Avant la Guerre : Partie 19 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 19

Articles
par Drark Onogard, le , 212 consultations

  La guerre des Planeswalkers / La storyline de Magic

Le dernier espoir de Ravnica est le Flambeau. Ral doit l'embraser. Mais parviendra-t-il jusque la tour ?

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Partie 19



La tour du Flambeau se trouvait au coin d'un immeuble résidentiel assez banal, suffisamment proche du Nouveau Prahv pour que la plupart des résidents soient des employés et des fonctionnaires qui travaillaient dans cet immense complexe. Un jour ordinaire, Ral aurait peut-être vu des marchands vendant de la nourriture de rue ou des journaux, des calèches transportant les résidents les plus riches et une mer de piétons blottis sous des parapluies pour faire face aux pluies d'automne. La tour elle-même avait été utilisée par un scriptorium voisin comme espace de stockage supplémentaire jusqu'à ce que l'équipe de Ral ait déplacé ses boîtes de papier et les ait remplacées par des cristaux et du fil métallique.

Aujourd'hui, bien sûr, c'était tout sauf normal. Au moment où Ral arriva au rendez-vous, à un pâté de maisons de la tour, la bataille entre dragons battait son plein. Quelle que soit l'attaque que Niv-Mizzet avait déclenchée contre Bolas – une lumière si brillante qu'elle avait fait mal aux yeux, même à travers les paupières fermées – avait soulevé un énorme nuage de poussière et de débris, obscurcissant l'horizon dans cette direction. Les éclairs et les craquements de magie indiquaient que le conflit était en cours.

Dans le reste de la Circonscription, tout le monde semblait être devenu un peu fou. La plupart des citoyens ordinaires s'étaient enfuis pour leurs caves, ignorant la véritable importance de ce qui se passait. D'autres étaient descendus dans la rue en masse, exigeant des réponses des guildes ou se heurtant à qui que ce soit, à leur avis, qui était l'ennemi. Il y eut des bagarres et des pillages, d'autant plus que les forces Azorius qui seraient normalement déployées contre ce chaos semblaient avoir complètement disparu.

Les troupes de la Légion Boros étaient déployées pour repousser la panique, mais elles étaient éparpillées et les Gruul aggravaient la situation. Des bandes d'anarchistes déchaînés s'étaient échappées des Éboulis, attaquant les postes de Boros ou s'étant glissées pour semer le chaos dans la ville. Les autres guildes avaient renforcé leurs défenses en laissant à la ville une collection de camps armés, tandis que tout le monde regardait les dragons en l'air et essayait d'imaginer ce qu'il pourrait en découler.

Que penseraient-ils s'ils savaient que c'était juste une distraction ? Le puissant Niv-Mizzet, se jetant contre l'envahisseur Nicol Bolas, tout ça pour donner le temps à Ral de gravir quelques étages et d'appuyer sur quelques touches d'une machine d'une complexité incompréhensible. Je ne le croirais pas non plus.

Mais Dovin Baan avait bien compris, ou du moins avait reçu des instructions détaillées. Ral, debout dans une allée entre une pâtisserie et une mercerie, jeta un coup d'œil au coin de la rue et grimaça. Les troupes d'Azorius qui manquaient dans le reste de la Dixième circonscription étaient présentes en force ici. Des escadrons d'argousins formaient des barricades improvisées dans les rues à proximité de la tour, des centaines d'entre elles, appuyées par des hussards à cheval et un essaim de mécanoptères flottant au-dessus de leur tête.

Ceci, pensa Ral, ne sera pas facile.

À l'horizon, il y eut un éclair de lumière, suivi quelques secondes plus tard par un boom sourd qui s'estompa en un coup de tonnerre. Ral leva les yeux au-dessus des nuages ??mais, bien que sombres et lourds, ils ne semblèrent pas vouloir ajouter de pyrotechnie naturelle au maelström draconique. Il jeta un coup d'œil par-dessus son épaule, trouva l'allée toujours vide et se retourna, grave, pour examiner les défenses.

