La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 1 - Forteresse - Magic the Gathering

La Guerre Fratricide - Histoire secondaire : Episode 1 - Forteresse



Articles

Drark Onogard, le , 268 consultations

Il y a des moments où le destin appelle un peuple et exige une action. Le moment est venu. Nous sommes ce peuple. Voici notre action. — Eladamri, seigneur des feuilles

  La storyline de Magic / La guerre fratricide

Chapitre 1 : Forteresse



Il y a des moments où le destin appelle un peuple et exige une action. Le moment est venu. Nous sommes ce peuple. Voici notre action.
— Eladamri, seigneur des feuilles


Téfeiri n'aurait jamais pensé qu'il marcherait à nouveau dans les couloirs érigés par Urza, sans parler de ceux que son ancien mentor avait parcourus en tant qu'homme mortel. Quatre mille ans, c'était une longue période pour qu'un édifice reste debout, sans parler d'un édifice si essentiel dans une guerre à détruire des continents. Mais Téfeiri était tout de même là, grimpant les marches en spirale de la tour où, des millénaires auparavant, Urza avait conçu des constructions mécaniques pour mener une lutte acharnée contre son frère, Mishra.

La tour elle-même était en parfait état, bien que désolée. La pierre et le métal avaient été méticuleusement assemblés sans joints ni fissures, comme si la tour avait été voulue plutôt qu'assemblée par des mains. La légende voulait qu'Urza ait construit cette tour pour qu'elle soit son atelier personnel loin des horreurs de la Guerre Fratricide, et cela se voyait dans le soin qu'il avait apporté à ses accents dorés, son ornement, ses armatures d'assemblage – le genre de soin qu'il n'avait jamais pu prendre pour ses proches.

Le mystère de la tour était de savoir comment elle avait échappé au saccage à travers les siècles. Il n'y avait eu aucun signe de pillards y établissant des camps, aucune preuve de sorciers opportunistes y installant leurs laboratoires. Structurellement, cela aurait été parfait pour l'un ou l'autre. Téfeiri aurait pu être convaincu que c'était l'emplacement bien caché de la tour dans une vallée enveloppée de brume qui assurait la survie de la tour. Mais il savait plus. C'était une chance stupide – la même chance sur laquelle toutes les machinations d'Urza semblaient compter (et réussissaient). Chance imprudente. Chance dangereuse. Le genre de chance qui ne promettait que les extrêmes du succès ou de l'échec, avec la douleur attachée à chacun.

Téfeiri atteignit le haut de l'escalier, où il s'arrêta pour reprendre son souffle et s'agripper à la taille, les blessures qu'il avait reçues à la Nouvelle Argive toujours douloureuses. Oui, il aurait pu utiliser sa magie pour léviter, mais Subira lui avait toujours conseillé la sérénité qui accompagnait la méditation d'un pas... après l'autre... après l'autre. Comme il aurait souhaité que Subira fût là pour trancher le nœud de préoccupations étroitement noué dans sa gorge.

Sors de ta tête, lui disait-elle toujours. Regardez avec tes yeux.

Rentrant dans ses quartiers, Téfeiri remarqua les nouvelles fournitures, si clairsemées, d'une table, une chaise, et d'un lit de camp qui avaient été ajoutées dans la semaine depuis qu'il était parti traverser le Multivers. Puis il monta sur le rempart environné de brume, bien au-dessus de la vallée isolée. Prenant une inspiration dans l'air froid d'Argive, il regarda par-dessus le rebord et imagina des phalanges de guerriers métalliques alignés sous ce rempart précis, leurs pieds tonnant contre le sol.

Téfeiri se détourna du rempart pour voir une construction trapue, pareille à une chenille en laiton debout qui se dandinait à travers la porte, tenant dans un équilibre préciare une tasse remplie d'un liquide qui fumait d'une couleur verte, ainsi qu'une petite assiette de biscuits au thé. Téfeiri ne pouvait que regarder avec confusion pendant que la pauvre chose traversait la pièce. Il supposait que la construction était l'œuvre de Saheeli, mais il n'était pas sûr de savoir comment réagir.

« Cela ne peut pas être pour moi, dit-il, espérant qu'elle l'ait compris. Je viens d'arriver.
– C'est ma faute. » Debout dans l'embrasure de la porte se tenait Jodah, aussi beau et dynamique que jamais. Peu importe à quel point l'occasion était misérable, il réussissait toujours à ressembler à l'archimage le plus révéré de Dominaria. Ses robes étaient impeccables et son sourire brillait avec autant d'éclat que la Lune stérile par une nuit claire. « J'ai lancé une alarme anti-intrusion sur la tour, donc j'ai su que tu étais de retour. J'espère que ça ne te dérange pas que je prenne des libertés avec ton petit-déjeuner.
– Non. C'est très gentil, » dit Téfeiri en mordant dans l'un des biscuits au thé. Hmm. Quelle était cette saveur étrange ? Pas sucré, mais salé, avec une saveur étrange et qui crissait comme un grain de sable entre les dents. « Qu'est-ce que c'est ?
– C'est le biscuit traditionnel du peuple kjeldorien, répondit Jodah. J'ai donné ma recette à Saheeli, et elle a concocté une de ses constructions pour les faire cuire. Elle est assez brillante. » Il plissa les yeux. « Pourquoi demandez-vous ?
– C'est censé avoir ce goût ? »
Jodah prit un biscuit et l'examina. « J'en ai mangé des milliers, donc je ne vois pas ce qui pourrait être mal. » Puis il a pris une bouchée. « Euh. Tu as raison. C'est un peu décalé. Peut-être que la farine de gardon a périmé.
– Farine de gardon, répéta Téfeiri en lançant un regard noir à Jodah.
– Mmm-hmm, » dit Jodah, mettant le reste du biscuit dans sa bouche.
Téfeiri laissa tomber délicatement la sienne sur l'assiette. « Comment ça se passe ici ?
– Aussi bien qu'on peut s'y attendre. Tu devras demander à Saheeli comment elle s'en sort sur son projet, mais je peux te dire que nous avons notre vie privée. Pour l'instant, du moins. »

