Les Guildes de Ravnica : partie 5

Articles
par Drark Onogard, le , 379 consultations , 1

  L'univers de Magic / Blanc / Vert / Les Guildes de Ravnica



Au cours des cinq prochains épisodes, nous n'aurons pas affaire à la Grande Histoire, aux Planeswalkers surpuissants qui changent la nature même des choses et entreprennent une guerre acharnée sur le plan de Ravnica. Non. Nous parlerons des Ravnicans qui, tandis qu'un machiavélique dragon manigance on ne sait trop quoi dans l'ombre, ne reçoivent peut-être pas l'attention qu'ils méritent.

Pour cette fois-ci, je vais tenter de traduire intégralement le texte. C'est hasardeux, un peu trop littéral ; mais au moins a-t-elle le mérite d'exister. Il peut s'y glisser des fautes dues à la fatigue ou l'inattention, que vous pouvez me signaler sait-on jamais. J'en fais tout de même un résumé en fin d'article pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire.

Lié par le corps et l'esprit



« Tu vas lui rendre visite à nouveau, n'est-ce pas ? » dit Ambrellin, se tenant devant la porte de ma chambre. Techniquement, c'est sa chambre, mais elle m'a permis de m'installer ici ces derniers mois, depuis l'accident. Sa voix est calme, mais ses yeux se plissent sur les bords, s'approfondissant vers ses tempes où la douceur de sa peau se transforme en une écorce rugueuse. C'est un signe évident de la frustration qu'elle nourrit, un sentiment qu'elle a depuis que nous sommes enfants.

« Je vais juste déposer un peu d'argent pour l'orphelinat », dis-je. C'est le moins que je puisse faire.

« C'est bien, Terrik. C'est vrai. Mais à un moment donné, nous devrons parler de ce qu'est un deuil sain et de ce qui est obsessionnel. Finalement, tu devras te pardonner et aller de l'avant, et ce sera beaucoup plus facile si tes émotions ne sont pas liées au destin d'un orphelin. »

« Bien sûr, tu as raison », dis-je, ces mots sortant comme un réflexe. Vingt-huit ans de formation à Seslesnya m'ont appris à rester en harmonie avec mes amis et avec la communauté par-dessus tout, mais comment puis-je me pardonner d'avoir causé l'effondrement d'un bâtiment, tuant une douzaine de personnes ? Je m'efforce de sourire, puis recouvre mes oreilles de mon bonnet et tire mon écharpe, dissimulant la plus grande partie de mon visage. J'aurai besoin de l'anonymat où je vais. « C'est la dernière fois que je la verrai, je te le promets. »

« Merci. Oh, il y a encore une chose. Je crains que les voisins ne se soient encore plaints. » Ambrellin penche la tête, le mouvement soudain faisant que les pinsons se nichent dans les branches de ses cheveux hérissent leurs plumes. « Es-tu sûr de ne pas avoir entendu de sons étranges ? »

« Plus de 'bruits de guivre' ? » Je roule des yeux.

« Je sais, je sais. C'est juste qu'ils sont mes voisins, et s'il y a un problème, j'aimerais le résoudre. » Ses doigts dansent sur le bois laqué de la cabine du chariot que j'avais converti en armoire. Elle ouvre les portes et donne un coup de pied à mes vieilles bottes d'adjureur de guivre alignées sur le bas. Une couche de poussière s'est déjà accumulée sur le cuir noir usé. Elle jette également un coup d'œil derrière les armures, vestiges de mon ancienne vie en tant qu'entraîneur de tête des guivres pour l'armée de Selesnya, avant que je commette l'erreur qui avait tout changé. « Ils disent qu'ils ont aussi vu la guivre, en regardant à travers le plafond de pierre. Ils ont dit qu'il avait des dents de la taille d'un couteau de boucher ! »

« Je n'essaie pas de semer la discorde, Ambrellin, mais penses-tu qu'il est possible que tes voisins méditent à l'excès ? Les shamanes ont appelé les fidèles à se rassembler de plus en plus souvent. Peut-être que tes voisins voient et entendent des choses dans cet endroit élevé. »

Elle réfléchit à cela un instant, puis se baisse et soulève le bord de ma couverture.

« Ambrellin », dis-je, ma voix basculant jusqu'au seuil de la politesse et de l'aggravation. « J'apprécie ta générosité de m'avoir emmené chez toi, mais penses-tu vraiment que je serais capable de faire passer une guivre à moitié adulte sous mon lit ? »





Ambrellin laisse tomber la couverture et soupire. « Tu as raison. Je suis ridicule. Quel genre de personne serait assez fou pour garder un animal dangereux dans une coopérative d'habitation ? »

J'acquiesce. Quel genre de personne, en effet.



Les hautes flèches sombres des cathédrales d'Orzhov se profilent au-dessus, semant la tension dans tout mon corps. La silhouette entière semble avoir été maculée de suie, avec des vitraux cintrés qui brillent en orange alors que le soleil commence à descendre. La saveur de l'oppression change d'une circonscription à l'autre, mais je garde la tête haute, les yeux rivés sur moi, les poings serrés. Je ferais mieux de parcourir l'artère principale quelques rues plus loin, où les lampadaires sont nombreux - tout comme les témoins -, mais je passerais ensuite à l'emplacement où se trouvait autrefois la basilique de l'Opportune, l'une des plus anciennes églises de le syndicat Orzhov. Eh bien, c'était jusqu'à ce que j'ai passé mon manteau dessous, compromettant son support structurel et envoyant le tout s'écraser dans un tas de gravats. Il était en train d'être rénové à l'époque, près de cinquante ouvriers du bâtiment ont procédé à la remise en état de vitraux brisés, à la réfection de la pierre taillée et à la restauration des terrains environnants afin que les inondations printanières ne se jettent pas contre le bâtiment et ne s'égouttent dans les catacombes. Parfois, lorsque je ferme les yeux, j'entends encore les cris des personnes prises dans les débris. Je préfère prendre des risques avec quelques voyous que de revivre ce jour-là.

« Hé ! » dit une voix. Je regarde en arrière et vois un gars vêtu de cuir noir avec plusieurs rangées de pièces d'argent suspendues autour de son cou. « Je te vois marcher un peu comme ça, » dit-il, comme s'il mâchait chaque mot au fur et à mesure qu'il sortait. « Peut-être que tu serais intéressé par une assurance ? Tu sais, alors tu peux être assuré que tu iras là où tu le souhaites.

« Non, merci », dis-je, utilisant ma voix la moins conflictuelle. « C'est à deux pas. »

« Peut-être. Mais tu ne sais toujours pas quand quelque chose pourrait arriver. » Il serre son poing dans sa paume ouverte. « J'ai des prix vraiment raisonnables. »

Tout à coup, le poids des pièces de monnaie dans ma poche paraît un handicap. Il regarde déjà le renflement là-bas.

« Je vais bien », dis-je, « j'ai apporté ma propre protection. » J'ouvre ma veste, révélant la poignée sur ma hanche.

Le voyou hausse les épaules. « Un petit couteau comme celui-là ne te mènera pas loin dans un endroit comme celui-ci. »

« Ce n'est pas un couteau », dis-je. J'ouvre le bracelet en cuir et retire une cisaille à métal. « Celles-ci pourraient traverser la ronce la plus dense et la plus enchantée. Connais-tu le type de dégâts que la ronce enchantée fait à la chair ? »
Mais il est trop concentré sur ma poche pour répondre. Je me retourne et marche rapidement en traversant la rue, mais il me suit. Je glisse ma main dans ma veste, tire une sacoche en cuir pleine de graines de ronces et en laisse tomber une poignée à mes pieds. Quelques secondes plus tard, quand le voyou les enjambe, je fais appel à la magie qui imprègne toutes choses, force le sortilège derrière moi et me retourne pour regarder les vignes épineuses sortir du trottoir, emmêlant mon poursuivant dans leur étreinte anarchique.





