L'Allégeance de Ravnica : partie 3 - Magic the Gathering


L'Allégeance de Ravnica : partie 3

Articles
par Drark Onogard, le , 5192 consultations , 2

  Ravnica Allegiance / Vert / Bleu / La storyline de Magic

L'histoire de cette semaine se concentre sur Medge, professeur des Simic suivant les voies utopistes, et dont le cours prendra un tournant pour le moins... particulier.

     

Au cours des cinq prochains épisodes, nous n'aurons pas affaire à la Grande Histoire, aux Planeswalkers surpuissants qui changent la nature même des choses et entreprennent une guerre acharnée sur le plan de Ravnica. Non. Nous parlerons des Ravnicans qui, tandis qu'un machiavélique dragon manigance on ne sait trop quoi dans l'ombre, ne reçoivent peut-être pas l'attention qu'ils méritent.

Pour cette fois-ci, je vais tenter de traduire intégralement le texte. C'est hasardeux, un peu trop littéral ; mais au moins a-t-elle le mérite d'exister. Il peut s'y glisser des fautes dues à la fatigue ou l'inattention, que vous pouvez me signaler sait-on jamais. J'en fais tout de même un résumé en fin d'article pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire.

Oui, encore une fois. Bah il fallait bien faire les 10 guildes. Je vous préviens, c'est Simic, c'est violent. Bon, ça l'est sans doute moins que Gruul et Rakdos. Mais il y a quand même la mention Parents, please note this story contains content that may be unsuitable for younger readers.. A vos risques et périls, c'est pas les miens.

Les Principes de la sélection non-naturelle



« Es-tu sûr qu'il n'est pas mort ? » dit Miko, en poussant le front du moine, vieillard. Le moine est assis, immobile comme une statue, des cordes de varech s'élevant du bout de ses doigts, un petit groupe de polypes de corail accroché à sa joue. Plusieurs crabes occupent maintenant les crevasses sous ses jambes croisées.

« Touche pas, Miko, » dis-je. « S'il te plaît, arrête de te comporter comme quelqu'un du monde d'en-haut et réserve un peu de respect pour tes aînés. »

« Depuis combien de temps est-il assis comme ça ? » demande Chessa, mon bon élève, agitant timidement sa main devant le regard lointain du moine. Les seules choses qui bougent sont les taches de plancton flottant dans l'eau de mer.

« C'est  l'énigme. Quelqu'un veut-il la résoudre ? » demande-je. J'inverse la rotation de mes ailettes et dérive en arrière, ce qui me donne la marge de manœuvre pour examiner le moine sous tous les angles. « Des jours ? Des semaines ? Des années ? » ris-je alors que les étudiants nagent dans tous les sens, en se retournant et en retournant des coquillages dans l'espoir de trouver un indice. Jeunes, toujours aussi pressés, comme une école de poissons-rasoirs.

Mon sourire s'estompe. J'aime ces étudiants et je suis fier de tout le travail qu'ils ont accompli, mais le doute pèse sur ma tête alors que je les compte encore et encore, en veillant à ce que personne ne s'égare. Seulement huit étudiants cette année, pas beaucoup d'engouement. L'année dernière, il y en avait quatorze et l'année précédente, vingt-deux. Et avant cela, je refusais les étudiants de peur que je ne puisse pas les surveiller tous. Les temps changent et les parents sont à la recherche de candidats qui se rangent du côté des Adaptationnistes, ceux qui utilisent la bioingénierie et d'autres principes de remontées d'eau qui ont flotté dans nos océans à travers les zonots de Simic. J'ai essayé d'éviter autant que possible les méandres politiques du monde d'en-haut, en m'accrochant aux habitudes de nos ancêtres et en entraînant les étudiants à protéger nos eaux avec les mêmes techniques que celles que nous utilisions depuis des millénaires.

Kaszira est affalée à l'écart de la classe et se morfond comme toujours. J'ai vu la façon dont elle regarde les élèves des autres griffes, admirant leurs ailerons allongés au laboratoire qui augmentent la vitesse de nage, leurs adaptations de peau haut de gamme qui leur assurent un camouflage rivalisant avec les meilleurs mimiques d'océan, ou leur vision améliorée qui leur permet de repérer les envahisseurs avant qu'ils n'infiltrent le territoire des ondins. Certains parents ont même soutenu des modifications plus avancées telles que les griffes pour aider à défendre nos eaux, mais leur nombre est encore peu élevé, Dieu merci.

« Kaszira », j'appelle. « Viens, tu manques la leçon. »

Elle ne répond pas. J'ai essayé maintes et maintes fois de communiquer avec Kaszira, mais son cœur n'y est tout simplement pas. Alors que je nage de plus près, ses yeux se tournent vers moi, puis se concentrent sur quelque chose devant elle. Un zooplancton. Un mort. Les yeux de Kaszira se croisent lorsque la minuscule carcasse se dépose sur son nez. Elle ressemble tellement à l'oratrice utopiste Zegana – une version plus jeune et plus irritable de notre chef, certes, mais la ressemblance est étrange : une gerbe de nageoires (bleu avec des bandes irisées), une maigreur qui ne serait pas convenable pour la plupart des ondins, mais elle la porte bien. J'oserais l'appeler majestueuse si elle se donnait la peine de ne pas rester trop affalée.

Quand un deuxième plancton mort se pose sur sa peau, je me rends compte qu'elle ne se morfond pas. Elle observe. Je m'arrête et marche doucement sur place, ne voulant pas la déranger. Un troisième plancton tombe sur elle, puis elle se tourne vers moi et dit catégoriquement: « Sept semaines. Voilà combien de temps le moine aîné médite. »

Mes yeux s'écarquillent. Comment aurait-elle pu voir la clé de l'énigme de si loin ? Les enfants étaient censés mesurer la largeur de ses bandes de jeûne et les comparer à la largeur de ses bandes dorsales et arriver à quarante-sept jours. Un peu moins de sept semaines.

