elspeth entendit parler de ces failles vers le royaume des mortels. Comprenant qu'elle avait encore des choses à faire dans le Multivers, Elspeth saisit son Ombrelance et se dirigea vers une sortie secrète dans le palais d'Érébos. Mais elle n'était pas la seule à chercher à s'enfuir.

Klothys était enragée. Quand Xénagos avait tenté de prendre sa place dans le panthéon, elle s'était fâchée, ce qui est normal. En voyant d'innombrables âmes braver le destin pour annuler leur propre mort, elle devint furieuse. Elle envoya de nombreux agents du destin pour empêcher ces âmes d'obtenir une nouvelle vie. Mais pour Elspeth et son âme de Planeswalker, il fallait agir de façon spéciale. Klothys façonna alors sa pièce maîtresse : un agent du destin qu'elle nomma Calix. Créé dans l'unique but d'accomplir la volonté de Klothys, Calix partit à la poursuite d'Elspeth, afin de préserver ce qui devait l'être.

Dans sa course vers la liberté, Elspeth rassembla des alliés. Au cours de son voyage, elle participa à de nombreuses batailles et affronta de puissants ennemis ; elle réussit à tous les repousser. Après chaque victoire, elle levait sa lance dans les airs en proclamant : « Voici la véritable Khrusor ! Celle d'Héliode est une fausse ! »

Elle affronta également Calix à plusieurs reprises, ressortant victorieuse à chaque fois. Après tout, elle était une guerrière expérimentée, alors qu'il venait d'arriver au monde. Mais à chaque combat, Calix s'améliorait : il en apprenait davantage à la fois sur son ennemie et sur lui-même. Malgré tout, elle le vainquit une dernière fois avant d'atteindre la sortie. Où Héliode l'attendait.

Grâce à Daxos, l'ancien amour d'Elspeth, Héliode avait appris qu'elle tentait de s'échapper. Ayant perdu la raison, Héliode se mit en travers du chemin d'Elspeth, l'empêchant de sortir du Monde souterrain. Il ne pouvait pas la laisser s'échapper. Elle causerait sa perte. Elle était responsable de tout ceci. En la maudissant dans sa barbe, il se mit à charger Elspeth avec sa lance Khrusor... Qui se brisa aussitôt dans ses mains.

Car à chaque fois qu'Elspeth avait répété que son Ombrelance était la véritable Khrusor, les âmes des observateurs l'avaient crue. Et le pouvoir de cette croyance, de cette dévotion, avait fait de son mensonge une réalité. Menacé par la pointe d'une lance qui ne lui appartenait plus, Héliode finit par se rendre. Et Érébos éclata de rire.

Durant tous ses siècles d'existence, rien n'avait autant satisfait Érébos que d'entendre Héliode se rendre. Érébos saisit le dieu du Soleil vaincu et le plaça sous un rocher géant, où il souffrirait pour l'éternité, ou jusqu'à ce qu'il soit oublié par ses fidèles. Quant à Elspeth, Érébos lui offrit sa reconnaissance éternelle, ainsi que le libre passage vers le monde des mortels.

Après de brèves retrouvailles avec Daxos, Elspeth se transplana. Calix fut témoin de tout ceci, souffrant de tout son être. Son unique but était de ramener Elspeth à sa place, et il ne pouvait désormais plus l'atteindre. Alors qu'il vivait son heure la plus sombre, une étrange étincelle s'embrasa en lui, et il se transplana à sa poursuite.

Carte par carte



La naissance de Mélétis : Mélétis est l'une des trois plus importantes poleis sur Theros. Inspirée par Athènes, c'est la cité natale de Daxos, mais aussi de la philosophie, du savoir, du progrès, et de la magie. Ici, on peut voir une statue de la déesse Ephara façonnant la cité comme Athéna le fit chez les Grecs.

