La Renaissance de Zendikar : Épisodes 3 et 4 résumés - Magic the Gathering


La Renaissance de Zendikar : Épisodes 3 et 4 résumés

Articles



Drark Onogard, le , 309 consultations , 1

Poin poin poin ! Les histoires de Magic reviennent sur le site principal, et leurs traductions aussi ! Alors, comme au bon vieux temps, je vais vous en servir des résumés, en vous conseillant tout de même, si vous le désirez, d'aller lire les articles originaux.

  La storyline de Magic / Zendikar Rising

Poin poin poin ! Les histoires de Magic reviennent sur le site principal, et leurs traductions aussi ! Alors, comme au bon vieux temps, je vais vous en servir des résumés, en vous conseillant tout de même, si vous le désirez, d'aller lire les articles originaux ici et ici.

Episode 3 : A dangereuse escalade, longue chute









Nahiri, héritière des ancêtres façonne un escalier de pierre jusqu'au Fort céleste de Murasa tout en courant, tandis que ses compagnons Orah, Zareth, Akiri et Kaza halètent derrière. Bientôt, Zendikar sera soignée : le Cœur lithoforme effacera enfin le Roulis. Déambulant sur les pierres éparses de la ruine, plus d'une fois un membre manque de tomber, rattrapé in extremis par Nahiri ou les filins d'Akiri, pérégrine intrépide, avant qu'ils n'arrivent à la plus grosse part de la ruine.

Ce Fort, dont les pierres traîtresses, couvertes de mousse glissante, ne sont pas forcément si solides qu'il y paraît, est comme un défi lancé par les anciens kors à Nahiri. Brandissant la clef, Nahiri fait apparaître un chemin lumineux, mais met en garde son équipe contre le Fort, qui n'aime pas les visiteurs. Zareth San, le retors, en éclaireur, détecte quelques pièges mortels et arches prêtes à s'effondrer, et quelques créatures rampent dans les ombres, mais aucun incident ne survient.

Arrivant à une impasse à la fin du sentier lumineux, Nahiri interroge la pierre, et trouve un emplacement sans dalle, où insérer la clef. Susurrant quelques mots en ancien kor, la lithomancienne ouvre la porte vers une gigantesque caverne.







Demandant à Kaza et Orah, hiérophante du fort céleste de garder l'entrée de la caverne, Akiri avance avec Nahiri et l'ondin vers l'énorme monolithe de granit noir qui se tient au centre. Mettant sa main dans celle de Zareth, elle ressent l'inquiétude de son compagnon tandis que Nahiri s'avance vers la structure qui renferme le Cœur lithoforme.

Akiri tente alors de prendre, rapidement et subtilement, l'objet de leur convoitise, espérant par sa vitesse tromper les pièges ; mais Nahiri l'en empêche, et elle est finalement soulagée de laisser son aînée risquer sa vie.







Nahiri saisit le Cœur. Après un long instant de silence, le sol se dérobe sous leurs pieds, et tous les cinq se précipitent vers l'extérieur. Etait-ce la magie libérée ? Etait-ce le Roulis ? Ou seulement la malchance ? Ces questions furent moins importantes que de fuir. Orah et Kaza, chasseuse du Roulis tombent dans le vide – mais cette dernière reparaît sur son balai volant, Orah accroché à sa taille.







Akiri craint pour ses amis – le traumatisme de la perte de son premier groupe d'exploration se fait sentir, et elle a peur de les perdre eux aussi. Une seule chose importe : sortir du Fort vivant. Nahiri, tentant de maintenir quelque temps la structure qui s'effondre en l'absence du Cœur lithoforme, peste contre ce Roulis qui rend leur situation plus dangereuse. La tentation de transplaner la prend, mais elle ne doit pas abandonner son plan. Pas maintenant.







Dans la précipitation, Zareth et Nahiri doivent plonger ensemble vers le vide. Quoiqu'elle n'ait aucune confiance en ce retors, elle le pense trop honorable pour la tuer de sang froid, même si elle lui dit savoir qu'il veut récupérer le Cœur.







Leur course reprend jusqu'à un vortex de poussière et de pierre, que la lithomancienne maîtrise par sa volonté. Mais la résurgence du Roulis projette Nahiri hors des contreforts. Elle tombe en chute libre, manque le filin d'Akiri, et doit seulement sa survie à la main de la kor, et celle de Zareth. Mais elle est pleine de honte, comprenant que sa lithomancie ne suffirait pas à soigner Zendikar.







Posant enfin le pied sur une partie stable, ils mettent quelque temps à réaliser ce qui cloche : la présence de lave. Un cendroclasme en naît, expulsant Nahiri, qui s'arme d'une épée pour le combat. Zareth l'assaille en vain, et manque de se faire tuer, sauvé par un bouclier de magie qu'Akiri interpose. Sachant qu'ils ne survivraient pas à une seconde attaque, Nahiri détourne l'attention de l'élémental en s'élevant sur une gigantesque colonne de pierre.







L'abomination du Roulis semble vouloir obtenir le Cœur lithoforme, et un instant, la Planeswalker hésite. Elle saisit la sphère magique dans sa main, comme pour le lâcher. Mais le retour à l'attaque de Zareth, qui la prend pour cible, la décide de canaliser le pouvoir de l'artefact. Tout devient blanc. Puis la lumière s'estompe. L'élémental n'est plus.







Zareth non plus. Akiri, penchée sur le corps de son amant, ne pouvant pleurer tant elle ne peut croire à la rigidité de son corps, à cette glace, cette main crispée comme pour dérober un objet. Reprenant ses esprits, la kor saisit le Cœur lithoforme, ce terrible artefact dont Nahiri continue de dire qu'il est leur chance. Elle recule, et tend la main, prête à le lâcher.