« Hé », dit Kaya derrière lui.

Ral se retint avec effort. « Se faufiler sur les gens, c'est une mauvaise manière dans le meilleur des cas. Pour le moment, c'est un bon moyen de te faire électrocuter. »

« Désolée, » dit-elle. « Force d'habitude. J'ai eu ta lettre. »

« C'est rien, de toute façon. » Ral se redressa et se retourna. Kaya était vêtue de la tenue de combat pratique dans laquelle il l'avait rencontrée pour la première fois, sans aucun costume orzhov, et ses dagues simples pendaient à ses côtés. « Jette un coup d'œil et dis-moi ce que tu en penses. »

Elle se pencha brièvement dans la rue et émit un faible sifflement. « Ça fait beaucoup d'épées. Qu'est-ce qu'il y a dans cette tour ? »

« Peut-être notre dernière chance. » Ral jeta un coup d'œil à la masse étincelante de fumée et de nuages ??qui constituait la bataille en cours. « Je suis ouvert aux suggestions. »

« Est-ce quelque chose que nous pouvons voler ? » dit Kaya. « Je pense que je pourrais entrer dans la tour à travers les bâtiments derrière elle. »

« Malheureusement, je dois y aller moi-même, » dit-il avant d'ajouter « Et il y aura des gardes à l'intérieur. »

« Alors nous avons un problème », déclara Kaya.

« Des chances de renforts d'Orzhov ? »

« J'ai apporté tout ce que je pouvais dégager à bref délai », déclara Kaya. Elle pointa le doigt vers le haut et Ral tendit la tête. Les toits au-dessus de la ruelle étaient couverts de visages de pierre laids et déformés. Gargouilles. « Ils sont silencieux et obéissent aux ordres. N'importe quoi d'autre signifie avoir un débat avec les hiérophantes, ce dont je ne pensais pas avoir le temps. Tomik a dit qu'il ferait de son mieux. »

Ral ressentit une douleur qu'il réprima impitoyablement. Ce sera le moment plus tard. « S'ils pouvaient causer suffisamment de confusion, » dit-il, « nous pourrons peut-être nous rendre aux portes d'entrée, mais... »

« Mes amis ! »

Une série de pas se rapprochant rapidement leur fit comprendre que c'était Hekara, se déplaçant à grande vitesse. Puis Ral se retrouva dans ses bras, ce qui n'était pas une expérience qui l'intéressait particulièrement. Il posa une main sur le front de Hekara pour l'éloigner et elle se transféra joyeusement à Kaya, qui portait l'étreinte avec un meilleur humour.

« Je vois que tu as aussi ma note, » dit Ral.

« Ouaip ! » Hekara lâcha Kaya et se retourna, radieuse. « J'étais là-bas, attendant l'attaque de Sa Brûlesse, et il m'a dit d'aller t'aider. Alors je suis là ! »

Hekara avait curieusement été absente ces derniers jours, à cause de sa réticence habituelle à lâcher les bottes de Ral. Ral avait refusé de s'inquiéter pour elle. Inquiète-toi davantage de la personne avec qui elle est. Malgré tout, il devait admettre que c'était un soulagement de la retrouver sous son œil.

« J'ai entendu dire que nous avions du mal à faire », déclara Hekara. « Tous ces cerveaux de fer là-bas, n'est-ce pas ? »

« Plus ou moins, » dit Ral. « Nous devons aller à la tour. As-tu des idées ? »

« J'ai beaucoup d'idées ! » dit Hekara. « Est-ce que je t'ai parlé de celle du drôle de canard qui porte un pantalon ? »

« Des idées pertinentes », ajouta Ral, échangeant un regard avec Kaya, qui semblait plus amusée que lui.