Ça faisait du bien à entendre. Quelques semaines s'étaient écoulées depuis l'attaque de la Plateforme de Mana, laissant Téfeiri avec peu d'alliés et moins de ressources. Karn avait été pris par les Phyrexians, le Sylex détruit et Ajani s'était révélé être un agent dormant. Pour contrecarrer d'autres regards indiscrets, Jodah insistait pour trouver une nouvelle base, un sentiment avec lequel Téfeiri était d'accord. Ce avec quoi il n'était pas nécessairement d'accord, c'était de déménager dans la Tour d'Urza. Mais ce qui est fait est fait.

« J'ai amené Wrenn, dit Téfeiri. Est-ce que tu l'as vue ?
– Oui. Nous nous sommes rencontrés en venant ici. Pas exactement du genre le plus amical.
– Laisse-la s'échauffer. Tu trouveras sa sagesse sans pareille.
– En parlant de pairs, deux autres Planeswalkers sont arrivés peu de temps après toi. »

Téfeiri haussa un sourcil. Au cours du dernier mois, il avait poursuivi fiévreusement des alliés dans tout le Multivers, mais la plupart des contacts Planeswalker de longue date qu'il avait réussi à trouver se moquaient de ses supplications. Téfeiri avait eu plus de chance avec les plus jeunes Planeswalkers qui avaient combattu à ses côtés contre Nicol Bolas : Saheeli Rai était la recrue la plus vitale en raison de son talent avec les artefacts. Kaya jouait un rôle déterminant par son esprit stratégique aiguisé et son réseau d'informateurs sur des plans lointains. Et Wrenn, il l'avait recherchée pour sa capacité à voir à travers ses propres sentiments aveugles. Il ne s'était pas attendu à ce que quelqu'un vienne le chercher.

« Kaya semblait les connaître, dit Jodah en haussant les épaules. Cela et le fait que cet endroit n'a pas encore explosé signifie qu'ils sont probablement amicaux.
– Je suppose que nous devrions voir ce qu'ils veulent. » Téfeiri prit une gorgée de thé. Les notes de citron et de miel tempéraient son anxiété, lui permettant d'aborder quelque chose qu'il redoutait depuis qu'ils avaient quitté Shiv. « Avant de partir, je voulais te demander un service.
– Ça a l'air inquiétant.
– Une fois que la machine à remonter le temps de Saheeli sera prête, je serai indisposé, expliqua Téfeiri, j'aurai besoin – nous aurons tous besoin – de quelqu'un pour diriger et prendre les bonnes décisions. » Il posa une main sur l'épaule de Jodah. « J'aimerais que tu envisages d'être cette personne.
– Que j'envisage ? demanda Jodah avec un sourire. Tu ne vas pas simplement m'ordonner de le faire ? »
Téfeiri secoua la tête. « J'ai appris qu'il valait mieux demander.
– Ça ne t'a pris que soixante ans. » Jodah posa sa main sur celle de Téfeiri. « J'essaierai de ne pas brûler l'endroit. »



« Où est Ajani ? »

L'expression sur le visage d'Elspeth Tirel lorsque Téfeiri répondit était celle qu'il avait déjà vue. C'était à l'Académie tolariane, lors d'une visite à Barrin, son ancien directeur – pas tant une visite qu'un acte de contrition. Téfeiri se souvenait du vénérable mage se levant de son bureau, le visage enfoncé, la mâchoire tremblante, la tempête à l'intérieur ne s'arrêtant que par convenance. Le nom qui les séparait était Rayne, la femme décédée de Barrin, tuée dans une guerre menée par Téfeiri, une guerre dont il portait la responsabilité.

Le nom était différent ce jour-là – celui d'Ajani au lieu de celui de Rayne. Mais exactement le même regard que Barrin avait lancé... Il coupa Téfeiri comme un vieux poignard rouillé dans la poigne calleuse d'Elspeth.

« Je suis désolé, » répéta Téfeiri, mais les mots semblaient creux. « J'aimerais que les choses soient différentes... »

Avant qu'il ne puisse ajouter quoi que ce soit, Elspeth leva la main pour l'arrêter. Elle croisa les bras et s'avança dans le coin le plus éloigné de la pièce, dos à tout le monde. Téfeiri commença à la suivre, mais Jodah saisit son bras pour le maintenir en place.

« Laisse-la », dit-il, puis à Kaya : « Vas-y. »

Tous ceux qui s'étaient rassemblés dans le quartier général improvisé par Kaya, à l'exception d'Elspeth, se blottissaient autour d'une sphère rougeoyante de lumière fantomatique qui planait au-dessus d'un bassin au centre de la pièce. En tête de la foule se trouvait l'autre Planeswalker fraîchement arrivé, Vivien Reid, que Téfeiri avait rencontrée sur Ravnica lors de leur combat contre Nicol Bolas.







