Oui, Seigneur des Ténèbres !

Articles
par Thorgor, le , 19694 consultations , 5

  Les autres Jeux



Description : Oui, Seigneur des Ténèbres !
Type :jeu de cartes à ne pas collectionner
Titre original :Si, Oscuro Signore! (Oui, c'est de l'Italien)
Auteurs :Fabrizio Bonifacio, Massimiliano Enrico, Chiara Ferlito et Riccardo Crosa (oui, c'est des Italiens)
Editeur :Millenium
Nombre de joueurs :de 4 à (théoriquement) 16
Durée :environ 30 min
Prise en main :Quasimment immédiate
Thème :médiéval-fantastique parodique
Mécanique :Narration
Hasard :2/6
Arbitraire :5/6
Prix :autour de 20 euros
Contenu :80 cartes "excuses", 37 cartes "actions" et 3 cartes "regard qui tue" (qui ne servent à rien)
Rapport avec le Dark Mogwaï :Aucun, les sbires du Dark Mogwai réussissent toujours leurs missions




OSdT (je me permets d'abréger parce que vous comprennez, vous, vous lisez, donc vous n'avez pas beaucoup d'efforts à faire, mais moi j'écris l'article, et donc ça me permettra d'économiser par la suite de précieux caractères afin, par exemple, d'écrire l'explication verbeuse et passablement inutile que vous venez de lire) est un jeu d'ambiance et de narration prennant place dans un univers medieval-fantastique parodique. En ce sens, il ressemble au croisement improbable entre un mâle Il-était-une-fois et une femelle Munchkin (croisement ne pouvant être obtenu qu'en captivité et en les nourrissant avec les bonnes noix après les avoir entrainés à la course, mais... je m'égare là...)
Je vous renvois donc dans un premier temps à la lecture des deux excellents articles traitant de ces jeux (surtout Il-était-une-fois, non pas que j'ai plus de respect pour l'immense talent de son auteur, mais parce qu'il partage de nombreux éléments de jeu avec OSdT)

Ayé, c'est bon ? vous les avez relus ? Alors je continue :

Univers du jeu

A ce que j'ai pu comprendre, ce jeu se baserait sur une bande-dessinnée italienne... mais vous n'avez pas besoin de la connaître pour en tirer la substantifique moëlle. Disons simplement qu'un minimum de background rôliste et/ou fantastique est tout de même préférable pour comprendre ce dont il est question.
Comme toute personne un minimum aventureuse le sait, dans ce bas monde, des groupes de héros se rassemblent héroïquement pour vivre ensemble des aventures héroïques, s'emparer de trésors fabuleux et occire des monstres terrifiants, non sans prendre le temps au passage de contrecarrer les plans millénaires de destruction à l'échelle planaire échafaudés par les génies du mal de tout poil. Et comme les génies du mal se font rares et sont très occupés, ils se voient la plupart du temps obligés de déléguer la réalisation de leurs plans machiavéliques à des hommes (ou plutôt des gobelins) de main pas très doués (ben oui, les vrais cracs sont dans le camp d'en face, il s'agit tout de même que les gentils gagnent à la fin) qui s'empressent de tout faire échouer avec tout le zèle dont on peut s'attendre de la part d'un individu verdâtre et court sur pattes.
Jusqu'ici tout va bien. Le monde est sauvé une fois de plus, et le seigneur des ténèbres n'a plus qu'à ruminer ses plans de vengeance pendant quelques décénies avant de tenter une nouvelle fois de mettre le monde à feu et à sang. Mais qu'en est-il des hommes de mains là-dedans ? Vous pensiez vraiment qu'ils allaient s'en tirer comme ça ??? Que nenni... il va bien falloir à un moment ou un autre qu'ils regagnent la demeure de leur sombre maître la queue entre les jambes et lui expliquent ce qui a bien pu clocher dans l'exécution de son plan bien huilé. Or, un maître des ténèbres de mauvaise humeur à tendance à vouloir un coupable, si possible pas lui-même, et si possible pas trop loin... et il y a là dans cette salle de debrief emplie de gobelins et de mauvaise foi des coupables tous désignés.

Voilà donc le décors planté : un joueur incarnera le maléfique, susceptible, tout puissant, omniscient, infaillible, seul et unique (en tout cas c'est ce qu'il prétend) Seigneur des Ténèbres Rigor Mortis (mais ça aurait aussi bien pu être Zangdar, Sauron ou autre Darth Vader) et s'occupera de cuisiner les autres joueurs, qui eux prendront la place moins enviable de la piétaille qui vient de lamentablement échouer une mission des plus capitales dans son plan de conquête du monde en 7892 étapes. Chacun des gobelins fera de son mieux pour mener son seigneur en bateau et rejeter la faute sur ses camarades d'infortune afin d'échapper au terrible regard revolver du tyran maléfique, tout en prennant bien garre de ne pas lui manquer de respect et de ne pas trop... euh... le prendre pour un con ^^.