« Peut-être », dit Hekara. « Un élément pertinent est une de ces grandes choses grises avec les oreilles comme un loxodon géant, non ? »

« Hekara », dit doucement Kaya, comme Ral a grincé des dents. « Comment pouvons-nous dépasser les gardes ? »

« Oh ! » s'exclama-t-elle. « Ça. Attends une minute. » Elle posa une main sur son oreille, écoutant, et dans le calme, Ral entendit quelques notes discordantes. « J'ai amené des amis. »



Au début, ce n'était qu'une sorte de respiration sifflante et suffocante, comme si on jouait de l'accordéon.

Comme il grandissait, il devint évident que quelqu'un jouait de l'accordéon, et qu'il n'était pas très bon. Puis, au fur et à mesure que le niveau sonore augmentait, l'auditeur s'aperçut que non seulement le joueur d'accordéon n'était pas particulièrement doué, mais que l'instrument lui-même semblait mortellement blessé, émettant de grandes nappes sonores à des intervalles semi-aléatoires. Il fut rapidement rejoint par un chœur de trompettes de cuivre, pas deux accordés, et une phalange de batteurs, dont aucun n'avait partagé leurs idées concernant ce que devrait être le rythme.

En bref, c'était une cacophonie, mais très délibérée, un mur de bruits discordants qui, d'une manière ou d'une autre, se combinaient pour produire une mélodie étrange et chancelante. Il était captivant par son horreur, gonflait et tombait, se rapprochant presque puis se repliant dans ses composants.

Un homme minuscule arriva au coin de la rue, mesurant à peine quatre pieds de haut, vêtu d'un costume d'or étrange et jonglant pour tout ce qu'il valait. Une galaxie tourbillonnante de balles emplissait l'air au-dessus de lui, entrecoupées de couteaux, de haches et de rouleaux à pâtisserie. Ses mains étaient floues alors qu'il saisissait avec précision ces objets et les projetait dans les airs sur de longues trajectoires en boucle, quelque peu dans le temps, avec la musique intemporelle qui joue derrière lui. Le jongleur était suivi par une paire de filles qui culbutaient dans d'énormes cerceaux en métal, qui vacillaient dans la rue comme des pièces de monnaie en rotation, leurs occupants étoilés à l'envers la moitié du temps. Derrière eux, un rang de batteurs, six de front, trois autres sur leurs épaules.

Derrière vint une plate-forme presque aussi large que la rue et aussi longue que plusieurs voitures. Des ogres, des minotaures et toutes autres espèces assez grandes et assez larges, le tout décoré de rouge et de noir scintillants et orné d'or et d'argent, le portaient de chaque côté de grandes créatures robustes. Au sommet de la plate-forme, une paire de gobelins coiffés de l'accordéon préfiguré, qui s'est avéré moins endommagé que lourdement et inutilement modifié avec un énorme tube et un jeu supplémentaire de soufflets. Les trompettistes hétéroclites se promenaient en cercle autour de la scène animée, se retournant périodiquement en sens inverse avec beaucoup de comédie qui trébuchait et se frappaient les uns les autres avec leurs instruments disgracieux. De plus en plus de jongleurs traversaient la mêlée, se jetant des choses improbables entre eux et jetant des insultes aux trompettistes qui les avaient presque fait trébucher.





D'autres interprètes montèrent sur la scène, sautant et culbutant, tourbillonnant de longs foulards en soie et projetant de longues gouttes de feu dans les airs. Un autre rang de batteurs arrivait à l'arrière, tous des créatures plus grosses portant des tambours de basse plus profonds, fournissant un battement bas imminent. Les pas lourds des porteurs de la scène se fusionnaient avec les profonds booms pour ressembler à une armée en marche.

« Qu'est-ce, » dit Ral en élevant la voix pour être entendu, « que c'est supposé être exactement ? »

« Carnaval extraordinaire de délices de Maître Panjandrum ! » dit Hekara en rebondissant avec enthousiasme. « Sa Raknesse leur a dit de venir nous donner un coup de main. Ne sont-ils pas géniaux ? »

« Ils sont certainement bruyants », a déclaré Ral au fur et à mesure que la scène passait.