Je le laisse là en hurlant et double mon rythme jusqu'à atteindre l'orphelinat. C'est un endroit affreux - un bâtiment en ruine et oppressant qui ferait mieux de fondre de vieilles pièces de monnaie que de fournir un refuge aux enfants. Mais petit à petit, j'ai fait don de mes maigres revenus pour améliorer leurs infrastructures.

Il y a un petit espace entre les bâtiments où sont visibles les gravats de la basilique. Je m'efforce de ne pas le regarder, mais comme d'habitude, j'échoue. Des flèches déchiquetées s'avancent à travers d'énormes collines de débris noircis, comme les restes d'un feu de camp éteint depuis longtemps. Tout ce qui avait de la valeur avait été récupéré. On trouverait cruel que Bazda doive vivre ici, à deux pas de l'endroit où ses deux parents sont morts. Je me mords les lèvres et monte les escaliers gris et poussiéreux avant d'entrer par la porte d'entrée. Un jour, je trouverai le courage de lui parler, de m'excuser auprès d'elle, mais aujourd'hui n'est pas ce jour-là. Mon esprit est tellement préoccupé que je me heurte à l'un des enfants, le frappant si fort que mon écharpe me tombe du visage. J'essaie de la remettre à la hâte, mais c'est trop tard. Il m'a reconnu. Il se lève et me prend le bonnet de la tête, et les oreilles se détachent.

« C'est cet ajureur de guivre ! » dit le gamin en jetant mon « charpe à un de ses amis. « Cet abruti de srâne qui a détruit la basilique! Ce n'est pas étonnant, il ne peut toujours pas faire attention à où il va ! »

Et juste ma chance, Bazda est à portée de voix, petite pour son âge, elle se noie presque dans la blouse grise de l'institution qu'elle portait. Ses cheveux noirs sont assis sur sa tête en deux petits pains. Elle se retourne pour me voir. Je me retourne, cherchant un gardien pour pouvoir déposer l'argent et continuer mon chemin, mais comme d'habitude, il n'y en a aucun à trouver.

« Ton nom fait tache ici », me dit l'enfant. « L'argent ne remboursera jamais la dette que vous avez ! » Il crache sur ma botte.

« Hé », dit Bazda en saisissant ma casquette des mains de son ami et se dirigeant vers nous. « Laisse-le tranquille. »

« Et qui va me forcer ? » il demande.

Bazda tire une épingle à cheveux de six pouces de son chignon droit et frappe le gosse, à moins d'un pouce de sa gorge.

« Oubliez vous deux », dit l'enfant en boudant.

Bazda me regarde en me tendant ma casquette, puis en retravaillant ses cheveux en un chignon parfait. « Je t'ai déjà vu auparavant », dit-elle. « Vous déposez un sac de bretelles toutes les semaines, puis vous regardez autour de moi. C'est effrayant. Êtes-vous un fureteur ? »

« Non ! Je ne suis pas un fureteur», dis-je. « Juste un gars ordinaire. Tu peux demander à n'importe qui à la maison. »

Bazda se cache les lèvres. « On dirait quelque chose qu'un fureteur dirait. »

« Écoute, j'ai causé un terrible accident. Je fais juste de mon mieux pour que ça aille mieux. »

« Pouvez-vous me rendre mes parents ? » elle demande.

« Non, mais je suis sûr qu'ils sont dans un meilleur— »

« Ils ne sont pas dans un meilleur monde si c'est ce que vous alliez dire. Ils sont au même endroit, mais pire, parce qu'ils sont des esprits maintenant. Ils sont tellement occupés à éponger leurs dettes qu'ils n'ont pas même le temps de me rendre visite. » Elle croise ses bras sur sa poitrine.

« Oh. »

« Il me semble que vous feriez mieux d'essayer de vous reconstruire plutôt que de venir ici, empestant l'endroit avec votre attitude sombre. Qu'est-ce qui ne va pas avec vous ? »

« Rien », je balbutie.

« Pas de travail, pas de vie, pas d'amis. C'est à peu près tout ? »
« J'ai des amis », dis-je. Cela me démange partout. C'est étrange d'être interrogé par une fillette de douze ans, mais elle a beaucoup de raisons pour sa colère. Néanmoins, je ressens le besoin de défendre mon propre honneur. « Grands amis ! Savaryn, c'est un loxodon, costaud et qui n'a peur de rien. Kellim est un architecte qui conçoit les sanctuaires les plus tranquilles. Il est humain, mais nous ne le lui reprochons pas. Et Ambrellin, elle est une dryade qui est un courtier en artefacts spécialisé dans les antiquités. Nous nous rencontrons une fois par semaine pour... »

« Attends. . .elle s'intéresse aux artefacts ? Vous aimez vraiment les vieux ? »

« Oui... »

Bazda me prend la taille, puis sort de sa poche le drap plié. Elle le déballe et me montre un morceau de pierre sculptée en forme de croissant avec un trou au centre et des symboles dorés gravés partout. Même moi, je peux dire que c'est ancien. « Mon père m'a donné ceci quelques jours avant sa mort. Il l'a trouvé lors de la construction de la basilique. Je veux savoir ce que c'est. »

« Je pourrais le montrer à Ambrellin, si tu veux. Je suis sûr qu'elle serait disposée à aider. » Même sous le poids de la pénombre de ce bâtiment, de la tristesse dans mon cœur, je sens ma chance de rédemption. Je peux seulement imaginer à quel point cet artefact importe pour Bazda, probablement la dernière chose que son père lui a donnée.

Elle lève un sourcil. « Puis-je vous faire confiance pour le ramener ? »

« Vous avez ma parole que je te le rendrai sans dommage », dis-je. « Je le jure sur les racines de Vitu-Ghazi. »



Les forêts selesnyanes m'accueillent chez moi et, alors que les bruits paisibles de la nature me pénètrent dans l'esprit, la lourdeur du Syndicat d'Orzhov se dissipe. Mes épaules se détendent, mes poings se détachent. Les services du soir battent déjà leur plein, et je croise plusieurs shamans faisant appel au pouvoir des fidèles pour enchanter une série de sceaux en pierre gravés du symbole béni du Conclave.





Je suis presque à la maison quand j'ai le sentiment que je suis suivi. Peut-être que l'un des voyous de la rue d'Orzhov aurait tenté de me secouer pour obtenir de l'argent d'assurance alors que je revenais de l'orphelinat. Je jette une autre poignée de graines, puis vire au coin. J'ai jeté le sort, mais je suppose que l'assaillant a évité les ronces, car les pas continuent à retentir. Je vais sortir ma cisaille comme arme de secours, mais la pochette en cuir est vide. Je lève les yeux quand mon agresseur tourne le coin, puis soupire de soulagement. C'est Bazda.

« Vous cherchez ça ? » demande-t-elle en levant mes ciseaux.

« Petite voleuse ! » m'exclame-je en les récupérant. « Comment as-tu eu ça ? »

« Tu pensais que j'aurais confiance en la parole d'un fureteur ? Tu as quelque chose de précieux à moi. Il est juste que je garde quelque chose de précieux à toi. »

« Tiens. Alors prends ton artefact et retourne à la maison. Je ne contribue pas à la délinquance d'un enfant ! »

« À la maison ? Personne ne remarquera que je manque, encore moins s'en inquièteraient. Et en plus, vous me feriez voyager dans la rue à cette heure ? Tout seul ? »

« Je t'ai vu te débrouiller avec une paire d'épingles à cheveux. Tout ira bien. »

Bazda croise ses bras. « Probablement. Mais je veux toujours en savoir plus sur l'artefact. C'est là que tu vis ? » demande-t-elle, en regardant vers notre coopérative résidentielle, une combinaison de pierres blanches polies et de jardins en niveaux, le plus haut conçu par Sadruna, le menuisier du célèbre bosquet de topiaires. « Un tas de branches et de feuilles. »

« C'est une chose de Selesnyan», je marmonne. « Monte, je crois. »

Nous traversons les jardins, montons les escaliers en pierre, passons par deux atriums, en passant devant les portes ouvertes des autres résidents. Notre voisin d'en bas fait signe. Je fais un signe de la main et me dépêche pour qu'ils ne puissent plus me parler des bruits de guivre.

