Les vieux contes : Odric, maître tacticien - Magic the Gathering


Les vieux contes : Odric, maître tacticien

Articles
par Adette, le , 449 consultations , 1

  La storyline de Magic / Innistrad

Odric, Maitre Tacticien fait suite au bloc Innistrad et introduit le personnage éponyme, qui réapparaîtra dans Ténèbres sur Innistrad. C'est la première histoire publiée dans la nouvelle rubrique Unc...

     

Odric, Maitre Tacticien fait suite au bloc Innistrad et introduit le personnage éponyme, qui réapparaîtra dans Ténèbres sur Innistrad.
C'est la première histoire publiée dans la nouvelle rubrique Uncharted Realms le 6 juin 2012. Uncharted Realms est entièrement constitué de récits et sera renommée plus tard Magic Story.

Vous trouverez ici l'article original..

Odric, Maître tacticien







Un crieur public entonnait le journal du soir dans la rue pavée sous la fenêtre ouverte. « Exécution au Mur Exsangue ! Demain au lever du soleil ! Les guérisseurs du Héron sont au mur de l'enfant demain ...»

La dernière fois que Odric avait regardé par la fenêtre, c'était en début d'après-midi. Maintenant, une brume froide s'était installée sur Thraben, et la ville était recouverte des ombres du soir. Où est la Lune ? Le bras d'Odric se contracta involontairement, renversant presque son pot d'encre. Non, se rappela-t-il. Cela n'a plus d'importance. Les phases de la lune n'étaient plus des prédicateurs de la vie et de la mort maintenant qu'Avacyn était revenue et avait nettoyé le monde. Ou du moins a commencé...

Il jeta un coup d'œil par-dessus la table en chêne à Grete, son lieutenant, qui sembla surpris par son mouvement soudain. Sire Odric, Maître tacticien, commandant des cavaliers de Gavonie et Bénéficiaire de l'hébergement de la lune d'argent ne surprenait pas facilement.

« Monsieur ? » demanda Grete.

« Les ténèbres sont tombées », lui dit-il. Elle jeta un coup d'œil par la fenêtre et il vit des émotions similaires se reproduire sur ses traits. Nous avons passé trop d'années en tant que proie. Trop d'années passées dans l'ombre.





« Il n'y a toujours aucun signe de Ludevic» , poursuivit Grete en scrutant le parchemin. « Un meunier l'a repéré près d'Estwald, mais il était déjà parti avant que les cathares puissent le retenir. La chasse continue donc. »

Rien que de penser à l'alchimiste fou lui faisait mal à la tête. Odric se pencha en arrière et pressa ses paumes contre ses tempes. Il s'agissait d'une mission temporaire – une demande qu'il avait lancée dans l'espoir d'obtenir une vue plongeante sur Innistrad. Chaque régiment envoyait des dépêches quotidiennes sur ce qu'il rencontrait sur le terrain. À partir de ces informations, Odric était en train de reconstituer les lieux où le pouvoir de l'Église était toujours menacé. Mais il n'aimait pas être assis dans un fauteuil en cuir dans une chambre de la cathédrale. C'était un homme de champ de bataille, beaucoup plus apte à combattre les manœuvres que de négocier la politique de l'Église avacynienne.

« Qu'en est-il de tes amis autour de Hanweir ? » demanda Odric et fut gratifié par un léger sourire de Grete, femme très sérieuse et mortelle. Elle avait dirigé l'assaut contre une légion de goules ravageant les landes, un succès qui lui avait valu d'être promue au grade de commandant en second.






« Nous traquons les derniers retardataires. Gisa est transportée du Verrou des Cavaliers à Thraben la semaine prochaine. »

« Triple l'escorte », déclara Odric. « Elle a causé assez de problèmes dans ma vie. »

Grete hocha la tête et parcourut le dernier message envoyé. Encore quelques jours et les tâches administratives d'Odric à Thraben seraient terminées. Son temps ici avait été précieux. Il savait que les démons étaient toujours en fuite, mais Avacyn elle-même était concentrée sur les évadés du Helgruft. L'activité nécromantique sévissaitt toujours dans les landes, mais rien ne ressemblait à l'apogée de la tyrannie de Gisa et de Geralf. Les forces de Sigarda poursuivaient les auteurs du massacre de Nephalia. Les vampires étaient tous rentré en Stensie. Bientôt, je vais purger moi-même cette province, mais je dois d'abord être sûr que les bénédictions d'Avacyn tiennent.[:i]

« Le fils du maire de Torbach s'est effondré sur une rive du fleuve et s'est cassé la jambe.»

Odric soupira. « Le maire de Torbach demande-t-il vraiment l'aide de l'Église de réparer la jambe d'un garçon ? »

« Il est écrit qu'il est tombé en fuyant un... loup-garou. Il est décédé plus tard de fièvre et de gangrène.»