« Désolée, » dit Kaya, regardant une femme costumée de manière provocante se plier dans une direction improbable et faire des bisous faits de fumée colorée. « Je ne pense pas que je vais suivre. Ce sont nos renforts ? Un cirque ? »

« Avec Rakdos, un cirque n'est jamais un cirque », déclara Ral. « Allez, restons proches. Est-ce que tes gargouilles peuvent s'occuper des mécanoptères ? »

Kaya hocha la tête et cria quelque chose sur les toits. Un instant plus tard, le troupeau de gargouilles prit son envol, entourant la tour.

« Elles vont attendre que nous commencions, » dit Kaya, trottinant pour suivre Ral. « Quoi que ce soit que nous faisons. »

« Regardez, » dit Ral. « Et préparez-vous à courir. »

Hekara rebondit à côté de lui, applaudissant complètement hors du temps avec la musique.

Les soldats Azorius, rangés derrière leurs barricades, auraient difficilement pu passer à côté de la scène en mouvement et de sa phalange d'artistes interprètes. Apparemment, cependant, ils ne savaient pas vraiment quoi faire à ce sujet, car il y avait beaucoup de discussions et de consultations avant qu'un agent ne se précipite dans la rue en agitant les bras.

« Messieurs ! » cria-t-il. « Cette zone est sous le contrôle direct du Sénat, conformément à la résolution 3842, relative aux urgences et à une conduite appropriée. De plus, votre divertissement aurait dû être préalablement enregistré auprès du Bureau de l'Usage des Rues, et tous les responsables concernés J'ai bien peur de devoir vous demander de vous disperser. »

« Oh cher. »

Un homme que Ral n'avait pas remarqué auparavant se déplia depuis le devant de la scène. « Déplia » était exactement le bon mot – Ral n'avait jamais vu un humain aussi allongé. Il avait la tête et les épaules plus hautes que Ral lui-même, mais mince comme un squelette, avec des membres ressemblant à des bâtons secs. Un costume formel le pendait comme sur une corde à linge, ridicule, et un chapeau trop petit était posé de manière absurde sur son crâne bombé. Son visage était peint en blanc, les lèvres et les yeux soulignés de rouge cramoisi.

« C'est Maître Panjandrum », confia Hekara.

Maître Panjandrum s'éloigna du bord de la scène, le pied descendant doucement sur le dos d'un gobelet qui se contorsionna pour faire un tabouret. Même au niveau du sol, Panjandrum dominait l'officier Azorius. À côté de lui, le petit jongleur battait encore son plein, divers objets tournoyant au-dessus de lui dans une boucle sans fin.

« C'est vraiment dommage », déclara le maître de cirque. « Les gars seront tellement déçus. Qu'en pensez-vous, les gars ? » Il éleva la voix. « Ils disent que nous devons rentrer à la maison ! »

La musique s'arrêta brusquement et discordante. Les batteurs se stoppèrent, les trompettes gelèrent la note moyenne et l'accordéon s'éteignit après un dernier blat discordant. Il y eut un moment de silence puis cent voix se mirent à crier.

« Le spectacle doit continuer ! »

« Bien », dit Panjandrum, alors que la musique reprenait. « Voilà. »

« Q-quoi ? » Les yeux de l'argousin s'étrécirent. « Maintenant, voyez... »

Puis il s'arrêta car l'un des objets de la collection tourbillonnante du jongleur – une boule de métal de la taille d'un poing – s'était échappée de lui et était tombé d'une hauteur considérable pour atterrir sur la tête de l'officier. L'homme se renversa sans rien faire sur les pavés.





« Oups », dit Panjandrum. Son sourire peint se magnifia dans un grand rictus.