« J'allais le dire ! » dit Chessa en nageant et en présentant l'épine dorsale de son sébaste comme une preuve. « Je le jure sur les ouïes de ma grand-mère ! »

« Oui, j'allais le dire aussi », se moque Miko. Le pauvre enfant n'a pas résolu une seule énigme depuis qu'il est sous mes soins, mais il manque de capacités d'observation, mais il se rattrape par son courage. Les autres étudiants adorent tous ses ébats et se joignent à eux en riant.

Je les réduis au silence. « Kaszira était la première avec sa réponse. S'il vous plaît, laissez-la expliquer. »

« En dix minutes, sept planctons morts ont atterri sur moi. Ce qui correspond à quarante-deux par heure. Et avec une taille moyenne de zooplancton équivalant à un huitième d'épine de sébaste, il en faudrait environ un millier pour fabriquer un uniforme enduit sur une surface non dérangée de la taille d'une nageoire carrée. L'enrobage sur la peau du moine repose en six couches à ses points les plus épais – son nez, le bout de ses pommettes sont les plus évidents. Cela dure jusqu'à sept semaines. Ou à peu près. » Elle balaie le plancton de son visage, puis son regard glacé d'ennui reprend.

« Très bonnes observations. Nous ferons encore un excellent protecteur ! » dis-je, espérant que mes encouragements éveilleront de l'empathie dans son cœur. Oh, comme je souhaite qu'elle s'interroge sur l'énormité du sacrifice que le moine a consenti pendant tout ce temps, mais rien de tout cela ne se produit.

Je soupire. « Maintenant, dans l'autre sens, vous auriez pu déterminer ceci— »Je me défais de ma propre épine de poisson, une antiquité bronzée avec des perles disposées le long de la crête, et me prépare à montrer à la classe la manière traditionnelle de résoudre l'énigme.

« Woah ! » dit Miko, la mâchoire tombée. Cela prend un moment pour que je réalise qu'il ne s'émerveille pas de mon coquillage mais de Ptero Zallik, responsable de la griffe principale et fléau de mon existence. J'avais entendu les rumeurs, mais je ne pouvais pas croire qu'il était vraiment parti. Tout son torse semble être d'origine crustacée, maintenant, couleur rouille et bosselé, ses bras se terminant par d'énormes pinces.

« Bon courant que tu as ici, Medge », me dit-il, fléchissant les nouvelles parties de son corps et cherchant un compliment.





« C'était jusqu'à ce que tu aies décidé de nager dedans," je marmonne en aval, puis un sourire se dessine sur mon visage. « Salutations, Ptero. Tu as l'air fringant. Ne me dis pas... tu as coupé tes nageoires ? »

Il rit alors que sa griffe nage derrière lui. Vingt-sept d'entre eux. Et vingt-sept millions d'années d'évolution utopique entre eux si vous additionnez toutes les modifications de Simic. « Tu enseignes toujours sur les groupes de jeûne ? Je pensais qu'ils l'avaient annulé du programme il y a plusieurs siècles. »

« Cela a toujours de la pertinence pour ceux qui souhaitent prendre le temps de l'apprendre », grogne-je.

« Eh bien, je suis sûr que tu as tout le temps nécessaire pour passer un tête-à-tête avec tes élèves. Une bénédiction des anciens dieux de la mer, bien sûr ! J'ai les pinces bien pleines, maintenant que ma classe déborde d'étudiants : seuls soixante-deux postes de protectorat sont ouverts cette année et vingt-quatre des miens sont des paris sûrs : maîtres de l'empathie, du courage et de l'observation. Mais maintenant que j'ai bien regardé la concurrence, je me dis que je peux tous les placer . »

« Soixante-deux places ? » Je me hérisse, mes nageoires fléchissent dans l'agitation. « Je pensais qu'il y en avait quatre-vingt. »

« Le projet Gardien a décidé d'envoyer des renforts. Ils prennent dix-huit places. Des mutants de grenouille, je pense. Ils les élèvent comme des guppys de nos jours ! »

« Mais ce n'est pas un problème de Simic. C'est un problème d'ondins ! » Ils ne savent presque rien sur les voies des profondeurs.

« Les ordres de Vannifar. » Ptero hausse les épaules. « On se voit à la coquille des gagnants. » Il me lance une pince, à un cheveu de me pincer une nageoire. « C'est, si l'un des vôtres montre assez bien. » Et avec un coup de fouet de ces cuisses musclées et renforcées au laboratoire, lui et sa griffe dans les courants.

Soixante-deux places. Il y a cent soixante-dix élèves entre tous les appels d'offres. Les chances étaient que je fasse entrer au moins quelques-uns, mais avec dix-huit places de moins, ce n'est plus une garantie. Si aucun de mes élèves n'a de bons résultats, je pourrais aussi bien lancer mes coquillages à la surface tout de suite. Je serais nettoyé. Fait pour. Personne ne me confierait plus jamais ses enfants.

Mais je ne peux pas laisser ma négativité plomber mes étudiants. Je dois leur donner toute la confiance possible. Ptero avait raison sur un point : j'ai l'avantage d'une petite taille de griffe et je compte bien l'utiliser.
Je n'oserais jamais emmener vingt étudiants en dehors de la protection du territoire des ondins. Ou même quinze. Mais huit, c'est assez pour que je puisse les surveiller de près, et l'expérience de la haute mer en vaudra la peine. Voir un krasis insaisissable en action, observer son mouvement. Pour les voir attaquer. Cela pourrait donner une fin aux élèves lors de leurs projections.

« Allez, » dis-je, décollant si vite que le sable se soulève des fonds marins. Les étudiants lèvent les sourcils par curiosité. « Restez avec moi. Restez près ! » Nous serons en sécurité, regardant de loin. Je n'oserais en mettre aucun en danger réel.

Nous nageons de plus en plus profondément dans les abysses, en suivant une forêt de varech dorée qui s'étend en dessous de nous, les châteaux de corail resplendissants de notre maison qui ressemblent maintenant à de simples châteaux de sable à l'horizon. Une bête amphibie, le resplendissant benthide, l'un des léviathans des profondeurs qui rappellent nos grottes marines. Nous passons sous celui-ci, Miko passant le bout de ses doigts sur le ventre mou et recouvert de bave de la bête. Le benthide resplendissant a passé des milliers et des milliers d'années sans prédateurs naturels. Mais maintenant, le genre contre nature se cache autour de...