« Pourquoi n'y a-t-il pas de portes dans votre immeuble ? » demande Bazda.

« Pourquoi aurions-nous besoin de portes ? »

« Pour empêcher les gens d'entrer. »

« Tous sont les bienvenus dans notre maison. »

« Oui, » dit Bazda, les yeux bougeant, » mais que se passe-t-il si quelqu'un essaie de voler quelque chose? »

« Ce n'est pas quelque chose qui nous inquiète », dis-je alors que nous montons les derniers marches. Il est facile d'oublier qu'une partie de Ravnica est axée sur les ambitions et les profits individuels.

Le brisechemin ouvre sur une spectaculaire vue panoramique. Le soleil a plongé juste au-dessous de l'horizon, les derniers restes de la journée projetant les silhouettes des sanctuaires éveillés errant au loin. À droite, où l'obscurité s'est déjà installée, les branches de Vitu-Ghazi sont illuminées par la lumière de lucioles. J'ai hâte de montrer l'artefact à Ambrellin, mais je reste un peu plus longtemps, pour que Bazda ait une chance de tout assimiler. Enfin, elle est sans voix.

« Allez, » dis-je en la tirant à travers l'arcade de branches tordues qui sert de seuil à notre maison. « Ambrellin, » cie-je. « J'ai quelque chose à te montrer ! »

Ambrellin me salue avec un large sourire. « Terrik ! Tu ne devineras jamais qui est venu- » Elle s'arrête et regarde Bazda. « Oh, bonjour, chérie. Bienvenue chez nous. Je suis Ambrellin. » Elle la salue, ses branches touchant presque le sol. Ses pinsons s'envolent autour de Bazda en guise de salutation, pépiant joyeusement.

« Je suis Bazda », dit Bazda, avec sa jolie révérence.

Les yeux d'Ambrellin se posèrent sur les miens, cherchant des explications sans paraître impolie devant son invitée.

« Bien. », lui dis-je. « Elle a cet artefact qu'elle veut te montrer. Peut-être que tu peux lui en dire plus à ce sujet ? »

Ambrellin prend l'artefact enveloppé dans du tissu de Bazda et déplie doucement chaque coin jusqu'à ce qu'il soit exposé. Elle halète.

« Mon père l'a trouvée lorsqu'il creusait à la basilique », dit Bazda. « Est-il vieux ? »

« Très. Ces symboles en or, je les ai déjà vus sur d'anciennes machines Izzet, la technologie d'il y a des milliers d'années, alors qu'ils travaillaient encore avec des circuits imprégnés de pierre et de mana. C'est assez rare, mais c'est un mystère quant au fait de l'avoir trouvé enterré sous une basilique d'Orzhov. »

« De valeur ? » Demande Bazda.

« Pas de prix », dit Ambrellin avec un souffle lourd.

Bazda secoue la tête. « Tout a un prix. »

« Je parlerai demain avec le magistrat de courtage pour savoir quelle guilde détient le droit de réclamer cela », déclare Ambrellin. « Ce n'est qu'un petit morceau de quelque chose de beaucoup plus gros. »

« Peut-être que quelqu'un a déjà trouvé le reste », dis-je.

« J'en doute. Les rumeurs vont vite parmi les courtiers en antiquités. J'aurais entendu quelque chose . »

« Terrik ! » vient une voix de la salle à manger. Dehors marche Savaryn, sa malle levée dans l'excitation. Il se précipite vers nous, les bras tendus. « Paix et tranquillité à toi, mon ami. »

« Paix et tranquillité à toi aussi, » dis-je, me plaçant soigneusement entre ses défenses et tombant dans une étreinte chaleureuse. « Comment vas-tu ? Ça fait presque une semaine ! »

« Kellim et moi venons juste pour partager un peu de bonnes nouvelles. On m'a accordé une promotion. Les terrains d'entraînement de Kasarna ont atteint leur capacité maximale. Ils prévoient donc une nouvelle installation de l'autre côté de la Forêt de la Colline septentrionale. Je serai le directeur et Kellim a été embauché pour le concevoir. »

« Félicitations », dis-je. « La Colline septentrionale ? Ce sera un énorme trajet ! Vous passerez une heure à essayer de traverser le hall. »

Savaryn échange un regard inquiet avec Ambrellin. Après un long moment de réflexion, elle hoche la tête.

« Nous ne ferons pas la navette », dit Savaryn. « Nous déménageons pour nous rapprocher de - »

« Vous partez ?! » crie-je. Je me mords la langue et j'essaie d'être un bon Selesnyan, en ignorant la douleur qui me déchire le cœur et en favorisant la tranquillité en moi. « Je veux dire, partir. Bien sûr. Ce serait certainement plus pratique pour toi. » Je souris si fort que j'ai l'impression que mes dents sont sur le point de se briser. Enfin, je ne peux tout simplement plus supporter et je me précipite dans ma chambre.





« Terrik », dit Ambrellin, se faufilant tandis que les autres se pressaient à la porte. « Ça va aller. Nous pouvons les voir à tout moment. »

« Je sais. Mais ce ne sera pas pareil. » Notre groupe se dissout. Cette nouvelle me frappe plus que de perdre mon travail et ma réputation. Je ne peux pas laisser cela être notre amitié.

« Et si nous avions une dernière aventure ensemble ? » Je leur demande. « Avant que tout le monde soit répandu sur Ravnica. »

« C'est une excellente idée", déclare Ambrellin. « Nous pouvons visiter les jardins topiaires la semaine prochaine. Nous préparerons un déjeuner et... »

« C'est juste une sortie. Je veux faire quelque chose que nous n'oublierons jamais. Je pense que nous devrions aller chercher ce qui se cache sous cette basilique. Pourquoi ne pouvons-nous pas être ceux qui le découvrent ? »

Ambrellin secoue la tête, puis s'assied sur le bord de mon lit. « Quelque chose de si vieux est probablement enterré très profondément. Il serait impossible de creuser sans que tout le Syndicat Orzhov l'accepte. »

« Et une guivre ? » demandé-je. « Nous pouvons plonger aussi profondément que nous le voulons. Sans creuser. » Je canalise un sortilège d'appel, comme un sifflement à nos oreilles, mais comme un phare lumineux qui mène à une guivre. Le matelas se déplace sous Ambrellin et elle sursaute, regardant mon lit se transformer en désordre.

« Tu cachais une guivre sous ton lit ! » dit-elle.

Je secoue la tête. « Pas tout à fait. La guivre est lit. » Le couvre-lit est jeté, de même qu'une épaisse couche de matelassage recouvrant une palette en bois. « Tout le monde reste calme », ​​dis-je alors que la guivre se déroule de l'enchevêtrement de draps. Ses yeux brillants sont fixés sur moi et sa bouche est ouverte, sa salive ruisselant de ses dents en forme de scie. « Bonne fille », dis-je en jetant un bâton de viande séchée de cératok dans sa gueule ouverte. Elle est jeune, âgée d'un peu plus d'un an et déjà d'une tonne de muscle pur.

« Incroyable... » dit Bazda en osant s'approcher. « Puis-je la caresser ? »

« Bien sûr », dis-je.