« La Nouvelle Coalition continue de rassembler des défenses contre de nouvelles attaques contre Dominaria, expliqua Kaya. Mais les Phyrexians sont implacables, comme nous l'avons découvert à Shiv. »

Téfeiri pouvait à peine prêter attention. Son regard s'égarait encore et encore vers Elspeth, seule dans un coin. Karn lui avait raconté des histoires sur son courage quand elle l'avait sauvé des Phyrexians. Et puis il y avait eu Ajani qui l'avait pris à part pour lui dire avec enthousiasme comment il avait retrouvé Elspeth vivante, malgré sa disparition apparente sur Theros. Le champion dont nous avons besoin, avait dit Ajani. Un de ceux en qui on peut avoir confiance.

Ajani était-il alors toujours lui-même ? Pouvait-on faire confiance à Elspeth ?

« Kaldheim et Ixalan sont mobilisés, » déclara Kaya, marchant autour de la sphère pour mettre en évidence les points et emplacements clés du plan des Sentinelles. « Jace est sur Ravnica pour obtenir le soutien des guildes, Chandra est allée sur Zendikar pour contacter Nissa. Lorsque nous aurons terminé nos tâches ici, Saheeli a l'intention de diriger la défense de Kaladesh. » Kaya s'arrêta à un dernier point de la sphère. « Ensuite, nous avons le camp mirran sur la Nouvelle Phyrexia même, dirigé par Koth. »
Elspeth se retourna, les yeux illuminés. « Koth est vivant. Comment le savez-vous ?
– Jace, dit Kaya. Je ne connais pas sa source, mais il m'a dit que Koth et les Mirrans planifiaient un assaut sur le noyau phyrexian. Nous prévoyons de les rejoindre une fois que nous serons prêts. Ensuite, ensemble, nous éliminerons les chefs phyrexians et passerons la serpillière sur ce qu'il reste. Sans tête, le corps tombera.
– C'est une condamnation à mort, déplora Elspeth. Koth le sait mieux que quiconque. »
Téfeiri a commencé à expliquer. « Si tu veux bien écouter notre plan...
– Non. Tu vas m'écouter. Koth et moi avons essayé une fois de faire exactement ce que tu proposes, et ça s'est soldé par un échec. » Ses yeux passèrent d'une personne à l'autre avant de finalement se poser sur Téfeiri. Ce regard. « Aucun d'entre vous n'était là. » Sur ce, elle sortit en trombe de la pièce.

Le calme qui suivit était troublant. Téfeiri savait que peu importe la stratégie qu'ils utiliseraient, les chances ne favoriseraient aucune force extérieure essayant de pénétrer les défenses de la Nouvelle Phyrexia. Tout le monde dans la salle comprenait cela aussi. Mais l'entendre dire à haute voix d'une manière aussi directe qu'Elspeth l'avait fait cristallisait à quel point les enjeux étaient vraiment graves.

« Laisse-moi lui parler, » dit Jodah, une main sur le dos de Téfeiri. Les responsabilités du commandement, hein ? » Il sortit pour retrouver Elspeth.
Vivien tendit la main à Téfeiri, le saluant avec la poigne d'une chasseuse aguerrie. « C'est bon de te revoir Téfeiri, bien que dans des circonstances tout aussi malheureuses que la dernière fois.
– Elspeth et toi êtes les bienvenues pour rester et vous reposer si vous en avez besoin. »
Vivien secoua la tête. « Je vais à Ravnica pour m'assurer que Jace est au courant de la situation. Ensuite, je me dirigerai vers Ikoria. J'ai l'espoir de pouvoir organiser une défense significative là-bas. Tout ce que les colonies font, c'est se quereller, alors je va s'assurer qu'ils restent en ligne.
– Et Elspeth ?
– Avec cette nouvelle à propos d'Ajani, déclara Vivien, je pense que cela lui ferait du bien d'être avec ses amis.
– Si elle nous considère comme des amis.
– Elle a traversé beaucoup de choses. Donne-lui du temps. »

Du temps. Un luxe dont Téfeiri savait qu'ils n'avaient que très peu.

« En ce qui concerne la tâche à accomplir, c'est ce pourquoi nous sommes ici, déclara-t-elle. J'ai des renseignements d'un Phyrexian – Urabrask, le praetor du Fourneau silencieux. Les informations de Kaya semblent correspondre à ce qu'on nous a données, mais elles sont incomplètes. »

Téfeiri sentit les rides du lion sur son visage s'approfondir. Les Phyrexians qu'il connaissait étaient des fanatiques militaristes qui ne toléraient pas la dissidence. L'idée que ces Néo-Phyrexians aient des factions parmi eux semblait antinomique à leur nature même.