Daxos, béni par le soleil : Il s'agit de la troisième apparition de Daxos de Mélétis qui, après avoir été tué par Elspeth, alors qu'elle était à peu près contrôlée par Xénagos, dieu de la Débauche, est sorti du Royaume des morts en tant que Daxos, le reparu. Son masque devenu un bouclier à son bras, et passé d'homme à zombie puis à demi-dieu, il est enfin réhabilité comme héros sous la bannière d'Héliode. Rétabli et renforcé par Héliode, Daxos a eu un seul ordre : effacer tout signe des autres dieux de Mélétis. Elspeth et lui furent autrefois un couple, mais il n'a d'autre choix que d'obéir à son dieu.







Elspeth, némésis du Soleil : Le nom de cette carte est une allusion à la haine que peut vouer la Planeswalker au dieu Héliode, qui l'a en effet trahie et envoyée dans le Royaume des morts une fois son office accompli. Sur son illustration on retrouve sa lance, qui semble corrompue comme par du pétrole phyrexian, ce qui a du sens dans la mesure où elle n'est pas originaire de Theros, mais d'un plan ayant subi leur invasion.

Elspeth conquiert la Mort : Alors que la légende de la lance d'Elspeth grandissait, la force de Khrusor s'affaiblissait. Quand elle se battit enfin contre Héliode aux portes du Monde souterrain, sa lance s'évanouit dans ses mains. Réjoui de la défaite d'Héliode, Erébos autorisa Elspeth à revenir dans le pays des vivants.

Héliode, Souverain du soleil : Dieu blanc du soleil, il n'est pas si gentil qu'il n'y paraît. Pour rappel, quoiqu'il ait fait don de sa lance à Elspeth, il l'a tout de même tuée avec cette même lance une fois qu'elle ne lui fut plus utile, c'est-à-dire que Xénagos était mort. Il n'est pas mauvais pour autant, seulement, il est terriblement paranoïaque et tient plus que tout à son pouvoir. Sans doute ne voulait-il pas prendre le risque que celle qui avait déjà tué un dieu se risque à en occire un second. Une chose est sûre : avec elle de retour, il a de nouveau de quoi craindre.







Châtiment d'Héliode : Surpassé en force et en esprit, Héliode est vaincu par Elspeth dans le Monde souterrain. Erébos, triomphant dans sa bataille datant d'une éternité, scelle Héliode – le piégeant pour l'éternité sous une rocaille gigantesque.

Léonins de la bande perdue : Voici ce qui arrive aux léonins ne croyant pas en un dieu : ils continuent, même dans la mort, de constituer des bandes.

Volonté indomptable : Derrière ce fier guerrier se tient Iroas, dieu de la victoire qui lui semble accorder sa bénédiction.

Taranika, vétérane akroenne : Son illustration fait référence au Repose en paix du Signature Spellbook: Gideon, et elle est une preuve qu'il y a un petit héritage de ce personnage dans Theros.

Fracassement du ciel : Quand les dieux luttent, ce sont souvent les mortels qui en paient les conséquences. Ils reconstruiront, comme ils reconstruisent toujours, et ils prieront – un peu moins par piété, un peu plus par peur, mais ils prieront.

Pégase à la crinière solaire : Le premier pégase est la monture d'un héros ; celui-ci est la monture de Daxos comme l'original fut celle de Persée.

Déferlement triomphal : Dans son échappée du Monde souterrain, Espleth trouve beaucoup d'opportunités d'user de l'Ombrelance. Victoire après victoire, elle raconte aux témoins que sa lance est la réelle Khrusor et que celle d'Héliode est un faux.

Alirios, en extase : Chacun connaît l'histoire de Narcisse. Ce jeune homme, fils d'une nymphe, vivrait tant qu'il ne se connaîtrait pas, selon le devin Tirésias. D'une beauté aussi grande que sa fierté, il repoussa bien des prétendants et prétendantes, dont la nymphe Echo qui s'en remit à Némésis. Cette dernière assouvit sa vengeance, car alors qu'il buvait à une source, voilà qu'il aperçoit son reflet dans les eaux et en tombe éperdument amoureux – et dépérit, jusqu'à mourir.