« Absolument pas ! » dit Ambrellin en la rattrapant.

« Elle est inoffensive », dis-je. « Envers les amis, en tout cas. Je l'ai élevée depuis sa naissance. »

eJe ne peux pas croire que tu aies cette chose chez moi ! » s'écrie Ambrellin, une véritable irritation dans sa voix. « Et maintenant, tu veux que nous te suivions dans l'un des quartiers les plus corrompus de Ravnica, à la recherche d'un trésor avec une orpheline en fuite. »

« Je vais y aller », dit Savaryn. « Terrik a raison. Un événement majeur de rapprochement sous la forme d'une aventure fournirait une structure de transition positive à une amitié à longue distance. »

« J'y vais aussi », dit Kellim. " »e dois admettre que je suis curieux de savoir ce qui se cache sous ce bâtiment. Allez, Ambrellin. Tu sais qu'Izzet le fera pour créer une invention plus grande et meilleure, et Orzhov ne fera que la vendre au plus offrant. »

Ambrellin tient l'artefact en place, une lueur dans ses yeux. « D'accord, nous allons jeter un coup d'œil. Juste un coup d'oeil. Si quelque chose ne va pas, nous partons immédiatement. »

Je souris. « Premier signe de problème et nous sommes sortis de là, je le promets. »



La guivre traverse une roche solide, des fréquences subsoniques rendant temporairement la pierre à l'état liquide, ce qui nous permet d'éviter les embouteillages du soir et les bousculades des gangs Orzhov. Je suis blindé jusqu'aux dents dans mon vieil uniforme d'adjureur, mon placage me protégeant de la brûlure du roc fondu qui nous entoure. Les autres sont entassés dans la cabine de char fortifiée qui m'avait précédemment servi de garde-robe.

Nous nous approchons du site de la basilique qui s'est effondrée, mais la guivre revient à la surface. Je tire ses reines, lui demandant de plonger plus profondément, mais elle résiste. Je la gratte sur le côté, juste derrière son oreille. Elle ronronne et se calme, même si à la façon dont elle se tient, je peux dire qu'elle est toujours hésitante. En fin de compte, cela n'a pas d'importance, car elle nous conduit dans une longue chambre rectangulaire des catacombes sous la basilique effondrée.

« Qu'est-ce qui ne va pas, ma fille ? Est-ce que quelque chose t'a effrayé ? » Je caresse le museau de ma guivre et la soigne lorsque les autres débarquent. Savaryn est en train d'évacuer à cause du mal mal des transports, et si vous n'avez jamais vu un soulèvement à sec d'un loxodon, alors soyez reconnaissant. Kellim est fasciné par les sculptures de pierre de géants, leur dos replié contre le plafond incurvé, comme si elles empêchaient tout le lieu de nous céder. Les lézardes serpentent à travers la pierre, probablement à cause de l'effondrement précédent, mais Kellim ne semble pas trop préoccupé par leur intégrité structurelle. Ambrellin est éprise des milliers d'urnes en céramique qui sont disposées de part et d'autre des sculptures, chacune ornée de pièces d'or.

« La basilique de l'Opportun remonte à des milliers d'années et les catacombes sont encore plus vieilles », dit-elle en regardant autour d'elle, émue. « Certaines de ces urnes pourraient être presque- » Ses yeux se posent sur quelque chose au fond de la salle. Elle commence à marcher vers elle, puis hâte son pas. Nous suivons.





C'est une autre statue de pierre, un srâne cette fois, à genoux, la tête inclinée en signe de servitude, les bras tendus et tenant un calice. Le calice est recouvert de couches de poussière, mais je peux sentir le mana s'en échapper. C'est un artefact. Ambrellin chasse la poussière, révélant des pictogrammes finement gravés avec des émeraudes tapissant le bord de la tasse. Soigneusement, elle essaie de dégager l'artefact de la poigne de la statue, en le tournant de chaque côté. Sans préavis, la statue entière s'incline en arrière, s'effondrant dans le mur, entraînant Ambrellin avec elle.

Kellim est le plus proche et il tend la main vers Ambrellin en l'attrapant par la jambe, mais il est également tiré dans l'ouverture noire. Savaryn a une bonne prise avec ses mains charnues et Bazda et moi aidons à le stabiliser. En travaillant ensemble, nous hissons, hissons, et Ambrellin est presque épuisé, mais la vigueur de notre sauvetage a provoqué la fracture de la pierre autour de la statue. Le sol a également commencé à s'effondrer. Je regarde ma guivre et lance un bref sort pour l'appeler. Elle est assez forte pour nous sortir tous.

Je l'espère.

Mais elle ne répond pas. Je siffle à nouveau et elle se hérisse, secouant la tête comme si elle essayait de se débarrasser de son harnais. « Allez, ma fille! J'ai de la viande pour toi. »

Elle se rapproche de lui, les yeux écarquillés et fou, mais juste avant de se mettre à portée de main, elle se recule et fait un bond vers le plafond. La pierre devient liquide, puis elle s'en va, la queue fouettée et la pierre se solidifiant à nouveau une demi-seconde plus tard. Je l'appelle encore deux fois, mais quelque chose l'a effrayée et elle ne reviendra pas.

Ensuite, l'ensemble du plancher cède et nous ne pouvons aller que vers le bas.



Nous crachons des décombres pendant cinq minutes complètes, mais les seules victimes sont des côtes meurtries, une défense ébréchée et notre fierté. Nous sommes tombés de quinze pieds, peut-être vingt, dans une sorte de couloir. Je me sens horriblement mal et jette un sort de guérison de zone pour aider avec les éraflures et les coupures. J'avais promis que nous serions partis au premier signe de danger, et maintenant, regardez-nous. Coincés.

« Ça va prendre un moment, mais si nous empilons la pierre brisée, nous pourrons faire un ensemble d'escaliers menant en haut », dit Savaryn, soulevant un rocher comme s'il était rempli d'air.

Je soulève un rocher plus petit, moins impressionnant et le pose à côté du sien. « Cela ressemble à un plan solide. »

Ambrellin me lance un regard, un « Je te l'avais bien dit » sans équivoque se forme sur ses lèvres. Mais même complètement hors de son élément, elle s'accroche aux principes harmonieux du Conclave. « Oui », dit-elle, s'efforçant d'empêcher son sourire de virer à de simples dents nues. « Cela ressemble à un bon plan. »

« Tu es en colère contre moi"e, lui dis-je. « Je comprends. Tu n'as été que gentille, et je n'ai été qu'une déception. »

L'écorce près de ses tempes se plisse si fort qu'elle monte sur les bords. « Je ne suis pas en colère. »

« Pas même un petit peu ? Je sais que nous accordons de l'importance à la sérénité et au caractère sacré de l'amitié, mais si cela t'énerve, tu dois dire quelque chose. J'ai passé les trois derniers mois chez toi, à manger ta nourriture, à garder secrètement ce qui a harcelé tes voisins, peut-être presque enlevé un enfant, et vous a coincé sous un immeuble effondré au milieu du Syndicat Orzhov— »

« D'accord, je suis en colère contre toi, es-tu heureux ? » Ambrellin s'approche de moi et enfonce son doigt dans ma plaque thoracique. « Nous attendions patiemment que tu atteignes le fond, alors nous pourrions t'aider à te reconstruire, mais au lieu de cela, tu as réussi à nous faire sombrer avec toi ! Nos actes se déroulent autour selon tes sentiments, et à cause de toi nous avons abandonné notre alchimie, et maintenant Savaryn et Kellim partent parce que tu as été si insupportable en étant simplement dans les parages ! » Elle s'arrête, lève les yeux vers moi, le soulagement s'installant sur son visage un instant avant que le remords ne s'installe.

« Ils partent à cause de moi ? » dis-je.

