Analyse Duel Deck Knights vs Dragons - Magic the Gathering


Analyse Duel Deck Knights vs Dragons

Articles



Lord Rhesus, le , 29413 consultations , 4

Analyse du dernier Duel Deck qui met en scène un combat tout droit sorti d'un conte de fées : Dragons contre Chevaliers. Flammes de l'enfer et griffes acérées contre honneur et épées affutées. Qui l'emportera ?

  Duel deck / Connaisseur / Duel Decks: Chevaliers vs. Dragons

Décidément, il semblerait que l’équipe de WotC France ait été touchée par la grâce du Dark Mogwaï. Ou bien ils ont confondu le premier avril avec Noël. Ou alors il s’agit d’une tentative de corruption à long terme, digne d’un plan de Nicol Bolas. Quoi qu’il en soit, nous continuons à recevoir des produits à tester, et j’ai profité de ce que Thorgor soit occupé à batailler sur Mirrodin pour subtiliser un des paquets. Un paquet curieusement chaud au toucher, et résonnant de cris de bataille et de rugissements.

Image

Image

L’avant et l’arrière de la boîte, qui a un peu souffert du transport.


Une fois de plus, les dragons sont à l’honneur. Après un From the Vault : Dragons et un deck Archenemy Scorch the World with Dragonfire, les revoici dans un Duel Deck. Pour une fois, il s’agit donc de cartes disponibles en français. Et qui dit Duel Deck dit un ennemi emblématique à affronter. En l’occurrence, les chevaliers se sont naturellement imposés, en bons pourfendeurs de dragons qu’ils sont, mais également en tant que type de créature devenu jouable avec l’apparition récente de cartes permettant de monter un jeu tribal autour. Bref, un affrontement épique en perspective.

Image

Notez bien que cette tapisserie a été réalisée par des humains et n’est donc pas forcément un compte-rendu objectif de l’affrontement. Attention : même les tapisseries de la Manufacture des Gobelins ont en réalité été faites par des humains.


Pourquoi les chevaliers affrontent-ils les dragons ? Rashida la désquamatrice prétend que c’est pour rassurer les pitits nenfants, mais tout le monde sait bien que c’est parce qu’un dragon rassemble en un seul adversaire assez d’expérience pour monter de plusieurs niveaux, un trésor inestimable et, comme le suggère l’image ci-dessus, une princesse qui n’a plus vu de mec depuis belle lurette. Le point de vue des dragons est quant à lui bien résumé par le Dragonnet du fourneau et le Dragon au rabais (malheureusement absents de ce pack) : OM NOM NOM.

Quelles que soient leurs raisons de s’en mettre plein la figure, je n’allais pas les faire attendre plus longtemps. J’ai donc ouvert l’emballage pour voir si le contenu était à la hauteur de mes attentes. Je ne m’attarderai pas sur la boîte proprement dite, qui est la même que pour tous les Duel Decks : une forme invraisemblable avec des replis de carton partout, et plein de plastique à l’intérieur pour maintenir les cartes en place. Comme d’habitude, c’est bling-bling, plutôt encombrant et impossible à réutiliser pour ranger des cartes.



Image

Record de l’emballage le moins pratique. Même les dépliants sont maintenus avec du scotch qui a tendance à arracher le papier quand on essaie de le décoller...


Concernant ces dépliants, rien de particulier à en dire. L’un d’entre eux est le traditionnel « Apprendre à jouer à Magic », tandis que l’autre indique les listes de chaque deck, des conseils pour les jouer et du texte d’ambiance, avec une face pour chaque camp, exactement comme les autres Duel Decks.

Passons tout aussi rapidement sur les tout aussi traditionnelles boîtes à decks en carton, à plier et monter soi-même : c’est un peu une fausse bonne idée, puisqu’elles sont assez petites et qu’elles forcent le joueur à y ranger les cartes sans pochettes.

Et puis il y a aussi deux-trois cartes dedans :

Image

Non, les cartes ne se rangent pas spontanément comme ça quand on les déballe.