« Qu'a dit Urabrask ?
– Qu'Elesh Norn, une praetor rivale, a presque unifié la Nouvelle Phyrexia sous sa bannière, répondit-elle. Urabrask et ses forces s'opposent aux aspirations de Norn. Il planifie sa propre révolution et communique avec les Mirrans.
– Quoi qu'il en soit, nous serons bientôt sur le terrain là-bas, insista Téfeiri.
– Pas assez tôt, déplora Vivien. Urabrask n'a pas donné de détails, mais il s'inquiétait de la façon dont Elesh Norn pourrait avoir à forcer sa 'singularité' à travers la Nouvelle Phyrexia et, plus important encore, le Multivers. Elle prévoit d'étendre sa domination d'un seul coup.
– Par les dieux et les monstres, murmura Kaya.
– Qu'y a-t-il ? demanda Téfeiri.
– La créature dont je t'ai parlé, celle pour le meurtre de laquelle j'ai été payée, dit-elle alors qu'elle commençait à arpenter la pièce. Je n'avais jamais rien rencontré de tel – une bête de chair cousue sur du métal. Après que toi et moi avons parlé, nous avons tous les deux convenu que c'était un Phyrexian. Mais je n'arrivais pas à comprendre pourquoi, de tous les endroits, c'était sur Kaldheim. Avec les informations de Vivien... » Kaya activa le bassin d'expression, le façonnant avec la force de son esprit. Le résultat était un rendu tridimensionnel d'un arbre à plusieurs membres, couronné au sommet comme les grands magnigoths qui peuplaient les forêts de la Yavimaya, ondulant constamment comme si fabriqué à partir des effluves du Multivers lui-même. « Voici l'Arbre-Monde de Kaldheim. C'est comme un réseau qui permet des déplacements instantanés entre tous les royaumes du plan. Et qu'est-ce qui se passerait si... »

Kaya n'eut pas à finir. Si les Phyrexians avaient en quelque sorte reproduit ou réutilisé l'arbre du monde de Kaldheim, il pourrait éventuellement rejoindre tous les plans du Multivers. Avec cela en place, les Phyrexians pourraient être n'importe où, à tout moment, à la vitesse de la pensée. Ils n'avaient pas seulement à se soucier des infiltrations secrètes comme sur Dominaria ; les Phyrexians pouvaient faire entrer leurs armées directement.

« À l'heure actuelle, tout ce qu'Urabrask a prévu n'est qu'à quelques jours de se produire. Si nous voulons agir, cela doit arriver très bientôt.
– Quelques jours ? » répéta Téfeiri. Il ne pensait pas avoir une si petite fenêtre avec laquelle travailler.
« Je n'aime pas ça, reconnut Kaya. Le timing de cette alliance proposée est trop parfait. »

S'il écoutait ses tripes, Téfeiri était d'accord. Il avait déjà joué à ce jeu et appris que l'ennemi de mon ennemi pouvait être de loin le pire des ennemis. Il suffisait d'un morceau savoureux, d'une tentation irrésistible, pour tomber dans le piège. La vérité était le meilleur morceau de tous pour attirer une victime.

« J'ai aussi mes soupçons, avoua Vivien. Mais je ne crois pas que nous ayons beaucoup d'autres alternatives que de prendre Urabrask au mot. Je me porterai garante pour lui et pour l'intermédiaire qui a organisé mon audience avec lui.
– Et qui est-ce ? demanda Téfeiri.
– Tezzeret.
– Non, déclara Kaya. Pas question. Vous savez ce qu'il a fait sur Ravnica ! Et il a toujours accès au Pont Planaire ! » Elle se tourna vers Téfeiri. « Si nous faisons confiance à Tezzeret, nous pourrions tomber directement dans le piège des Phyrexians. Encore une fois. »

Une fois de plus, Kaya disait la vérité. Et pourtant, à quel point serait-il insensé de mettre de côté un éventuel avantage sur leurs adversaires ? Une révolution de l'intérieur pourrait diviser le champ de bataille et annuler l'avantage que les Phyrexians avaient sur leur plan d'origine.

« Vois ce que tu peux apprendre grâce à tes contacts, ordonna Téfeiri à Kaya. En ce moment, nous devons nous concentrer sur ce que nous faisons ici. »
Kaya se retira. « Très bien. Je vais secouer l'arbre à fric sur Ravnica. Nous verrons ce qui en tombera.
– Je vous souhaite bonne chance à tous les deux, dit Vivien en se tournant pour partir. Pour notre bien à tous. »



Si une partie de la tour d'Urza portait encore les marques de son créateur, c'était bien l'aile orientale. Au plus fort de la Guerre Fratricide, voir les bras des machines assembler l'une des constructions d'Urza aurait semblé être un miracle pour les Korlisiens ou les Argiviens qui n'avaient fait la guerre qu'avec une pique, une épée et du sang.

Maintenant, ces bras mécaniques gisaient en tas sur le sol, rejoignant les pièces de rechange et les débris laissés par Urza lorsqu'il avait abandonné sa tour pour Argoth. Et au milieu de ce tas, au sol, était assise Saheeli Rai, jambes croisées. Saheeli avait été l'une des premières recrues de Téfeiri. Comme Vivien et Kaya, il l'avait rencontrée pour la première fois sur Ravnica, mais elle était loin de leurs dispositions rébarbatives. Saheeli embrassait plutôt la joie viscérale de rechercher l'art dans l'artifice, comme en témoignait le magnifique paon filé d'or qui sauta et glissa vers le sol.