Callaphe, bien-aimée des mers : Dans la vie, Callaphe était la plus talentueuse des navigatrices. Elle reçut un jour l'admiration de Thassa en esquivant ses krakens ; et ce respect la fit choisir Callaphe pour champion. La Callaphée, texte existant dans l'univers de Theros, lui est dédiée comme l'Odyssée l'est à Ulysse.







Aperçu de liberté : La Labyrinthe des Mémoires est un dédale de canaux dans le Monde souterrain qui piège les voyageurs en les envoyant dans des cercles d'éternité. Des sirènes tourmentent les âmes perdues en leur susurrant la bonne direction – mots qui disparaissent d'emblée de leur esprit.

Ichtyomorphose : Dans sa jeunesse, Dionysos, dieu du théâtre et des beuveries, transforma des pirates tyrrhéniens en dauphin. Ici, c'est plutôt le genre de sardine qui nous bouche le port.

Kiora vainc la déesse de la Mer : Cette carte représente la victoire de la Planeswalker Kiora sur la déesse Thassa. Durant leur duel qui se résulta par le vol du bident de Thassa (III), elle réveilla Arixmethes, l'île assoupie et faillit en prendre le contrôle (I).







En harmonie avec les étoiles : La transformation d'un individu en étoiles pour garder à jamais son souvenir est un leitmotiv assez récurrent de la mythologie grecque. On peut notamment penser à l'histoire d'Argos, dit Panoptès, dont les 1000 yeux, qui ne dormaient jamais en même temps, faisaient de lui le gardien parfait. Zeus, qui ne pouvait pas garder une seule femme dans son lit, s'était épris d'Io, attisant la jalousie maladive d'Héra. Il transforma Io en génisse, mais Héra la demanda en présent car elle n'était toujours pas satisfaite. Elle finit par la faire garder par Argos afin d'être sûre que la liaison d'Io et de Zeus ne se poursuive pas. Bien sûr, Zeus trouve un moyen de tromper sa vigilance en envoyant Hermès jouer de la flûte de pan afin de l'endormir avant de lui trancher la tête. Et, selon les versions, Héra met les yeux d'Argos dans les plumes du paon, ou le transforme en étoiles.

Soif de sens : Nerono, vaste lac où les morts peuvent oublier leurs souvenirs, semble faire référence à une rivière de la mythologie grecque, la Lethe.

Aphémie, la Cacophonie : Le nom de la première harpie légendaire de Magic est une référence à cette histoire, qui voit la création (spoiler) d'un proto-dieu nommé Cacophonie, façonné par Ashiok.

Affres du remords : Dans ses rêves, Elspeth est hantée par les ombres de son passé. Alors que c'est impossible en Ilysée, quelque chose (ou quelqu'un) lui fait se souvenir de ses amours, regrets et nuit – chaque nuit.

S'agripper à la poussière : Le Tizère est sans doute l'équivalent du Tartare, où sont enfermés tous ceux qui ont manqué de respect aux dieux. On y trouve des suppliciés aussi variés que Tantale que l'eau et les fruits fuient une fois qu'il approche sa main, Sisyphe qui roule sans cesse la même pierre qui redescend sans cesse du mont où il la hisse ou les Danaïdes qui remplissent sans fin un tonneau doré.

Traîner dans le Monde souterrain : Le fouet d'Erébos est incroyablement long, comme une fine ombre qui s'étend à l'infini. Toute âme têtue refusant de traverser le Monde souterrain se trouve attachée et tirée dans les profondeurs.

Erébos, Cœur lugubre : Erébos règne sur le Monde souterrain avec un fouet d'acier. Jaloux, tyrannique, et paranoïaque (comme la plupart des dieux, sans doute) Erébos crée des monstres pour garder son empire. Mais, malgré leurs différences, Elspeth et lui ont un ennemi en commun : Héliode.