Enfin, nous voyons le krasis insaisissable – une abomination de la nature: des griffes, des écailles et des épines mortelles coulant le long de sa queue serpentine. Les biomanciens qui les avaient créés avaient sous-estimé leur ténacité, leur intelligence, leur permettant de fuir leur enclos et de retrouver leur liberté dans nos océans. Ils disent que ce sont des poissons mutants, mais je n'ai jamais vu un poisson avec un cou aussi épais et tendu, ni avec une tête montrant le regard d'un crâne vide. Je commande aux élèves de se mettre à l'abri dans la forêt de laminaires et je les presse de plus en plus loin à mesure que les krasis se rapprochent de nous. Soudain, nous sommes coincés contre la coque d'une vieille épave, le bois gorgé d'eau craquant au moindre contact.

Nous restons immobiles. C'est là que nous allons faire nos observations, et la fierté monte en moi alors que mes étudiants se croisent les bras sans mon instruction, l'une des premières leçons que je leur ai données, il y a si longtemps, semble-t-il. Cette technique dissimule l'endroit où un élève termine et l'autre commence, les ailerons se chevauchant, nous permettant de nous fondre dans notre environnement.

Puis nous observons, mon cœur battant la chamade tandis que le krasis insaisissable jette son dévolu sur le benthide resplendissant que nous venions de passer. La pauvre bête ne sait même pas ce qui le frappe. Le benthide parvient à se gonfler en défense, la bulle vocale brillant d'un rouge éclatant – la cible idéale. Un dard jaillit du bout de la queue du krasis et porte un coup fatal au ventre mou de la bête. Puis les gorges du krasis, les mains griffues s'enfonçant dans la chair dans sa gueule squelettique jusqu'à ce qu'elle soit rassasiée. L'eau ensanglantée attire d'autres krasis, qui se régalent également et, au moment où la carcasse est ramassée, moins quelques morceaux indésirables, ils repèrent une autre bête amphibie au loin et s'en vont après.

« C'est ce à quoi nous sommes confrontés », dis-je. « Nous pouvons protéger les créatures qui vivent sur notre territoire, mais ici, nous n'avons pas les ressources, le temps, pour toutes les protéger. »

« Nous aurions pu essayer de faire quelque chose », dit Miko, le visage dessiné avec horreur. « Un flux magique ou une sorte de sortilège... »

« Pas ici. Le danger est trop grand. On ne sait jamais ce qui se passe tout autour du - »

« Passss... » râpe une voix derrière nous – une voix sèche, cassante et mystérieuse, unique en son genre dans la mer. « ... »

La classe regarde Miko, s'attendant à ce que ce soit une autre de ses blagues, mais il hausse les épaules et dit: « Ce n'était pas moi. Je pense que ça vient de l'intérieur de l'épave. » Il se frotte les mains contre l'arc. Pas de Simic, d'après ce que je peux dire, mais certainement des mondes d'en-haut de Ravnica. « Nous devrions enquêter », dit-il, un pied franchissant déjà le trou géant de la coque.

« C'est trop dangereux », dis-je en le tirant en arrière. « Nous en informerons le Projet Gardien et les laisserons le gérer. »

« Mais la voix. Et s'ils sont blessés ? » Kaszira dit.

« Passage... » siffle à nouveau la voix. Je grimace. Nous sommes les protecteurs de la vie. J'ai demandé aux étudiants de mettre de côté leur appel à l'action une fois aujourd'hui. Le faire deux fois, et pour la vie d'une personne vivante et respirante, ne ferait que nier le courage que j'ai travaillé si dur pour leur inculquer.

« Je vais regarder à l'intérieur de l'épave. J'aurai besoin de deux volontaires pour m'accompagner. »

Je regarde vers Chessa, ma meilleure élève, mais elle regarde ailleurs. Je pourrais vraiment utiliser son observation attentive, mais quand son courage faiblit, il en va de même pour ses autres compétences. Miko lève cependant sa main. Pas de grosse surprise. J'ai consacré une grande partie de mon énergie à essayer de transformer ce gamin en un protecteur approprié, mais son esprit a la constitution du sable des fonds marins. Pourtant, son cœur est au bon endroit et il ne recule jamais devant un combat... quelque chose qui pourrait être utile si la situation prenait une tournure au pire. La main de Kaszira se lève aussi, ce qui me surprend. Je ne l'avais jamais vue aussi intéressée par quoi que ce soit auparavant, mais encore une fois, je ne l'avais jamais vue autour d'une épave ancienne d'un monde exotique. Elle ne serait pas mon premier choix. Mon deuxième, ou mon troisième, mais je la considère aussi. Je ne suis pas fier de l'admettre, mais depuis que j'ai appris qu'elle était la nièce de l'Oratrice Zegana, je la surveillais de près pour trouver des moyens de la renforcer. Elle mérite beaucoup pour la coquille des gagnants, mais si elle réussit assez bien, les juges seraient peut-être influencés par sa lignée et la passeraient à travers.

« Je choisis Kaszira », dis-je. « Et Miko. »

Chessa a l'air soulagée, mais je ne la laisse pas décrocher et l'assigne pour diriger le groupe de surveillance pendant que nous sommes à l'intérieur.

Alors, Kaszira, Miko et moi-même nageons dans la bouche de la coque brisée, dans l'obscurité, l'iridescence de nos ailerons baignant les surfaces d'une lumière d'un calme mortifère. Il y a une petite cale remplie de barils de stockage et, entre eux, diverses créatures marines ont trouvé des tanières appropriées. Une échelle dont il manque la plupart des barreaux mène au pont. Nous poussons la porte de l'écoutille et au lieu de l'ouvrir, elle s'effrite en éclats.

« Quatre-vingts ans », murmure Kaszira, frottant son doigt contre une épaisse couche de squelettes de zooplancton sur la poutre renversée qui retenait autrefois les voiles du navire. « C'est depuis combien de temps cette épave est ici. »

« Mais les zones ne sont pas ouvertes à l'océan depuis si longtemps », dis-je.

