Analyse de Classique, 6ème Edition - Magic the Gathering


Analyse de Classique, 6ème Edition

Articles



Dark Mogwaï, le , 3742 consultations , 2

Classique est surtout inspirée de l’extension autonome Mirage. Qualifiée de « Classique », cette édition se révèle à l’opposé du terme. Même si l’on peut justifier l’amère disparition de certaines car...

  Analyse d'édition / Classique, 6ème Edition

Classique est surtout inspirée de l’extension autonome Mirage. Qualifiée de « Classique », cette édition se révèle à l’opposé du terme. Même si l’on peut justifier l’amère disparition de certaines cartes comme Nécropuissance car elles faisaient partie des cartes des extensions dont Cinquième Edition se devait d’être inspirée, certaines des cartes typiques que l’on retrouvait à l’accoutumé dans les éditions Magic disparaissent de la Sixième Edition. A titre d’exemple je ne citerais que Disque de Nevinyrral, Dragon Shivan, Messe noire, Désintégration (remplacé par Brasier tout droit venus de Portal…) , ou bien les Chevaliers noir/blanc. On regrette ainsi fortement la disparition de ces cartes (qui faisaient tout de même parties des cartes les plus représentatives du jeu!!!) dans les paquets de type II. Avec Classique, Wizards of the Coast innove. Tout l’univers de Magic est bouleversé par de nouvelles règles destinées à mieux ouvrir le jeu de carte aux débutants. Résultat : un chat n’y retrouverait plus ses petits. On change toutes les phases qui existaient dans le jeu, on forme une pile à chaques sorts, effets ou capacités, on modifie les indications sur les cartes (Une interruption devient un éphémère, il n’est plus écrit Invoquer : mais Créature : pour désigner un sort de créature…). En fait, à part les petits emm... qui adorent chipoter sur les règles lors des tournois pour pénaliser son adversaire (et qui n’en a jamais rencontré : n’est ce pas la pow… team), personne n’en est vraiment content. Les parties de Magic à essayer de comprendre toutes les trames (parfois complètement stupides) des nouvelles règles ont même faillit finir par nous dégoûter de Magic. Aussi, je ne vois vraiment pas où Classique à put favoriser l’arrivée de nouveaux joueurs (excepté si l’on considère que tous les débutants sont des dégénérées profond du cerveau complètement incapables d’apprendre à distinguer une interruption d’éphémère ou d’une créature). Un dernier coup de gueule : certaines cartes avant bien intégrés dans l’univers de Magic sont devenues, grâce aux nouvelles subtilités de Wizards of the Coast, surpuissantes ou injouables selon les cas. Ce qui à permis aux brillants inventeurs de Magic d’interdire des cartes comme Diamant de L’œil du Lion qui pouvait remplacer Black Lotus. Finalement on peut dire que c’est le début de la fin (vous comprendrez si vous lisez nos articles sur les extensions suivantes).

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

2 Louange(s) chantée(s) en coeur



Vaucontel
Le 20/04/2019

Je tombe par hasard sur cet article de 1999.
D'une part, je ne savais pas que la SMF était aussi ancienne, d'autre part, j'aime bien la phrase de la fin qui annonce "le début de la fin" !
20 ans après Magic est toujours bien debout !


MagicWam
Le 20/04/2019

Pour avoir vécu la révolution de l'édition "Classique", je confirme que c'était bien le sentiment général de l'époque. Pour ma part, c'est le moment où j'ai commencé à prendre de la distance avec le jeu (Ca correspond aussi avec le début de ma vraie vie d'adulte indépendant, mais bon...).
Les changements de règles ont été à l'origine de nombre de disputes, hors des circuits officiels : "Ah oui, mais moi, je joue "classique", môssieu ! Non, le vrai classique, pas cette merde de "Classique" ! Donc, ma combo fonctionne."

Répondre