« Bonjour ! » le salua Saheeli, dégustant une petite tasse de thé pour accompagner d'autres biscuits que Jodah lui avait servis plus tôt. Elle se glissa et tapota le sol à côté d'elle. « Veux-tu me rejoindre ?
– Non merci, dit-il. « Je voulais faire une vérification rapide. Comment ça se passe ?
– Ça... se passe. »

Téfeiri regarda autour d'elle le cercle d'établis que Saheeli avait dressés sur la plate-forme d'assemblage principale, son propre petit espace de travail privé au milieu de l'épave qui était autrefois la grandiose salle d'exposition d'Urza. Au sommet de l'une de ces tables se trouvait un objet qui attira son attention - une œuvre d'art exquise, un bol en cuivre tiré, tordu et façonné comme aucune main humaine ne pourrait jamais le faire. Mais c'était bien plus que cela.

« Tu l'as fait, dit Téfeiri en s'approchant du bol. C'est parfait.
– Je n'utiliserais pas ce mot, » corrigea Saheeli.

Mais Téfeiri voulait l'utiliser. Saheeli avait conçu une réplique parfaite du Sylex : un mélange des éléments caractéristiques de la relique originale avec des clins d'œil subtils aux styles en filigrane caractéristiques de Saheeli. Sa version comportait les mêmes poignées lourdes des deux côtés, les mêmes représentations en bas-relief peu profondes de fermiers armés de faux face à une troupe de chevaliers en armure. Des runes identiques – une traduction maîtresse entre plusieurs langues anciennes – descendaient en spirale depuis les bords intérieurs du bol jusqu'au fond.

« C'est une chose de créer quelque chose qu'on a vu et tenu auparavant, expliqua-t-elle, c'en est une autre de le faire à partir de notes qui peuvent ne pas être complètes.
– J'espère que tu as fait de ton mieux.
– J'espère que mon mieux est assez bon.
– Comment avance la nouvelle machine à voyager dans le temps ? » demanda-t-il, passant à l'autre objectif majeur qu'il lui avait assigné.
– L'Ancre temporelle, lui rappela Saheeli. Les choses avancent, comme tu peux le voir, » dit-elle avec un signe en direction de l'autre côté de la plate-forme, où se trouvait sa machine. Téfeiri se souvenait encore de la machine à voyager dans le temps d'Urza – une horreur de cylindres de verre et de tubes serpentins qui occupait la moitié d'une salle de classe de l'Académie tolariane. Celle de Saheeli, en revanche, était une sculpture de courbes plongeantes en métal d'un orange ardent. Comme le Sylex, elle aurait pu trouver sa place dans n'importe quelle galerie d'art.
– Tu es trop modeste. C'est beaucoup moins moche à voir que ta version initiale.
– J'accepte ce compliment, rit Saheeli. Pourtant, il y a eu quelques accrocs. L'éther est une source d'énergie beaucoup plus facile à manipuler ; même le moteur d'éther le plus puissant est comme une flamme de bougie face à une supernova, par rapport à ça. »

Elle plaça sa main sur le piédestal où se trouvait la lithoforce de l'Aquilon empêtrée dans un nid de bobines de cuivre. Téfeiri grimaça. Le simple souvenir d'avoir vu le puissant dirigeable, symbole de force pour tout Dominaria, transformé en une abomination phyrexiane lui tourna l'estomac.

« Gérer la charge électrique tout en essayant d'assurer la sécurité de l'occupant, c'est quelque chose de difficile, avoua Saheeli. Ces composantes n'ont jamais été conçues pour fonctionner ensemble. » Une très légère des accusations flottait dans l'air entre eux. Téfeiri savait qu'il avait chargé Saheeli d'une tâche presque impossible avec une très faible marge d'erreur. « Je pense que j'ai compris, mais je dois faire plus de tests. »
Il mesura ses paroles. « Ce n'est pas mon intention de pousser le bouchon trop loin, mais...
– Je sais, dit Saheeli. Ici. » Posant sa main sur le sol, Saheeli laissa l'oiseau mécanique se poser sur son doigt. « Je l'ai fait pour toi.
– Pour moi ? »
Avec un sourire, elle agita sa main, et le paon sauta sur le pied de Téfeiri et picora sa botte. « A Ghirapur, des oiseaux comme celui-ci se perchent sur les ponts qui traversent le canal Dukhara. Ces ponts représentent la fondation de la ville, lorsque les nobles en guerre ont décidé qu'il valait mieux coopérer et créer un avenir non dominé par la guerre. Pour nous, ce petit oiseau représente notre coopération, notre unité en vue d'un même but.

Téfeiri se pencha et laissa l'oiseau sauter sur sa paume. Il se leva, tenant l'oiseau près de son visage. Ses mouvements avaient capturé la nature saccadée d'un oiseau de chair et de sang, à tel point qu'un observateur lambda aurait pu le confondre avec son homologue organique. Mais en y regardant de plus près, on pouvait discerner entre ses plumes dorées un cœur d'horlogerie qui pulsait avec la lueur indubitable d'une minuscule lithoforce – l'une des dizaines qui avaient été récupérées de la chute de la Plate-forme de Mana. L'oiseau fit un saut pour lui faire face, puis déploya ses plumes dans un arc d'un savoir-faire si délicat qu'Urza n'aurait pas pu l'égaler en un millier de millénaires, encore moins une poignée de jours. Téfeiri gloussa.

