Les vieux contes : Krenko le caïd - Magic the Gathering


Les vieux contes : Krenko le caïd

Articles
par Drark Onogard, le , 174 consultations

  La storyline de Magic / Magic 2013

Magic 2013 nous raconte ici l'histoire du plus charismatique des gobelins, j'ai nommé : Krenko !

     

Pour Magic 2013, les cartes étaient vedettes des histoires : cette fois, c'est Krenko, le caïd qui est à l'honneur, avec une histoire dédiée. Vous pourrez trouver l'article original ici.

Krenko, le caïd



Krenko avait un estomac en acier trempé grâce à une enfance à manger dans les gouttières, mais M. Taz le mettait mal à l'aise. C'était la troisième fois qu'ils se rencontraient pour discuter d'affaires et l'apparence étrange de Taz était toujours la même. Il avait l'air humain, mais son visage était trop serré sur son crâne et sa peau ne semblait pas attachée à son squelette. Quand Krenko y pensait trop fort, il pouvait imaginer que tout l'épiderme de Taz glissait et glissait dans une flaque de chair charnue autour de ses pieds.

« Comment est votre agneau, M. Krenko ? » demanda Taz. Ils étaient dans un pub enfumé près de la Circonscription de la Fonte – le choix de Taz. Pas sur le territoire des ensemenceurs de sang, mais juste à un petit doigt. C'était bien parce que Krenko méprisait les voyous de Rakdos. Trop imprévisibles et pas dans le goût de Krenko.

« Euh, miam, » Krenko prit une bouchée obligatoire et considéra ses options. Taz n'était pas une liche ou une chose nécro, ou le nez de gobelin exceptionnel de Krenko l'aurait détecté. En fait, Taz sentait très bon, comme les amandes et les lapins propres. Krenko analysa la façon dont la peau vacillait sous les yeux de Taz et se resserrait autour de ses doigts. Oh, c'était à l'évidence une combinaison de peau – et pas très ajustée à cela.

« J'espère que vous trouverez la tâche attrayante ? » Taz continua. Son cou était droit – aucune bosse à la gorge – comme une femme. Mais sa voix était basse et grave.

« C'est audacieux », dit Krenko avec approbation.

« Oui, mais vous avez prouvé que vous maîtrisiez les audacieuses manœuvres. »






« Merci à vous, M. Taz, » dit Krenko. Il se souvint avec tendresse du dernier travail, celui de l'explosion de la statue d'Azorius et des saprôlages enflammés. Oui, Krenko aimait cet homme au visage glissant qui lui offrait toujours de délicieux emplois. En tant que jeune gobelin qui commençait à peine, un parrain bien connecté était un cadeau auquel Krenko ne s'attendait pas. En outre, Krenko respectait sainement tout ce qui pouvait se prétendre laid sans en avoir rien à cirer de ce que le reste du monde voyait.

« Les Boros, hein, » dit Krenko, cherchant du temps. Il voulait le travail, mais cela compliquerait les choses. Il avait des rondes à faire le long de la Rue de la Fonderie. Azzik et Pondl étaient fidèles, mais pouvaient à peine compter jusqu'à dix. De plus en plus de gobelins apparaissaient chaque jour dans son entrepôt. Ils suivaient Krenko comme s'il était une corbeille à miel, ce qui lui serait utile s'il leur trouvait quelque chose à faire. Peut-être avec la capitale du nouvel emploi de Taz...





« D'accord », dit finalement Krenko. Krenko n'avait aucun doute sur sa capacité à mener à bien le hold-up, mais il s'émerveilla à nouveau que Taz confie cette tâche à un humble gobelin. La plupart pensaient que les gobelins étaient des nuisibles au pire et considéraient mieux les animaux. « Je vais le faire. »

« Je n'en doute pas, » dit doucement l'homme. Il glissa un sac de velours sur la table. La lumière s'échappait à travers les coutures. « Voici un outil spécial pour vous aider dans votre entreprise. »

Krenko jeta un coup d'œil à l'intérieur, souriant quand il vit la lueur brillante nichée contre le velours. « Aw, vous me connaissez si bien. »

« La brillance reconnaît la brillance », dit doucement M.Taz.

« Et vous êtes sûr de ce que vous voulez que je ramène ? » demanda Krenko. « Peut-être qu'il y a quelque chose de plus précieux que je peux prendre pour vous ? »

« Non, M. Krenko. L'objet que j'ai demandé me rendra très heureux. » Taz sourit de ses lèvres mal ajustées et disparut dans le pub bondé.