Hekara, toujours bondissante, donna un coup de coude à Ral dans les côtes. « C'est là que ça passe bien. »

« Capitaine ! » cria quelqu'un, de retour dans les rangs Azorius. Une femme en uniforme se leva de la couverture, s'avançant, mais retomba avec un couteau de boucher enfoncé dans son œil. Le petit bouffon devint flou, des objets glissant de ses mains dans les rangs des troupes d'Azorius. Des couteaux, des assiettes dont les bords s'avéraient tranchants comme des rasoirs, des sacs de haricots qui éclataient en essaims de minuscules pinces argentées et des armes encore plus improbables qui pleuvaient.

Les batteurs de premier plan écrasèrent leurs instruments au-dessus des genoux, révélant ainsi de longs fouets à lames stockés à l'intérieur. Ceux qui se tenaient sur les épaules des autres sautèrent, leurs nouvelles armes balançant en larges arcs meurtriers. Derrière eux, les trompettistes portaient leurs instruments à leurs épaules et tiraient sur des déclencheurs cachés, les faisant cracher des arbalètes à tête d'acier.

« Feu ! » cria quelqu'un à la base de la tour. « Retournez le feu ! »

Les arbalètes zingaient, envoyant une pluie de querelles dans le cirque ambulant et envoyant des artistes s'écraser sur les pavés. Un homme, frappé au milieu d'un feu crachant, explosa dans une boule de flammes spectaculaire. Une balle heurta l'une des femmes en train de basculer alors qu'elle traversait les airs et elle tourna avec son élan, réalisant un atterrissage parfait avec les bras tendus avant de prendre un long arc avant de tomber ensuite morte.

« Tout le monde est critique », murmura Maître Panjandrum, esquivant au milieu de la pluie de feu. « Montrez-leur ce que nous faisons aux critiques, gars ! »





Les interprètes de Rakdos poussèrent un rugissement et bondirent en avant, laissant la scène portable tomber au sol. Les agents d'arrêt d'Azorius se levèrent pour aller à leur rencontre, les épées dégainées, et la bataille se rejoignit.

Kaya observa avec incrédulité puis se tourna vers Hekara. « Est-ce que tous tes cirques sont comme ça ? »

« Pas tous », dit Hekara en méditant. « Parfois, ils ont des tigres ! »

« Rappelle-moi de sauter celui-ci », dit Kaya en tirant ses dagues. Au-dessus, des gargouilles plongeaient et plongeaient dans l'enchevêtrement des mécanoptères. « On y va ? »



La place était en chaos. Des jongleurs lançaient leurs armes et une équipe d'ogres maquillés en forme de clown se posaient sur les cavaliers Azorius, suggérant qu'ils n'étaient pas du tout amusés. Un groupe de hussards chargea, leurs sabres tranchant. L'un d'eux coupa la tête de son jongleur, mais l'interprète décapité revint un instant plus tard et se révéla être deux gobelins vêtus d'un long manteau.

Ral, Kaya et Hekara se frayèrent un chemin dans la presse en se dirigeant vers la porte d'entrée de la tour. Pour la plupart, les troupes d'Azorius les ignorèrent au profit de menaces plus évidentes. Hekara passa avec ravissement, conjurant ses longues et minces lames à partir de rien et les projetant dans toutes les directions, trouvant des yeux, une gorge et des trous dans l'armure. Kaya prit la tête et sortit ses poignards. Lorsqu'elle se présenta, elle le laissa passer sous un éclat de lumière pourpre, puis planta un couteau dans son dos pendant qu'il essayait de comprendre ce qui s'était passé.

Des morceaux de mécanoptère pleuvaient, des engrenages et des cristaux cassés tombaient régulièrement autour d'eux. Les machines volantes ripostèrent avec des perceuses rotatives et des étincelles électriques. De temps en temps, une gargouille cassée tombait également, se brisant et chutant comme une pluie de gravier. Ral leva les yeux, pas vers la mêlée aérienne, mais vers les éclairs et les lueurs plus lointaines dans les nuages, essayant de mesurer l'ampleur de la lutte. Il était impossible de voir quoi que ce soit d'ici, mis à part le fait qu'il était toujours en cours. Nous ne sommes pas encore à court de temps.