Tu aimes ? demanda Saheeli.
– Beaucoup, répondit-il. Mon mentor était un grand artisan, peut-être le meilleur que ce plan ait jamais eu. Et l'idée de préférer le style à la fonction le mettrait hors de lui : ‘Argh ! Quel gâchis de ressources !' il dirait.
– Le hasard nous a accordé des cadeaux, déclara Saheeli. La façon dont nous utilisons nos dons, c'est ce qui nous définira en fin de compte. Je choisis la beauté. C'est ainsi que j'aimerais qu'on se souvienne de moi. » Elle siffla, et en réponse, l'oiseau artefact déploya ses ailes et tourna sur place, pulvérisant une pluie d'étincelles multicolores dans toutes les directions. Téfeiri ne put s'empêcher de sourire. Au bout d'une minute, l'oiseau était redevenu normal, picorant des miettes invisibles qu'il n'avait pas dans la main. « L'Ancre sera prête à être utilisée ce soir. Reviens à ce moment. »



Téfeiri s'appuya contre l'un des rares arbres qui poussaient encore dans l'étroit anneau de verdure de la tour. Avant de perdre son Etincelle dans les failles temporelles, il ne pouvait pas concevoir que son corps subisse les maux et les douleurs de l'âge. C'est pour les autres, pensait-il alors. Pas moi. Jamais. Il s'avéra que ce serait exactement pour lui, exactement ce dont il avait besoin, même avec son Etincelle restaurée. Il y trouvait un amusement ironique : le premier mage temporel du plan succombant aux ravages du temps, les accueillant même.

Le soleil avait atteint son zénith des heures auparavant, non pas que les hauts sommets qui entouraient la vallée permissent une grande quantité de lumière directe du soleil d'entrer, si ce n'était une courte fenêtre de temps au milieu de la journée. Il pensa à toutes les terres au-delà de l'horizon. Shiv, où Djoïra ralliait des dragons, des viashino, des gobelins et sa propre nation des Guitûks pour protéger leur terre des attaques phyrexianes. Orvada, où les marchands-seigneurs avaient accepté de mettre de côté leurs relations agitées avec Bénalia et de fournir de la nourriture et des fournitures aux troupes serranes dirigées par Lyra Aubevenant. Urborg, où des rumeurs avaient surgi au sujet d'un guerrier panthère spectral revenu d'entre les morts pour apporter le salut aux vivants. En dehors de cette vallée, Dominaria s'unissait comme elle ne l'avait jamais fait. Mais est-ce que cela aurait de l'importance si ses compagnons et lui échouaient dans leur mission ?

Derrière lui, Téfeiri entendit des pas lourds s'approcher, accompagnés du frôlement de feuilles dans le vent, du grincement de l'écorce et du xylème se pliant sous l'effort. Il leva les yeux pour voir Wrenn et Sept approcher. Il avait fallu un certain temps à Téfeiri pour retrouver Wrenn, la localisant finalement sur le plan de Cridhe, où Sept et elle se prélassaient dans les intenses douches de mana de l'Arbre-Clan du plan. Il lui avait fallu encore plus de temps pour la convaincre de partir avec lui.

« J'ai répondu à votre demande, déclara Wrenn. Ils deviendront forts, bien que votre choix de terre soit discutable. Il n'y a pas de chansons ici, pas d'harmonie. Seulement des accords isolés, déformés et fragmentés. Ou pire, sectionnés comme des membres gangrenés.
– Je vous ai promis plus. Je suis désolé.
– Ne le soyez pas. Nous sommes heureux que vous nous ayez amenés ici. J'ai été réticente à expliquer à Sept la malveillance, la destruction. Mieux vaut montrer. Mieux vaut ressentir. » Sept se baissa pour laisser Wrenn tendre la main et toucher sa main. « Votre propre chanson est discordante aujourd'hui, une mélodie troublée. »
Téfeiri hocha la tête. « J'étais en train de penser.
– Ce n'est pas rassurant, mage. »
Cela amusa Téfeiri, bien que brièvement. « Je pensais à vous, Kaya et Saheeli, à vous tous qui avez répondu à mon appel à l'aide. » Il posa le paon mécanique de Saheeli sur le sol de pierre devant lui. Il picorait nonchalamment. « Je ne peux pas m'empêcher de penser que ce chemin a déjà été parcouru... par Urza, mon professeur. Lui aussi rassembla des héros, des Planeswalkers et des mortels, pour combattre Phyrexia. Même ainsi, l'histoire se souvient de lui comme du monstre dont ce plan avait besoin pour vaincre les monstres qui le menaçaient.
– Était-il un monstre ? » demanda Wrenn.
Téfeiri réfléchit à cette question. La plupart des gens sur Dominaria auraient dit oui – ceux qui avaient réellement connu Urza avec emphase. Mais pour Téfeiri, la réponse n'était pas si simple. « Sur Innistrad, je vous ai parlé de Zhalfir. Vous vous souvenez ?
– Votre patrie. Celle dont vous espériez pouvoir retrouver avec mon aide.
– Je ne vous ai pas dit exactement comment je l'ai perdu, expliqua-t-il. Vous voyez, Urza m'a demandé d'être l'un de ses Titans. Oui, moi. Le grand Planeswalker d'Urza m'a supplié de rejoindre sa joyeuse bande de héros, et bien sûr, je lui ai dit que je le ferais s'il m'aidait d'abord.
– Un accord raisonnable.
– C'est ce qu'il pensait aussi. » Téfeiri joignit les mains et posa son front sur ses doigts. « Alors, avec son aide, j'ai scellé un portail Phyrexian qui s'était ouvert dans les cieux au-dessus de Zhalfir. Lorsque la tâche a été accomplie, et qu'il a demandé mon aide en retour, j'ai simplement ri et refusé. ‘Vous avez seulement voulu vaincs tes ennemis, lui avais-je dit. C'est ainsi que je sauve mon peuple. C'est en quoi vous et moi ne sommes pas d'accord.' Puis j'ai siphonné l'énergie du portail fermé pour alimenter un sort entraînant Zhalfir loin de l'espace et du temps lui-même. Je n'ai pas demandé la permission. Je me fichais de ce que pensaient les habitants de Zhalfir. Alors, dites-moi, qui est le monstre ?
– Votre enchevêtrement peut s'avérer trop noueux. Même pour moi. »
Téfeiri laissa échapper un rire sec. « J'étais tellement fier de la facilité avec laquelle j'avais volé sa petite victoire sur moi... pour ma propre petite victoire. C'est ainsi que nous sommes tous : tous des enfants de la fureur d'Urza. »
– Des enfants ?
– Nous qui sommes touchés par ses actions, clarifia Téfeiri. Ses élèves, ses collègues... même ses ennemis. Nous le méprisons, mais nous suivons ses traces comme des doubles malchanceux. J'ai brisé des armées, sans aucune pitié. J'ai vaincu ceux que je considérais comme des scélérats et manœuvré des alliés à mes propres fins, jusqu'à leur disparition. Pour le plus grand bien, me disais-je. » Téfeiri ramassa une petite pierre et la lança dans la brume. « Un menteur qui ment sur ses mensonges, le véritable héritier du manteau d'Urza. »