Ambrellin secoue la tête, laisse le bruissement. « Je suis tellement désolée, Terrik, je ne voulais pas dire— »
« Non, je suis désolé », dis-je. Je pensais pouvoir compter sur eux pour me soutenir, mais je suppose que dans des moments comme ceux-là, vous apprenez qui sont vos vrais amis. « Prends soin de Bazda. Ramène-la à l'orphelinat. Tu n'as pas à t'inquiéter pour que je ne te fasse plus jamais sombrer. »

Je me dirige seul dans le couloir, mis à part les dizaines de gargouilles perchées dans les entailles de chaque côté, les yeux baissés, la bouche grande ouverte. Elles dorment depuis des siècles, peut-être des millénaires, mais je n'ose risquer de les réveiller. La culpabilité me pique le cerveau. J'avais mis mes amis dans ce pétrin et je devrais aider à trouver une issue, mais pour le moment, je ne peux pas me fier à moi-même pour ne pas aggraver la situation cent fois plus. Alors je continue à mettre de la distance entre nous, jusqu'à arriver à une cage d'escalier qui mène plus avant dans les profondeurs des catacombes.

Je fais un pas timide, un autre, et soudain, je suis submergé par l'odeur familière des moulages de guivre, l'engrais le plus prisé des jardiniers de Selesnyan. Pendant un moment, je suis submergé par les pensées de mon ancienne vie, me baladant dans les forêts à la fin de l'automne, fouillant la riche terre noire à la recherche de cocons de guivres. Les cocons translucides avaient à peu près la taille d'un poing de loxodon et à l'intérieur, on pouvait voir cinq ou six petites guivres gambader. Au cours de ma carrière, j'ai entraîné des centaines de guerriers et les ai transformés en armes meurtrières pour protéger notre mode de vie, mais ce moment dans les bois a toujours été la meilleure partie de mon travail, tenant dans la paume de ma main ce pouvoir potentiel, leur avenir non écrit.

La bonne humeur me cogne au plus profond de mon esprit lorsque j'arrive au bas de l'escalier, que je jette un coup d'œil au coin de la rue et que je vois trois guivres adultes fouetter les murs de la chambre avec leurs émanations subsoniques. Les esprits, insensibles aux vibrations, essuient la roche liquéfiée avant qu'elle ne se solidifie.

Au centre de la salle se trouve une machine à pierre circulaire avec un grand levier saillant à la hauteur de la poitrine, à la manière d'un moulin désuet, portant les mêmes marques que l'artefact de Bazda. Ambrellin parlait certainement de la technologie Izzet. Les pièces de cuivre sont empilées autour de la machine. Un homme costaud au regard de désespoir indéniable orchestre les ouvriers. Il est vêtu d'une robe blanche avec une cordelette noire, bien que la poussière ait rendu sa tenue nuancée de gris. Un pontife Orzhov, si je me souviens bien de leur classement. Il y a un vieux tome en cuir suspendu à une lanière usée en bandoulière sur son épaule, et un srâne espiègle le suit partout comme son ombre.





« Plus vite ! Il doit être enterré quelque part ici », dit le pontife en tapotant l'un des voyous avec son sceptre, lequel a un fin à un éclat d'ambre orné de pierres précieuses. La guivre hurle de douleur, un cri profond que je sens dans ma poitrine. Des pleurs comme ceux-là peuvent parcourir plus d'un kilomètre. Pas étonnant que la mienne ait été effrayée.

La grande main de Savaryn se pose sur mon épaule et me tire en arrière. « Il ne ressemble pas au genre de gars qui aime les clandestins, » murmure-t-il. « Allez. Ambrellin veut s'excuser, alors on pourra travailler pour sortir d'ici. »

Un autre coup frappe mon autre épaule. Ce n'est cependant pas la main rassurante de Savaryn. Je n'ose pas me tourner la tête. D'après le regard dans les yeux de Savaryn, je ne peux même pas imaginer la créature à moitié morte Orzhov qui m'a prise.

« C'est... c'est... c'est... » Savaryn dit, ne murmure définitivement plus. Mes yeux se tournent vers la gargouille qui est perchée derrière lui. Je pense que ça a légèrement changé. « C'est... »

Squeak , crisse une petite voix dans mon oreille. Je me retourne et expire brusquement. « C'est juste un rat. »

Je le retire de mon épaule et le montre à Savaryn. Ses mains sont jointes à sa bouche, étouffant un cri, mais une petite trompette d'effroi s'échappe de sa trompe. Maintenant, la gargouille derrière lui ouvre un œil. Il nous voit, intrus, et commence à crier. Ensuite, toutes les gargouilles émettent des sirènes percutantes qui résonnent dans toutes les catacombes. Avant de le savoir, les esprits nous ont entourés. Le pontife se fraye un chemin à travers eux.

« Esprits bienheureux, qu'avons-nous ici ? » dit le pontife.

« On dirait des intrus, Maître, » dit son srâne en se jetant en avant pour s'accroupir aux côtés du pontife. Sa voix est râpeuse, humide et creuse, exactement ce à quoi je m'attendais d'une créature faite de chair morte.

« Et quelle est l'amende pour avoir violé ces catacombes sacrées ? »

« Vingt mille zibs, Maître, » dit l'un des esprits, les yeux baissés. « Ou dix mille heures de travail. »

« Je suppose que vous n'avez pas vingt mille zibs sur vous », dit le pontife. En désignant son bâton, la pierre ambrée s'allume et tous mes objets de valeur arrachent de mes poches. Mes graines de ronces enchantées, mes cisailles et quelques pièces de monnaie.

« Ce sont les miens ! » m'exclame-je.

« Ah, mais le syndicat Orzhov considère la possession de quatre-vingt-dix-neuf centièmes de la loi. Et maintenant je les possède. » Il tend le bâton et mes affaires à son cornet, ouvre ensuite son livre relié en cuir et passe en revue des dizaines de contrats signés jusqu'à ce qu'il arrive à une page blanche. Il tape du doigt sur le parchemin immaculé et les mots saignent, dictant les termes de ma servitude sous contrat et une place pour ma signature et la date. « Signez-le ou devenez la nourriture de la guivre. »

La nourriture de guivre semble être le choix le plus facile, mais je signe un faux nom et j'espère que tout ira pour le mieux, sachant que les autres ont entendu la sirène, les avertissant du danger. Je sais qu'Ambrellin est en colère contre moi, mais notre amitié a des racines profondes et elle ne reculerait devant rien pour trouver un moyen de nous libérer.

Une fois que Savaryn a également signé, le pontife nous tend chacun un seau et nous commande de nous mettre au travail.



Les esprits semblent oublier que les êtres vivants ont besoin de pauses et ils accumulent des seaux de gravier plus rapidement que nous ne pouvons les transporter. J'en porte un dans chaque bras alors que je marche dans un petit couloir qui s'ouvre dans une autre chambre de catacombes, celle-ci rangée avec des os bien organisés et des crânes avec des pièces de monnaie incrustées dans les yeux, pratiques funéraires d'une époque encore plus ancienne. Des statues bordent également la salle circulaire, des humains, des srânes, même un vampire aux crocs découverts. Au centre de la salle se trouve la pierre concassée, un trou inquiétant qui mène plus loin dans les histoires oubliées de Ravnica. J'ose jeter un coup d'œil dans les ténèbres, me demandant à quelle profondeur il va et si la chute me tuerait ou si je resterais avec des fractures et des regrets.

« Vous ne devriez pas vous attarder », dit l'esprit qui est derrière moi. Elle jette le contenu de son seau dans le trou – de la salive de guivre, sombre et écarlate avec de la mousse jaune. Un signe certain d'une guivre en détresse.