Ultime mort : Si une sorte de vie continue dans le Monde souterrain, elle n'est pas éternelle. Mourir une deuxième fois dans cet espace maudit est une mort bien définitive, puisque l'on devient de pierre afin de rappeler le risque permanent dans ce monde.

Retour du mignon : On apprend donc ici que Phénax, comme Xénagos, était mortel avant d'être un dieu. Mieux encore, il était mort avant d'être un dieu ! Mais toujours est-il que cela prouve que le cas de Xénagos ne fait pas exception, et d'autres dieux pourraient avoir été mortels.

Cauchemar d'Elspeth : Chaque nuit dans ses rêves, Elspeth revit son passé traumatisant. Témoin de ces cauchemars, Ashiok apprend l'existence des Phyrexians – et est excité à l'idée que de telles horreurs existent dans le Multivers.

Fin inévitable : Le destin, fatum chez les Romains, est un thème récurrent de tragédie. Que ce soient les Moires ou les Parques qui en décident, cela ne change rien : ce qui doit être sera, quoiqu'il arrive. Œdipe, même envoyé au plus loin de sa famille, alors qu'on l'avait cru mort, finira par épouser sa mère et tuer son père.

Engeance de Pharika : Quand la déesse Pharika essaya pour la première fois de créer les gorgones, elle fit des créatures bien trop dangereuses pour qu'elle ne les contrôle. Elles furent bannies dans le Monde souterrain, où elles s'assurent que les morts restent à leur place.

Tymaret appelle les morts : Tymaret est le roi des Reparus. Avec ses troupes, composées des plus violents d'entre eux, le leader d'Odonos organise des raids aussi brefs qu'efficaces, prenant ses adversaires de nuit, par surprise.

Tymaret, élu parmi les morts : Les dieux se battent, et tous ont choisi un champion. Erebos a choisi Tymaret, le leader guerrier des Reparus, pour devenir un demi-dieu et servir comme chef de ses forces.







Enjambeur de malheur : Certaines âmes dans le Monde souterrain deviennent étranges et haineuses à cause de leur séjour là-bas. Les plus maléfiques et malicieuses d'entre elles deviennent toutes des horribles monstres, comme cet Enjambeur de malheur.

Anax, endurci dans les Forges : Anax était autrefois le légendaire roi d'Akros, mais aujourd'hui, il est le champion de Purphoros dans la guerre entre les dieux. Reforgé pour ne penser à rien d'autre que la victoire, il répète sans cesse cependant un seul nom : « Cymede ». (cf Anax et Cymede) En effet, sa bien-aimée avait été laissée en tant que prix au dieu Kéranos qui avait endigué l'invasion minotaure d'Akros en faisant déborder les rivières. Blessé dans la bataille, nous ne savions pas jusque là ce qu'il était devenu.

Aspirant de sang : Si Xénagos est bien mort, ses prêcheurs ne le sont pas pour autant, et la foi en ce dieu satyre n'est toujours pas partie.

La Guerre d'Akros : S'il a fallu une intervention divine pour créer la polis de la philosophie, les hommes se débrouillent très bien eux-mêmes dès qu'il s'agit de créer la polis de la guerre, inspirée de Sparte et dont Anax et Cymède sont rois, et Gideon originaire.

Vélocité de libération : Keranos, le dieu des orages, a peu de temps pour les âmes de ces pauvres mortels. Mais si quelqu'un dans le Monde souterrain parvient à l'impressionner, Keranos pourrait le bénir d'une fraction de son pouvoir. Cela doit aussi être utilisé sagement.

Fin tragique : Ceux qui tentent de défier leur destin découvrent assez vite que la déesse de la destinée a un côté colérique. Sa fureur est prompte et définitive : ceux qui la défient se trouvent enserrés dans les cordes du destin.

Ascension furieuse : Klothys a été absente du panthéon pour un certain temps. Bien que Xénagos ait essayé (et brièvement réussi) de prendre sa place, elle est revenue pour réclamer ce
qui lui revient de droit.