Le couteau enchanté de Taz dans sa botte, Krenko commença à surveiller Solcastel, l'imposant hall de la guilde Boros. Après une heure passée sur le toit avec une longue-vue, Krenko avait chaud et s'était ennuyé et avait appris peu de choses nouvelles : les Boros aimaient toujours les lignes droites et le travail ardu. Et Krenko n'arrivait toujours pas à croire que les gobelins rejoignaient la guilde de leur plein gré, mais ils étaient là : creuser des tranchées, laver des casernes et charger des cadavres sur un transporteur de cadavres de Golgari. Krenko se demandait si la journée moyenne comptait autant de soldats morts ou s'il s'était passé quelque chose au-delà de la portée de ses lunettes.

Le lendemain matin, Krenko entra dans la salle à manger de Solcastel comme s'il était le propriétaire de l'endroit. La salle caverneuse nourrissait un millier de soldats à la fois. Ils étaient assis devant des assiettes de plats chauds sur de longues tables qui semblaient s'étirer sur des kilomètres. C'était bruyant et chaud, mais l'abondance de nourriture gratuite répondait à l'une des questions de longue date de Krenko. Soudainement, les gobelins de Boros avaient beaucoup plus de sens.

Krenko se glissa au bout d'un banc, se servit des œufs de canard et s'installa pour une bonne écoute du rugissement sourd des voix autour de lui. Les soldats derrière lui parlaient d'une bagarre à Keyhole Downs – Krenko conclut qu'il s'agissait d'une fille et tourna ses oreilles avec acuité ailleurs. Puis, quelques sièges plus bas, un jeune homme aux cheveux noirs dit quelque chose qui lui attrapa l'oreille :

« C'est un duel, » dit-il à la femme assise de l'autre côté de la table. Elle avait un pansement sur le front.

« Qui a tracé la ligne ? Aurelia ? » demanda-t-elle. Elle gardait sa voix basse comme si elle ne voulait pas être facilement entendue. Mais l'homme perlait plus fort que nécessaire.

« Non, l'intrépide Azorius l'a trouvé en petits caractères, » dit-il.

« J'ai du mal à y croire », dit la femme avec un doute. « Aurélia l'a laissé tenir ? »

« Pourquoi ne devrait-elle pas? » l'homme a pratiquement crié. « Elle pourrait écraser Vinrenn en un clin d'oeil. »

Soudain, le banc de Krenko bascula dangereusement et plusieurs soldats se levèrent d'un bond.

« Ferme-la, abruti ! » cria quelqu'un et une bagarre éclata entre les tables. Krenko prit son assiette et se dirigea vers l'autre bout du couloir. Une telle tête dure et indisciplinée semblait très peu-Boros. Krenko prit une profonde inspiration, profitant de la tension dans la pièce. Oui, ça allait être aussi amusant que lucratif.





Le lendemain, Krenko partit à la recherche de problèmes. Et il en trouva partout. À Solcastel, le moral était élevé et les membres de la base étaient plus intéressés par les querelles que leurs tâches quotidiennes. Krenko rejoignit une équipe de maintenance gobelin sur l'un des gigantesques balcons qui sortaient de l'édifice en blocs.

« Si je veux jeter un œil à Plume, où dois-je aller ? » murmura-t-il au gobelin au nez crochu à côté de lui. Il avait poli le mur pendant près d'une heure et rien d'utile ne s'était passé. Le gobelin avait quelques pièces sur son uniforme, mais apparemment, ils n'étaient pas assez pour le faire sortir du travail manuel.

« Chut ! Elle dit que tu dois appeler son maître de guilde Vinrenn maintenant, » dit-il très lentement, comme si Krenko était un enfant idiot.

« Quel que soit son nom, où est-ce que je la trouve ? » demanda Krenko.

« D'où viens-tu, quelque clan Gruul ? Dernier étage, mais tu ferais mieux de rester à l'écart. »

« Que se passe-t-il ? » demanda Krenko. « Je viens d'arriver des Eboulis. »

Le gobelin avait l'air suffisant. « Ouais, je savais que tu étais Gruul. Eh bien, c'est fou ici. Aurelia va être notre nouveau maître, car elle dit qu'aucun ange déshonoré n'a le droit de gouverner. Vinrenn sera bannie. Tant qu'elle ne fera pas d'ennuis, elle va garder sa vie. Maintenant, plus de conversation ou je te signalerai. Compris ? »

L'importance du gobelin remplissait Krenko de dégoût. Cet endroit vacillait sur le bord. Il suffisait d'un petit coup de pouce.