Devant la porte de la tour, un groupe d'argousins disciplinés dotés de lourds boucliers se tenait devant un mage en robe, qui criait des ordres qui n'étaient pour la plupart pas entendus. Ils aperçurent Ral et les autres, et levèrent leurs boucliers à temps pour détourner une pluie de couteaux d'Hekara.

« Hors du chemin », gronda Ral en levant les mains. La foudre craqua et cracha de ses doigts.

« L'accès à cette tour est interdit », cria le mage en levant les mains. La lumière blanche montait autour de lui en cercles concentriques bien nets. « Il vous est interdit de franchir le seuil, par ordre du Sénat ! »

Les glyphes brillaient et tournaient, donnant aux mots du juriste la force de la magie. Ral lui envoya un éclair, mais il se brisa contre la salle. Il a mis sa mâchoire.

« Nous n'avons pas le temps pour cela », souffla-t-il. « Hekara, l'un de tes amis peut-il... »

« Je vais m'en occuper », dit Kaya. "Tenir leur attention. »

« Bien ! » dit Hekara. Elle se dirigea vers l'avant, appelant plus de lames. Kaya prit une profonde inspiration, puis s'enfonça dans la terre avec un éclair violet.

Ral haussa les épaules et envoya un autre coup de fil au juriste. L'homme se tordit les mains, renforçant sa protection. Un autre coup, et un autre, réussirent aussi peu, et Ral vit la confiance grandissante du mage. Il fit signe à ses soldats d'avancer.

Ral était le seul à avoir vu Kaya sortir du sol, à bout de souffle. Avant que le mage sache qu'elle était là, elle l'atteignit, lui passant le poignard dans la gorge. Il tomba dans une marée de sang et le sortilège trembla et disparut. Ral leva les mains et sentit le pouvoir émaner de son accumulateur, se rassembler un instant sous ses gants avant de sauter pour jouer à travers le rang entier des soldats Azorius. Ils s'effondrèrent comme des dominos et Ral et Hekara sautèrent légèrement sur la rangée de corps blindés.

La porte grinça quand Ral essaya mais elle ne bougea pas. Il fronça les sourcils et jeta un coup d'œil par-dessus son épaule. La place était toujours pleine d'artistes de Rakdos engagés dans un combat avec les troupes d'Azorius, mais cela ne durerait pas éternellement – des renforts étaient presque certainement en route.

« Reculez, » dit-il en levant les mains.

« Attends une minute, » dit Kaya. Elle s'approcha de la porte, passa son bras droit dans la main et tâtonna un instant. Un violent coup de poing indiqua qu'elle avait délogé la barre de l'autre côté et elle l'ouvrit. « Beaucoup plus facile. »

« C'est pratique ! » dit Hekara. « Hé, qu'est-ce qui se passerait si tu passais la tête à droite, et que quelqu'un essaye d'ouvrir la porte, et... »

« J'essaie de ne pas y penser. » Kaya entra dans l'espace sombre au-delà. « Cet endroit a l'air vide. »

« Le flambeau est au sommet », annonça Ral.

Il fit signe à Hekara de rentrer à l'intérieur, puis ferma et barra la porte derrière eux. La tour était en fait en grande partie vide, avec un seul et large escalier tournant autour de son bord extérieur. Il possédait autrefois plus de sols internes (les supports en pierre des planches de bois étaient toujours là), mais les ingénieurs d'Izzet les avaient arrachés pour faciliter le levage de composantes à l'aide de grues. En regardant droit, Ral pouvait voir le dessous d'une masse complexe de machines, d'engrenages imbriqués, de grandes boucles suspendues de câble Mizzium et d'accumulateurs de cristaux craquelants.