Téfeiri attendait la réponse de Wrenn. La dryade était assise dans la contemplation silencieuse de sa confession. Il n'avait jamais dit à personne l'étendue de ses faux pas, du moins pas directement. La réaction raisonnable aurait été que Wrenn se transplane.

Au lieu de cela, Wrenn se tourna vers lui, des vagues de chaleur émanant du feu contenu dans sa poitrine, et dit : « Je ne suis pas ici pour vous donner l'absolution, mage. Vos crimes vous appartiennent et vous en répondrez à temps. Au bout du compte, vous n'importez pas. Moi non plus. Téfeiri et Wrenn sont des mélodies singulières. Je suis ici pour jouer mon rôle dans la symphonie. »

D'autres bruits de pas, cette fois des claquements durs de bottes ferrées de métal, poussèrent Téfeiri et Wrenn à interrompre leur conversation. Elspeth marchait résolument vers eux vêtue d'une armure complète. Téfeiri se leva pour la recevoir.

« Si vous cherchez une punition, dit Wrenn, je suis sûr qu'il y en a d'autres qui seront heureux de l'infliger. Pour l'instant, je m'en vais. » Sept se cabra et s'éloigna, emmenant Wrenn avec lui.

Téfeiri leva la main pour s'adresser à Elspeth, mais comme avant, elle l'arrêta alors qu'il commençait à parler.

« Je pars demain, » dit-elle. Sa main reposait sur la poignée de l'épée qui pendait à sa ceinture. « Merci de me laisser me reposer sous ton toit.
– Ce n'est pas mon toit, rectifia Téfeiri. « Mais tu es tout de même la bienvenue.
– Aussi... Je te dois des excuses. Vivien a une haute estime pour toi, et par respect pour elle, je n'aurais pas dû te parler comme je l'ai fait. » Satisfaite, elle tourna les talons comme un soldat entraîné et commença à marcher vers la tour.
« Attends, cria Téfeiri. Je ne savais pas pour Ajani. »

Elspeth s'arrêta et se retourna.

« Aucun d'entre nous ne savait, poursuivit-il. J'étais là avec lui quand c'est arrivé – quand le parachèvement s'est installé. On aurait presque dit qu'il ne savait pas non plus.
– Ce n'est pas un réconfort, » répondit Elspeth.

Téfeiri prit son temps pour répondre. C'était simple de dire que la vérité était la vérité. N'est-ce pas ce que dirait un grand chef, un général aguerri ? N'est-ce pas ce que tout le monde voulait qu'il soit ? Qui était le vrai Téfeiri ? Était-ce Téfeiri, mage de Zhalfir, qui s'était engagé à défendre sa patrie coûte que coûte ? Était-ce Téfeiri, le maître du temps, le Planeswalker élitiste et presque omnipotent qui pensait que tout le monde devait simplement se mettre en ligne et le suivre ? Ou était-ce Téfeiri l'étudiant perturbateur, qui utilisait un humour cruel pour masquer ses propres peurs que personne ne le comprendrait jamais, celle que personne ne le considérerait jamais comme un ami ?

Sors de ta tête. Regarde avec tes yeux.

« As-tu faim ? demanda Téfeiri.
– Faim ? répéta Elspeth, perplexe.
– Oui, as-tu mangé ? » Téfeiri passa devant et lui fit signe de la suivre. « Je viens de réaliser que je n'ai pas mangé quoi que ce soit depuis ce matin.
– Jodah m'a fourni quelques-uns de ses biscuits.
– Oh, alors nous devrions nous dépêcher. »

Avec l'air froid et humide de la nuit qui traversait ses robes, Téfeiri conduisit Elspeth à travers la ceinture de verdure jusqu'à la tour proprement dite, où ils suivirent le mur jusqu'à une petite parcelle d'herbe collée contre la base de la tour. Là, entouré d'un globe d'énergie verte, se trouvait un étalement de vignes qui portait des fruits bulbeux vert pâle. Téfeiri en choisit un et le tendit à Elspeth.