Les decks proprement dits ont été entrés en base : Chevaliers et Dragons (Vous y trouverez les listes, mais aussi les divers graphiques de composition et courbe de mana). Et là, un premier choix curieux : le deck Chevalier n’est pas un weenie white mais un blanc-vert. Je dois bien avouer mon étonnement quant à certaines cartes :

-Tout d’abord, la figure emblématique du deck Chevalier, passée mythique pour l’occasion : Chevalière du reliquaire. Bien qu’il s’agisse d’une excellente carte, elle n’a que peu de synergie avec le reste du deck, à part les terrains eux-mêmes. Il m’aurait semblé plus logique de voir un chevalier légendaire comme Rafiq aux innombrables (à la condition que le deck splashe du bleu), Sidar Djabari (avec la même capacité que le Cavalier d’Alaborn), ou mon préféré : Tivadar de Thorn. Ce dernier aurait vraiment eu une saveur spéciale dans le deck, tuant un des gobelins d’en face en arrivant et posant un problème durable avec sa protection contre le rouge, ce qui serait acceptable pour le commandant des chevaliers.

Image



Elle coupe des arbres et elle va chercher des jardinets ? Il semble qu’elle aurait été davantage à sa place avec d’autres chevaliers...

-Puisqu’on parle de protection, Wizards semble avoir récidivé : après Akroma contre les démons, ce deck inclut un Chevalier argenté, fort joli avec sa nouvelle illustration, mais qui sera quasiment ingérable pour le deck dragons et force ce dernier à inclure les assez médiocres Vigile du cromlech et Ectofeu pour avoir de quoi le bloquer et le détruire tout en restant dans le thème draconique.

-Le Paladin de Noeudevigne a fait ses preuves dans les decks Bant, mais il est nettement plus faible dans un jeu où beaucoup de créatures attaquent simultanément. Il aurait été intéressant d’avoir plus de cartes avec la vigilance, ou un moyen de leur donner, à la fois pour le renforcer et pour éviter d’être attaqué par des gobelins pendant que les chevaliers chargent à l’autre bout du champ de bataille.

Image



Ses collègues l’handicapent s’ils attaquent en même temps ? Le travail d’équipe est à revoir.


-Et enfin, s’il n’est pas surprenant de voir des sorts à haut coût converti de mana dans le deck Dragon, celui-ci semble disposer de pas mal d’accélérateurs. Par contre, les chevaliers alignent des créatures très chères et/ou avec montée de niveau, certaines étant franchement bof. Leur stratégie étant vraisemblablement de battre le deck rouge de vitesse avant que les gros dragons n’arrivent, ils risquent de faire des départs un peu lents. Espérons que ce soit fait exprès pour équilibrer les decks.

-En comparaison, le deck Dragons a l’air plutôt bien foutu, comptant sur des blasts et des gobelins pour ralentir les chevaliers le temps de réunir les accélérateurs nécessaires pour poser un des gros dragons. Ceux-ci ont tous, en plus de leur force considérable, des capacités qui permettront de griller les impudents humains dans leurs armures pour remporter la partie. Et ça ne fait même pas un deck avec bien plus de gobelins que de dragons, au contraire.

Au final, ça nous donne ça :

Image

VS

Image

Signalons pour finir que malgré quelques cartes discutables, notamment du point de vue de l’ambiance (par exemple, pourquoi Village arboricole, qui se transforme en singe, dans un deck chevaliers ? Pourquoi avoir choisi Flamme captive plutôt que Souffle du dragon ? Pourquoi avoir conservé des textes d’ambiance sans aucun rapport avec le deck ?), on sent qu’un certain soin a été apporté au choix des illustrations :

Image

Le message est clair : le but est de pourfendre du dragon

De plus, comme pour tous les Duel Decks, six cartes ont reçu une nouvelle illustration : outre les deux "commandants" et le Chevalier argenté, le rouge propose Feu punitif et Chant bouillonnant revus et corrigés en version draconique. La seule nouvelle illustration qui m'a déçu est celle du Marteau de guerre loxodon (pourtant de Terese Nielsen), que je trouve sans grand rapport avec le thème (et le manche a l'air bizarrement souple).

Au-delà de ces considérations esthétiques, passons donc au plus important : les decks sont-ils équilibrés et agréables à jouer l’un contre l’autre ? Ne disposant pas d’un poisson rouge pour les tester, je me suis rabattu sur ma copine.

Image

Comme les sorties des decks sont différentes à chaque fois, vu le nombre de singletons, j'ai privilégié l'ambiance des rapports de bataille à la précision, j'ai donc parfois regroupé des évènements ayant eu lieu sur plusieurs tours.