« Je veux dire, j'aurais pensé qu'ils auraient des gardes ici aussi », déclara Kaya. « Si c'est si important. »

« Ils peuvent aussi nous attendre au sommet », rappela Ral. « Faites attention. »

« On doit marcher ? Tu n'as pas dit qu'il y avait un de ces trucs qui lèvent ? » dit Hekara.

« C'était plus une catapulte, si je me souviens bien », déclara Ral. « Je pense qu'ils l'ont ramené à Nivix quand ils ont fini le travail. »

« Awww », dit Hekara. « Ça a l'air génial. »

Ils commencèrent à monter les escaliers, Kaya prenant la tête avec des poignards tirés. À mi-chemin du premier virage, Ral leva la main et fixa l'escalier tournant devant eux.

« Quelque chose a bougé », dit-il en se concentrant. « Regardez bien. »

Une boule d'électricité pétillante apparut au-dessus de sa main et Ral souffla dessus doucement. Il dériva vers l'avant, se développant dans un champ de pouvoir, pas assez fort pour faire plus que de hausser les poils sur la peau de quelqu'un. Mais il fit le contour de tout devant eux avec une aura les craquements des murs, des escaliers, des boucles et bobines...

... et une douzaine de choses étranges, grêles, à six jambes.

Kaya se tendit alors que les créatures se levaient. Elles n'étaient pas invisibles, exactement, juste camouflées avec talent, leurs surfaces métalliques plates changeant de couleur et de teinte pour se fondre dans la pierre derrière elles. Ils avaient de longs corps asymétriques, avec des jambes maigres, en échasses, qui se tordaient et s'accrochaient étrangement.

« Voici vos gardes », dit Ral.

« Que sont-ils ? » dit Hekara.

« Constructions », murmura Ral.

Hekara pencha la tête. « Je pensais qu'ils étaient tous grands et couverts d'engrenages. Ils sont plutôt mignons. »

« Ce sont des créations de Tezzeret », rétorqua Ral.





« Quoi qu'ils soient », dit Kaya, « nous devons les dépasser, n'est-ce pas ? » Elle s'accroupit. « Allons-y. »

La construction principale vint en avant, les jambes claquant sur la pierre. Kaya y courut, les poignards étendus, et il souleva un membre pour la lancer à la pointe d'une aiguille. Au moment où le coup fut porté, cependant, elle était partie, se tordant latéralement et passant à travers l'un des autres membres de la chose pour attaquer la prochaine machine en ligne. Ses poignards s'enfoncèrent dans son flanc, des pointes glissant à travers sa peau d'acier avec une lumière parasite pourpre qui causa des ravages sur son intérieur.

Hekara fit le sourire fou qu'elle réservait pour blesser les gens ou casser des choses et fit apparaître une paire de poignards dans les airs. La première paire rebondit simplement sur le revêtement extérieur dur de la construction. La sorcière de rasoirs créa donc une autre paire, tranchante et étroite comme des pics à glace, puis s'est dirigée vers l'avant. Elle se baissa sous la construction en plomb, poignardant son arme vers le haut et enfonçant ses armes dans son ventre.





Ral suivit son exemple. Un éclair allait simplement glisser sur les peaux de métal de la chose. Il concentra donc toute son énergie dans ses gants, tenant une boule de plasma au-dessus de sa paume jusqu'à ce qu'elle devienne blanche comme du feu. Quand une construction se dirigea vers lui, il esquiva son coup et frappa avec l'énergie concentrée contre elle. Ce qui lui passait par la tête se sépara sous une pluie de métal surchauffé, et la chose trébucha ivre du côté de l'escalier, heurtant le sol de la tour tout en bas et éclatant en une masse de métal tordu.

En avant, Kaya démontait une autre machine avec ses dagues et Hekara en gardait une occupée en la perforant de trous minuscules. Quand ses poignards se cassèrent entre ses mains, elle en convoqua simplement de nouveaux et les maintint, évitant les contre-coups de la construction avec une aisance méprisante. Ral entra par derrière et frit la chose avec tact, sautant par-dessus son corps en train de s'effondrer pour en intercepter un autre avant qu'il ne puisse broyer Hekara par derrière. Une autre construction est tombée des escaliers, quatre de ses six jambes se sont déjà détachées. Dans quelques instants d'action frénétique, la voie était libre.