« Du mitab, » dit Téfeiri. Il prit un autre fruit et mordit dedans, laissant son jus couler sur les côtés de sa bouche. Il était conscient qu'il avait l'air stupide, pas du tout comme un Planeswalker majestueux d'autrefois était censé se comporter. « Wrenn et moi avons fait une courte escale à Djamûraa, ma patrie, avant de revenir ici. »

Elspeth prit le fruit et le porta à ses lèvres. Elle essaya de maintenir le décorum pendant qu'elle mangeait, mais du jus et des morceaux de fruits charnus lui collaient au visage, peu importe sa prudence. À un moment donné, elle abandonna et commença à manger plus vite, avec plus d'aplomb.

« J'avais plus faim que je ne le pensais, » reconnut-elle.
Téfeiri fixa le sortilège que Wrenn avait tissé pour maintenir son mitab en vie malgré le climat inhospitalier du val. Il se pencha et passa sa main à l'intérieur, ses doigts picotant alors qu'ils se réchauffaient. « Je ne te mentirai pas, commença-t-il. Tu as raison à propos de notre plan – c'est crier une prière dans un coup de vent. Mais c'est notre meilleur coup. Nous avons une arme capable d'arrêter les Phyrexians à la source. En ce moment, nous travaillons sur un moyen pour moi d'apprendre comment l'utiliser. Ce n'est pas parfait, mais je dois croire que c'est suffisant. Pour moi, le combat contre les Phyrexians ne consiste pas à être victorieux. » Où allait-il avec ça ? Il avait toujours été tellement préparé. Même ses blagues pratiques nécessitaient une planification approfondie pour réussir. Mais maintenant, les mots sortaient de lui, d'abord au compte-gouttes, puis un torrent qu'il ne pouvait pas contrôler. « J'ai une fille, dit-il. « Elle s'appelle Niambi et elle... Tout ce que je fais, c'est pour la sauver elle. C'est en pensant à elle que j'ai fait tout ce que j'ai pu pour sauver les autres tout en restant toujours la personne qu'elle connaissait, le père qu'elle aime. Si j'hésite – si j'ai le moindre doute – je condamne Niambi à la seconde même où je doute.
– Alors tu connais, articula Elspeth, la terreur qui vient avec l'espoir. »

Aucune réponse n'était nécessaire. Les restes du mitab reposaient dans ses mains, la chair rongée ne laissant que le noyau et les graines. Ses doigts, couverts de jus, brillaient à la lumière des étoiles. Il plaça les restes du fruit sur la terre sous les vignes et essuya ses mains sur ses robes. Avec le temps, la chaleur du sort de Wrenn assécherait le noyau et les vers le tireraient pour nourrir de nouvelles plantes.

« Je devrais y aller, dit Téfeiri. Saheeli m'attend. Je peux te raccompagner dans ta chambre. »
Elspeth refusa : « Je pense que je vais marcher un peu sur le terrain. J'aime ce temps.
– Alors continue à vivre, Elspeth. Vis bien portante et heureuse. Bon voyage.
– Si les Phyrexians sont toujours sur ce plan, dit Elspeth, ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne trouvent cet endroit. Vous aurez besoin de quelqu'un pour vous défendre si cela se produit – s'ils nous traquent.
– Nous ?
– Si tu veux bien de moi.
– Bien sûr. Avec plaisir, dit Téfeiri. J'espère que nous pourrons mieux nous connaître. »

Téfeiri se tourna et revint vers l'avant de la tour. Il réussit seulement quelques pas avant qu'un éclair lumineux ne le fasse regarder par-dessus son épaule. Là, Elspeth se tenait avec son épée dégainée. Du pommeau en forme de globe, des vrilles de lumière laiteuse s'élevaient en spirale, son éclat doux et chaud comme ses premiers jours passés sous le soleil zhalfirin.

Les douleurs de ses blessures s'atténuèrent et son esprit s'éclaircit, faisant resurgir un souvenir longtemps négligé : une volée de gobemouches qui rendaient régulièrement visite à sa maison de Djamûraa. Selon son père, ils étaient les descendants d'un oiseau blessé qu'il avait sauvé dans sa jeunesse, un oiseau qui vivait sous le toit de sa famille en tant que membre à part entière jusqu'à ce que son envie de voyager l'oblige à partir. Dans les années, puis les décennies qui ont suivi, l'oiseau avait eu ses propres enfants qui lui rendaient régulièrement visite par fidélité. Par amour. C'est pourquoi les arbres de la terre de sa famille chantaient toujours.

Finalement, Téfeiri était devenu un sorcier de renom, puis un Planeswalker dont la légende se propagea jusqu'à d'autres nations, d'autres continents, d'autres mondes. Pourtant, entre les batailles amères à mener et l'accomplissement d'exploits magiques incroyables, il se souviendrait de l'histoire des oiseaux et trouverait du réconfort en entendant la basse douce et apaisante qu'était la voix de son père dans son esprit.

Ils font ce qu'ils font par amour.

Il avait rejeté le conte lui-même comme la fantaisie de son père et rien de plus – une extravagance parfaite pour les enfants qui avaient besoin d'une histoire à laquelle s'accrocher.

Mais pas cette fois. Cette fois, Téfeiri choisit de croire.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  7

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.