Ronde 1 :

Rhesus ouvrit les hostilités par la construction d'un Mur de cendres, rapidement rejoint par de la Chair à dragon.
Ne se sentant pas de taille à charger seul, le Chevalier d'Orgeprairie envoyé en éclaireur attendit patiemment le reste de la cavalerie qui, comme toujours, tarda à venir. Au cours des tours suivants, les gobelins furent rejoints par leur Mentor marquesang, tandis que les renforts arrivaient enfin : une Chevalière d’Havrefalaise, un Dissident au cœur de lion, le Paladin de Noeudevigne et le Chevalier argenté.
Les gobelins avaient eu le temps de réveiller un Dragon acrimonieux, mais celui-ci fut immédiatement victime des Représailles des chevaliers. Enhardis par cette victoire, le Paladin et le Chevalier argenté chargèrent le Mur de cendres, qui s'effondra en ensevelissant le Paladin sous les décombres. Le noble cavalier fut toutefois remplacé par un Ranger de l’Ordre du genévrier, et ses frères d'armes célébrèrent la Réunion des héros.
Leur réjouissance fut de courte durée, car les gobelins ripostèrent avec un Cône de flammes, qui carbonisa le Dissident, le Chevalier d’Orgeprairie et la Chevalière d'Havrefalaise, et une Expectoration tellurique infligea le même sort au Ranger.
Le Chevalier argenté solitaire, chargeant toujours vers l'antre des dragons, fut rejoint par une Escorte de caravane.
Attiré par le fracas de la bataille et par les appétissants gobelins, un Dragonnet vint rejoindre le combat, pour faire face à un Lancier bénalian au sommet de sa forme, mais alors que ce dernier s'apprêtait à charger le monstre, il fut englouti par les flammes d'un Escouflenfer du Bogardân.
Malgré la charge inarrêtable du Chevalier argenté, les deux dragons entreprirent de pourchasser Dame Serezine, et même l'arrivée tardive du Commandant zhalfirin ne put empêcher les Mâchoires de pierre de se refermer sur les derniers survivants du corps expéditionnaire quelques minutes plus tard.


Ce type de partie est habituel : un développement plus ou moins rapide des chevaliers face à une mise en place souvent lente des dragons, compensée par des blasts sur les plus dangereux des chevaliers et quelques bloqueurs. Le tournant de la partie a lieu au bout de quelques tours (5 à 7 pour chaque joueur) quand un dragon sort, ou quand le deck dragon tombe à court de blasts pour gérer les chevaliers de plus en plus gros. Le premier dragon est souvent géré, les deux decks fonctionnent alors en mode topdeck jusqu'à piocher une solution qui remportera la partie. J'ai plus souvent observé la victoire des dragons.


Ronde 2 :

Cette fois, les Chevaliers ouvrirent les hostilités, avec l'arrivée successive de Dissident au coeur de lion, Chevalier blanc et Chevalier de l'Orchidée blanche, mais les gobelins réagirent tout aussi rapidement en voyant arriver coup sur coup un Prospecteur skirkien, suivi de Chair à dragon puis d'un Shamane languedragon. Bien qu'ils ne puissent espérer défaire un chevalier au corps-à-corps, ils entamèrent les chants et invocations pour réveiller un de leurs maîtres draconiques.
Ils n'eurent pas à attendre : une ombre immense passa sur le champ de bataille quand un Dragon vorace rejoint le combat, dévorant un gobelin avant de carboniser le Chevalier de l'Orchidée blanche. Les chevaliers ripostèrent avec un puissant Lancier bénalian, qui ne put toutefois rien faire pour empêcher le dragon d'attaquer. Inspiré par cet assaut, le Shamane se changea lui aussi en monstre volant sous l'Etreinte de Shiv, tandis qu'un Feu punitif calcinait le Chevalier blanc.
Les survivants tentèrent un plan audacieux : arrêter les dragons avec une Armure en toile d'araignée, mais la tentative se solda par une Conclusion ardente pour le Lancier. Seul le Dissident tenta de s'interposer, mais il finit dévoré. Ainsi s'acheva la deuxième croisade de Dame Serezine.


Cette seconde partie a montré un départ très rapide possible pour les dragons, grâce aux nombreux accélérateurs. Malgré une bonne sortie, les chevaliers ont été balayés par les thons volants et les blasts. Bien qu'une si bonne main soit rare pour le deck rouge, les chevaliers sont aussi fréquemments plus lents, l'avantage observé plus tôt semble donc plutôt se confirmer.