Le chaos est la meilleure couverture, et Krenko s'attela à allumer des feux et à casser des portes. Étage 1 : une rumeur incendiaire ; Étage 2 : frapper le gobelin pompeux d'hier sur son gros nez ; Étage 3 : bombes à étincelles ; 4ème étage : bombes réelles. Au moment où il atteignit le dernier étage, les couloirs étaient remplis de bottes retentissantes et de cris alarmés. Dehors, les épées s'entrechoquaient sur le balcon. Et personne ne remarqua qu'un gobelin accrocheur entrait dans la chambre de Vinrenn, alias Plume, le maître de guilde qui, apparemment, n'avait aucun contrôle.

Krenko se retrouva dans une pièce vide sous une lucarne ouverte. La lumière du soleil était pénétrante sur une sphère de détention vitreuse, qui flottait au-dessus du poing rouge sang sur le sol en carreaux. Un ange à ailes blanches était dans une stase magique à l'intérieur de la cellule. Ses ailes repliées sur elle-même comme un bébé oiseau, elle semblait dormir.

Après avoir jeté un coup d'œil rapide dans la pièce, Krenko sortit de sa botte la lame scintillante et frappa la sphère. Rien ne se passa, alors il donna à nouveau un coup. Et encore. Rien. Ugh, pourquoi Taz lui donnerait-il un couteau luisant, à moins que ce soit mieux pour briser qu'un couteau lamba ?

Au début, la sphère semblait être faite de lumière et de brouillard, mais lorsque Krenko traça la surface avec ses paumes, il sentit quelque chose de solide près du sommet. Il prit le couteau et claqua son manche contre la pièce invisible. Il y eut un son de succion et une lumière bleue zingué à travers la pièce. Avec un autre bon coup, la sphère se dissipa, envoyant l'ange tomber sans ménagement au sol.

En entendant des pas s'approcher dans le couloir, Krenko arracha rapidement deux plumes des ailes de l'ange au moment même où elle commençait à s'agiter.

« Aidez-moi ! » cria Krenko en courant vers la porte. « Elle a essayé de s'échapper ! Elle est libre. Elle m'a attaqué ! »





Soudain, des gardes aux larges épaules se pressèrent dans la pièce et Krenko évita les jambes pour se rendre à la porte. Alors qu'il sortait, un minotaure en armure tira l'ange sur ses pieds, ses protestations tombant dans l'oreille d'un sourd.

Juste au moment où Krenko atteignait la porte d'entrée, une grande explosion secoua Solcastel. Pas une des siennes, pensa joyeusement Krenko. Oui, le chaos était le meilleur des outils.





Au coucher du soleil, Krenko rencontra Taz sur le Millennial, une plate-forme aérienne offrant les vues les plus convoitées de Ravnica. Il fallait être quelqu'un pour obtenir un billet pour venir ici. Certains Ravnicans attendaient toute leur vie. La plupart n'auraient jamais cette chance. Taz l'attendait près du marqueur désigné, regardant le labyrinthe des bâtiments et des rues.

« Parfois, j'oublie de regarder le ciel », dit Taz lorsque Krenko lui tendit une boîte en bois. À l'intérieur se trouvait une plume d'ange blanc. Il semblait rougeoyer sous le soleil couchant. « Des jours entiers passent, et je ne vois jamais le soleil du tout. »

Krenko grogna en signe d'accord. Il savait ce que c'était que d'être un rat dans l'obscurité.

« Je suis exceptionnellement heureux », déclara Taz. « Votre paiement est remis à votre établissement en ce moment même. »

Krenko rayonna. Avec une telle pièce, il pourrait acheter le petit-déjeuner à Azzik et Pondl tous les jours s'il le voulait. Pas qu'il le ferait. Krenko tendit la main pour conclure le marché, mais au lieu de la serrer, Taz lui tendit une clef en argent avec le symbole Orzhov gravé dans le fût.

« Un coffre-fort Orzhov », dit-il. « Cette clef est tout ce dont vous avez besoin pour récupérer l'argent. »

Les oreilles de Krenko se redressèrent. « A qui est cet argent ? »

« Plume, en fait. Elle a gagné un salaire en tant que Wojek pour un temps. Mais elle n'en aura plus besoin. »

« Pourquoi ne le gardez-vous pas pour vous ? » demanda Krenko.

« Considérez cela comme un bonus. Pour un travail bien fait. » M.Taz sourit et la peau de son visage s'affaissa sous l'os de sa mâchoire. « Vous avez des compétences en gestion, M.Krenko. Je peux vous voir comme le patron de quelque chose de grand. »

Krenko empocha la clef et pencha la tête. « Quoi d'autre, M. Taz ? »

« Oh, juste une bagatelle. Pendant que vous êtes à l'Orzhova, vous pourriez peut-être me chercher un petit quelque chose ? »



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 215 votes)