« Oui, vérifie tes calculs », dit Miko en donnant un coup de couteau à Kaszira.

« Il n'y a rien de mal dans mes calculs », dit-elle, le repoussant.

« Étudiants. Concentrez-vous. »

Miko regarde autour du pont, à la recherche de quelque chose à briser, puis s'arrête net juste à côté de la barre. « Vous voyez ça ? » Les bernacles s'accrochent au pont du bateau, la seule chose qui l'empêche de s'effondrer complètement. Mais il existe un domaine dans lequel les balanes poussent selon un étrange motif circulaire. Miko passe sa main dans le bois fragile. Ça donne, et quand il retire ses mains, il tient un médaillon doré de la taille de son visage, portant le symbole d'une étoile de mer gonflée à huit pattes. « Cela doit valoir des coquillages ! » dit-il en tirant sur la corde à laquelle il est attaché, mais les nœuds sont solides.





« Passage... » répète la voix rauque.

« Qui est là ? » dis-je en rassemblant les étudiants vers moi. « Montre toi ! »

Je m'attends à ce qu'un ondin farceur nage en dehors. Je ne dirais pas que Ptero doit orchestrer une telle ruse, mais quand une silhouette émerge de la collection de bois gorgée d'eau qui était autrefois la poupe du navire, les frissons me ravagent de part en part. C'est un personnage corpulent, bien construit pour les températures presque glaciales de ces eaux profondes, vêtu d'une simple robe grise. Il n'a pas de nageoires discernables. Humain, peut-être. J'ai vu quelques-unes de ces créatures aussi curieuses, mais toutes avaient soit des modifications génétiques, soit un appareil maladroit pour respirer sous l'eau. Ils étaient des nageurs peu adroits et bougeaient avec la grâce d'un hippocampe ivre. Cet humain ne bouge pas comme ça, cependant. En fait, ça ne bouge pas beaucoup, mais ça se rapproche progressivement. Une école de barbes d'anges effrayés échappe à notre intrusion, passant à travers le corps de l'humain, qui semble désormais moins substantiel qu'une méduse.

Miko laisse échapper un cri de bataille sanglant, puis laisse tomber le médaillon et lève les mains en défense contre l'humain. « Qu'est-ce que c'est ? Une sorte de limon mutant ? » crie-t-il.

L'homme fixe Miko des yeux. « Passage... » gémit-il.

« C'est un fantôme », dit Kaszira, s'approchant de l'humain comme si c'était une raie sauvage. « Ça ne peut pas nous faire mal. Je pense. »

« Qu'attendez-vous de nous ? » demande-je.

« Salut, » dit-il, le mot tiré comme si sa bouche avait oublié comment parler. « Passage à la maison. »

« Vous venez d'en-haut ? » dit Kaszira avec enthousiasme. « Les terres arides ? »

Le fantôme acquiesce. « Le navire a fait naufrage. L'équipage s'est noyé. Sauf moi. » Il passe une main dans son abdomen. « Déjà mort. »

« Pauvre chose », dit Kaszira, nageant trop près du fantôme pour mon confort.

« Reviens, Kaszira, » dit Miko, les poings toujours serrés.

« Il a peur, tu ne vois pas ? En bas, ici tout seul depuis des années et des années. » Kaszira est assise sur une malle, à côté du fantôme. « Laisse-lui juste un moment pour se réchauffer. Pour se rappeler ce que c'est que d'être avec d'autres personnes. »

Kaszira fait preuve d'empathie. Et Miko utilise ses compétences d'observation pour changer les choses. Je sais que je devrais penser à éloigner ma classe autant que possible de cette épave, mais si l'exposition à cette étrange situation est suffisante pour choquer ces deux personnes en vue d'améliorer leurs zones les plus faibles, elles pourraient toutes les deux avoir une chance d'obtenir de bons résultats. Il semble vraiment que ce fantôme ne domine pas la vie dans les océans et ne semble donc pas constituer une menace immédiate.

« Quelle sorte de créature êtes-vous ? » demande le fantôme, chacun des mots secs lents et râpant contre mes oreilles. « Je n'ai rien vu de pareil chez Ravnica. »

« Ondin, monsieur, » dis-je.

« Ondin, hein ? Ah, bêtes de l'eau, alors. » Il se racle la gorge plusieurs fois, mais cela ne résout pas le problème. « Je suis le matelot Andrik, le seul et unique survivant du Heckless. Le navire a coulé il y a bien longtemps. Des pirates l'ont coulé. Gisant au fond de la rivière pendant des décennies, mon seul plaisir à regarder la lueur du soleil à travers le bleu. C'était une triste vue, mais je ne savais pas à quel point je le savais bien, avant que le lit de la rivière ne commence à gonfler, à gonfler. Il a avalé tout le navire et moi avec lui, dans un trou et dans cet ici le sombre et malheureux paysage de l'enfer. J'ai abandonné de voir âme qui vive il y a bien longtemps. »





« Il est tombé dans l'un des zonots », dit Kaszira, presque un murmure. « Des gouffres assez grands pour engloutir un navire ! Imaginez ! »

J'imagine... quelque chose d'assez inapproprié. J'imagine la confiance que gagneraient mes étudiants en aidant ce pauvre fantôme à rentrer chez lui et l'expérience qu'ils auraient acquise dans une aventure du monde réel. « Nous vous aiderons à rentrer chez vous », dis-je, « à condition que vous obéissiez à nos ordres. La mer est dangereuse et je ne vous ferai pas nous mettre en danger, moi ou mes étudiants. »

« Et à condition que nous puissions garder ça ! » Miko lève à nouveau le médaillon, observant la longe de la corde avec espièglerie. S'il y a quelqu'un qui peut le libérer, c'est lui.