Dans l'ensemble, le deck Dragons me semble donc un peu meilleur que son ennemi, mais un envoyé du seigneur Ktitepuce me rapporte que dans sa province, sa croisade a remporté de grands succès contre les dragons. En les jouant l'un contre l'autre moi-même, j'ai obtenu des victoires dans les deux camps, l'équilibre n'est donc pas mauvais. Il est appréciable d'avoir deux decks avec des stratégies différentes, et les parties ne se ressemblent pas trop. Un point assez remarquable est qu'il faut un peu plus bluffer et réfléchir que d'habitude : poser trop vite tous ses chevaliers risque de leur valoir une mort douloureuse d'un Souffle de Darigaaz ou d'un Cône de flammes, tandis que du côté des dragons, il faut soigneusement choisir quoi blaster avec la quantité limitée de sorts de burn qu'on a, et l'incertitude d'en piocher d'autres. Les chevaliers volants peuvent être une vraie plaie, capables de bloquer les dragons, immunisés au Souffle de Darigaaz et pouvant franchir les défenses des gobelins sans problème. Chacun d'entre eux méritera généralement son blast.

En termes d'efficacité pour chaque deck, le Dragonnet est probablement la carte la plus utile du deck dragon : peu chère, présente en deux exemplaires, et 2/3 volante : il fait un bloqueur solide et régulier contre tous les chevaliers 2/2, il peut être boosté contre les 2/3 ou 2/4, et il peut ensuite infliger énormément de dégâts en attaquant. Les Griffes de Valakut lui conviennent à merveille. Il justifie que le joueur du deck Chevalier utilise un Cercle de l'oubli ou des Représailles dessus, ce qui laisse le champ libre aux gros dragons ensuite.

Du côté des chevaliers, la palme va à mon avis au Marteau de guerre loxodon : impossible à gérer pour les dragons, il convertit n'importe quel chevalier en brute, surtout s'il a l'initiative. Il permet de piétiner les défenses des gobelins, et peut ensuite être équipé sur un autre chevalier pour bloquer, pouvant ainsi récupérer des dizaines de points de vie rapidement. A moins de blaster le chevalier équipé systématiquement, la carte assure presque automatiquement la victoire des chevaliers.


Pistes d’amélioration.

Bien entendu, ces decks ne sont en aucun cas conçus pour le tournoi, mais ça ne veut pas dire qu’on doit se contenter de les jouer tels quels. En effet, on se lasse rapidement de certaines cartes assez inutiles ; par quoi peut-on les remplacer ? Par ailleurs, un joueur qui aurait acheté ce pack comme base de deck(s) peut suivre ces conseils pour obtenir un jeu qui tient la route entre amis.

L’atout du deck Chevalier est sa vitesse, or la version actuelle contient plusieurs cartes qui renforcent les chevaliers pour leur permettre d’affronter un dragon au corps à corps. Bien qu’un tel exploit leur vaille sans doute un beau succès auprès des jouvencelles du village voisin (la princesse allant prioritairement au commandant), il est tactiquement plus intéressant de se concentrer sur le déploiement rapide d’une solide force de frappe, de balayer les gobelins lors d’une bonne vieille charge de cavalerie, et de gérer les quelques lézards d’en face avec des éphémères, ce sera plus stable.

Voici une version budget, obtenue uniquement en changeant les proportions des cartes du deck.

Créatures (23) :
4 Intendant de Valéron
4 Chevalier d'Orgeprairie
4 Chasseciel léonin
2 Chevalier argenté
2 Cavaliers de Feuilleterne

2 Cavalier de Kinsbayel
2 Archétype de chevalier
1 Chevalière du Reliquaire
1 Chevalier de l'Orchidée blanche
1 Paladin de Nœudevigne

Sorts (16) :
4 Représailles
2 Rendre la pareille
4 Bénédiction de sigille
4 Mise en danger
2 Guide griffon

Artefacts (1) :
1 Marteau de guerre loxodon

Terrains (20) :
4 Herbages
3 Steppes de Seijiri
8 Plaine
5 Forêt

En retirant toutes les créatures chères et celles avec une montée de niveau prohibitive, et en rentrant les petits chevaliers agressifs en plus d’exemplaires, on obtient un deck assez budget (bien que toutes les cartes ne soient pas forcément faciles à obtenir), avec les rares en un ou deux exemplaires en soutien. Seuls les sorts les plus offensifs ont été conservés : Bénédiction de sigille et Mise en danger sauvent nos créatures pendant les phases d’attaque et tuent les petits gobelins, tandis que Représailles et Rendre la pareille nous protègent contre un éventuel dragon. La base de mana a été un peu simplifiée, en retirant la plupart des terrains qui arrivaient en jeu engagés ; les Steppe de Seijiri sont là pour être cherchées par la Chevalière en éphémère, pour protéger une créature.