Déroulement de la partie

Les règles de ce jeu sont assez simples, surtout pour qui connait Il-était-une-fois (je vous avez bien dit de lire l'article avant), mais en revanche on regrettera que le livret de règles (du moins la version française) ne soit pas des plus clairs et laisse planer quelques zones d'ombres.
Chaque gobelin commence le jeu avec 3 cartes "excuses" qui, à l'instar des cartes "éléments" d'Il-était-une-fois, fournissent des éléments narratifs qui devront jalonner le récit, et 3 cartes "action" qu'il pourra utiliser, selon son type, pour rejeter la faute sur un autre joueur, ou interrompre les explications d'un de ses collègues afin d'y faire intervenir un élément perturbateur (il existe des cartes "rejeter la faute", des cartes "interrompre" et des cartes mixtes permettant de faire l'un ou l'autre). En dehors de ces actions, il est formellement interdit (et puni) d'interrompre un autre joueur, et à plus forte raison le maître des ténèbres.
Ce dernier a, quant à lui, tous les droits. Il peut à loisir poser des questions à ses subordonnés, introduire des éléments narratifs de son cru, interrompre un joueur, le menacer, et, bien sur, distribuer les effroyables regards qui tuent : lorsqu'un gobelin déplait à son seigneur, celui-ci peut le fustiger du regard et ainsi mettre fin à son tour de parole ; les deux premières fois, il ne s'agit que d'un avertissement, mais le troisième coup d'oeil est mortel, et met fin à la partie en même temps qu'à l'existence du gobelin en question, réduit à un petit tas de cendres fumantes au grand soulagement de ses camarades survivants.
Un gobelin en passe de se faire (littéralement) foudroyer du regard pourra implorer la clémence de son seigneur, et, si son plaidoyer est convaincant, le maître pourra lui octroyer une faible chance de survie (résolu en piochant une carte "action" ne portant pas le symbole du crâne, soit 1 chance sur 4 environ... et oui... c'est pas facile tous les jours la vie de gobelin)
A noter que l'on re-remplit sa main à 3 cartes "excuses" à chaque fois que l'on finit son tour de parole, mais qu'on ne pioche une carte "action" que lorsqu'on se fait rejeter la faute (il faut donc bien gérer ses cartes mixtes "interruption"/"rejeter la faute", car l'impossibilité de rejeter la faute sur un camarade est synonyme d'un regard qui tue automatique... règle totalement injuste mais permettant de mettre un terme aux parties qui s'éternisent)

Avis Personnel sur la chose

J'ai eu l'occasion de participer à plusieurs partie de OSdT, avec des gens différents et des deux côté de la barrière MJ/PJ, et globalement j'ai plutôt apprécié l'aventure, même s'il y quelques points qu'il est très important de prendre en considération pour pouvoir vraiment s'amuser.
En premier lieu, je citerais le nombre de joueurs. Même si la boîte indique que le jeu est jouable jusqu'à 16 joueurs, ça devient à mon avis un gros bordel ingérable à plus de 8 gobelins (donc 9 joueurs), sans compter qu'avec une horde pareille, certains ne prendront quasiment jamais la parole. En revanche, le nombre minimal proposé de 4 joueurs (soit 3 petites bestioles fielleuse et verdâtres) me semblent assez juste... bon, c'est vraiment un minimum et le jeu ne trouve son véritable intérêt qu'avec un peu plus de monde, mais c'est gérable.
Donc déjà, notez qu'OSdT s'adresse à des groupes de joueurs assez fournis, mais pas trop non plus (typiquement en petit jeu avant ou après une partie de Jeu de Rôle, ça passe très bien)