Le fantôme secoue la tête. « J'aimerais bien que vous l'ayez. Je le voudrais vraiment, mais je crains que ce ne soit un bijou de famille sans valeur réelle. Faux or. Mais à votre autre condition, j'accepte. J'obéirai à tous vos ordres, si seulement vous pouviez réunissez-moi et mon navire avec le ciel bleu brillant. »

« Aww », dit Miko en posant le médaillon. « Pourquoi ne remontes-tu pas à la surface ? Ce n'est pas si loin que ça. »

« Ma conscience est trop lourde, je le crains. Les restes de l'équipage sont toujours à bord de ce navire et je ne me sentirais pas en mesure de faire ce voyage sans eux. C'est mon seul souhait que leurs familles puissent les voir enterrés de manière appropriée. »

Lorsque je présente l'idée aux autres étudiants, la moitié en est excitée, l'autre moitié moins. « Ce sera dangereux », dis-je. « Mais si nous nous en tenons à la manière des protecteurs, nous passerons en toute sécurité. Nous savons que "l'empathie" est le premier principe des protectorats d'ondins. Qui mérite plus d'empathie qu'un fantôme, éloigné de son peuple pendant près de cent ans ? Et si nous ne lui montrons aucune pitié, il restera probablement cent autres ici. »

Deux autres étudiants acceptent de venir, mais il y a une réfractaire : Chessa.

« Les risques sont trop grands, Tender Medge », dit-elle. « Comment allons-nous faire passer le bateau au-delà des krasis ? »

« Nous observons. Nous dissimulons. Et si cela ne va pas, nous nous battons », dit Kaszira, faisant tourner son index en cercles, créant ainsi un tourbillon de bulles. La magie coule vers elle, des tourbillons bleus brillants de fines vrilles. « Nous connaissons les sorts. Nous sommes prêts à les utiliser. N'est-ce pas notre devoir de protéger les créatures qui en ont besoin ? »

Les autres étudiants applaudissent Kaszira et les couleurs de la nageoire de Chessa s'estompent avec embarras. « Bien sûr », dit-elle, essayant de sauver la face. « Bien sûr. »

Les élèves se mobilisèrent pour alléger le chargement du navire et vider la cale de tonneaux. Miko et Kaszira vont soulever le coffre sur le pont pour le jeter, mais le fantôme s'approche d'eux. « Pas celui-là », dit-il. « Ce coffre contient nos volumes sacrés, le Contrat divin, gravé sur six tablettes de granit blanc, portant consciencieusement les pontifications du grand-père Karlov lui-même ! Nous étions d'un humble lot, naviguant sur les rivières de Ravnica pour répandre la bonne parole d'Orzhova ! Nous sommes honteux, notre navire a été détruit par les caprices ténébreux des pirates. »

Miko laisse tomber son bout de coffre, les sourcils levés. « D'accord... » dit-il, puis me murmure : « Je le préférais quand il gémissait. »

Mais alors, Miko a la brillante idée de fouiller le sac vocal de la bête amphibie, un des rares débris laissés sur la carcasse, en l'utilisant comme un ballon pour remplir la coque d'air et la rendre plus flottante. Il colle les perforations avec du goudron, puis nous calons la poche à l'intérieur du bateau et commençons à le gonfler. Nous passons presque une heure et demie à souffler sans cesse, mais le navire commence à se déplacer dans le fond de l'océan.

Kaszira et quelques autres étudiants évoquent les sorts de dissimulation et les stockent dans des coquilles de conques afin que nous puissions les utiliser en un instant lors de notre passage au cinquième Zonot. Ce n'est pas la zone la plus proche, mais j'entends dire qu'ils autorisent toutes sortes de visiteurs, alors j'espère que nous n'aurons pas de difficulté à y faire surface.

Cinq étudiants guident le bateau et je place mes meilleurs observateurs à la proue, à la recherche des krasis. Lorsque nous repérons ces ombres menaçantes qui passent sur nous, nous nous écartons dans la direction opposée. Les étudiants travaillent si bien ensemble que je suis envahi par un sentiment de calme. Ils ont tous revendiqué une place dans la coquille des vainqueurs de mon cœur. Lorsque l'eau s'éclaircit, le zonot entre en vue, une ouverture cylindrique brillante qui scintille de la lumière de la surface, toute ondulant au loin. Des taches d'objets flottant passant sous le zonot n'attrapent pas la lumière. Ensuite, je me rends compte que ce n'est pas une saleté. C'est des gens. Et juste au moment où l'immense échelle du zonot commence vraiment à s'enfoncer, Miko crie « Krasis ! »

Les ténèbres se répandent au-dessus, une ombre massive. Partie de requin, partie de crabe – toutes les dents et les griffes. « Cachez-vous, cachez-vous ! » dis-je. Et ensemble, nous puisons dans la magie stockée dans les coquilles et appuyons nos mains contre la coque du navire. La vieille épave se fond dans une brume bleue ondulante, comme l'eau elle-même. Le krasis passe juste au-dessus de nous et arrive à quelques pas. Miko tend presque la main pour le toucher. Presque, mais je lui jette un regard aussi froid que les fonds marins.

C'était fermé.

Le fantôme commence à s'agiter alors que nous approchons enfin de la zone. Je suis nerveux aussi. Je n'en ai entendu parler que jusqu'à présent, et j'ai nié le fait que tout ce qui était fabriqué par les mondes d'en-haut serait aussi beau qu'ils le prétendent, mais c'est vrai. Des boules vertes lumineuses tapissent les murs du gouffre, comme si elles étaient encouragées à grandir ainsi plutôt que d'être empilées à la main. La vie végétale s'enroule dans la structure, offrant à la fois un soutien et une beauté naturels. L'espace de laboratoire au-dessus semble être un mélange d'air et d'eau, et au-dessus, des milliers de personnes empruntent un vaste escalier en colimaçon.

« N'était-ce pas tout cela quand je suis passé par le drain », dit le fantôme, en regardant les Gardiens qui surveillent à la base du zonot. Un groupe de trois membres de la bande monte vers les gardes mutants moitié-grenouille, rend des pièces de monnaie et, après une brève inspection, ils sont autorisés à pénétrer dans le zonot.





« Si nous expliquons votre situation, je suis sûr qu'ils nous autoriseront le passage en toute sécurité », déclare Kaszira.