« Désolé, » dis-je, me reculant devant elle. « Alors, que fait cette machine, de toute façon ? »

Elle regarde autour d'elle, puis parle avec une voix si douce et irritée qu'elle me donne la chair de poule. « Il transforme des pièces de cuivre en or, une invention d'Izzet volée par l'arrière-grand-père du Maître il y a douze générations. Il s'en est servi pour accumuler une grande richesse qui l'a propulsé dans une position avec l'élite, le sale petit secret de la famille. »





« Mais il manque un morceau », dis-je, et le regrette immédiatement. Mais au lieu que l'esprit soit suspicieux à propos de la façon dont je le sais, elle semble en proie à la culpabilité. D'une certaine manière, malgré son apparence, elle parvient à pâlir. « Vous savez où il se trouve, n'est-ce pas ? » lui demandé-je.

Elle secoue la tête rapidement, mais je remarque alors... la ressemblance est là. Le même visage de souris et la corpulence légère, des cheveux gris foncé qui étaient probablement noirs dans la vie. « Vous êtes la mère de Bazda ? »

« S'il vous plaît, nous nous sommes déjà attardés trop longtemps ! » Elle court devant moi et je cours après elle.

« Tu lui manques. Elle est ici, dans la chambre juste au-dessus. Fuyons dehors si le pontife ne regarde pas. »

« Nous ne pouvons pas. Nous sommes liés par contrat. La hiéromancie nous ramènerait ici si nous osions nous enfuir. »

« Kadin ! Zavora ! Vous êtes en retard ! » dit le pontife à notre retour. Il passe son bâton à son accompagnateur chargé de mission, puis ouvre son livre. « Un jour ajouté à vos dettes. » Zavora fait une petite égratignure sur une longue rangée de marques. Le pontife retourne ensuite à ma page. Je ressens la tension de la hiéromancie, forçant ma main à faire la marque.

« Il y en aura beaucoup d'autres à venir ! » rit le pontife.

Je me crispe et le contrat devient subitement pesant. Je lui serai redevable à jamais, et pas même la mort, surtout pas la mort, ne me libérera, à moins que je ne fasse un geste immédiat. J'attrape le livre, puis cours vers Savaryn, qui porte trois seaux pleins dans chaque main. Il les laisse tomber alors que je lui lance le livre. « Déchire-le ! » dis-je. « Déchire tout et nous serons tous libres. »

Savaryn obéit, et ses grosses mains cassent la reliure du livre pendant que je tiens le pontife en arrière. Les pages se déchirent et le livre n'est plus guère que lambeaux. Je pense que je peux déjà sentir les liens du contrat s'affaiblir.

« Qui es-tu, de toute façon 'Kadin' ? » me dit le pontife en regardant dans les yeux, comme s'il me reconnaissait peut-être. « Et que faisiez-vous ici ? »

« Personne et rien », dis-je.

"Hmm. On verra bien." Il attrape le personnel de son gardien, puis gratte la pointe d'ambre le long du sol de pierre tout en dessinant un cercle autour de mes pieds. Soudain, je me tiens droit comme une planche et ai l'impression que ma langue est transformée en une arme. « Je vais demander à nouveau. Qui êtes-vous et que faites-vous ici ? »

« Je m'appelle Terrik et mes amis sont venus ici à la recherche d'un trésor pour lier notre relation après que j'ai tout gâché en dirigeant une guivre sous cette basilique et en le faisant s'effondrer ! » Je n'avais pas l'intention de dire quoi que ce soit, mais il m'a mis sous l'influence d'un sortilège de vérité, puissant, et mes propres mots me trahissent. Mais il y a une chose à laquelle je m'accroche de toutes mes forces, notre seul moyen de pression, c'est que Bazda possède la pièce manquante de la machine. Je médite, entourant cette pensée d'une armure mentale.

« Ton visage m'était bien familier », dit le pontife. « Tu peux soulager ta conscience, Terrik. Toi et ta monture étiez juste au mauvais endroit au mauvais moment. Il semble que je sois un peu trop ambitieux en creusant ici et en détruisant des structures de soutien que je n'aurais pas dû. Mais c'est bon de savoir que vous avez plus d'amis autour. Je vais utiliser chaque paire de mains que je peux obtenir. »

Le pontife envoie un groupe d'esprits chercher mes amis, puis agite son bâton en l'air, laissant derrière lui une traînée de fumée grise. La fumée s'enfonce dans le sol, recouvrant les restes de parchemin et se déchirant dans un brouillard extrêmement sombre. Puis le pontife descend dans la brume et tire un livre parfaitement relié, pages intactes.

Il me regarde et sourit. « Oh, tu vas avoir une dette envers ma famille pendant des générations. »



Mon estomac se noue lorsque les esprits reviennent, poussant Ambrellin, Kellim et Bazda en avant. Leurs yeux s'écarquillent quand ils voient les guirlandes et la machine. Bazda se détache de l'esprit et se blottit contre moi avec une étreinte serrée.

« C'est bon », lui dis-je. « Nous allons trouver un moyen de sortir de ça. »

« Viens ici », dit le pontife en me l'arrachant. « Voyons ce que nous avons. » Il fait d'abord signe à Ambrellin par son bâton, mais elle ne garde rien que le pontife puisse lui trouver, ses seuls ornements sont les branches qui enroulent ses bras et un collier fait de feuilles automnales. Il prend le poignard de Kellim, puis se tourne vers Bazda. Je ferme mes yeux. Il va trouver son artefact, et sa machine sera complète, et notre utilité ici sera terminée, et il ne nous laisse pas partir, sachant ce que nous savons.

« Signez ou devenez un aliment de guivre », dit le pontife à mes amis.

J'ouvre les yeux et il passe son bâton à la tête, qui ne tient que le poignard et les épingles à cheveux de Bazda. Où ont-ils caché l'artefact ? Bazda hoche la tête, puis je baisse les yeux, remarquant une bosse sous mon armure qui n'était pas là il y a un instant. Je ressens discrètement sur ses bords la forme d'un croissant avec un trou au milieu. Ses mains voleuses rapides l'avaient planté sur moi sans même que je m'en rende compte.

« Maître ! » crie l'un des esprits. "Cette guivre a cessé de bouger. »

Le pontife attrape son bâton et se dirige vers la guivre, le corps affaissé contre le sol en pierre froide. Il enfonce l'extrémité la plus pointue dans la chair de la guivre, et l'ambre solaire s'allume, délivrant une secousse de douleur magique à l'animal.Elle frémit un instant, une toile noire rayonnant sur la peau. Il envoie à nouveau un choc dans la guivre, mais cette fois, il n'y a pas de réponse.

« Que regardez-vous tous autour de vous ? » le pontife crie. « Nous avons encore deux guivres. Trouvez cette pièce manquante d'ici la fin de la journée, ou j'ajoute une autre année à la dette de tout le monde ! »

Dès que le pontife est parti, je cours vers la guivre. Je posai mes mains sur le pouls derrière sa mâchoire, sentant le moindre battement. L'œil se tourne vers moi et je suis frappé par le regard de reconnaissance qu'il me donne, une larme épaisse et sombre coulant sur son visage. C'est l'une des miennes, je le sais. Les autres pourraient l'être aussi. Mais cela n'a aucune importance, car le pontife va payer cher pour cela.

« Ne t'attarde pas », dit à nouveau la mère de Bazda. Elle a son seau rempli de salive de guivre. J'en ramasse deux remplis de gravier et marche rapidement devant elle jusqu'à la chambre des catacombes, assez loin des oreilles indiscrètes.

« Madame. Je pourrais vraiment utiliser votre aide », plaide-je. « J'ai un plan pour me libérer et vous et tous les autres du contrat du pontife. Tout ce que je vous demande, c'est de faire ces deux choses simples... »



La mère de Bazda se tient devant le trou au centre de la chambre, regardant dans ses profondeurs. Le pontife se tient à côté d'elle et baisse les yeux.