Alors qu'Odric se relevait, il lui sembla qu'un piège en acier s'était fermé autour de son ventre. Chaque matin, depuis que l'Amuïssement des malédictions avait débarrassé le pays de la malédiction du lycanthrope, il était tombé à genoux pour louer la bénédiction d'Avacyn. Mais dans son cœur, il doutait. Et si les wolfirs revenaient à un état meurtrier ? Et si les abominations qui avaient massacré tant des siens revenaient ?

« Réveillez notre régiment,» dit-il à Grete. « Il semble que nos jours à Thraben aient pris fin brutalement. »





Le maire de Torbach était un administrateur pompeux au visage rouge qui avait pris le pouvoir après le retour d'Avacyn. [i]Un mouton en habits de fantaisie
, pensa Odric. Pas un chef pendant les heures les plus sombres. Le maire les critiquait depuis leur arrivée dans sa chambre. Grete se mit mal à l'aise à côté d'Odric, se demandant sans doute pourquoi il laissait cette tirade se prolonger si longtemps.

« Je demande à savoir ! Qu'est-ce que cette nouvelle diablerie ? Les loups-garous marchent même pendant la demi-lune ? N'avez-vous pas promis que cette malédiction était levée ? Ce wolfir peut nous massacrer même pendant le jour ? »

« Monsieur, il n'y a aucune raison de croire qu'un wolfir.... » dit Odric.

« Il a massacré la veuve de Bitterheart Hill ! » le maire a interrompu. « Il a détruit sa maison juste la nuit dernière ! Et a pris son temps sous son toit. Peut-être qu'il a dormi un peu ? Est allé faire cuire un jarret de viande dans sa cheminée ? »

« La créature était dans son chalet ? » demanda Odric.

« Cette créature ignoble terrorise mon village. Où sont les anges ? Les Cathares perdent du temps à construire des ponts et à couper des pommiers et... »

« Encore une question,» interrompit Odric. « A-t-il attaqué d'autres chalets ? Ou simplement celui de la veuve ? »

« Chalets, non. Mais mon fils ! Ce n'était qu'un garçon... »

Odric posa sa main sur l'épaule du maire. À son contact, l'homme s'arrêta brusquement de parler et ses yeux bruns se remplirent de larmes.

« Nous allons trouver le monstre qui a tué votre fils et mettre sa tête sur une pique », assura-t-au le maire, qui avait perdu son air bravache et semblait ne plus avoir de mot à dire. Odric et Grete ont retrouvé leur chemin dans la rue où leurs chevaux attendaient.

« Il a agi comme si tout était notre faute », dit Grete avec colère.

« C'est un homme en deuil », répondit Odric. Un homme qui a perdu un fils à cause d'un loup-garou, pensa-t-il. Tout comme moi.





Alors qu'ils se dirigeaient vers le bord du village, le soleil rouge se couchait à l'horizon. Au-dessus, un éclat de lune pâle apparut dans le ciel indigo. Les phases de la lune avaient déjà été la main directrice d'Odric. La forme de la lune figurerait autant dans ses tactiques de combat que dans les lignes de ravitaillement et le moral de ses cathares. Odric avait passé des années à regarder le ciel nocturne, notant à quel point la lune avait touché le monde de manières inattendue. Certaines semblaient anodins. Les feuilles de l'érable se repliaient pendant la pleine lune. D'autres étaient essentiels à la survie. Les goules se déplaçaient plus rapidement lors d'une nouvelle lune. Une lune croissante provoquait des combats anormaux dans les rangs. Avec l'Amuïssement des malédictions d'Avacyn, Odric a secrètement senti qu'il avait perdu l'un de ses avantages tactiques. La lune jouait à de nouveaux jeux et Odric n'avait pas encore appris les règles.

« Quelles sont vos pensées ? » demanda Grete à propos du bruit sourd des sabots des chevaux.
« Je connaissais la veuve qui avait été tuée. Ils l'ont appelée l'Envoûteuse au cœur amer. Rappelez-vous comment il a dit que ça restait dans son chalet ? Quelque chose en elle a attiré le monstre. Nous allons installer un piège là-bas.»
Alors qu'ils hâtaient leurs chevaux et se dirigeaient vers le campement, les yeux d'Odric étaient fixés sur le motif de brume autour du doux éclat dans le ciel. Quel que soit le mal qui se manifestait, il s'arrêterait à l'ombre du chalet des veuves. Il monterait sa tête aux portes de Thraben.