Ensuite, il est fondamentale que tous les joueurs soit "dans l'esprit" pour que s'amuse. j'entends par là que tout le monde doit rentrer dans son rôle, et respecter l'esprit des règles, sans chercher à gagner à tout prix. En effet, il est par exemple assez facile de toujours rejeter la faute sur le même joueur qui finira bien par tomber à cours de cartes pour rejeter la faute à son tour. Il est aussi important que tout le monde applique les règles naturellement, car le Seigneur des ténèbres n'est pas là pour sanctionner des erreurs de jeu, mais bien pour désigner un coupable parmis des gobelins maladroits, et ça n'amuse personne une partie qui se finit en 5 minutes parce qu'un joueur a interrompu 3 fois un de ses compères alors qu'il n'en avait pas le droit. Le rôle du seigneur des ténèbres lui-même n'est pas non plus facile à assumer, car c'est sur lui que repose en grande partie le plaisir de jeu des autres : dans l'idéal, il doit être craint (et vénéré) pour ses décisions arbitraires, sans que le joueur qui l'incarne parraisse injuste... pas forcément évident si on ne joue pas avec les bonnes personnes.
D'ailleurs, concernant cet aspect roleplay, je pense qu'on peut faire gagner un peu de profondeur au jeu en fixant avant le début de la partie des rôles aux gobelins de l'équipe (par exemple, l'argentier (responsable des achats d'équipement et du recrutement du matériel), le guerrier (responsable des combats), le scout (responsable de la reconnaissance et charger d'amener l'équipe à bon port), le chef, etc...) ce qui fait que les joueurs pourront jouer un rôle un peu plus cohérent, et que certaines excuses trouveront naturellement leur cible dans le lot.
Enfin, même s'il y a pas mal de cartes excuses existantes, et plusieurs façons de les interpréter, on va fatalement finir par tourner en rond après quelques parties, surtout si on joue avec les mêmes personnes. On peut donc légitimement s'interroger sur la durée de vie du jeu sur le long terme, même s'il est toujours possible d'ajouter à la liste des cartes de son crue, ou provenant d'un autre jeu.

Et Magic dans tout ça ?

Eh bien comme pour Il-était-une-fois (décidemment !) pourquoi ne pas utiliser là-aussi des cartes de Magic ? L'équipage de l'Aquilon pourrait être le responsable de tous vos déboires, ou le recrutement malheureux d'une cohorte de cadets impatients vous avoir mené à votre perte. La transposition du background est des plus aisées : un Incarmal, ou tout autre génie du mal du Dominaria pourra remplir sans problème le rôle de Rigor Mortis, et ils sont tous entourés de la bande de bras cassés réglementaire.
Et pourquoi pas l'équipage de l'Akilekon faisant son rapport à Quissay ?
Et pourquoi pas une bande de modos faisant leur rapport à Rellik ? (Non, ça c'est vraiment trop effrayant...)


Fou Pas fou
Un bon délire en perspective.
Prise en main immédiate.
Une bonne initiation au roleplay.
Un nombre de joueurs pas toujours facile à atteindre.
Des règles pas toujours très claires.
On risque de s'en lasser vite.

Edité 1 fois, dernière édition par ylloh le 06/05/2013

5 Louanges

Lanouille, le 27/03/2011

Un jeu tout simplement ÉNORME, de grande qualité et en plus il démontre que les italiens ne sont pas nés que pour nous poutrer footbalistiquement. Immagination et grande gueulle sont les mamelles de Rigor Mortis...

Note : 8/10

Metis the Darkmind, le 21/12/2008

A la rigueur on peut imaginer introduire un subtilité supplémentaire dans la mécanisme (par ailleurs très délicat^^) du jeu: par exemple jouer avec deux seigneurs des ténèbres, chacun capable de retenir (provisoirement) le courroux de son "collègue" (et éventuellement favoriser ou défavoriser un gobelin: ceci permet d'introduire plus de difficulté dans le jeu, puisqu'il s'agit de s'obtenir les faveurs de l'un sans s'aliéner celles de l'autre, et de composer avec les méfiances, rivalités et préférences desdits seigneurs).

yamipotter, le 24/12/2007

Ce jeux est excellent,je l'ai tester c'est énorme,surtout les tripe que on se fait dessus aprés ^^.

darkschneider, le 24/12/2007

Ce jeu est excellent pour jouer avec une bonne bande de copains. le seul probleme c'est qu 'il faut un sacré bagou doublé d'une imagination débordante. h oui j'ai aussi essayé la version plateau: Kragmortha, dans laquelle nos gobelin se trouvent dans la bibliotheque du maitre et doivent l'éviter sous peine de se prendre une malédiction du genre: garder la bouche ouverte ou encore rester debout

Adras Toriel, le 23/12/2007

Mouai....Bof...Je suis désolé mais se jeu ne me dit rien du tout...
Enfin vous savez, moi a part magic j'aime rien d'autre comme jeu de carte XD

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Note :  

Contenus relatifs

Alien Menace

 Articles

Dungeon fighter

 Articles

Steam Torpedo

 Articles

Race for the Galaxy

 Articles

Wanted

 Articles

Carcassonne

 Articles

La bataille

 Articles

Partenaire Magic ATP

Lot de 100 Unco Communes vrac toutes éditions , LOT B

11.00 € 6.00 €

Deck Commander 2015 - Blanc/Noir - Call the spirits - (EN ANGLAIS)

29.00 € 26.00 €

Sondage

L'hiver arrive, comme disait l'autre. La solution au froid c'est :

Résultats
(déjà 140 votes)