« Il a juste sauté », dit-elle. « Je suppose que le travail était trop dur pour lui. Vous savez comment sont les elfes. »

« Pitié », dit le pontife. « Au moins, j'ai toujours le loxodon. Sans aucun doute le meilleur ouvrier des deux. » Comme il le fait toujours avant d'ouvrir son carnet de contrat, il passe son bâton à la masse, puis retourne à la page que j'ai signée. Le pontife lève les mains et, au moment où il lance le sort, je suis assez près pour voir où sa date d'expiration est absorbée dans le papier, et pourtant le pontife ne me remarque pas.

La première chose que j'avais demandée à la mère de Bazda était d'aller chercher le pontife et de lui dire que j'avais sauté. Il n'y avait pas d'autre entrée ou sortie dans la pièce, donc il était évident que je devais suivre cette voie.

La deuxième chose que j'avais demandée était d'emprunter son seau de salive de guivre. Je l'avais frotté sur tout mon corps. L'expérience, je ne peux pas dire que c'était positif, mais cela m'a donné un bon revêtement collant pour gravier. Après deux applications, je ressemblais autant à une statue de pierre qu'à toutes les autres qui tapissaient les murs. J'ai pris une pose, puis j'ai attendu.





Et maintenant, c'est ma chance de frapper. Je me dirige vers le pontife à toute vitesse, puis balaie le cahier de contrat avec une main. Je l'attrape par surprise et il s'envole. Je le saisis et l'envoie vers le trou. Il est déconcertant, mais j'ai passé toute ma vie sur le dos de bêtes mille fois plus grosses et, avec deux virages serrés, je le jette dans le trou. Quatre secondes s'écoulent avant que j'entende un impact de chair et que des os se cassent. Je grimace, puis je cours pour le livre, déchirant contrat après contrat. Je regarde en arrière le srâne qui est toujours là, tenant le bâton.

« Allez, » je dis. « Aidez-moi avec ça, et nous pourrons tous partir gratuitement. Vous y compris ! Il ne pourra pas remettre le livre ensemble sans son bâton. »

Le srâne tourne lentement pour me faire face. Du trou, nous entendons le pontife gémir. Il y a un éclair sur le visage du srâne, et avant que je puisse le supplier d'arrêter, il a sauté après le pontife. Quelques instants plus tard, j'entends la déchirure des muscles et des ligaments. La lumière ambrée scintille profondément lorsque le pontife utilise sa magie de chair.

« Changement de plans », dis-je à la mère de Bazda, puis je cours vers les autres. Je tire l'artefact de sous mon armure et le donne à Ambrellin. « Penses-tu que tu peux faire fonctionner cette machine ? » demande-je.

« Je pense que oui », dit-elle. « La magie est forte, mais la mécanique est simple. J'aurai juste besoin de quelqu'un pour pousser. »

« Je peux le faire », dit Savaryn en pliant les muscles. Dix minutes plus tard, la pièce est en place, Kellim et Bazda déposent des pièces de cuivre dans la mangeoire, Savaryn pousse le levier tout autour, et comme la pierre du haut se frotte contre la pierre du bas, des étincelles violettes volent et les poils sur mes bras se hérisser. Je vérifie sans cesse par-dessus mon épaule, à la recherche du pontife, mais le couloir reste silencieux. La première pièce en or jaillit de la goulotte et je la prends dans mes mains. Je le mords. On dirait une vraie. Une douzaine de plus, puis cinquante. Les esprits les comptent dans des seaux de cinq cents zinos chacun.

Je demande à chacun d'eux combien il leur reste de dettes et leur partage l'argent, prêt à acheter leur liberté. Tout s'arrête lorsque nous entendons un clic, clic, clic venant vers nous. Quelques instants plus tard, le pontife émerge dans la pièce, un bras suspendu plus bas que l'autre et la mâchoire trop avancée. Une chair bleu-grise jaillit de sous sa robe à chaque pas, et il me faut un moment pour comprendre qu'il a fusionné le srâne avec sa jambe, sa tête maintenant où était le pied du pontife, la plaque frontale dorée du corset frappant la tuile de pierre avec chaque étape.

« C'est fini », lui dis-je en posant un seau de zinos sous ses pieds. « Je paye toutes nos dettes. Nous ne sommes plus liés par vos contrats. » Et avec mes mots, je sens que la loi magique desserre son emprise.

« Non ! » dit-il, son cri comme un gargarisme dans sa gorge. « La machine est à moi. Ces pièces m'appartiennent! Vous n'avez aucune réclamation ! »

« Mais nous le faisons. Vous l'avez dit vous-même. La possession, c'est quatre-vingt-dix-neuf centièmes de la loi. » Je souris
.
Bazda lui fait signe, assise au sommet du moulin à pièces.

« Je gagnerai plus d'argent », déclare le pontife. « De l'argent pour alimenter le syndicat. De l'argent pour financer des guerres. Toutes les autres guildes tomberont, à commencer par Selesnya. »

« Nous partons, maintenant", dis-je en penchant ma tête. « C'était agréable de faire affaire avec vous. »

Et avec cela, les esprits s'étirent, leurs corps éthérés deviennent soudainement plus légers, et ils disparaissent à travers le rocher. Mes amis et moi remontons les escaliers, en direction de la chambre et des escaliers à moitié terminés.

Je siffle, appelant les guivres ci-dessous, espérant qu'elles se souviennent de leur entraînement. Elles apparaissent quelques instants plus tard. Je retire mon armure et la remets à Bazda. « Tiens, mets-les. Il est sur le point de devenir un peu chaud. »

Ambrellin me regarde. « Vous vous attendez à ce que nous fassions un tour d'ici ? Sans protection? Nous allons fondre ! »

« Ce n'est pas loin de la surface. Cinq, dix secondes, max. »

« Cinq secondes de lave en fusion dans nos visages. »

« Ou, dix, » je lui rappelle. « Seul, nous ne pourrions pas le faire, mais si nous travaillons ensemble. Rester près de nous, lancer des sorts de soins et les tisser ensemble pour obtenir quelque chose de plus grand que la somme de ses parties, je pense que nous le ferons. »

« Je crois en Terrik », dit Savaryn. « Je pense que c'est un bon plan. »

« Je suis d'accord », dit Kellim.

« Moi aussi ! » Bazda dit, mon armure semblant l'avaler.

« C'est un bon plan », reconnaît Ambrellin.

Nous grimpons tous sur la guivre et tenons bon. Je la caresse et lui parle doucement en espérant que les mauvais traitements qu'elle a subis n'aient pas annulé tout son entraînement. J'ai encore quelques miettes de viande dans ma poche. J'en jette une dans sa bouche. « Allez, ma fille, faisons ça. »

Je me penche en avant, prenant mon temps comme si j'entraînais un bébé, même si le temps est la seule chose qui nous manque. Elle avance, gagne un peu d'assurance et la confiance commence à s'établir. Elle se fraye un chemin jusqu'à la catacombe où nous étions entrés et, au moment où nous avons atteint l'autre extrémité de la chambre, elle avance à toute vitesse. « C'est le moment. Commencez vos sorts, » dis-je et me retirai en demandant à la guivre de sauter vers le plafond. Des sorts de guérison nous entourent tous les cinq, les autres méditant de toutes leurs forces alors que je conduis. La chaleur frappe mon visage, me brûle, mais je tiens bon et, finalement, le rideau de morceaux de lave en fusion et le froid de la nuit apaisent nos blessures. Jamais dans ma vie je n'aurais pensé être aussi heureux de respirer l'air noir de suie du Syndicat Orzhov.