À minuit, il n'y avait plus de lune. Lui et Grete gisaient dans le sous-bois au bord d'une clairière. La seule lumière venait de l'orbe de la sorcière, une protection magique contre les malédictions qui flottaient au bord des arbres. Le sortilège était l'œuvre de la veuve, à une époque où elle avait été rejetée par les villageois comme une sorcière. Odric avait versé le sang de la veuve sur le sol sous l'orbe. Du sang qu'il avait pris dans son corps sans vie dans les catacombes de l'église locale.

La chose étrange était que quand il avait vu son cadavre, il n'avait vu aucun signe de violence sur elle. Il n'y avait aucune preuve qu'elle ait été tuée par une attaque de loup-garou, ce qu'Odric avait supposé après avoir parlé au maire. Elle avait l'air assez paisible pour être morte de vieillesse.





Un appel houleux brisa le silence de la nuit. Il reconnut qu'il s'agissait d'un signal cathare indiquant que quelque chose avait traversé le périmètre des éclaireurs qu'il avait placés autour du bosquet. Il jeta un coup d'œil à Grete et elle se leva silencieusement et disparut dans l'ombre. Odric s'accroupit dans l'attente du deuxième signal, qui confirmerait s'il était naturel ou non naturel...

Le signal est venu à nouveau, de toute urgence. Pas naturel, donc.

Odric le vit avant de l'entendre. Une ombre – beaucoup plus grande qu'un homme moyen – s'étendait à travers la clairière. Il s'était battu avec d'innombrables loups-garous et aucun ne s'était déplacé avec une telle assurance. Odric leva les yeux vers le ciel d'encre, doutant soudain de sa stratégie. Mais la monstruosité était entrée dans la clairière et se penchait vers l'odeur du sang de la veuve. Peu importe ce qui se préparait, il n'était pas temps de remettre en question le plan. La peur n'a aucune place dans le plan de bataille de la foi.

Odric cria aux cathares dans la cime des arbres, qui jetèrent le filet, envoyant la masse de la créature sur le sol de la forêt. Odric courut vers lui alors qu'elle se débattait sous les cordes. Il dégaina son épée alors qu'il courait, prêt à trancher les cordes et le cou d'un seul coup.

« Attends ! » cria Grete en essayant d'intercepter son commandant. « Attends ! Il a une hache !»





Odric se figea, voyant l'arme massive au sol derrière le monstre. Puis il vit le bras – un bras humain – une main et des yeux humains qui sortaient d'un visage hagard, entrecroisé de veines noires maladives.

« Au nom d'Avacyn,» tonna Odric. « Qu'es-tu ? »

« Je suis affaibli, maudit et je ne suis pas une menace pour vous » , a-t-il déclaré. « Je suis Garruk Languebestion ...»





La voix gutturale enrageait Odric. Chaque cadavre mutilé par un loup-garou traversait sa mémoire. Il n'oublierait jamais le carnage brutal des attaques et la rage insensée qui laissait les corps humains en lambeaux sanglants. La seule façon pour Odric de comprendre ces meurtres était si ces bêtes étaient aveugles. Les bêtes sans esprit n'ont pas de langage ou de voix pour lui parler. Et jamais un nom. Garruk Languebestion. Même quand Odric avait tué des loups-garous sous forme humaine, il n'avait jamais prononcé leurs noms. Dans son esprit, la malédiction les dépouillait de toute identité humaine qu'ils possédaient auparavant.

Odric donna un coup du pommeau de son épée contre la tempe du monstre, entendant la fente du crâne se briser sous le poids de son coup. Il s'effondra sur le sol. Il tira le filet du monstre et attrapa une poignée de ses longs cheveux emmêlés. Il la tira de nouveau pour exposer la gorge nue où le sang vibrait encore dans ses veines.

« Attends ! » Grete était à son épaule.

Odric leva son épée. Un coup pour séparer la tête du corps.

« Ce n'est pas un loup-garou ! Monsieur, les bénédictions d'Avacyn ne nous ont pas manqué. »

Il voulait sa tête. Je vais le jeter aux pieds d'Avacyn et crier le nom de chaque personne assassinée en son absence.

« Laissez-nous l'amener à Thraben – vivant. Laissez les jours de massacre derrière nous. C'est un nouveau jour à Innistrad. »

Il voulait aussi lui crier dessus. Elle avait mené les mêmes guerres et vécu dans le même monde macabre que lui. Mais contrairement à lui, sa conscience était claire. Elle avait encore de l'espoir. La compassion de Grete la tuerait un jour. Un jour proche. Odric lâcha le monstre et rengaina son épée.

« Droguez-le et attachez-le. Le chemin du retour à Thraben est long. Laissons Avacyn mesurer la valeur de sa vie. »

Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 05/07/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges



Deiv
Le 05/07/2019

Sacré travail ! Merci beaucoup.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 356 votes)