« Tournons-nous », marmonne le fantôme. « Nous trouverons un autre chemin. »

« Votre épave a déjà perdu la moitié de ses planches de coque », explique Chessa. « Je ne pense pas que ça va durer plus longtemps. Et nous n'avons plus de sorts de dissimulation prêts. »

« Chessa a raison », dis-je. « Nous devrions passer par la zone. Nous avons déjà pris beaucoup de risques pour arriver ici. Les Gardiens pourraient regarder à bord, demander nos noms et occupations, rien de plus. Il n'y a rien à craindre. »

« Nous ne pouvons pas ! »crie le fantôme. Le coffre cogne sur le pont. Des tourbillons de magie orange jaillissent des fentes du couvercle, comme la décharge d'évents en haute mer. Les eaux gonflent contre le navire et sa coque gémit. Les bords mous et en lambeaux du fantôme sont durs car ils absorbent toute cette magie et nous jetons un coup d'œil à quelque chose de beaucoup plus sinistre. Quelque chose qui pose vraiment une menace. Les élèves raidissent leurs ailerons en réponse, prêts à se battre.

« Qui es-tu vraiment ? » demande Miko. « Et qu'est-ce qu'il y a dans ce coffre ? » Il va l'ouvrir, et le fantôme frissonne à nouveau, puis perd complètement son humble visage. Fini la robe en lambeaux, et il est maintenant vêtu de couches superposées de couches de robes opulentes avec plusieurs colliers qui semblent être faits de monnaie brilante. Il rayonne sur les bords, lui donnant une aura hostile. Les eaux fouettent autour de nous, tourbillonnantes. Miko prend bien le tronc et ne lâche pas.

Le couvercle usé finit par céder et les eaux se mettent à tournoyer, une tempête dans la mer. Miko cogne sa tête contre les débris et s'en va, dérivant. Je halète et abandonne ma prise sur le bateau pour nager après lui. La visibilité est faible à cause de la turbulence : bulles et débris partout, mais je n'ai jamais perdu d'étudiant et je n'ai pas l'intention de le faire maintenant. Je le trouve, le rapproche de moi et me fraye un chemin.

Le contenu du coffre vole autour de nous, certainement pas des tomes sacrés, mais des trésors. Ancienne et belle, chaque pièce porte la marque du Cartel Simic.

« Vous avez volé ceux-ci » dis-je. « Votre équipage ne pontifiait pas ! Vous étiez des pirates ! »

« Il aurait pu revenir dans le monde d'en-haut il y a des décennies », dit Kaszira, « mais il était trop gourmand pour laisser son trésor derrière. »

« Ou peut-être qu'il n'est pas parti parce qu'il ne pouvait pas partir », dit Chessa, en grattant frénétiquement les bernaches du médaillon. Un vortex s'ouvre juste à côté d'elle, essayant de le lui arracher. Elle tient fermement, plissant les yeux à l'écriture. « C'est une sorte de sceau contractuel. Il est lié au bateau, donc il l'est aussi. »

L'eau reste immobile. « Laisse tomber, poisson », dit le fantôme, les yeux enflammés.

Chessa le regarde, calant un pied contre le pont, puis elle et Kaszira tirent jusqu'à ce que toute la planche ancrant la corde du médaillon remonte. « Je jetterais ça à la mer, mais vous ne méritez pas l'honneur de vous reposer sur le fond de l'océan », dit Chessa. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais elle nage avec le médaillon, en direction des krasis que nous venions de fuir. Le fantôme est attiré par elle, attaché par une magie ancienne mais résistante.

« Chessa ! » crie-je. « Chessa. » Mais elle est si forte. Si rapide, si courageuse, je ne pourrais jamais la rattraper.

« Laisse-la partir », murmure Miko, à peine conscient. « Elle a besoin de ça. »

Chessa a atteint les krasis, toutes ces dents acérées luisantes. Elle la taquine, ressemblant à une collation convenable, puis lorsque la bête ouvre sa gueule, Chessa se dérobe et laisse le médaillon à l'intérieur. « Voyons comment tu aimes ton nouveau maître », dit-elle au fantôme alors que les mâchoires de la bête se cassent et que le médaillon se fraye un chemin dans l'œsophage.

L'attention du krasis se tourne vers la curiosité qu'est le fantôme alors que Chessa nage. Les dents grincent inutilement à travers l'apparition alors qu'il disparaît à l'intérieur des krasis, traîné derrière le médaillon.

L'épave est effacée, mais les élèves rassemblent les artefacts Simic dans leurs bras. Nous remontons jusqu'au zonot et expliquons aux gardiens ce qui s'est passé. L'une des gardiennes s'intéresse à une pièce sombre en métal irisé avec un filigrane de coquillages et de griffes. Elle appelle son patron. Le mage elfe baisse les yeux et les écarquille lorsqu'il le relève avec soin.

Sa bouche cherche à tâtons avant qu'il ne dise finalement: « Si je ne me trompe pas, c'est la clé de Momir Vig. Elle a été volée il y a près d'un siècle. Il y a une exposition populaire à ce sujet ici dans le zonot. Venez. Je vous emmènerai au musée. conservateur, alors vous pouvez raconter votre histoire. »





Nous sortons de l'eau à la base du zonot, si impatients et si curieux que même le poids soudain de l'enfer qui presse nos os ne nous ralentit pas. Après avoir voyagé plusieurs fois vers le haut, cependant, je souhaiterais avoir passé plus de temps dans les grottes marines, habituant mon corps à respirer. Je suis pris de vertige en essayant de prendre en compte toutes les inventions créées par le Simic. Mon peuple. En voyant les fruits de la remontée, je le comprends peut-être un peu mieux maintenant.

Nous sommes nourris et autorisés à nettoyer nos ailerons dans des pataugeoires pendant que le personnel du musée se dépêche pour préparer l'installation. Enfin, le conservateur nous accueille et nous fait visiter le musée. De nombreuses époques de l'histoire de Simic sont exposées devant nous.

Toute une section est consacrée aux activités intellectuelles de Momir Vig, et le conservateur nous dirige vers la pièce maîtresse : le dernier cytoplasme que Vig a créé avant sa chute. Il se dresse sur un piédestal entouré de trois gardiens. La tache amorphe ondule gaiement sous les projecteurs, dans une attente éternelle pour se connecter avec une âme pauvre et manipuler sa génétique. Je frémis, puis tourne mon attention vers la nouvelle exposition à dévoiler... notre découverte... devant une foule de visiteurs du musée.