Fatalité imminente : Plus personne ne se souvient du pauvre mythe associé à l'expression ; toujours est-il que vous ne pouvez pas ignorer l'expression d'épée de Damoclès, qui se tient au-dessus de la tête de ce pauvre homme...

Buffle de l'Agonas : Une légende d'Agonas dit qu'un guerrier mort avait réussi à apprivoiser un buffle sauvage et à le chevaucher à travers Nyx. Les âmes condamnées cherchant cette liberté se trouvent plutôt enchevêtrés dans les cornes tordues du buffle.







Colère de la tempête : Quand vous énervez Keranos, le résultat peut être... prévisible. Choquant, je sais.

Garde du labyrinthe de Skophos : Cette référence est si évidente que la relever est presque superflue. Il s'agit du Minotaure original, que Minos enferma dans un labyrinthe créé par Dédale, et qui sera tué par Thésée avec l'aide du fil d'Ariane.

Le triomphe d'Anax : Akros étant la cité qui défend la part civilisée du monde des hordes de minotaures, il n'est pas improbable que ce bouclier à la gloire d'Anax représente une victoire sur quelque chef minotaure.

Brèche du Monde souterrain : Les dieux sont en guerre, et leur conflit peut avoir des conséquences inattendues. Une de ces conséquences est l'ouverture de failles entre le monde des mortels et le Monde souterrain, ce qui permet aux engeances d'Erébos de semer le chaos parmi eux.

Enveloppe de flammes : Si ce n'est qu'une réédition, l'illustration qui représente trois chevaux à la gueule infernale peut rappeler le huitième des travaux d'Hercule. Ce seraient ainsi les juments de Diomède, particulièrement connues pour être carnivores, ce qui nous étonnerait moins en voyant les gueules de celles de la carte.

Arasta de la toile sans fin : Le visage humain de la créature ne peut que nous faire penser au mythe d'Arachne, la talentueuse tisseuse. Elle était si renommée qu'Athéna lui rendit visite en tant que vieille femme pour admirer son art ; mais elle eut l'outrecuidance d'affirmer qu'elle était meilleure qu'Athéna elle-même. Un concours de broderie s'ensuivit, et quoique la broderie d'Arachne n'eût aucun défaut, le fait qu'elle ait représenté les amours dérégulées de Zeus enragea assez Athéna pour qu'elle détruise son œuvre. Arachne, humiliée, se pendit, et Athéna lui donna une seconde vie. Morale de l'histoire : que vos adversaires n'aient pas l'outrecuidance de lancer des sorts.

L'emprisonnement des Titans : Des milliers d'années auparavant, les dieux menaient une guerre contre les Titans, leurs prédécesseurs. Victorieux, les dieux scellèrent les Titans dans le Monde souterrain. S'ils venaient à en sortir, ils insinueraient des horreurs innommables dans Théros.

Fileuse de la destinée : Klothys, liée au Monde souterrain, n'est pas capable de poursuivre qui s'en échappe. À sa place, elle envoie des Agents du Destin pour être sûre que tout se déroule comme il se doit. Ils manient le fil de Klothys en poursuite de ses objectifs.

Les premiers Jeux iroassiques : Il semble se trouver que l'équivalent thérosien de nos Jeux olympiques soient effectués spécialement en l'honneur du dieu de la victoire.

Dessein de Klothys : Cette carte nous en apprend plus sur cette nouvelle déesse qu'est Klothys. Ainsi, elle semble avoir le coeur moins vil que Xénagos et être moins portée sur le désordre. Rappelons que la destinée est en soi un concept s'opposant par là au qui ne croit en aucun destin.

Manteau du loup : Il s'agit sûrement d'une surinterprétation de ma part, mais le simple fait d'associer « deux » « loup » et « greco-romain », et j'ai pensé au mythe de Romulus et Rémus, frères fondateurs de Rome qui furent allaités par une louve – une prostituée, certes, mais le mythe avec la mauvaise interprétation de l'ambigu « lupa » est si séduisant...