De nombreux chevaliers sont interchangeables, n’hésitez donc pas à en remplacer certains par d’autres en fonction de vos besoins, de vos préférences et des cartes disponibles. Le Paladin des accordeurs est par exemple un excellent tour 2. Je n’ai mis que deux Chevalier argenté parce qu’il n’est pas très fun contre un deck mono-rouge, mais si votre but est avant tout de gagner, ce ne sont pas les chevaliers avec la protection contre le rouge qui manquent.

C’est bien connu, entretenir un cheval et une armure coûte cher, la plupart des chevaliers capables d’améliorer encore le deck ne sont donc pas budget. Si vous avez récemment gagné au Loto, ajoutez en priorité des Archétype de chevalier, et pensez également au Noble féal de Feuilleterne, à l’Etudiante de la guerre et au Croisé mirran. Ajani Crinièredor rentrerait bien dedans, pour renforcer toutes vos créatures et rentabiliser au maximum les Paladin de Noeudevigne en donnant la vigilance à tout le monde. Si tous vos chevaliers sont indestructibles, n’hésitez pas non plus à jouer des anti-créatures de masse comme Colère de Dieu et Elspeth Tirel. Pour l’ambiance autant que pour l’efficacité, finissez les parties à coups de Charge glorieuse/Charge valeureuse/Charge inspirée.

Et si vous voulez à tout prix axer le deck autour de la Chevalière du Reliquaire, vous pouvez jouer des Chevalier de l’Orchidée blanche, Lande venteuse, Hersage, Royaumes inexplorés, et des cartes qui profitent aussi du Toucheterre, comme l’Attirail d’aventure. Malheureusement, il n’y a pas d’autres chevaliers qui interagissent bien avec les terrains, ce qui fait qu’optimiser une telle liste l’éloigne d’un deck tribal.



De leur côté, en voyant venir vers eux cette croisade, les gobelins se sont rassemblés et ont pris les armes, formant un deck à peine plus éloigné de l’original que celui des chevaliers (quelques nouvelles cartes ont été ajoutées) :

Créatures (28) :
1 Escouflenfer shivân
1 Dragon du tonnerre
1 Dragon vorace
1 Escouflenfer du Bogardân
1 Dragon acrimonieux
1 Dragon fourgueule

3 Mentor marquesang
4 Porteur de torche de Baugebouton
4 Frondeur de torches
3 Incendiaire gobelin
4 Prospecteur skirkien

4 Shamane languedragon

Sorts (9) :
2 Souffle du dragon
3 Chant bouillonnant
4 Chair à dragon

Artefacts (3) :
3 Sphère armillaire

Terrains (20) :
20 Montagne

L’idée est de bien accélérer et stabiliser la sortie du deck. En début de partie, un bon nombre de gobelins pourront ralentir les boîtes de conserve en se sacrifiant pour bloquer, et s’ils ont l’initiative, ils pourront en ouvrir une ou deux pour faciliter la vie aux dragons, voire même les faire cuire avec leurs capacités de blast. Il faut tenir jusqu’à avoir les Prospecteur skirkien, Chant bouillonnant et/ou Shamane languedragon nécessaires pour jouer un des dragons, et avec Souffle du dragon au cimetière, on peut attaquer avec immédiatement et espérer remporter la partie avant que les Chevaliers n’aient de quoi le gérer.

Il devrait être possible d’améliorer le deck sans trop de frais ; des cartes capables de produire de nombreux jetons Gobelin seront les bienvenues, comme Commandant des assiégeants ou Maréchal de guerre mogg. Le Chant bouillonnant sera alors avantageusement remplacé par un Rituel de clairepierre. Pensez également au Cercle des barbares pour gérer les Chevalier argenté. Et enfin, remplacez les dragons qui ne vous plaisent pas par vos préférés.

Si vraiment vous voulez montrer à vos adversaires que vous êtes riche, une Proscrite maître-dragon et/ou un Seigneur-dragon kargan pourraient bien compléter la horde. Et moyennant un petit splash noir, facilement réalisable grâce aux Sphère armillaire, Sarkhan le fou se ferait un plaisir de remplir votre main de petits gobelins et de les convertir en dragons.

Je n'ai testé ces versions modifiées que rapidement, mais elles restent agréables à jouer, surtout pour ceux qui privilégient la stabilité des decks à la variété des parties, et aucun deck n'a pris un avantage écrasant.