« La journée d'aujourd'hui est très importante pour nous », explique le conservateur. « Un de nos trésors perdus nous a été rendu et c'est un honneur de le montrer ici, où il pourra être observé pendant des siècles ! » Après un long monologue, presque tout le monde se regarde par-dessus l'épaule, cherchant pour la première fois à regarder la clef utilisée par Momir Vig. Ils l'ont polie, et maintenant elle brille si fort que ça fait presque mal de la regarder. Même les gardiens surveillant le cytoplasme ont tourné leur attention pour assister à un événement aussi monumental.

Je remarque que Kaszira a cessé de faire attention et regarde à travers le verre à bulle de la prochaine exposition : un laboratoire fonctionnel, avec des créatures flottant dans un gel épais. Même à travers le verre déformé, je les vois grandir, changer, muter. Une coquille commence à durcir sur une chair jeune et douce.

« Si tu veux subir une modification génétique », je dis à Kaszira. « Alors je ferai appel à tes parents pour qu'ils commencent tes traitements. Une fois terminé, vous pourrez vous recycler pour le protectorat sous Ptero. Tes parents seront tristes que tu n'adhères pas à leurs idées Utopiques, mais si c'est là que votre cœur te guidera, alors tu devrais le suivre. »

Kaszira secoue la tête. « Je ne veux pas de mutation. Et j'ai toujours vu la valeur de la vie Utopique, mais ce n'est pas durable... pas avec les krasis là-bas. Peut-être que si j'étudie ici dans les zonots, je pourrais trouver comment nous pourrions changer le combat. Peut-être pourrions-nous donner aux benthides resplendissants une peau plus résistante ou la capacité de se camoufler. Nous pouvons leur donner une chance de survivre. Nous pouvons conserver nos voies Utopiques et les équilibrer avec les voies des adaptateurs. »

Elle a tellement de bon sens. Son empathie sera incomparable. Et pour la première fois, je vois Kaszira comme sa propre personne, et pas seulement comme la nièce d'un fonctionnaire de haut rang, qui fera un jour ses propres affaires. «Tu rendras le Cartel fier. Tu me rends déjà fier. »

Je suis fier de tous mes élèves : Chessa, Dimas, Laszlo, Saganderis, Fania, Zyanek et... Miko ? Où est-il parti ?

Je le repère, son doigt à quelques centimètres de toucher le cytoplasme maintenant non gardé.

« Miko ! » crie-je. « Arrête ! » Il retire son doigt et se tourne vers moi, mais l'une de ses nageoires serre le socle et le cytoplasme se détache de son perchoir. La goutte amorphe de cellules vivantes tombe tout droit vers moi. J'essaie de bouger, mais ici, dans cet air lourd et oppressant, mes membres me font défaut et je n'ai pas le temps de m'éloigner. Le cytoplasme me frappe dans la poitrine. L'instant suivant, je sens une substance suintante ramper sur ma peau, couler à l'intérieur de moi, cherchant des morceaux de moi pour muter.

La pression augmente. Je sens huit de mes nageoires s'épaissir, s'allonger. Des morceaux de chair jaillit d'en-dessous, et sur leurs pointes, des monticules bulbeux de chair s'échappent, puis clignotent. La lumière me pénètre dans l'esprit, accompagnée par plus d'images que je ne peux en traiter. Je vois la pièce sous différents angles, tout ce qui m'entoure est pris dans ma vue. Ces choses au bout de mes tentacules, ce sont des yeux.

Les gardiens s'approchent, mais avant qu'ils ne puissent m'appréhender, ma classe réagit à la menace et m'entoure, un formidable bouclier de courage et d'observation, et si c'est notre combat, nous sommes prêts à prendre position.

« Écartez-vous », dit le tuteur à mes étudiants. « Cet ondin a détruit un artefact inestimable. »

« Et nous vous en avons donné un nouveau. Nous sommes quittes. Laissez-nous passer, » demande-je. « Ou bien...  »

« Ou bien quoi ? » demande le gardien, amusé par la menace.

Je peux dire que je ne suis pas fier de ce qui se passera ensuite. Je blâme ceci sur la confusion de la mutation si rapide, de cet air trop sec rendant mes pensées étourdies. Un combat s'ensuit et après une série de palmes et d'ego cassés, ma classe et moi-même sommes jetés dans le brig du zonot. C'est peut-être une bonne chose de savoir que notre Cartel n'est pas suffisamment fragile pour être vainqui par un groupe de jeunes pré-adolescentes et leur professeur nouvellement augmenté.

Finalement, après des heures de silence, la porte du brig s'ouvre et nage le président utopique Zegana. En personne, elle est plus royale que je ne l'avais jamais imaginée.

« Kaszira, ma nièce », dit-elle. « J'ai parlé avec tes parents et ils ont exprimé un mécontentement extrême à l'égard de tes actions ici. »

« Je suis désolée, Tata. » Kaszira s'affaisse en avant, les nageoires coulant mollement dans le dos.

« J'ai bien peur que "désolée" ne corrige pas les dommages que tu as causés », déclare Zegana. « Toi et tes amis devez retourner sur le territoire des ondins immédiatement et êtes bannis des zonots. »

Mon coeur se serre. Kaszira ne pourra plus poursuivre ses études ici. Elle ne pourra plus réaliser son rêve.

Je ne peux pas laisser passer ça. « Si quelqu'un doit être banni des zonots, ma chère oratrice, s'il vous plaît, laissez-le être moi. J'ai mis ces enfants en danger, mais c'est leur seul désir de servir le Cartel Simic de la meilleure façon qu'ils sachent. Chessa a ici surpassé ses peurs et commis un grand acte de courage. Miko a prouvé son sens de l'observation. Kaszira n'a pas seulement fait preuve d'empathie, elle a trouvé sa vocation. Elle souhaite étudier dans les zonots et transmettre ses connaissances dans les océans, où elle peut aider à nous renforcer tous. »

« Est-ce vrai ? » demande Zegana à Kaszira.