Sanglier nessian : Ceux qui reprocheraient un manque d'inspiration dans un sanglier alors que nous sommes dans un monde grec ont oublié le quatrième des douze travaux d'Hercule : ramener le sanglier d'Erymanthe vivant. Pour ce faire, il a abattu des arbres afin de le trouver, il l'a coursé des jours durant en lui jetant des pierres afin de l'épuiser, avant de le faire tomber dans une fosse remplie de neige.







Nyléa, Œil-perçant : Nyléa est, à l'instar d'Artémis dont elle porte l'arc, la déesse protectrice de la chasse et de la nature.

Intervention de Nyléa : Quand les dieux combattent, Nyléa, déesse de la chasse, amène la force dans le nombre. Même les plus terribles créatures de la terre répondent à son appel.

Poursuite implacable : Créé seulement pour poursuivre et vaincre Elspeth, Calix est un maître-chasseur doté d'un esprit monomaniaque. Ses pouvoirs sur le destin ne font pas que l'aider à influencer le futur – ils lui autorisent aussi de lire le passé.

Rénata, appelée à la chasse : Pour champion, Nyléa a choisi Rénata ; une chasseuse légendaire du passé de Théros. Il est dit que, quand elle lançait sa lance, elle pouvait atteindre un sanglier à 800 mètres.

Allure de l'inconnu : Au cas où la référence à la boîte de Pandore ne serait pas assez claire, le nom du personnage rend tout cela limpide. Pandore avait été créée par Zeus pour se venger des hommes, à qui Prométhée avait donné le feu. Façonnée dans l'argile par Héphaïstos, Athéna lui donna vie et habileté, Aphrodite la beauté, Apollon le talent ; mais Hermès lui donna le mensonge et la curiosité, Héra la jalousie. Offerte au frère de Prométhée, elle arriva avec une boîte qu'elle avait interdiction d'ouvrir – ce qu'elle fit bien entendu, libérant la vieillesse, la mort, la maladie, la tromperie, le vice, la famine, la guerre, la folie, la passion, l'orgueil, laissant l'espérance gésir au fond. La carte quant à elle nous donne tout ce que l'on veut, sauf l'espérance qui tombe en des mains adverses.

Ashiok, muse des cauchemars : Ashiok est un Planeswalker bien connu pour être... tout à fait inconnu. Nous ne savons rien de lui : ni son sexe, ni son origine, ni même sa race, ses motivations ou son vrai visage. Toujours est-il qu'Ashiok aime répandre de doux cauchemars jusque dans le Monde souterrain... et que les mémoires d'Elspeth sont bien trop délicieuses pour qu'il n'y goûte pas.







Atris, oracle des demi-vérités : S'il ne fait, à ma connaissance, référence à aucun personnage en particulier, parler de demi-vérités en mythologie n'en reste pas moins intéressant. Les oracles comme Tirésias ne donnent en effet pas de demi-vérité, seulement une vérité trop horrible pour qu'on y croie, ou bien elle est cachée sous des oripeaux qui ne font que travestir sa véritable nature.

Lion bronzepeau : Un des plus célèbres travaux d'Hercule, le meurtre du lion de Némée auquel semble faire référence chaque lion de Theros...

Calix, main de la destinée : Calix a été créé en tant qu'Agent du Destin pour remettre Elspeth dans le droit chemin, mais son désir irrationnel d'être libre de la paix éternel le rend confus. Créé par Klothys, quelque chose doit survenir pour embraser son Étincelle... Comment justifieront-ils ce Planeswalker artificiel ?

Dalakos, façonneur de merveilles : Cet ondin fait référence à Dédale, ce qu'un texte d'ambiance semble indiquer plus clairement, celui des Ailes d'Hubris.

Klothys, déesse de la Destinée : Cette déesse ayant pris la place vacante laissée par Xenagos dans le panthéon therosien n'apprécie pas ceux qui voudraient manipuler le destin – et sa réponse est prompte et implacable. Si quiconque envisageait d'essayer de s'échapper des Enfers, Klothys ferait tout en son pouvoir pour l'arrêter.