Avant de conclure, mentionnons au passage que Ultra Pro a, comme d’habitude avec les Duels Decks, produit une boîte de rangement consacrée au deck. Le pack inclut une deckbox avec séparateur pour chaque deck, ce qui est appréciable par rapport aux boîtes en carton fournies. L’ensemble devrait être disponible courant avril ou début mai selon les endroits. Les prix annoncés sont de l’ordre de 8 ou 9 dollars, soit environ 6€.

Image



En Conclusion

Je dirais que c'est une plutôt bonne paire de decks, un peu en-deçà de mes espérances, mais quand même honnête tant pour les jouer ensemble que pour se procurer des cartes dont certaines sont d'une valeur non-négligeable pour la construction d'un deck ou pour la collection. Les jeux sont toutefois loin d'être compétitifs seuls (ce n'est pas du tout leur but, si c'est ce que vous cherchez orientez-vous plutôt vers un deck d'évènement) et demanderont beaucoup de construction même pour mettre à feu et à sang la table de la cuisine entre amis. Heureusement, comme tous les Duel Decks, ils sont très facilement modulables.



Fou Pas fou
Une ambiance plutôt bien réussie
De bonnes cartes, en français
Des parties équilibrées et variées
Un deck chevalier assez hétéroclite et se dispersant trop
Encore un emballage invraisemblable

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  5

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

4 Louange(s) chantée(s) en coeur



Bleuz
Le 13/08/2011

Lord Rhesus a dit :
Record de l'emballage le moins pratique. Même les dépliants sont maintenus avec du scotch qui a tendance à arracher le papier quand on essaie de le décoller...

En fait, le scotch sur les dépliants est prédécoupé a un endroit précis, il suffit de prendre une paire de petits ciseaux ou un couteau pour couper le scotch et ensuite on peut déplier le papier sans problème ^^

Edit : Le Changelin au ventre de feu n'est pas completement hors-sujet et s'intègre bien au deck, c'est un dragon lui aussi ! xD
Et puis il marche bien avec le Dragon vorace, le Prospecteur skirkien ainsi que le Shamane languedragon.

Note : 8/10



Edité 1 fois, dernière édition par Bleuz le 23/11/2012

dagzdag
Le 03/05/2011

Egalement acheté ce set mais plus pour les terrains, étant collectionneur de ces fameuse sources de mana. Je suis quand même intrigué quant à la répartition de puissance des deux deck et pense les tester avant de tout mettre en classeur. Je ne manquerais pas de vous tenir au courrant.

Note : 10/10

jinx
Le 30/04/2011

J'ai également investi dans ce duel deck et j'ai été très agréablement surpris par la qualité des deux jeux.

Après les avoir essayer, ils se sont neutralisé mutuellement.

De plus, pour les amateurs des deux types de créatures, c'est un grand plaisir.

Jujuthebest2612
Le 29/04/2011

J'ai choppé se duel deck et personnellement je suis plus de l'avis de Lord Rhesus qui est pour dire une légère supériorité du deck Dragon sur le deck chevalier. Pour ma part sur 3 parties au meilleur des 3 rondes les résultats furent: Le deck dragon gagne la première 2-0 et la troisième 2-0 alors que le chevalier gagnera la deuxième avec du mal 2-1 grâce à un cercle de l'oubli salvateur.

Je pense que le deck Chevalier est pas assez rapide et la partie sera vite au meilleur thon sachant que le chevalier joue plus sur le boost ce qui laisse le temps au deck dragon de blasté les petits chevalier avant qu'il n'est le temps de grossir.

Petite note je ne doute pas de la puissance de l'escouflenfer du Bogardân mais en général le Dragon fourgueule fais plus mal que l'escouflenfer du moins avec moi.

finalement je ne suis pas déçu du tout de ce duel deck on en a pour son argent je m'en suis même acheter un deuxième après hum hum... Aucune réflexion alors qu'en général je ne suis pas fan des duels deck.

En tout cas merci Lord rhesus pour cette analyse que je trouve très complète comme d'habitude je ne suis pas déçu par les articles de la SMF ^^

Note : 10/10

Partage l'ami !

     

Bravo l'artiste :

Note :  

Tu aimeras aussi...

Modern Goblin

 Decks

Artefacts

 Decks

Sondage

Quelle classe manque pour que le groupe soit vraiment complet ?

Résultats
(déjà 3 votes)