Kaszira hoche la tête, maintenant debout, droite comme une colonne vertébrale de sébaste. « Cela l'est, Tata. Plus que tout. »





Zegana se retourne et nous laisse sans un mot. Quelques minutes plus tard, nous sommes conduits hors de la cellule, puis hors du zonot, pour retourner dans l'océan. Je n'aurais jamais pensé être aussi enthousiaste à l'idée de revoir les fonds marins.

Le jour de la projection, les pinces de crabe de Ptero frémissent lorsqu'il voit ma classe, leur confiance en elles est comme une aura. Et bien sûr, chacun de mes étudiants obtient une place dans le protectorat, sauf deux. Miko... parce que, eh bien, c'est Miko, mais il a dépassé toutes mes attentes et je le ferai volontiers redoubler avec moi l'année prochaine. Kaszira ne revendique pas non plus d'espace, non plus. En fait, elle n'apparaît pas du tout. Mais alors que mes étudiants prennent leur place sur la scène nacrée qui est la coquille des gagnants, je la vois dans le public... vêtue des robes de biomancien Simic. Elle l'a fait. Elle va étudier dans les zonots.

Je pousse un soupir de soulagement.

« Merci de m'avoir donné le coup de pied dans l'aileron dont j'avais besoin », dis-je à Ptero alors qu'il passait. Près de la moitié de sa griffé était passée. Pas aussi bon qu'il l'avait prévu, mais la compétition a été la meilleure que j'ai vue depuis des années.

« Pas besoin de se moquer de moi, » grommela-t-il, regardant mes tentacules avec une palpable jalousie.

Je sais que j'étais contre les adaptations, mais celle-ci me convient assez bien. Je peux tout voir, tout autour de moi. Il est impossible qu'un étudiant échappe à ma vue maintenant.

« Je ne me moque pas de toi. J'ai évité les idées d'adaptationnistes. Tu as rejeté les idées utopiques. Nous avons tous les deux embrassé les extrêmes, alors que nous aurions dû prendre le temps d'apprendre les uns des autres et de trouver une place dans la milieu. »

Il lève les yeux vers moi, surpris que je n'aie pas profité de l'occasion pour lui faire honte, comme il me l'a fait tant de fois. « Peut-être que l'année prochaine, nous pourrons faire équipe, » dit-il, « gardons nos griffes ensemble. Nous pouvons nous assurer que nous envoyons les meilleurs et les plus brillants pour protéger nos océans. »

L'année prochaine. J'aime vraiment le son de ceci et j'ai le sentiment que ça va être la meilleure griffe de tous les temps.

Résumé



Spoiler: Montrer
Medge est professeur chez les Simic. Chaque année, il apprend à des jeunes ondins à défendre leur territoire ainsi que tous ceux qui y vivent selon les voies utopistes à l'image de Zegana, s'opposant aux adaptationnistes qui ont pris le pouvoir à travers Vannifar. Le nombre de promus est limité, tout comme son nombre d'élèves qui ne fait que décroître.

Un jour qu'il demande à ses élèves d'observer un ondin en méditation afin de savoir depuis quand il est ici, Kaszira, nièce de Zegana, trouve la réponse d'une manière alternative montrant la finesse de son analyse. Il rencontre alors son rival Ptero Zallik, un adaptationniste au groupe nombreux, qui le prend de haut.

Cela blesse l'orgueil du professeur, non qu'il ne soit habitué, et il décide que son petit effectif lui permet de mieux les surveiller – et d'aller en territoire inconquis. Là-bas, ils observent un krasis, aberration de la nature, dévorer un paisible benthide. Explorant une épave, ils entendent une voix, qui s'avère être celle d'un fantôme orzhov dont l'esprit ne sera libéré qu'en même temps que le navire.

En faisant gonfler une peau de benthide, ils font remonter le bateau jusque le zonot, énorme gouffre menant du monde d'en-haut aux profondeurs. C'est à ce moment que l'esprit devient différent et enrage ; lui qui affirmait renfermer dans ses coffres des saintes tablettes, et être mort contre des pirates, il est révélé comme étant le pirate, qui avait volé des trésors simics.

Pour s'en débarrasser, Chessa, jusque là bonne élève manquant simplement de courage, s'élance dans un excès de zèle vers un krasis, dans la gueule duquel elle jette le médaillon auquel l'âme est attachée : il passera un certain temps dans une geôle stomachale... Quant à Miko, dont la témérité dépassait de bien trop l'observation, il avait montré un talent pour ceci.

Ils remontent donc avec le trésor simic, qui s'avère être une clef disparue depuis presque un siècle ayant appartenu à Momir Vig : un véritable trésor, d'emblée exposé en musée. Là-bas, Miko s'approche trop près du dernier cytoplasme créé par l'ancien dirigeant, et lorsque son professeur le pousse, il est lui-même pénétré par la chose...

Des yeux supplémentaires lui poussent entre autres modifications génétiques, et lui et ses élèves sont envoyés en prison. Verdict : interdits à vie de retourner dans le monde d'en-haut. Il supplie alors Zegana qui leur avait annoncé la nouvelle d'être lui seul puni, car Kaszira désirait étudier chez les adaptionnistes afin d'apporter quelque chose aux utopistes.

A la fin de l'année, deux de ses huit élèves seulement ne sont pas admis : Miko car... c'est Miko, et Kaszira, car elle a trouvé sa voie. Son rival quant à lui n'a fait passer que la moitié de ses étudiants, mais plutôt que de l'enfoncer comme il l'aurait fait, il lui propose de travailler à ses côtés. Leurs opinions trop tranchées leur ont sans doute fait rater quelque chose...



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

2 Louanges



Vinhan32
Le 13/02/2019

Merci pour l'histoire !


Drark Onogard
Le 13/02/2019

Avec plaisir

Répondre

Appréciation

Contenus relatifs

Lantern Control

 Decks

Sondage

Quelle distribution d'acteurs pour la série d'animation Netflix ?

Résultats
(déjà 311 votes)