Et elle se retourne. Un hédron, canalisant une noire énergie, la paralyse. Nahiri s'avance, prend le Cœur et lui caresse la joue. Elle lui dit être navrée – et elle semble honnête – avant de la pousser dans le vide. Elle ne peut se sauver.







Episode 4 : Chants obsédants et avertissements murmurés









Ce n'était pas la première fois qu'Akiri tombe. Mais jamais chute ne fut si longue pour elle, face au regard indifférent de Nahiri, le Cœur en main. Elle tente au départ de s'accrocher, en vain, aux parts du Fort qui se reforme en un improbable casse-tête. Puis plus rien. Le ciel énorme et vide. Le souvenir de Zareth. Et ses membres qui se disloquent.

Elle aurait cru la mort moins douce. Mais en ouvrant les yeux, elle ne se trouve pas face au néant des limbes, mais face à ce même ciel. Elle réalise alors qu'une liane s'enroule autour de sa poitrine. Une elfe aux cheveux noirs l'a sauvée : Nissa, accompagnée de Jace, légèrement en retrait – il n'y a qu'assez peu de Forts célestes sur Ravnica, si vous voyez.







Akiri a déjà entendu parler de ces Planeswalkers légendaires, qui lui demandent assez vite si Nahiri a récupéré le Cœur. En l'apprenant, Jace s'apprête à reprendre l'escalade du Fort, mais Nissa l'interrompt. Au loin, la kor dévale déjà un escalier de pierre – les épines que lui lance Nissa sont déviées d'un mur de pierre, mais l'assaut mental de Jace désarçonne la lithomancienne.

Son effet n'est cependant que de courte durée, et il manque de peu d'être frappé à mort d'un jet de pierre, sauvé in extremis par Akiri. Nahiri les dépasse : ils ne peuvent la laisser prendre la fuite. Nissa avec ses lianes, Akiri avec ses filins la poursuivent au-dessus de la Baie des déchirements – mais elle leur échappe, quoique Nissa, écoutant la voix d'un arbre, apprenne qu'elle est partie au Nord.

Akiri rassemble toutefois ses affaires en vue d'aller retrouver Orah et Kaza, qu'elle espère vivants, refusant d'emblée l'offre de Jace et Nissa ; de servir des gens d'autres royaumes ne lui a apporté qu'une perte. Nissa prouve à ce moment son profond lien avec Zendikar, mais Akiri n'a aucune idée d'où Nahiri a pu se diriger. Honteux, Jace avoue avoir lu les pensées de Nahiri : elle se rend à la Cité chantante, dont on dit qu'elle rend fous ceux qui s'y dirigent.

Nissa part tout de suite, sans attendre Jace, qui se trouve interdit, face à Akiri. Lorsqu'il lui demande de l'emmener à la Cité Chantante, elle refuse instantanément, préférant retrouver son groupe. Il avoue alors sentir deux présences au niveau de la baie, qui pourraient être ses compagnons ; il lui apprend aussi sa volonté de s'emparer du Cœur pour l'emmener dans un autre monde. Voilà qui aurait plu à Zareth.

Akiri le dirige donc jusqu'à l'orée de la forêt, où se tient cette maudite cité. Laissé seul face au labyrinthe de ruines, il rencontre assez vite Nahiri, avec qui il ne dialogue pas sans protection magique. Il lui expose son désir de conciliation, d'observation raisonnée des pouvoirs du Cœur avant de l'utiliser, mais son espoir est de courte durée : la lithomancienne passe à l'attaque avant de s'enfuir.

La poursuivant à nouveau, il s'enfonce dans la cité, le bourdonnement mélodique devenant de plus en plus profond, discordant et triste, le poussant à abandonner la course. Pour ne pas devenir fou, il lance un dangereux sort censé le couper de tout son extérieur. Alors la mélodie se fit tonitruante, maintenant que sa voix était pleinement dans son esprit – avant que l'aphonie ne lui succède.







Atteignant Nahiri prostrée, il étend son sort jusqu'à elle, et reprend un dialogue télépathique. Il sait pertinemment qu'elle veut le bien de son plan, le stabiliser, le rendre sûr – en faire une seconde Ravnica, en vérité. Mais il veut seulement étudier le Cœur avant qu'elle ne répande son pouvoir à travers tout le plan, dont un nœud de lignes ley se trouve dans cette cité. Cette arme leur serait utile. Quand Bolas reviendrait.

Jace et Nahiri se dirigent donc vers le centre de la Cité Chantante, à travers cours et corridors, jusqu'à un bâtiment effondré sur lui-même, que Nahiri entreprend de restaurer. Elle fait volte-face en entendant Nissa derrière elle, qui a détruit au moyen des élémentaux, dont Ayasha, de briser le point de convergence.







Jace essaie de prendre le rôle de médiateur entre Nahiri et Nissa – les deux se sentent trahies de la confiance accordée à l'autre, et ces instants de paix sont courts : Nahiri attaque, avant de s'enfuir à nouveau face à l'implacable puissance d'Ayasha. Jace et elle se retrouvent aux limites de la Cité, mais Nissa les y attend déjà. Impitoyable, elle envoie des dizaines d'élémentaux attaquer les deux autres Planeswalkers.

Le combat ne fait que commencer.

Et Jace est plus que jamais le cul entre deux chaises.

Edité 3 fois, dernière édition par Drark Onogard le 11/10/2020

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  4

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louange(s) chantée(s) en coeur



Anonymous
Le 05/10/2020

La phrase de fin m'a bien fait rire.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

L'Eveil des Eldrazi

 Articles

La Crypte d'Agadeem

 Articles

Sondage

Quelle classe manque pour que le groupe soit vraiment complet ?

Résultats
(déjà 92 votes)