Eutropie, deux fois protégée : Il est intéressant de remarquer que tous les Therosans ne sont pas dévoués à un seul dieu ; ainsi, elle révère Thassa et Nyléa plus que Kruphix.

Kounoros, chien d'Athréos : Référence évidente au Cerbère, dont nous avons déjà un exemplaire en créature légendaire, il est juste dommage que cette brave bête soit anti-synergique avec son propre maître...

Kroxa, titan de la Soif de mort : Kroxa est possédé par une faim interminable. S'il venait à s'échapper du confinement du Monde souterrain, il mangerait Mélétis en une soirée. Puis, il se dirigerait vers Nyx pour un dessert.

Polukranos, libéré : À l'instar de l'hydre de Lerne, Polukranos est une gigantesque hydre qui terrorisait les terres. Né d'une énième bataille entre Purphoros et Héliode, il fut scellé sous la forêt nessiane par Héliode et Nyléa. Mais, au retour d'Elspeth sur Théros, la bête s'éveilla, ravageant les terres. Alors, Héliode envoya sa nouvelle championne régler son compte à l'hydre, qui fut tuée. Apparemment, Elspeth ne revient pas seule d'entre les morts, et retrouvera son vieil adversaire.

Ouro, titan de la Rage de la nature : Uro, le plus solitaire des titans, se sent le plus chez lui sur le sol océanique. S'il devait s'élever du fond des vagues, tous les navires chavireraient.







Ascension vers la gloire : Pour un certain temps, Daxos fut un Reparu, une créature sans âme revenue d'entre les morts. Non sans effort, Héliode parvint à restaurer son âme, mais il demande une faveur en retour.

Ailes d'Hubris : Le fameux Dédale, ayant été enfermé dans son propre labyrinthe avec son fils Icare, créa pour s'enfuir une paire d'ailes de plumes et de cire. Il prévint son enfant de ne pas s'approcher trop près du soleil, sans quoi la cire fondrait ; mais son hybris le guidant, il le fit, et chut dans la mer que l'on nomme aujourd'hui mer Icarienne.

Ombrelance : Revivant sa mort chaque nuit, Elspeth est capable de s'emparer de l'ombre de la lance d'Héliode, Khrusor, et l'apporter dans le monde des vivants – une arme de ténèbres pour percer à travers le Monde souterrain, et au travers de la lumière.

Les terrains de base : Ils représentent, malgré leur apparence d'énergie Pokemon, les sources de mana de Nyx même, d'où leur design étoilé.

Athreos, voilé d'un linceul : Ce dieu, miroir du Charon grec, est celui qui mène du monde des vivants à celui des morts. Lorsqu'il met sous bâton sur l'eau d'une des cinq rivières entourant le monde, il devient un navire pour charrier les morts.

C'est tout pour aujourd'hui...



Le lore de Theros est dense, bien plus dense que cet article, c'est pourquoi j'ai pu survoler certains points voire en manquer certains. Cette article a vocation à être amélioré : quelles références et informations ai-je manquées ? De même, je saurai peut-être répondre à vos questions sur les fondements de la métaphysique des mœurs de Theros, alors n'hésitez pas.

En attendant de se retrouver pour toujours plus d'histoire, que le seul vrai Dieu (GàL) vous protège des usurpateurs, de leur hybris et les précipite sous un rocher !

Edité 4 fois, dernière édition par Drark Onogard le 14/01/2020

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  28

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

3 Louange(s) chantée(s) en coeur



Vinhan32
Le 13/01/2020

Super article, merci

Note : 10/10

arlocken
Le 13/01/2020

Merci pour tout ces détails, du super boulot !

Note : 10/10

Adette
Le 13/01/2020

Wha, super article, j'avais pas vu qu'il était sorti.
Tu rend hommage a ce plan qui mérite d'être bien raconté.