Deux des esprits sont assis là et nous attendent. Cela prend un long moment à Bazda, mais elle l'assemble finalement. « Maman, papa ? » leur demande-t-elle. La forte petite fille que je croyais incapable de douceur fondait en larmes. Il restait un peu d'argent une fois que toutes les dettes avaient été payées. Je le remets à Bazda.

« Voici quelque chose pour vous pour redémarrer votre vie ensemble », dis-je.

« Merci », dit Bazda. « Mais cet homme. Ne continuera-t-il pas à utiliser la machine? Ne fera-t-il pas la guerre ? »

« Pas de sitôt », dit Ambrellin. Elle rend son artefact à Bazda.

« Je t'avais dit que tu le récupérerais », dis-je. « Je tiens toujours une promesse. »

Nous nous séparons de la famille de Bazda et nous nous traînons tous les quatre jusqu'à la coopérative d'Ambrellin, mais quand nous entendons crier venant de l'appartement de ses voisins en bas, nous hâtons nos pas. Nous entrons dans leur maison pour trouver ma petite fille guivre blottie dans son lit, baillant jusqu'au matelas. On dirait qu'elle a retrouvé son chemin à la maison. Nous commençons tous à rire. Enfin, sauf les voisins.

« Cela fait du bien », dis-je, « nous tous ensemble comme ça. » Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, si je pourrai effacer mon nom et retrouver mon travail, ou si Savaryn et Kellim décideront quand même de partir. Je sais que le futur est plein de possibilités et que notre lien est quelque chose qui ne sera jamais rompu.

Court résumé


(à ne pas lire si vous comptez vous délecter de l'histoire)
Spoiler: Montrer
Terrik est un elfe meneur de guivres selesnyan ayant causé par erreur la mort d'une vingtaine d'innocents par l'effondrement d'une basilique d'Orzhov, celle de l'Opportun. Il a donc naturellement été coupé de tout contact avec ces bêtes et est logé chez son amie Ambrellin, une dryade.

Rongé par le remords, il donne régulièrement le peu d'économies dont il dispose à l'orphelinat bâti sur ses ruines mais tente de passer incognito. Un jour, un sale gosse le reconnaît et l'insulte, et il est défendu par Bazda, une petite fille de douze ans dont les parents sont morts dans l'incident, réduits à l'état d'esprits esclaves d'un pontife.

Son dernier souvenir de ses parents est un artefact semblant très ancien, et Ambrellin étant versée dans ces sciences, il propose de le faire expertiser. Elle accepte, et il repart. Toutefois, il se sent suivi, et s'inquiète de savoir s'il s'agit de la personne qui l'avait abordé afin de lui extorquer une maigre somme d'argent.

Heureusement, ce n'est en fait que Bazda qui l'a suivi jusque chez lui pour s'assurer qu'il prenait bien soin de sa possession. Il ne peut se résoudre à la renvoyer seule à l'orphelinat, et lui propose donc de dormir chez lui. Ambrellin est surprise, mais ravie d'avoir une invitée et observe d'emblée l'objet chargé de mana.

Cela semble être un objet très ancien ayant appartenu à Izzet, inestimable, mais surtout pièce d'un grand tout. Leurs amis, un loxodon appelé Savaryn et un humain du nom de Kellim, viennent leur annoncer qu'ils vont déménager assez loin. La larme à l'oeil, Terrik désirerait qu'ils partagent une ultime aventure avant de se quitter.

Il a déjà une idée : explorer les catacombes de la basilique afin de trouver la machine izzet. Ils y vont à dos de la guivre qui n'était en fait rien d'autre que son lit, et se retrouvent au milieu d'un lieu aussi inquiétant que grandiose. Mais Ambrellin déclenche accidentellement l'effondrement du plancher, et ils se retrouvent bloqués quelques pieds plus bas.

Une dispute éclate alors, et Terrik est motivé pour réparer son erreur. Il explore le lieu gardé par des gargouilles immobiles, et tombe sur la machine... et un pontife d'Orzhov aux nombreux esclaves. Par la hiéromancie, il le dépouille de ses possessions et armes et l'assujettis, avant de faire de même pour son ami loxodon qui l'avait suivi.

Par un sort de vérité, il force Terrik à lui avouer qu'il a d'autres amis, lesquels sont eux aussi asservis. Alors qu'il est loin du pontife en train de travailler, il se rend compte que l'un des esprits esclaves est en fait la mère de Bozda, et tente d'établir un contact. En outre, le pontife cherche la partie manquante, qui l'empêche de transformer ses pièces de cuivre en or, laquelle est dans une poche de Terrik.

Un stratagème est établi : la mère de Bozda fait croire à leur maître que l'elfe s'est suicidé en le menant près de la fosse ; il s'est en fait recouvert de bave de guivre puis de gravier afin de ressembler à l'une des nombreuses statues, et envoie le pontife dans le trou avant de déchirer un à un les contrats.

Toutefois, le srâne à sa solde saute refuse sa liberté et saute dans le trou avec son maître. Ils accourent vers la machine, insèrent la pièce manquante et produisent un maximum d'or afin de rembourser leur dette et d'être définitivement libres. Lorsqu'il arrive, la dette est payée : il enrage, promet la guerre financée par la machine...

Mais ils parviennent à partir, et ont surtout repris la pièce manquante. Tout est bien qui finit bien. Leur amitié comme la famille de Bozda est restaurée, tous sont libérés de l'asservissement.


Conclusion



Au cours de ces cinq épisodes, il n'a été aucunement fait mention de la Grande Histoire, et il est énervant de savoir qu'après tout ce temps, nous ne sommes pas plus avancés. Pour quiconque aime le flavor, ces histoires étaient du pain béni ; toutefois, vous aimeriez peut-être savoir ce qui se passe sur Ravnica comme grand événement.

Vous n'êtes pas sans savoir que Vraska a pris le trône de Golgari et que Ral a pris plus d'ampleur que jamais en remplaçant aux yeux des izzet, sans que ce soit officiel, Niv-Mizzet qui lui a délégué trop de droits, de tâches et s'est effacé. Tous deux sont, pour l'instant en tout cas, à la solde de Bolas.

Les plus grands défenseurs de Ravnica apparus dans Les Guildes de Ravnica est, et cela pourrait en étonner certains, la Maison Dimir qui, sentant que quelque chose se trame, préfère prendre beaucoup de précautions quant aux actions individuelles (cf Sinistre sabotage).

Le reste n'est pas sûr, mais ce sont les suppositions qui font consensus auprès des théoriciens vorthos. Ispéria, sentant elle aussi un danger arriver, convoque les chefs de chaque autre guilde dans un Sommet de la guilde. Cependant, au cours de celui-ci, elle serait tuée par Vraska, en faisant un vulgaire Trophée de l'assassin.

Dans l'autre guilde d'allégeance bolasienne, on constate que Ral a mis à bien le Projet Luciole, qui consistait en la détection de l'arrivée de Planeswalkers, ce qui se traduit par une Tempête de mille ans. Sentant le vent tourner, Niv-Mizzet effectuerait une recherche du Cérébropyre dans le but de se cloner au cas où...

Et tout cela, dans une ambiance de dissension au sein de toutes les guildes au vu de ce que disent les portes de chacune d'elles... Si seulement on avait eu ces histoires ! Mais n'hésitez pas à partager votre avis sur ce qui pourrait se passer ou demander des précisions, tout cela en commentaires !

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges

arlocken
Le 28/11/2018

Merci encore pour ton travail sur ces storylines !

tu as raison nous aurions aimé la "grande histoire" avec nos arpenteurs préférés et les chefs de guildes présent dans les flavor texts :(

Note : 10/10

Appréciation

Note :  

Contenus relatifs

Réanimator

 Decks

Erreur SOAP 1 : 1

Sondage