« Rien de tel qu'un bon combat avec tes copains, oui ? » Hekara regarda ses deux compagnes avec un large sourire.

« Cela peut certainement être revigorant », admit Kaya avec un petit sourire.

« Cela ne peut pas être le dernier d'entre eux », déclara Ral. Il leva les yeux et secoua la tête. »"Quelque chose nous attend là-haut. »

« Ensuite, nous les éliminerons aussi ! » it Hekara. « Allons. »



La dernière courbe de l'escalier se trouvait dans la machinerie du flambeau, elle était donc flanquée de rangées de bobines et d'accumulateurs, de panneaux de commande et de boucles de fil suspendues. Rien ne semblait endommagé. Ral savait que le noyau du flambeau était bien protégé, mais il craignait toujours que les forces de Bolas aient tenté de la désactiver. Apparemment non. Leur attention doit être ailleurs.

À la fin de la tour de pierre, les escaliers débouchaient sur un pont plat formant la base d'un large dôme en cuivre. La machinerie du flambeau était concentrée au centre de la pièce, disposée autour d'un seul vaste cristal résonnant. C'était le cœur du problème, la technologie que Ral avait récupérée du Projet Luciole, considérablement développée et inversée. Lorsque le courant approprié serait appliqué, il deviendrait une flamme ardente, se projetant dans le multivers. Au moins en théorie, tous les planeswalkers pourraient le voir et se rendre à Ravnica.

Devant le noyau se trouvait un clavier, comme un piano, avec des touches d'ivoire. Le verrou de sécurité. C'était la sauvegarde finale. Si Ral tapait dans la séquence qu'il avait choisie, ce qui semblait être il y a cent ans, le flambeau s'activerait. Et cette activation était conçue pour être irrévocable : il brûlerait jusqu'à épuisement de son carburant. Presque là.

Malheureusement, le reste de la pièce n'était pas vide. Des piliers en acier se tenaient à intervalles réguliers, soutenant un maillage complexe de fils, de conduits et de rouages ??élaborés. Une partie de l'équipement est passée à travers des grilles dans le sol pour se connecter aux objets situés en dessous ; d'autres fils atteignaient les murs, sortant par d'autres grilles qui donnaient une vue sombre du ciel assombri à l'extérieur.

Au milieu de cette jungle, entre elles et le clavier de sécurité, deux femmes se tenaient côte à côte. Lavinia avait troqué son manteau à capuchon contre un ensemble d'armures Azorius bleu et or, et s'était levée avec une main sur son épée. À côté d'elle, Vraska était tout en noir, ses vrilles se tordaient déjà. La gorgone les regarda tous les trois avec un sourire plein de dents, méprisant.

« Bien, » dit-elle, « ça t'a pris assez longtemps. »

Résumé



Spoiler: Montrer
Pendant que Niv-Mizzet fait diversion en combattant Nicol Bolas, Ral s'apprête à pénétrer dans la Tour du Flambeau afin de l'activer. Cependant, de nombreux gardes d'Azorius lui barrent la route. Heureusement, Kaya et Hekara arrivent pour l'aider.

Et Hekara arrive avec tout un cirque, qui occupe assez longuement les soldats pour que Ral et ses comparses dépassent la première ligne de défense. La seconde, avant l'entrée, est aisément balayée grâce à la discrétion de Kaya, sans laquelle la hiéromancie les aurait arrêtés.

Entrés dans la tour, ils font face à des constructions de Tezzeret, qu'ils éliminent ; arrivés à l'endroit où ils doivent activer le flambeau, ils se rendent compte de leur erreur : face à eux, Lavinia, et Vraska, qui les attendaient.



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 374 votes)